Navigation – Plan du site

Passé en utopie

Le cas des utopies littéraires dans la France moderne
History in Utopia
Caroline Saal

Résumés

Différents spécialistes ont affirmé l’inadéquation de l’utopie et de l’histoire. Or les utopies littéraires françaises des XVIIe et XVIIIe siècles abordent le passé du lieu utopique : préhistoire chaotique, origines du système de gouvernement, défaillances postérieures… Si le temps semble s’y être arrêté, elles s’enracinent pourtant, par le biais d’inventions généalogiques, dans le passé. Pourquoi, dans une île qui se veut la gardienne de la prospérité et dans un récit qui fait l’apologie de l’idéal, des vibrations historiques sont‑elles nécessaires ? De quoi sont‑elles le témoin ? La nostalgie y a-t-elle une prise ? Dans ces textes, la mise en place d’une société résulte d’un processus historique, plus ou moins long. Le temps possède donc un caractère éminemment politique.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Index chronologique :

époque moderne, 17e siècle, 18e siècle
Haut de page

Texte intégral

1Introduire la prise en compte du concept de la nostalgie dans l’étude de l’utopie et réfléchir à leurs articulations potentielles participe d’une démarche, plus large et longtemps tout aussi peu évidente, celle de penser la présence du passé dans une production culturelle définie entre autres par une localisation spatio‑temporelle absente ou très peu référentielle, pour le formuler rapidement. L’utopie est autre, elle est ailleurs, dans un temps suspendu.

Utopies littéraires

2Les utopies littéraires de l’époque moderne se situent dans le prolongement de l’Utopie de Thomas More. Le succès de l’œuvre a suscité l’émergence d’un genre littéraire avant tout défini par la description narrative d’une société idéale fictive. Au fil des siècles, le genre littéraire – comme le nom commun – a vu son contenu sémantique s'étendre, et « perdre en précision ce qu'il gagnait en extension » (DUBOIS, 1968, 7). Dans la littérature utopique, ont été rangés projets politiques en tout genre, relations de voyage satiriques et autres périples imaginaires pourvus de réflexions morales. Devant ce foisonnement, les chercheurs ont voulu préciser la notion mais sont seulement parvenus à entraîner une véritable « inflation des tentatives de définition », pour reprendre la formule accablée de Jean-Michel Racault (RACAULT, 2003, 5).

  • 1 Ces critères écartent pièces de théâtre, traités politiques, micro-utopies, satires, robinsonnades (...)

3Loin de prétendre clore le débat, seules les utopies romanesques, écrites dans la tradition de l’œuvre de More, seront envisagées ici1. Absente en France au XVIe siècle, l'utopie y apparaît en 1616, cent ans exactement après la parution de l'œuvre de Thomas More, par le biais d’un livre anonyme, Histoire du grand et admirable royaume d'Antangil. Cette arrivée, plus tardive qu'en Italie et en Angleterre, s'accompagne de l’« essor d'une (...) saison féconde de l'imaginaire utopique (...), une expansion de l'utopie littéraire sans égale  » (MINERVA, 2008, 561). Aux critères présentés plus haut, correspondent quinze récits, majoritairement du XVIIIe siècle.

  • 2 L'île permet l'isolement indispensable à cette société qui ne veut se corrompre au contact des autr (...)

4Le récit principal y est celui d'un voyage imaginaire, présenté comme un témoignage réel : beaucoup de préfaces relatent la découverte d'un mystérieux mais authentique manuscrit sur un pays inconnu, mal localisé, et la décision de l’imprimer pour qu’il puisse profiter au plus grand nombre. La trame du récit proprement dit respecte ces étapes : voyage en mer du narrateur pour maintes raisons, naufrage de son navire, et arrivée miraculeuse sur une terre insulaire2 habitée par un peuple aux mœurs et aux coutumes étranges. Après avoir appris à communiquer avec lui, le narrateur visite le pays et découvre ses institutions, le mode de vie des Utopiens et leurs usages. Le contenu s’orchestre autour de la description complexe de la communauté et de son système politique, juridique, économique, religieux, et social. Le narrateur ne peut s’empêcher de comparer à son propre pays, au détriment de ce dernier. Parmi les constantes utopiennes, relevons « autarcie, collectivisme, transparence absolue, sentiment de toute‑puissance » (MINERVA, 2008, 566). Enfin, après un laps de temps variable, le narrateur ressent le besoin de retourner chez lui, ou de transmettre à quelqu'un en partance pour l'Europe la relation de ce qu'il a vécu et appris ; dans les deux cas, de raconter son expérience.

  • 3 Outre la description de la société, l'utopiste inventait également les caractéristiques du territoi (...)

5Le bouleversement des Grandes Découvertes permettait au subterfuge de fonctionner et l'auteur pouvait fonder librement un autre « cosmos »3 dans des contrées éloignées, encore inexplorées et mystérieuses. Cela permettait d'écrire sans se soucier de respecter la réalité et ... la censure, particulièrement organisée sous l’Ancien Régime français. La présentation de l'utopie comme témoignage véridique résolvait le problème de « communiquer une pensée indépendante et par là même susceptible de bouleverser l’orthodoxie d’une société donnée, sans connaître la fin tragique de Socrate » (ABENSOUR, 1995, 586). Cette couverture camouflait un acte d'écriture relativement audacieux en diffusion d'informations extérieures sur lesquelles l'éditeur et l'auteur n'avaient pas prise. Avec le temps, cette pratique, devenue code du genre, ne dupait plus personne.

  • 4 Il arrive également que la pauvreté ne soit tout simplement pas tolérée et que les miséreux soient (...)

6Afin de nuancer cette présentation mais aussi les préjugés qui entourent ce type de texte, plusieurs précisions s'imposent. Premièrement, la société utopique est souvent qualifiée de parfaite. En réalité, pessimisme, ironie, voire incohérences ternissent parfois la narration : loin d'être naïfs, les utopistes sont conscients de la difficulté de composer une société modèle, et n'en éliminent pas tous les défauts. Ainsi, la pauvreté n'est presque jamais endiguée mais des aides la rendent supportable4. Par ailleurs, la visite en Utopie ne consiste pas toujours à simplement profiter des bienfaits du système : certains voyageurs subissent au contraire les conséquences désagréables des lois utopiennes, notamment en étant victimes de la répression religieuse.

  • 5 Les utopistes appartenant à l'élite, vivre en Utopie signifie perdre leur confort, leur individuali (...)

7Enfin, utopie et révolution ont parfois été trop vite associées. Cet amalgame, lié notamment à l'abondance de textes dits utopiques à la fin du XVIIIe siècle, n'est pas sans fondement : la majeure partie des textes tiennent de la contestation politique, réussissant à défier la censure par la parade du faux témoignage réel. Bien que l'utopiste soit réputé pour ne pas vouloir vivre en Utopie5, ces textes sont bel et bien l'incarnation d’une croyance et d’une recherche d’un autre système possible. Cependant, parmi ces sociétés alternatives, plusieurs sont conservatrices à bien des égards, sans que leur manque d'audace ne remette en question leur statut d'utopie.

8Ces utopies sont œuvre d'élites et diffusées parmi elles. Voilà une des rares généralités qu’il est permis de formuler sur ces auteurs, de provenance religieuse, géographique ou professionnelle variée. À l’exception de Claude Gilbert, ils sont tous polygraphes et ont probablement été attirés par le genre de l’utopie, alors en vogue, à la fois pour le jeu de l'imaginaire et pour la liberté d'expression qu'elle permet envers les trois sujets tabous de l'époque : Dieu, l’État, les mœurs. Baczko distinguait les utopistes « sérieux », qui se fixeraient un objectif concret à atteindre, comme la création matérielle d'un espace utopique, de ceux qui « rêvent » et qui emploient l'utopie comme procédé littéraire pour présenter et expliquer ludiquement des positions morales, philosophiques, religieuses et politiques sans attendre de réalisations effectives (BACZKO, 1971, 369). Si on suit cette typologie, le corpus concerne surtout des « rêveurs », même si on voit apparaître chez le Mercier de la Rivière, Lesconvel et Brancas-Villeneuve une véritable préoccupation de rendre transposables les systèmes qu'ils prônent.

État de la question

9Bien que Vita Fortunati reconnaisse aux utopies de l'âge classique un enracinement dans l'histoire, la présence des signes du temps et d'événements qui ont déterminé l'utopie (FORTUNATI, 2000, 287), peu de spécialistes semblent avoir approfondi cette question. Certes, la plupart évoquent au cours de leurs recherches le récit des origines en Utopie, mais souvent de manière très générale, pour un corpus restreint et jamais en englobant l'intégralité des événements passés insérés dans le récit (LEIBACHER-OUVRARD, 1989, 431‑444 ; RACAULT, 2003, 55‑72). C’est compréhensible : l’intérêt de la recherche s’est d’abord focalisé sur le contenu idéologique principal. À notre connaissance, seule Myriam Yardeni, dans le cadre d'une étude sur les utopies louis-quatorziennes, a réfléchi aux causes de la création d'un passé en Utopie (YARDENI, 1980, 35‑50).

10Nous avons évoqué plus haut cette thèse fréquemment soutenue de la « négation » de l'histoire dans l'utopie, qui « ne s'éloigne jamais de la perfection de ses origines » (GOULEMOT, 1987, p. 61). Il y aurait donc un épisode du passé, mais un seul : les origines, soit la fondation de l'utopie. Son importance est en effet indéniable mais prétendre, comme le fait Racault, qu'il n'y a pas de « surgissement externe d'événements fastes ou néfastes » (RACAULT, 2003, 55) semble constituer une lecture trop rapide : il y a souvent une « préhistoire » en Utopie, période généralement confuse où règne le désordre politique ou religieux, quoique parfois proche de l’état de nature. En outre, la théorie selon laquelle la fondation d’Utopie porte un coup d'arrêt à l'histoire ne se confirme pas dans chaque texte et les perturbations postérieures existent bel et bien : guerres civiles ou internationales – la plus grande menace en Utopie –, règnes particulièrement prospères ou calamiteux, arrivée d’un Messie ou d’un inventeur génial, catastrophes naturelles... rythment la vie de l’île. Certes, ces épisodes n'ont pas la même importance structurelle que la fondation mais ils n'en demeurent pas moins qu’ils forment le récit d'événements passés, antérieurs à la venue du voyageur.

11Bref, l’histoire, brossée à grands traits ou morcelée et sélectionnée en fonction de l'impact des faits, est bel et bien présente dans ces textes. Réduire le passé à la Fondation revient à appliquer au texte une lecture partielle de l'histoire qui considèrerait comme seul objet de cette science les institutions et leurs mutations. Certes, l'instauration des lois est capitale puisque s'y « dénoue le destin d'une société entière » (GOULEMOT, 1975, 420). Néanmoins, si on souhaite étudier le passé en Utopie, il ne faut pas se contenter de ce seul épisode mais analyser tout événement antérieur au présent, sans n’en exclure aucun sous prétexte qu’il n’est pas bouleversant. La question, dès lors, est la suivante : pourquoi, dans une île qui se veut la gardienne de la prospérité et dans un récit qui se veut l’apologie d’un idéal, des vibrations historiques semblent-elles nécessaires ? Certes, la création ex nihilo d'une histoire passée, libérée des carcans de l'histoire réelle, constitue un jeu intellectuel plaisant. Mais la divagation imaginaire ne suffit pas à elle seule pour expliquer le surgissement du récit historique en Utopie où rien n’est laissé au hasard. L’état d’Utopie est le résultat d’une évolution inscrite dans le temps.

Présences du passé en Utopie

La Fondation

  • 6 C’est le cas de toutes les utopies sauf celles d’Antangil, de la Terre australe, d’Ajao et de la Fr (...)
  • 7 La sanior pars est le principe de représentativité dans la France moderne : la société doit être re (...)

12Les communautés valorisent toujours très fort leurs origines, ce qui les a instituées et constituées. Selon les chercheurs, il en est de même en Utopie. En effet, l'acte fondateur et son/ses responsable(s) sont célébrés et racontés avec fierté au voyageur, ce récit conférant une certaine substance à la société utopienne et personnalisant son peuple. On peut résumer la fondation de l'utopie par la mise en place d'un plan de législation généralement par un homme seul6, ou, plus rare, résultat d’une entreprise collective. « Salomon moderne » (BRANCAS-VILLENEUVE, 7), « attaché aux intérêts de son peuple, tendrement et de bonne foi » (RUSTAING DE SAINT-JORY, 49), le fondateur possède toutes les qualités habituelles du bon roi : la vaillance, le courage, la vertu, la sagesse et la justice(GROSPERRIN, 1982). On peut distinguer deux types de fondateurs : celui qui décide seul et celui qui consulte son peuple. Le premier rappelle le mythe du gouvernement personnel, instrumentalisé sous Louis XIV pour présenter le roi comme acteur unique de l'action politique (BURKE, 1995, 81). Le second, plus rare, en invitant ses sujets à prendre part à la construction du pays, évoque le système anglais de la monarchie contractuelle, dont la difficile mise en place prend fin en 1688, et dont se maintient un engouement auprès de certaines élites (PILLORGET, 1982, 55‑64). Cette présence exacerbée du guide semble trouver son explication dans le déterminisme classique, selon lequel l’homme délègue complètement son rôle d’acteur historique, dont les utopistes, même les plus novateurs, ont du mal à se détacher. Faire l'Histoire demande d'avoir été élu, sinon d'appartenir à la sanior pars7, d'où « le rôle éclairant des grands hommes » (ROCHE, 1988, 199).

La préhistoire

  • 8 L'île de Manghalour où est mise en place la société des Femmes militaires, de Rustaing de Saint-Jor (...)

13Excepté les Galligènes, que rien ne précède sur leur île, les Utopiens ne sortent pas abruptement du néant, ils existent bien avant la Fondation. À Naudely et à Gala, le système politique précède les réformateurs. Aucun événement important ne s'est déroulé auparavant, même si « quelques désordres » ont eu lieu à Naudely avant l'arrivée du Premier Ministre (LESCONVEL, 1706, 368). Dans les autres utopies, les deux thèmes privilégiés de cette préhistoire sont le désordre politique et/ou religieux (Antangil, Cantahar, Félicie), ou l'état de nature des autochtones (l'île de Manghalour8, les futurs pays d'Ajao, de Calejava, des Sevarambes et des Féliciens de Lassay).

Après la Fondation

  • 9 Lors du discours de l'ambassadeur d'Antangil, celui-ci décompte 2200 ans depuis la mise en place de (...)

14Gilbert, Lassay, Le Mercier de la Rivière, Tyssot de Patot pour son premier texte et Brancas‑Villeneuve n'ont pas créé d'événements appartenant à la période post‑fondatrice. L'histoire de leur utopie correspond donc à la thèse du coup d'arrêt de l'histoire après l'instauration du système mais ces textes sont minoritaires, contrairement à ce qu'allègue ce préjugé tenace d'antonymie entre utopie et histoire. Chez les Sevarambes, « (...) quoi que ce grand législateur ait lui-même posé les fondements des lois et de l'administration publique (...), [il a] laissé à ses successeurs l'autorité de changer, d'ajouter & de diminuer selon les occurrences ce qu'ils trouveraient à propos pour le bien de la nation » (VEIRAS, 181). En décrivant l'ensemble des règnes, Veiras fait preuve de pragmatisme : la vie d'un seul homme ne suffit pas à construire tout un royaume, ne serait-ce que matériellement ; plusieurs siècles sont nécessaires pour achever cette œuvre. Cette durée ne pose pas de problèmes quand les descendants se montrent dignes du projet. En outre, même si le suspense n'est pas très intense, les conflits internes et externes obligent les Sevarambes à se rappeler sans cesse les buts du fondateur Sevarias. À Antangil, une seconde étape, postérieure d'environ 700 ans à la Fondation9, est nécessaire pour que le royaume s'engage définitivement dans la bonne voie en adoptant le christianisme.

15Seul l'An 2440 a définitivement éradiqué la guerre depuis que « les rois, d'un commun accord, ont mis des bornes à leur empire » (MERCIER, 1971, 235). « C'est un ordre inviolable en ce monde, que l'homme ne peut avoir un bien sans peine, ny le conserver sans difficulté » (DE FOIGNY, 189) et l'Utopie n'y échappe pas. Ajao, Cantahar, les Sevarambes, la Terre Australe, les Féliciens de Lassay et Antangil sont respectivement envahis par leurs voisins. Ces épisodes belliqueux se terminent par de nombreux morts. Ils expriment la puissance du pays, qui, malgré quelques éventuelles faiblesses, gagne invariablement. Ces conflits justifient souvent l'entretien d'une armée forte, même dans une nation pacifique. Le futur n'est pas toujours certain, et la prévoyance se révèle salutaire, même si en Utopie, les plus grands désarrois trouvent tous rapidement une solution. Cependant, l'ennemi n'est pas toujours extérieur : Cantahar et les Galligènes font l'expérience de la guerre civile, aux dénouements bien plus douloureux pour l'utopie.

Usages du passé en Utopie

16L’insertion du récit d’événements anciens en Utopie relève d’abord du procédé littéraire, destiné à donner de « l'épaisseur [au] récit » (YARDENI, 1980, 35) et à rompre avec la monotonie descriptive du texte. Elle confère aussi de la substance au pays imaginaire, et à l’identité de la communauté utopienne. Quand un Utopien intervient dans le récit, ce dernier semble dépourvu de caractéristiques propres. Certes, il est affable, généreux, fier et fidèle à son pays mais il ne se distingue en rien de ses compatriotes. Le passé compense ce vide de personnalité en particularisant les habitants d'Utopie. Le récit de leurs expériences, des périodes sombres, des hauts faits des rois, les intègre dans le temps, les rend humains.

17Le passé est aussi un plaidoyer à lui seul, autant pour les Utopiens que pour les utopistes. Les uns et les autres, en inévitable adéquation culturelle, en usent de la même manière mais à des échelles différentes. Les premiers y tirent des leçons politiques pour eux‑mêmes tandis que les seconds s’en servent pour proposer leurs idées politiques à leurs contemporains.

18Quand, dans le cours du temps, les utopiens ont rencontré un problème, ils ont dû lui trouver une solution et renforcer les qualités de leur système. Ainsi, la guerre a poussé les Ajaoiens à se doter d'une armée défensive infaillible (FONTENELLE, 1768, 101). À Cantahar, les troubles civils provoqués par la diversité religieuse ont prévenu les Cantahardiens des dangers de la tolérance religieuse et montrent l’inéluctabilité de la répression religieuse (VARENNES DE MONDASSE, 1730, 125). Le récit historique donne l’impression au lecteur que les utopiens apportent des réponses factuelles à des problèmes bien réels et non idéels. Par les épisodes de guerre, de famine et autres malheurs, l'histoire apprend aux Utopiens à identifier leurs ennemis, les failles de leur nation et à comprendre comment y remédier, sans que leurs institutions ne déclinent structurellement, malgré quelques pertes humaines et financières. On l’a compris, le passé est un réservoir argumentatif qui fonctionne, le passé étant considéré à l’époque moderne comme un mode cognitif performant.

19Cette place du passé tient aussi de la perception du devenir historique. Certains utopistes semblent s’être résolus à l'idée que l'utopie ne peut tout contrôler. Les velléités des pays voisins, les conflits d'opinion et les défauts des hommes ne disparaissent pas, même face à un système qui vise l’excellence. Leur perpétuation est inévitable. Néanmoins, les auteurs contournent le débat sur les possibles effets négatifs de ces événements en leur donnant une issue positive. C'est la raison de la création du passé postérieur à la Fondation : au-delà de la présentation d'un peuple éminemment supérieur, l'utopiste doit « éclairer sur les dangers que fait courir un abandon trop total et trop naïf à de saines et admirables inclinations naturelles face à un monde hostile, rusé et peu capable d'apprécier cette générosité à sa juste valeur » (GROSPERRIN, 1982, 750).

20L’histoire est aussi vectrice d’opinion. L’auteur veut défendre sa position politique. Le récit des origines sert quelquefois à faire vivre toutes les formes de gouvernement possibles, excepté celle élaborée lors de la Fondation, et citer tous les inconvénients des systèmes politiques que les Utopiens n’ont pas sélectionnés pour leur ailleurs idéal. Prenons l’exemple de l'histoire félicienne avant la formation du bon gouvernement (LE MERCIER DE LA RIVIERE, 1792, t. 1, 19-43). Au commencement, la Félicie vit sous un mélange de démocratie, de monarchie et d'aristocratie. Progressivement la monarchie revêt l’habit despotique à la suite de l'augmentation démographique et de la disparition corollaire de la démocratie. Lasse du règne de l’arbitraire, la population finit par se réapproprier le pouvoir avant de devoir admettre son incapacité à gouverner et laisser le pays sombrer dans l’anarchie. Un homme, aidé de factions armées, instaure un régime tyrannique. Une fois ce dernier immolé, se succèdent une royauté héréditaire, trop dépendante de la qualité des héritiers au trône ; une oligarchie où les dirigeants ne se soucient que de leur enrichissement personnel ; des guerres claniques qui se soldent par le rétablissement de la royauté, désormais élective. Après de nombreux troubles, un compromis est trouvé par l’instauration d’une royauté héréditaire contrebalancée par un conseil permanent, système qui pèche par « deux souverainetés et point de souverains » (LE MERCIER DE LA RIVIERE, 1792, t. 1, 38). Enfin, le calamiteux roi Bradal demande à son jeune frère, Justamat, de redresser le royaume. Voici donc comment, en plus de vingt pages, Le Mercier de la Rivière envisage tous les cas de figure politiques avec une prétendue neutralité, en présente les conséquences, à chaque fois négatives, comme inévitables, et démontre ainsi leur inadaptation au genre humain. Ce procédé, parfois moins précis, se retrouve chez l’auteur anonyme d'Antangil, Lesconvel, Brancas-Villeneuve, Mercier, Tiphaigne de la Roche, Lassay et Veiras.

21Le passé d’Utopie sert enfin à critiquer le présent des utopistes. L’invention d’une société alternative permet à l’auteur de se positionner par rapport à celle dans laquelle il vit. Dans ce but, l'utopiste dispose de divers outils : soit la condamnation directe de l'actualité de la part des Utopiens le plus souvent - mais parfois aussi du voyageur -, soit la transposition dans le passé d'événements similaires à ceux qu’il souhaite dénoncer. Ainsi, Stroukaras est un imposteur qui se prétend fils du Soleil auprès des Sévarambes, et rappelle Louis XIV. Il utilise la religion pour justifier ses décisions politiques et maintenir le peuple dans l’obéissance. Mais il n’est pas le seul à ressembler au roi-Soleil : Sevaris, le fondateur, jouit lui aussi d’un culte solaire autour de sa personne. La préhistoire des Insulaires, leur crainte et leur adoration de leur roi, au point d'être « capable de mettre en (…) pièces» (TYSSOT DE PATOT, 1710, 114) tout qui oserait contester ses origines, reflètent bien le mépris de Tyssot de Patot envers ses compatriotes d'origine : « Il n'y a point de gens, qui observent plus exactement le précepte que Jesus Christ nous donne, de faire le bien à ceux qui nous font le mal, & de benir ceux qui nous maudissent, que Messieurs les François, par raport à leur Monarque. On peut dire, généralement parlant, que l'estime qu'ils en font, va jusqu'à l'adoration. Ils en sont tellement infatuez, que non seulement ils en disent tout le bien imaginable, ils ne sauroient même soufrir qu'un autre pense le moindre mal. Sa volonté leur est une loi inviolable (...) & ils considerent ses vices comme des perfections ausquelles les autres ne peuvent atteindre » (TYSSOT DE PATOT, 2002, 369). Ce qui distingue les Insulaires de « Messieurs les Français » ? Le réveil politique salutaire des premiers.

22

Faire son histoire au lieu de la subir

23Dans son ouvrage sur les utopies louis-quatorziennes, Myriam Yardeni a remarqué que l'une des plus grandes innovations de ces textes est « cette volonté délibérée de faire son histoire au lieu de la subir » (YARDENI, 1980, 41). À défaut d'influer sur la leur, les utopistes la réécrivent. Il semble en effet que l'on puisse inscrire les récits historiques utopiques parmi les représentations concurrentes du passé, dont Baker a démontré qu'elles étaient « des actions à très forte charge politique » (BAKER, 1993, 82). Outre l'élaboration d'une identité, le passé procure à l'utopiste un moyen de commenter la société dans laquelle il vit et un outil pour plaider les avantages du système qu'il prône.

24C’est dans cette dimension que vient s’exprimer la nostalgie de certains utopistes. L’utopie leur permet de ressusciter des privilèges perdus. Cantahar s’inscrit dans la « synthèse du courant dévot et la réaction aristocratique (...) [qui] préconisait la restauration nostalgique de la société d'ordres ou d'états et donnait corps au rêve d'une monarchie nobiliaire où l'aristocratie épurée retrouverait son rôle de conseil, dans une France redevenue chrétienne dirigée par un roi modèle de toutes les vertus » (GRELL, 2000, 276). L’empire, contrairement à la France, a maintenu les distinctions sociales grâce à l'endogamie, aux lois somptuaires et à des taxes évitant à certains de s'enrichir plus que ce que leur classe les y autorise. Les Femmes militaires constituent aussi un mélange particulier entre nouvelles mentalités bourgeoises et nostalgie de la féodalité tandis que Naudely est comparée à la respectable Europe d'antan, en opposition à l'actuelle, déclinante.

Conclusion

25Ainsi, on croit figer le temps et on continue à penser avec lui. Foucault remarquait un processus semblable dans Le corps utopique : faisant l’hypothèse que les hommes se créent des utopies sur leur corps pour supporter leur corps réel, il pensait que ces utopies étaient en réalité inscrites dans ce corps. La mise à distance ou le dépassement que suppose l’utopie ne serait donc pas aussi aboutis que ce que le procédé ne le voudrait. Revenons au temps. Le passé est un lieu de savoir de l’Utopie, comme il en est un à l’époque moderne (SAAL, 2016). Les hommes conçoivent leur existence inscrite dans une historicité, une articulation du temps passé, présent et futur. Tout récit en utopie est censé appuyer, argumenter en faveur de son système. L'histoire, à la manière de celle écrite par les historiographes officiels de la Couronne, porte « tous les signes d'une idéologie rétrospective qui s'intègre parfaitement dans [la] conscience nationale présente » (YARDENI, 2005, 101). Hier a nécessité la mise en place d’un gouvernement idéal. Cet hier est tantôt une analogie du présent de l’auteur, tantôt un véritable laboratoire d’essais-erreurs des différentes formes de gouvernement en débat à l’époque. Le passé de l’utopie sert à convaincre en travestissant des opinions politiques, économiques ou sociales en données factuelles.

26« Un plan (...) historiquement exposé, non proposé : c'est ce que doivent bien considérer ceux qui voudroient en plaisanter » (BRANCAS-VILLENEUVE, 127). Cette phrase de Brancas‑Villeneuve résume efficacement les liens entre passé et utopie. L’idée de l’utopie a longtemps été assimilée à la fin de l’histoire. Pourtant, dans les utopies littéraires françaises de l’époque moderne, la mise en place d’une société résulte d’un processus historique, plus ou moins long. Le temps historique possède donc un caractère éminemment politique dans ces utopies. En outre, la présence de l’histoire éclaire la difficulté des utopistes modernes à imaginer une société définitivement coupée de l’extérieur et totalement délivrée des faiblesses humaines.

27Cet article avait pour ambition d’éclairer la manière dont la catégorie temporelle « passé » est investie et liée à la contestation du présent. Si l’utopie littéraire ne donne pas la recette prête à l’emploi pour instaurer ailleurs le système qu’elle décrit, elle révèle une perception du temps et du changement : il faut pouvoir résister aux aléas du temps. Apparaît la nostalgie quand le narrateur, revenu dans son pays d’origine, ne peut oublier son voyage et décide d’en partager les aventures avec ses contemporains.

Haut de page

Bibliographie

Les utopies littéraires

Histoire du grand et admirable royaume d'Antangil, incogneu jusques à present à tous Historiens & Cosmographes : composé de six vingt provinces tres-belles & tres-fertiles. Avec la description d'icelui, & de sa police nom pareille tant civile et militaire. De l'instruction de la jeunesse. Et de la religion, par I.D.M.G.T, Umen, Thomas Maire, 1616.

Histoire naturelle, civile et politique des Galligènes, antipodes de la nation française dont ils tirent leur origine : où l'on développe la naissance, les progrès, les moeurs et les vertus singulières de ces insulaires, les révolutions et les productions merveilleuses de leur isle, avec l'histoire de leur fondateur, 2 t., Genève-Paris, Chez les Frères Cramer-Chez Humaire, 1770.

BRANCAS-VILLENEUVE, abbé A. F. de, Histoire ou police du royaume de Gala, traduite de l'Italien en Anglois et de l'Anglois en François, Londres, 1754.

DE FOIGNY, Gabriel, La terre australe connue (1676), édition critique de Ronzeaud Pierre, Paris, Société des textes français modernes, 1990.

FONTENELLE, Bernard le Bouyer de, La République des philosophes, ou Histoire des Ajaoiens, ouvrage posthume de Mr de Fontenelle. On y a joint une lettre sur la nudité des sauvages, Genève, 1768.

GILBERT, Claude, Histoire de Calejava ou de l'isle des hommes raisonnables (1700), édition critique de Rivière Marc Serge, Exeter, University of Exeter, 1990.

LASSAY, marquis de, Relation du royaume des Féliciens, peuples qui habitent dans les Terres Australes ; dans laquelle il est traité de leur Origine, de leur Religion, de leur Gouvernement, de leurs Moeurs, & de leurs Coutumes, in Recueil de différentes choses, 4 vols., Lausanne, Chez Marc-Mic. Bousquet, 1756, t. IV, p. 345-591.

LE MERCIER DE LA RIVIERE, Pierre-Paul-François-Joachim-Henri, L'heureuse nation, ou gouvernement des Féliciens. Peuple souverainement libre sous l'empire absolu de ses Loix ; Ouvrage contenant des détails intéressans sur leurs principales Institutions Civiles, Religieuses et Politiques, sur leurs divers Systêmes et leurs Moeurs tant publiques que privées, détails auxquels a été ajouté un Manuel politique de cette nation, 2 t., Paris, Creuze et Bréal, 1792.

LESCONVEL, Hervé Perzon de, Relation du voyage du Prince de Montberaud dans l'ile de Naudely, où sont rapportées toutes les Maximes qui forment l'Harmonie d'un parfait Gouvernement, Merinde, Innocent Démocrite, 1706.

MERCIER, Louis-Sébastien, L'an deux mille quatre cent quarante. Rêve s'il en fut jamais (1771), édition, introduction et notes de Trousson Raymond, Bordeaux, Ducros, 1971.

RUSTAING DE SAINT-JORY, Louis, Les femmes militaires. Relation historique d'une isle nouvellement découverte, Paris, Simon-De Bats, 1735.

TYSSOT DE PATOT, Simon, Voyages et avantures de Jacques Massé (1710), édition critique de Rosenberg Aubrey, Paris-Oxford, Universitas-Voltaire Foundation, 1993.

TYSSOT DE PATOT, Simon, La vie, les avantures et le voyage du Groenland du R. P. Cordelier Pierre de Mésange, avec une relation bien circonstanciée de l'origine, de l'histoire, des moeurs & du paradis des habitants du pôle arctique (1720), Genève, Slatkine Reprints, 1979.

VARENNES DE MONDASSE (de), La découverte de l'empire de Cantahar, Paris, Pierre Prault, 1730.

VEIRAS, Denis, L’histoire des Sévarambes (1677-1679), édition critique de Rosenberg Aubrey, Paris, Honoré Champion, 2001.

Les travaux

ABENSOUR, Miguel, « More, Thomas (1478-1535). L’Utopie (1516) », in Chatelet, François, DUHAMEL, Olivier et PISIER, Evelyne, Dictionnaire des œuvres politiques, 3e édition revue et augmentée, Paris, Presses universitaires de France, 1995 [1986], p. 582‑601.

BACZKO, Bronislaw, « Lumières et Utopie. Problèmes de recherches », in Les Annales. Économies, civilisations, sociétés, Année 26, n° 2, 1971, p. 355‑386.

BAKER, Keith Michaël, Au tribunal de l'opinion. Essai sur l'imaginaire politique au XVIIIe siècle, traduction d'Evrard, Louis, Paris, Payot, 1993.

BURKE, Peter, Louis XIV. Les stratégies de la gloire, Paris, Seuil, 1995.

CIORANESCU, Alexandre, L'avenir du passé. Utopie et littérature, Paris, Gallimard, 1972.

DUBOIS, Claude-Gilbert, Problèmes de l'utopie, Paris, Archives des Lettres Modernes, 1968.

FORTUNATI, Vita et TROUSSON, Raymond (éd.), Histoire transnationale de l'utopie littéraire et de l'utopisme, Paris, Honoré Champion, 2008.

FORTUNATI, Vita, « History », in Fortunati, Vita et Trousson, Raymond (éd.), Dictionary of literary utopias, Paris, Honoré Champion, 2000, p. 286-292.

GOULEMOT, Jean Marie, « La politique rêvée », in Ory, Pascal, Nouvelle histoire des idées politiques, Paris, Hachette, 1987, p. 58‑65.

Id., Discours, histoire et révolutions. Représentations de l'histoire et discours sur les révolutions de l'âge classique aux Lumières, Paris, Union Générale d'Éditions 10/18, 1975.

GRELL, Chantal, Histoire intellectuelle et culturelle de la France au Grand Siècle (1654-1715), Paris, Nathan-HER, 2000.

GROSPERRIN, Bernard, La représentation de l'histoire de France dans l'historiographie des Lumières, 2 t., Lille, Atelier national des reproductions de thèses Université de Lille III, 1982.

LEIBACHER-OUVRARD, Lise, « Métaphore, idéologie et utopies libertines sous Louis XIV », in Papers on French Seventeenth century Literature, vol. XVI, n° 31, 1989, p. 431-444.

MINERVA, Nadia, « La France », in Fortunati Vita et Trousson Raymond (éd.), Histoire transnationale de l’utopie littéraire et de l’utopisme, p. 559-578.

PILLORGET, René, « L'imaginaire historique en France au cours des décennies précédant la Révolution », in Gadoffre, Gilbert (dir.), Histoire et communication. Actes du colloque de juillet 1982, s. l., Institut Collégial Européen, 1982, p. 55-64.

RACAULT, Jean-Michel, Nulle part et ses environs. Voyage aux confins de l'utopie littéraire classique (1657‑1802), Paris, Presses de l'Université Paris-Sorbonne, 2003.

RICHET, Denis, La France moderne : l'esprit des institutions, Paris, Flammarion, 1973.

ROCHE, Daniel, Les Républicains des Lettres. Gens de culture et Lumière au XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 1988.

SAAL, Caroline, Le passé en France au XVIIe siècle. Représentations, usages et transferts des savoirs historiques, Thèse de doctorat, Université de Liège, 2015-2016.

Id., Histoire en Utopie. Le récit du passé dans les utopies littéraires françaises du xviie et xviiie siècles, Mémoire de Master, Université de Liège, 2009‑2010.

TROUSSON, Raymond, Religions d'utopie, Bruxelles, Ousia, 2001.

Id., « Orientations et problèmes de l'utopie au siècle des Lumières : rapport de synthèse », in Studies on Voltaire, 191/2, 1980, p. 613‑636.

TYSSOT DE PATOT, Simon, Lettres choisies et Discours sur la chronologie, édition critique par ROSENBERG, Aubrey, Paris, Honoré Champion, 2002.

YARDENI, Myriam, Enquêtes sur l'identité de la « nation France » de la Renaissance aux Lumières, Seyssel, Champ Vallon, 2005.

YARDENI, Myriam, Utopie et révolte sous Louis XIV, Paris, Librairie A.‑G. Nizet, 1980.

Haut de page

Notes

1 Ces critères écartent pièces de théâtre, traités politiques, micro-utopies, satires, robinsonnades ... et textes relevant plutôt de l'utopisme, « tendance éternelle de l'esprit humain, attitude mentale ou idéologique susceptible de se manifester sous les formes les plus diverses », que de l'utopie en tant que forme littéraire particulière. (Concernant la différence entre utopie et utopisme, voir TROUSSON,1980).

2 L'île permet l'isolement indispensable à cette société qui ne veut se corrompre au contact des autres civilisations. Dans Utopia, Utopus, le fondateur du système utopien, sépare lui‑même l'isthme du continent.

3 Outre la description de la société, l'utopiste inventait également les caractéristiques du territoire, une faune et une flore, une langue, etc.

4 Il arrive également que la pauvreté ne soit tout simplement pas tolérée et que les miséreux soient chassés de l'utopie, parce que leur situation est jugée comme un refus de s'intégrer.

5 Les utopistes appartenant à l'élite, vivre en Utopie signifie perdre leur confort, leur individualité et parfois même leur liberté d'expression. L'utopie est un vœu, dont on sait qu'il ne se réalisera pas mais dont on espère l’influence sur les esprits.

6 C’est le cas de toutes les utopies sauf celles d’Antangil, de la Terre australe, d’Ajao et de la France de l’An 2240.

7 La sanior pars est le principe de représentativité dans la France moderne : la société doit être représentée par sa partie la plus saine, « c'est-à-dire ceux que la naissance, la fonction, la richesse et la culture distinguaient en tant que notables de la masse des classes inférieures » (RICHET, 1973, 100).

8 L'île de Manghalour où est mise en place la société des Femmes militaires, de Rustaing de Saint-Jory.

9 Lors du discours de l'ambassadeur d'Antangil, celui-ci décompte 2200 ans depuis la mise en place des institutions. La rencontre ayant eu lieu à la fin du XVIe siècle, on peut dater approximativement la Fondation vers 600 A.C.N.. Saint Thomas ayant évangélisé les Indes durant la seconde moitié du Ier siècle P.C.N., selon les Actes des Apôtres, Byrachil arrive donc à cette époque-là en Antangil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Saal, « Passé en utopie », Conserveries mémorielles [En ligne], #22 | 2018, mis en ligne le 17 juin 2018, consulté le 25 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/cm/2789

Haut de page

Auteur

Caroline Saal

est Docteure en Histoire, Art et Archéologie de l'Université de Liège depuis mai 2016. Sa thèse a contribué à l’étude des savoirs historiques et de leur circulation en France au XVIIe siècle par la microanalyse de lieux de savoirs « périphériques » à la production historiographique (conférences, jeux historiques, discours politiques). Influencés par le practical turn de l’histoire des sciences et des savoirs, ses travaux privilégient une observation archéologique des représentations, des usages et des transferts des contenus historiques dans ces différents lieux. Caroline Saal y adjoint une réflexion épistémologique et méthodologique sur l’appréhension de la complexité en histoire, à partir des théories systémiques et de la pensée complexe.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals