Navigation – Plan du site

De l’utopie à la nostalgie en Algérie française

From Utopia to Nostalgia in French Algeria
Thomas Dodman

Résumés

Cet article retrace le moment où, en pleine colonisation de l'Algérie au milieu du XIXe siècle, se croisent les trajectoires de l'utopie et de la nostalgie. Ces deux concepts sont étudiés comme pratiques, dans des plans de colonisation et l'action de médecins militaires sur le terrain. Leur rencontre inédite illustre un rapport complexe au temps et à l'espace qui fait de ces deux concepts une même forme antinomique propre à la modernité.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Algérie, France

Index chronologique :

XIXe siècle, 19e siècle
Haut de page

Texte intégral

1Concepts a priori opposés de par leur orientation dans le temps, l’utopie et la nostalgie recouvrent pourtant des phénomènes sociaux qui se croisent volontiers, et ce depuis bien avant que ne soient inventés les termes mêmes. D’où le soupçon que cette opposition relève de l’effet d’optique, d’un miroir masquant une relation bien plus symbiotique et que nous voudrions illustrer ici. Alliant la sémantique historique à l’étude des pratiques, cette étude vise à saisir les conditions et les processus historiques par lesquels se rencontrent et s’articulent ces deux formes de rapport au temps et à l’espace que sont l’utopie et la nostalgie. Le contexte historique de ce télescopage est la colonisation de l’Algérie au XIXe siècle. Notre conclusion va dans le sens de la réflexion engagée par les coordinatrices du numéro – soit qu’il s’agit là de catégories formant une seule forme antinomique et propre à la modernité.

Utopies

  • 1 L’histoire la plus exhaustive de la conquête et de la colonisation de l’Algérie reste celle de Char (...)

2Planifiée dans l’urgence au printemps 1830, et par un régime en passe de tomber quelques mois plus tard, la conquête de la Régence d’Alger par l’armée française n’était vraisemblablement pas destinée à porter les objectifs impérialistes, et encore moins les espoirs utopistes qui allaient pourtant s’y croiser plus tard. De « l’occupation restreinte » des côtes à la colonisation tout azimut engagée sous la Monarchie de Juillet, ce fut en effet une conquête laborieuse et extrêmement violente, confrontée à une résistance farouche et dont le sort resta incertain au moins jusqu’à la reddition de la Kabylie aux forces du général Randon en 1857. Même lorsque les « colonistes » l’emportèrent sur les « anti- », poussant le gouvernement vers l’occupation totale et la création d’une colonie de peuplement, la colonisation elle-même peina longtemps à s’enraciner, butant sur le manque de volontaires et de financements, ainsi que sur l’hostilité des populations locales et sur les épidémies qui décimèrent les premières vagues de colons. Ce n’est d’ailleurs qu’en 1856 que le taux de natalité l’emporta sur le taux de mortalité parmi les populations européennes implantées dans les trois départements (Oran, Alger, Constantine) de ce qui était pourtant, depuis 1848, partie intégrante du territoire français. Longtemps la « question algérienne » fit la une des journaux, provoquant bien des remous à l’Assemblée, dans l’armée et à travers la société civile1 .

  • 2 Les nombreux projets de Bugeaud se heurtèrent tous à l’hostilité du ministère, ne l’empêchant tout (...)
  • 3 Voir, par exemple, les nombreux projets de l’abbé J.-M. LANDMANN, dont Les fermes du petit Atlas, o (...)
  • 4 L’échec sans appel de la cinquantaine de villages créés ainsi – où ne survivent en 1852 que les dép (...)

3Pourtant, malgré ce cadre peu propice, l’Algérie si proche mais si exotique devint bien « l’exutoire » oriental tant convoité depuis la retraite d’Egypte des forces de Napoléon Ier en 1801. Que ce soit pour faire revivre le mythe du « grenier à blé » de l’Empire Romain, faire de la Méditerranée un vaste « lac français », ou encore transformer l’Algérie en un « laboratoire de reconversion » de prolétaires en propriétaires, les contemporains ne manquaient pas de grands dessins pour la nouvelle colonie. Encore fallait-il que leurs compatriotes y viennent et y restent vivants. A cette fin, furent mis au point d’innombrables « projets » et « systèmes » plus ou moins fantaisistes pour assurer la survie des colons et le succès de la colonie. Nombre de ceux-ci se réclamaient de la colonisation militaire prônée par le général Bugeaud, qui souhaitait faire de ses vétérans de campagne des « soldats-laboureurs » aussi habiles dans le maniement de la charrue que dans la défense des villages de colons2 . D’autres associaient au souci de sécurité une visée plus philanthropique, faisant des colonies des laboratoires de reconversion par la foi, le travail et la propriété privée3 . Au fil des années, de plus en plus d’investisseurs plus ou moins scrupuleux s’intéressèrent aussi à la colonie naissante, se lançant dans l’installation d’agriculteurs français sur des concessions de terre par le biais de sociétés anonymes. Quel que soit le régime en place, l’état s’accommodait volontiers de ces entreprises capitalistes, hésitant entre la tentation d’une colonisation « libre » et la nécessité récurrente d’intervenir pour faciliter, voire sauver ces projets dans le cadre d’une colonisation dite « officielle ». D’ailleurs, les résultats étaient peu probants dans les deux cas. L’histoire de la colonisation de l’Algérie est émaillée de naufrages retentissants et de scandales financiers dont celui de la Compagnie genevoise des Colonies suisses de Sétif – qui obtint en 1853 une concession gratuite de 20 000 hectares pour la création de villages de colonisation qu’elle ne peupla finalement que de métayers recrutés localement – est sans doute le plus célèbre (LUTZELSCHWAB, 2006). Mais il en va de même pour les vastes entreprises publiques formées par l’État. En témoigne le fiasco fracassant des villages agricoles de 1848-1851, où la Seconde République envoya languir (et, pour beaucoup, périr) quelques 14 000 ouvriers parisiens volontaires4.

  • 5 Dans cette étonnante étude, même s’il promeut une colonisation purement civile, Enfantin s’appuie e (...)
  • 6 La « mission civilisatrice » d’Enfantin et de ses disciples est étudiée par Marcel EMERIT (1941) et (...)

4Mais c’est sans doute dans les projets de colonisation et l’action sur le terrain des saint-simoniens et des fouriéristes que l’Algérie deviendra un lieu d’expérimentation utopique, de réorganisation sociale par le biais d’une nouvelle société coloniale. « Si les saint-simoniens se tournent vers le Levant », résume Philippe Régnier, « c’est parce que les Lumières se sont éteintes au couchant » (REGNIER, 1989, 38). C’est pour échapper et à la répression et au vide intellectuel de la Monarchie de Juillet que les socialistes utopiques embrassent l’Orient – initialement l’Egypte « modernisante » de Méhémet-Ali (« le pacha industriel »), et ensuite l’Algérie. Si l’idéal messianique d’une confédération méditerranéenne et d’un « mariage » entre Orient et Occident laisse vite la place au commerce plus réaliste de la colonisation, Prosper Enfantin espère toujours faire de l’Algérie un « lieu d’essai » pour une nouvelle organisation sociale fondée sur l’association des classes et de races (ENFANTIN, 1843, 116)5. Ce principe associationniste est aussi promu par nombre d’officiers militaires saint-simoniens qui se retrouvent aux premières loges de la colonisation dans les bureaux arabes installés à travers le territoire. Il sera ensuite repris dans la tentative d’une solution politique de cohabitation esquissée sous le Seconde Empire par l’arabophile Ismaÿl Urbain6. Au diapason de celui-ci, un autre principe plutôt assimilationniste émerge dans les communes d’inspiration phalanstérienne érigée par des sympathisants fouriéristes, telle l’Union agricole d’Afrique mise en place en 1846 dans la plaine du Sig sous la direction du futur avocat de la cause des colons Jules Duval (DUVAL, 1848 ; DESMARS, 2005).

Le Phalanstère en Algérie : Banquet du 7 avril 1848

Le Phalanstère en Algérie : Banquet du 7 avril 1848

Journée électorale du 9 avril. Plan d'organisation du travail. Alger, A. Bourget, 1848
Pour découvrir ce document : http://premierssocialismes.edel.univ-poitiers.fr/​viewer/​show/​213#page/​n0/​mode/​2up

  • 7 Sur l’opposition entre socialistes utopiques associationnistes et assimilationnistes (et les conséq (...)
  • 8 Sur les antinomies de ce républicanisme impérialiste (WILDER, 2005).

5A la longue, ce sera d’ailleurs cette visée assimilationniste – mais privée de son contenu humaniste au profit d’une vision purement raciale – qui trouvera un écho dans la politique expansionniste et exterminatrice de la Troisième République7. C’est seulement alors que l’Algérie deviendra « française », joyau de l’utopie que fut la « République coloniale » (BANCEL et al., 2003)8.

Nostalgies

  • 9 Pour des perspectives plus détaillées sur la généalogie des pensées utopiques, on consultera avec p (...)
  • 10 Un exemple classique de ce phénomène est bien évidement Paul et Virginie de Bernardin de Saint-Pier (...)
  • 11 Sur l’importance du regret du pays natal chez les premiers colons européens en Amérique du Nord, vo (...)

6L’engouement des utopistes français pour la colonisation de l’Algérie n’avait en soit rien d’exceptionnel. En effet, depuis le XVIe siècle, les utopies humanistes puisent leur inspiration dans les grands voyages d’exploration des puissances Européennes. Publié en 1516 sous l’influence directe des récits de voyage d’Amerigo Vespucci, l’ouvrage fondateur de Thomas More, L’Utopie, place clairement l’île éponyme dans le Nouveau Monde et fait de ses habitants des impérialistes « civilisateurs » avant l’heure. Un siècle plus tard, l’œuvre posthume de Francis Bacon La Nouvelle Atlantide (1627) vient sceller une vie passée à promouvoir la cause des colonies britanniques en Amérique du Nord. Sans être des utopies au sens strict du terme, les apologies de la civilisation blanche dans le Robinson Crusoe de Daniel Defoe (1719), ainsi que du « bon sauvage » tahitien dans le Supplément au Voyage de Bougainville de Denis Diderot (1772), situent eux aussi les rêves de progrès du XVIIIe dans un décor exotique. Ces textes, ainsi que nombre d’autres moins célèbres, replacent donc dans un nouveau monde lointain les désirs d’Arcadie perdue, de sociétés idéales, ou encore de Pays de Cocagne qui alimentent, depuis l’Antiquité, l’imaginaire occidental d’un monde meilleur9. Ils amorcent ainsi le tournant vers le futur poursuivi ensuite de façon décisive par les utopistes du XIXe siècle, donnant « le signe pour l’Occident qu’il était possible de dépasser le présent », pour reprendre les termes de Jean Servier (SERVIER, 1967, 204). Cependant, ils ne partagent pas forcement la vision linéaire du progrès social – et industriel – qu’annonce le Comte de Saint-Simon dans sa célèbre formule de 1814 : « L’imagination des poètes a placé l’âge d’or au berceau de l’espèce humaine parmi l’ignorance et la grossièreté des premiers temps ; c’était bien plutôt l’âge de fer qu’il fallait y reléguer. L’âge d’or du genre humain n’est point derrière nous, il est au-devant, il est dans la perfection de l’ordre social » (SAINT-SIMON, 1814, 111-112). Au contraire, le croisement entre visions utopiques et colonisatrices établit un rapport complexe au temps historique long, pointant à la fois vers le futur et ce qui semble « perdurer » du passé. Ceci apparait clairement dans le mythe du « bon sauvage » et dans tout le discours de régénération par le « primitif » qui transposent, entre le XVIIIe et le XIXe siècle, tant de bergeries alpestres et bucoliques à de nouveaux horizons tropicaux10. Comme le souligne Mircea Eliade au sujet des pionniers religieux du Nouveau Monde, la recherche d’un Paradis Terrestre outre-mer était autant une recherche de nouveauté qu’un espoir de re-naissance. L’eschatologie millénariste de ces projets de colonisation fondateurs prévoyait donc bien un bond « en avant », mais pour en revenir aux sources ; elle puisait, en d’autres termes, autant dans l’utopie que dans une forme de « nostalgie » qu’Eliade décèle dans les noms composites donnés à ces nouvelles colonies : Nouvelle France, Nouvelle Angleterre, New York etc… (ELIADE, 1966, 260-280)11.

7L’expérience de la colonisation de l’Algérie au milieu du XIXe siècle permet d’apporter un éclairage inédit sur ce rapport au temps vraisemblablement contradictoire que marquent l’utopie et la nostalgie, en soulignant notamment la façon dont ce rapport se croise avec un autre rapport tout aussi contrasté à l’espace (et au cadre bâti plus précisément). Or, il convient avant toute chose de préciser que la nostalgie ne signifie pas à l’époque ce que nous entendons par ce terme aujourd’hui. En effet, il s’agit alors d’un diagnostic médical bien établi et dont la paternité revient non pas à Homère mais à un jeune doctorant en médecine mulhousien qui en fit la « découverte » dans sa thèse de 1688 (HOFER, 1688). Avec ce néologisme aux connotations classiques, et donc savantes, Johannes Hofer espérait faire des attaques du mal du pays (Heimweh) qu’il observait alors chez ses compatriotes suisses une pathologie reconnue par le corps médical. Car il s’agissait selon lui d’un véritable syndrome émotif dangereux pouvant attaquer toute personne se trouvant loin de chez soi et étant soudain saisie par un désir irrépressible de revoir son pays natal et ses proches. Quand cette soif de retour ne pouvait être satisfaite par le rapatriement, ou tout du moins contenue par les soins d’un médecin, le désespoir s’emparait du malade, le plongeant dans une apathie mélancolique dont s’ensuivait un dépérissement des facultés organiques. Le pronostic vital du malheureux nostalgique était alors engagé.

  • 12 Sur l’histoire médicale de la nostalgie, voir les études de Jean Starobinski (STAROBINSKI, 1966, 92 (...)
  • 13 Les pages suivantes reprennent une analyse développée de façon plus approfondie dans un précédent a (...)

8Bien que modifiée au gré des différentes théories médicales des XVIIIe et XIXe siècles, la pathogénie morbide du diagnostic de Hofer ne fut pas remise en question et au contraire acquit une importance toute particulière au sein de la médecine militaire, où l’on commençait à prendre en compte les troubles psychiques et émotifs des soldats. Pendant les guerres révolutionnaires et napoléoniennes, la nostalgie devint même une des maladies les plus redoutées par les officiers de santé français, à tel point qu’ils continuaient à délivrer des congés aux soldats nostalgiques même lorsque ces permissions étaient temporairement suspendues pour toute autre condition. La nostalgie fut ainsi le premier mal psychologique du troupier cliniquement définie – ancêtre du cafard ainsi que des traumatismes de guerre du XXe siècle – et resta objet d’une abondante littérature médicale en France jusqu’à la fin des années 1800, notamment par le biais d’expéditions lointaines telle celle en Algérie12. Or c’est précisément en Algérie que l’on observe très clairement le basculement du sens de cette émotion, depuis une maladie conçue en lien avec une inscription spatiale perdue ou manquante à un sentiment perçu comme sans gravité et s’articulant dans le temps. Cette métamorphose, il nous semble, s’opère en étroite relation avec l’évolution des projets de créer une nouvelle société coloniale, en influençant en particulier leur dimension utopique13.

Croisements

  • 14 Jean-André ANTONINI, Charles MONARD et Pascal MONARD, « Lettre médicale adressée à MM. les officier (...)
  • 15 J.-A. ANTONINI, Rapport médical…, op. cit., p. 32 ; et VdG, 67/8 « Circulaire des officiers de sant (...)

9Depuis les débuts de la conquête jusqu’aux succès relatifs des années 1850, la nostalgie demeure un fléau dont le corps expéditionnaire de l’armée française (jusqu’à 100 000 hommes pendant les années 1840, soit un tiers des effectifs de l’armée) se serait sans doute bien passé. Les registres des hôpitaux militaires enregistrent une multiplication « d’affections nostalgiques » dès les premières semaines et les rapports des officiers de santé déplorent l’impact de la nostalgie dans les taux de mortalités effrayants des unités14. Tels leurs ancêtres pendant les campagnes napoléoniennes, ils insistent sur le maintien des congés pour les convalescents nostalgiques, malgré le coût prohibitif des rapatriements et l’hémorragie des hommes sur le terrain. Comme le rappelait aux autorités militaires hésitantes le médecin en chef de l’armée d’Afrique, Antonini, les « charmes du pays natal » et les « soins affectueux de la famille » n’étaient pas des chimères que la médecine moderne pouvait guérir avec une potion pharmaceutique, encore moins avec une saignée15.

  • 16 La polysémie de la notion de pays est, dans ce sens, capitale.

10Les arguments de ce médecin nous rappellent que le diagnostic de la nostalgie s’articulait dans deux formes différentes d’espace : celui concret mesuré par une distance bien réelle entre le soldat et un pays natal qui pouvait souvent avoir été son horizon d’expériences jusqu’au jour du recrutement à l’armée ; et un espace abstrait, déterminé par une rupture dans les relations interpersonnelles qui régissent la vie émotive du jeune homme jusque-là.16 Le désarroi des soldats éloignés du berceau familial est évident dans les lettres qu’ils écrivent à leurs proches depuis l’Algérie. Ses conséquences tragiques sont mises en scène dans une estampe datée de 1832 du peintre militaire Hyppolite Bellangé, où la condition désespérée du patient est imputée au mal du pays par le biais d’un contraste symbolique entre les silhouettes effacées et anonymes des autres soldats d’une part et d'autre part, la lettre, l’épagneul breton, et la main rassurante d’une figure maternelle qui renvoient tous à un foyer lointain.

Le Mal du pays

Le Mal du pays

Lithographie d’après Hippolyte Bellangé, 1832.

BnF

  • 17 VdG, 86/9, FREY (?) « Hôpital de Boghar. Mouvement médical pendant le quatrième trimestre de 1852 » (...)

11Car comme s'en plaignent les officiers que l’on cherchait pourtant à distraire avec des jeux et lectures, c’est « l’absence de rapports sociaux ou de famille » qui plonge l’armée dans la dépression nostalgique17. Constat amer que partageaient alors nombre de socialistes utopiques s’intéressant à l’Algérie, tel le chef de file saint-simonien, Prosper Enfantin, qui s’exclamait que seuls les soldats entourés de colons pourraient enfin se dire « Je suis chez nous ! » ; tandis que pour les troupiers laissés seuls en Afrique, « votre chez vous, c’est votre beau village en France, et la nostalgie vous consume ! » (ENFANTIN, 1843, 404). Pour Etienne Cabet, la nostalgie serait même un mal spécifique à cette Algérie militarisée et sans « corps social », pour reprendre la formule de Tocqueville ; une sorte de symptôme dystopique que les Icariens ne connaitraient sans doute pas dans la cité idéale qu’ils projettent alors outre-Atlantique, au Texas (CABET, 1847, 301 ; DE TOCQUEVILLE, 2003, 160).

  • 18 Archives nationales d’Outre-Mer (ANOM), F80 1392, Durand (colon à Millésimo), lettre à Ulysse Tréla (...)

12Mais, force est de constater que les premières tentatives de peuplement de la nouvelle colonie par des civils français sont loin d’être prometteuses, en partie parce que eux-mêmes succombent à ce qu’Enfantin appelle désormais « la nostalgie africaine » (ENFANTIN, ibid.). Les colons parisiens de 1848 en sont particulièrement atteints, à tel point qu’un rapport sur l’échec des colonies agricoles lancées par la Seconde République n’hésite pas à employer la figure allégorique de la « faux de la nostalgie » pour rendre compte du désastre (DUTRONE, 1850, 66). Comme les soldats – avec qui ils fraternisent d’ailleurs très peu – les colons se plaignent d’être des « déracinés » dont le chagrin « d’avoir quitté [la] mère patrie » est encore amplifié par le sentiment d’avoir été conduit dans un « bagne de travail » plutôt que l’idylle luxuriant qu’on leur avait promis18. Pour les observateurs les plus pessimistes, les penchants casaniers et cette inaptitude des Français à coloniser l’Algérie si proche – alors même que les Anglais s’installaient durablement en Inde – faisait vraisemblablement de la nostalgie le « mal le plus français » (DUPONT-WHITE, 1865, 260).

  • 19 T. Mitchell utilise explicitement l’exemple des colonies de 1848 pour étayer ce concept.

13D’autres étaient pourtant moins fatalistes. Comprenant qu’il était « impossible de séparer l’étude et l’observation de la nostalgie […] de la connaissance du milieu social qui contribue puissamment à la production et à l’évolution de cette affection » (HASPEL, 1874, 17), ceux-ci avançaient une critique de la colonisation de l’Algérie telle qu’elle avait été conduite jusque-là (et qui annonce, par certains égards, les remises en causes des utopies modernistes plus typiques du XXe siècle). Ainsi le géographe Achille Fillias reprochait aux responsables du fiasco des colonies de 1848 d’avoir agi selon des intérêts politiciens, sans se rendre compte « qu’en organisant les départs avec une rigidité purement mathématique, [ils] avait [eu] le tort d’enfermer dans un cercle isolé des gens inconnus les uns des autres… ». Ceci équivalait à oublier que « l’esprit de clocher exerce sur toutes les natures, même les plus énergétiques, une impression directe, qui réagit presque toujours du moral au physique. Voilà pourquoi la nostalgie décime le peuple plus vite que ne le fait la misère » (FILIAS, 1860, 348-349). C’était donc le rationalisme abstrait et atomisant de l’entreprise – les tout débuts d’une modernité coloniale anomique et coercitive que Timothy Mitchell a dénommée enframing (MITCHELL, 1988)19 – qui aurait privé les colons de 1848 du terrain fertile où tisser des liens sociaux et nourrir un sentiment de plénitude permettant d’échapper au mal du pays.

Projet pour une colonie agricole de 60 familles à St Leu en Algérie, 1848

Projet pour une colonie agricole de 60 familles à St Leu en Algérie, 1848

Archives nationales d’outre-mer, Aix-en-Provence, GGA, 1L-107

  • 20 ANOM, fonds du Gouvernement Général de l’Algérie (GGA), L4, T. Achard, Projet de colonisation prése (...)

14Pourtant, depuis les années 1840, plusieurs projets de colonisation avançaient déjà des dessins plus modestes, mais qui allaient dans le sens de la critique de Fillias, pour faciliter l’implantation des colons Européens. Leur idée centrale était simple : le peuplement ne se ferait pas par des individus isolés, aussi nombreux soient-ils, mais plutôt par des petites communautés de familles et voisins que l’on transplanterait outre Méditerranée – des pays que l’on implanterait littéralement dans la colonie. Ces projets étaient pour la plupart à petite échelle – un village alsacien que le maire proposait de recréer maison par maison en Algérie, semble en avoir été le premier exemple – mais pouvaient aussi déboucher sur d’ambitieuses visions de 86 colonies agricoles de 3000 hectares, toutes nommées après et habitées par des colons venant de chaque département de France métropolitaine (faisant ainsi de l’Algérie « l’image de la France », selon l’auteur de ce projet). Quelles que soient leurs ambitions, tous assuraient avoir trouvé « un moyen aussi puissant que facile d’empêcher la Nostalgie, l’un des plus grands fléaux des émigrants »20.

  • 21 Un exemple bien documenté est celui du village d’Aïn-Bénian, rebaptisé Vésoul-Bénian en 1853 lors d (...)
  • 22 L’acclimatement n’était pas un sujet nouveau, mais il acquit une importance toute particulière avec (...)

15Attisées par la vision pastorale de colonies d’Alsaciens, de Normands, ou de Provençaux et financées principalement par des notables locaux, les autorités se tournèrent finalement vers cette forme de colonisation après l’échec de colonies de 1848. Plusieurs communautés villageoises s’installèrent ainsi en Algérie au début du Second Empire, avant que celui-ci ne coupe court au peuplement de la colonie avec la politique arabophile du « Royaume Arabe » pendant les années 186021. Même si l’expérience fut courte et ses résultats mitigés dans l’ensemble, la colonisation « départementale » (comme la baptisa la presse libérale) eut le mérite considérable d’inoculer, pour ainsi dire, les colons français contre la nostalgie, en administrant cette même émotion à petites doses, de façon homéopathique et aux effets tout à fait bénins. Ces nouvelles vertus restauratrices de la nostalgie – qui rapprochent celle-ci du sentiment douillet et réconfortant que nous y voyons aujourd’hui – venaient alors d’être mises en évidence par la controverse médicale sur l’acclimatement – possible ou pas, et souhaitable ou pas – des Européens dans les pays chauds. Dans un nouveau contexte scientifique dominé par la peur de la dégénérescence raciale, l’attachement au pays cessait d’être perçu comme un signe d’atavisme casanier répréhensible, pour devenir au contraire gage de l’enracinement identitaire des Français face aux dangers perçus du cosmopolitanisme et du métissage en Algérie22.

  • 23 ANOM, L3, « Extrait du procès-verbal des délibérations du Conseil général », 28 novembre 1848.
  • 24 ANOM, L4, Auguste Bourel-Roncière, « Aperçu sur l’établissement d’une commune bretonne en Algérie » (...)

16Mouvement long et difficile à cerner dans son ensemble, on perçoit pourtant bien la portée de ce revirement étonnant dans le cas emblématique des colons Bretons. Jusque-là, et ce depuis de fameuses épidémies de mal du pays dans les armées révolutionnaires, les Bretons étaient en effet jugés peu aptes à l’expatriation en vertu d’une prédisposition toute particulière à la nostalgie. Ainsi, en 1848 le conseil général du Finistère refusait de participer à un projet de colonisation en se justifiant de ce que les « Bretons n’ont guère de dispositions cosmopolites ; ils n’aiment pas à s’expatrier, et ce fait est assez démontré par les nombreuses victimes que la nostalgie fait chaque année dans les rangs des jeunes conscrits que nous fournissons à l’armée »23. Or, à peine trois ans plus tard, on retrouve un notable de Saint-Brieuc réclamant le soutien du gouvernement dans la création d’une Société Bretonne de Colonisation qui financerait l’installation en Algérie de villages agricoles peuplés exclusivement d’agriculteurs Bretons. Ceux-ci étaient désormais jugés comme des colons idéaux précisément parce qu’ils sauraient reproduire outre Méditerranée « l’agglomération de familles qui, émigrées du même pays, emporteront pour ainsi dire avec elles leur clocher »24. Aussi incroyable que cela paraisse, la colonisation départementale promouvait ainsi tout peuple jugé jusque-là trop enclin au chagrin nostalgique, des Bretons aux Auvergnats et même les Suisses – jadis victimes emblématiques du Heimweh diagnostiqué par Hofer – en passant par les Alsaciens que la Troisième République s’empressera de reloger après Sedan dans des villages en Kabylie où le décor même devait leur rappeler les Vosges perdues.

Vue d'Haussonviller en Algérie depuis le rapport de 1787 de la Société de protection des Alsaciens-Lorrains demeurés Français

Vue d'Haussonviller en Algérie depuis le rapport de 1787 de la Société de protection des Alsaciens-Lorrains demeurés Français

Archives nationales d’outre-mer, Aix-en-Provence, GGA L10

  • 25 . Kennedy utilise l’expression pour décrire le décor en fac-simile avec lesquels les anglais reprod (...)
  • 26 Michèle Baussant a analysé l’importance de la maîtrise et de l’enracinement dans l’espace dans la m (...)

17Ainsi commençait la tentative de faire de l’Algérie une partie intégrante de la France non plus seulement sur le papier, mais dans l’environnement même – un « simulacre nostalgique » (pour reprendre l’expression de Dane Kennedy (KENNEDY, 1996, 16)25 ponctué d’églises, mairies, monuments aux morts, et kiosques à musiques dont l’ « authenticité » et la « plénitude » ferait, bien plus tard, le sens même des clichés sépia de la « nostalgérie »…26

Conclusion. Nous n’avons jamais été modernes

  • 27 Pour des explications théoriques sur l’aspect fondamentalement antinomique des formes de la moderni (...)
  • 28 On retrouve cette opposition dans nombreuses études sur la « fin des utopies » du XXe siècle. Voir, (...)

18Cette trajectoire rocambolesque de la « nostalgie africaine » – mais peut-être faudrait-il dire « des nostalgies » – s’articule donc en étroite relation avec l’évolution des projets de colonisation qui jalonnent l’histoire de l’Algérie française au XIXe siècle (et au-delà). Il est même tentant d’y voir une forme d’impulsion majeure dans la mutation de l’habitat et de l’aménagement du territoire que marque le tournant de la colonisation départementale et des villages de « pays ». Si l'essentiel de la « greffe coloniale » revêt ainsi une dimension territoriale, géométrique, allant de la courbe à la ligne droite, pour reprendre les termes de Marc Côte (COTE, 1988), les aspirations utopiques de « l’Algérie française » furent aussi concrétisées dans une perspective plus culturaliste et « romantique ». L’exemple des projets de colonisation en Algérie montre de plus à quel point une même force historique – en l’occurrence la montée d’un courant de pensée libérale entendu au sens large – peut être responsable à la fois de l’anomie carcérale qui selon Fillias tue les colons de nostalgie et, quelques années plus tard, de sociétés anonymes visant à recréer des villages « authentiques » de paysans bretons en Algérie. Il n’y a, en d’autres termes, pas d’opposition catégorielle entre une forme pathologique et bénigne de nostalgie, ni entre l’utopie et la nostalgie. Il s’agit au contraire d’oppositions antinomiques – soit de contradictions dialectiques issues d’un même mouvement historique27. Ce constat brouille ainsi l’opposition tenace mais bien trop simpliste entre, d’un côté, un modernisme froid, hypérationaliste et devenu emblématique de la faillite de l’utopie (qui par définition serait dystopique), et, de l’autre, des particularismes « anti-modernes » et romantiques empreints de patine nostalgique28. Loin de ce schéma simpliste, l’exemple Algérien montre à quel point utopies et nostalgies oscillent entre le futur et passé, mouvements d’expansion et de rétraction (ou généralité et particularité), comme les deux faces d’une même pièce.

Haut de page

Bibliographie

ABI-MERSHED, Osama W., Apostles of Modernity : Saint-Simonians and the Civilizing Mission in Algeria, Palo Alto, Stanford University Press, 2010.

ANDREWS, Naomi, « ‘The Universal Alliance of all Peoples’: Romantic Socialists, the Human Family, and the Defense of Empire during the July Monarchy, 1830-1848 », French Historical Studies 34-3, 2011, p. 473-502.

BANCEL, Nicolas, BLANCHARD, Pascal et VERGÈS, Françoise, La République coloniale : essai sur une utopie, Paris, Albin Michel, 2003.

BAUSSANT, Michèle, Pieds-Noirs. Mémoires d’exils, Paris, Stock, 2002.

BEAUCE, Vivant, Le journal du voyage d’un colon de 1848, éd. par M. Bel, Nice, M. Bel, 1997.

BLAIS, Hélène, « ‘Qu’est-ce qu’Alger ?’ : le débat colonial sous la monarchie de Juillet », Romantisme, 139, 2008, p. 19-32.

BOLZINGER, André, Histoire de la nostalgie, Paris, Campagne Première, 2007. 

BOYM, Svetlana, The Future of Nostalgia, New York, Basic Books, 2002.

CABET, Étienne, Réalisation de la communauté d’Icarie, Paris, Bureau du Populaire, 1847.

CHEVALIER, Michel, Système de la méditerranée, Paris, 1832.

CLAEYS, Gregory, Searching for Utopia : The History of an Idea, Londres, Thames & Hudson, 2011.

CÔTE, Marc, L’Algérie ou l’espace retourné, Paris, Flammarion, 1988.

DESMONTES, Victor, « Vesoul-Benian, une colonie Franc-Comtoise », Bulletin de la Société de géographie d’Alger et de l’Afrique du Nord, année 1903, Alger, 1904, p. 365-427.

de TOCQUEVILLE, Alexis, « Travail sur l’Algérie », dans Sur l’Algérie, Paris, Flammarion, 2003.

DODMAN, Thomas « Un pays pour la colonie. Mourir de nostalgie en Algérie française, 1830-1880 », Annales. Histoire, Sciences Sociales 66-3, juillet-septembre 2011, p. 743-784.

DODMAN, Thomas, What Nostalgia Was : War, Empire, and the Time of a Deadly Emotion, Chicago, University of Chicago Press, 2018.

DUPONT-WHITE, Charles, L’individu et l’État, Paris, Guillaumin, [1857] 1865.

DUTRONE, M., Rapport fait à la commission des colonies agricoles de l’Algérie, Paris, Imp. d’E. Duverger, 1850.

DUVAL, Jules, Le Phalanstère en Algérie, banquet du 7 avril 1848, Alger, 1848.

ELIADE, Mircea, « Paradise and Utopia: Mythical Geography and Eschatology », dans Frank E. MANUEL (sous la direction de), Utopias and Utopian Thought, Boston, Houghton Mifflin, 1966, p. 260-280.,

ENFANTIN Prosper, Colonisation de l’Algérie, Paris, P. Bertrand, 1843.

EMERIT, Marcel, Les saint-simoniens en Algérie, Paris, Les Belles-Lettres, 1941. 

FILLIAS, Achille, Histoire de la conquête et de la colonisation de l’Algérie (1830-1860), Paris, Arnauld de Vresse, 1860.

FREMEAUX, Jacques, L’Afrique à l’ombre des épées, t. 1, Des établissements côtiers aux confins sahariens, 1830-1930, Vincennes, Service historique de l'armée de terre, 1993.

HASPEL, Auguste, De la nostalgie, Paris, G. Masson, 1874.

HOFER, Johannes, Dissertatio medica de nostalgia oder Heimwehe, Basel, Jacob Bertsch, 1688.

JOLY, Vincent, Guerres d’Afriques : 130 ans de guerres coloniales. L’expérience française, Rennes, pur, 2009.

JULIEN, Charles, Histoire de l’Algérie contemporaine, t. 1, La conquête et les débuts de la colonisation (1827-1871), Paris, puf, 1986.

KATAN, Yvette, « Les colons de 1848 en Algérie : mythes et réalités », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 31-2, 1984, p. 177-202.

KATEB, Kamil, Européens, « indigènes » et Juifs en Algérie (1830-1962). Représentations et réalités des populations, Paris, Éd. de l’ined, 2001.

KENNEDY, Dane K., The magic mountains. Hill stations and the British Raj, Berkeley, University of California Press, 1996.

HEFFERNAN, Michael J., « The Parisian poor and the colonization of Algeria during the Second Republic », French History, 3-4, 1989, p. 377-403.

KUMAR, Krishan, Utopia and Anti-Utopia in Modern Times, Oxford, Blackwell, 1987. 

L’Union agricole d’Afrique : nouveau système de colonisation de l’Algérie, Lyon, 1946.

LUKÁCS, György, Histoire et conscience de classe : essais de dialectique marxiste, Paris, Éditions de Minuit, 1984.

POSTONE, Moishe, Temps, travail et domination sociale : une réinterprétation de la théorie critique de Marx, Paris, Mille et une nuit, 2009.

SARTORI, Andrew, « The British Empire and its liberal mission », Journal of Modern History, 78-3, 2006, p. 623-642.

LUTZELSCHWAB, Claude, La Compagnie genevoise des Colonies suisses de Sétif (1853-1956). Un cas de colonisation privée en Algérie, Berne, Peter Lang, 2006.

MATT, Susan, Homesickness : An American History, Oxford, Oxford University Press, 2011.

MITCHELL, Timothy, Colonizing Egypt, Cambridge, Cambridge University Press, 1988.

MORNET, Daniel, Le Sentiment de la nature en France, de J.-J. Rousseau à Bernardin de Saint-Pierre, essai sur les rapports de la littérature et des mœurs, Paris, Hachette, 1907.

OSBORNE, Michael A., « Acclimatizing the world: A history of the paradigmatic colonial science », Osiris, 15, 2000, p. 135-151.

PILBEAM, Pamela, Saint-Simonians in Nineteenth-Century France: From Free Love to Algeria, Houndsmills, Palgrave, 2014.

RASTEIL, Maxime, À l’aube de l’Algérie française. Le calvaire des colons de 48, Paris, E. Figuière, 1930.

REGNIER, Philippe, « Le mythe oriental des saint-simoniens », dans M. MOREY, Les saint-simoniens et l’Orient. Vers la modernité, Aix-en-Provence, Édisud, 1989, p. 29-49.

RIVET, Daniel, Le Maghreb à l’épreuve de la colonisation, Paris, Hachette, 2003.

VENAYRE, Sylvain, « Le corps malade du désir du pays natal. Nostalgie et médecine au XIXe siècle », dans A.-E. DEMARTINI et D. KALIFA (dir.), Imaginaire et sensibilités au XIXe siècle. Études pour Alain Corbin, Paris, Créaphis, 2005, p. 206-222.

SAINT-SIMON, Claude-Henri de, THIERRY, Augustin, De la réorganisation de la société européenne, ou De la nécessité et des moyens de rassembler les peuples de l'Europe en un seul corps politique, en conservant à chacun son indépendance nationale, Paris, Egron et Delauney, 1814.

SERVIER, Jean, Histoire de l’utopie, Paris, Gallimard, 1967.

STAROBINSKI, Jean, « Le concept de nostalgie », Diogène, 54, 1966, p. 92-115. 

WILDER, Gary, The French Imperial Nation-State: Negritude and Colonial Humanism Between the Two World Wars, Chicago, University of Chicago Press, 2005.

Haut de page

Notes

1 L’histoire la plus exhaustive de la conquête et de la colonisation de l’Algérie reste celle de Charles-André Julien (JULIEN, 1986). On consultera aussi avec profit l’importante synthèse de Daniel Rivet (RIVET, 2003). L’armée d’Afrique a fait l’objet de nombreux travaux, notamment de Jacques Frémeaux (tels que FREMEAUX, 1993). Pour une mise au point historiographique récente dans le cadre des « guerres coloniales », voir la synthèse de Vincent Joly (JOLY, 2009). La démographie historique de la colonisation est étudiée minutieusement par Kamil KATEB, (2001). Enfin ses échos politiques sont analysés par Hélène BLAIS (2008, 19-32).

2 Les nombreux projets de Bugeaud se heurtèrent tous à l’hostilité du ministère, ne l’empêchant tout de même pas de créer trois villages de soldats à qui il maria de force des orphelines recueillies à Toulon.

3 Voir, par exemple, les nombreux projets de l’abbé J.-M. LANDMANN, dont Les fermes du petit Atlas, ou colonisation agricole, religieuse et militaire du nord de l’Afrique, Paris, Périsse Frères, 1841.

4 L’échec sans appel de la cinquantaine de villages créés ainsi – où ne survivent en 1852 que les déportés de nouveau régime Bonapartiste – est étudié par Yvette KATAN (1984, 177-202) et par Michael J. HEFFERNAN (1989, 377-403). Le calvaire des colons est relaté par Vivant Beauce dans un récit publié dans L’Illustration en 1849 et 1850 (BEAUCE, 1997) et par Maxime RASTEIL (1930).

5 Dans cette étonnante étude, même s’il promeut une colonisation purement civile, Enfantin s’appuie explicitement sur l’organisation de l’armée comme modèle pour la nouvelle organisation de travailleurs et de familles qu’il envisage en Algérie. Son projet prévoit notamment une double association entre, d’une part, le capital et l’État pour la création de grandes entreprises de petits propriétaires et, de l’autre, les populations locales (jugées « inférieures ») et colons (« supérieurs »). Sur le rêve d’une confédération méditerranéenne, voir (CHEVALIER, 1832). Plus généralement, sur l’évolution de la pensée impériale des saint-simoniens, voir (ANDREWS, 2011, page) et (PILBEAM, 2014).

6 La « mission civilisatrice » d’Enfantin et de ses disciples est étudiée par Marcel EMERIT (1941) et par Osama W. ABI-MERSHED (2010).

7 Sur l’opposition entre socialistes utopiques associationnistes et assimilationnistes (et les conséquences à long terme de la victoire des derniers sur la société et l’urbanisme colonial en Algérie) voir Saïd Almi, Urbanisme et colonisation : présence française en Algérie, Sprimont, Mardaga, 2002.

8 Sur les antinomies de ce républicanisme impérialiste (WILDER, 2005).

9 Pour des perspectives plus détaillées sur la généalogie des pensées utopiques, on consultera avec profit les ouvrages de Jean SERVIER (1987), de Krishan KUMAR (1987) et de Gregory CLAEYS (2011).

10 Un exemple classique de ce phénomène est bien évidement Paul et Virginie de Bernardin de Saint-Pierre (publié en 1787). Sur les transformations dans les représentations de la nature à cette époque, voir (MORNET, 1907).

11 Sur l’importance du regret du pays natal chez les premiers colons européens en Amérique du Nord, voir aussi (MATT, 2011).

12 Sur l’histoire médicale de la nostalgie, voir les études de Jean Starobinski (STAROBINSKI, 1966, 92-115), Sylvain Venayre (VENAYRE, 2005, 206-222), André Bolzinger (BOLZINGER, 2007) et Thomas Dodman (DODMAN, 2018).

13 Les pages suivantes reprennent une analyse développée de façon plus approfondie dans un précédent article (DODMAN, 2011, 743-784).

14 Jean-André ANTONINI, Charles MONARD et Pascal MONARD, « Lettre médicale adressée à MM. les officiers de santé en chef de l’armée d’Afrique », Recueil des mémoires de médecine, chirurgie et pharmacie militaire, 33, 1832, p. 230-231 ; Archives historiques du Service de santé militaire et musée du Val-de-Grâce (VdG), 67/12, les Officiers de santé en chef du corps d’expédition STEPHANOPOLI, Chevreau et JUVENIG, « Rapport sur les maladies qui ont régné à Alger pendant les mois de juin, juillet, août et septembre 1831 », 15 octobre 1831 ; et VdG, 96-1/2, [Auguste] HASPEL, « Hôpital militaire de Tiaret. Mouvement médical des mois d’avril et juin 1843 ». 

15 J.-A. ANTONINI, Rapport médical…, op. cit., p. 32 ; et VdG, 67/8 « Circulaire des officiers de santé en chef du corps d’occupation sur les dépôts de convalescence », 12 août 1841.

16 La polysémie de la notion de pays est, dans ce sens, capitale.

17 VdG, 86/9, FREY (?) « Hôpital de Boghar. Mouvement médical pendant le quatrième trimestre de 1852 », 1er janvier 1853.

18 Archives nationales d’Outre-Mer (ANOM), F80 1392, Durand (colon à Millésimo), lettre à Ulysse Trélat, 21 mars 1849 ; et Robert TINTHOIN, Assi-Ben-Okba. Un village de « Parisiens » en 1848, Oran, Heintz Frères, 1949, p. 20.

19 T. Mitchell utilise explicitement l’exemple des colonies de 1848 pour étayer ce concept.

20 ANOM, fonds du Gouvernement Général de l’Algérie (GGA), L4, T. Achard, Projet de colonisation présenté par M. Achard, membre du Conseil Général du Département du Bas-Rhin, Paris, Imprimerie Royale, 1842 ; et ANOM L3, L. TURCK, projet de colonisation présenté au Conseil général des Vosges et correspondance, 1845.

21 Un exemple bien documenté est celui du village d’Aïn-Bénian, rebaptisé Vésoul-Bénian en 1853 lors de l’arrivée d’une quarantaine de famille d’agriculteurs franc-comtois (DESMONTES, 1904).

22 L’acclimatement n’était pas un sujet nouveau, mais il acquit une importance toute particulière avec les débats sur le sort de la colonisation en Algérie à la fin des années 1840. Sur le sujet voir, entre autres (OSBORNE, 2000, 135-151).

23 ANOM, L3, « Extrait du procès-verbal des délibérations du Conseil général », 28 novembre 1848.

24 ANOM, L4, Auguste Bourel-Roncière, « Aperçu sur l’établissement d’une commune bretonne en Algérie », Saint-Brieuc, 1852.

25 . Kennedy utilise l’expression pour décrire le décor en fac-simile avec lesquels les anglais reproduisaient une impression de chez-soi en Inde.

26 Michèle Baussant a analysé l’importance de la maîtrise et de l’enracinement dans l’espace dans la mémoire des anciens colons d’Algérie (BAUSSANT, 2002).

27 Pour des explications théoriques sur l’aspect fondamentalement antinomique des formes de la modernité capitaliste, voir les analyses de György LUKÁCS (1984) et Moishe POSTONE (2009). Pour une application efficace dans le champ de l’impérialisme britannique, voir Andrew SARTORI (2006, 623-642).

28 On retrouve cette opposition dans nombreuses études sur la « fin des utopies » du XXe siècle. Voir, à titre d’exemple, Svetlana Boym, The Future of Nostalgia (BOYM, 2002). Il est d’ailleurs intéressant de remarquer que cette opposition est reproduite autant dans de nombreuses perspectives anti- et postcoloniales plus ou moins romantiques, que dans les postures néocoloniales ouvertement nostalgiques.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le Phalanstère en Algérie : Banquet du 7 avril 1848
Légende Journée électorale du 9 avril. Plan d'organisation du travail. Alger, A. Bourget, 1848Pour découvrir ce document : http://premierssocialismes.edel.univ-poitiers.fr/​viewer/​show/​213#page/​n0/​mode/​2up
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/2885/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Le Mal du pays
Légende Lithographie d’après Hippolyte Bellangé, 1832.
Crédits BnF
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/2885/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Projet pour une colonie agricole de 60 familles à St Leu en Algérie, 1848
Crédits Archives nationales d’outre-mer, Aix-en-Provence, GGA, 1L-107
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/2885/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 776k
Titre Vue d'Haussonviller en Algérie depuis le rapport de 1787 de la Société de protection des Alsaciens-Lorrains demeurés Français
Crédits Archives nationales d’outre-mer, Aix-en-Provence, GGA L10
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/2885/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Dodman, « De l’utopie à la nostalgie en Algérie française », Conserveries mémorielles [En ligne], #22 | 2018, mis en ligne le 17 juin 2018, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/cm/2885

Haut de page

Auteur

Thomas Dodman

Thomas Dodman est assistant professor dans le département de Français à Columbia University. Historien des sensibilités et de la France au XIXe siècle, il est l'auteur de What Nostalgia Was: War, Empire, and the Time of a Deadly Emotion (Chicago, 2018). Il a aussi coordonné Une Histoire de la Guerre du XIXe siècle à nos jours aux Éditions du Seuil (Paris, 2018)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals