Navigation – Plan du site

Présentation

 

Les Cahiers de littérature orale, revue rattachée au LLACAN UMR 8135 (CNRS et Inalco) est une des rares publications en langue française exclusivement consacrée aux textes transmis oralement.
Chaque cahier (environ 220  pages, deux numéros ou un double par an) est articulé autour d’un thème relatif aux différentes facettes de l’oralité. Il rassemble des discussions, des articles de fond, des comptes rendus et diverses informations.
 

Le comité de rédaction des CLO (Cahiers de littérature orale) rejoint le mouvement des revues en lutte, pour exprimer son opposition à la Loi pluriannuelle de programmation de la recherche (LPPR).

La LLPR telle qu’elle est envisagée, poursuivant le démantèlement de l’enseignement supérieur public entamé depuis la LRU, ne fera qu'accentuer les inégalités au sein de l’enseignement supérieur et de la recherche et la précarisation de ses métiers. En tant que chercheurs et enseignants-chercheurs du domaine des SHS, nous ne pouvons accepter que nos activités soient soumises à la loi d’un marché qui privilégie le court terme et le prêt à penser. Nous nous opposons à la politique managériale qui s’impose peu à peu au monde de la recherche française et souhaitons poursuivre notre mission de publication et de diffusion de la recherche engagée depuis 1976, en toute indépendance, au service de la science et non de l’évaluation bibliométrique.


 
 

Dernier numéro en ligne
84 | 2018
Le Récit généalogique

Couverture_CLO84
Informations sur cette image
Crédits : Presses de l'Inalco

L’association étroite, en Occident, de la généalogie à l’écriture et à la science historique parait en faire un objet en marge de la littérature orale. S’il est vrai que les moyens modernes d’établissement de la généalogie (état‑civil, registres ecclésiastiques, archives familiales, désormais analyses génétiques et documents numériques) ainsi que ses modes de transcription (listes, tableaux, arborescences) relèvent de l’écrit, il n’en a pas toujours été ainsi. Il demeure également bien des aires culturelles dans lesquelles la généalogie, scandée ou tout simplement récitée, continue à être une affaire d’oralité, que celle-ci soit « première » (sans autre support que la mémoire et la voix) ou « seconde » (médiatisée par d’autres supports). Au‑delà de ses aspects sociaux et politiques fondamentaux en contexte traditionnel, la généalogie présente donc une dimension langagière et littéraire avérée.

Note de la rédaction

    Ce numéro a été réalisé par les Presses de l'Inalco avec Métopes, méthode et outils pour l'édition structurée XML-TEI développés par le pôle Document numérique de la MRSH de Caen.

    La revue Cahiers de littérature orale est également disponible au format papier au numéro ainsi que sur abonnement.