Navigation – Plan du site

Le « retour à la terre » : entre utopie et nostalgie  

Le cas des collectifs de néo-paysans en France
The « Back-to-Nature » Movement : Between Utopia and Nostalgia
Madeleine Sallustio

Résumés

Souvent critiquée pour ses risques de débordements conservateurs ou idéalistes, la nostalgie est une attitude qui surgit cycliquement dans les discours au cours de l'histoire, et ce tout particulièrement en période de crise, qu'elle soit sociale, économique, politique ou, désormais, écologique. Spontanée, la nostalgie véhicule pourtant un potentiel utopique et critique non négligeable.
Parmi les objets regrettés, le monde rural traditionnel s'impose comme emblème récurrente de la stabilité et de l'harmonie. La France a ainsi été la scène d’un mouvement de « retour » au monde rural et aux activités qui lui sont liées (agriculture, élevage, artisanat,…), entrepris tantôt par des anarchistes libertaires, tantôt par les héritiers de mai 1968, ou encore par des individus en quête de cohérence écologique et d’autonmie.
Cet article entend rendre compte des modalités de l'articulation de la nostalgie à l'égard de la ruralité avec les aspirations utopiques du projet néo-rural contemporain. L'imaginaire utopique et l'imaginaire nostalgique s'alimentent en effet l'un et l'autre, oscillant entre la réaction face à un présent que l'on rejette et le souhait d'une alternative radicale englobant tous les registres de l'existence. En résulte alors un va-et-vient entre des temporalités passées, présentes et futures.

Haut de page

Texte intégral

1La nostalgie n'est pas un phénomène nouveau. Autrefois apparentée au « mal du pays », ce sentiment évoque l'idée de souffrance (algos) liée à un déplacement géographique dont le retour (nostos) est incertain (DAMES, 2010, 270). Cette notion poétique devint plus tard un terme médical. Diagnostiquée comme un état dépressif, cette mélancolie face à ce que l'on a perdu est alors un mal qu'il s'agit de « soigner » pour éviter de sombrer dans un passéisme immobiliste (DAMES, 2010, 227-273).

2Aujourd'hui, les théories sur le sujet se sont multipliées, notamment portées par la vague d'études sur la mémoire des années 1960 (BERLINER, 2005). Les anthropologues, les philosophes, les psychologues ou les historiens qui se sont penchés sur la question en sont finalement arrivés à considérer la nostalgie comme une réponse émotionnelle relativement naturelle et spontanée, induite par l'idée d' « irréversibilité du temps » (JANKÉLÉVITCH, 1983, 298-299). Mais la nostalgie n'a pas exclusivement trait à une lamentation de ce qui est perdu. Elle est le fruit d'un dialogue entre le passé et le présent. Les incertitudes sociétales, l'effritement des capacités de contrôle des individus sur le monde qui les entoure et la difficulté qu'ils éprouvent à se projeter dans un futur stable et heureux créent en effet une situation fertile pour un regret du passé (PICKERING et al., 2006, 925, DAVIS, 1979, 107).

3Malgré tout, la nostalgie est restée une attitude critiquée et écartée, s'inscrivant ainsi en quelque sorte dans la vieille tendance à considérer que la nostalgie n'est pas un état sain (DAMES 2010, 271). On lui reproche d'empêcher les individus « d'aller de l'avant ». Pourtant, la nostalgie ne se restreint pas à un phénomène affectif. Elle est également à l'origine d'actions visant à reconstruire ce que l'on a perdu, ou ce qui semble être en train de se perdre. Le rattachement à des pratiques, valeurs ou des formes sociales stables que l'on suppose avoir appartenu au passé serait une façon de contrer le sentiment de « dériver », de « manquer d’accroche » et par là, d'endiguer l'angoisse d'un futur dystopique (PICKERING et al. 2006, 924).

4Dépasser la définition de la nostalgie comme stricte idéalisation du passé, en insistant sur la nature critique qu'elle revêt, est une approche qui se distingue de celles précédemment citées en anthropologie : la nostalgie est cette fois considérée comme un paradigme de « pouvoir et résistance » (ANGÉ et al. 2015, 5). L'évocation positive du passé serait cette fois analysée au regard de sa capacité à inspirer des projets concrets, plutôt qu'en termes de phénomène affectif passéiste (PICKERING et al. 2006, 936-937).

5Au-delà de la simple dialectique passé-présent, l’objectif de cet article est de soumettre à l'épreuve du terrain l'hypothèse théorique selon laquelle la nostalgie crée un terrain émotionnel favorable au surgissement de « pulsions utopiques » (PICKERING et al. 2006, 936). Ces dernières, considérées ici comme des moteurs de l'action humaine (COOPER, 2014 ; LEVITAS, 1990 ; COSSETTE-TRUDEL, 2010) feraient alors surgir un registre temporel plus nuancé et étendu : celui de l'articulation entre passé, présent et futur.

6Parmi les nombreuses utopies qui ont pu mettre en branle des projets de société au cours de l'histoire, j'ai choisi de diriger mon travail vers les « utopies du retour » (LÉGER et al., 1978) en France qui font arriver dans les campagnes, alors désertées, des jeunes individus aux aspirations écologiques et libertaires, souhaitant aller dans le sens d’un système auto-suffisant au sein de collectifs autogérés. Il sera donc question dans cet article d'interroger comment un regard tourné vers le passé (et son idéalisation) constitue un socle non négligeable à la construction d'une critique progressiste tournée vers le réinvestissement « durable » des campagnes. L'hypothèse posée étant celle selon laquelle la nostalgie aurait son rôle à jouer dans la démarche du « retour à la terre » ; la recherche d'alternatives au modèle de société capitaliste et productiviste qu’elle véhicule ; et aux évolutions sociales, économiques et écologiques qui lui sont liées.

Du neo-rural au neo-paysan : definition de l'objet

7Cette recherche s'appuie sur un travail de terrain étalé entre les années 2011 et de 2014 à 2016. J'ai réalisé une observation participante auprès d'une dizaine de collectifs auto-gérés dans le Var et dans le sud du Massif central, des Cévennes aux Monts du Vivarais, en passant ainsi par la Lozère, le Gard, l'Ardèche et la Haute-Loire.

8Bien qu'il soit difficile d'établir un profil sociologique clair des personnes que j'ai rencontrées, on peut toutefois dégager certains éléments de parcours de vie communs. Ce sont principalement des jeunes, âgés majoritairement entre 25 et 35 ans et issus généralement de classe moyenne et d'un milieu urbain. Si quelques-uns d'entre eux ont vécu une partie de leur jeunesse en monde rural, ils ont souvent habité un certain nombre d'années en ville pour réaliser des études ou chercher de l'emploi, et une grande partie d'entre eux ont effectué des voyages plus ou moins longs en France ou à l’étranger avant de décider de s'installer dans un collectif. Leur lien avec une quelconque activité agricole ou artisanale n'était par ailleurs ni facilité par héritage parental, ni par le milieu socio-professionnel dans lequel ils ont évolué.

9Pour ces raisons, comme l'avaient noté Danièle Léger et Bertrand Hervieu (1979, 9), l'idée de « retour » à la terre est délicate, étant donné que les personnes rencontrées n'ont souvent jamais pratiqué d'activités agricoles. Et pourtant, c'est une figure de style commune, utilisée de manière récurrente par les principaux concernés et qui découle d'une idée populaire : celle d'un retour aux sources, à un modèle sociétal antérieur, pré-industriel, de l'humanité, qui véhicule un idéal d’équilibre entre l’homme et son environnement naturel. En cela, elle dévoile la nature « exonostalgique » (BERLINER, 2014) du rapport qu'entretiennent les individus avec le travail de la terre, dans le sens où les individus sont nostalgiques d'un passé qu'ils n'ont pas eux-mêmes connu.

10Le qualificatif qui a été le plus couramment employé pour définir ces individus est celui de « néo-rural ». Pourtant, ceux-ci préfèrent revendiquer l'appellation de « paysan » qui revêt un registre de représentations philosophiques et politiques auquel ils s'identifient d'avantage (Cf. Infra). La volonté de ne pas être, selon leurs propres mots, « pris pour un hippie » est également importante à leurs yeux. Selon eux, le qualificatif de « néo-rural » fait écho aux mouvements de retour à la terre des années 1970 dont les échecs ont fait mauvaise presse (ROUVIÈRE, 2015) et dont ils souhaitent se distinguer.

« On n'est pas des idéalistes, des beatniks, des hippies 'flower power, vive les petites fleurs et couchons tous ensemble !'. (...) On sait comment ça s'est passé pour eux, on n'a pas envie que ça tourne pareil. On s'est formé, protégés, on sait qu'on va devoir travailler dur et qu'il faudra surement faire des compromis. »

11Ceci étant, ce n'est pas seulement par affinité nostalgique que ces individus s'apparentent aux paysans. Tout comme ceux qu'Henri Mendras dépeint dans son livre « Sociétés paysannes » (1976), les collectifs néo-paysans ont pour leitmotiv l'autosuffisance alimentaire et l'auto-construction. Pour se faire, ils mettent en place des activités agricoles, pastorales et/ou forestières, respectueuses de l'environnement, adaptées à leur écosystème et de petite échelle. Ils transforment leurs produits destinés à la vente directe sur les marchés (pain, confiture, miel, fromage, crème de châtaigne...), et développent des savoirs et savoirs-faire liés à l'artisanat (menuiserie, travail de la laine, vannerie...), à l'écoconstruction (construction en pierre-sèches, menuiserie, charpenterie...) et/ou à la mécanique. S'en suit une polyvalence des activités et une complémentarité des productions au sein du groupe.

12Outre ces activités vivrières et/ou lucratives, ces collectifs sont également des lieux d'expérimentations sociales et de réflexions sur le « vivre ensemble ». Les individus qui font ce choix de vie et de travail collectifs sont en effet porteurs d'une volonté d'horizontalité et d'égalité dans les rapports humains. Ils voient par ailleurs en la solidarité et en la mutualisation de leurs revenus et de leur force de travail une échappatoire à la société capitaliste qu'ils rejettent.

Nostalgie, ruralité et critique sociale

13La nostalgie pour le monde rural n'est pas une exclusivité contemporaine. Au cours des derniers siècles, les mutations sociales rapides, induites entre autres par l'industrialisation, et le futur incertain qui en découlait ont en effet amené certains auteurs et philosophes à remettre en question la définition du « progrès » et à entretenir la nostalgie d'un ordre rural traditionnel idéalisé (CHEVALIER, 2000). Cette « utopie nostalgique » situait alors la société parfaite non pas dans un futur potentiel mais dans un passé idéalisé (BERLINER, 2014).

14De Rousseau à Fourier, l'image romantique du monde rural, d'un âge d'or primitif, harmonieux où les hommes vivraient libres, égaux et selon une organisation sociale de « solidarité naturelle » a véhiculé un système de valeurs qui s'oppose au capitalisme, incarné par l'industrialisation et la centralisation urbaine (PIROMALLO-GAMBADERLLA, 2005).

15Cependant, cette utopie que Marie-Ange Cossette-Trudel a qualifié de « réaction » (2010) face à un présent rejeté, et qui s'apparente en cela à la réaction nostalgique décrite plus haut, est intimement liée à une autre facette de l'utopie : l'utopie « création ». Ce concept est directement hérité de ce que proposait le philosophe Charles Fourier, soucieux de voir se libérer les « attractions passionnées » ({1829}1973). Selon lui, l’utopie s’ancre en effet dans le présent : elle consiste en la libération des passions des Hommes, leurs intuitions, leurs envies spontanées (concernant les travaux qu’ils mettent en œuvre, les tâches qu’ils s’assignent, les rapports sexuels qu’ils entretiennent…), lesquelles seraient intrinsèquement collectives et constitueraient la clef du bonheur et de l’harmonie universelle. En s’appuyant sur cette proposition théorique, Marie-Ange Cossette Trudel insiste ainsi sur l’ancrage au présent de l’utopie : temporalité de l’action directe, de la création effective de notre « élan vital » (2010 : 4), moment où se canalise l’énergie des hommes à travers l’espoir d’un avenir meilleur.

16Indissociables, ces deux aspects de l'utopie se retrouvent par exemple dans les essais libertaires anarchistes du XIXe siècle. Ceux-ci, bien avant les néo-ruraux post-soixante-huitards, tentèrent l'aventure collective et autogestionnaire (PETITFILS, 2011 ; CREAGH, 1997). La question de la place de l'homme dans son environnement était d'ailleurs posée, notamment à travers des essais concernant le naturisme et le végétarisme. Déjà, l'idée que l'émancipation individuelle passe par une mise à l'écart de la société industrielle et des institutions s'affirme. Ce pas « en dehors » ne semble alors possible qu'à la campagne.

Première de couverture du périodique anarchiste "L'En dehors".

Première de couverture du périodique anarchiste "L'En dehors".

Le journal se fait alors l'écho des initiatives communautaires libertaires de l'époque. Illustration de H. A. Schneider, France, 1922.

17A partir des années 1950, le progrès social et technique s'accélère considérablement, transformant de manière saisissante les campagnes. La motorisation du travail se développe, l'arrivée des engrais et pesticides sur les marchés permet rapidement une augmentation de la productivité et ouvre ainsi les portes à l'industrie agroalimentaire telle qu'on la connaît aujourd'hui (MENDRAS {1967}2012, 297-300). On parle de « révolution verte » : l'agriculture se professionnalise, s'intensifie, le paysage rural s'en voit modifié de manière à faciliter la rationalisation de la production agricole, désormais spécialisée (BERNARD DE RAYMOND et al., 2014). Tandis que le travail paysan devient de plus en plus solitaire et soumis à une compétitivité croissante, l'exode rural de masse finit de vider les campagnes de ses jeunes (MENDRAS, {1967}2012).

18Face à ces transformations sociales, les intellectuels de l'époque sonnent le glas du passé, « la mort de la tradition » (WEBER, 1983, 669). L’idée d'être en train d'assister à l'effondrement d'un modèle rural ancestral fait couler de l'encre chez les ethnologues de l'époque. On a affaire à une nouvelle forme de nostalgie à l'égard d'un monde « qui disparaît » : le « paradigme des derniers » (FABRE, 2008, cité par BERLINER 2010a, 91).

19Cette atmosphère intellectuelle participera alors à ce que certains qualifient de « machinerie patrimoniale » (JEUDY, 2008). Cette fois, c'est le devoir moral de sauvegarder un patrimoine matériel et immatériel qui suscite l'intérêt des pouvoirs publics et des labels. Relayée par les secteurs marchands et touristiques, l'image du monde rural et de ses spécificités en matière d'artisanat ou de spécialités culinaires se fond ainsi dans un imaginaire collectif nostalgique qui considère les savoirs et savoir-faire passés comme un signe de rareté et de qualité. L'intérêt pour « les bons produits d'antan » (CLÉMENT, 2003) et « le goût d'autrefois » (ANGÉ, 2015) gagne ainsi une grande partie de la population. Parallèlement, c'est le système agro-alimentaire qui est visé et, avec lui, l'évolution de l'agriculture dite « moderne », « chimique » ou bientôt « conventionnelle » (LEROUX, 2006, 2).

20Par ailleurs, parce qu'elle suscite un intérêt pour l'histoire, la nostalgie amène les individus à aller puiser dans les pratiques paysannes du passé des idées, des savoirs et savoir-faire susceptibles d'être réappropriés dans un projet, en l'occurrence, écologique et social.

« En arrivant ici, on s'est dit qu'on allait faire du blé, mais en fait, ici, avec la terre qu'on a, c'est impossible à faire pousser. On a retrouvé des vieilles photos du coin, sur les terrasses que tu voies là-bas, c'était du seigle qu'ils faisaient pousser. Les jardins, ils étaient bien plus bas, près de la rivière. On a même retrouvé un vieux bassin en pierre qui devait retenir l'eau. Tout était pensé 'logique', ils connaissaient leur terre. C'est normal de prendre exemple sur eux. »

21Le fait qu'une pratique ait potentiellement existé renforce en effet la crédibilité et la faisabilité d'un projet de renaissance rurale. En bref, dans l'action, fantasmer un « retour », aussi idéalisé soit-il, semble plus accessible que le rêve d'un tout autre monde, hors de tout espace et de tout temps.

22Ce retour sur l'évolution de la nostalgie à l'égard du monde rural français et de la critique sociale qui lui est liée permet de saisir dans quelle continuité s'inscrit le renouveau de la paysannerie. Comme nous le verrons, cette nostalgie ne se contente pas d'être un socle émotionnel à la construction de l'utopie néo-rurale, elle confère également de la légitimité aux acteurs qui souhaiteraient réinstaurer des pratiques révolues. En effet, l'invocation de la continuité historique relève ici d'un outil discursif qui renforce l'idée que ces projets sont justes, en accord avec un mode de vie intuitif et préindustriel.

De la nostalgie durable

23Empruntée à Jeremy Davies, ce concept de « nostalgie durable » permet de saisir la complexité du régime temporel du projet de « retour à la terre » chez les néo-paysans contemporains. Cet auteur situe la place qu'occupe la nostalgie dans un projet utopique, environnemental et social (2010, 264). La notion de « durabilité », chère aux écologistes, serait en effet intrinsèquement liée à une « nostalgie du futur » étant donné qu'elle renvoie à l'idée qu'il faut préserver et stabiliser ce qui semble essentiel pour l'avenir d'un point de vue éthique, émotionnel, culturel et politique.

Urgence du retour et militantisme existentiel

24Comme expliqué plus haut, une vision alarmiste de l'avenir accentue les penchants nostalgiques des individus. Or, nous vivons une époque où la crise, entendue comme « l'union de la rupture avec l'incertitude » (DUBAR, 2011, 3) envahit les discours. Qu'elle soit politique, économique, écologique, ou « de la transmission » (BERLINER, 2010b, 4), la crise se manifeste chez les néo-paysans par une vision dystopique du futur et provoque un « impératif d'urgence » (DUBAR, 2011, 3) : l'idée qu'il faut agir vite et efficacement pour sauver son existence et, potentiellement, celle de l'humanité. Le fait de se préparer à une catastrophe civilisationnelle encourage l'anticipation d'un avenir cataclysmique où tout est à nouveau possible.

25Face à ce bilan, plusieurs collectifs de néo-paysans que j'ai rencontrés agissent comme des espaces d'expérimentation d'alternatives qui pourraient, selon eux, devenir un jour la base de la survie de l'homme. La question de l'agriculture durable et de l'entretien de la microbiologie des sols en est un exemple.

« Les engrais chimiques, les pesticides, ça a tué nos sols. Ils sont morts, il n'y a plus rien dedans pour lui permettre de se régénérer comme il l'a toujours fait. Là, on vit sur ses réserves de manière artificielle, mais dans 100 ans, tu peux être sûre que ça sera fini. (...) Et là, il faut être préparé parce que c'est une catastrophe alimentaire dont il est question. »

26Mais la recherche d'alternatives en matière d'agriculture, de construction, de consommation ou autre passe également par un retour des individus sur leur éthique de vie de manière à ce qu'elle soit la plus compatible possible avec leurs espoirs de changements de trajectoires sociétales. Les idées de « simplicité volontaire » (LATOUCHE, 2006) ou de « sobriété heureuse » (RABHI, 2010) et la redéfinition des besoins vitaux essentiels qu'elles impliquent, illustrent par exemple l’invitation à une réduction drastique des objets de consommation considérés comme intrinsèquement liés à la modernité capitaliste.

27Il s'agit dès lors ne plus séparer la critique sociale de son émancipation personnelle et de sa recherche du bonheur. Christian Arnsperger parle de « militantisme existentiel » (2009). Le « retour à la terre » serait ainsi une manière d'incarner ce double mouvement, cette dialectique entre la mise à l'écart d'une société que l'on rejette et l'exemplarité politique. Une utopie, entre « réaction » et « création ». La pratique de l'agriculture paysanne et la maîtrise des étapes de fabrication des biens qui nous entourent seraient ainsi une manière de « revenir » à un mode de vie idéalisé que l'on prête aux paysans d'antan : une vie simple et basée sur des besoins essentiels.

28Il semblait donc nécessaire aux néo-paysans de quitter la ville. Celle-ci est en effet considérée comme un espace saturé, où la possibilité d'échapper à la société de consommation et aux formes d'organisation sociale induites par l'industrialisation est limité.

« J'étouffais. Pas moyen d'échapper au système en ville, même en squat, t'es complètement dépendant du nucléaire, des supermarchés, ... Tu dois bosser, enfermé, pour rembourser des trucs que t'achètes et dont tu sais que tu pourrais te passer si tu vivais différemment, comme la voiture ou les vêtements chics. »

29Le « retour à la terre » permettrait par ailleurs de dépasser la simple consommation critique, trop facilement compatible avec le « capitalisme vert », et offrirait la possibilité de construire une utopie effectivement réalisée et spatialisée.

Ressusciter des savoir-faire révolus

30La nostalgie devient alors une ressource, « le socle des perspectives d'avenir de l'évolution des rapports société-nature à l'échelle locale » (GIUSEPELLI, 2006, 139). Le regret de l'abandon de certains outils et pratiques de jadis se mêle ici à la recherche d'indépendance et d'autonomie des néo-paysans.

31La pratique de l'agriculture paysanne en est un exemple concret. Cette dernière consiste en une vision holiste du travail paysan, qui ne se réduit pas à une profession mais englobe un modèle sociétal à part entière. Cette approche suppose le respect de l'environnement dans le processus de production (rejet de toute forme de pesticides, engrais chimiques, OGM, etc.), une planification durable de l'installation de l'homme dans un écosystème à long terme (promotion de la biodiversité, entretien des forêts, amélioration des sols, etc.) et une volonté de conservation du tissu social local.

32On pourrait citer, premièrement, le fait de se lancer dans le travail de conservation et de sélection de semences à partir de variétés de graines ancestrales. La réglementation du commerce des semences au niveau européen, les exigences des marchés et la pression productiviste faite sur les agriculteurs ont en effet eu raison d'une grande partie de la biodiversité locale en matière de fruits, légumes et céréales (DEMEULENAERE et al., 2011). Récupérer et semer les graines de leurs propres productions se justifie de diverses façons pour les néo-paysans. Tout d'abord, ils mettent en avant l’autonomie que cela leur confère par rapport au marché étant donné que cela leur évite de racheter des semences chaque année. Ensuite, étant donné que les semences vendues par l'industrie sont sélectionnées de manière à correspondre aux standards de l'agriculture conventionnelle, les maraîchers souhaitant mettre en place une agriculture biologique, sans pesticides, herbicides, serres chauffées, ou engrais, se tournent vers les variétés les mieux adaptées aux sols et au climat de la région : les variétés endémiques et traditionnelles (BONNEUIL et al., 2009). Ces différentes variétés de graines permettraient en effet d'économiser de l'eau (dans le cas des régions où les étés sont particulièrement secs) et d'éviter la nécessité d'intrants. Enfin, les néo-paysans justifient la réintroduction de variétés traditionnelles dans leurs productions par la biodiversité à laquelle elles contribuent. Il sera question de varier l’alimentation, mais également de protéger les maraîchers d'une « mauvaise saison ». Si, par exemple, une variété de tomate supporte mal la sécheresse d'une année, une autre, plus précoce ou plus résistante, réussira peut-être à s'en accommoder plus facilement. Les savoirs vernaculaires qui sont liés à ces cultures apparaissent alors comme précieux dans cette entreprise.

« On a affaire à une forme de dégénérescence, l'apprentissage des savoir et savoir-faire a sauté une génération et du coup, c'est super difficile pour nous de se réapproprier ça. Il y a plein de petits gestes du sens commun qui ne nous ont pas été transmis. Allez par exemple, les anciens, ils savent te dire 'Ah tel oiseau est arrivé dans la région, ça veut dire que la dernière gelée n'est pas loin et que tu peux planter un peu en avance telle variété de navet'. Nous, on ne sait pas ça, il faut repartir à zéro... et ça prend du temps. »

33L'enracinement, la connaissance de son environnement naturel proche et la capacité d'agir sur celui-ci sans avoir recours à des techniques industrielles sont alors valorisés, dans un processus de réactivation d'une « identité paysanne » (DEMEULENAERE et al., 2011 : 204).

34Un deuxième exemple probant de réappropriation de pratiques est celui de l'usage de la traction animale. Dans les Cévennes, par exemple, les cultures étaient jadis organisées en terrasses. Ce système permettait d'exploiter des terrains en dénivelé, de protéger les cultures de l'érosion, de la sécheresse en été et des dégâts causés par les pluies automnales. Les surfaces agricoles s'en voient du coup morcelées et l'usage d'outils motorisés comme le tracteur est pratiquement impossible. Si les habitants locaux ont fini par abandonner l'agriculture étant donné la pénibilité du travail manuel et l'impossibilité d'améliorer la productivité agricole, les néo-paysans ont pris le parti de réinvestir ces espaces et ont été forcés de constater l'utilité de la traction animale en agriculture.

« Au début, je trouvais juste ça cool de travailler avec des animaux, à l'ancienne, sans pétrole. Mais en fait, ça va plus loin que ça. Le cheval tasse bien moins la terre qu'un tracteur, tu bousilles moins les sols, tu peux faire un travail plus précis et dans le cas de la culture sur butte, c'est parfait. De toute façon, jamais tu arriverais à faire passer un tracteur ici. (...) Et puis, le cheval, tu récupères sa merde pour faire de l'engrais, c'est un système circulaire ! »

35Le cas de la négociation quotidienne quant à l'usage de la motorisation et à la mécanisation du travail rejoint enfin cet exemple qui permet d'illustrer la mobilisation de la nostalgie néo-paysanne. Dans de nombreux cas, les néo-paysans réintroduisent des outils et des gestes qui ont petit à petit disparu suite à la révolution verte. La faux, par exemple, sera dans certains cas préférée à la débroussailleuse ; on récupèrera une batteuse manuelle pour battre le blé plutôt que d'utiliser une moissonneuse-batteuse ; les animaux seront traits manuellement et on rechignera à acheter des choses qui pourraient être auto-produites.

Pratique de la traction animale dans le cas des cultures sur buttes

Pratique de la traction animale dans le cas des cultures sur buttes

Le cheval, dressé, marche entre les buttes et travaille en suivant les injonctions et mouvements du paysan. Haute-Loire, mai 2015.

© Madeleine Sallustio

36Différents arguments sont mobilisés pour défendre ces choix. Tout d'abord, le désir de se réapproprier un maximum la chaîne de production des biens d'usage quotidien et, en y investissant du travail, apprendre à apprécier leur « juste valeur ». C'est la consommation de masse qui est ainsi visée.

« Avant, à l'époque de nos arrière-grands-parents, ils avaient un pull, un seul, qu'ils avaient fait eux-mêmes. A la campagne, ils avaient même tissé la laine, parfois, elle venait même de leurs propres brebis. (...) Mais quand tu investis autant de travail dans un pull, évidemment que tu en prends soin, évidemment que tu le fais durer au maximum. Aujourd'hui, on ne se rend plus compte, ça paraît normal d'avoir trente pulls faits par des esclaves modernes. »

37En se réappropriant des savoir-faire traditionnels et en réduisant au maximum leur dépendance vis-à-vis de la société industrielle, les acteurs en présence expliquent avoir le sentiment de gagner en autonomie, d'avoir davantage de maîtrise sur leur environnement et de se dépêtrer d'une situation de culpabilité à l'égard des inégalités sociales globales. Ivan Illich amène la même idée à travers la notion de « convivialité » (1973).

Cette volonté de se réapproprier des savoir-faire d'antan s'accompagne également d'une redécouverte de leurs vertus écologiques. Il ne s'agit cependant pas d'une idéalisation de la nature humaine dont il a été question plus haut dans cet article. Il serait plutôt question de reconnaître ce que la pression d'un environnement rustique a fait faire à l'être humain, sans que celui-ci n'ait eu conscience de la valeur écologique de ses activités à long terme. Ce n'est donc pas la morale paysanne qui est idéalisée, les néo-paysans ont d'ailleurs bien conscience des progrès qui ont été fait en matière d'égalité homme-femme, de libertés sexuelles ou d'émancipation par rapport aux institutions religieuses.

« Toutes les petites astuces qu'ils {les anciens} avaient pour vivre sans rien, tous ces savoir-faire, c'est ça qu'on doit réapprendre. (...) Aujourd'hui, on appelle ça "l'écologie", on fait ça pour pas trop consommer parce qu'on se rend compte qu'on va droit dans le mur, mais nos grands-parents, pour eux, c'était juste normal, ça coulait de source : c'était une nécessité... »

38En outre, ces objets et ces usages permettent d'aborder un des aspects centraux de l'utopie néo-paysanne: celui du rapport au travail. Le travail paysan n'est en effet pas considéré comme une profession qui serait dissociable de la vie privée ou des loisirs des acteurs. Le travail, le labeur, est défendu comme faisant partie d'un tout, d'une éthique de vie paysanne dont la définition semble être indissociable de la nostalgie qui lui est liée.

39La polyvalence du travail paysan sera présentée en contre-pied de la spécialisation, de la division rationaliste du travail ainsi que de la délocalisation des espaces de production. Le travail manuel et l'effort physique seront loués pour leurs vertus sanitaires intuitives et seront opposés au travail intellectuel ou administratif qui implique souvent un confinement du travailleur et de longues heures passées devant des ordinateurs. La lenteur à la tâche sera revendiquée et, avec elle, les impératifs de rentabilité et de productivité seront remis en question. Le refus du salariat, la volonté de déstructurer les rapports hiérarchiques conventionnels et la liberté de calendrier en ce qui concerne la répartition des tâches au sein du collectif deviendront également centraux. Enfin, une grande place sera octroyée à l'apprentissage et à l'inventivité.

40Ce faisant, les néo-paysans mettent en avant leur volonté de développer un « espace test » en encourageant les initiatives personnelles, l'expérimentation et la créativité de chacun pour trouver des manières d'améliorer le quotidien de la communauté et de pérenniser son installation. Le droit à l'erreur et l'idée de « carte blanche » dans ces « utopies concrètes » font en effet partie des principes de base de leur projet.

41Comme expliqué dans les travaux de Geneviève Pruvost sur des terrains similaire (2013, 2015), l'un dans l'autre, ces quelques gestes quotidiens fondent ainsi une critique de l'aliénation au travail, de la condition salariale (LORDON, 2010) et, surtout, la proposition d'une alternative.

Tuteurs pour les plants de tomates.

Tuteurs pour les plants de tomates.

La recherche de créativité est particulièrement présente dans les tâches potagères comme l'attestent ces tuteurs en bois de châtaignier tressé. La beauté du jardin sera valorisée au même titre que sa productivité. Cévennes, mai 2015.

© Madeleine Sallustio

42C'est donc, enfin, un idéal de sociabilité villageoise qui est englobé dans cette volonté de renouer avec des savoir-faire traditionnels. Qu'elle soit vécue à l'échelle du collectif ou plus largement dans le village, la nostalgie des rapports sociaux de proximité amène avec elle une idéalisation des réseaux d'entraide paysanne d'autrefois, une vision collectiviste des travaux et la célébration de la solidarité intergénérationnelle. Cette considération prend sa source dans un rejet de l'anonymat urbain, une critique du démantèlement de l'Etat providence, une inquiétude par rapport à l'individualisme des comportements sociaux et la difficulté croissante à organiser des initiatives collectives citoyennes. En organisant des bals populaires de musique traditionnelle, en s’investissant dans les réseaux associatifs locaux ou en organisant des évènements pour diverses occasions, les néo-paysans créent des espaces de rencontre, diversifient leur réseau social et améliorent ainsi leur ancrage sur le territoire.

43Notons par ailleurs que le fait de vivre en collectif plutôt que seul ou en ménage est également ce qui permet la viabilité du projet néo-paysan tel qu'il est décrit ici. Le nombre d'heures de travail nécessaire au maraîchage, à l'élevage, aux travaux d'intérieur, aux démarches administratives, à la vente des produits ou à toutes sortes d'autres activités de subsistance met parfois en péril les aspirations d'émancipation à l'égard du « dogme du travail » (Lafargue, {1880}1999 : 45).

Une source d'inspiration parmi d'autres : nostalgie, compromis et créativité

44Bien que les néo-paysans contestent la modernité capitaliste, cela n'implique pas un rejet catégorique des avancées des sciences et des techniques. Bien au contraire, ces acteurs portent un réel intérêt aux technologies susceptibles d'améliorer la vie du plus grand nombre sans porter préjudice ni à l'espèce humaine, ni aux équilibres naturels. Les nouvelles techniques de phytoépuration des eaux usées, l'optimisation des systèmes d'énergie hydraulique, la connaissance pointue de la microbiologie des sols ou les améliorations des méthodes d'isolation des habitats en sont quelques exemples. Il s'agira par ailleurs d'éviter l'autarcie et le renfermement sur soi. Les technologies en matière de communication (internet, 4G, GSM, etc.) ou les déplacements en voiture ne seront pas rejetés.

La yourte est un des habitats légers privilégiés

La yourte est un des habitats légers privilégiés

Madeleine Sallustio.

45Pierre Rabhi, penseur et tête de file de la simplicité volontaire en France, illustre bien la position dont il est question ici. « Il serait injuste de nier certaines avancées de la modernité dans les domaines politique, technologique ou médical. Mais les acquis positifs, au lieu de venir enrichir les acquis antérieurs, en ont fait table rase, comme si le génie de l'humanité n'avait été avant nous qu'obscurantisme, ignorance et superstition. » (2010, 32).

46Il serait par ailleurs erroné de penser que la nostalgie est la seule source de l'utopie néo-paysanne. Comme nous l'avons déjà vu, cette dernière comporte une dimension de « création » (COSSETTE-TRUDEL, 2010) qui puise son inspiration sans se limiter à des registres temporels précis ou à des schémas culturels figés. Il ne sera pas surprenant, en effet, de voir les néo-paysans s'intéresser et mettre en place des procédés agricoles japonais ou indiens. Il en va de même pour la popularité croissante des habitats légers tels que les tipis ou les yourtes dont l'origine se situe du côté des peuples nomades de Mongolie ou d'Amérique du Nord.

47Une fois de plus, on louera les vertus écologiques et sociales de ces habitations. Leur prix réduit et leur facilité de construction, par rapport aux logements habituels français, facilitent par ailleurs les installations et les potentiels départs des individus sur un territoire, ce qui accentue le sentiment de liberté recherché par les néo-paysans.

48Notons que c'est dans cette idée d'ouverture intellectuelle et de recherche d'alternatives sociétales que des préceptes religieux ou spirituels New Age trouvent dans certains cas leur légitimité dans le discours néo-paysan. La philosophie bouddhiste, par exemple, peut résonner avec les principes de respect de l'environnement et sert, d'une certaine manière, de ressource idéologique à l'utopie néo-paysanne.

49En bref, il ne s'agit donc pas ici de reprendre à l'identique un modèle de société, qu'il soit calqué sur un modèle passé ou étranger. Il est question de « piocher », de sélectionner méthodiquement des éléments philosophiques, des techniques et des objets susceptibles de contribuer à l'épanouissement des individus et à l'aboutissement du projet d'installation des néo-paysans.

Usages stratégiques de la nostalgie

50En France, il ne faut pas sous-estimer le rôle joué par l'essor des questions patrimoniales dans l'initiative néo-paysanne (BOSSUET et al., 2009, 147). L'entretien des spécificités régionales dont les « immigrés de l'utopie » (LÉGER et al., 1979, 7) font preuve peut en effet être valorisé auprès des pouvoirs publics à travers plusieurs principes telles que la protection du patrimoine naturel, la préservation de l'identité́ culturelle régionale tout en mettant en avant les potentialités économiques et touristiques de ce qui relève du terroir. Ceci étant, le patrimoine a été intégré comme stratégie argumentaire dans les discours officiels des néo-paysans de manière à faire prévaloir leurs agissements sur le territoire.

51Au moment de l'installation, les néo-paysans sont parfois confrontés à la nécessité de rédiger des dossiers pour obtenir des autorisations de construction ou d'exploitation. Dans le parc national des Cévennes, par exemple, les politiques publiques encouragent le maintien de la vie agricole et de la culture de la châtaigne qui ont été délaissées suite à l'exode rural. Des subventions diverses sont ainsi proposées aux agriculteurs qui souhaiteraient entrer dans une dynamique de préservation du parc. Un projet allant dans ce sens peut dès lors faciliter l'installation de collectifs. Invoquer la préservation patrimoniale des espaces naturels est ainsi un moyen de légitimer les actions visant la défense de la biodiversité et des savoir-faire ancestraux chère aux néo-paysans.

  • 1 Voir le diagramme de la stratégie du GAL Ardèche de l'appel à Manifestation d'intérêt LEADER 2014-2 (...)

52A titre d'exemple, on pourrait citer le programme LEADER, mis en place dans le cadre de la politique agricole commune (PAC) qui alloue une enveloppe financière à des groupes d'action locaux (GAL) pour soutenir des projets tels que le développement de l'agriculture biologique et de l'agro-écologie, la gestion durable des forêts ou la reconquête de la châtaigneraie traditionnelle1.

53Ensuite, comme l'attestent les travaux d'Olivia Angé (2012 et 2015), la nostalgie peut également être instrumentalisée à des fins de stratégie commerciale. Jouer sur la rusticité des produits comme les variétés de salade locale portant le nom de la région, les sirops de fleurs artisanaux, la confiture « façon grand-mère », le pain d'épeautre au levain ou d'autres productions artisanales permet d'y ajouter une plus-value non négligeable une fois sur les marchés.

« Tu n'arrives pas à toucher les gens si tu viens leur parler directement d'écologie, d'autonomie, d'agriculture locale... ils te mettent directement dans une case. Par contre, si tu viens avec toutes tes variétés de courgettes sur les marchés, tous les petits vieux qui ont connu ces variétés là quand ils étaient jeunes, ils vont directement venir vers toi. Il faut faire vibrer leur fibre nostalgique, faire remonter les souvenirs. Pour les autres, il y aura toujours ce côté ludique des courgettes rigolotes, ou pour ceux qui aiment bien cuisiner, leur présenter toutes les façons de décliner un même légume. C'est comme ça qu'on crée de l'intérêt pour ce qu'on fait. »

54Utiliser la nostalgie des autres pour faire passer un message ou faire vibrer la fibre patrimoniale des touristes « durables » n'est donc pas à négliger et les néo-paysans le savent. Les festivals, les foires, les fêtes de villages, les marchés, toute occasion est bonne pour donner à voir ce qui peut relever du patrimoine immatériel. Amener le troupeau de chèvres au village, faire des ateliers de fabrication traditionnelle du pain lors de festivals, proposer des formations de reconnaissance des plantes sauvages ou organiser des animations autour du travail de l'osier sur les marchés, toutes ces initiatives permettent de communiquer sur le projet néo-paysan, mais également de le pérenniser.

Lors de la vente de paniers sur les marchés

Lors de la vente de paniers sur les marchés

La curiosité des touristes ou des enfants encourage la mise en place d'animations et d'ateliers de vannerie. Var, août 2011.

Madeleine Sallustio.

« Ils sont toujours contents de voir des jeunes qui s'intéressent aux traditions et à la culture de leur région... c'est vrai que c'est plus rare ! Du coup, quand ils voient des jeunes qui veulent monter un festival sur les savoir-faire ancestraux, ils ne vont pas te mettre des bâtons dans les roues, c'est des copains les élus ! ».

55Notons toutefois qu'utiliser la nostalgie patrimoniale afin d'avoir plus de visibilité ou de créer des espaces de rencontre entre autochtones et néo-paysans est à double tranchant. En effet, le fait de rechercher la reconnaissance et la bienveillance des acteurs locaux conduit souvent à évacuer l'aspect plus politique de leur démarche, comme l'atteste l'extrait suivant :

« Comme on fait de la traction animale et que les gens commencent à le savoir, il y a souvent des gens qui passent, des familles avec leurs enfants. Ils veulent caresser le cheval, prendre des photos, parce qu'on est typique, folkloriques. Mais au final, on n'a jamais l'occasion de leur expliquer que ce n'est pas juste pour le patrimoine qu'on fait ça, et qu'il y a un vrai choix politique derrière. »

Conclusion

56La nostalgie et l'utopie font souvent l'objet de critiques concernant leurs insouciantes contradictions, leur indépendance vis-à-vis du rationalisme pragmatique, leurs perpétuels et répétitifs surgissements au cours de l'histoire ou les ambitions totalitaires qui leur sont parfois prêtées. La perspective ethnographique de cet article suggère l'antithèse de ces appréhensions. L'analyse des manifestations concrètes de l'  « utopie du retour » (LÉGER et al, 1978) à notre époque permet en effet de démontrer que la nostalgie et l'utopie qu'elle induit sont des schémas discursifs qui sont moteurs d'une action progressiste et rationnelle.

57Car, on l'aura compris, ce n'est pas par goût immodéré pour le passé que les néo-paysans se réapproprient des savoir-faire artisanaux et agricoles dévolus (CHEVALIER, 2000, 23), c'est parce que l'utilisation de cet héritage permet l'aboutissement de leurs projets d'émancipation personnelle, de quête du bien-être et de construction d’alternatives écologiques qui leur semblent impératives. A la fois état affectif et technique allégorique (DAVIES, 2014, 265), l'invocation du passé chez les néo-paysans résulte d'une négociation constante entre un désir émotionnel nostalgique, les contraintes matérielles de la réalisation de leur projet et leur souhait de créativité et d'inventivité.

58A travers différents aperçus de ces expériences sociales et écologiques, j'ai tenté de mettre en avant l'articulation de l'utopie et de la nostalgie comme entités paradigmatiques et ai constaté que leur parenté tient à la subtile alliance de l'anxiété et de l'enthousiasme par rapport à la réalité sociale. L'imaginaire utopique et l'imaginaire nostalgique s'alimentent ainsi l'un et l'autre, oscillant entre la réaction face à un présent que l'on rejette et la création d'une alternative radicale englobant tous les registres de l'existence. En résulte alors un va-et-vient entre des références à des temporalités passées, potentielles, mais également présentes.

59En effet, il ne faudrait pas voir en ces initiatives communautaires un vague balancement entre un idéal intangible et un passé mythifié. L'existence même du projet néo-paysan prend vie avant tout dans le présent, dans une volonté passionnelle de suivre les rythmes naturels, les intuitions et les besoins de convivialité de ces acteurs. Un « présentisme » épicurien qui a des allures de révolution.

Haut de page

Bibliographie

ARNSPERGER, Christian, Ethique de l'existence post-capitaliste. Pour un militantisme existentiel, Paris, Les Editions du Cerf, 2009.

ANGE, Olivia, « Instrumentaliser la nostalgie : les foires de troc andines (Argentine) », Terrain, vol. 59, 2012, pp. 152-167.

ANGE, Olivia, « Le goût d'autrefois. Pain au levain et attachements nostalgiques dans la société contemporaine », Terrain, vol. 65, 2015, pp. 34-51.

ANGE, Olivia et David Berliner, « Introduction : Anthropology of Nostalgia – Anthropology as Nostalgia », dans Olivia Angé et David Berliner (sous la direction de), Anthropology and Nostalgia, Oxford : Berghahn Books, 2015, pp. 1-15.

BERLINER, David, « The abuses of memory : Reflections on the memory boom in anthropology », Anthropological Quarterly, vol. 78, n° 1, 2005, pp. 183-197.

BERLINER, David, « Perdre l’esprit du lieu : les politiques de l’Unesco à Luang Prabang (rdp Lao) », Terrain, n° 55, 2010a, pp. 90-105.

BERLINER, David, « L'anthropologie et la transmission », Terrain, vol. 55, n° 3-15, 2010b, pp. 4-19.

BERLINER, David, « On exonostalgia », Anthropological Theory, vol.14, n°4, 2014, 373-386.

BERNARD DE RAYMOND, Antoine et GOULET, Frédéric, Sociologie des grandes cultures. Au coeur du modèle industriel agricole, Versailles-Grignon : Editions Quae, 2014.

BONNEUIL, Christophe et Frédérique THOMAS, Gènes, pouvoirs et profits. La recherche publique dans les transformations des régimes de production des savoirs en génétique végétale de Mendel aux OGM, Versailles, Lausanne : Editions Quae, 2009.

BOSSUET, Luc, TORRE, André, « Le devenir des ruralités. Entre conflits et nouvelles alliances autour des patrimoines locaux », Economie rurale, n° 313-314, 2009, pp. 146-162.

CHEVALIER, Denis,CHIVA, Isaac, DUBOST, Françoise, « L'invention du patrimoine rural », dans CHEVALIER, Denis (sous la direction de), Vive campagnes : le patrimoine rural, projet de société, Paris : Autrement, 2000, pp. 11- 57.

CLEMENT, Alain, « Les bons produits d'antan », Ruralia, vol. 10, n° 11, 2003, pp. 1-9.

COSSETTE-TRUDEL, Marie-Ange, « La temporalité de l'utopie : entre création et réaction », Temporalités, vol. 12, 2010, pp. 1-19.

COOPER, Davina, Everyday Utopias. The conceptual Life of Promissing Spaces, Durham, Duke University Press, 2014.

CREAGH, Ronald, « La déférence, l’insolence anarchiste et la postmodernité », L’Homme et la société, n°123, 1997, pp. 131-148.

DAMES, Nicholas, « Nostalgia and its disciplines: A response », Memory Studies, vol. 3, n°3, 2010, pp. 270-276.

DAVIES, Jeremy, « Sustainable nostalgia », Memory Studies, vol. 3, n° 3, 2014, pp. 262-268.

DAVIS, Fred, Yearning for yesterday: a sociology of nostalgia, New York: Free Press, 1979.

DEMEULENAERE Elise et Christophe Bonneuil, « Des semences en partage. Construction sociale et identitaire d'un collectif paysan autour de pratiques semancières », Techniques et Cultures, n°57, 2011.

DUBAR, Claude, « Temps de crises et crise des temps », Temporalités, vol. 13, 2011, pp. 1-9.

FOUCAULT, Michel, « Des espaces autres », Empan, n° 54, 1967, pp. 12-19.

FOURIER, Charles, Le nouveau monde industriel et sociétaire, Paris : Flammarion, {1829}1973.

GIUSEPPELLI, Emmanuel, « Place et fonctions de l'agriculture en zones périurbaines de montagne : modes d'habiter et représentations du rural », L'Espace géographique, Tome 35, 2006, pp. 133-147.

ILLICH, Ivan, La convivialité, Paris : Seuil, 1973.

JANKELEVITCH, Vladimir, L’irréversible et la nostalgie, Paris : Flammarion, 1983, pp. 280-304.

JEUDY, Henri-Pierre, La machinerie patrimoniale, Paris : Circé, 2008.

LAFARGUE, Paul, Le droit à la paresse, Paris : Le Temps des Cerises, {1880} 1999.

LATOUCHE, Serge, Le pari de la décroissance, Paris : Fayard, 2006.

LEGER, Danièle et Bertrand Hervieu, « Les immigrés de l'utopie », Autrement, n° 14, 1978, pp. 48-77.

LEGER, Danièle, Hervieu, Bertrand Le retour à la nature : Au fond de la forêt... L'Etat, Paris, Seuil, 1979.

LEROUX, Benoît, « Entre la bio et le bio... Quelles normes alimentaires? Un projet transversal de l'agrobiologie française depuis l'après-guerre. », Journal des anthropologues, n° 106-107, 2006, pp.43-60.

LEVITAS, Ruth, Utopia as Method. The Imaginary Reconstitution of Society, New York, Palgrave Macmillan, 2013.

LORDON, Frédéric, Capitalisme, désir et servitude. Marx et Spinoza, Paris : La Fabrique, 2010.

MENDRAS, Henri, La fin des paysans, Le Méjan : Actes Sud, {1967}2012.

MENDRAS, Henri, Les sociétés paysannes : éléments pour une théorie de la paysannerie, Paris : Gallimard, 1976.

PETITFILS, Jean-Christian, Les communautés utopistes au XIXe siècle, Barcelone : Pluriel, 2011.

PICKERING, Michaël, Keightley, Emily, « The modalitites of nostalgia », Current sociology, vol 54, n° 6, 2006, pp. 919-941.

PIROMALLO-GAMBADERLLA, Agata, « La communauté entre nostalgie et utopie », Sociétés, vol. 1, n° 87, 2005, pp. 65-73.

PRUVOST, Geneviève, « L'alternative écologique : vivre et travailler autrement », Terrain, vol. 60, 2013, pp. 36-55.

PRUVOST, Geneviève, « Chantiers participatifs, autogérés, collectifs : la politisation du moindre geste », Sociologie du travail, vol. 57, 2015, pp. 81-103.

RABHI, Pierre, Vers la sobriété heureuse, Paris, Actes Sud, 2010.

ROUVIERE, Catherine, Retourner à la terre. L’utopie néo-rurale en Ardèche depuis les années 1960, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015.

WEBER, Eugen, La fin des terroirs : la modernisation de la France rurale 1870-1914, Paris, Fayard/Editions Recherche, 1983.

Haut de page

Notes

1 Voir le diagramme de la stratégie du GAL Ardèche de l'appel à Manifestation d'intérêt LEADER 2014-2020. http://www.parc-monts-ardeche.fr/images/phocadownload/synthse%20strategie%20gal%20ardeche3_070416.pdf (consulté le 14 septembre 2016).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Première de couverture du périodique anarchiste "L'En dehors".
Légende Le journal se fait alors l'écho des initiatives communautaires libertaires de l'époque. Illustration de H. A. Schneider, France, 1922.
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/2910/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Pratique de la traction animale dans le cas des cultures sur buttes
Légende Le cheval, dressé, marche entre les buttes et travaille en suivant les injonctions et mouvements du paysan. Haute-Loire, mai 2015.
Crédits © Madeleine Sallustio
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/2910/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 8,2M
Titre Tuteurs pour les plants de tomates.
Légende La recherche de créativité est particulièrement présente dans les tâches potagères comme l'attestent ces tuteurs en bois de châtaignier tressé. La beauté du jardin sera valorisée au même titre que sa productivité. Cévennes, mai 2015.
Crédits © Madeleine Sallustio
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/2910/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 11M
Titre La yourte est un des habitats légers privilégiés
Crédits Madeleine Sallustio.
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/2910/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre Lors de la vente de paniers sur les marchés
Légende La curiosité des touristes ou des enfants encourage la mise en place d'animations et d'ateliers de vannerie. Var, août 2011.
Crédits Madeleine Sallustio.
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/2910/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Madeleine Sallustio, « Le « retour à la terre » : entre utopie et nostalgie   », Conserveries mémorielles [En ligne], #22 | 2018, mis en ligne le 17 juin 2018, consulté le 21 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/cm/2910

Haut de page

Auteur

Madeleine Sallustio

doctorante au Laboratoire d'Anthropologie des Mondes Contemporains (LAMC), Université Libre de Bruxelles (ULB)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals