Navigation – Plan du site

2021 : Théâtre, performance et parole politique dans l’espace public

Cahiers de littérature orale, numéro spécial sous la direction d’Elara Bertho, Aurore Desgranges et Maëline Le Lay
Theater, Performance and Political Speech in the Public Space

Argumentaire

Ce numéro des Cahiers de littérature orale sera centré sur la place de la parole politique dans les performativités artistiques qui s’expriment au sein de l’espace public, entendu en son sens « matériel » (espace urbain ouvert au public) et « métaphorique » (sphère du débat public) (Fleury, 2010).

La « parole politique » occupe en effet une place croissante dans les différentes métropoles africaines, notamment au sein de « parlements de la rue » mais aussi lors de rassemblements et d’actions revendicatives menées par des activistes militant pour plus de démocratie et de justice sociale (Le Balai citoyen au Burkina Faso, Y’en a marre au Sénégal, Filimbi et la LUCHA en RD Congo, …). Dans les villes occidentales également, on assiste à une construction collective de « cette parole politique » qui, en réaction à la crise économique, se déploie de manière croissante lors de rassemblements dans l’espace public (Banégas, Brisset‑Foucault & Cutolo, 2012). Les pratiques artistiques auxquelles s’intéresse ce numéro se situent ainsi au carrefour d’une politique de la parole publique et d’une politique d’occupation des lieux, transformés tantôt en espaces de contre‑pouvoir, tantôt en espaces de reproduction de l’ordre hégémonique. Mise en circulation à travers les corps des acteurs, performeurs mais aussi à travers différents supports (visuels, sonores, numériques, …), investissant places, arrière‑cours, rues, la parole politique performée dans l’espace public émane du contexte social et politique dans lequel elle est formulée, tout autant qu’elle en est partie prenante.

En France, « l’hyper‑référence » à la notion d’espace public dans le champ théâtral traduit l’omniprésence de l’imaginaire de la démocratie dans le discours de ses acteurs (Hamidi‑Kim, 2018). À cet égard, le mouvement d’institutionnalisation des arts de la rue dans les années 1990 relève d’une volonté partagée par les acteurs socio‑culturels et les artistes de « refonder du lien et de la communauté politique » par le théâtre dans un contexte de crise de l’espace urbain et de faillite du lien social (Hamidi‑Kim, 2013). Il s’agissait alors de redonner du sens à la vie urbaine dans un contexte de crise (Chaudoir, 2008). L’art contemporain et la performance, au même titre que les arts de la scène, lorsqu’ils investissent l’espace public, visent à reconfigurer l’imaginaire urbain et démocratique (Malaquais, 2006). Ces formes fécondes émergeant au carrefour des arts et – dans certains contextes, des langues – prétendent construire de nouvelles modalités de discours publics et d’interactions sociales.

Toutefois, il est nécessaire de prêter une attention aux usages spécifiques de la parole politique pour mesurer la capacité réelle des formes artistiques à se réapproprier le modèle de démocratie participative ou à réinvestir l’espace public dans des contextes où son sens et son usage ont été endommagés. Dans une capitale africaine telle Ouagadougou, les paroles des chansons du Balai Citoyen pendant l’insurrection d’octobre 2014 ont eu une place majeure dans les actions revendicatives accompagnant le démantèlement du régime autocratique de Blaise Compaoré (Degorce & Palé, 2018). De même, la formation de plateformes festivalières inédites sur le continent (Peghini & Thérésine, 2016), travaillant à la fidélisation d’un public local autant qu’à l’intégration dans un système de consécration à la fois francophone et panafricain, révèle la volonté de faire des rassemblements artistiques les chambres d’échos locales et transnationales de l’actualité des pays où ces festivals sont implantés, et de leurs enjeux socio‑politiques. Dans des pays en situation de conflit ou post‑conflit, l’espace urbain – qui est espace d’exposition à l’autre par excellence – est synonyme de danger potentiel ou de risque et s’ouvre ainsi difficilement à des performances artistiques, a fortiori lorsque celles‑ci se font aussi lieux d’énonciation d’une parole politique collective dont on appréhende le débordement.

Ce numéro invite les contributeurs et contributrices à s’intéresser aux usages de la parole politique dans les performativités artistiques urbaines. De quels rapports de pouvoir rend‑elle compte ou permet‑elle l’affranchissement ? À quelles conditions devient‑elle politique et dépasse‑t‑elle « l’évidence de son “dire” » (Neveux, 2019) ? Comment s’inscrit‑elle dans des espaces publics plus ou moins investis par les arts ? Agit‑elle immédiatement ou de manière différée sur le public via par exemple les réseaux sociaux au sein d’« espaces de paroles inédits » (Bornand, Degorce &Leguy, 2015) ?

Calendrier

  • Envoi des propositions d’articles (1 page maximum) : 10 février 2020 à aurore.desgranges@hotmail.fr ; e.bertho@sciencespobordeaux.fr ; mlelay@ifra-nairobi.net ;
  • soumission des articles (50 000 signes maximum) : 10 avril 2020 ;
  • publication du numéro : printemps 2021.

Theme

This issue of Cahiers de littérature orale will focus on the role of political speech in artistic performances expressed in the public space, understood in its “material” (urban space open to audience) and metaphorical (space of public debate) sense (Fleury, 2010).

“Political speech” plays an increasingly important role in the various African metropolises, particularly in “street parliaments” but also during rallies and collective actions led by activists campaigning for more democracy and social justice (Le Balai citoyen in Burkina Faso, Y'en a marre in Senegal, Filimbi and LUCHA in DR Congo, ...). In Western cities, there is also a collective construction of this “political speech” which, in response to the economic crisis, is increasingly displayed during meetings in the public space (Banégas, Brisset-Foucault & Cutolo, 2012). The artistic practices of interest for this issue are thus at the crossroads of a public speech policy and a space occupation policy, sometimes transformed into spaces of anti‑establishment, sometimes into spaces of reproduction of the hegemonic order. Circulating through the bodies of actors, performers but also through different media (visual, audio, digital, ...), occupying squares, backyards, streets, political speech performed in the public space stems from the social and political context in which it is formulated, while also being a part of it.

In the French field of theatre, the “hyper‑reference” to the concept of public space reflects the omnipresence of the imaginary of democracy in the discourse of its actors (Hamidi‑Kim, 2018). Indeed in France, the institutionalization of the street arts movement in the 1990s was driven by a shared will among socio‑cultural actors and artists to “rebuild the connection and the political community” through theater in a context of urban space crisis and social ties failure (Hamidi‑Kim, 2013). The politics was then driven by the idea of restoring the meaning of urban life in a context of crisis (Chaudoir, 2008). In a broader sense, contemporary art and performance, when entering the public space, like performing arts, aim to reconfigure the imaginary of urban space and democracy (Malaquais, 2006). These fruitful forms emerging at the crossroads of the arts and—in some contexts, languages—claim to build new modalities of public discourse and social interaction.

However, it is necessary to pay attention to the specific uses of political speech to measure the real capacity of art to reclaim the model of participatory democracy or to reinvest public space in contexts where its meaning and use have been damaged. In an African capital city such as Ouagadougou, the songs lyrics of Le Balai Citoyen during the October 2014 insurrection had a major place in the protest actions accompanying the dismantling of Blaise Compaoré's autocratic regime (Degorce & Palé, 2018). Similarly, the establishment of new festival platforms on the continent (Peghini & Thérésine, 2016), working to build loyalty among a local audience as well as integration in a consecration system that is both Francophone and pan‑African, reveals the desire to make artistic gatherings the local and transnational echo chambers for current events in the countries where these festivals are held, and their socio‑political issues. In countries in conflict or post‑conflict situations, the urban space—the ultimate space of exposure to others—is synonymous with potential danger or risk and thus hardly opens up to artistic performances, especially when they are used to express a collective political voice whose spread is apprehended.

This issue invites contributors to reflect on the uses of political speech in urban artistic performances. What power relations does it account for or does it allow emancipation? Under what conditions does it become political and goes beyond the “evidence of its ‘saying’” (Neveux, 2019)? How does it fit into public spaces that are more or less involved in art production? Does it impact the public immediately or is it delayed via, for example, social networks within “new speaking spaces” (Bornand, Degorce & Leguy, 2015)?

Calendar

  • Deadline for papers proposals (max one page): February 10th 2020 to aurore.desgranges@hotmail.fr; e.bertho@sciencespobordeaux.fr; mlelay@ifra-nairobi.net;
  • Final papers (max 50 000 characters) to be submitted by April 20th 2020;
  • Special issue to be released by Spring 2021.

Bibliographie/biblography

Agier Michel & Ricard Alain, 1997, « Introduction » in Les arts de la rue dans les sociétés du Sud, Autrepart, no 1, p. 5‑14.

Aventin Catherine, 2007, « Les arts de la rue pour observer, comprendre et aménager l’espace public » in Travaux de l’Institut de Géographie de Reims, Dossier ’ Art et espace ’, p. 10.

Banégas Richard, Brisset‑Foucault Florence & Cutolo Armando, 2012, « Espaces publics de la parole et pratiques de la citoyenneté en Afrique » in Politique africaine, 2012/3, n°127.

Bornand Sandra, Degorce Alice & Leguy Cécile, 2015, « Paroles et rapports de pouvoirs dans les Suds » in Autrepart, no 73, p. 3‑18.

Chaudoir Philippe, 2008, « La rue : une fabrique contemporaine de l’imaginaire urbain » in Rautenberg Michel (dir.), L’imaginaire de la ville, le regard et le pas du citadin, culture & Musées, no 12, p. 51‑64.

Chaudoir Phillippe, 2007, « La ville événementielle : temps de l’éphémère et espace festif » in Géocarrefour, vol. 82/3, http://geocarrefour.revues.org/2301, consulté le 20 octobre 2019.

Degorce Alice & Palé Augustin, 2018, « Performativité des chansons du Balai citoyen dans l’insurrection d’octobre 2014 au Burkina Faso » in Cahiers d’Études africaines, LVIII (I), 229, p. 127‑153.

Fleury Antoine, « Espace public », http://www.hypergeo.eu/spip.php?article482, consulté le 20 octobre 2019.

Habermas Jürgen, 1978 [1962], L’espace public, archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Payot, Paris, 324 p.

Hamidi‑Kim Bérénice, 2013, Les Cités du théâtre politique en France depuis 1989, L’entretemps, Montpellier, 491 p..

Hamidi‑Kim Bérénice, 2018, « Communauté, agora, espace public : des tensions du projet démocratique du théâtre public considérées à partir de Rousseau, Habermas, Fraser et Nancy » in Beaufils Éliane & Morant Alix (de) (dir.), Développement de l’être‑ensemble dans les arts performatifs contemporains, Deuxième époque, p. 90‑113.

Malaquais Dominique), 2006, « Une nouvelle liberté ? Art et politique urbaine à Douala (Cameroun) » in Afrique & histoire, vol. 5, p. 111‑134.

Neveux Olivier, 2019, Contre le théâtre politique, La fabrique, Paris, 320 p.

Peghini Julie & Thérésine Amélie, 2015, « Les Récréâtrales (Ouagadougou)/Mantsina sur Scène (Brazzaville), des espaces où s’inventent des dramaturgies résistantes » in Horizons‑Théâtre, no 6.