Navigation – Plan du site

AccueilNumérosHors-SérieArticles« La Casa del Mouradia » : un cha...

Articles

« La Casa del Mouradia » : un chant à la tribune des dominés

Samia Khichane
p. 101-108

Texte intégral

Refrain (2x)     Refrain (2x)
C’est l’heure de l’aube et le sommeil ne vient pas
Je consomme [de la drogue] à petites doses
Quelle en est la raison ?
Qui dois-je blâmer ?
On en a assez de cette vie
    ʿat al-fǧer u ma ǧānī nūm
Rānī nkonōmī ġir b-šwiyyā
škun al-sebba,
u škun n-lūm
Mellīnnā l-mʿiša hāiyā
Premier couplet (2x)     Premier couplet (2x)
Le premier [mandat], on dira qu’il est passé
Ils nous ont eu avec la décennie [noire]
Au deuxième, l’histoire est devenue claire
La Casa d’El Mouradia
Au troisième, le pays s’est amaigri
À cause des intérêts personnels
Au quatrième, la poupée est morte mais
L’affaire suit son cours…
    F-al-uwla nqūlū ǧaz-t, šaw-ha l-na b-al-ʿušriya
F-al-āniya al-hkāya bānet, La Casa Del Mouradia
F-al-ālta al-blād šyān-t, b-al-maāle al-ššaẖṣya
F-al-rābʿa al-pupyya māt-t, u māzāl-t al-qayya
Refrain (2x)     Refrain (2x)
C’est l’heure de l’aube et le sommeil ne vient pas     ʿat al-fǧer u ma ǧānī nūm
Je consomme [de la drogue] à petites doses
Quelle en est la raison ?
Qui dois-je blâmer ?
On en a assez de cette vie
    Rānī nkonōmī ġir b-šwiyyā
škun al-sebba, u škun n-lūm
Mellīnnā l-mʿiša hāiyā
Deuxième couplet (2x)     Deuxième couplet (2x)
Le cinquième [mandat] est en train de suivre
Entre eux il est déjà conclu
Et le passé est archivé
La voix de la liberté…
Dans notre virage la discussion est privée
Ils le reconnaitront quand il les accablera
C’est une école… qui a nécessité un CV
Un bureau d’éradication de l’analphabétisme
    U al-āmsa rāhī t-suivē, bināt hōm rahi mebniyya
U al-passē rahu archivē, « la voix » teʿ al-huriyya
Viraj-na al-hedra privē, yeʿʿerfūh ki yetqiyya
Medrāa u lāzem cēvē, bīrū maw al-umiyya
Refrain (x2)     Refrain (2x)
C’est l’heure de l’aube et le sommeil ne vient pas
Je consomme [de la drogue] à petites doses
Quelle en est la raison ?
Qui dois-je blâmer ?
On en a assez de cette vie
    ʿat al-fǧer u ma ǧānī nūm
Rānī nkonōmī ġir b-šwiyyā
škun al-sebba, u škun n-lūm
Mellīnnā l-mʿiša hāiyā
Chant des supporters de l’USMA (Union sportive de la médina d’Alger) – Les Rouge et Noir

 

1Lors de la coupe du monde de football 2018, la chanson de lutte des ouvrières des rizières de la Vallée du Pô « Bella ciao » remise sur le devant de la scène par une célèbre série espagnole, La Casa de Papel ‒, a été reprise par de nombreux ultras comme hymne du mondial russe. Les fans du Peñarol de Montevideo, par exemple, ont choisi de s’emparer du chant de révolte pour créer une nouvelle chanson de soutien au club uruguayen, tandis que les supporteurs brésiliens en ont détourné le titre en « Messi ciao » (en référence au footballeur international Lionel Messi) pour chambrer leurs adversaires argentins éliminés de la compétition.

  • 1 Il s’agit d’un club de football basé à Alger, couramment abrégé en USMA ou encore USM Alger.
  • 2 El Bahja est le surnom attribué à la ville d’Alger.
  • 3 Leurs performances sont souvent comparées à celles des msāmaʿ – ce qui leur vaut le surnom de msām (...)

2En Algérie, un groupe de supporters de l’Union sportive de la Médina d’Alger1, les Ouled el‑Bahdja (Litt. « les fils de la radieuse2 ») a fait preuve de plus d’originalité : se servir du scénario originel du film, consacré à l’organisation du braquage de la fabrique nationale de la monnaie d’Espagne, pour faire allusion au détournement d’argent public dont est accusé le cercle restreint du pouvoir algérien qui siège au palais d’El Mouradia, d’où le titre « La Casa del Mouradia ». Ces jeunes, qui se sont baptisés Usmistes3, en référence à l’acronyme de leur équipe USMA, ont été l’une des bougies d’allumage du soulèvement populaire qui secoue l’Algérie depuis plus d’un an. D’avantage qu’un groupe d’ultras, les supporter de l’US de la Médina d’Alger se présentent volontiers comme les dépositaires de la mémoire de la révolution qui les rassemble symboliquement dans leur fief historique de la Casbah.

  • 4 Dès sa création en 1937, l’USMA était un club révolutionnaire, historiquement lié à La Casbah, qua (...)

3D’abord entonné dans les stades lors de compétitions nationales, ce chant a su gagner la faveur des internautes et l’air, largement partagé sur les réseaux sociaux, participe très vite au débat national. Il allie la sensibilité poétique et authentique de la culture chaâbi des quartiers populaires de la Casbah et de Bab el Oued, qui fusionne des sonorités africaines, des rythmes entraînants arabes et andalous, au passé révolutionnaire du club4 à travers un texte engagé.

4Depuis le 22 février 2019, l’Algérie est devenue le théâtre de plusieurs rassemblements massifs, initiés chaque vendredi sous le nom de Hirak pour la transition démocratique. Alors que le public des stades est presque exclusivement masculin, c’est par femmes et hommes, tous âges confondus, que l’hymne de cette contestation, « La Casa del Mouradia », est scandé avec ferveur dans des manifestations, à travers tout le pays et dans la diaspora.

  • 5 Le linguiste Abdou Elimam parle de maghrébi, Elimam, 1997, pour désigner l’arabe parlé en Afrique (...)

5« La Casa del Mouradia » se présente comme un texte poétique écrit en arabe populaire algérien « dderǧa5 », plus précisément dans la variété dialectale parlée dans la capitale, avec quelques emprunts à la langue française. Cette production est anonyme et l’auteur en est collectif. Elle peint avec lyrisme les états d’âme d’un jeune algérien qui renvoie à la réalité sociale de toute une génération. Ce chant, aux accents très politiques, est un réquisitoire contre l’ancien président algérien ; il est composé d’un refrain qui se déroule en alternance avec deux couplets rimés qui en font un air facile à retenir.

6La première partie du refrain s’ouvre sur une évocation de l’heure de l’aube. Le décalage de l’auteur par rapport au jour qui se lève est une métaphore du quotidien caractérisé par l’ennui et le désœuvrement dans un pays où la jeunesse qui souffre du chômage et du sous‑emploi est en prise à la drogue :

C’est l’heure de l’aube et le sommeil ne vient pas
Je consomme [de la drogue] à petites doses

Sāʿat al-fǧer u ma ǧānī nūm
Rānī nkonṣōmī ġir b-šwiyyā

7Dans la seconde partie du refrain, la chanson interroge l’origine du malaise de la jeunesse – qui se manifeste à travers la première personne du pluriel – caractérisé par la vulnérabilité et la précarité, puis se conclut par l’expression d’un sentiment de lassitude face à une vie profondément injuste et inacceptable :

Quelle en est la raison ? Qui dois-je blâmer ?
On en a assez de cette vie

škun al-sebba, u škun n-lūm
Mellīnnā l-mʿiša hāḏiyā

8Le premier couplet dénonce l’interminable règne d’Abdelaziz Bouteflika et traite de manière détaillée, mais en jouant sur le non‑dit, des différents mandats de ce dernier :

Le premier [mandat], on dira qu’il est passé
Ils nous ont eu avec la décennie [noire]

F-al-uwla nqūlū ǧaz-t,
ḥšaw-ha l-na b-al-ʿušriya

  • 6 Ce texte de loi, cité par Abderrahmane Moussaoui (2001), prévoit trois régimes distincts : « 1) L’ (...)

9En 1999, Bouteflika accède à la tête d’un pays ravagé par des années de lutte sanglante contre les islamistes armés. Le projet de loi dit de « la concorde civile6 » qui pose le principe de l’amnistie pour les islamistes, donnera un semblant de légitimité à ce premier mandat.

Au deuxième, l’histoire est devenue claire
La Casa d’El Mouradia

F-al-ṯāniya al-hkāya bānet,
La Casa Del Mouradia

10À l’issue de son second mandat, alors que la santé du président se détériore, le Parlement adopte une révision de la Constitution supprimant la limitation à deux le nombre de mandats présidentiels. Bouteflika s’installe définitivement au pouvoir et, avec lui, son entourage politique et familial.

Au troisième, le pays s’est amaigri
À cause des intérêts personnels

F-al-ṯālta al-blād šyān-t,
b-al-maṣāleḥ al-ššaẖṣya

11Ce troisième mandat est marqué par une explosion de la corruption et une économie prisonnière d’une rente de moins en moins lucrative. Le pays va entrer dans une ère appelée « l’austérité » [taqaššuf]. Le chef de l’État exhorte le peuple à adapter son mode de consommation à la conjoncture économique.

Au quatrième, la poupée est morte mais
L’affaire suit son cours…

F-al-rābʿa al-pupyya māt-t,
u māzāl-t al-qaḏyya …

12Affaibli depuis 2013 par un accident vasculaire cérébral qui affecte son élocution et sa mobilité, le président disparaît peu à peu de la scène politique. Ses rares apparitions télévisuelles deviennent des machinations mises en scène qui servent à dissiper les rumeurs sur son état de santé, d’où la métaphore de « la poupée » qu’on exhiberait comme dans une vitrine. Malgré son impotence, il sera réélu pour un quatrième mandat.

13Au second couplet, le compositeur prédit la présentation de Bouteflika à un cinquième mandat, toutefois il poursuit sur une note d’espoir, envisageant la fin d’un règne de vingt ans et le début d’une ère nouvelle :

Le cinquième [mandat] est en train de suivre
Entre eux il est déjà conclu
Et le passé est archivé
La voix de la liberté…

U al-ẖāmsa rāhī t-suivē,
bināt hōm rahi mebniyya
U al-passē rahu archivē,
« la voix » teʿ al-huriyya

  • 7 Voir à ce propos l’analyse qu’a faite Christian Bromberbger, 1989, du public des spectateurs des m (...)

14Dans la deuxième partie de ce couplet, c’est le collectif des Ouled el Bahdja qui s’exprime, en mettant en scène un espace d’expression qui lui est propre : « le virage ». Sur les gradins des stades, cloisonnés en espaces hiérarchisés7, le « virage » est l’espace emblématique des usmistes. Situés dans l’axe des buts, leur chant se répandent largement dans toutes les directions et sur tous les médias et s’émancipent des frontières infranchissables de la vie quotidienne. Le stade de football se transforme, le temps d’un match, en un espace de liberté dans lequel ces supporters donnent de la voix à leurs aspirations, expriment leur colère ou leur mépris pour le pouvoir en place de manière ludique, grâce à la poésie rythmée des chants et au détournement : al-hedra privē (litt. « la discussion est privée »). Une voix qui est porteuse de pouvoir, dans l’expression yetqiyya (litt. « il vomit ») qui signifie dans le langage populaire la capacité d’« enfoncer », de « détruire » celui qui en est la cible.

Dans notre virage la discussion est privée
Ils le reconnaîtront quand il les accablera

Viraj-na al-hedra privē,
yeʿʿerfūh ki yetqiyya

15Plus qu’une tribune de supporters, « le virage » est un espace de communication, de contestation et d’éveil des consciences, qui échappe au pouvoir politique perdant de son autorité et de sa légitimité au profit d’une nouvelle génération d’acteurs dotée d’une parole porteuse et amplifiée.

C’est une école… qui a nécessité un CV
Un bureau d’éradication de l’analphabétisme

Medrāṣa u lāzem cēvē,
bīrū maḥw al-umiyya

  • 8 Amara, 2014, p. 142.

16En Algérie, comme dans d’autres pays du monde dit arabe, le sport sert soit à mettre en veille les tensions sociales, le temps d’une compétition nationale ou internationale, soit à renforcer la légitimité des partis au pouvoir et des familles royales ou, à l’inverse, à les contester, à les rejeter ou à les délégitimer8, à l’instar de l’Égypte, où les ultras du football ont activement participé au renversement du président Hosni Moubarak lors du « Printemps arabe ». Ce constat a été évident depuis le début de la contestation en Algérie. L’indignation provoquée par l’annonce de la candidature du président Abdelaziz Bouteflika, 82 ans, à un cinquième mandat, s’est exprimée en premier sur les gradins des terrains de football et pour cause. Dans un pays en crise, impliquant à la fois une insécurité persistante, des blocages sociaux et économiques, mais aussi une pénurie de loisirs, les terrains de sport ont été les seuls lieux de rencontre et de défoulement des jeunes pendant des décennies. C’est ainsi que, faute d’espace d’expression démocratique, ils sont devenus, avec le temps, de véritables tribunes politiques.

Haut de page

Bibliographie

Amara Mahfoud, 2014, “Sport and Political Leaders in the Arab World” in Histoire@Politique, no 23, pp. 142-153, https://doi.org/10.3917/hp.023.0142.

Elimam Abdou, 1997, Le Maghribi, langue trois fois millénaire : explorations en linguistique maghrébin, ANEP, Alger, 178 p.

Bromberger Christian, 1989, « Le Stade de football, une carte de la ville en réduction » in Mappemonde, no 2, p. 37‑40, https://www.mgm.fr/PUB/Mappemonde/M289/p37-40.pdf.

Moussaoui Abderrahmane, 2001, « La concorde civile en Algérie : entre mémoire et histoire » in Mahiou Ahmed & Henry Jean-Robert (dir), Où va l’Algérie ?, L’Harmattan, Paris, p. 71‑92.

Yelles Mourad, 2003, « Le ’arûbî féminin au Maghreb. Tradition orale et poétique du détour » in Insaniyat. Revue algérienne d’anthropologie et de sciences sociales, no 21, p. 37‑53, https://doi.org/10.4000/insaniyat.7334.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit d’un club de football basé à Alger, couramment abrégé en USMA ou encore USM Alger.

2 El Bahja est le surnom attribué à la ville d’Alger.

3 Leurs performances sont souvent comparées à celles des msāmaʿ – ce qui leur vaut le surnom de msāmaʿāt – orchestres traditionnels féminins algérois qui savaient à la fois jouer des instruments de musique, animer des fêtes et manier l’art de l’improvisation de chants du genre Ḥawfi ou ʾarūbi ; voir Yelles, 2003.

4 Dès sa création en 1937, l’USMA était un club révolutionnaire, historiquement lié à La Casbah, quartier où le club a été fondé. À l’instar de plusieurs clubs nationaux, l’USMA a payé un lourd tribut pour la libération du pays. Plus de 50 martyres de la guerre de Libération étaient des joueurs ou des dirigeants du club.

5 Le linguiste Abdou Elimam parle de maghrébi, Elimam, 1997, pour désigner l’arabe parlé en Afrique du Nord, qui est utilisé comme une langue véhiculaire.

6 Ce texte de loi, cité par Abderrahmane Moussaoui (2001), prévoit trois régimes distincts : « 1) L’exonération de poursuites pénales, lorsque l’infraction commise n’a pas entraîné mort d’homme ou infirmité permanente, à l’exclusion du viol et de l’usage d’explosifs dans les lieux publics (articles 3 et 4). 2) La mise sous probation qui peut durer de trois à dix ans au maximum, à l’exclusion de ceux qui ont commis des massacres collectifs ou utilisé des explosifs dans les lieux publics (articles 8). L’atténuation des peines (articles 27 à 29). »

7 Voir à ce propos l’analyse qu’a faite Christian Bromberbger, 1989, du public des spectateurs des matchs de football.

8 Amara, 2014, p. 142.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samia Khichane, « « La Casa del Mouradia » : un chant à la tribune des dominés »Cahiers de littérature orale, Hors-Série | 2020, 101-108.

Référence électronique

Samia Khichane, « « La Casa del Mouradia » : un chant à la tribune des dominés »Cahiers de littérature orale [En ligne], Hors-Série | 2020, mis en ligne le 02 septembre 2020, consulté le 22 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/clo/6887 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clo.6887

Haut de page

Auteur

Samia Khichane

Lacito – CNRS – Sorbonne Nouvelle – Inalco

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de littérature orale est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Llacan – Langage, langues et cultures d’Afrique noire
  • Logo Listes de revues SHS de l’AERES
  • Logo Search | ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search