Navigation – Plan du site
Le jeu vidéo comme vision du passé et nouvelle forme d’écriture de l’histoire (Etudes de cas)

La Première Guerre mondiale et les jeux vidéo

Entre enjeux mémoriels et nécessité de divertissement : l’exemple de Battlefield 1
The First World war in video games - Battlefield 1: a game between remembrance and entertainment
Antoine Maillard

Résumés

Depuis le début du Centenaire de la Première Guerre mondiale on constate un intérêt accru pour cette période qui se traduit par la production de nombreux médias : livres, films, documentaires… Les jeux vidéo n’échappent pas à la règle et les développeurs s’attaquent désormais à cet événement jusqu’alors peu représenté. Pour créer leurs univers basés sur l’Histoire, les développeurs doivent donc faire des recherches sur cette époque afin de la rendre perceptible pour les joueurs et d’y adapter leurs mécaniques de jeu. Mais quels sont les influences qu’ils utilisent ? Les développeurs se sont-ils basés sur des recherches académiques de spécialistes de ce conflit, d’autre producteurs de savoir historique, ou sur leur interprétation de certaines sources ? Du fait de sa mémoire encore vive et protéiforme, ainsi que des spécificités de ce conflit, la Grande Guerre reste difficile à représenter dans un jeu vidéo. Les développeurs doivent donc prendre en compte ces spécificités pour réaliser leurs productions et adapter le discours qu’ils tiennent sur ce conflit. Cette étude s’intéressera principalement à Battlefield 1, développé par DICE et publié le 21 octobre 2016, dont la représentation de la Grande Guerre a été abondamment commentée par les développeurs, la presse ou les historiens.

Haut de page

Texte intégral

1Dans le contexte du Centenaire de la Première Guerre mondiale, qui remet en avant cet évènement dans nos sociétés et lui donne un regain d’intérêt, on observe une prolifération d’œuvres qui tentent de la retranscrire et de l’expliquer : des documentaires comme Apocalypse : La Première Guerre mondiale (Daniel Costel, Isabelle Clarke, France 2014) ou 14, des armes et des mots (Jan Peter, Pays-Bas, 2014) des livres, avec le roman Au revoir là-haut (Pierre Lemaitre, Albin Michel, 2013) ou Au plus fort de la bataille (Jean-François Roseau, PG de Roux, 2014), des films de fiction comme The Water Diviner (Russel Crowe, Australie, 2015) ou Cessez le feu (Emmanuel Courcol, France, 2017). La Première Guerre mondiale a aussi eu droit à son adaptation au Puy du Fou, parc d’attraction « historique » attirant de nombreux visiteurs, mais très décrié par les historiens, dans son spectacle Les amoureux de Verdun qui a reçu le prix de la meilleure attraction 2015 de la Themed Entertainement Association1. Les jeux vidéo n’échappent pas à ce phénomène avec des productions de plus en plus nombreuses sur ce thème, parfois soutenues par la Mission du Centenaire, comme c’est le cas pour Soldats Inconnus : Mémoires de la Grande Guerre (Ubisoft Montpellier, France, 2014). Il ne faut pas oublier que dans un contexte plus global, l’Histoire est de plus en plus utilisée par les développeurs dans leurs réalisations avec le développement d’un sous-genre spécialisé : les jeux vidéo dits “historiques”. La période contemporaine est l’une des périodes les plus traitée dans ces productions. Le site internet HistoriaGames2, communauté de passionnés de jeux vidéo et d’Histoire qui recense par périodes tous les jeux vidéo historiques édités, estime ainsi que sur 1605 jeux présents sur sa base de données, 867 concernent la période contemporaine. Elle est abondamment représentée dans le média vidéoludique avec plus de la moitié des productions de jeux vidéo historiques. Dans cette période, la Seconde Guerre mondiale reste l’événement le plus traité par les développeurs, représentant plus de la moitié des titres (541 jeux) (Voir illustration 1). La Première Guerre mondiale n’arrive qu’à la quatrième position avec seulement 54 jeux, derrière la Guerre Froide (101 jeux) et la Guerre de Sécession (71 jeux). Du fait de ce constat, une question apparaît : pourquoi ce conflit majeur dans l’histoire du XXe siècle est-il si peu traité par les développeurs de jeux vidéo ?

Représentation des différents conflits de l’époque contemporaine dans les jeux vidéo

Représentation des différents conflits de l’époque contemporaine dans les jeux vidéo

Graphique réalisé grâce à la base de données du site Historiogames montrant les parts de représentation des différents conflits de l’époque contemporaine dans les jeux vidéo.

© Antoine Maillard

2Un début de réponse pourrait nous être donné par le doctorant Julien Lalu, auteur de Représenter la Première Guerre mondiale dans les jeux vidéo : entre absence et uchronie sur le site de la mission du Centenaire, et l’historien Thomas Rabino qui se sont interrogés sur les raisons qui rendent une période de l’Histoire attractive aux yeux des développeurs, ainsi que les gameplay les plus utilisés pour chacune des périodes historiques. Comme l’évoque Thomas Rabino, le choix d’une période dépend d’abord de la possibilité de la transformer en une expérience divertissante pour le joueur, c’est pourquoi on retrouve majoritairement des représentations de conflits (Rabino, 2013, p 114) comme le montre ce graphique (Illustration 1). Cependant, la Grande Guerre, bien que pouvant se prêter à de nombreuses séquences guerrières, n’est que peu représentée dans les jeux vidéo. Pour Thomas Rabino, cette sous-représentation est due à la spécificité de la guerre de position qu’impose la Première Guerre mondiale. En effet, les développeurs se doivent de proposer une expérience dynamique au joueur car les jeux vidéo sont avant tout un objet de divertissement, ce qui pourrait expliquer le recours à d’autres types de gameplay, jugés plus dynamiques pour représenter ce conflit, comme les jeux de stratégie (26 jeux) ou de simulation aérienne et naval (17 jeux) (Rabino, 2013, p 114). Une autre difficulté apparaîtrait dans la vision qu’ont les développeurs et les joueurs de ce conflit : une guerre meurtrière dans laquelle la mort attend le soldat. Le joueur ne peut donc pas compter sur ses compétences durant la Première Guerre mondiale pour rester en vie (Chapman, 2017, p 6). Enfin une dernière difficulté de représentation réside dans l’objet même de la guerre. Comme nous le dit Julien Lalu, la Première Guerre mondiale ne voit pas la montée d’une idéologie extrémiste mais juste de simple soldats anglais, français, ou allemands se battant pour leur pays. Il est donc difficile pour les développeurs de faire comprendre au joueur les raisons qui rendent son combat nécessaire et juste, a contrario de la Seconde Guerre mondiale où la simple représentation du soldat nazi permet de faire comprendre au joueur qui est son ennemi (Lalu, 2014).

3Malgré toutes ces difficultés, on voit de plus en plus de développeurs de jeux vidéo s’attaquer à cette difficile représentation. Sont ainsi dévelopés des jeux comme Soldats Inconnus : Mémoires de la Grande Guerre (Ubisoft Montpellier, France, 2014), Verdun 1914-1918 (Blackmill Games & M2H, Pays-Bas, 2015), Battle of Empires : 1914-1918 (The Great War Team, Ukraine, 2015) ou encore Battlefield 1 (DICE, Suède, 2016) issus différents pays, dont certains n’ont d’ailleurs pas pris part directement au conflit.

  • 3 Un jeu de tir en vue subjective met le joueur dans la peau du personnage et lui montre l’action com (...)

4Cette étude, qui prolonge une recherche réalisée dans le cadre d’un mémoire de Master, se centrera principalement sur Battlefield 1, sorti en octobre 2016 et dont la représentation de la Grande Guerre a été largement analysée dans la presse. Battlefield 1 est un jeu de tir en vue subjective3 qui met en avant l’expérience divertissante proposée au joueur. Ce jeu, très attendu par les joueurs, est une production dite triple A, équivalente aux productions « blockbusters » au cinéma. Il est décrit comme suit sur le site de ventes dématérialisées Origin :

Battlefield 1 vous ramène au temps de la Première Guerre mondiale, où les nouvelles technologies et les conflits mondiaux ont marqué les débuts de la guerre moderne. Participez à chaque bataille, contrôlez des véhicules gigantesques et exécutez des manœuvres qui changeront le cours du combat. Le monde entier est en guerre. Découvrez ce qui se trouve au-delà des tranchées. 4

5Il est développé par la société Digital Illusion Creative Entertainment(DICE) basée en Suède, et édité par Electronic Arts. Depuis sa sortie en 2016, le jeu se serait vendu à plus de 12 millions d’exemplaire dans le monde, tous supports confondus (consoles de jeu et ordinateurs)5.

6L’intérêt de l’étude de ce titre réside dans le fait que Battlefield 1 est l’archétype du jeu vidéo de tir en vue subjective (First Person Shooter en anglais) grand public, développé avec de gros moyen dans un soucis de large diffusion par le studio DICE. Battlefield 1 est le dernier né de la série des jeux vidéo Battlefield débutée en 2002 avec Battlefield 1942 (DICE, Suède, 2002) sur la Seconde Guerre mondiale. Différents conflits ont déjà été traités : la guerre du Vietnam dans Battlefield Vietnam (DICE, Suède, 2004), des conflits contemporains, notamment au Moyen-Orient, dans Battlefield 3 (DICE, Suède, 2011). La série est très populaire auprès des joueurs, comme en témoignent les chiffres de ventes : Battlefield 3 et ses contenus additionnels se seraient vendus à plus de 17 millions d’exemplaires6 à travers le monde. Battlefield 1 est un jeu dont les développeurs espèrent de grosses retombées financières. Dans cette optique, le choix de la période représentée et la manière de la traiter est très importante pour séduire les joueurs. Les développeurs de Battlefield 1 ont fait le choix de revenir à ce qui a fait le succès des premiers opus de la série : la représentation des conflits historiques. Cette période est vue par les développeurs comme une sorte de prologue à tous les jeux vidéo de la licence Battlefield car ils la considèrent comme le premier conflit mondial et industriel.

7Cette analyse s’inscrit dans l’Histoire des représentations, dans le prolongement de ce qui a été fait autour du cinéma, dans les ouvrages de Laurent Veray par exemple. Ces représentations de la Grande Guerre font appel aux imaginaires collectifs, aussi bien en termes de matérialité qu’en termes d’événements, ainsi qu’aux mémoires collectives propres à la Première Guerre mondiale afin de représenter ce conflit. Cependant, il ne s’agit pas uniquement d’analyser les représentations de ce conflit dans le jeu vidéo, il est primordial de s’intéresser à toutes les phases de développement de celui-ci afin de pouvoir appréhender les logiques qui ont conduit à sa réalisation. L’équipe de développement de Battlefield 1 n’a pas donné suite à ma demande d’entretien, ce qui ne m’a pas permis de recueillir des informations précises sur les sources et les choix faits par l’équipe en termes de représentations. Afin de pallier ce manque, je me suis basé sur des entretiens donnés dans la presse, généraliste et spécialisée dans le jeu vidéo, par quatre membres de l’équipe du studio DICE. Cet ensemble d’entretiens m’a permis d’appréhender une partie de la documentation utilisée par les développeurs et de comprendre leurs choix de représentation afin de rendre perceptible cette époque pour le joueur. Deux questions peuvent axer cette analyse : dans un premier temps, il serait intéressant de voir comment les jeux vidéo parviennent à représenter ce conflit aussi bien dans leurs aspects visuels que dans le cœur du média vidéoludique : le gameplay. Puis de se demander, au-delà des simples problématiques liées au dynamisme du gameplay, s'il est plus difficile de représenter ce conflit dans les jeux vidéo du fait de sa mémoire particulière. Pour ce faire, nous nous intéresserons dans un premier temps à tous les éléments qui permettent aux développeurs d’immerger le joueur dans la Première Guerre mondiale ainsi que les sources qu’ils utilisent pour créer ces éléments. Puis, dans un second temps, nous nous intéresserons à la réception de Battlefield 1 dans la presse et auprès des historiens qu’elle convoque, pour conclure sur le discours mémoriel mis en avant dans la narration de ce jeu.

Immerger le joueur dans la premiere guerre mondiale

Retranscrire l’aspect visuel

8Le champ de bataille virtuel est l’un des points importants de la représentation et de l’immersion du joueur dans la Grande Guerre. Ces espaces, qualifiés de maps en anglais et de cartes en français, sont des aires de jeux, représentations physiques du champ de bataille en 3D, bien délimitées dans lesquelles est appliqué le gameplay et où le joueur évolue sans pouvoir en dépasser les limites. Cette représentation est très importante dans un jeu sur la Première Guerre mondiale car le terrain n’est pas juste un décor, il est vu comme un participant actif du conflit et largement présent dans la mémoire collective. La boue, les trous d’obus, ou les tranchées sont des éléments qui jouent un rôle : aidant le combattant à se protéger des balles ou, au contraire, précipitant sa mort en le noyant dans un cratère inondé, ou encore l'enterrement vivant à la suite de l’explosion d’un obus (Kempshall, 2015, p50-51).

Battlefield 1

Battlefield 1

Capture d’écran du niveau se déroulant sur la carte intitulée “Aux frontières de l’Empire”, dans Battlefield 1.

© Antoine Maillard

9Dans Battlefield 1, les développeurs de DICE ont fait le choix de représenter de grands espaces en 3D qui servent d’aire de jeu aux joueurs. On retrouve ainsi majoritairement des espaces plus ouverts comme des plaines, des montagnes, des déserts, des villes, mais peu de tranchées. Ce choix peut s’expliquer par une volonté d’éviter les temps de latence, d’ennuis, de non-action liés à la guerre de tranchées. On retrouve beaucoup de diversité de paysages dans un souci de représenter la dimension mondiale de la guerre. Les joueurs se battent dans le nord de la France, dans le désert du Sinaï, pour le canal de Suez, à la frontière Italo-Austro-Hongroise… La taille de la carte est importante, car dans Battlefield 1 les combats se déroulent dans trois dimensions : au sol avec chars et infanterie, dans les airs avec chasseurs et bombardiers, et sur mer. A cela s’ajoute une gestion dynamique du terrain : ici tous les bâtiments sont destructibles par les joueurs, et les explosions provoquent des aspérités dans le terrain dans lesquelles ils peuvent se cacher. Ces éléments donnent une dimension spectaculaire au jeu, couplé à une gestion dynamique de la météo qui la fait passer, sur une aire de jeu, du plein soleil au brouillard, ce qui change drastiquement la bataille et la manière de jouer. Ce jeu profite, enfin, de graphismes très soignés renforcés par un travail sur les environnements en second plan, c’est-à-dire les éléments de décor que le joueur voit mais auxquels il ne peut accéder. Ce travail sur le second plan contribue grandement à l’immersion du joueur. Le terrain n’est cependant pas la seule représentation importante qui permet au joueur de se sentir immergé dans l’époque, l’équipement des soldats contribuent aussi largement à ce sentiment.

10Le matériel et les uniformes sont aussi un point important de ces jeux vidéo pour représenter la Grande Guerre. L’utilisation par les développeurs d’armes historiques et de matériel authentique répond d’abord à une demande du public visé. Cette utilisation permet de créer un sentiment d’authenticité, mais aussi de transposition dans la période. Toucher, dans ces jeux, avec ce matériel d’époque permet au joueur de se dire qu’il aurait pu faire de même en temps de guerre. (Kempshall, 2015, p 72). Ces armes, uniformes, matériels deviennent des symboles que le joueur, s’intéressant au conflit ou non, pourra plus ou moins reconnaître, lui permettant de se sentir totalement immergé dans cette période du fait de ces représentations « authentiques ».

11Dans cette recherche d’authenticité au travers du matériel, les développeurs de Battlefield 1 ont eu recours à plusieurs sources pour le représenter le plus fidèlement possible. Au-delà de leurs recherches plus « traditionnelles », les développeurs se sont largement appuyés sur les associations de reconstitution de la Première Guerre mondiale. Ces « reconstituteurs » sont des passionnés adeptes de l’uniformologie, science qui traite de tout ce qui est relatif à la compréhension et à l'identification des tenues militaires à travers l'histoire7, qui reconstituent des uniformes (tenues et matériels) se rapprochant au plus près des dotations des soldats de l’époque (Offenstadt, 2015, p 92). Outre les uniformes et les matériels divers, les développeurs ont aussi voulu représenter les armes de la Première Guerre mondiale. Ces armements ont été reproduits à l’aide de particuliers, majoritairement aux Etats-Unis, collectionnant aujourd’hui encore ces différentes pièces. Certains de ces collectionneurs réalisent des vidéos sur la plateforme YouTube pour les détailler, les essayer, et commenter leur performance. C’est le cas de la chaîne YouTube Forgotten Weapon8 alimentée par l’américain Ian McCollum, qui est présent dans les crédits du jeu Battlefield 1. Ces collectionneurs permettent aussi, aux développeurs, d’enregistrer le son que produisent ces armes pour les restituer à leurs modèles virtuels et ainsi accroitre l’immersion du joueur. Mais tous ses éléments visuels ne sont que « l’habillage » du gameplay qui conditionne le divertissement du joueur et qui fait l’intérêt du jeu vidéo.

Faire la guerre dans Battlefield 1 : le gameplay

La campagne solo de Battlefield 1

La campagne solo de Battlefield 1

Capture d’écran : Menu de sélection des différents actes dans la “campagne solo” de Battlefield 1.

© Antoine Maillard

12Le gameplay, terme qui regroupe les règles du jeu, son but ainsi que la manière dont il se joue, est le point central des jeux vidéo. C’est lui qui cadre l’expérience du joueur et qui est le vecteur du divertissement. Dans les jeux vidéo historiques, notamment ici s’appuyant sur la Première Guerre mondiale, le gameplay joue aussi un rôle dans la représentation et l’engagement du joueur dans le conflit. Le gameplay de Battlefield 1, un jeu de tir en vue subjective, repose sur l’affrontement de deux équipes pour la victoire. Ici le but est de tuer son adversaire et capturer ses positions. Il dispose d’une « campagne solo » avec une narration, mais reste principalement multijoueur. La partie « solo » du jeu est un ensemble de missions scénarisées dans lesquelles le joueur accomplit des objectifs face à des ennemis dirigés par l’ordinateur. Elle se déroule en cinq actes, qui suivent l’histoire de cinq personnages (sans ordre chronologique), et qui enrichissent un prologue et une conclusion (Voir illustration 3). Le point commun de la série Battlefield (dont fait partie Battlefield 1) est l’intérêt accordé au gameplay multijoueur par internet. Le mode de jeu le plus important est la conquête, mode principal du multijoueur dans Battlefield 1, qui voit s’opposer deux équipes pour le contrôle de positions qui permettent la victoire. Ce mode oppose 64 joueurs, qui peuvent se battre à pied ou en véhicule (avions, chars, bateaux…) sur une carte immense. Le joueur passe donc sa partie à courir entre les différents objectifs pour les défendre ou les capturer, il n’y a pas de véritable représentation de la guerre de position, ce qui rend le jeu plus actif. De plus, ce jeu met en scène presque exclusivement des armes automatiques et semi-automatiques qui, si elles ont effectivement été utilisées pendant la Grande Guerre, ont été produites en peu de quantités ou bien restées à l’état de prototype. Ce choix permet de donner un large dynamisme au jeu, ce qui est certes agréable à jouer, mais bien éloigné de la réalité de la Première Guerre mondiale. Tout le jeu repose sur la faculté du joueur à tuer le plus d’adversaires grâce à ces armes, au corps à corps, ou bien avec des véhicules, ce qui lui permet d’obtenir des points. Ces points alimentent un système de niveaux qui augmente et permet de débloquer de nouvelles armes et d’évaluer les compétences des autres joueurs. Les combats aux corps à corps prennent, de plus, une dimension particulière. Les armes contondantes permettent d’éliminer silencieusement un autre joueur et de récupérer sa « plaque d’identification » avec son pseudonyme. Le corps à corps prend donc une dimension de collection car le joueur récupère et amasse les plaques des autres joueurs éliminés, permettant de mesurer son habilité dans le jeu. Battlefield 1 a choisi une approche plus « grand public » en faisant ce choix d’armement et de gameplay, vis-à-vis d’autre jeux comme Verdun (BlackMill Games et M2H, 2015, Pays Bas) où les développeurs reproduisent au détail près les armements et les environnements de l’époque pour réaliser une représentation qu’ils considèrent comme « réaliste ». Tout le divertissement repose donc paradoxalement sur le fait de tuer ses ennemis. Ce constat tranche avec le prologue du jeu, premier contact des joueurs avec celui-ci, qui s’attache à montrer toutes les facettes et l’horreur de la Première Guerre mondiale. On peut ensuite directement participer à l’affrontement entre joueurs sur internet dans lequel on doit tuer le plus d’ennemis, créant un paradoxe avec le discours de souvenir de tous les combattants qui ont souffert tenu juste avant dans le jeu. Tous ces éléments graphiques ou de choix de gameplay restent tout de même, le fruit d’une certaine réflexion et de recherches de la part des développeurs pour pouvoir les créer et raconter cet événement historique au joueur.

La place du savoir historique dans les jeux vidéo

  • 9 Alc!de, « Battlefield 1 : Interview de Julien Wera, producteur du jeu : partie 1/2 », JeuxVideo-Liv (...)

13Les développeurs gardent une volonté de transmettre des connaissances sur ce conflit ainsi que les éléments qui les ont marqués durant leurs recherches. La plupart des développeurs de Battlefield 1 affirmaient ne rien connaitre de la Première Guerre mondiale, hormis le front ouest, avant de commencer à travailler sur ce jeu. Ce qui les a frappés reste la dimension mondiale de la Grande Guerre qu’ils ont cherché à représenter dans leur jeu en variant les espaces proposées allant du Nord de la France, en passant par l’Italie jusqu’au Moyen-Orient. Ce choix permet de proposer de nouveaux contenus aux joueurs tout en leur faisant appréhender le fait que des combats ont eu lieu dans de nombreuses régions du monde. La transmission de ces connaissances passe aussi dans la partie « solo » du jeu qui représente, par la narration, des batailles historiques comme celle de Gallipoli qui met en avant les Australiens face aux soldats Ottomans. On y suit un personnage tout au long de l’opération qui se retrouve entraîné dans ce débarquement qui tourne à l’hécatombe. Cette partie « solo » devient donc une lecture d’évènements historiques, ici des batailles de la Grande Guerre, par les développeurs à la manière du cinéma ou de la littérature. Cependant, les développeurs se défendent de réaliser un jeu réaliste mais préfère employer le terme « authentique » car toutes les armes, véhicules, et champ de batailles présent dans le jeu ont une base réelle9. Cette « authenticité » passe donc par la fidèle représentation des environnements et des équipements de la Grande Guerre. La reproduction des armes, des équipements et des environnements suffit à ancrer le jeu dans cet évènement historique car leurs utilisations dans un jeu vidéo crée un sentiment de représentation réaliste. Les jeux vidéo attirent de plus en plus de joueurs ayant déjà une certaine connaissance et à la recherche de cette authenticité incarnée dans cette fidèle représentation de l’équipement. L’utilisation de vraies armes historiques dans ces jeux vidéo est donc un élément demandé et recherché par leur l’audience (Kempshall, 2015, p 72). Du fait de cette attachement à la fidèle représentation des équipements, on peut y voir une certaine similitude entre les jeux vidéo et les groupes de reconstitution de la Grande Guerre. Cette proximité se retrouve ainsi dans les sources utilisées par les développeurs : les groupes de reconstitution ou les collectionneurs d’armes.

  • 10 Stéphanie Trouillard, « Quand le jeu vidéo à succès Battlefield fait revivre la Grande Guerre », Fr (...)
  • 11 Davan-Soulas Melinda, « Battlefield 1 revisite la France en temps de Grande Guerre », LCI, 30 mars (...)

14On ne trouve cependant dans Battlefield 1 aucun recours aux travaux d’historiens ou aux institutions spécialistes de la Première Guerre mondiale. Pour les développeurs : « Il était plus simple de travailler avec ces passionnés [Les groupes de reconstitutions et les collectionneurs], car c’est très difficile de collaborer avec les musées. On n’a pas l’autorisation de manipuler les objets. »10. On distingue le peu de résonance qu’ont les travaux historiques ou les institutions de conservation, qui sont remplacés, par exemple, par des groupes de reconstitutions pour modéliser le matériel. Les développeurs prennent aussi la place des historiens afin de pouvoir proposer un savoir historique dans leur production. Pour ce faire ils s’appuient sur des sources et des recherches qu’ils font eux-mêmes, dans le but d’appréhender la période qu’ils cherchent à représenter. Deux des développeurs de Battlefield 1 affirment ainsi avoir visionné des heures de documentaires, des films, des archives et recherché sur internet des photographies d’époque. Toutes ces recherches ont débouché sur la création d’un document d’une centaine de pages devenue la ligne directrice de toute l’équipe pour représenter la Première Guerre mondiale11.

Réception et analyse memorielle

Regards d’historiens

  • 12 Melinda Davan-Soulas, « Battlefield 1 revisite la France en temps de Grande Guerre », LCI, 30 mars (...)

15Il était intéressant de donner la parole à des spécialistes de ce conflit sur la représentation de la Grande Guerre dans Battlefield 1. Plusieurs spécialistes ont ainsi été sollicités par les média, comme l’historien militaire Michaël Bourlet, pour donner leur avis sur cette représentation. Pour lui, le jeu offre une expérience anachronique, clairement à côté du vécu et des combats des soldats de la Première Guerre mondiale, bien éloignée de la réalité historique. Les soldats représentés sont bien trop dynamiques et évolue avec leur paquetage complet sur le dos, dans des uniformes rutilants. De plus, pour lui, les rares référence à l’Histoire dans le jeu restent des raccourcis. Tous ces éléments ne l’empêchent pas de conclure cependant que Battlefield 1 reste un jeu de tir avec une réalisation soignée, mais que le jeu reste orienté dans le grand spectacle et ne tient pas compte de la réalité historique devenant inapte à susciter des interrogations chez les joueurs.12 Plus généralement, pour l’historien Nicolas Beaupré, la représentation réaliste de la Première Guerre mondiale dans un jeu vidéo est impossible du fait de la forme prise par cette guerre : un affrontement dans lequel on a plus de chance de se faire tuer par un obus frappant au hasard. Ce schéma va à l’encontre des mécaniques de jeux de tir actuels, comme Battlefield 1, se fondant sur la dextérité du joueur ce qui les rends totalement irréalistes. Les joueurs maîtrisent dans ces jeux le gameplay, les règles sont bien établies, ce qui permet en réalité un divertissement évitant autant que possible la frustration chez le public ciblé. Si la Grande Guerre devait être représentée de manière réaliste sous la forme d’un jeu, pour Nicolas Beaupré, il se rapprocherait d’un jeu de hasard, comme le poker, dans lequel le joueur pourrait tout perdre à chaque tour. Les historiens n’ont cependant pas été les seuls à commenter la représentation de la Première Guerre mondiale dans ce jeu vidéo. Cette représentation a fait l’objet de nombreux articles dans la presse, française et internationale, qui l’ont analysé.

Réception médiatique

  • 13 Bande annonce de Battlefield 1 sur le compte officiel YouTube Battlefield, 6 mai 2016 https://www.y (...)
  • 14 William Audureau, « Jeux vidéo : « Battlefield 1 », 1914-1918 comme si vous n’y étiez pas », Le Mon (...)
  • 15 Le French Bashing serait une idée qui veut que, du fait de la rapide défaite et de l’armistice de 1 (...)

16Les premières images de Battlefield 1 sont apparues dans une bande-annonce publiée le 6 mai 2016 sur Youtube13. Elle totalise aujourd’hui plus de 55 millions de vues un peu plus d’un an après sa sortie. Cette bande annonce a immédiatement déclenché nombres de discussions dans la presse ou sur les réseaux sociaux pour savoir si ce jeu allait traiter la Grande Guerre de manière respectueuse et réaliste. Un autre questionnement apparu poussait à se demander si un jeu de tir en vue subjective était un moyen approprié de représenter ce conflit, dans un jeu qui se centre sur le soldat, image principale de la mémoire populaire (Chapman, 2016, p 10). C’est après la sortie de Battlefield 1, en octobre 2016, qu’on retrouve le plus d’articles pour analyser, dans la presse traditionnelle ou spécialisée, sa représentation de la Grande Guerre. On retrouve ainsi plusieurs articles très critiques vis-à-vis de cette représentation comme en témoigne le titre de celui publié dans le Monde Pixel : « Battlefield 1 », 1914-1918 comme si vous n’y étiez pas »14. La plupart des journalistes louent sa partie technique (graphismes, mécaniques de jeux…) et son gameplay mais critiquent sa représentation de la Grande Guerre : « En tant que produit culturel, il s’apparente à une mauvaise plaisanterie, à l’écriture inégale, mal jouée, irrespectueuse de son propre sujet historique. S’il est considéré comme le meilleur jeu du moment, il est aussi la preuve que dans une industrie qui n’est culturelle que quand cela l’arrange, il en faut parfois bien peu. Comme film, il aurait été navrant ; comme livre, risible. ». Outre ces problématiques, on s’interroge essentiellement, en France, sur l’absences des soldats français dans la première version du jeu, certains journalistes invoquant le French Bashing15 et la domination anglo-saxonne sur le développement de ce type de média pour l’expliquer.

  • 16 Tobias Hanraths, « “Battlefield 1” im Test: Darf der Erste Weltkrieg echt Spaß machen? », SPIEGEL O (...)
  • 17 Alex Hern, « Battlefield 1: is it wrong to set a war game in the trenches of the first world war? | (...)
  • 18 Alex Hern, « Battlefield 1 halts “#justWWIthings” campaign before Remembrance Sunday », The Guardia (...)

17Dans d’autres pays, comme en Allemagne, au Royaume-Uni ou en Italie, une autre question polarise les débats, résumés dans le titre d’un article du journal allemand Der Spiegel : « Peut-on s'amuser avec la Première Guerre Mondiale ? »16. Le journal anglais The Guardian a ainsi consacré deux articles à cette question évoquant un malaise à propos de cette représentation du fait que cette guerre est perçue dans la mémoire collective anglaise comme une hécatombe inutile17, on la qualifie ainsi de « the sad war ». Ce questionnement pour savoir si la Première Guerre mondiale est un sujet approprié pour un jeu de tir en vue subjective amène les journalistes à se demander plus largement si n’importe quelle autre guerre l’est. Le fait de se divertir de ces sujets en recréant, par exemple, la bataille de la Somme de manière spectaculaire pour le joueur peut à terme atténuer les horreurs de la guerre, selon les journalistes. Ce malaise est accentué par des erreurs de communication de l’entreprise DICE, notamment sur son compte Twitter18, poussant certains à se demander si les développeurs traitent leur sujet de manière respectueuse. Cette polémique par d’un hashtag intitulé #JustWW1things fin octobre 2016, publié par le compte officiel de Battlefield juste avant les commémorations du 11 novembre. L’idée était de produire des messages humoristiques sur le jeu et certaines situations par le biais de textes, d’images, de vidéo et d’inviter les fans du jeu à produire les leurs. Ce ton décalé n’a cependant pas plu à certains utilisateurs qui se sont saisis de cet hashtag pour le dénoncer, le considérant comme inapproprié pour un sujet comme la Première Guerre mondiale. La manière dont les développeurs traitent de leur sujet est très important, car une représentation qui ne serait pas considéré comme approprié pourrait affecter les ventes du jeu (Chapman, 2016, p 9)

La place de la mémoire de la Première Guerre mondiale dans des productions culturelles mondialisées

18La Grande Guerre continue d’être largement présente dans la mémoire collective comme nous le montrent les nombreux événements et commémorations nationales et internationales autour du Centenaire de ce conflit. Son souvenir reste très présent, encore plus à l’heure du Centenaire, dans nos sociétés, dans les discours politiques, lors des grandes commémorations, ou dans les productions artistiques. Cependant, cette mémoire du conflit se concentre avant tout sur des images très stéréotypées : la tranchée présente sur le front Ouest, en France, et un intérêt plus particulier pour l’expérience personnelle des soldats, centré notamment sur leurs souffrances. Cette mémoire est le résultat d’une longue construction réalisé par les différentes distorsions provoquées par la superposition de différentes interprétations et mémoires depuis l’immédiat après-guerre jusqu’à aujourd’hui (Kempshall, 2015, p 3). La mémoire de la Première Guerre mondiale est encore aujourd’hui sujette à de nombreuses controverses dans nos sociétés, notamment en France à l’heure de la commémoration de son Centenaire. Cette guerre a déjà été largement représentée au cinéma, à la télévision, dans la littérature, dans la poésie, mais aussi par la construction d’espaces culturels comme les mémoriaux dans l’optique de la comprendre. Du fait de l’importance de cette mémoire, produire un jeu vidéo sur cette période est donc très difficile. Elle est loin d’être unie, renforcé par le fait que la Première Guerre mondiale continue d’être très politisée et la bataille pour son contrôle acharnée. Les développeurs qui ont souhaité réaliser un jeu vidéo sur ce conflit ont dû adapter leur production à cette spécificité mémorielle de la Première guerre mondiale en incluant un message invitant au souvenir des combattants qui ont souffert au cours de ce conflit

  • 19 Discours présent dans l’épilogue de Battlefield 1 traduit de l’anglais.

19Battlefield 1 représente ici le simple combattant, soldat de première ligne, confronté aux horreurs de la Première Guerre mondiale. Son discours invite le joueur au devoir de mémoire et à se souvenir des souffrances des combattants, sans rentrer dans un discours pacifiste ou antimilitariste clair du fait qu’il soit un jeu de tir en vue subjective. C’est là tout le paradoxe de ce jeu : les parties scénarisées adoptent un discours s’axant sur les souffrances de tous les combattants et l’horreur de ce conflits alors que l’une de ses mécaniques principales de gameplay et de divertissement repose sur le fait de tuer le plus d’adversaires. Ce paradoxe est renforcé par le fait que les soldats de la Triplice ne sont pas jouables dans la partie scénarisée du jeu, restant bornés au rôle d’ennemis, ce qui met à mal le discours universel de souffrance des combattants que tiennent les développeurs. La partie « solo » du jeu se termine par un épilogue, intitulé « Souvenez-vous de nous : un message de clôture de l’équipe de Battlefield 1. A la mémoire des combattants. ». Il s’agit d’une vidéo, ponctuée par des images du jeu avec un discours déclamé par un narrateur. Ce discours se termine par ces phrases : « Nous serons morts depuis longtemps mais peut-être pas oubliés. Si l’Histoire se souvient seulement d’un sur mille d’entre nous, alors le futur sera rempli d’histoires racontant qui nous étions et ce que nous avons fait. Comment nous avons vécu, comment nous avons combattu et comment nous avons péri. Quand tout cela sera fini et que la guerre sera gagnée, ils se souviendront de nous. Mais avant que ce jour arrive, nous tiendrons, nous regarderons la mort dans les yeux et nous nous battrons ! »19. Le narrateur se met à la place d’un soldat de ce conflit qui se projette dans l’après-guerre et le souvenir des soldats qui l’ont faite. Ce discours est donc clairement adressé au joueur, qui fait partie de ceux qui n’ont pas connu cette guerre, mais qui doit se souvenir de ces héros aux histoires insolites, de leur combat et de leur abnégation. Il retranscrit parfaitement la volonté des développeurs de ne pas montrer la guerre des nations, mais celles des oubliés, des héros anonymes, et fait, là aussi, écho au devoir de mémoire. Dans Battlefield 1, ce devoir de mémoire pousse les joueurs à agir sur le présent en les invitant à se souvenir des soldats qui ont combattu au cours de cette guerre. Les jeux vidéo restent avant tout des produits culturels mondialisés que les studios de développement tentent de vendre au plus grand nombre. Les choix du discours mémoriel et des représentations, faits par les développeurs, sont donc impactés par cette logique. Ce positionnement vis-à-vis de l’Histoire est très important, dans un jeu vidéo, car c’est lui qui permettra aux joueurs de juger si le jeu est, pour eux, une bonne représentation de la Première Guerre mondiale, jugement conditionnant son achat.

Conclusion

20La Première Guerre mondiale reste un sujet difficile à reconstituer dans un média. D’une part, les particularités de ce conflit, majoritairement composé d’attente et de morts causées par l’artillerie, ne s’accordent pas avec les attentes d’un joueur. D’autre part, du fait de la mémoire particulière et protéiforme qui entoure ce conflit en raison des nombreux acteurs qui y ont participé, les jeux vidéo peuvent difficilement montrer une vision exhaustive de la guerre. Leur premier but est de divertir le joueur principalement par le gameplay qu’ils lui proposent. Ces représentations se nourrissent de stéréotypes, aussi utilisés dans la bande dessinée et le cinéma, qui aident le joueur à se repérer dans une époque donnée. Pour représenter cet événement historique, les développeurs se basent principalement sur l’exacte reconstitution de l’armement, des uniformes et des équipements en dotation dans les armées belligérantes du conflit documentés par l’intermédiaire d’associations de reconstitution. Par leurs actions diverses (participation à des cérémonies de commémorations officielles, défilés en uniformes d’époques...) ces associations revendiquent une dimension mémorielle, du fait de leurs pratiques de reconstitution illustrant la vie des combattants de ce conflit. Cette pratique mémorielle est aujourd’hui reconnue comme le prouve la présence de soldats en uniforme français de la Grande Guerre lors du défilé du 14 juillet 2014. Battlefield 1 n’est pas le seul jeu vidéo qui a eu recours aux associations de reconstitution. Les développeurs du jeu de tir en vue subjective Verdun 1914-1918 (Blackmill Games & M2H, Pays-Bas, 2015), qui se veut réaliste, y ont aussi eu largement recours. L’utilisation de la reconstitution historique n’est cependant pas propre aux jeux vidéo. Une télé-réalité anglaise intitulée The Trench (BBC, Royaume-Uni, 2002) reproduisait une tranchée de la Grande Guerre dans laquelle séjournaient 25 volontaires. Une limite de cette reconstitution est rapidement apparue : l’absence d’ennemis et de danger, pourtant des éléments centraux de l’expérience combattante, la rendant de facto vide de sens (Veyrat-Masson, 2008, p 89). Il en est de même dans les jeux vidéo dans lesquels la mort n’est pas vue comme une fin mais comme une opportunité de recommencer et d’apprendre de ses erreurs. Les représentations de l’Histoire dans les jeux vidéo s’orienteraient donc plutôt vers l’histotainment, néologisme anglo-saxon composé de history, et d’entertainment qui pourrait se traduire par divertissement. Ce terme désigne l’Histoire convoquée uniquement pour le divertissement qui ne prend pas ou peu en compte l’explication du passé, la véritable transmission d’un savoir. Ce concept est le reflet de la transformation de l’Histoire en produit culturel de masse qui n’épargne aucun domaine : bande-dessinées, télévision, cinéma, littérature, et jeu vidéo (Offenstadt, 2014, p 94). Le divertissement par l’Histoire passe ici par la fidèle représentation des armes, des uniformes et des équipements, la fidèle représentation des champs de batailles mais aussi par le biais du gameplay qui pousse le joueur à tuer le plus d’ennemis possible. Cependant réaliser ces jeux fait consommer aux développeurs de nombreuses ressources sur la Grande Guerre (livres, documentaires, films…) et développe chez eux un intérêt accru sur cette période. Le savoir transmis sur la Grande Guerre pourrait donc être indirect. Ce constat part d’un graphique20 publié par la chaîne YouTube The Great War21, réalisé par l’américain Indy Neidell qui produit des vidéos en anglais sur divers sujets et qui a pour but de faire découvrir la Première Guerre mondiale 100 ans après son déroulement. Ce graphique fait le constat que les personnes abonnées à la chaîne ainsi que les vues des différentes vidéos ont largement augmenté à la suite de la sortie de la bande-annonce de Battlefield 1 en mai 2016, puis à la sortie du jeu fin octobre 2016. Battlefield 1 et plus généralement tous les jeux vidéo sur la Première Guerre mondiale pourraient donc créer un certain intérêt du public pour cette période, qui pousserait les joueurs à consulter d’autre médias pour en apprendre plus sur ce conflit.

Haut de page

Bibliographie

Chapman, Adam, Digital games as history: how videogames represent the past and offer access to historical practice, New York, Routledge, 2016, 290 pages.

Chapman, Adam, « It’s Hard to Play in the Trenches:  World War I, Collective Memory and Videogames », Game Studies, volume 16, numéro 2, décembre 2016, consulté le 18/05/2017, http://gamestudies.org/1602/articles/chapman

Kempshall, Chris, The First World war in computer games, Basingstoke, Hampshire, Palgrave Pivot, 2015, 118 pages.

Kempshall, Chris, « Pixel Lions – the image of the soldier in First World War computer games », Historical Journal of Film, Radio and Television, 35-4, 2 octobre 2015, p. 656-672.

Offenstadt Nicolas, « Pratiques contemporaines de la Grande Guerre en France. Des années 1990 au centenaire », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 113-114, 2 mars 2015, p. 91-99.

Rabino, Thomas, « Jeux vidéo et Histoire », Le Débat, n° 177-5, 20 novembre 2013, p. 110-116.

Veyrat-Masson, Isabelle, Télévision et histoire, la confusion des genres : docudramas, docufictions et fictions du réel, Bruxelles, De Boeck et INA, 2008, 244 pages.

SITOGRAPHIE

Lalu, Julien, « Représenter la Première Guerre mondiale dans les jeux vidéo : entre absence et uchronie », Mission Centenaire 14-18, 13 mai 2014, consulté le 18/05/2017, http://centenaire.org/fr/espace-scientifique/societe/representer-la-premiere-guerre-mondiale-dans-les-jeux-video-entre

Whitaker, Bob, History Respawned: Battlefield 1 with Chris Kempshall, vol.19, 50 minutes, décembre 2016, consulté le 09/05/2017 https://soundcloud.com/historyrespawned/episode-19-battlefield-1

Haut de page

Notes

1 TEA names 22nd annual Thea Awards recipients; Gala to be held in Anaheim 2016, 17 novembre 2015, http://www.teaconnect.org/Press/Press-Releases/index.cfm?id=6001 (Consulté le 16/05/2016)

2 Site internet de la communauté HistoriaGames : http://www.histogames.com/index.php (Consulté le 10/04/2017)

3 Un jeu de tir en vue subjective met le joueur dans la peau du personnage et lui montre l’action comme s’il la voyait au travers de ses yeux.

4 Page de vente du jeu Battlefield 1 sur la plateforme dématérialisée Origin : https://www.origin.com/fra/fr-fr/store/battlefield/battlefield-1/standard-edition (consulté le 13/04/2017)

5 VGChartz Game database chiffres de ventes de Battlefield 1 : http://www.vgchartz.com/gamedb/?name=battlefield+1

6 VGChartz game database chiffres de ventes de Battlefield 3 : http://www.vgchartz.com/gamedb/?name=Battlefield+3 (Consulté le 22/04/2016)

7 Définition de l’uniformologie sur le site du ministère de la défense

http://www.defense.gouv.fr/terre/histoire-et-patrimoine/uniformologie (Consulté le 28/04/2017)

8 Page principale de la chaine YouTube Forgotten Weapons https://www.youtube.com/user/ForgottenWeapons/featured (Consulté le 03/05/2017)

9 Alc!de, « Battlefield 1 : Interview de Julien Wera, producteur du jeu : partie 1/2 », JeuxVideo-Live, https://www.jeuxvideo-live.com/news/interview-du-producteur-de-battlefield-1-partie-12-81899. (Consulté le 08/05/2017)

10 Stéphanie Trouillard, « Quand le jeu vidéo à succès Battlefield fait revivre la Grande Guerre », France 24, 21 octobre 2016, http://www.france24.com/fr/20161021-battlefield-1-jeu-video-game-premiere-guerre-mondiale-histoire-electronic-arts. (Consulté le 08/05/2017)

11 Davan-Soulas Melinda, « Battlefield 1 revisite la France en temps de Grande Guerre », LCI, 30 mars 2017, http://www.lci.fr/high-tech/ea-battlefield-1-revisite-la-france-en-temps-de-grande-guerre-video-2030371.html. (Consulté le 19/04/2017)

12 Melinda Davan-Soulas, « Battlefield 1 revisite la France en temps de Grande Guerre », LCI, 30 mars 2017, http://www.lci.fr/high-tech/ea-battlefield-1-revisite-la-france-en-temps-de-grande-guerre-video-2030371.html. (Consulté le 03/05/2017)

13 Bande annonce de Battlefield 1 sur le compte officiel YouTube Battlefield, 6 mai 2016 https://www.youtube.com/watch?v=c7nRTF2SowQ (Consulté le 23/04/2017)

14 William Audureau, « Jeux vidéo : « Battlefield 1 », 1914-1918 comme si vous n’y étiez pas », Le Monde.fr, 26 octobre 2016, http://www.lemonde.fr/pixels/article/2016/10/26/jeux-video-battlefield-1-1914-1918-comme-si-vous-n-etiez-pas_5020812_4408996.html. (Consulté le 13/05/2017)

15 Le French Bashing serait une idée qui veut que, du fait de la rapide défaite et de l’armistice de 1940, les compétences militaires et la combativité de l’armée française soient mise en doute. Ces éléments sont accentués par le refus de la France de participer à l’intervention en Irak de 2003. Elle serait donc systématiquement absente des productions sur les deux guerres mondiales, et notamment des jeux vidéo. Cette idée est largement avancée dans les articles du site GamesBlog sur les raisons de l’absence de l’armée française :

JiMooh, « Battlefield 1 pas d’armée française, pourquoi? Le marché US... », Gameblog, http://www.gameblog.fr/blogs/jimooh/p_118410_battlefield-1-pas-d-armee-francaise-pourquoi-le-marche-us (Consulté le 23/05/2017)

16 Tobias Hanraths, « “Battlefield 1” im Test: Darf der Erste Weltkrieg echt Spaß machen? », SPIEGEL ONLINE, 21 octobre 2016, http://www.spiegel.de/netzwelt/games/battlefield-1-im-test-spektakel-statt-schuetzengraben-a-1117687.html. (Consulté le 14/05/217)

17 Alex Hern, « Battlefield 1: is it wrong to set a war game in the trenches of the first world war? | Technology | The Guardian », The Guardian, 12 mai 2016, https://www.theguardian.com/technology/2016/may/12/battlefield-war-game-first-world-war.(Consulté le 14/05/2017)

18 Alex Hern, « Battlefield 1 halts “#justWWIthings” campaign before Remembrance Sunday », The Guardian, 31 octobre 2016, https://www.theguardian.com/technology/2016/oct/31/battlefield-1-justwwithings-campaign-remembrance-sunday. (Consulté le 14/05/2017)

19 Discours présent dans l’épilogue de Battlefield 1 traduit de l’anglais.

« We will be long gone by then -but maybe not forgotten. History only remembers one in a thousand of us – then the future will be filled with stories of who we were and what we did. How we lived, how we fought and how we died. When this is all over and the war is won, they will remember us. But until that day comes, we will stand, we will look death in the eye and we will fight!”

20 Le graphique provient du site socialblade.com qui évalue la progression et le développement en termes de vues et d’abonnement des chaines Youtube : https://socialblade.com/youtube/user/thegreatwar (Consulté le 21/05/2017)

21 Lien vers la chaine Youtube The Great War: https://www.youtube.com/channel/UCUcyEsEjhPEDf69RRVhRh4A (Consulté le 21/05/2017)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Représentation des différents conflits de l’époque contemporaine dans les jeux vidéo
Légende Graphique réalisé grâce à la base de données du site Historiogames montrant les parts de représentation des différents conflits de l’époque contemporaine dans les jeux vidéo.
Crédits © Antoine Maillard
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/3462/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Battlefield 1
Légende Capture d’écran du niveau se déroulant sur la carte intitulée “Aux frontières de l’Empire”, dans Battlefield 1.
Crédits © Antoine Maillard
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/3462/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre La campagne solo de Battlefield 1
Légende Capture d’écran : Menu de sélection des différents actes dans la “campagne solo” de Battlefield 1.
Crédits © Antoine Maillard
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/3462/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Maillard, « La Première Guerre mondiale et les jeux vidéo », Conserveries mémorielles [En ligne], #23 | 2018, mis en ligne le 10 octobre 2018, consulté le 17 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/cm/3462

Haut de page

Auteur

Antoine Maillard

est l'auteur d'un mémoire de Master 2 sur écrit sous la direction de Caroline Moine à l'Université Versailles Saint-Quentin. Il a par la suite collaboré avec le service de conservation du patrimoine vidéoludique de la bibliothèque nationale de France. Il est actuellement médiateur culturel des collections et expositions auprès de la mission histoire au centre mondial de la paix à Verdun.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals