Navigation – Plan du site

AccueilNuméros88Comptes rendusGiacomo Marcellesi Mathée, 2019, ...

Comptes rendus

Giacomo Marcellesi Mathée, 2019, Contes et légendes de la tradition orale corse. Ursalamanu, Cinnaredda…, Albiana, Ajaccio, 283 p.

Josiane Bru
p. 195-198

Texte intégral

1Les travaux de Mathée Giacomo-Marcellesi, linguiste, professeur émérite à l’université de Paris 3, portent principalement sur la langue corse telle qu’elle se déploie notamment dans le vaste corpus de littérature orale enregistré dans les années soixante-dix dans l’Alta Rocca et l’Extrême-Sud de la Corse auprès de son entourage. Dans ces Contes et légendes de la tradition orale corse, parus en décembre 2019 aux éditions Albiana à Ajaccio, elle reprend et complète celui publié par elle en 1989 chez Édisud à Aix-en-Provence sous le titre Contra Salvatica : « le versant boisé » de la montagne, comme le précisait alors dans sa Préface le linguiste et historien Fernand Ettori. Elle y donnait aussi des textes d’un chanteur-poète populaire, J.‑A. Culioli, le « barde de Chera » disparu en 1972, dont elle a publié en 2012 une anthologie de chansons et récits. En 2015, toujours chez Albiana, elle a aussi fait paraître l’histoire de vie d’une autre figure remarquable : Petru Vellutini, pastore enregistré entre 1974 et 1980.

2À la même époque, également dans cette région de l’Alta Roca, le linguiste et écrivain Ghjuvan Ghjaseppiu Franchi enregistrait auprès de sa mère et de quelques personnes de son entourage proche, un corpus important de contes et légendes en dialecte, E Fole di Mamma, paru à Ajaccio en 1981. Un siècle auparavant, le folkloriste Jean-Baptiste Frédéric Ortoli (1861-1900) avait dans ces régions montagneuses du sud de la Corse rassemblé un premier recueil important, les Contes populaires de l’Île de Corse, édité en 1883 en français seulement, dans la grande collection créée par Paul Sébillot « Les Littératures populaires de toutes les nations »1.

3La Haute-Corse a longtemps attendu son monument de littérature orale : environ cent-cinquante contes recueillis dans les deux langues, en 1957 et 1959, dans la Castagniccia, le Niolo et la région de Bastia par l’ethnolinguiste Geneviève Massignon, dont 106 ont été publiés en 1963 à Aix-en-Provence, suivis (p. 267-337) de commentaires comparatifs les rapprochant des contes-types de la classification internationale. Un « Index des traits caractéristiques » (p. 341-373) fait de cet ouvrage remarquable un modèle en matière d’édition de contes. Les Récits et contes populaires de la Corse/1 recueillis par Marie-France Orsini-Marzoppi dans le Cap Corse, parus dans la collection Gallimard en 1978, confirment aussi la vitalité de la tradition narrative dans cette région.

4Comme dans la précédente édition, l’Introduction (p. 11-26) dresse un tableau détaillé de la région de collecte, le Sarthenais oriental, l’Alta Rocca qui, tout au sud de de l’île, domine le golfe de Porto-Vecchio et la plaine d’Afretu, « traditionnellement lieu de transit entre la Toscane et la Sardaigne ». Le pastoralisme nomade, entre les plaines et les hauts plateaux, constitue l’activité principale, et les bergers-paysans sont les protagonistes de la plupart des récits recueillis. L’histoire de la région et les mouvements de population y sont évoqués avec précision et sensibilité, mêlant documents historiques, récits de faits réels et souvenirs de famille comme pour la grippe espagnole, disant les conflits, la Résistance, les vengeances et les relations de parenté ou les rapports entre garçons et filles.

5On regrette pourtant que M. Giacomo-Marcellesi n’adopte pas les règles établies dès le début les premiers temps des collectes de littérature orale et suivies par Ortoli lui-même, qui indiquait clairement, pour chaque récit, sa provenance exacte et la date de collecte. On y a progressivement ajouté l’âge des narrateurs et quelques éléments biographiques. La proximité, l’intimité de l’enquêtrice et de ses interlocuteurs et interlocutrices, parents ou voisins, explique sans doute qu’elle ne consacre qu’un court passage (p. 28) et quelques phrases éparses pour les évoquer. On doit en effet se reporter à un simple feuillet volant, glissé dans la première édition pour repérer le répertoire de son informatrice principale. Baptistine Cullioli, dont elle admire le « don exceptionnel de mémorisation et de mimétisme pour transmettre les récits entendus de son grand-père et de son grand-oncle », lui avait pourtant fourni la totalité des Foli di maraviddi et les Foli da rida – contes de merveilles et contes à rire – de l’ouvrage de 1989. Historienne plus qu’ethnologue malgré une grande sensibilité à « la part de créativité individuelle […] que l’on ne saurait réduire à la pure transmission qui passe désormais en partie par l’écriture », Mathée Giacomo-Marcellesi n’en parle que très peu. Plutôt qu’un classement en catégories, toujours insatisfaisantes même si elles se veulent proches des catégories autochtones, on aurait préféré un regroupement des récits par répertoires de conteurs comme c’est l’usage chaque fois que possible depuis que les narrateurs sont identifiés comme « la source vive où s’originent les contes » (Tenèze). Elle se serait en particulier épargné la peine – visible dans la confrontation des deux éditions – d’avoir à distinguer les légendes (ligendi) des contes (foli). La tâche est en effet particulièrement ardue quand il s’agit comme ici d’un corpus relativement récent, où se mêlent les genres, où les contes merveilleux sont aussi ancrés dans le paysage que le sont les légendes, elles-mêmes pétries d’histoire et de faits ou de personnages réels.

6Intitulées Ligendi, (légendes), les trois premières sections de l’ouvrage contiennent des récits parfois qualifiés de contes (Foli) dans la première édition : onze Ligendi di i loca, légendes des lieux, dont celle très répandue des « Jours prêtés » expliquant le retour du grand froid au début du mois d’Avril pour quelques jours alors qu’on croit l’hiver passé. La stabilité est confirmée par la comparaison avec les versions recueillies par Massignon, Ortoli et le début de la version Franchi (cette dernière se transforme toutefois en conte moral ou religieux par l’adjonction d’un épisode du cycle de saint Martin sur terre). On n’y trouve pas la variante qui, en Cévennes par exemple et dans d‘autres régions occitanes notamment, amène à les désigner sous le nom de « Jours de la vieille ». Suivent deux Ligendi di cavalieri, légendes des chevaliers : récits à connotation épique où s’agencent force motifs de contes merveilleux.

7Les quatre sections suivantes sont consacrées aux récits qualifiés de Foli, c’est-à-dire aux contes proprement dits : huit Contes des merveilles (répertoriés en 2017 dans le Supplément au catalogue des contes merveilleux français) ; deux Contes moraux ; puis un ensemble de seize Foli di i burruli è stalbatighi di paese, Contes facétieux et bonnes histoires de villages. Suivent deux Foli di i vulpi, Contes du renard (n° 42 et 43). Ces deux récits, qui ne sont pas des contes d’animaux mais des « menteries » relevant du registre des facéties, font partie de la douzaine qui ne figuraient pas dans Contra salvatica. Parmi les autres « inédits », certains frôlent le récit réaliste ou la légende (n° 4), d’autres relèvent pleinement de la fiction et sont, sans conteste, des variantes de contes-types de la classification internationale de Aarne et Thompson : contes merveilleux (T. 554 : n° 23 ; T. 332 : n° 30), contes religieux (T. 804 : n° 31), contes nouvelles (T. 910B : n° 24), contes facétieux et anecdotes (T. 1431 : n° 25 ; T. 1262 : n° 39). Les numéros de référence internationale sont généralement indiqués dans des commentaires très libres et d’importance inégale formant le chapitre « Présentation des légendes et des contes » (p. 27-44) où sont explicités des éléments de contenu et leurs liens avec l’histoire et/ou les œuvres de la littérature écrite depuis le Moyen âge.

8Sept récits d’apparitions (finzioni), six histoires vécues (stoghji), dont deux histoires de bandits, et six comptines (strufetti : n° 57 à 62) ouvrent, dans la dernière partie de l’ouvrage, à d’autres formes de littérature orale.

9C’est à la « transcription fidèle » des récits que Mathée Giacomo-Marcellesi dit confier le soin de restituer les voix. Fidélité indubitable que prouvent aussi bien les lacunes et autres « failles » de la mémoire en même temps que le « trop de mémoire » (N. Belmont) qui, submergeant le conteur en acte, le conduit à insérer dans d’autres thèmes des éléments traditionnels mais déplacés, comme poussés par la nécessité de les remettre en lumière. Transcription de la disparité des styles telle qu’elle se présente dans le moment de l’enregistrement, la trame floue de certaines légendes s’oppose à celle de la plupart des contes qui suivent leur ligne claire dans un style extrêmement dépouillé. La Cinnaredda corsa, la Cendrillon corse (T. 510A, n° 17) participe pleinement du monde méditerranéen par le motif du matricide cependant que la part du conteur s’inscrit dans l’anachronisme du début : le père de Cendrillon quitte sa femme et sa fillette pour vivre avec sa maîtresse et alors que, dans le conte traditionnel, le remariage est réservé aux veufs et veuves.

10Il faut remercier Mathée Giacomo-Marcellesi et les éditions Albiana pour cet ouvrage qui remet en circulation les trouvailles d’une collecte tardive mais fructueuse, réalisée à une époque où la vie quotidienne des populations rurales du sud de la Corse était encore toute imprégnée d’un passé où l’imaginaire collectif et la réalité des paysages étaient encore intimement liés. Rendre hommage à tous ceux, collecteurs et éditeurs, qui ne cèdent pas à la tentation du conte de divertissement et maintiennent fermement leur position de témoins et de passeurs. Ils rejoignent en cela la lignée des conteurs qui, conscients de l’importance de ce qui se dit obscurément à travers leurs récits, les faisaient passer d’une génération à l’autre pour qu’on ne les oublie pas en attendant que l’on s’y intéresse à nouveau.

Haut de page

Notes

1 Le livre est consultable en ligne, URL : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6558204m/f11.item.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Josiane Bru, « Giacomo Marcellesi Mathée, 2019, Contes et légendes de la tradition orale corse. Ursalamanu, Cinnaredda…, Albiana, Ajaccio, 283 p. »Cahiers de littérature orale, 88 | 2020, 195-198.

Référence électronique

Josiane Bru, « Giacomo Marcellesi Mathée, 2019, Contes et légendes de la tradition orale corse. Ursalamanu, Cinnaredda…, Albiana, Ajaccio, 283 p. »Cahiers de littérature orale [En ligne], 88 | 2020, mis en ligne le 20 juillet 2022, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/clo/9455 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clo.9455

Haut de page

Auteur

Josiane Bru

LISST-CAS, Toulouse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search