Navigation – Plan du site

Utopie – ostalgie – nostalgie : aller-retour en ex-RDA

Ostalgie Between Utopia and Nostalgia: Return Trip to the Former GDR
Marina Chauliac

Résumés

Dans les vingt années qui ont suivi la chute du mur, de 1989 à 2009, la nostalgie a revêtu des formes sociales singulières dans l’ex-RDA. Celles-ci méritent d’être analysées, notamment dans leur lien avec l’histoire de la RDA, les imaginaires qu’elle a véhiculés et la société actuelle. Dans la nostalgie de la RDA ou l’ostalgie, se décline ainsi toute une gamme d’attitudes et de sentiments vis-à-vis de la société est-allemande passée que l’on peut schématiquement regrouper autour de deux pôles : l'ostalgie comme un engouement pour des objets désormais obsolètes et l’ostalgie comme regret d'un modèle social jugé plus égalitaire. La nostalgie de la RDA sous l’angle politique incarne un autre rapport au passé: ce n’est plus la « nostalgie sans mémoire », ni la  nostalgie en réaction aux inégalités actuelles, mais une « utopie rétrogressive », selon les termes de Jean Séguy, forme inversée de l’utopie en tant que projection dans le futur.

Haut de page

Texte intégral

1Fondée sur la volonté de rompre avec le national-socialisme pour proposer un homme nouveau dans une société nouvelle, la RDA a incarné indiscutablement une utopie à laquelle se sont ralliés nombre d’Allemands à la sortie de la guerre. Parmi eux, le philosophe, Ernst Bloch s'installe à Leipzig en 1949. Devant le champ de ruines intellectuelles laissées par le nazisme, la RDA s’affiche alors comme le pays de la rupture et de la reconstruction: un parti dirigé par une nouvelle élite composée d’anciens opposants au nazisme. La résistance au national-socialisme, la libération soviétique constituent les fondements de la RDA, donnent du sens en quelque sorte à la souffrance et à la mort, réconcilie la société autour de valeurs communes, de même qu’ils justifient la présence soviétique dans le pays. Enfin la nation est-allemande s’invente dans l’héritage du combat de la lutte ouvrière, notamment l’héritage du parti communiste allemand d’avant la guerre (Rosa Luxembourg, Karl Liebknecht, etc.) ou encore la lutte antifranquiste (GRIES et SATJUKOW, 2002; CHAULIAC, 2008). La présence soviétique et la répression envers les opposants politiques au régime ainsi que les membres des Eglises a ouvert les yeux de certains. La répression du 17 juin 1953 a mis rapidement les autres au goût du jour. Alors que les slogans officiels proclamaient constamment le pouvoir aux prolétaires, les chars soviétiques écrasent dans le sang une insurrection ouvrière justifiée par la dégradation des conditions de travail et la baisse des salaires imposée par le gouvernement. Comme nombre de ses concitoyens, le concepteur de l'utopie concrète quittera la RDA pour la RFA dès 1961. L'instrumentalisation politique de l’idéal socialiste a rapidement fait disparaître son potentiel critique autant que son potentiel de cohésion sociale. Cet idéal « s’est perdu dans des phrases », avancent Franziska Becker et Ina Merkel (BECKER, MERKEL et TIPPACH-SCHNEIDER, 2000, 8) : médias proclamant encore et toujours la réussite sociale et économique de la RDA, slogans, hymnes à la gloire du socialisme, commémorations des héros de la classe ouvrière minutieusement planifiées et défilés quasi-obligatoires réaffirmant la victoire du peuple des travailleurs, saturent l’espace public est-allemand de messages rappelant l’ancrage historique de la RDA dans les mouvements sociaux, autant que l’avenir radieux promis par l’accès de la classe ouvrière au pouvoir.

  • 1 Extrait de l'ouvrage La Révolution russe (1918)

2Cette utopie dont on taisait le mot, a-t-elle continué d'exister en RDA en dehors du parti au pouvoir, sous une forme non institutionnelle ?  Certes, en 1988, la commémoration de l'assassinat de Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht donna l'occasion à quelques opposants au régime de reprendre à leur compte ces paroles écrites en 1918 par la militante socialiste érigée en martyr en RDA: «La liberté, c’est toujours la liberté de celui qui pense autrement »1.

1988. Contre démonstration lors de la commémoration de l’assassinat de Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht

1988. Contre démonstration lors de la commémoration de l’assassinat de Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht

Bernhard Freutel

D’autres slogans – dont le célèbre « nous sommes le peuple » - scandés lors des manifestations de 1989 à Leipzig et Berlin retournèrent la rhétorique du parti contre lui-même. Mais que reste-t-il, après la disparition de la RDA, de l'utopie révolutionnaire qu’ont tenté d’incarner, sans succès, les « démocraties populaires » sous l’égide de l’URSS ? Ne doit-on pas considérer que le succès dans les années 2000 de ce que l’on peut qualifier de « nostalgie » de la RDA ou d’« Ostalgie » traduit en partie le regret d'une utopie, aussi critiquée a-t-elle pu être? Avant d'aborder la question de la nostalgie d’un système social et d’une utopie, il convient toutefois de regarder plus précisément ce que désigne le néologisme d'ostalgie et en quoi est-il semblable ou s'éloigne-t-il du terme de nostalgie (STAROBINSKI, 1966 ; BOLZINGER 2007 ; CHAULIAC, 2007)

Utopie hier, ostalgie aujourd’hui

  • 2 « Good-bye Lenin » de Wolfgang Becker, 2003.
  • 3 « Ostalgieshow » sur ZDF, « Ein Kessel DDR » sur MDR ou encore « Ultimative Ost-Show » sur Sat1

3Selon Maurice Halbwachs, le mécanisme de sélection du passé à l'œuvre dans la nostalgie est pour partie lié à l'absence de contraintes de la société passée (à la différence de la société aujourd'hui). Dès lors, « il est naturel que lorsque le sentiment de contrainte a disparu, tout ce qu’il y avait de bienfaisant dans notre contact avec les autres groupes humains ressorte » (HALBWACHS, 1994, 112). Dans les années 2000, le changement des représentations de la RDA dans l’espace public de l’Allemagne réunifiée, changement conforté par des enquêtes quantitatives, fait écho aux paroles du sociologue durkheimien. La RDA, associée dans les années 1990 quasi-exclusivement à une dictature et à un système de répression par les médias allemands devient un objet de « nostalgie » rapidement rebaptisée « ostalgie ». Le film Good Bye Lenin2, les shows télévisés mettant à l’honneur non seulement des produits et des vedettes de l’ex-RDA3 mais aussi les produits de consommation courante comme la lessive ou les biscuits, et le design est-allemand à travers les meubles ou la vaisselle, connaissent un succès considérable dix ans après la réunification.

  • 4 TNS Emnid 20.04.-23.04.2009 Lizenz: Creative Commons by-nc-nd/3.0/de; Bundeszentrale für politische (...)

4Au-delà du phénomène médiatique, les sondages confirment une évolution dans les représentations de la société est-allemande. En juin 2009, selon l’institut de sondage EMNID: 57 % d’Allemands de l’Est interrogés adhèrent à l’assertion « la RDA comporte plus de bons que de mauvais côtés »4. L'ostalgie est parallèlement fortement critiquée en tant que déformation de la réalité et tentative d'atténuation des crimes du régime communiste (GOLL, 2004).

  • 5 Selon un entretien avec Uwe Steimle paru dans l’hebdomadaire Freitag, 35, 01.09.2006.

5Entre phénomène commercial, nostalgie du monde de l’enfance et danger pour la démocratie, l’ostalgie semble nourrie de divers sens et appréciations, à l’image du malentendu intrinsèque à sa création. En 1992, l’humoriste saxon Uwe Steimle invente le terme « ostalgie » dans le cadre d’une émission télévisée de la chaîne Mitteldeutscher Rundfunk (MDR) mais se défend pour autant d’avoir voulu qualifier ainsi une représentation idéalisée du passé. Il s’agissait selon lui de montrer qu’il était possible de mobiliser une expérience passée pour juger la situation actuelle5. Dans l’ostalgie, se décline toute une gamme d’attitudes et de sentiments vis-à-vis de la société est-allemande passée que l’on peut schématiquement regrouper autour de deux pôles : l'ostalgie identitaire comme rappel positif d’objets obsolètes et l’ostalgie sociale comme regret d'un modèle social jugé plus égalitaire.

L’ostalgie identitaire ou le folklore est-allemand

6L’arrivée des objets de la RDA dans la société de consommation se traduit par un engouement pour les objets de la vie quotidienne ou encore les symboles politiques d’avant la chute du mur. Il faut parler ici de folklore, au sens d’une mutation de la fonction sociale d’objets qui s’inscrivent désormais dans les lois du marché. La culture matérielle de la RDA sert ici de réservoir d’images dans lequel on puise des esthétiques, des ambiances sans que le lien avec son propre vécu soit présent. Qu’importe dès lors que l’objet soit fabriqué en Allemagne de l’Est ou à Taiwan, qu’il ait existé ou non à l’époque de Honecker ou qu’il soit associé à la RDA seulement depuis les années 90, du moment qu’il fait référence à un univers devenu exotique, un univers dont on apprécie le décalage avec le monde actuel.

7Le succès des figurines pour piétons conçues pour les feux de signalisation est-allemand en donnent un exemple : ces figurines désormais déclinées sous les formes les plus diverses (porte-clefs, lampes, sucreries...), sont vendues dans des boutiques spécialisées et souvent ramenées comme souvenirs de Berlin. En 1995, un designer de Tübingen (de l’Ouest donc), Markus Heckhausen, assiste au démontage des feux de signalisation d’ex-RDA et récupère les verres colorés pour les vendre sous forme de lampes. A la suite de cette action, un comité regroupant des Allemands de l’Est et de l’Ouest est constitué : sa mission affichée est de « sauver » les figurines pour piétons de la RDA menacés de disparition par la nouvelle réglementation. L’objet change de registre pour s’inscrire dans un mouvement de refus d’effacement des traces de la RDA, une forme de « résistance » ludique aux normes de l’Ouest.

Boutique à Berlin en 2013

Boutique à Berlin en 2013

By Slaunger [CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/​licenses/​by-sa/​3.0)], from Wikimedia Commons

  • 6 De même que pour le folklorisme, le marché définit ici non seulement les nouvelles conditions de ve (...)
  • 7 Voir le nombre de site Internet proposant ce type d’objets ou encore le musée de la RDA : http://ww (...)

8Entre marchandisation et vestige de l’ancien régime, souvenir pour touristes et emblème de la RDA, on est ici confronté à la reconstruction du typique et de l’authentique bien connu des chercheurs de la Volkskunde dans la lignée d’Hermann Bausinger6. Musique, café, hôtel, chocolat, lessive, drapeaux, chemises des organisations de jeunesse, Trabant…7 toutes sortes d’objets et de façon plus large une certaine esthétique de la RDA sont convoitées par un large panel de personnes qui peuvent avoir connu ou non le socialisme est-allemand. C’est en tout cas un rapport avec ce passé qui peut se faire en dehors de toute réalité vécue, de tout lien personnel, une « nostalgie sans mémoire » pour reprendre les termes d’Arjun Appadurai. L’anthropologue qualifiait ainsi l’adoption de la culture populaire américaine des années 50 ou 60 par une partie de la population philippine, sans que celle-ci n’ait un lien avec l’époque ou même les Etats Unis (APPADURAI, 2005, 67)

Vue extérieure d'un hôtel à Berlin offrant à ses clients " le côté le plus fou du design est-allemand" des années 1970-1980

Vue extérieure d'un hôtel à Berlin offrant à ses clients " le côté le plus fou du design est-allemand" des années 1970-1980

Gobbler at wikivoyage shared [CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/​licenses/​by-sa/​3.0)], from Wikimedia Commons

L’ostalgie sociale ou le regret d’une société présentée comme plus égalitaire

9Une autre forme d’Ostalgie en relation avec le souvenir des expériences vécues se distingue de la première. Le système socialiste considéré comme plus égalitaire que le système actuel est loué pour la prise en charge sanitaire et sociale de tous ses citoyens, l’assurance d’offrir un emploi à tous, l’accès partagé à la culture, le maintien des loyers à un prix très bas ou encore la possibilité pour les femmes de concilier famille et travail. En matière de politique étrangère, le pacifisme affiché de la RDA est mis en avant en contraste avec la participation de l’armée allemande dans les conflits actuels (NELLER, 2005). Enfin, l’ostalgie est ici celle d’une société est-allemande présentée comme solidaire, « humaine », n’obéissant pas aux lois du marché et de la compétition, et donc plus rassurante que la société allemande d'après 1990. Selon un sondage en 2004, 61 % des Allemands de l’Est interrogés pensent que la RDA assurait une meilleure distribution des ressources, 85 % considèrent qu’elle offrait une meilleure protection contre les crimes et 78 % une meilleure sécurité sociale.

  • 8 Par exemple: Gerhard Schmidtchen « Die Ostdeutschen als Fremde in ihrem eigenen Land. Sozialpsychol (...)

10De même que la nostalgie se construit dans la scission avec un état antérieur qui crée un ailleurs désormais inaccessible et idéalisé, l’attachement au passé de la RDA naît d’une situation de rupture ici radicale, avec sa vie sous le socialisme réel. Cette rupture qui s’est traduite par l’imposition d’un modèle économique, politique et administratif a souvent été évoquée à travers le sentiment d’être étranger chez soi et donc la perte de ses repères antérieurs8. Si une part de la culture matérielle de la RDA a fini dans les poubelles de ses habitants – les Allemands de l’Est ont produit trois fois plus de déchets que leurs concitoyens de l’Ouest en 1990 (AHBE, 2005) –, une autre part a disparu sans que les Allemands de l’Est n’y participent directement. D’un côté, l’effondrement de l’économie est-allemande a amené la disparition des biens de consommation de la RDA, de l’autre, les institutions et les symboles de l’idéologie et de l’Etat socialiste allemand ont été pour la plupart rapidement supprimés par les nouveaux pouvoirs en place.

5. Mai 1970 Défilé des jeunes pionniers sur la Leninplatz. Berlin.

5. Mai 1970 Défilé des jeunes pionniers sur la Leninplatz. Berlin.

Bundesarchiv Bild 183-J0505-0054-001 (Zentralbild-Ludwig)

La place aujourd’hui, rebaptisée Platz der Vereinten Nationen (place des nations unies).

La place aujourd’hui, rebaptisée Platz der Vereinten Nationen (place des nations unies).

http://www.xhain.info/​friedrichshain/​platz-der-vereinten-nationen.htm (consulté le 26/09/2017)

  • 9 A la question « en tant qu’Allemands de l’Est je préfèrerais avoir à nouveau la RDA »,10% des perso (...)

11Par ailleurs, la nostalgie existe à condition de considérer une situation antérieure comme meilleure par rapport à la situation actuelle. C’est la comparaison en défaveur non du présent contre le passé mais de l’Est contre l’Ouest qui semble souvent prédominer. Si les conditions de vie dans les nouveaux Länder se sont améliorées, dans les années 2000, elles restent toujours en deçà de celles de leurs compatriotes occidentaux. Rappelons les difficultés économiques persistantes, un taux de chômage qui demeure quasiment le double de celui à l’Ouest de l’Allemagne. Rappelons aussi les conséquences de la réunification sur le parcours professionnel des habitants d’Allemagne de l’Est. Ainsi en 1999, 42 % ont changé d’activité professionnelle et plus des deux tiers qui ont aujourd’hui entre 35 et 60 ans ont connu une période de chômage de trente-quatre mois en moyenne. Sur les 16 millions d’habitants que comptait la RDA en 1990, depuis, 2,7 millions ont quitté les nouveaux Länder pour l’Ouest, notamment les plus jeunes et les plus diplômés (WINKLER 2009, 4). Une étude de la Volkssolidarität illustre la relation entre l’ostalgie et les difficultés économiques. Pour reprendre les termes du sociologue et président de l’association Gunnar Winkler « il ne s’agit pas d’un regard sur le passé dû à la méconnaissance qui influence l’attitude à l’égard de la République fédérale, mais de la situation économique actuelle et du statut social qui lui est lié, de même qu’un manque de perspectives dans le futur »9.

  • 10 Sozialistische Einheitspartei Deutschlands (SED), parti du socialisme unifié fondé en 1946, parti d (...)

12Enfin le sentiment d’inégalité persistant entre l’Est et l’Ouest a un effet dans le rapport entretenu au passé. Cette inégalité se ressent non seulement sur le plan économique, mais aussi à travers le sentiment d’un décalage entre l’histoire officielle et sa biographie ainsi que l'impression de se voir confisquer sa propre histoire. Cette appréciation s’appuie notamment sur deux déficits dans le traitement de l’histoire et de la mémoire de la RDA notés dans les recommandations de la commission d’experts sur l’« assimilation de la dictature du SED10 » en 2006 : un manque d’intégration de l’histoire de la RDA dans l’histoire allemande globale et une faible prise en compte dans toutes les expositions existantes de la vie ordinaire des citoyens, par opposition à une présence dominante de la répression (Stasi, système carcéral, tirs à la frontière). Le président de cette commission, Martin Sabrow notait ainsi, « l’ostalgie sous sa forme identitaire s’impose en tant qu’alternative à la délégitimation politique et l’historicisation critique de la RDA » (SABROW, 2007, 65). Il s’agit de retrouver le droit de parler de sa propre histoire et en définitive son statut de véritable témoin de cette époque.

13La nostalgie de nombreux Allemands de l’Est est moins prisonnière de la RDA, que d’un rêve de l’Ouest qui ne s’est pas réalisé, constatait l'écrivaine est-allemande Daniela Dahn (DAHN, 2009). Les attentes que la chute du mur et la réunification – votée par une majorité de citoyens de la RDA – avaient pu générer se sont muées en déception, voire en ressentiment. On est ici dans une interprétation de la nostalgie qui éclaire de façon particulière le lien entre nostalgie et vécu. Dans un ouvrage qu’il a consacré à la nostalgie, Vladimir Jankélévitch démontrait que le drame de la nostalgie consistait à tenter de retrouver un ailleurs devenu inaccessible non pas géographiquement mais temporellement. Ulysse ne pourra jamais retrouver à l’identique le pays qu’il a laissé car celui-ci subit d’inévitables changements au fur et à mesure que le temps passe (JANKELEVITCH, 1974). Il y a dans ce que dit Daniela Dahn, plus qu’un impossible retour vers un pays disparu ou vers une époque révolue, la nécessité de faire le deuil d’un imaginaire.

Utopie aujourd’hui, nostalgie demain ?

14Peut-on établir une continuité entre l'utopie communiste et la nette préférence des Allemands de l’Est pour le système social en vigueur en RDA dont rendent compte les sondages? Pour l'historien Dietrich Mühlberg, les Allemands de l’Est sont redevenus pour presque 70% les anciens utopistes et se réfèrent à la société socialiste idéale (MÜHLBERG, 2000). Ceci semble plus exactement révéler une confusion entre une vision idéalisée du passé (propre à la nostalgie) et l’utopie d’un monde meilleur. Les Allemands de l’Est choisissent comme référence le modèle social de la RDA (plein emploi, places en crèches pour tous …) quitte à occulter une partie de la réalité des inégalités de cette société. Pour autant ils ne se réfèrent pas à l’  « utopie socialiste » en tant que telle. Une autre conception de l’ostalgie se dessine à travers le regret d’un régime et de son idéologie. Celle-ci concerne une fraction marginale de la société est-allemande, essentiellement des fidèles de l’ancien système politique qui se rallient aux thèses les plus radicales dans l’historiographie de la RDA - telle la justification de la répression du 17 juin 1953 et la construction du mur - et rejettent le capitalisme ainsi que la démocratie (du moins dans ce qu’ils considèrent être une interprétation occidentale). Autrement dit, le lien entre l'utopie communiste et la nostalgie de la RDA se tisse dans ce cas à l'échelle universelle d'un projet ou d'une vision politique, et renvoie à la notion d'utopie comme projet global d'organisation d'une société, telle qu’elle a pu être définie de Thomas More à Ernst Bloch. Nous nous arrêterons dans cette partie à cette ostalgie particulière qui allie le sentiment d’avoir perdu sa patrie et la volonté de rester fidèle à ses positions politiques d’avant 1989, parce qu'elle questionne directement le lien entre la nostalgie et l’utopie.

  • 11 L’enquête se base sur 15 entretiens ainsi que des observations menées à l’occasion de différentes r (...)

15Afin de mieux comprendre l’articulation entre les deux concepts, je m’appuierai sur les conclusions d’une enquête qui s’est déroulée à Berlin entre 2005 et 2007 et qui portait sur ce groupe particulier d’Allemands de l’Est incarnant une certaine nostalgie de la RDA sur le volet politique11. Il s'agit d'anciens fonctionnaires du SED, le parti au pouvoir en RDA, nés dans l'entre-deux-guerres et ayant participé activement à la mise en place du nouvel Etat est-allemand. Leur âge, leurs fonctions et leur engagement politique avant 1989 les placent du côté des « perdants de la réunification », avec des pénalités appliquées sur le montant de leur retraite et la perte d’un statut social.

16Une première lecture des entretiens a révélé une homogénéité dans les discours et un rapport au passé proche de la nostalgie telle qu’elle peut être définie par les psychiatres : le sentiment d’être apatride, d’avoir perdu son foyer, son « Heimat ». L’ostalgie se traduit dès lors par une forme de mémoire affective qui relève d’un lien fort avec un pays disparu, une époque révolue avec lesquels on s’identifie encore aujourd’hui. Elle répond au sens premier du terme nostalgie : l’impossibilité d’affronter l’avenir parce que l’on est trop tourné vers le passé, ou dans la lignée du médecin alsacien Johannes Hofer, inventeur du terme en 1688, « l'obsession douloureuse de retourner au pays que l'on a quitté » (BOLZINGER, 1989). Observant le dépérissement de jeunes gens venus de la campagne pour travailler dans la ville de Bâle, Johannes Hofer avait ainsi introduit la notion populaire de Heimweh ou mal du pays dans le monde académique.

17A la différence des patients soignés par Johannes Hofer, on n’observe toutefois pas une mélancolie qui plongerait les personnes dans une impossibilité d’agir et les cantonnerait à un discours victimaire. Certains « réseaux » informels, plus ou moins directement liés aux anciennes fonctions occupées en RDA, ont continué à fonctionner : voisins, amis, parti politique, anciens collègues, collectifs d’habitants... Dans le cadre de ces rencontres, les idées, les traditions de la RDA perdurent, des informations et des schémas interprétatifs circulent, en dehors de toute confrontation avec les modèles de compréhension de l’histoire de la RDA présents dans l’espace public allemand. Certains rites demeurent: la commémoration de l'assassinat de Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht est l'occasion d'un grand rassemblement d'anciens du parti. C'est aussi l'occasion de rappeler la survivance du mythe antifasciste fondateur de la RDA.

18Cet entre-soi rassurant est une manière de re-créer ce « collectif » qui du temps de la RDA était sous le contrôle du parti au pouvoir. Mais surtout, il permet d’entretenir et de conforter une certaine vision du monde pour nombre de mes interlocuteurs. Reprenant les outils d’interprétation de l’actualité et de l’histoire en vigueur en RDA, ils se familiarisent avec le monde qui les entoure et mettent des mots sur le choc qu’a constitué la fin de l’Etat est-allemand.

15 janvier 2006. Commémoration de l'assassinat de Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht au cimetière central  de  Friedrichsfelde

15 janvier 2006. Commémoration de l'assassinat de Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht au cimetière central  de  Friedrichsfelde

By Platte (Christian Liebscher) [Public domain], via Wikimedia Commons

  • 12 Notamment au sein des « Editions Ost » qui ont publié en 2012 les dernières « notes » d’Erich Honec (...)
  • 13 http://www.mfs-insider.de/ (consulté le 26/09/2017) qui a pour objectif d’établir une histoire crit (...)
  • 14 Le parti antilibéral « Die Linke » (La Gauche) est né de la fusion en 2007 de l’Alternative élector (...)

19Une seconde lecture des entretiens et des observations effectués montre la continuité d’un engagement qui influence fortement leur rapport au passé. Leur action dans l’espace public est certes limitée, mais toutefois bien présente sous forme de publications12 destinées à rétablir la « vérité » sur la RDA et les « événements » qui ont amené sa fin. Les anciens officiers de la Stasi eux-mêmes ont désormais leur site Internet, avec pour objectif de dévoiler la « réalité » de leur travail au sein de l’ancien ministère de sécurité d’Etat13. Les anciens fonctionnaires du SED rencontrés lors de l'enquête m'assuraient vouloir poursuivre un engagement politique qui donnait encore sens à leur vie. Le combat politique contre le capitalisme et le néolibéralisme, ne devait pas cesser avec la RDA, mais se poursuivre au sein du parti héritier du SED, le PDS devenu die Linke14 ou bien dans les collectifs plus informels. Les manifestations contre les mesures d'austérité du gouvernement, mais aussi les changements politiques en Amérique du Sud viennent conforter le sentiment d'une lente prise de conscience de l'impasse à laquelle aboutissent les sociétés capitalistes.

  • 15 Entretien le 14.12.05 avec l’ancienne présidente du FDGB née en 1932.

20La poursuite de l’engagement se traduit aussi par la vision d'une meilleure société formatée par l'ancien idéal socialiste. C'est à partir de l'expérience de la RDA qu'une société future peut être imaginée. Le futur est construit non pas sur la base d'un nouveau projet, mais sur une amélioration du système est-allemand d'avant 1989. Pour autant les personnes rencontrées pour l'enquête refusent d'être qualifiées de nostalgiques : la nostalgie étant considérée comme trop émotionnelle et suspecte de déformation de la réalité. Plus exactement, il est question de bilan avec une prise en considération des aspects négatifs de la RDA et des échecs du parti au pouvoir qui peut se traduire par une forme d'auto-critique : « le parti n’a pas toujours raison, il a fait des fautes »15.

  • 16 Si sa lecture de l’utopie est née de sa réflexion sur des communautés religieuses, il a lui-même en (...)

21La nostalgie rejoint ici l’utopie. Comme l'utopie, elle renvoie à un ailleurs qui n’existe pas (ou n’existe plus) et qui permet de s'évader de la société actuelle. Le lieu et le moment présents sont en quelque sorte le négatif de ce qui est advenu ou doit advenir, à l'image de l'exilé qui, comme l'écrit Vladimir Jankélévitch, « languit toujours a contrario, en opposition avec son milieu d’exil » (JANKELEVITCH, 1974, 287). L'ambivalence mise en évidence dans l'enquête entre regard sur le passé et engagement pour le futur peut être ici appréhendée à partir du concept d'utopie rétrogressive proposé par Jean Séguy sur la base de l'étude de sectes, notamment les témoins de Jéhovah et les moonistes16. Pour le sociologue des religions, l’utopie renvoie de façon générale à « tout système idéologique global visant implicitement ou explicitement par appel à l'imaginaire seul (utopie rêvée) ou par recours concomitant ou complémentaire à l'écrit (utopie écrite) ou encore par passage subséquent ou parallèle à la pratique (utopie pratiquée) à transformer – de manière au moins optativement radicale – les systèmes globaux existants » (SEGUY, 1980, 12). Elle constitue en cela une tentative pour transformer une situation présente qui peut revêtir deux modalités :

  • la première, nommée « utopie progressive » s’inscrit dans le sens indiqué par le changement social perçu comme inévitable, tout en « présageant une lenteur fatale dans l’installation des conditions nouvelles »;

  • la seconde, l’« utopie rétrogressive » incarne le refus de suivre le sens indiqué par les changements actuels et s'inspire « d'un passé qu'on désire sauver plus que de l'accélération des potentialités que le présent comprime » (SEGUY, 1980, 13).

22La notion d'utopie qui a été avant tout envisagée dans le cadre d’une philosophie de l’histoire, en tant que guide pour l’action révolutionnaire, destinée à encourager un processus historique (BLOCH, 1991, 1998 ; MANNHEIM, 1956), prend une autre dimension. L’action sur le futur peut se concevoir comme une tentative pour limiter les changements sociaux et la propagation de nouvelles valeurs. Le passé mobilisé pour lutter contre un présent inacceptable se situe « en un temps et un lieu anhistorique et transcendant » (Séguy, 1980 : 14). Pour ce qui nous intéresse, ce passé référent peut se situer non pas directement pendant la RDA, mais en amont, dans la conception d'un nouvel Etat allemand avant sa réalisation concrète. Si l’on suit Jean Séguy, le passage d’une utopie à l'autre, du « pro » au « retro » se justifie par des circonstances qui ont nuit à l'espérance en des changements dans l'avenir. Considérer le passage de l’utopie communiste en une « utopie rétrogressive », c'est se référer au ferment utopique du passé de la RDA comme cadre pour une société idéale dans le futur et résister à la diffusion des valeurs actuelles de la société allemande. L’évocation de la RDA est le moyen de rappeler que la société actuelle s’éloigne toujours plus d’un idéal de justice et de solidarité sociale. Le retour à d’autres cadres de pensée et de comportements valables autrefois, offre une alternative à l’ordre social existant.

23La nostalgie revêt ainsi des formes sociales singulières dans l’ex-RDA depuis la chute du mur qui méritent d’être analysées, notamment dans leur lien avec l’histoire de la RDA et les imaginaires qu’elle a véhiculés. A côté des deux types : l'ostalgie identitaire comme un engouement pour des objets désormais obsolètes et l’ostalgie sociale comme regret d'un modèle social jugé plus égalitaire, la nostalgie de la RDA sous l’angle politique incarne un autre rapport au passé. Ce n’est plus une « nostalgie sans mémoire », ni une nostalgie en réaction aux inégalités de la société allemande, mais une forme inversée de l’utopie en tant que projection dans le futur. Le modèle de Jean Séguy s'applique à ceci près que cette utopie tournée vers le passé ne se réalise pas en tant que force mobilisatrice. Si certaines valeurs portées par les anciens fonctionnaires du SED sont certes partagées par une grande part de la population des nouveaux Länder, comme les sondages en témoignent, ce n’est pas le projet politique socialiste qui s’impose aujourd’hui. Le lien avec l'ancien projet est avant tout le résidu d’une identité passée qui ne trouve pas aujourd’hui d’écho suffisant auprès des nouvelles générations. Importants en tant qu’électeurs pour le parti « die Linke », les anciens fonctionnaires du SED n’ont pas réussi à rester influents dans les instances dirigeantes. Aux réticences de l’« ancienne garde » à s’engager dans un système de démocratie représentative a fait écho la domination des « modernistes » et des « pragmatistes » au sein du parti dès le milieu des années 2000 (KOSS et DAN Hough, 2006) et le choix de s’ouvrir à l’Ouest.

  • 17 J’avais pu faire le même constat lors d’une enquête à propos du rite de la Jugendweihe. Alors que l (...)
  • 18 Jan Assmann opère une distinction entre mémoire communicative et mémoire culturelle. La première is (...)

24Par ailleurs, si la transmission d’une certaine interprétation de la société passée et actuelle se fait difficilement au sein du parti, elle ne s’opère pas non plus au sein de la famille. La nouvelle génération des petits-enfants est en effet de plus en plus ignorante et détachée de la RDA. Ceux qui sont nés après la réunification ou qui ont vécu uniquement leur enfance en RDA ne connaissent cette dernière qu’à travers les livres d’histoire ou les médias. A ce titre, les travaux de Sabine Moller témoignent du rôle prépondérant des fictions comme le film « Good Bye Lenin » dans les représentations des écoliers est-allemands au milieu des années 2000 et de l’absence de transmission de la mémoire familiale (MOLLER, 2006)17 ou la fin d’une « mémoire communicative », selon les termes de Jan Assmann18. C'est ici que se trouve peut-être de façon la plus évidente la frontière entre nostalgie et utopie.

25La nostalgie de la RDA telle qu'elle peut apparaître dans les propos de certains anciens fonctionnaires du SED ne trouve pas d'écho auprès d'une génération qui a une connaissance superficielle de l'histoire de la RDA et surtout qui n'a pas baigné dans un discours idéologique né des cendres du nazisme et de la guerre froide. L'ostalgie des jeunes générations peut se traduire par une attitude critique et sceptique vis-à-vis de la société actuelle, mais s'éloigne de la vision utopiste d'un nouvel Etat allemand que la RDA n'a pas su incarner. Pour le reste, on peut avant tout voir une sorte d'héritage sans transmission, la mémoire d'une RDA dans les clichés d'une société consumériste, voire dans une idéalisation d'un modèle social, plus que dans l'utopie d'une société communiste.

Haut de page

Bibliographie

AHBE, Thomas, Ostalgie. Zum Umgang mit der DDR-Vergangenheit in den 1990er Jahren. Erfurt, Landeszentrale für Politische Bildung, 2005.

APPADURAI, Arjun, Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Ed. Payot et Rivages, [1996] 2005.

ASSMANN, Jan, Das kulturelle Gedächtnis. Schrift, Erinnerung und politische Identität in frühen Hochkulturen, München, C.H. Beck, 2000 (4ème éd.), [1992].

BAUSINGER, Hermann, Volkskunde ou l’ethnologie allemande, [Volkskunde : von der Altertumsforschung zur Kulturanalyse], Paris, MSH. 1993 [1979].

BECKER, Franziska, MERKEL, Ina & TIPPACH-SCHNEIDER, Simone, Das kollektiv bin ich. Utopie und Alltag in der DDR, Köln, Weimar, Vienne, Böhlau Verlag, 2000.

BLOCH, Ernst, Geist der Utopie.. Frankfurt a.M., Suhrkamp, 1991[1923].

Das Prinzip Hoffnung, Frankfurt a.M., Suhrkamp, 1998 [1954–1959].

BOLZINGER, André, « Jalons pour une histoire de la nostalgie », Bulletin de psychologie, tome XLII – n°389, 1989, p. 310-321.

Histoire de la nostalgie, Paris Ed. Campagne Première, 2007.

CHAULIAC, Marina, « La Jugendweihe comme lieu de mémoire est-allemand : pertinences et limites de l’application du concept de lieu de mémoire dans les discours actuels sur le rite socialiste  », Allemagne d’Aujourd’hui, n°173, sept. 2005, p. 44-60.

« Le nom des rues à Berlin-Est, palimpseste de l’histoire de la RDA », La Nouvelle Alternative, 66-67, juin 2006, p. 37-62.

« Ostalgie ou utopie ? La mémoire " close " des nostalgiques de la RDA », Allemagne d’Aujourd’hui, n° 181, juillet-sept. 2007, p. 73-84.

« Les « nostalgiques de la RDA » : Entre deuil impossible et poursuite d’une utopie », dans Bogumil Jewsiewicki, & Erika Nimis, (sous la direction de), Expériences et mémoire. Partager en français la diversité du monde, Paris, L'Harmattan, 2008, p. 401-415.

DAHN, Daniela, Wehe dem Sieger. Ohne Osten kein Westen, Hamburg, Rowohlt, 2009.

GOLL, Thomas, « Einführung. Erinnerungskultur und Ostalgie », in Thomas Goll / Thomas Leuerer Ostalgie als Erinnerungskultur? Symposium zu Lied und Politik in der DDR, Würzburger Universitätsschriften zu Geschichte und Politik, Band 6, Baden-Baden: Nomos, 2004, p. 9-15.

GRIES, Rainer & Satjukow, Silke (Hrsg) Sozialistische Helden. Eine Kulturgeschichte von Propagandafiguren in Osteuropa und der DDR, Berlin, Christoph Links, 2002.

HALBWACHS, Maurice, Les Cadres sociaux de la mémoire, Paris, Albin Michel, 1994 [1925].

Jankélévitch, Vladimir, L’Irréversible et la nostalgie, Paris, Flammarion, 1974.

KOSS, Michael & HOUGH, Dan « Landesparteien in vergleichender Perspektive: Die Linkspartei.PDS zwischen Regierungsverantwortung und Opposition », Zeitschrift für Parlamentsfragen Jg 37, Heft 2, Juin 2006. p. 312 – 334.

MANNHEIM, Karl, Idéologie et utopie, Paris, Gallimard, 1956 [1929].

MOLLER, Sabine, « Wie Schüler die DDR sehen und was Erwachsene dabei oft nicht sehen », HORCH UND GUCK, N°56/2006, p. 51 - 55.

Mühlberg, Dietrich, « Alltag und Utopie », In Franziska Becker, Ina Merkel, Simone Tippach-Schneider, Das kollektiv bin ich, Köln, Weimar, Vienne, Böhlau Verlag, 2000, p. 15-25

NELLER, Katja, « “Auferstanden aus Ruinen”? Das Phänomen “DDR-Nostalgie” », dans Oscar W. Gabriel, Jürgen W. Falter et Hans Rattinger (sous la direction de), Wächst zusammen, was zusammengehört? Stabilität und Wandel politischer Einstellungen im vereinigten Deutschland, Baden-Baden, Nomos, 2005.

SABROW, Martin, « Reconstruction du passé de RDA et politique de la mémoire », Allemagne d’Aujourd’hui, n°181, 2007, p 64-72.

Starobinski, Jean, « Le concept de nostalgie », Diogène, n 54, 1966.

WINKLER, Gunnar, « 20 Jahre friedliche Revolution 1989 bis 2009 -Die Sicht der Bürger der neuen Bundesländer », Volkssolidarität, Bundesverband, Statement zur Pressekonferenz http://www.volkssolidaritaet.de (consulté le 20/07/2009).

Séguy, Jean, « La Socialisation utopique aux valeurs », Archives des sciences sociales des religions, n° 50/1, 1980, p. 7-21.

Conflit ou utopie, ou réformer l’Eglise. Parcours wébérien en douze essais, Paris, Ed. du Cerf, 1999.

Haut de page

Notes

1 Extrait de l'ouvrage La Révolution russe (1918)

2 « Good-bye Lenin » de Wolfgang Becker, 2003.

3 « Ostalgieshow » sur ZDF, « Ein Kessel DDR » sur MDR ou encore « Ultimative Ost-Show » sur Sat1

4 TNS Emnid 20.04.-23.04.2009 Lizenz: Creative Commons by-nc-nd/3.0/de; Bundeszentrale für politische Bildung, 2010, www.bpb.de

5 Selon un entretien avec Uwe Steimle paru dans l’hebdomadaire Freitag, 35, 01.09.2006.

6 De même que pour le folklorisme, le marché définit ici non seulement les nouvelles conditions de vente et de productions des-ditss produits de l’Est, mais il en fixe aussi les effets sociaux et culturels (BAUSINGER, 1993, 222).

7 Voir le nombre de site Internet proposant ce type d’objets ou encore le musée de la RDA : http://www.ddr-museum.de/

8 Par exemple: Gerhard Schmidtchen « Die Ostdeutschen als Fremde in ihrem eigenen Land. Sozialpsychologische Anmerkungen zur Lage in Deutschland nach der Einigung », Frankfurter Rundschau du 15.09.1992 ou encore Ulrich Mai « Kulturschock und Identitätsverlust », Geographische Rundschau, n°4, 1993

9 A la question « en tant qu’Allemands de l’Est je préfèrerais avoir à nouveau la RDA »,10% des personnes interrogées répondent positivement en 2009 (cette proportion n’a quasiment pas varié depuis la réunification). Si l’on prend en considération le fait que 26% de chômeurs 13% d’actifs en situation professionnelle précaire et 24 % d’actifs ayant un salaire dans la tranche la plus basse se reconnaissent dans cette assertion, le lien entre une vision positive de la RDA et les difficultés actuelles affrontées par certains dans le domaine professionnel est clairement identifiable. (WINKLER, 2009)

10 Sozialistische Einheitspartei Deutschlands (SED), parti du socialisme unifié fondé en 1946, parti dominant en RDA.

11 L’enquête se base sur 15 entretiens ainsi que des observations menées à l’occasion de différentes rencontres d’un collectif informel d’anciens fonctionnaires du SED. Pour plus de précisions, voir (Chauliac 2008 et 2007).

12 Notamment au sein des « Editions Ost » qui ont publié en 2012 les dernières « notes » d’Erich Honecker dans sa prison de Moabit.

13 http://www.mfs-insider.de/ (consulté le 26/09/2017) qui a pour objectif d’établir une histoire critique et objective de la Stasi et de la RDA. Voir aussi l’article « Die Stasi Rentner », Die Zeit 20.07.06.

14 Le parti antilibéral « Die Linke » (La Gauche) est né de la fusion en 2007 de l’Alternative électorale travail et justice sociale (WASG) et du parti du socialisme démocratique (PDS) créé en 1990 pour succéder au SED.

15 Entretien le 14.12.05 avec l’ancienne présidente du FDGB née en 1932.

16 Si sa lecture de l’utopie est née de sa réflexion sur des communautés religieuses, il a lui-même envisagé à plusieurs reprises son application à des formations profanes. (SEGUY, 1999, 33)

17 J’avais pu faire le même constat lors d’une enquête à propos du rite de la Jugendweihe. Alors que la cérémonie était toujours présentée comme un héritage direct de la RDA, la plupart des adolescents de 14 ans amenés à participer n’avait pour ainsi dire aucune connaissance du contexte politique dans lequel avaient lieu la Jugendweihe avant la chute du régime communiste. (Chauliac, 2005).

18 Jan Assmann opère une distinction entre mémoire communicative et mémoire culturelle. La première issue d’une expérience personnelle authentique et communicable, se maintient aussi longtemps que la génération la plus âgée n’est pas morte (en fait sur trois à quatre générations) : « La mémoire communicative englobe la mémoire qui se rapporte à un passé récent ». (ASSMANN, 2000 : 50).

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1988. Contre démonstration lors de la commémoration de l’assassinat de Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht
Crédits Bernhard Freutel
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/2982/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Boutique à Berlin en 2013
Crédits By Slaunger [CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/​licenses/​by-sa/​3.0)], from Wikimedia Commons
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/2982/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Vue extérieure d'un hôtel à Berlin offrant à ses clients " le côté le plus fou du design est-allemand" des années 1970-1980
Crédits Gobbler at wikivoyage shared [CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/​licenses/​by-sa/​3.0)], from Wikimedia Commons
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/2982/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre 5. Mai 1970 Défilé des jeunes pionniers sur la Leninplatz. Berlin.
Légende Bundesarchiv Bild 183-J0505-0054-001 (Zentralbild-Ludwig)
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/2982/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre La place aujourd’hui, rebaptisée Platz der Vereinten Nationen (place des nations unies).
Légende http://www.xhain.info/​friedrichshain/​platz-der-vereinten-nationen.htm (consulté le 26/09/2017)
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/2982/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre 15 janvier 2006. Commémoration de l'assassinat de Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht au cimetière central  de  Friedrichsfelde
Crédits By Platte (Christian Liebscher) [Public domain], via Wikimedia Commons
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/2982/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marina Chauliac, « Utopie – ostalgie – nostalgie : aller-retour en ex-RDA », Conserveries mémorielles [En ligne], #22 | 2018, mis en ligne le 17 juin 2018, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/cm/2982

Haut de page

Auteur

Marina Chauliac

  est anthropologue, membre de l’IIAC, équipe LACI (EHESS/CNRS). Elle a travaillé pendant dix ans sur la mémoire de la RDA dans l’Allemagne réunifiée à travers notamment l’étude d’un rite de passage est-allemand (la Jugendweihe) qui a perduré après 1989 et la nostalgie du communisme. Depuis 2007, elle travaille en tant que conseillère pour l'ethnologie au sein d’un service déconcentrée du ministère de la culture et poursuit parallèlement des recherches sur les mémoires et les formes de patrimonialisation des migrations dans l’agglomération lyonnaise. http://www.iiac.cnrs.fr/article13.html

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals