Navigation – Plan du site

AccueilNuméros88ArticlesComptine, poésie pour les enfants...

Articles

Comptine, poésie pour les enfants et raison scolaire

Ethnocritique de « La mort du pou » d’Andrée Chedid (Fêtes et lubies)
Nursery rhyme, poetry for children and school reason Ethnocriticism of Andrée Chedid's "La mort du pou"
Sophie Ménard
p. 61-86

Résumés

Cet article étudie les logiques initiatiques, socioculturelles et interdiscursives du poème d’Andrée Chedid « La mort du pou », publié dans le recueil Fêtes et Lubies, en 1973, en faisant l’hypothèse que celui-ci s’approprie des motifs, techniques, rythmes traditionnels de la comptine et qu’il est en dialogue avec l’imaginaire social d’un « français national scolaire », pour reprendre l’expression de Renée Balibar. C’est à l’étude des continuums et des tensions entre les oralités enfantines et la raison scolaire qu’est consacrée cette lecture ethnocritique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Toutes les citations qui proviennent de cette œuvre (Andrée Chedid, 1973, Fêtes et lubies. Petits (...)
  • 2 Dans la lignée des travaux de Jean-Marie Privat (pour une synthèse, on se rapportera à Privat, 201 (...)

1Andrée Chedid, grande poète française d’origine égypto-libanaise, a publié de nombreux livres de poésie destinés aux enfants : Fêtes et Lubies : petits poèmes pour les sans-âge (publié chez Flammarion en 1973), Le Cœur et le temps : poèmes pour les enfants (publié à la maison d’édition jeunesse L’école des loisirs en 1977), Lubies (publié aux éditions G.L.M en 1962 et en version illustrée à L’école des loisirs en 1979), Grammaire en fête (publié aux éditions Folle Avoine en 1984). Dans la lignée des surréalistes de Breton à Prévert en passant par Desnos, qui se sont intéressés aux univers magiques des mots, des chants et des jeux de l’enfance, sa poésie est le lieu d’un riche réinvestissement d’une culture enfantine de tradition orale (couplets enfantins, rengaines scolaires, espiègleries, comptines). C’est le cas du recueil Fêtes et lubies1 qui fourmille d’oralités enfantines2.

  • 3 Jean Baucomont définit les formulettes enfantines comme « les petits poèmes oraux traditionnels, l (...)

2On y retrouve, remaniés et réinventés, des éléments typiques appartenant à la culture orale des enfants et à ses formulettes enfantines3, soit :

3a) Des structures en boucle qui relancent à la fin du poème l’envie de le recommencer inlassablement ou jusqu’à ce que la voix s’essouffle :

Une Éponge
Songe
Songe
Songe
Aux songes
D’une Éponge
Qui songe. (C, p. 21).

4b) Des répétitions, variations, flux et éléments rythmiques fortement scandés :

Bactérie, ma Mie!
Fit le Bacille épris,
Je t’offrirai
Frirai
Frirai
L’humaine pâtée
Pâtée
Pâtée […]. C, p. 63.

  • 4 Pour des exemples de formulettes enfantines « avec allitérations, jeux phonétiques et mots sauvage (...)

5c) Des mots magiques, formules incantatoires, souhaits, vocabulaires secrets, termes inconnus, « mots sauvages » qui enivrent le plaisir du charabia4 :

Abracadabra!
En avant les rats!
Bouffons la planète
Ou elle nous bouffera!

Avant que les Razinnes
Ne nous ratatinent,
Avant que les Rassphiles
Ne nous annihilent,
Et que les Ranerloc
Ne nous mettent en loques!

Allons mes frères
Abracadabra
Qu’il n’y ait plus sur terre
Que la fête des rats! (C, p. 73)

  • 5 Sur les comptines mettant en scène des animaux, voir Baucomont et al., 1961, p. 197‑239.

6d) De nombreux poèmes sur les animaux et les insectes5 : « le Gastéropode » (C, p. 24), « le chat mineur » (C, p. 25), « la fourmi et la cigale » (C, p. 33), « ozi, le poisson » (C, p. 36), « la puce de delhi » (C, p. 51), « la cage aux hannetons » (C, p. 54), « la taupe en son jardin » (C, p. 58), « le ver à soie » (C, p. 59), « c’est pas tortue » (C, p. 61), « le casse-tête de l’otarie » (C, p. 70), « le lapin et la phalène » (C, p. 74), « la luciole » (C, p. 77), etc.

7e) Des personnifications d’animaux, d’objets et des phénomènes d’animisme : « constantin, le baobab » (C, p. 22), « fanfan, la termite » (C, p. 15), « jeanne, le clou » (C, p. 67), « olive, le typhon » (C, p. 78), « les tragiques amours de la mangue » (C, p. 68), « le fauteuil en deuil » (C, p. 82), « l’artichaut manchot » (C, p. 35), etc.

8f) Des mots familiers et farcesques comme « le pifomètre » (C, p. 71) et des personnages du folklore enfantin comme « Colas » (C, p. 9).

9g) Des exploits enfantins, des jeux du type « qui est le plus fort? » et des leçons de multiplication et de métrologie, comme dans le poème « L’exploit » :

« Rien qu’avec mes mandibules »,
Dit la fourmi toisant Hercule,
« Je déplace vingt fois
Mon poids! »

  • 6 Ou encore le poème suivant, « Le dinosaure », qui commence ainsi : « “Allez! Allez! Tous au suffra (...)

« Et, c’est Toi!
Qui te dis le Roi!6 » (C, p. 12).

10h) Des jeux humoristiques de causalités, de logiques, voire de tautologies qui se dénouent en pirouette :

La Sardine a des arêtes,
Papa n’en a pas!

Papa, lui, a un squelette,
Que la Sardine n’a pas!

La Machine a des ailes,
Papa n’en a pas!

Papa, lui, a de la cervelle,
Il dit : que la machine n’en a pas! (C, p. 14).

11i) Des dialogues qui oralisent des voix hétérogènes : « “Si tu me jettes au clou” / dit Jeanne le Clou / Au vilain marlou / À sa sortie d’écrou, / “Tu n’en tireras pas un clou!” […] » (C, p. 67) ; « “Je n’ai pas de langue!” / S’affole la Mangue, / Devant Chat-Huant / Son agile soupirant / Qui, de discours en arguments, / La provoque et la harangue. […] » (C, p. 68), etc.

12j) Des leçons absurdes avec une morale comme dans une fable :

Lon Lon et Lon lon lon
Répète bien ta leçon :

« Tu porteras un bâillon
Tu marcheras au fanion
Tu vivras à reculons
Lon Lon et puis lon lon
Tu ne poseras jamais de question
Tu seras caméléon
Héros ou félon
Selon l’aquilon! »

Lon Lon et Lon lon lon
Répète bien ta leçon (C, p. 72).

13k) Des drôleries qui appellent une gestuelle et font bouger le corps :

Le Chat mineur
Ne trouve plus ses galoches!

Le Sonneur
A perdu sa cloche!

Filles et Garçons,
Lointains et Proches!

Que chacun retourne ses poches! (C, p. 25).

  • 7 Pour une synthèse de la notion de « littératie », entendue comme « mode sémio-anthropologique de c (...)

14Cette poésie aux oralités enfantines plurielles n’est toutefois pas complètement à l’écart de la littératie7, bien au contraire. On trouve en effet des formes minimales de la littératie dans la multiplication des tirets, des lettres capitales (« Qu’un Point, c’est TOUT! » [C, p. 45]), des italiques (« “Quant à Moi!”, dit la Virgule » [C, p. 42]), des listes (C, p. 63), et plus précisément dans ses modes objectivés : « l’évangile » (C, p. 10), « Livre » (C, p. 43) ; institués : « Le codicille » (C, p. 10), « Maître Pamphile » (C, p. 10), « l’élève / Chez Monsieur K. » (C, p. 18), l’alphabet (C, p. 41) ; axiologisés : la suite poétique « Les signes » (C, p. 41‑47) faisant une éloquente apologie grammaticale dans laquelle la « louange de l’apostrophe », la « pavane de la virgule », l’« apothéose du point » et l’« éloge de l’accent » euphorisent l’acculturation à l’écrit et enivrent l’incorporation des règles de l’écriture.

  • 8 Voir Balibar, 1974.
  • 9 Chervel, 1977.

15À ce titre, un poème du recueil Fêtes et Lubies retiendra notre attention : il s’agit de « La mort du pou », dont nous voudrions étudier les logiques initiatiques, socioculturelles et interdiscursives en faisant l’hypothèse qu’il s’approprie des motifs, rythmes, techniques traditionnels de la comptine et qu’il est en dialogue avec l’imaginaire social d’un « français national scolaire8 ». Autrement dit, il est structuré par des logiques propres aux oralités enfantines tout autant que par une raison scolaire. On verra que ce poème-comptine « emberlificote » et ensauvage le processus de normalisation et de standardisation à l’œuvre dans les façons d’« apprendre à écrire à tous les petits Français9 ». Lisons-le afin de cerner les deux principales logiques culturelles qui coexistent ici : la comptine et la grammaire.

De calotte en redingote
De boulotte en maigriotte
Le Pou trotte
Picote
Gigote

De Parpaillotte en Iscariote
Pelote, Culottes
Camelote, Menottes
De Vieillotte en Cocotte
Mascotte, Despote
Ou Patriote
Le Pou
S’emberlificote!

Puis, un jour,
Tête de Linotte,
Le Pou capote
Dans une compote! (C, p. 20)

La comptine de la poésie

16Le poème s’accommode à merveille des énumérations rapides et a priori arbitraires de mots sonores, d’un stock limité de phonèmes et de la circulation d’un nombre restreint de syllabes qui créent l’impression d’entrer dans le monde magique des comptines et du jeu chanté.

La randonnée du pou

  • 10 Simonsen, 2013, p. 185.
  • 11 Grimm, 2009, p. 184.

17Plus précisément, « La mort du pou » investit, structurellement, le genre de la comptine randonnée que les folkloristes définissent comme un « conte énumératif, court, avec un enchaînement de situations, d’éléments ou de personnages qui se répètent jusqu’au dénouement10 ». Un exemple connu des frères Grimm met d’ailleurs en scène la mort d’un pou et raconte son ébouillantage. Intitulé « Le petit Pou et la petite Puce11 », le conte cumulatif AT 2022 voit successivement les personnages participer au deuil du pou (la puce en perdant la santé, la porte en grinçant à qui mieux mieux, le balai en s’agitant, etc.) jusqu’à ce que la tristesse du dernier (la source) inonde et anéantisse tout le monde : le pou, la puce, la porte, le balai, etc.

  • 12 Mais il est difficile de dire si la chaine énumérative est principalement fondée sur les verbes, l (...)

18De son côté, le poème de Chedid relate le micro-récit d’un pou allant de rencontre en rencontre (chaine de mots) jusqu’au dénouement signalé par la locution de liaison à fonction narrative « puis, un jour », qui indique l’interruption du périple, l’arrêt de l’enchainement logique et la mort du pou, mort elle-même annoncée dans le titre. Contrairement aux récits énumératifs qui sont souvent organisées autour d’un but à atteindre, le pou ne semble pas rechercher une personne ni un objet. Toutefois, le poème emprunte certaines logiques à la randonnée comme les énumérations simples axées sur des verbes et des actions (trotte, picote, gigote, s’emberlificote, capote), sur des objets (calotte, redingote, pelote, culottes, camelotes, menottes, compote) et enfin sur des êtres (boulotte, maigriotte, Parpaillotte, Iscariote, Vieillotte, Cocotte, Mascotte, Despote, Patriote, Linotte)12. De plus, la formulation « de… en » répétée à quatre reprises tout comme le verbe initial « trotte » suggèrent la traversée démocratique du pou, qui se déplace du calviniste au Juif, de la vieille à la jeune fille, de la grosse à la petite, sans discrimination, jusqu’à l’arrêt du mouvement et l’enlisement final dans la « compote ».

  • 13 Polain, 1942, cité par Pahud & Petitat, 2003, p. 16.
  • 14 Pahud & Petitat, 2003, p. 16.

19Structure cumulative, sérielle et répétitive, la randonnée se définit aussi comme « un récit qui, parti d’un point donné, se développe en épisodes successifs, dépendants les uns des autres, pour arriver à un autre point où un événement oblige le récit à retourner sur ses pas en traversant, en sens inverse, les mêmes épisodes, et revenir au point de départ pour conclure13 ». Elle se caractérise la plupart du temps par un aller-retour aux mouvements contrastés : l’aller est marqué par la découverte et l’exploration d’une série de relations entre les objets, les êtres, alors que le retour se réalise de manière précipitée. Or les actions organisant le cheminement du pou dans le poème de Chedid sont, a priori, peu dépendantes les unes des autres. On peut certes reconstruire des liens sémantiques entre certaines micro-chaines : ainsi les mots « calotte » et « redingote » sont des vêtements tandis que « boulotte » et « maigriotte » sont des formats corporels antithétiques, et « calotte » et « culottes » opposent le haut du corps au bas. Mais aucun paradigme ne semble regrouper l’ensemble des lexèmes : à l’ordonnancement rationnel se substitue un alignement d’éléments disparates. De plus, l’élan du pou n’est pas suivi d’une cascade descendante culminant sur la « calotte », alors qu’habituellement « la randonnée se caractérise par un noyau actionnel comportant une symétrie partielle entre la phase ascendante et la phase descendante de l’action14 ». Ici, le pou décédé à la fin n’effectue pas le retour typique de la randonnée : on peut dire dès lors que la chaine cumulative « capote » en quelque sorte. En revanche, rien n’empêcherait un conteur ou un enfant de prendre le poème à l’envers et de repartir en sens inverse, allant de « Patriote », « Despote », « Mascotte », « Cocotte » en « Vieillotte ». Ou de le compléter en retardant le moment où le pou « capote » dans la « compote », soit en lui faisant faire des détours, en allongeant sa randonnée, en inventant de nouveaux couplets qui pourraient ressembler à ces vers-ci dont la rime en -ote assurent la continuité :

De crotte en carotte
De papillote en marmotte
De jour de vote en ribote
De quenotte en botte,
Le Pou grignote,
Tremblote,
Toussote.

Formulette d’élimination

  • 15 Baucomont et al., 1961, p. 8.
  • 16 Voir Delalande, 2001.
  • 17 Ibid.
  • 18 Marie-Paule Berranger rappelle que, dans la récitation scolaire « Bijou, caillou, chou, genou, hib (...)
  • 19 Chacun se souvient certainement d’une formulette désignant celui qui commence ou qui est exclu d’u (...)
  • 20 Pahud & Petitat, 2003, p. 19.

20Les comptines sont traditionnellement des formulettes d’élimination, qui visent à radier des joueurs, comme l’explique Jean Baucomont : « [elles] sont employées, avant le jeu, pour désigner, par la scansion des syllabes bien détachées, celui ou celle qui doit subir la corvée, assumer le premier rôle ou le rôle ingrat, commencer le jeu, “être le chat”, “s’y coller”15 ». La formulette éliminatoire type est celle qu’on appelle le plouf-plouf, où le meneur (ou le « despote ») du groupe prononce chaque syllabe en l’associant à un joueur pointé du doigt, et l’enfant sur qui tombe la fin de la chansonnette est écarté (ou sélectionné)16. Cette « préparation d’un jeu à venir17 » et ce coup du sort déterminent le rôle que personne ne veut : le dernier restant dans le cercle est désigné comme le chat ou le loup, et même (pourquoi pas?) comme la « Mascotte » ou le « Pou »18. Si la structure de la randonnée, distributrice d’actions et de sérialités, fournit l’armature de ce poème, l’élimination relève également d’une logique enfantine latente : n’a-t-on pas ici une forme de poème d’éviction, qui pourrait servir à supprimer des participants au fur et à mesure de l’arrêt sur certains mots comme « Gigote », « Menottes », « S’emberlificote » et enfin « compote », jusqu’à ce que le pou soit, dans la petite diégèse poétique, lui-même éliminé19. L’effet-liste, créé par le cumul des noms communs, n’est pas dissocié des logiques minimales du récit puisque le pou, sujet des phrases du texte, s’accompagne de verbes qui font avancer l’action (« trotte », « picote », « gigote », « s’emberlificote » et « capote »), et le seul vers qui ne rime pas est un marqueur de récit annonçant la fin du conte : « Puis, un jour »… le pou mourut. En ce sens, la présence d’un récit aux formes simples – quoiqu’aux sens nébuleux – indique une activité configurative qu’on retrouve dans la tradition orale des comptines, configuration « qui ne commence pas au récit, mais bien avant, au niveau d’éléments constitutifs intégrables à une intrigue minimale20 ».

Rituel d’épouillage

21On peut lire aussi ce poème comme une formulette accompagnant et rythmant un rituel enfantin important : celui de l’épouillage. Vivant dans la « calotte », le pou qui « trotte », « picote », « gigote » est une métonymie de l’enfant, dont l’immobilité est nécessaire à la pratique hygiénique, déjà mise en poème par Rimbaud dans « Les chercheuses de poux ». Les verbes d’action poétisent de surcroit sa prolifération dans les tignasses mal lavées des enfants : les mots « tête », « picote » et « gigote » semblent en effet se rapporter à la présence des parasites dans les cheveux des enfants. La randonnée retrace alors le trajet du pou dans la chevelure et le trajet des doigts qui cherchent à le capturer « de calotte en redingote » jusqu’aux « culottes ». Notons aussi que, dans la plupart des formulettes d’épouillage, la mort du pou, écrapouti (comme on dit au Québec) par les doigts de la mère, est inévitable :

  • 21 Sur les multiples expressions et noms du pou, voir Rolland, 1881, p. 252‑257. Voir aussi sur le co (...)

J’ai des poux dans mon dos,
Les capitaines en sont les gros,
Je les prends, je les tortille,
Je les fais crever de rire ;
Je les mets sur un tonneau,
Je leur écorche la peau21.

22La formulette accompagne le craquement rythmé des poux qui meurent sous les ongles prestes de l’épouilleuse. Le poème de Chedid accompagne-t-il le rituel de l’épouillage que doivent subir tous les enfants? Dans tous les cas, avec ses vives sonorités, ses dimensions ludiques et comiques, il semble particulièrement adapté à ce rituel.

Dicte t les lettres

  • 22 Ou encore soulignons cet exemple bien connu qui met en scène et en son un pou : « Chez les Papous, (...)
  • 23 Bustarret, 2010, p. 160.

23À l’évidence, la comptine poétique de Chedid est pétrie de rimes et d’allitérations (pou, picote, parpaillotte, pelote, despote, patriote, capote, compote // calotte, culottes, camelote, cocotte, capote, compote). On le sait, certaines oralités enfantines présentent des jeux formels centrés sur le cumul et l’assemblage de sonorités difficiles à prononcer, dont les virelangues constituent l’exemple le plus achevé : « La pie pond, le pou pond, le paon pond, pas papa22 ». Elles servent, outre leur aspect récréatif, euphorique et gratuit, à faire progresser l’enfant dans l’acquisition des consonnes et de l’articulation. Celui-ci peut ainsi apprendre, avec le poème de Chedid, à distinguer le son des labiales [p] et [b] par exemple, comme dans « boulotte » et « pou », qui forment une paire distinctive ; et le son des palatales [k] et [g] comme dans « picote » et « gigote ». Constituant une paire distinctive, les consonnes percutantes [p] et [t], les plus présentes dans le poème, sont précisément celles que les petits ont le plus la difficulté à différencier et à articuler23. N’y a‑t‑il pas ici, dans ce texte qui reprend certaines logiques sonores aux exercices de récitations scolaires, une forme d’initiation à la maitrise des chaines consonantiques?

Le pou et le caillou

24On le sait, les œuvres produites par la tradition orale se transmettent de bouche à oreille (comme le pou qui, lui, se transmet de tête à tête). De son côté, le poème, issu de la culture écrite, se génère et se dynamise sur le mode du texte à texte. À ce titre, la « mort du pou » rappelle le slogan publicitaire d’avant-guerre composé par Robert Desnos pour faire la promotion, à la radio, des spécialités pharmaceutiques de Salacrou, dont la ligne de produits anti-poux « Marie-Rose », qui accompagnent désormais le rituel de l’épouillage :

  • 24 Cité par Lefebvre, 2002, p. 655.

L’express s’en va
Les lentes restent…
Utilisez la Marie-Rose
La mort parfumée des poux24.

25Notons aussi que le mot « pou », embrayeur de transtextualité, renvoie (peut-être) à un autre poème de Chedid, publié dans Le Cœur et le temps, trois ans après Fêtes et lubies :

  • 25 Chedid, 1977, p. 31.

Le caillou
Passe-partout
Sans froufrou
Sans bagout
Est jaloux, très jaloux
De Nicéphore, le Pou
Ce casse-cou
Vent-debout
Qui court le guilledou25!

  • 26 D’autres poèmes au sein du recueil Fêtes et lubies partagent des mots (voire des personnages) avec (...)

26Arrêtons-nous un instant sur ce poème. S’agit-il du même pou? Les deux textes partagent l’univers du déplacement. On a l’impression que le poème « Le caillou » est le prélude des aventures de « Nicéphore, le Pou », dont la fin de vie est exposée dans « La mort du pou ». C’est bien la mort du pou qui est racontée, et non pas celle d’un pou parmi tant d’autres. Ainsi, le « pou », appelé dans le second poème « Nicéphore », serait une version vivante du défunt parasite dans le poème de Fêtes et lubies. Il apparait ici plein de vigueur, étant en effet désigné comme un « casse-cou » qui « court le guilledou », locution suggérant ses nombreuses relations galantes. Ce texte sur le « caillou […] jaloux » porte en lui un conte virtuel, celui de l’embardée à venir du pou dans une « compote ». Penser les deux poèmes sur le mode de la continuité permet de jeter un éclairage nouveau sur le parcours détaillé du pou dans le premier poème. Sa randonnée de « calotte en redingote », « de boulotte en maigriotte », « de Vieillotte en Cocotte », n’est-elle pas une expansion funeste de l’expression « courir le guilledou » ? Sa mort annoncée est une actualisation des hypothèses et possibles poétiques contenus dans les quelques vers explicitant la vie de Nicéphore, le « casse-cou ». Cette variation sur le même récit et cette inflation d’une histoire existante rappellent les processus de production et de réception du folklore enfantin : les enfants n’hésitent pas à compléter, modifier, actualiser les formulettes obsolètes, incomplètes26.

La grammaire en fête de la poésie

  • 27 Voir Delalande, 2001.
  • 28 Pour reprendre le titre de G. Besche, Comptines pour mieux lire et écrire (1974) publié un an aprè (...)

27À première vue, cet univers poétique est hors du monde de l’écrit et de la raison scolaire : un pou trotte et picote, court peut-être le guilledou. Il fait l’école buissonnière. Mais les comptines, cette culture de l’enfance, qui se fredonne dans la cour de récréation27, s’enrichissent des leçons d’écriture entendues en classe, intègrent des pratiques de récitations et permettent d’apprendre à mieux lire et écrire28.

Le pou sans le hibou

  • 29 Cité comme comptine par Baucomont et al, 1961, p. 263.
  • 30 Ce mot est construit sur le modèle du « zoème », que Lévi-Strauss définit comme une « espèce anima (...)
  • 31 Les « sept pluriels en -oux [ont été] énoncés par l’Académie en 1835 et ânonnés [depuis] dans tout (...)

28Le pou est un personnage important de la formule mnémotechnique – passée au rang de comptine – indiquant le regroupement de mots dont le pluriel exceptionnel s’écrit en -oux au lieu de -ous : « Bijou, caillou, chou, genou, hibou, joujou, pou29 ». Cette suite de termes, fixée par la tradition grammaticale, renforce le lien entre les poèmes « La mort du pou » et « Le caillou », les deux acteurs principaux appartenant au même groupe d’exceptions. Le « pou » joue le rôle de ce qu’on pourrait nommer un « orthographème30 » en le définissant comme un mot nanti d’une fonction sémantique et symbolique dans une culture donnée, soit plus précisément comme un fétiche de la discipline scolaire et de l’ordre alphabétique. Ce lexème synthétise en effet, depuis 1835, dans la société française, des manières d’enseigner la langue française sur des modèles mnémoniques31. Il fait partie prenante du discours orthopraxique de l’école qui a pendant longtemps vu dans la copie et la mémorisation des techniques optimales pour l’apprentissage de l’orthographe.

  • 32 Bakhtine définit le « mot d’autrui » comme un énoncé qui « est rempli des échos et des rappels d’a (...)
  • 33 Soupault, 1973, p. 215.

29Ainsi, embrayeur orthographique, le mot « pou » est déjà gros d’une altérité scolaire. C’est un « mot d’autrui32 » qui appartient non seulement à l’institution scolaire et aux pratiques linguistiques, mais également à la littérature, orale et écrite. Nombreux sont les poètes depuis Rimbaud et ses « chercheuses de poux » à faire du pou un héros poétique. Retenons par exemple, plus proches de Chedid, ces deux vers de Philippe Soupault : « Un certain monsieur / Loup Pou ou Hibou33 ». Et surtout ce poème de Desnos intitulé « Les hiboux » :

Ce sont les mères des hiboux
Qui désiraient chercher les poux
De leurs enfants, leurs petits choux,
En les tenant sur les genoux.

Leurs yeux d’or valent des bijoux,
Leur bec est dur comme cailloux,
Ils sont doux comme des joujoux,
Mais aux hiboux point de genoux !

  • 34 Desnos, 2016 [1952].

Votre histoire se passait où ?
Chez les Zoulous ? Les Andalous ?
Ou dans la cabane bambou ?
A Moscou ? Ou à Tombouctou ?
En Anjou ou dans le Poitou ?
Au Pérou ou chez les Mandchous ?
Hou ! Hou !
Pas du tout, c’était chez les fous34.

  • 35 D’autres poètes ont inventé des variantes de cette formulettes. C’est le cas du poème « Le petit p (...)

30Chez Desnos, le jeu avec le pluriel est apparent, certains mots se terminant en -oux, d’autres en ‑ous ou en -ou! L’historiette poétique de Desnos offre une nouvelle version à la célèbre formule scolaire utilisée pour retenir les exceptions dont la culture enfantine présente plusieurs variantes (anonymes)35 :

Un hibou moche comme un pou
Avait pour joujou sur ses genoux
Un caillou aussi chou qu’un bijou.

                     ***

Viens mon chou, mon bijou
Viens sur mes genoux
Avec des joujoux et des cailloux
Pour éloigner ces vilains hiboux pleins de poux

Viens mon chou, mon joujou, mon bijou
Sur mes genoux
Jeter des cailloux
À ces vieux hiboux, pleins de poux

                     ***

Viens mon chou, sur mes genoux avec tes joujoux et tes bijoux
Pour jeter des cailloux sur les vilains hiboux pleins de poux.

  • 36 Linkhorn, 2009, p. 145.

31Néanmoins, le poème de Chedid n’est pas une « chanson pour apprendre » ou une rengaine scolaire – ou ce qu’on appelle aussi aujourd’hui des « orthochansons ». Certes, pour une certaine critique, les livres de Chedid, destinés aux enfants, « sous leur apparente familiarité et les messages à la fois drôles et poétiques, […] présentent aussi des conseils (grammaticaux, par exemple) qui, subrepticement, “enseignent” aux jeunes lecteurs des choses utiles, soit tel point de grammaire, soit telle autre petite leçon pratique36 ». Selon nous, la poésie n’enseigne pas de leçons pratiques, au contraire, elle joue plutôt avec elles, les dénudant de leur but utilitaire et pédagogique, ne gardant que la magie sonore et graphique des mots, résistant plutôt à une forme de français élémentaire.

Performer la grammaire

  • 37 Baucomont et al., 1961, p. 21.
  • 38 Balibar, 1974, p. 224.

32Si le poème recèle une visée didactique, c’est plutôt dans sa logique sérielle qu’elle est à chercher, dans la mesure où il modélise des manières de faire et de dire les inventaires et les listes, comme on les retrouve dans certains contes. Il met en effet en place un inventaire partiel d’une catégorie (les mots dont la finale est en -ote ou -otte) ; inventaire doublé d’une progression logique : le pou avance dans la chaine des mots, il y trotte de mots en mots. Il y a bien ici des logiques graphiques et scolaires structurantes qui supposent une technologie de l’écriture, mais qui n’excluent pas les oralités enfantines. Le poème s’inscrit ainsi dans une continuité avec les pratiques créatrices des enfants qui n’hésitent pas à faire des « emprunts […] à des textes didactiques » pour créer des formulettes ; les enfants étant, selon Jean Baucomont « séduits par l’énumération rythmée de certaines nomenclatures ou de certaines règles37 ». Il se place aussi dans une filiation avec les comptines littéraires surréalistes, dont plusieurs s’apparentent à des « traditionnelle[s] récitation[s] d’école primaire38 ». Mais surtout soulignons sa capacité exceptionnelle à intégrer et à désintégrer des formes multiples d’oralités enfantines (conte-randonnée, formulette d’élimination, rituel d’épouillage, etc.) tout autant que celles de la culture scolaire (dictée, leçon, récitation, règles grammaticales et orthographiques, etc.).

  • 39 Ibid., p. 106.
  • 40 Ibid. Je m’inspire du travail de Balibar pour classifier les composantes du poème à l’étude.

33Le poème présente un ensemble d’anomalies de la langue française, il réunit « en une seule performance exemplaire les contenus de plusieurs exemples de grammaire séparés par la convention scolaire dans l’apprentissage analytique des règles39 ». Il « met en acte » une addition de mots problématiques, réunis à la fois par leur sonorité et par leur irrégularité, tout comme il présente un « riche éventail de catégories grammaticales comptant parmi les plus importantes de l’enseignement du français élémentaire40 » :

  • le nom commun : « calotte », « redingote » ;
  • le nom propre : « Iscariote » ;
  • le singulier et le pluriel : « Menottes », « Culottes ». Le TLF nous apprend que « menotte » existe rarement au singulier, le mot désignant soit les « petites mains » (et on en a deux), soit les anneaux pour entraver les mains (et ils viennent en paire). Si on ne porte qu’une seule culotte dans laquelle on passe chaque jambe, il existe tout de même des exemples où on dit et écrit « une paire de culottes » ou « porter des culottes » au pluriel. Dans la logique de la dictée qui structure ce poème (et sur laquelle nous reviendrons), rien ne peut indiquer à l’écolier le pluriel des mots, car il manque ici les déterminants (dans le groupe nominal, le nom commun donne son genre et son nombre au déterminant et à l’adjectif : ici les donneurs d’accord ne livrent pas les indices du nombre, seul le genre peut s’entendre) ;
  • le masculin et le féminin avec la règle du redoublement du t : « Vieillotte », « maigriotte » ;
  • l’adjectif qualificatif : « boulotte », « Vieillotte », « maigriotte » ;
  • le verbe pronominal : « s’emberlificote » ;
  • le niveau de langue : « boulotte », « camelote », « s’emberlificote », « gigote » (registre familier) ;
  • le suffixe en -ote ou -otte selon qu’il est nominal ou adjectival n’a pas le même sens : il peut servir à rendre un nom commun péjoratif (« camelote »), à désigner des habitants d’une ville ou d’un pays (la confusion sur « Parpaillotte » et « Iscariote »), à donner une valeur diminutive (« boulotte », « vieillotte »). Notons que les diminutifs abondent dans les comptines : rien d’étonnant en ce sens à ce qu’ils apparaissent ici dans ce poème sur le minuscule et le mineur (dont le « pou » est le héros) ;
  • la majuscule : « Pou », « Parpaillotte », « Iscariote », etc.
  • 41 Ibid., p. 107.

34On a bien une « récapitulation fictive [et poétique] de nombreuses catégories grammaticales41 », ce qui rend ce poème plus complexe qu’une comptine, qui, si elle oralise souvent les règles numériques, grammaticales, littératiennes de l’école, en présente rarement autant.

  • 42 Berranger, 2004, p. 122.

35De surcroit, le poème exhibe, du point de vue de la raison scolaire, quelques erreurs notamment de ponctuation (notons l’absence de virgules dans la première strophe et l’absence de point dans la première strophe jusqu’à la bonne maitrise de la ponctuation dans la strophe finale) et de majuscules. N’existant pas à l’oral, les majuscules ont des formes graphiques différentes des autres lettres. Si les premiers mots, conformément aux règles grammaticales et poétiques, arborent un majestueux caractère d’imprimerie, d’autres mots, dans ce poème qui bouleverse la règle, changent, sans raison apparente, de formes. « Pou » bien sûr personnifié, héros de la comptine, porte la lettre capitale comme un nom propre. Aussi, on peut repérer une constante : il n’y a pas de majuscule aux verbes (sauf ceux qui commencent le vers) : « trotte », « s’emberlificote », « capote ». Mais « compote » qui n’est pas un verbe ne respecte pas la règle, car le mot n’a pas, lui non plus, de majuscule. C’est surtout dans la deuxième strophe que se condensent les majuscules chapeautant tous les mots, dont le premier vers semble évoquer, à une oreille non initiée, des noms exotiques de lieux (auxquels cas la majuscule est requise). Or « Parpaillotte » n’est pas un lieu exotique et dès lors ne prend pas de majuscule. S’il sonne comme un mot inventé, s’apparentant « au[x] séquence[s] sonore[s] pure[s] très rentable[s] dans les formulettes qui traitent les noms comme des mots magiques42 », ce mot, très éloigné de l’univers familier des enfants, désigne plutôt de façon péjorative et familière un « calviniste », un « protestant » et par métonymie un « impie » et un « mécréant » (TLF). Le poème joue alors avec le procédé stylistique de l’antonomase, qui consiste à transformer un nom commun en nom propre. Seul « Iscariote », nom de famille de l’apôtre Judas, qui trahit le Christ, doit en porter une. Toutefois, dans les faits, il s’agit bien d’une sorte de traversée qu’accomplit le pou, allant d’un mot à l’autre comme on le ferait d’un lieu à l’autre. Chaque mot est en quelque sorte un lieu (de réflexion), une station.

La leçon de t en randonnée

36Outre l’orthographème « pou » qui prend un x au pluriel, ce poème comporte une autre règle que doivent apprendre tous les petits Français : c’est celle de la lettre m devant les lettres m, b et p actualisée dans le mot final du poème, « compote ». La justification et l’explication de la règle sont complexes :

  • 43 Office québécois de la langue française, 2019.

Dans l’orthographe d’un mot, lorsqu’une voyelle nasale est immédiatement suivie d’un m, d’un b ou d’un p, on utilise un m plutôt qu’un n pour représenter le caractère nasal de la voyelle. Cette règle s’applique également lorsque la voyelle nasale est suivie d’un b ou d’un p muet. […] La règle faisant qu’on écrit m plutôt que n devant m, b et p est d’origine phonétique. […] Aujourd’hui, le m n’est pratiquement plus qu’une marque graphique de nasalité devant m, b et p, puisqu’il n’est généralement plus prononcé43.

37Le mot « compote » porte en lui une « marque graphique » désuète, annonçant une dimension orale (perdue) de la lettre.

  • 44 Chervel & Manesse, 1989, p. 126.

38La règle principale qui « emberlificote » le lecteur ou l’écolier est toutefois celle du double t. Le poème emprunte, on l’a dit, sa forme aux randonnées propres au conte sériel et formulaire dont la caractéristique principale serait ici les mots ayant une sonorité en -ot(t)e ; sonorité qui s’applique à la majorité des actants, objets, actions de l’histoire. « La mort du pou » est, pour le dire en termes scolaires, un poème sur les marques orthographiques du t. À l’oral, le redoublement de la lettre t ne s’entend pas, tout comme le x à poux au pluriel et le m de compote. Silencieuses, les lettres ont une réalité visible, graphique. Or pour le lecteur aguerri, le poème-comptine est également une sorte de mystification, car se cache dans les mots du poème une erreur, transformant la lecture en une espèce de chasse à l’intrus et aux fautes d’orthographe. S’agit-il d’une vraie erreur? Ou d’un clin d’œil à un vieil exercice scolaire, très prisé au xixe siècle, la « cacographie », qui « consiste à livrer à l’élève […] des mots et des phrases mal orthographiés, qu’il doit recopier sur son cahier, en corrigeant, bien entendu, les fautes44 ». Ici l’erreur est dans l’accord au féminin du mot « parpaillot » : « Parpaillotte », contrairement à « vieillot » qui au féminin redouble son t pour former le mot « vieillotte », ne doit pas redoubler son t et s’écrit « parpaillote ». Mais « vieillotte » contient deux t et nécessite deux l. Par contre, attention à la confusion, « camelote » n’est pas le féminin de « camelot » tout comme « despote » n’est pas le féminin de « despot ». « Cocotte » peut s’écrire avec ou sans t (« cocoter », le verbe, plus rare, n’en prend pas ; alors que le mot « cocotte » compris comme une poule ou une marmite en prend). Bref, il est facile de s’emberlificoter dans les règles du t.

  • 45 Crubellier, 1979, cité par Berranger, 2004, p. 118.

39Si les comptines « enseignent toutes sortes de séries usuelles – parties du corps, doigts de la main, jours de la semaine et mois de l’année, et, bien entendu les nombres45 » –, le poème « La mort du pou », combinant des mots au suffixe en -ote ou d’autres en -otte, n’explicite dès lors pas une règle comme dans les comptines pour apprendre les exceptions (voir les sept pluriels en -oux) ou l’alphabet. Il serait rengaine scolaire s’il ne combinait que des mots en -ote (« patriote », « camelote », « despote »). Mais l’alliance des mots à simple et à double consonne dans le poème, si elle suffit pour créer une confusion et ruiner sa possible dimension pédagogique (à moins qu’il se transforme en dictée), lui donne une orientation critique, car il détourne les mécanismes d’apprentissage des règles et des exceptions de la langue française. À ce titre, il s’inscrit dans l’ère du temps.

  • 46 Pour reprendre le titre de l’article de Guion, 1973, p. 111‑118.
  • 47 Pour Louis Legrand, « notre école élémentaire actuelle, toute démocratique qu’elle se pense et se (...)
  • 48 En 1911 parait déjà une plaquette Le Péril de la syntaxe et la crise de l’orthographe (voir Guion, (...)
  • 49 Voir à ce sujet Karabétian, 2000, p. 245‑246.
  • 50 Voir Blanche-Benveniste & Chervel, 1978, p. 9.
  • 51 Honvault-Ducrocq (dir.), 2006, p. 66.
  • 52 Firmin Didot, 1868, p. 55.
  • 53 Ibid., p. 57.
  • 54 Ibid., p. 48.

40Le poème est en effet en relation avec un imaginaire social de la « crise de l’orthographe46 » puisqu’en France, dans les années 1960‑1970, se propagent des discours sur la réforme de l’orthographe (le recueil de Chedid date de 1973). Grammairiens, pédagogues, linguistiques réfléchissent sur la nécessité d’apporter des changements à la grammaire traditionnelle : ils veulent réévaluer l’entreprise pédagogique et la mission démocratique de l’école telle qu’elle a été pensée par Jules Ferry47. Certes, le discours n’est pas nouveau, les insuffisances en orthographe des écoliers étant dénoncées depuis le début du siècle48. Une crise orthographique et grammaticale49 motive tout de même, dès le 13 décembre 1950, la demande du ministre de l’Éducation nationale exigeant « l’examen d’une révision modérée des difficultés ou des anomalies de graphie ou d’accord que présente notre langue50 ». La Commission ministérielle d’études orthographiques, sous la présidence d’Aristide Beslais, est fondée, et son Rapport général recommande en 1965, entre autres, de substituer le s au x final dans les pluriels en -oux et de simplifier la graphie des mots contenant des consonnes doubles devenues inutiles. Plusieurs linguistes et grammairiens préconisent donc à l’époque la suppression des sept pluriels en -oux et l’unification, voire la suppression, des consonnes doubles quand elles ne sont pas prononcées (ils suggèrent d’écrire fame, (h)ome, nule, bone). C’est le cas, par exemple, d’Albert Dauzat et Jacques Damourette, qui, dans un article de la revue Le Français moderne, suggèrent de « ne ret[enir] qu’une seule consonne t pour les mots en -otte / -otter, ex. linote51 ». Ce débat sur les doubles consonnes a des racines historiques plus longues, car déjà Ambroise Firmin Didot au xixe siècle affirmait qu’il y avait contradiction à écrire les mots suivants : « démailloter, emmaillotter (dont on a depuis enlever le double t), radoter, ballotter, sangloter, marmotter, coqueter, flotter, tricoter, trotter, tripoter, gigotter (dont on a depuis enlevé le double t), frotter, comploter, grelotter, raboter, garrotter52 ». Il conseillait de supprimer ce qu’il appelle les « doubles consonnes parasites53 » qui doivent être gardées uniquement là où « leur présence peut encore se faire sentir à l’oreille », soit avoir pour but de faire « élever la voix sur la syllabe qu’elle termine54 ». Le débat est relancé à la fin des années 1960 quant à la pertinence de ce qu’on appelle, dans la langue des grammairiens, des « lettres parasites ».

41On le voit, le poème de Chedid sur un pou / parasite cumulant les mots en -otte et en -ote, passant d’une graphie à l’autre, actualise et active, sur un mode ludique, poétique et peut-être critique, cet imaginaire social de l’emberlificotage grammatical. Le poème construit sur la forme d’une randonnée présente un échafaudage ascendant de mots en -ot(t)e culminant par une « capote » dans la « compote ». Or, on l’a dit, il n’est pas suivi d’une cascade descendante – le retour de la randonnée, qui remet le monde en ordre. À la symétrie de la randonnée, genre de l’oralité, répond la dissymétrie du poème refusant le retour en arrière. Dans un poème jouant sur le redoublement (ou pas) d’une lettre, l’absence de répétition (lexicale et structurale) actualise une forme de critique : refusant le redoublement de la randonnée, ne dit-il pas ultimement qu’on ne devrait pas dupliquer les consonnes et qu’on devrait uniformiser l’orthographe?

  • 55 Pour reprendre Berranger qui analyse la formulette hugolienne « Mirlababi Surlababo » (2004, p. 11 (...)
  • 56 Chantal & Mauduit, 2016.
  • 57 Voir Guion, 1974, p. 92 et les suivantes.

42Proposant un jeu sur le genre, le suffixe, la double consonne, le poème offre « une mise en scène poétique des règles grammaticales55 » contestées à son époque et en exploite les possibilités combinatoires, sémantiques, graphiques, sonores. De surcroit, il est construit comme une dictée, faite pour mystifier l’écolier, « tête de Linotte », qui « s’emberlificote » dans certaines règles et dans certains mots difficiles, qui sont en-dehors du répertoire linguistique familier des enfants (« Parpaillotte », « Iscariote », etc.). Rappelons que, dans la culture française, la dictée est éliminatoire (en France notamment au Certificat d’études où plus de cinq fautes recalent le candidat56) et fait partie d’une longue tradition. Au cœur des mœurs scolaires, cet exercice (ou ce contrôle) le plus usuel et répandu de l’école primaire, où le maitre dicte des mots et l’élève les écrit, sert à apprendre l’orthographe au travers d’un processus d’enculturation57 qui allie des cultures orales et vocales et des cultures écrites, savantes et littéraires (l’école fait dictée avec les textes des grands auteurs). Apprendre à écrire sous la dictée et à surmonter les pièges de la langue, telle est l’une des techniques d’apprentissage de l’orthographe privilégiée par l’école républicaine depuis la fin du xixe siècle. Ce poème rempli de chausse-trappes synthétise et synchrétise ces méthodes traditionnelles d’enseignement, remises à l’époque en cause : ainsi l’orthographème « pou » concentre l’apprentissage par cœur des leçons et des exceptions alors que la structure cumulative des anomalies orthographiques et des catégories grammaticales diversifiées condense la dictée sur les leçons.

 

  • 58 À ce titre, il faudrait interroger plus en détail le rapport de résistance à la langue scolaire et (...)
  • 59 Arleo & Delalande, 2010, p. 18.

43Comptine-randonnée, conte d’attrape ou dictée, le poème suppose une communauté (scolaire, enfantine), et une performativité orale modélisée par l’agilité du conteur/dicteur à sauter de mot en mot. Il réinvestit les logiques des rengaines scolaires destinées à mémoriser les règles grammaticales et orthographiques tout en les emberlificotant, car son but n’est pas comme dans les exercices académiques de développer les compétences orthographiques d’un scripteur en devenir. Le « capotage » du pou, qui a la tête en « compote » (lui qui vit habituellement sur la tête), dévoile la difficile acquisition d’une identité linguistique58 : le pou, « tête de linotte » et, peut-être, élève aux mauvaises notes, meurt écrasé sous le poids de l’institution scolaire, orthographique et grammaticale (la « compote » est-elle faite de pommes, le fruit préféré des professeurs?). En adoptant « une politique linguistique résolument ludique et créative59 » et en épousant des logiques culturelles propres aux oralités enfantines, ce poème ruse avec les traditionnels rituels scolaires d’acculturation du français national et scriptural. Ne suggère-t-il pas, en somme, un épouillage de la langue ?

Haut de page

Bibliographie

Arleo Andy & Delalande Julie, 2010, « Culture(s) enfantine(s). Un concept stratégique pour penser l’unité de l’enfance et la diversité de ses conditions » in Arleo Andy & Delalande Julie (dir.), Cultures enfantines. Universalité et diversité, Presses universitaires de Rennes (coll. Le Sens social), Rennes, p. 9‑28.

Arleo Andy, 2004, « Les syllabes “sauvages” dans la tradition orale enfantine : métaphores et rhétoriques » in Grossel Marie-Geneviève & Mougin Sylvie (dir.), Poésie et rhétorique du non-sens : littérature médiévale, littérature orale, Presses universitaire de Rennes (coll. Centre d’études du patrimoine linguistique et ethnologique de Champagne-Ardenne), Rennes, p. 341‑363.

Bakhtine Mikhaïl, 1984, Esthétique de la création verbale, NRF-Gallimard (coll. Bibliothèque des idées), Paris, 408 p. 

Balibar Renée, 1974, Les Français fictifs. Le Rapport des styles littéraires au français national, Hachette (coll. Littérature), Paris, 295 p. 

Baucomont Jean et al., 1961, Comptines de langue française, Seghers, Paris, 320 p. 

Berranger Marie-Paule, 2004, Les genres mineurs dans la poésie moderne, Presses universitaires de France (coll. Perspectives littéraires), Paris, 271 p. 

Besche Gisèle, 1974, Comptines pour mieux lire et mieux écrire : phonétique et première lecture. Cours préparatoire et CE1, Éditions de l’École, Paris, 217 p. 

Blanche-Benveniste Claire & Chervel Alain, 1978, L’orthographe, nouvelle édition augmentée d’une postface, François Maspero (coll. Les textes à l’appui), Paris, 260 p.

Bricout Bernadette, 1992, « Un pou peut en cacher un autre » in Le savoir et la saveur. Henri Pourrat et Le Trésor des contes, NRF-Gallimard (coll. Bibliothèque des idées), Paris, p. 286‑303.

Bustarret Anne H., 2010, « L’universalité de la comptine d’âge en âge. Une culture enfantine en transformation constante » in Arleo Andy et Delalande Julie (dir.), Cultures enfantines. Universalité et diversité, Presses universitaires de Rennes (coll. Le Sens social), Rennes, p. 159‑166.

Carême, Maurice, 1970, L’Arlequin, F. Nathan, Paris, 155 p.

Chantal Laure (de) & Mauduit Xavier, 2016, La dictée. Une histoire française, Stock, Paris, 260 p. 

Charpentreau Jacques, 1979, La poésie comme elle s'écrit. Poèmes inédits réunis pour les enfants, Éditions ouvrières (coll. Enfance heureuse), Paris, 283 p.

Chedid Andrée, 1973, Fêtes et lubies. Petits poèmes pour les sans-âge, Flammarion, Paris, 96 p. 

Chedid Andrée, 1977, Le cœur et le temps : poèmes pour les enfants, L’École des loisirs, Paris, 63 p. 

Chervel André & Manesse Danièle, 1989, La dictée. Les Français et l’orthographe. 1873‑1987, Calmann-Lévy & INRP, Paris, 287 p. 

Chervel André, 1977, … Et il fallut apprendre à écrire à tous les petits Français : Histoire de la grammaire scolaire, Payot, Paris, 306 p. 

Clausard, Robert, 1973, Poèmes de la marguerite et du bouton d’or, Éditions Saint-Germain-des-Prés, Paris, 71 p.

Crubellier Maurice, 1979, L’enfance et la jeunesse dans la société française, 1800‑1950, Armand Colin (coll. U), Paris, 389 p.

Delalande Julie, 2001, « Les jeux comme faits de culture » in La cour de récréation. Contribution à une anthropologie de l’enfance, Presses universitaires de Rennes (coll. Le sens social), Rennes, p. 175‑253.

Desnos Robert, 2016 [1952], Chantefables et Chantefleurs, Bibliothèque numérique romande, URL : https://ebooks-bnr.com/ebooks/pdf4/desnos_chantefables_et_chantefleurs.pdf (consulté le 14 juin 2021).

Firmin Didot Ambroise, 1868, Observations sur l’orthographe ou ortografie française suivies d’Une histoire de la réforme orthographique depuis le xve siècle jusqu’à nos jours, Ambroise Firmin Didot, Paris, 487 p.

Gauvin Lise, 2009, « D’une langue à l’autre. La surconscience linguistique de l’écrivain francophone » in L’écrivain francophone à la croisée des langues, Karthala (coll. Lettres du Sud), Paris, p. 5‑15.

Grimm Jacob et Wilhelm, 2009, Contes pour les enfants et la maison, José Corti (coll. Merveilleux), Paris, 1184 p. 

Guion Jean, 1973, « À propos de la crise de l’orthographe » in Langue française, no 20, p. 111‑118, DOI : 10.3406/lfr.1973.5659.

Guion Jean, 1974, L’institution orthographe. À quoi sert l’orthographe ? À quoi sert son enseignement ?, Le Centurion (coll. Sciences humaines), Paris, 203 p. 

Honvault-Ducrocq Renée (dir.), 2006, L’orthographe en question, Publications des universités de Rouen et du Havre (coll. Dyalang), Mont-Saint-Aignan, 376 p. 

Karabétian Étienne Stéphane, 2000, « La double crise de la grammaire scolaire (1968‑1972 et 1985‑1995) » in Études de linguistique appliquée, no 119, p. 245‑256.

Lefebvre Thierry, 2002, « La mort parfumée des poux. Petite archéologie de la publicité pharmaceutique radiophonique (suivi d’un Historique des spécialités de C. et A. Salacrou) » in Revue d’histoire de la pharmacie, no 336, p. 647‑665, DOI : 10.3406/pharm.2002.5435.

Legrand Louis, 1970, « Vers une transformation de l’enseignement du français à l’école élémentaire » in Langue française, no 6 : « Apprentissage du français, langue maternelle », p. 3‑12, DOI : 10.3406/lfr.1970.5475.

Lévi-Strauss Claude, 1985, La potière jalouse, Plon (coll. Pocket), Paris, 314 p. 

Linkhorn Renée, 2009, « Andrée Chedid. Magicienne des mots » in Fels Laurent (dir.), Regards sur la poésie du xxe siècle, vol. 1, Éditions namuroises (coll. Études et essais), Namur (Belgique), p. 143‑159.

Office québécois de la langue française, « L’orthographe. Problèmes liés aux consonnes. M devant m, b et », URL : http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?id=4050 (consulté le 14 juin 2021).

Pahud Stéphanie & Petitat André, 2003, « Les contes sériels ou la catégorisation des virtualités primaires de l’action » in Poétique, vol. 1, no 133, p. 15‑34, DOI : 10.3917/poeti.133.0015.

Polain Eugène, 1942, Il était une fois : les contes populaires entendus en français à Liège, E. Droz, Liége, 371 p.

Privat, Jean-Marie, 2019, « Continuum anthropologique », « Culture écrite », « Littératie », « Oralité », « Oralité/Auralité », « Oralité/Oralitude (de Certeau) », « Oralité/Oralités », « Polylogie », « Raison graphique » in Masseron Caroline & Privat Jean-Marie (dir.), Pratiques, no 183‑184, DOI : 10.4000/pratiques.6717.

Rolland Eugène, 1881, « Pediculus cervicalis » in Faune populaire de France, vol. XII, Chez l’auteur, Paris, p. 252‑257.

Simonsen Michèle, 2013, « Les randonnées (contes énumératifs). Entre récits, virelangues et facéties » in Studies in Oral Folk Literature, no 2, p. 183‑194, DOI : 10.17345/elop2013183-194.

Soupault Philippe, 1973, Poèmes et poésies, Grasset (coll. Les Cahiers rouges), Paris, 290 p. 

Haut de page

Notes

1 Toutes les citations qui proviennent de cette œuvre (Andrée Chedid, 1973, Fêtes et lubies. Petits poèmes pour les sans-âge, Flammarion, Paris, 96 p.) seront désignées, dans le corps du texte, uniquement par « C, » suivi de la pagination.

2 Dans la lignée des travaux de Jean-Marie Privat (pour une synthèse, on se rapportera à Privat, 2019), on comprendra ici « oralités enfantines » du point de vue ethnologique tout à la fois comme culture (les cultures enfantines, le folklore des enfants), comme rite (la comptine comme rituel d’entrée dans le jeu et d’élimination), comme mode anthropologique de communication (le bouche à oreille par des enfants entre pairs), comme genre de discours (comptine, formulette, chant), comme corporalité (les gestes, la danse, les mimiques). C’est l’hybridation de ces mondes hétérophoniques qui nous intéressent tout autant que le continuum anthropologique que ces oralités entretiennent entre elles et avec les mondes de la culture écrite et plus précisément avec les univers de la raison scolaire (sachant que plusieurs formulettes de la tradition orale sont constituées à partir de fragments de leçons prises « dans des manuels scolaires et retenus pour leurs seules sonorités » [Baucomont et al., 1961, p. 17]).

3 Jean Baucomont définit les formulettes enfantines comme « les petits poèmes oraux traditionnels, le plus souvent rimés ou assonancés, toujours rythmés ou mélodiques, utilisés communément par les enfants au cours de leurs jeux » (Baucomont et al., 1961, p. 7). Sur les échanges entre « les petites formes de la poésie enfantine » (écrites et orales) et la poésie moderne, voir l’incontournable chapitre « L’enfance de l’art » de Marie-Paule Berranger (2004, p. 87‑144), qui relève et analyse les procédés poétiques de l’enfance à l’œuvre dans la poésie écrite : vers approximatifs, assonances, inexactitudes lexicales, décalages, fautes, zézaiements, liaisons ratées, etc. (Ibid., p. 88).

4 Pour des exemples de formulettes enfantines « avec allitérations, jeux phonétiques et mots sauvages », voir Baucomont et al., 1961, p. 86‑120. Sur l’importance des « syllabes “sauvages” dans la tradition orale enfantine », voir Arleo, 2004.

5 Sur les comptines mettant en scène des animaux, voir Baucomont et al., 1961, p. 197‑239.

6 Ou encore le poème suivant, « Le dinosaure », qui commence ainsi : « “Allez! Allez! Tous au suffrage! / Et qu’on m’élise sans ballottage!”/ Hurla le Dinosaure. / “Depuis le début des âges, / c’est MOI / Le plus grand, le plus fort!” […] » (C, p. 13).

7 Pour une synthèse de la notion de « littératie », entendue comme « mode sémio-anthropologique de communication » qui engage des pratiques, des agents et des valeurs liés à la culture écrite et qui « ne saurait être tenu pour synonyme d’alphabétisation », voir Privat, 2019 (articles « Littératie » et « Culture écrite »).

8 Voir Balibar, 1974.

9 Chervel, 1977.

10 Simonsen, 2013, p. 185.

11 Grimm, 2009, p. 184.

12 Mais il est difficile de dire si la chaine énumérative est principalement fondée sur les verbes, les objets ou les êtres, car le poème mélange les catégories grammaticales.

13 Polain, 1942, cité par Pahud & Petitat, 2003, p. 16.

14 Pahud & Petitat, 2003, p. 16.

15 Baucomont et al., 1961, p. 8.

16 Voir Delalande, 2001.

17 Ibid.

18 Marie-Paule Berranger rappelle que, dans la récitation scolaire « Bijou, caillou, chou, genou, hibou, joujou et pou », comptine sur laquelle nous reviendrons, l’énoncé de « pou » permet, dans la cour de récréation, « d’exclure du cercle le joueur ainsi désigné ; les mots courts, les accents nombreux, les rimes et la chute décisive sont utilisés comme formules d’élimination […] » (Berranger, 2004, p. 134‑135).

19 Chacun se souvient certainement d’une formulette désignant celui qui commence ou qui est exclu d’un jeu : « roche, papier, ciseau, allumette ». Ainsi la séquence de lexèmes « Pelote, Culottes, Camelote, Menottes » pourrait en être équivalente.

20 Pahud & Petitat, 2003, p. 19.

21 Sur les multiples expressions et noms du pou, voir Rolland, 1881, p. 252‑257. Voir aussi sur le conte « La peau du pou », Bricout, 1992, p. 286‑303.

22 Ou encore soulignons cet exemple bien connu qui met en scène et en son un pou : « Chez les Papous, il y a des Papous papas et des Papous pas papas. Il y a aussi des Papous à poux et des Papous pas à poux. Et aussi des poux papas et des poux pas papas. Et même des poux papous et des poux pas papous. Tous les Papous papas à poux papous pas papas sont des Papous à poux papous pas papas, mais les Papous papas pas à poux papous pas papas ne sont pas des Papous à poux papous pas papas, ce sont des Papous pas à poux papous pas papas… »

23 Bustarret, 2010, p. 160.

24 Cité par Lefebvre, 2002, p. 655.

25 Chedid, 1977, p. 31.

26 D’autres poèmes au sein du recueil Fêtes et lubies partagent des mots (voire des personnages) avec « La mort du pou ». C’est le cas du poème « La hottentote », dont l’héroïne éponyme « accouch[e] d’une Linotte » (C, p. 34) et dont les rimes en -ote rappellent celles de « La mort du pou ». C’est le cas aussi du poème « L’antidote » : « Quand le cœur est en pelote / Quand l’âme freine et puis capote, / Je t’invite, secret pilote! » (C, p. 83). Et ce « secret pilote » et cet antidote contre le cœur et l’âme en gibelotte, c’est la « poésie » (C, p. 83).

27 Voir Delalande, 2001.

28 Pour reprendre le titre de G. Besche, Comptines pour mieux lire et écrire (1974) publié un an après le recueil Fêtes et lubies de Chedid. Sur les liens entre poésie moderne, leçons et manuels scolaires, voir Berranger, 2004, p. 132‑138.

29 Cité comme comptine par Baucomont et al, 1961, p. 263.

30 Ce mot est construit sur le modèle du « zoème », que Lévi-Strauss définit comme une « espèce animale [ajoutons l’insecte] nantie d’une fonction sémantique » dans une culture donnée (Lévi-Strauss, 1985, p. 130).

31 Les « sept pluriels en -oux [ont été] énoncés par l’Académie en 1835 et ânonnés [depuis] dans toutes les écoles de France » (Chervel, 1977, p. 39).

32 Bakhtine définit le « mot d’autrui » comme un énoncé qui « est rempli des échos et des rappels d’autres énoncés, auxquels il est relié à l’intérieur d’une sphère commune de l’échange verbal » (Bakhtine, 1984, p. 298) : « Notre parole, c’est-à-dire nos énoncés (qui incluent les œuvres de création), est remplie des mots d’autrui, caractérisés, à des degrés variables, par l’altérité ou l’assimilation, caractérisés, à des degrés variables également, par un emploi conscient ou démarqué. Ces mots d’autrui introduisent leur propre expression, leur tonalité des valeurs, que nous assimilons, retravaillons, infléchissons. » (Ibid., p. 296).

33 Soupault, 1973, p. 215.

34 Desnos, 2016 [1952].

35 D’autres poètes ont inventé des variantes de cette formulettes. C’est le cas du poème « Le petit pou » de Robert Clausard : « Assis / sur le genou / d’un hibou / le petit pou / cherchant son joujou / jette le bijou / comme un caillou / dans le chou » (Clausard, 1973, p. 9). Ou encore de « Monsieur X » de Jean l’Anselme : « C’est un vieux hibou / affreux comme un pou / avec son caillou / nu comme mon genou. // Mais comme il était chou / quand il faisait joujou avec son chien BIJOU! » (L’Anselme dans Charpentreau, 1979). Ou encore du poème « Le hibou » de Maurice Carême : « Caillou, genou, chou, joujou, bijou, / Répétait sans fin le petit hibou. / Joujou, bijou, pou, chou, caillou, genou, / Non, se disait-il, non, ce n’est pas tout. / Il y en a sept pourtant, sept en tout : / Bijou, caillou, pou, genou, chou, joujou. / Ce n’est ni bambou, ni clou, ni filou… / Quel est donc le septième? Et le hibou, / La patte appuyée au creux de sa joue, / Se cachait de honte à l’ombre du houx. / Et il se désolait, si fatigué / Par tous ses devoirs de jeune écolier / Qu’il oubliait, en regardait le ciel / Entre les branches épaisses du houx, // Que son nom, oui, son propre nom, hibou, / Prenait, lui aussi, un X au pluriel » (Carême, 1970).

36 Linkhorn, 2009, p. 145.

37 Baucomont et al., 1961, p. 21.

38 Balibar, 1974, p. 224.

39 Ibid., p. 106.

40 Ibid. Je m’inspire du travail de Balibar pour classifier les composantes du poème à l’étude.

41 Ibid., p. 107.

42 Berranger, 2004, p. 122.

43 Office québécois de la langue française, 2019.

44 Chervel & Manesse, 1989, p. 126.

45 Crubellier, 1979, cité par Berranger, 2004, p. 118.

46 Pour reprendre le titre de l’article de Guion, 1973, p. 111‑118.

47 Pour Louis Legrand, « notre école élémentaire actuelle, toute démocratique qu’elle se pense et se veut, est une machine de sélection sociale dans la mesure où elle ne réussit qu’auprès d’élèves déjà favorisés par le milieu social où ils vivent. Si nous voulons véritablement donner à notre enseignement élémentaire cette destination de promotion sociale et de démocratisation, il convient d’abord de transformer notre pédagogie du français […] » (Legrand, 1970, p. 5).

48 En 1911 parait déjà une plaquette Le Péril de la syntaxe et la crise de l’orthographe (voir Guion, 1973, p. 113).

49 Voir à ce sujet Karabétian, 2000, p. 245‑246.

50 Voir Blanche-Benveniste & Chervel, 1978, p. 9.

51 Honvault-Ducrocq (dir.), 2006, p. 66.

52 Firmin Didot, 1868, p. 55.

53 Ibid., p. 57.

54 Ibid., p. 48.

55 Pour reprendre Berranger qui analyse la formulette hugolienne « Mirlababi Surlababo » (2004, p. 117).

56 Chantal & Mauduit, 2016.

57 Voir Guion, 1974, p. 92 et les suivantes.

58 À ce titre, il faudrait interroger plus en détail le rapport de résistance à la langue scolaire et la « surconscience linguistique » des écrivain.e.s francophones afin de saisir les « relations généralement conflictuelles – ou tout au moins concurrentielles » (Gauvin, 2009, p. 6‑7) qu’ils entretiennent avec l’acculturation au « bon usage » de la langue française.

59 Arleo & Delalande, 2010, p. 18.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Ménard, « Comptine, poésie pour les enfants et raison scolaire »Cahiers de littérature orale, 88 | 2020, 61-86.

Référence électronique

Sophie Ménard, « Comptine, poésie pour les enfants et raison scolaire »Cahiers de littérature orale [En ligne], 88 | 2020, mis en ligne le 13 octobre 2022, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/clo/9025 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clo.9025

Haut de page

Auteur

Sophie Ménard

Professeure adjointe au département des Littératures de langue française de l’université de Montréal, Sophie Ménard est spécialiste de l’ethnocritique de la littérature. Travaillant au confluent de la poétique des textes et de l’ethnologie du symbolique, elle étudie les relations entre les œuvres et la culture française à partir des notions d’interdiscursivité, de polyphonie culturelle, de dialogisme. Elle s’intéresse à l’anthropologie des genres narratifs au XXIe siècle, ayant publié plusieurs articles sur Zola, les Goncourt, Maupassant, Sand, et aux interactions entre les oralités enfantines (comptines, berceuses, contes) et la poésie, du XIXe siècle (Baudelaire, Desbordes-Valmore) au début du XXe siècle (Breton).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search