Navigation – Plan du site

Accueil

Présentation

 

Les Cahiers de littérature orale, revue rattachée au LLACAN UMR 8135 (CNRS et Inalco) est une des rares publications en langue française exclusivement consacrée aux textes transmis oralement.
Chaque cahier (environ 220  pages, deux numéros ou un double par an) est articulé autour d’un thème relatif aux différentes facettes de l’oralité. Il rassemble des discussions, des articles de fond, des comptes rendus et diverses informations.
 

Le comité de rédaction des CLO (Cahiers de littérature orale) rejoint le mouvement des revues en lutte, pour exprimer son opposition à la Loi pluriannuelle de programmation de la recherche (LPPR).

La LLPR telle qu’elle est envisagée, poursuivant le démantèlement de l’enseignement supérieur public entamé depuis la LRU, ne fera qu'accentuer les inégalités au sein de l’enseignement supérieur et de la recherche et la précarisation de ses métiers. En tant que chercheurs et enseignants-chercheurs du domaine des SHS, nous ne pouvons accepter que nos activités soient soumises à la loi d’un marché qui privilégie le court terme et le prêt à penser. Nous nous opposons à la politique managériale qui s’impose peu à peu au monde de la recherche française et souhaitons poursuivre notre mission de publication et de diffusion de la recherche engagée depuis 1976, en toute indépendance, au service de la science et non de l’évaluation bibliométrique.


 
 

Dernier numéro en ligne
87 | 2020
Éc(h)opoétiques

couv_ec(h)opoetique
Informations sur cette image
Crédits : Tous droits réservés

Note de la rédaction

Ce numéro explore les façons dont l’expérience des lieux et la création verbale, en particulier orale et chantée, se nourrissent et se façonnent mutuellement. Tout en entrant en résonance avec les questionnements et les motifs présents dans Waterfalls of songs de Steven Feld, proposé ici pour la première fois en traduction française, le numéro allie une triple transversalité. Transversalité disciplinaire qui associe ethnomusicologues, littéraires et anthropologues ; transversalité formelle, allant de la poésie chantée ou déclamée aux récits de vie, aux conversations, et même aux comptes-rendus écrits d’expériences sonores ; transversalité géographique et linguistique enfin, puisque se côtoient parmi d’autres des voix aborigènes d’Australie, peules du Mâcina, sámi d’Europe septentrionale, ou celles de chasseurs du Jura.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search