Navigation – Plan du site

AccueilNuméros#24Vision croisée des propagandes. D...Théâtre et cinéma dans les territ...

Vision croisée des propagandes. Diffusion et travail avec le public dans les zones occupées et les territoires soviétiques

Théâtre et cinéma dans les territoires occupés de Russie à travers la presse collaborationniste (1941-1944)

Theater and Cinema in the Occupied Territories of Russia through the Collaborationiste Press
Boris Kovaliov
Traduction de Valérie Pozner

Résumés

Le présent article se penche sur la politique de propagande nazie via le théâtre et le film mise en place sur la partie occupée de la république soviétique de Russie entre 1941 et 1944. Les salles de spectacle réorganisées ou ouvertes par les autorités d’occupation n’étaient pas uniquement vouées à la propagande, et la population locale y voyait surtout une source de divertissement. Pour porter un jugement sur l’efficacité de cette propagande, une analyse de la programmation s’impose. Quelle était la proportion entre œuvres "classiques" et programmes à orientation clairement anti-soviétique, antisémite et nazie ? Par ailleurs, l’URSS et l’Allemagne nazie partageant certaines approches concernant la propagande, il n’est pas complètement surprenant d’observer la présence, au sein de l’univers spectaculaire de l’occupation, de certains artistes russes qui recyclèrent leur expérience acquise dans les institutions culturelles soviétiques d’avant-guerre. Le présent article retrace les activités théâtrales et cinématographiques en s’appuyant principalement sur une analyse de la presse collaborationniste de langue russe.

Haut de page

Texte intégral

1Le présent article se propose d’examiner la propagande par les moyens du théâtre et du cinéma développée par les nazis entre 1941 et 1944 dans les territoires occupés de RSFSR, la république soviétique peuplée majoritairement de Russes. Les théâtres et les salles de cinéma inaugurés ou ré-ouverts sur ce territoire ne constituaient pas uniquement des structures de propagande. La plupart du temps, les populations civiles étaient prêtes à contribuer financièrement à leur ouverture et à leur maintien, dans la mesure où cette propagande allait de pair avec le divertissement.

2Pour mesurer l’efficacité de ce phénomène, il convient d’analyser tout d’abord les conditions d’ouverture de ces salles, et dans un second temps leur répertoire. Il est en effet important de préciser le rapport entre les œuvres classiques, intemporelles, et les films, programmes ou spectacles d’orientation antisoviétique, antisémite ou pro-nazie. Certains procédés de la propagande soviétique et nazie se recoupent. Et ce n’est pas un hasard si certains collaborateurs russes des structures mises en place avaient déjà eu une expérience dans les organisations culturelles soviétiques avant-guerre. Afin de mesurer l’efficacité de cette activité, on s’intéressera ici plus particulièrement à son reflet dans la presse collaborationniste de langue russe.

L’organisation de la propagande en Russie occupée

3Au moment du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, les organes de la propagande en Allemagne nazie avaient déjà acquis une efficacité certaine. Le personnel du Ministère de la propagande avait mis au point tout un arsenal de moyens dont l’efficacité avait été testée sur la population du IIIe Reich. Ces efforts avaient indiscutablement porté leurs fruits. À partir de 1939, les propagandistes allemands avaient accumulé une expérience non seulement auprès des soldats de l’ennemi, mais également des populations civiles des territoires occupés.

  • 1 E. M. Rzhevskaja, Goebbels. Portret na fone dnevnika [Goebbels : Portrait sur fond de journal intim (...)

4Vers le printemps 1941, la machine de guerre nazie avait commencé à se préparer activement à la guerre contre l’URSS. Les propagandistes allemands jouissaient d’une assez grande liberté et pouvaient réagir rapidement aux actions de l’ennemi. Une instruction de Goebbels du 5 juin 1941 conseillait que la propagande en direction de la Russie ne contienne « … aucun antisoviétisme, aucun appel au retour du tsarisme ; n’évoque pas le démembrement de l’État russe (faute de quoi nous mécontenterions l’armée qui nourrit des sentiments grand-russes) ; ne s’exprime pas contre Staline et ses suppôts juifs. La terre sera rendue aux paysans, mais les kolkhozes seront pour le moment conservés afin de sauver la récolte. [Il convient d’] accuser le bolchevisme de tous les maux, de souligner ses échecs dans tous les domaines. Pour le reste, les actions seront élaborées en fonction de l’évolution de la situation… » (Rzhevskaja, 1994, 13)1.

5Les spécialistes du Ministère n’étaient pas les seuls en charge de la propagande : des unités de la Sécurité, diverses sociétés pro-allemandes ainsi que des collaborateurs russes prenaient part aux différentes actions engagées. En effet, si la propagande allemande sur les territoires occupés devait revêtir un caractère total, elle devait aussi être adaptée aux conditions locales.

  • 2 Archives de la Direction du FSB de la région de Novgorod (plus loin sous l’acronyme AUFSBNO). D. 1/ (...)

6Dans la plupart des centres urbains, furent ouvertes des « Maisons des éducateurs », tandis que dans les villages on inaugura des « coins de l’éducation ». Le personnel était constitué de conférenciers spécialisés en politique, économie, et divers domaines de la connaissance, de bibliothécaires, de projectionnistes, d’artistes peintres, de distributeurs de journaux et revues et de libraires ambulants. Chaque Maison comprenait obligatoirement une troupe de théâtre, avec acteurs, musiciens, acrobates, danseurs. Le nombre d’employés variait entre 40 et 70 en fonction de la taille de la ville2.

  • 3 Rech’ [la Parole] (Orel), 15 mars 1942
  • 4 Ibid., 17 mai 1942.

7Les forces d’occupation faisaient tout pour attirer dans leurs rangs des représentants des diverses professions artistiques. La presse collaborationniste publiait régulièrement des articles aux titres caractéristiques : « Adresse à l’intelligentsia ! », « Un art populaire pour le peuple libéré », « La place de l’intelligentsia russe dans la guerre ». La propagande nazie exigeait que les écrivains, peintres, artistes de théâtre et musiciens révisent radicalement leurs positions artistiques qui avaient été « imposées de force par les Bolcheviks ». Ils étaient appelés à « … purifier l’art de toutes les strates néfastes qui s’étaient accumulées durant les années du joug youpin »3. Dans le même temps, il était précisé que cette « révision d[evait] s’appliquer non seulement à l’art soviétique, produit d’un mensonge évident, mais également à l’art prérévolutionnaire qui avait servi d’arme insidieuse pour pervertir le peuple, semer la sédition et le mécontentement, ce dont la juiverie s’était servi avec succès pour préparer l’embrasement et le cataclysme révolutionnaires »4.

  • 5 Cette ville, située dans la région Nord-Ouest de la Russie soviétique, a été occupée le 9 juillet 1 (...)

8Il convient de souligner le caractère multiple de la propagande nazie. Si les journaux, les revues et la radio visaient avant tout un effet lié au contenu informatif, le cinéma et le théâtre peuvent être désignés comme « propagande via le divertissement ». La propagande nazie par voie de presse a été bien mieux étudiée que l’organisation du théâtre et du cinéma à destination des populations des territoires occupés de Russie (par ex., Astashkin, Kovaliov, Koulik, 2016, Gogoun, 2016, Volkmann, 1994). C’est cet aspect qu’on éclairera ici, en évoquant l’organisation des salles de cinéma et des troupes de théâtre, leur répertoire, leur écho dans la presse collaborationniste, et les effets des films et des spectacles sur le public. Le rôle du théâtre et du cinéma dans les territoires occupés de Russie ne doit pas être minimisé. Un bon marqueur pour en juger peut être trouvé dans le nombre de fois où le cinéma est évoqué dans la presse. Ainsi pour les années 1942-1944, on compte plus de 400 articles, annonces ou entrefilets sur les seules pages du journal collaborationniste de Pskov5 Za rodinu [Pour la patrie] !

9Outre la presse de langue russe, les sources pour notre analyse ont été constituées par les documents d’archives : dossiers judiciaires de collaborateurs conservés dans les fonds régionaux de la direction du FSB [Service fédéral de sécurité] de Russie, rapports et comptes rendus établis par des unités de partisans, documents et ordonnances allemands, ainsi que quelques documents des services civils ayant collaboré avec les forces d’occupation. C’est en croisant ces sources que l’on peut parvenir à un tableau précis sur le sujet.

Les théâtres en zone occupée

  • 6 Archives de la Direction du Service de sécurité de la Fédération de Russie dans la région de Smolen (...)

10Les établissements liés au spectacle vivant pouvaient relever de différentes structures : certains dépendaient des organes allemands chargés de la propagande, « les théâtres populaires » avaient, eux, été créés à l’initiative de l’administration russe pronazie, et étaient composés d’acteurs professionnels. Parallèlement, il existait des troupes d'amateurs, constituées sur la base de studios artistiques. La presse collaborationniste s’extasiait : « Même dans les villes où il n’y avait pas de théâtre permanent autrefois, il en a été créé, soit à l’initiative de collectifs amateurs, soit par des artistes que les circonstances de la guerre ont conduits dans ces lieux »6. La plupart du temps, ces informations ne correspondaient pas à la réalité ou relevaient de l’exagération : les collectifs amateurs locaux en question pouvaient être réduits à un ou deux individus ayant une idée de l’art théâtral plus que superficielle.

  • 7 Archives d’État de la région de Briansk (plus loin GABO). F. 2608, Inv. 1, D. 32, f. 3.
  • 8 Ibid.

11Toute ouverture d’un nouveau « théâtre pour la population civile » constituait un événement, lequel était largement couvert par la presse. Ainsi, le quotidien d’Orel Rech’ publia un compte rendu détaillé de l’« Inauguration du théâtre d’Orel pour la population civile » qui s’était déroulée le 12 juillet 1942. Les représentants des forces allemandes étaient naturellement conviés à ce genre de cérémonies et y prononçaient des discours affirmant que les distractions destinées à la population russe devaient améliorer la productivité : « Aucun individu, sans parler de tout un peuple, ne peut longtemps se passer de distractions et de plaisir, particulièrement de rire, sans quoi il perd son équilibre moral, sa joie au travail, et par là même, sa productivité. Voilà pourquoi présentement, alors que nous sommes en guerre et que nous devons faire face à d’importantes tâches d’édification, il ne saurait être question de s’en passer »7. L’article se poursuivait par quelques flatteries en direction des nouvelles autorités et du nouvel ordre dont on soulignait à quel point il se distinguait de l’idéologie soviétique : « Avec ces nouvelles orientations, et les nouvelles conséquences pratiques que nous en tirons, le national-socialisme se distingue radicalement du bolchevisme qui ne voyait dans la nature et le travailleur qu’une simple machine. Si celle-ci était usée, on la mettait tout simplement au rebut. L’unique objectif des autorités judéo-bolcheviques était de tirer le maximum du peuple, sans se soucier le moins du monde de son épanouissement et de son bien-être »8. À l’inverse, les collaborateurs russes voyaient la scène théâtrale comme le lieu de « renaissance de la culture russe, purifiée du judéo-bolchevisme ».

  • 9 Ville située en Russie centrale, occupée le 3 octobre 1941 et libérée le 5 août 1943.

12Le bourgmestre d’Orel9, Starov, affirmait que les professionnels du théâtre pourraient dans la mesure de leurs moyens « aider l’armée allemande à venir à bout du banditisme partisan, et participer à toutes les actions visant à activer le retour à la vie normale et à faire triompher les grandes idées du national-socialisme ». Le bourgmestre ne les appelait bien sûr pas à mener le combat contre la résistance soviétique par les armes : l’art théâtral devait jouer un rôle dans la confrontation idéologique entre l’Allemagne nazie et l’Union soviétique.

13Orel, Smolensk, Pskov, Briansk, Vorochilovsk, Viazma comptèrent durant l’occupation des troupes de théâtre solides dont les membres recevaient un salaire et des avantages en nature. La presse collaborationniste leur consacrait régulièrement des articles, tout comme, de leur côté, les représentants des forces de la résistance qui évoquaient leurs activités dans leurs rapports.

L’exemple du théâtre de Gatchina et les artistes soviétiques transfuges

14Le théâtre de la ville de Gatchina constitue un exemple assez caractéristique. Pour les nazis, il s’agissait d’un succès indiscutable, redevable largement aux membres du collectif : on trouvait là un ex-artiste émérite de RSFSR, ex-danseur étoile de l’Opéra Kirov de Leningrad et ex-partenaire de Galina Oulanova, Mikhail Andreevich Doudko, ainsi qu’un chanteur (ténor) très célèbre dans les années 1930, Nikolaï Konstantinovitch Petchkovski, ex-artiste populaire de RSFSR et chevalier de l’ordre de Lénine.

15Ce théâtre avait été créé à l’initiative du chef du Département de propagande de la ville, le sonderführer Schmidt, en novembre 1942. Il avait confié à Doudko et à un groupe de jeunes comédiens le soin de préparer plusieurs numéros de variété. L’expérience s’étant révélée concluante, tous les artistes furent engagés au sein du nouveau collectif. En un temps record, Schmidt parvint à trouver un local et à réunir le nécessaire : costumes, perruques, décors, etc. Doudko fut nommé chorégraphe et directeur artistique de la troupe de musiciens et danseurs. À partir de ce moment, les activités du théâtre connurent un essor rapide.

  • 10 Za rodinu (Pskov), 13 septembre 1943.

16La troupe recrutait quiconque avait un minimum de formation théâtrale, voire même le simple désir de se produire sur scène. Le 13 septembre 1943, on pouvait lire dans le quotidien Pour la patrie [Za rodinu] sous le titre « Le théâtre de Gatchina » : « Le théâtre compte plusieurs collectifs indépendants. Le ballet est dirigé par M.A. Doudko, soliste du Ballet Mariinski, le théâtre par V. I. Figourine, ex-comédien du Théâtre des jeunes spectateurs de Leningrad. Le collectif compte 15 personnes, dont 3 professionnels, les autres membres étant de jeunes amateurs. On relèvera que la ville de Gatchina cherche à offrir la possibilité à des jeunes artistes non seulement de tester leurs forces sur scène, mais aussi de déployer un travail d’éducation, dans la mesure où le permettent les conditions actuelles. Ce travail est mené selon la méthode Stanislavski : l’absence d’une véritable école théâtrale est comblée par des exercices d’improvisation, des mises en scène de pantomimes, des travaux préparatoires sur des extraits de pièces, et autres »10.

17Dès le début de l’année 1943, le théâtre comptait déjà plusieurs troupes : deux d’art dramatique, deux autres de concert, et une spécialisée dans les spectacles à destination du public paysan. La troupe de ballet et de concerts comptait 15 personnes : un poète, un musicien, des acrobates, un Monsieur Loyal pour les Russes, un autre pour les Allemands, un prestidigitateur allemand et un comique improvisateur pour le public allemand. Parmi les artistes de Leningrad et de Moscou qui se produisirent au théâtre de Gatchina, on retiendra le baryton Ivan Kornilov, la soprano Eléonora Bogdanova et l’accordéoniste Edouard Saxe.

  • 11 Service d’enregistrement des fonds d’archives de la direction du FSB de Saint-Pétersbourg et de la (...)

18Le programme comprenait des danses russes, ukrainiennes, tsiganes, classiques, et différents numéros musicaux ou chantés, avec des arias d’opéras russes et des lieder allemands, un récitant lisait même des œuvres de Mikhail Zochtchenko11. Cet auteur était extrêmement populaire parmi les propagandistes pro-allemands, car ses personnages satiriques pouvaient être utilisés pour dénoncer non pas la petite-bourgeoisie, mais la société soviétique en général.

  • 12 Za rodinu (Pskov), 5 juillet 1943.
  • 13 Ibid., 16 septembre 1943.

19Selon les affirmations de la presse collaborationniste, en huit mois d’existence, le théâtre avait déjà accueilli plus de 300 000 spectateurs : « Grâce à l’important soutien du haut-commandement allemand, le théâtre a pu développer ses activités et a donné plus de 400 représentations devant environ 160 000 spectateurs, dont plus de 80 % se sont déroulés hors les murs. La troupe d’art dramatique comprend les acteurs Voeïkova, Naïda, Konev, etc. Elle a donné 66 représentations à Gatchina, Louga, Kotly, Iamburg, Siverskaïa, Oredeja, Batetskaïa et Vyritsa. À l’affiche, les Fourberies de Scapin de Molière, la Demande en mariage de Tchékhov, la Maîtresse femme de Kvitka-Osnovianenko. Le théâtre abrite également des séances de cinéma. En six mois, plus de 600 projections ont été organisées à Gatchina, mais aussi à Siverskaïa, Iamburg, Volosovo, etc. qui ont attiré environ 140 000 spectateurs12 ». Il va de soi que la presse collaborationniste avait tendance à améliorer les chiffres. Mais il arrivait aussi que les informations délivrées soient carrément fausses. Ainsi le même organe de Pskov annonçait le 16 septembre 1943 l’« Ouverture d’une salle de cinéma à Novgorod ». L’article affirmait : « Un nouvel établissement a ouvert ses portes à destination du public civil et militaire. Outre la projection de films avec texte en russe, des troupes ambulantes venant d’autres villes proposent des numéros de variété. La scène fait actuellement l’objet de réfections, et l’acquisition d’accessoires est en cours. Lorsque ces travaux seront achevés, il sera possible d’y organiser des spectacles de théâtre. En attendant, la population de Novgorod et des villages environnants fréquente volontiers la salle de cinéma13 ». En réalité, la situation décrite ne correspondait nullement à la réalité, car il ne restait plus de population civile dans la ville de Novgorod qui se trouvait alors à un kilomètre de la ligne du front : les habitants avaient tous été déplacés vers l’arrière.

Le contenu des spectacles : entre tradition et innovations

  • 14 Za rodinu (Pskov), 31 mai 1943
  • 15 SRAF UFSB PbLO, D. 41-314, f. 16.

20L’exposé d’un « spectateur de Louga » (auteur d’une brève) permet de se faire une idée du déroulé d’un spectacle ordinaire au début de 1943 : « À Louga, la troupe a donné cinq représentations devant une salle comble. On a retenu particulièrement « la danse des matelots » exécutée par Messieurs Pampouchkine, Palatuev et Bolbukov, la « danse russe » de Messieurs A. Anfertiev et Palatuev, la « danse comique » de Messieurs Pampouchkine et Riabov, ainsi que les danses polovtsiennes tirées de l’Opéra le Prince Igor, exécutées par la troupe tout entière. Dans la mazurka tirée de l’opéra de Glinka la Vie pour le Tsar, M. A. Doudko a fait montre d’une technique éblouissante, d’un style original, d’une mimique expressive – tout ce qui le désigne comme un représentant authentique des glorieuses traditions du ballet russe. Mikhail Tretiakov à la balalaïka a remarquablement exécuté une mazurka, un foxtrot, ainsi que la chanson russe « Cesse de briller, soleil… ». Le public a chaleureusement applaudi Vera Starostina (mezzo-soprano), ainsi que les acrobates Rumiantsev et Roguinski. I. V. Zaklinski dans le rôle de Monsieur Loyal a également régalé l’auditoire avec des récits de Tchékhov et de Zochtchenko »14. En vertu d’une instruction émise par le commandement allemand, cette troupe était sensée se produire pour les militaires, la population civile, les unités de volontaires, les prisonniers de guerre et les ouvriers russes dans les villes, les villages, à l’arrière comme dans la zone du front15.

  • 16 Za rodinu (Pskov), 3 février 1943

21La plupart des numéros de variété, comme on le voit, ne revêtaient pas de caractère politique. Il s’agissait plutôt d’œuvres légères, voire même frivoles. En atteste le contenu de la pièce en un acte de l’acteur et dramaturge Kurt Goetz que la presse résumait ainsi : « L’épouse d’un professeur en médecine trompe son mari avec un lovelace du nom de Titori. Le professeur apprend par son serviteur Johann que son rival s’est fait mordre à la main par le chien lors de sa dernière visite à son épouse. Bien décidé à le démasquer, il déclare que le chien est atteint de la rage. Effrayé, Titori reconnaît son forfait. Le mari trompé met définitivement Titori à la porte et démontre à son épouse que son amant était un poltron. Il pardonne à sa femme frivole, considérant que Titori n’est pas un rival digne de lui »16.

  • 17 Ibid., 25 septembre 1943.

22En septembre 1943, Doudko confiait ses projets lors d’une interview : « Nous présenterons bientôt nos nouveaux spectacles au public de Gatchina et de la région nord lors de nos tournées. Nous préparons actuellement une danse tsigane tirée de l’opéra de Dargomyjski Russalka, ainsi qu’une valse classique. Parallèlement, nous avons mis au programme des numéros grotesques : une danse de marionnettes et une danse comique de Pat et Patachon. Étant donné le goût du public qui apprécie particulièrement les danses de caractère, nous présenterons une danse chinoise et une danse ukrainienne. Une des danseuses de la troupe présentera également une danse de matelots français. Outre ces numéros, nous sommes actuellement en train de travailler à un « Foxtrot Step » original, et nous avons mis au programme une valse qui sera exécutée par la partie féminine de la troupe soit sur une musique de Strauss, soit de Lehár »17.

Le destin de quelques célébrités et leur sort après la libération des territoires

  • 18 SRAF UFSB PbLO, D. 41-314, f. 15.
  • 19 République soviétique autonome de Bachkirie.
  • 20 République soviétique de Géorgie.

23Mais le Département de la propagande nazie dont relevait cette troupe cherchait au maximum à mettre à profit leurs talents. Arrêté en 1944 par les services de sécurité soviétiques, Mikhail Doudko reconnut s’être souvent produit devant des soldats allemands, tant à l’arrière que sur le front, afin de soutenir le moral des troupes. Des représentations étaient également organisées à destination des « volontaires », afin de produire l’effet voulu par la Wehrmacht et les services de la propagande nazie. L’ex-étoile du ballet de Leningrad confia : « En nous produisant devant les populations civiles, nous servions les intérêts de la propagande allemande, dans la mesure où nous donnions l’impression que les Allemands ne s’opposaient pas au développement de l’art russe. Je reconnais également que les Allemands se targuaient volontiers de ma présence au sein du système de propagande et soulignaient le fait que moi, ex-artiste soviétique du théâtre de Leningrad, décoré du titre d’artiste émérite, m’étais mis à leur service »18. Mikhail Doudko fut condamné en 1944 à 8 ans de privation de liberté. Il ne revint jamais sur la scène de Leningrad, mais se produisit encore entre 1953 et 1962 dans des théâtres de province, à Oufa19, Novossibirsk, Tbilissi20. Il revint s’établir à la fin de sa vie à Leningrad où il est décédé en 1981 à l’âge de 78 ans.

  • 21 N.K. Pechkovskij, Vospominanija opernogo artista [Souvenirs d’un chanteur d’opéra], Saint-Petersbur (...)
  • 22 Voir dans Za rodinu (Pskov), 1er novembre 1942 : « Le répertoire fut varié : la Barcarolle de Malov (...)
  • 23 Rech’ (Orel), 16 octobre 1942.

24Nikolaï Petchkovski avait également eu une carrière importante avant la guerre. Formé en Italie, il était devenu artiste populaire de RSFSR et avait reçu l’ordre de Lénine. Il était parfaitement intégré dans le système soviétique. Reconnu pour ses interprétations d’arias, de mélodies ou d’airs populaires, il avait également exécuté, comme bien d’autres artistes soviétiques, des chants à la gloire de Staline. Après le déclenchement des opérations militaires, au mois d’août 1941, Petchkovski fut autorisé à se rendre au village de Kartachevskaïa (à environ 55 km au sud de Leningrad), demande qu’il avait motivée en expliquant qu’il devait aller rechercher sa mère. Mais quelques heures après son arrivée, les Allemands parvinrent à enfoncer le front et Kartachevskaïa se retrouva de l’autre côté des lignes ennemies. Tout lien avec Leningrad fut interrompu. Lorsqu’il arriva au bout des réserves de nourriture dont il disposait, le chanteur se trouva dans l’obligation de trouver des moyens de subsistance. C’est ainsi qu’il se produisit dans les territoires occupés (Petchkovskij, 1992, 228-229)21. Certes, Petchkovski n’eut jamais à combattre contre les soldats de l’Armée rouge ou les partisans les armes à la main. Et le programme avec lequel il se produisit dans les territoires occupés ne comprenait rien d’antisémite ou d’antisoviétique22. Les informations fournies par la presse collaborationniste de langue russe sont confirmées sur ce point par les documents des organes de sécurité soviétiques. Quoi qu’il en soit, les services de Petchkovski étaient fort appréciés par la propagande allemande, à en juger par le nombre d’articles dans la presse tant germanophone que russophone qui lui furent consacrés. Ainsi le quotidien d’Orel Rech’ écrivait en date du 16 octobre 1942 : « L’artiste du Mariinski Nikolaï Petchkovski a donné à Pskov trois concerts. Le public de Pskov attendait avec impatience le célèbre artiste russe dont les merveilleuses mélodies avaient en effet de quoi ravir. Petchkovski n’a pas souhaité suivre la horde rouge dont les chefs souhaitaient certainement s’attirer les services. « Je suis heureux de servir mon peuple ainsi que ses libérateurs – les combattants allemands » a déclaré Nikolaï Konstantinovitch »23.

  • 24 Ibid., p. 21.
  • 25 Za rodinu (Pskov), 17 septembre 1942. L’article est dû à Anatoli Stenros.
  • 26 Ibid., 15 octobre 1942.

25En réalité, pas plus Petchkovski que Doudko n’avaient véritablement besoin de s’investir concrètement dans la propagande nazie. Ce travail était assuré par les conférenciers qui introduisaient leurs spectacles par des mots de remerciement à Adolphe Hitler pour la « renaissance d’un art authentiquement russe et national »24. Le contexte dans lequel apparaissaient leurs noms modifie cette image de l’artiste apolitique. Ainsi dans le quotidien de Pskov, l’article, orné de son portrait, intitulé « N.K. Petchkovski à Pskov : concerts du célèbre artiste russe », voisinait avec un grand article intitulé « La peste youpine à Moscou », accompagné de caricatures antisémites25. L’affirmation selon laquelle « le nouveau sentiment de liberté ressemble à la guérison de la mortelle peste youpine » voisinait avec l’affirmation de Petchkovski qui se déclarait heureux « de servir son peuple et ses libérateurs, les soldats allemands qui rachètent par leur sang la chute de la Russie en octobre 1917 ». Un mois plus tard, un petit entrefilet évoquant un « Concert de N. K. Petchkovski à Louga » était illustré par une photo montrant l’artiste sur scène sur fond de svastika, d’un portrait d’Adolphe Hitler et du slogan « Le travail crée le bien-être »26.

  • 27 Sicherheitsdienst - Service de la sécurité au sein de l’organisation nazie.
  • 28 Extrait de la déposition de Mikhail Doudko. SRAF UFSB SPbLO, D. 41-314, f. 22.
  • 29 Ibid., f. 25.
  • 30 Ibid., f. 34 verso. Le sonderführer Nikolaï Nikolaevitch von Medem, fis de Nikolaï Nikolaevitch von (...)

26En plus d’avantages en nature, Petchkovski recevait pour chaque concert d’importants honoraires, ainsi que des cadeaux offerts par les officiers allemands. Lorsqu’on lui apprit que l’horloger Kosciuszko, attaché à son service pour résoudre les questions matérielles, était un agent des SD27, il répondit en riant : « Peu m’importe qu’il soit des SD, il assure mon boire et mon manger, le reste ne me regarde pas »28. Outre les territoires occupés de Russie, les services de la propagande nazie organisèrent des tournées de Petchkovski à Riga, Tallin, Prague, Berlin et Vienne29. Son impresario dans les pays baltes fut le rédacteur en chef du quotidien Severnoe slovo [la Parole du Nord], Von Medem (Bernev, 2005, 78)30.

  • 31 N. K. Petchkovskij, Vospominanija opernogo artista, op. cit., p. 342.
  • 32 SRAF UFSB SPbLO, D. 46-346, f. 34 verso.
  • 33 Voir Petchkovskij, op. cit., pp. 28-31.

27Dans ses Souvenirs d’un chanteur d’opéra, il est dit que « le chanteur se comportait avec beaucoup d’indépendance, d’intrépidité. Un jour, à Gatchina, arrivant pour un concert, il vit ce panonceau « Entrée réservée aux Allemands ». Petchkovski déclara qu’il ne chanterait pas dans ces conditions. Aucune menace n’eut d’effet sur lui et la direction dut supprimer cette restriction. Et le concert put accueillir tous ceux qui le souhaitaient » (Petchkovski, 1992, 342)31. Les nombreuses dépositions de simples habitants de Gatchina auprès des enquêteurs de la Direction de Leningrad du Commissariat du peuple à la Sécurité d’État après le départ des occupants indiquent plutôt le contraire : les rares conflits de Petchkovski avec les Allemands semblent avoir été liés à ses récriminations quant au « trop faible montant de ses honoraires »32. Et cette importance accordée à l’aspect matériel de ses activités trouve une confirmation dans ses souvenirs, rédigés dans les années 1950-1960, dans lesquels Petchkovski décrit très précisément la courbe croissante de ses honoraires au début de sa carrière, dans les années 1920 (Petchkovski, 1992, 28-31)33.

28Nikolaï Petchkovski fut, quant à lui, arrêté à Riga en octobre 1944 et condamné à 10 ans d’emprisonnement. Il fut libéré le 18 septembre 1954, sans pour autant avoir le droit de se déplacer librement à travers le pays. Il fut envoyé comme soliste et metteur en scène à la philharmonie de la ville d’Omsk, et effectua de nombreuses tournées en province durant les années qui suivirent. Il fut ensuite autorisé à revenir à Leningrad, où un appartement lui fut octroyé, sans pour autant réintégrer le théâtre Kirov. Jusqu’à sa mort en 1966, il resta le directeur artistique d’un studio d’opéra amateur. Le numéro 4 de la perspective Lermontov (qui voisine la grande synagogue) est aujourd’hui orné d’une plaque, inaugurée en 1994, où l’on peut lire : « Ici vécut entre 1926 et 1941 le grand artiste d’opéra Nikolaï Konstantinovitch Petchkovski ».

D’autres expériences théâtrales : Lokot’, Smolensk, Stavropol’

  • 34 Collaborateur, ober-burgmestre du canton autonome de Lokot’.
  • 35 Archives de la Direction du FSB pour la région de Briansk (plus loin AUFSBBO), D. 41-587, f. 43.
  • 36 Ibid l. 84.

29L’une des troupes les plus importantes dans les territoires occupés fut celle créée à l’initiative de Bronislav Kaminski34, au théâtre de Lokot’, commune de la région d’Orel. Il est à noter que cette commune faiblement peuplée n’avait jamais rien connu de semblable avant-guerre. Selon les informations d’agents soviétiques adressées à Moscou, le théâtre fut inauguré le 15 novembre 1942 et comptait une troupe dramatique de 38 personnes, un orchestre de 22 musiciens, un chœur de 20 chanteurs et même une troupe de danseurs et une autre de sportifs de 15 membres chacune35. Ce théâtre donnait en moyenne jusqu’à 60 spectacles par mois tant pour la population civile que pour les unités allemandes et hongroises. Le répertoire en russe comprenait des pièces telles que Ce n’est pas toujours Mardi-gras et Sieste festive avant déjeuner d’Ostrovski, la Noce de Gogol, Deux frères de Lermontov, ainsi que Vision de Ibsen. Les soldats allemands se voyaient, eux, régalés par des chants et des danses populaires russes36.

  • 37 GABO, F. 2521, op. 1, d. 1, l. 4.

30En vertu d’une ordonnance du canton de Lokot’ en date du 16 janvier 1943, toutes les institutions culturelles et éducatives (théâtres, salles de cinéma et clubs) étaient officiellement rattachées aux Départements d’agitation et de propagande locaux. Les clubs du district ne disposant pas de troupe de théâtre se verraient attribuer chacun 6 personnes. Le directeur d’un club de village devait simultanément assumer la responsabilité de la propagande au niveau du canton37.

  • 38 Situé dans le Caucase du Nord.

31À Stavropol’38 durant l'été 1942 fonctionnaient simultanément un théâtre musical des Cosaques du Terek, un théâtre de Variétés, un théâtre de marionnettes, une salle de concert, un cirque, et un casino. Un bureau de placement avait en charge de trouver des engagements pour tous les artistes et personnes désireuses de se produire sur scène. Pareil « épanouissement » de la culture dans cette ville s’explique aisément : le haut-commandement allemand considérait que les établissements offrant des distractions constituaient un facteur favorable au bon rétablissement des soldats blessés. Or il y avait dans la ville et dans ses alentours plusieurs dizaines d’hôpitaux militaires et de sanatoriums auxquels ces établissements s’adressaient en priorité.

Un répertoire plus directement orienté

  • 39 Vera Liberovskaïa était née à Astrakhan en 1885. Elle fut arrêtée le 31 juillet 1945 par le UMGB de (...)
  • 40 AU FSBSO, D. 3792, l. 71.

32À l’initiative du Département de propagande de Smolensk, un théâtre dramatique fut ouvert en mai 1942. Il dépendait officiellement des services municipaux. Les comédiens étaient également réquisitionnés dans des tournées d’agitation, et intervenaient à la radio. La metteuse en scène, Véra Liberovskaïa, avait un penchant pour les classiques russes, Tchékhov, Gogol et Ostrovski. Elle-même était une actrice de province et avait une longue carrière derrière elle, voilà pourquoi elle commença par s’appuyer sur sa propre expérience39. Mais bientôt, une place importante du répertoire fut occupée par des pièces à contenu antisoviétique et antisémite, dues à la plume des journalistes du quotidien Novy Put’ (la Voie nouvelle) et recommandées par les propagandistes allemands. Parmi ces dernières, celles qui s’attirèrent le plus de louanges furent les pièces le Loup et le Ciel bleu qui furent montées non seulement à Smolensk, mais encore à Orel, Pskov, Borissov, Minsk et Lokot’40.

  • 41 On trouve le même auteur sous le pseudonyme de Sergueï Sergueevitch Maximov (1916-1967). Il finit s (...)

33Le Loup, écrit par le journaliste de Smolensk S. S. Chirokov41 (de son vrai nom Paskhine) visait à discréditer la résistance soviétique. Il y était question de « l’absurdité » et des « crimes » du mouvement partisan. Le héros, un jeune soldat du nom de Byvalov, se retrouve dans la forêt et rejoint une « bande de bandits ». Mais les remords l’assaillent, et il s’inquiète du sort de sa fiancée, Nadia, restée au village. Une nuit, avec un autre partisan, ex-secrétaire de la cellule locale du parti, Polzunkov, Byvalov parvient à revenir au village. Il y retrouve Nadia et décide de rester définitivement.

34Le staroste du village, protagoniste ne portant pas d’armes, « héros de la Russie nouvelle », cherche à vérifier les papiers de Polzunkov qui s’est déguisé, mais celui-ci le blesse avec un couteau et cherche à s’enfuir. C’est alors qu’intervient Byvalov qui se jette sur lui. Polzunkov est ligoté et envoyé en prison. Byvalov n’est plus un partisan : il est du côté du nouveau pouvoir, avec sa fiancée. L’ex-partisan a changé d’opinion en parlant avec elle, et d’autres habitants restés au village qui l’ont convaincu que tous les malheurs et les problèmes de la guerre étaient dus aux “maudits youpins bolcheviks” qui les empêchaient de vivre et de travailler tranquillement.

  • 42 AU FSBSO, D. 3792, l. 111.

35Dans le Ciel bleu, il était question des orgies sanglantes du NKVD et de l’intelligentsia russe dont les membres avaient été assassinés dans les sous-sols de la Loubianka. Le point culminant de la pièce était le discours du héros, Stépanov, qui déclarait « ne pas vouloir d’une patrie telle que l’Union soviétique, ne pas considérer l’URSS comme sa patrie ». La sienne était la Russie libre pour laquelle il allait combattre le « bolchevisme maudit ». Le fameux « ciel bleu » était celui du jour de l’invasion de l’URSS, le 22 juin 1941. La première de cette pièce devait coïncider avec « le deuxième anniversaire de l’expédition pour la libération des peuples d’Europe du bolchevisme mondial »42.

  • 43 Ibid.

36Le Loup, tout comme le Ciel bleu donnèrent lieu à des pièces radiophoniques. Le producteur de l’émission « le théâtre au micro » dut, comme c’était la règle, obtenir une autorisation auprès du Département de la propagande. La commission qui comprenait au moins trois membres délivrait ce document après écoute du texte et formulait le cas échéant des recommandations. Il arrivait même que soient introduits des passages anti-communistes ou antisémites dans des pièces classiques. Ainsi, après la lecture du Chevalier avare de Pouchkine, une commission de ce type avait conseillé de souligner à l’attention de l’auditeur que « c’était justement le juif qui incitait le jeune chevalier à assassiner son père »43.

  • 44 Voir A. A. Bochkarev, Kritika chistogo chuvstva [Critique de l’émotion pure], Moscou, 1996, p. 594.

37Outre les classiques russes et les pièces de propagande à caractère antisoviétique, certaines troupes essayèrent de monter des œuvres qui avaient été interdites en Union soviétique pour des raisons de moralité, par exemple Zaza de Simon et Berton (1898) (Bochkarev, 1996, 594)44. La pièce des dramaturges et comédiens français relate les amours d’une chanteuse de variétés avec un homme marié qui a une fille. Apprenant cela, Zaza chasse son amant, mais continue de nourrir des sentiments à son endroit et reste inconsolable. La pièce n’avait pas passé la censure soviétique.

  • 45 Rech’ (Orel), 4 septembre 1942
  • 46 Idem.

38En septembre 1942, un théâtre de marionnettes ouvrit ses portes à Orel. Son directeur artistique, S. Rossolovski, déclara à l’auditoire en guise d’introduction qu’à la différence du théâtre soviétique où « on introduit un milicien dans le Petit Chaperon rouge de Perrault qui tue le loup et lui recoud le ventre avant de l’emmener au NKVD », il allait éduquer les enfants russes dans l’esprit de l’amour de leur prochain, le respect des adultes et parents45. Le répertoire était constitué en conséquence du Petit cheval bossu de Erchov, du Conte du pêcheur et du poisson de Pouchkine, de Ivan-Tsarevitch et le loup gris d’après Joukovski, de Sadko le riche invité (d’après des bylines russes) et de Morozko (adapté des contes)46.

  • 47 AUFSBSO, D. 1432, l. 34-35ob.

39Le haut-commandement militaire allemand apporta son soutien à cette entreprise en lui allouant un local et en fournissant les accessoires. Les artistes se virent rattachés au système de rationnement. Mais le répertoire pour les enfants d'âge préscolaire et du niveau primaire fut agrémenté d’œuvres plus « actuelles » comme le Gros youpin (un vilain garçon juif humilie des enfants russes jusqu’à ce qu’un soldat allemand le punisse), les Pains d’épice rouges (un communiste rusé trompe Ivanouchka-le-Sot), ou le Navet (sur les kolkhozes)47.

40Des théâtres professionnels et semi-professionnels furent ouverts par les nazis sur tout le territoire occupé de Russie : aussi bien dans des centres régionaux, que des chefs-lieux de district, et même parfois dans de gros bourgs. Il pouvait s’agir aussi bien de théâtre d’art dramatique que d’opéras. Le répertoire était constitué de classiques russes comme étrangers, mais également de pièces dues à des auteurs locaux. Le spectacle pouvait également être un concert, dans ce cas destiné aussi bien aux soldats allemands qu’aux civils. Pour certains artistes, il s’agissait d’un hobby, mais d’autres recevaient des rations alimentaires et un salaire de fonctionnaire. Pour les services allemands, le rôle du théâtre combinait trois principales fonctions : dérivatif, divertissement et propagande.

La propagande par les moyens du cinéma dans les territoires occupés

  • 48 AUFSBSO, D. 13954, l. 56.
  • 49 Novyj put’ (Smolensk), 28 juin 1942.

41Le Ministère de la propagande du IIIe Reich et particulièrement sa direction appréciaient hautement le cinéma et voyaient en lui un vecteur très efficace de la propagande. Les sujets du Deutsche Wochenschau étaient au départ filmés et diffusés principalement à l’attention du public civil et militaire allemand. Mais à partir du printemps 1942 s’amorça un processus d’ouverture de salles à destination du public russe, tant dans les villes que dans les bourgades. Les agents soviétiques restés sur place notent eux aussi ce phénomène et l’évoquent dans les rapports qu’ils adressent au Centre : « En réponse à des instructions du commandement militaire allemand, les responsables locaux mettent à disposition des locaux, du personnel, des ouvriers, ainsi que les matériaux de construction nécessaires. Les appareils de projection, films et instructions concernant “l’organisation correcte de la propagande par le cinéma” viennent d’Allemagne »48. Dans ces conditions, des salles furent ouvertes y compris dans les villages. Ce genre d’actions était présenté par l’occupant comme une preuve du « souci du haut-commandement allemand pour les demandes culturelles du peuple russe… l’entrain, la gaieté, les loisirs sains sont des facteurs qui améliorent la force de travail. En ouvrant des établissements de spectacles, le haut-commandement allemand montre qu’il se préoccupe de cet aspect de la vie des travailleurs »49.

  • 50 Ibid.
  • 51 Ibid.

42Lors de l’inauguration de la salle de Smolensk en juillet 1942 (ill. 1-3), les habitants furent prévenus qu’ils se verraient proposer trois types de films : des fictions, des Kulturfilms et des actualités de guerre. Les kulturfilms réalisés spécialement à destination des publics de l’Europe occupée montraient « la vie et le quotidien des ouvriers, des paysans et de l’intelligentsia en Allemagne et dans les pays libérés par cette dernière. Une attention particulière [était] accordée à la jeunesse hitlérienne »50. Les actualités montraient « la lutte héroïque de l’armée allemande contre le bolchevisme et le capitalisme. Dans les espaces infinis de la Russie, comme dans le désert africain brûlé par le soleil, sur les vagues tumultueuses des océans pacifique, atlantique et arctique ; ou survolant les fabriques et les usines d’Angleterre – partout le soldat allemand mène le combat »51. Tous les films de propagande bénéficiaient d’une traduction simultanée en russe. Les films de divertissement avaient tantôt des sous-titres, tantôt étaient préalablement résumés par le projectionniste ou le gérant de la salle. Chaque séance comprenait des bandes de chaque type : Kulturfilm, actualités et fiction.

ill.1 Article dans Novyj put’’ (Smolensk), 22 juillet 1942 

ill.1 Article dans Novyj put’’ (Smolensk), 22 juillet 1942 

ill.2 Article dans Rech’ (Orel), 26 juillet 1942 

ill.2 Article dans Rech’ (Orel), 26 juillet 1942 

ill.3 Article dans Novyj put’, 14 juillet 1942

ill.3 Article dans Novyj put’, 14 juillet 1942
  • 52 Ce dernier film, inspiré du récit de Pouchkine, avait été réalisé en 1940, durant la période de rap (...)
  • 53 Za rodinu (Pskov), 24 août 1943

43La presse collaborationniste communiquait avec satisfaction à ses lecteurs que « la diffusion des films allemands dans les zones libérées de l’est a débuté dès 1941, avec la création de la Société Ost-film avec deux filiales, l’une à Riga, l’autre à Kiev, qui comptent l’une et l’autre de nombreux collaborateurs locaux. Jusqu’en février 1943, 173 salles de cinéma sont entrées en fonction dans la région du Nord. Ce réseau de salles est complété par des projectionnistes ambulants qui couvrent les villages. Au cours du second semestre de 1942, 18 950 000 spectateurs ont pu découvrir des films allemands. En Ukraine, ce sont 298 salles qui ont été ouvertes, et pour ce même semestre de 1942, les séances ont rassemblé 3 millions de spectateurs. Les films les plus appréciés ont été : Opérette (Willi Forst, 1940), Die große Liebe (le Grand Amour, Rolf Hansen, 1942), Ouax, der Bruchpilot (le Pilote Kvaks, Kurt Hoffmann, 1941), Ich Klage an (J’accuse, Wolfgang Liebeneiner, 1941), Kora Terry (Georg Jacoby, 1940), Stern von Rio (l'Étoile de Rio, Karl Anton, 1940), Opernball (le Bal de l’opéra, Geza von Bolvary, 1939), Der Postemeister (le Maître de poste, Gustav Ucicky, 194052). (ill. 4) À l’heure actuelle les films allemands sont présentés en russe et en ukrainien. Les actualités allemandes sont présentées en russe, en estonien, en letton et en lituanien »53.

ill.4 Article de Rech’ (Orel), 25 octobre 1942

ill.4 Article de Rech’ (Orel), 25 octobre 1942
  • 54 Rech’ (Orel), 22 avril 1942
  • 55 Za rodinu (Pskov), 1er décembre 1942

44L’inauguration d’une des salles d’Orel coïncida avec la date de l’anniversaire d’Adolphe Hitler. Le rédacteur en chef de Rech’, Mikhail Oktan, déclara à cette occasion : « L’art cinématographique est l’un des moyens culturels les plus puissants dans notre lutte contre les Bolcheviks »54. On peut rapprocher ces mots d’une lettre à la rédaction du quotidien de Pskov, et publiée dans ses pages : « J’espère que nous, mères de famille, serons bientôt aussi heureuses que les parents que nous avons vus à l’écran lors de l’exposition allemande. Je tiens à exprimer mes profonds remerciements au grand führer Adolphe Hitler et à tout le peuple allemand pour notre libération et notre avenir radieux »55. Pour l’organisation de ces séances, chaque famille était tenue de céder à la mairie un siège, car le manque de mobilier en ville atteignait des proportions catastrophiques. Les autorités de la ville et leurs proches qui en étaient proches recevaient des invitations pour les séances. Les projections étaient précédées d’un petit spectacle de l’ensemble « la Scène bigarrée » dont le répertoire était constitué de sketchs antisoviétiques sur des sujets d’actualité, et d’une allocution d’un propagandiste officiel.

45Les films de fiction étaient projetés en allemand et précédés d’explications délivrées à l’auditoire. Des séances collectives étaient souvent organisées pour le personnel de l’administration ainsi que pour les instituteurs. Parfois, des séances gratuites avaient lieu pour les écoliers, les jeunes, les polizei, ou les soldats de l’Armée de libération russe.

Cinéma et antisémitisme

  • 56 Za Rodinu (Pskov), 21 août 1943

46La plupart des films produits sous le IIIe Reich en Allemagne furent présentés dans les territoires occupés de Russie (films musicaux, historiques, comédies ou mélodrames), mais les films antisémites occupent dans ce répertoire une place particulière. Des versions doublées en russe de Der Eweige Jude (Fritz Hippler, 1940) et de Jud Züss (Veit Harlan, 1940) restèrent à l’affiche plusieurs mois. Les Départements d’éducation recommandaient fortement aux écoliers de voir ces films et de rédiger des exposés après la projection. Le Juif Züss fut, à la différence des autres films, accompagné par une vaste campagne de promotion. Dans certains organes de presse, il était même dit qu’il s’agissait non pas d’une fiction, mais d’un documentaire : «À Pskov on se prépare à voir le film documentaire Le Youpin Züss. Ce film, qui a remporté un grand succès sur les écrans européens et dans les régions libérées de Russie, constitue un document culturel de premier ordre. Grâce à la simplicité et l’originalité de son sujet, il présente clairement au spectateur un problème sociologique qui n’a pas perdu de son actualité aujourd’hui. L’influence délétère du peuple juif constitue un problème qui jusqu’il y a peu de temps encore restait confus et hermétique. Le film déchire enfin pour le spectateur ces voiles factices derrière lesquels se drapait malignement le Juif errant, et dévoile des faits parlants… Espérons que le film rencontre un accueil positif auprès des spectateurs qui souffrent depuis un quart de siècle sous le joug des financiers et de bourreaux youpins »56.

47Aux spectateurs qui auraient été tentés de voir dans ce film un récit tiré de l’histoire allemande, les journaux collaborationnistes donnaient des explications supplémentaires : « Un cinéma de Gatchina a présenté le nouveau film historique le Youpin Züss devant des unités supplétives de volontaires. Le film a été regardé avec une grande attention. La perfidie du juif Züss et de ses coreligionnaires a suscité une intense indignation parmi les spectateurs.

  • 57 Za rodinu (Pskov), 13 mars 1943

- Quelle impudence ! remarque O.
Un film très juste, dit l’autre.
- Quand les Youpins décident de vivre aux crochets d’un peuple, ce n’est pas si simple de s’en débarrasser.
- Ils ont eu bien raison, dans le Duché de Wurtemberg ! dit un troisième volontaire, se mêlant à la conversation.
- Il faut que nous suivions leur exemple ici, en Russie !57

  • 58 Ibid., 27 juillet 1943.
  • 59 Ibid., 31 décembre 1943.

48L’antisémitisme virulent de la propagande nazie s’exprimait également dans les articles de presse consacrés au cinéma mondial. Ainsi dans un texte intitulé « Le film français débarrassé des youpins » un anonyme « correspondant à Paris » affirmait : « Après la publication en 1940 par le Maréchal Pétain du statut des juifs, la société française, qui se trouvait encore sous l’influence juive était de l’avis que leur absence allait causer du tort au pays. L’exclusion des youpins du théâtre, de la presse, du cinéma et de la radio paraissait pratiquement impensable… Or les conséquences ont prouvé l’exact contraire. Plusieurs nouveaux films de grande qualité ont démontré aux Français que leur industrie cinématographique débarrassée des youpins avait déjà enregistré de grands progrès »58. L’article consacré au cinéma américain « le Cinéma entre les mains des juifs » avait pour sous-titre « non pas de l’art, mais de la vulgarité boulevardière »59.

  • 60 Ibid., 28 juillet 1943.

49Mais ce sont les films soviétiques et leurs réalisateurs qui s’attiraient les principales critiques de la presse collaborationniste. Un éditorial intitulé « Les Hébreux créateurs de la “culture” soviétique : la youpinisation de la presse, de l’art et du théâtre en URSS » accumulait les données pour prouver que la soi-disant culture soviétique était le produit du « joug youpin » : « Dans un pays pourvu de lois favorables aux juifs, punissant le moindre manifestation d’antisémitisme, le youpin, utilisant en premier lieu la presse comme tremplin est parvenu en à peine dix ans à monopoliser complètement tous les domaines de la vie culturelle… Au centre et dans les principales directions, les postes de responsabilité ont été occupés essentiellement par des youpins. Le présidium et l’union professionnelle de la Maison du cinéma M. Romm, G. Rochal et I. Trauberg sont à la manœuvre. Selon les Izvestia, 11 films importants sont sortis en 1939. Parmi eux, pas moins de cinq sont dus à des youpins : MM. Romm, Ermler, Raizman, Zarkhi et Heifitz »60. Par ailleurs, on notera que ces films n’étaient aucunement commentés. L’essentiel était d’affirmer qu’ils avaient été réalisés par des juifs, et conséquemment, étaient étrangers aux authentiques spectateurs russes.

Une programmation en apparence anodine

50D’autres films allemands distribués dans les territoires occupés, tels que Sieben Jahre Pech (Sept ans de malheur, Ernst Marischka, 1940), Das Schachdorf (le Village des échecs, documentaire, Hanns Springer, 1938), Nanette (Erich Engel, 1940), Das große Spiel (le Jeu décisif, Robert A. Stemmle 1941), Die Kellnerin Anna (Peter Paul Brauer, 1941), Paradies der Junggesellen (le Paradis des célibataires, Kurt Hoffmann, 1940) ou Hurra, ich bin Papa (Hourra, je suis papa !, Kurt Hoffmann, 1939), dont le contenu était à première vue léger, présentaient le nouvel État national allemand comme un modèle pour tous les autres peuples. (ill. 5-6)

ill.5 Article dans Novyj put’ (Smolensk), 20 juin 1942 ;

ill.5 Article dans Novyj put’ (Smolensk), 20 juin 1942 ;

ill.6 Rech’ (Orel), 19 juillet 1942

ill.6 Rech’ (Orel), 19 juillet 1942
  • 61 Le film de Sergueï Guerassimov (Uchitel', 1939) retraçait la construction d’une école dans un villa (...)
  • 62 Rech’ (Orel), 14 août 1942

51La presse collaborationniste se faisait l’écho de chaque nouvelle sortie, et les sujets les plus anodins donnaient l’occasion de développements antisoviétiques. Ainsi l’article de A. Vesnine, journaliste à Orel, analysait le film de Erich Engel Unser Fraülein Doktor (1940) évoquant la vie d’une école allemande. Après la description idyllique et enthousiaste du quotidien des élèves et des enseignants en Allemagne, l’auteur concluait : « Quelle différence colossale avec l’école soviétique : hooliganisme, grossièreté, refus de travailler de la part des écoliers. Familiarité déplacée, imposture dans le pire sens du terme, fatuité des pédagogues. Même dans le film l’Enseignant61, les Bolcheviks qui cherchaient à peindre les côtés les plus positifs de l’école soviétique ne pouvaient y parvenir. En réalité, cette représentation déformée de la vie scolaire laissait apparaître tous ses vices. Que valent ainsi les scènes où le maître soviétique courtise sa jeune élève ! Le film l’Amour du professeur de mathématiques est utile parce qu’il donne une idée de ce que doit être une véritable école aujourd’hui et montre que cette école existe et qu’un organisme national sain crée une école progressive saine. Et il le fait sans une ombre d’exagération et d’excès. De surcroît, il offre un merveilleux moment de détente aux spectateurs »62. (ill. 7-8)

ill.7 Rech’ (Orel), 14 août 1942

ill.7 Rech’ (Orel), 14 août 1942

ill.8 Rech’ (Orel), 14 août 1942

ill.8 Rech’ (Orel), 14 août 1942
  • 63 Za rodinu (Pskov), 29 septembre 1943

52Parmi les acteurs allemands, la presse collaborationniste distinguait particulièrement Heinz Rühmann et Zarah Leander. Cette dernière suscitait des commentaires enthousiastes, parfois dénués de tout sous-entendu politique (pour le film Das Herz der Königin (le Cœur de la reine, Carl Froelich, 1940) qui opposait Marie Stuart à Elisabeth Tudor), parfois à l’inverse, mettant l’accent sur l’actualité de la confrontation entre les deux régimes. Ainsi, à propos de Die Grosse Liebe (le Grand amour, Rolf Hansen, 1942) on pouvait lire : « Le sentiment s’oppose au devoir. Le sens du devoir l’emporte. Il part sans prendre congé de sa bien-aimée. À tous les coins de rue, massée autour des haut-parleurs, la foule écoute la voix du leader du peuple allemand : « Moscou a non seulement renié le pacte, mais nous a honteusement trahis… Voilà pourquoi j’ai pris aujourd’hui la décision de remettre le destin du peuple allemand entre les mains de nos soldats ! » C’est la guerre contre les Soviets. Hanna comprend pourquoi son fiancé doit partir. Elle a honte de son propre égoïsme »63.

53La presse collaborationniste en langue russe s’intéressait particulièrement au répertoire des salles de cinéma et publiait régulièrement des annonces, des publicités, des critiques de film, des interviews de comédiens ou de spectateurs. Parfois, les journalistes semblent vouloir raconter la totalité du film, sans laisser le moindre espace de découverte au spectateur. Dans certains cas, un échange fictif de propos entre spectateurs s’invite sur les pages de journaux. Il est probable que l’objectif visé était de s’assurer d’une compréhension univoque du message, que le film soit de propagande ou de divertissement, de fiction ou documentaire. On soulignera que les films antisémites tels le Juif Züss pouvaient être vus gratuitement, en revanche il fallait payer pour les projections relevant du genre « léger ».

Fréquentation des salles et programmation à destination du public russe

54Dans les villes de taille significative, les spectateurs russes et les soldats allemands fréquentaient des salles différentes. Ainsi à Vorochilovsk (Stavropol’) les deux cinémas (Octobre et Gigant) furent rebaptisés Libération et Cinéma du soldat. Seul le premier était fréquenté par les civils.

55Dans les plus petites bourgades, les salles étaient fréquentées en alternance par la population locale et les militaires allemands. Dans un article intitulé « Siverskaïa. La première séance de cinéma », on pouvait lire : « La première séance de cinéma destinée à la population civile s’est tenue il y a deux dimanches. Grâce aux efforts de l’administration de la ville, un appareil cinématographique a pu être acquis dont a été équipée la salle réservée aux militaires. Les actualités allemandes de la semaine, en version russe, ont permis à la nombreuse assistance de se faire une idée précise des lourds combats qui se déroulent sur tous les fronts, ainsi que de la supériorité des armes allemandes sur l’ennemi. Le clou de la séance, le film Opérette, accompagné d’un texte en russe, a soulevé l’enthousiasme de la population et lui a permis de découvrir les succès artistiques de la production cinématographique germanique.

  • 64 Ibid., 26 novembre 1942.

56Le commandant de Siverskaïa a prononcé à cette occasion une allocution où il a souligné les efforts de l’administration en direction de la culture. Désormais chaque semaine une séance sera organisée pour les habitants de Siverskaïa et des environs »64.

  • 65 Voir G. Belikov, Okkupacija, Stavropol’, 1998, p. 101.
  • 66 Ibid., p. 55. Hitler avait décerné une croix de chevalier au capitaine Grot et des croix de fer à s (...)

57Outre les actualités et les fictions allemandes, il arrivait que l’on projette des films soviétiques. Ce fut le cas notamment de Deti kapitana Granta (les Enfants du capitaine Grant, Vladimir Vaïnshtok, 1936), Dubrovski (Alexandre Ivanovski, 1936) ou Volga-Volga (Grigori Aleksandrov, 1938) à Stavropol’ (Vorochilovsk) en 1943. Mais ces films étaient contrebalancés par d’autres dénonçant le régime soviétique, comme Un Mensonge qui présentait les atrocités du régime stalinien et produisait apparemment son effet (Belikov, 1998, 101)65. Dans la même ville fut également projeté un reportage consacré à l’expédition du capitaine Groth des 15-16 août 1942 qui avait permis de planter un drapeau nazi au sommet du mont Elbrouz. Ce reportage était accompagné du commentaire suivant : « L’Elbrouz conquis couronne la chute du Caucase »66.

  • 67 Le film a été tourné à Smolensk.
  • 68 Rech' (Orel), 12 mars 1943

58À partir de 1943 les Maisons des éducateurs situées dans les territoires occupés de Russie furent toutes équipées de « cinémas russes ». Et parallèlement, le coloris local devint de plus en plus prégnant dans les actualités et les documentaires. À Orel, un film soi-disant documentaire intitulé le Politzeï modèle évoquait la lutte contre les partisans et les parachutistes soviétiques67. Durant le mois de juillet 1943 fut projeté à Pskov le film Nous avons vu l’Allemagne, consacré au voyage effectué par plusieurs bourgmestres et responsables de districts du nord-ouest de la Russie. Ce film fut également projeté à Orel, où il fut introduit par certains des fonctionnaires ayant participé au voyage, comme le bourgmestre Starov. Le film opposait les ruines et la désolation en Russie (dont les causes étaient imputées au régime soviétique) à la vie dans le IIIe Reich. Comme l’écrivait le quotidien Rech’, « les spectateurs d’Orel ont pu suivre pas à pas les membres du voyage dans les rues de Berlin, les usines, les écoles, au cours de leur visite des monuments historiques, puis de l’ascension des monts de Silésie. Les détails du quotidien, comme un repas pris dans un restaurant en ville ou à la campagne, la rencontre avec une habitante d’Orel engagée dans le service volontaire en Allemagne, Galina Inozemtseva, son travail au sein d’une famille allemande, les promenades et les emplettes faites par le petit groupe au cours de leur voyage, tout cela a suscité le plus haut intérêt du public d’Orel qui peut désormais se faire une idée très précise de la vie en Allemagne telle qu’elle est en réalité »68.

59L’une des actions les plus importantes du Ministère de la propagande du Reich fut le tournage près de Smolensk du long métrage « documentaire » Nos amis, consacré à « l’ordre nouveau » établi dans les régions russes occupées. (ill. 9-12) De nombreux acteurs du théâtre de Smolensk y participèrent. Les hitlériens y figuraient sauvant le peuple russe du complot juif mondial. Sur fond des principaux monuments de la ville, on voyait un politzei modèle. Des saynètes mettaient en scène des individus empêchant de bâtir la « nouvelle Russie sans juifs ni communistes » : une femme versant des ordures dans la rue, des hooligans, des malfrats et autres personnages louches. Ce tournage se déroula durant l’été 1943, mais les habitants de Smolensk ne purent jamais en voir le résultat : la ville fut libérée le 25 septembre 1943 lors de l’offensive victorieuse de l’Armée rouge.

ill.9 Captures d’écran du film Nos amis.

ill.9 Captures d’écran du film Nos amis.

Conclusion

60La propagande nazie par le théâtre et le cinéma en Russie connut des formes diversifiées. L’ampleur des dispositifs déployés fut importante. Outre les sujets pro-allemands, antisémites et antisoviétiques, les genres dits « légers » y jouissaient d’une faveur particulière : mélo, comédie, programmes sportifs. Cette propagande passait le plus souvent par le loisir, un loisir que ses consommateurs étaient prêts à payer, bien que certaines réalisations théâtrales et cinématographiques aient été intégrées dans l’éducation scolaire. Son succès s’explique par le besoin de divertissement, la nécessité de croire en un ailleurs où la vie suivait son cours, une vie dépourvue de privations. Les habitants des territoires occupés se voyaient ainsi suggérer l’idée que la Russie comme le reste du monde ne pourrait parvenir à cette prospérité qu’au sein d’une Europe unifiée, sous l’égide de l’Allemagne et de ses dirigeants.

61Outre le contenu propagandiste des spectacles et des films, la presse mit l'accent sur l’implication de la société dans la création de cette propagande et de ces programmes divertissants. Les médias évoquèrent régulièrement aussi bien la « reconversion » de professionnels du théâtre et du cinéma que l’investissement des habitants qui souhaitaient pratiquer des arts amateurs ou encore mettaient leurs efforts au profit de la construction de lieux de spectacles. Les documents policiers et judiciaires, inédits, convoqués ici et confrontés aux souvenirs des individus concernés permettent de montrer comment se nouèrent les relations entre l’occupant et les célébrités d’antan. Il fallait en effet s’appuyer sur la notoriété des artistes acquise lors de la période soviétique tout en l’orientant selon de nouveaux canaux. Les occupants valorisaient le savoir-faire, la virtuosité de leurs recrues et laissaient à l’encadrement ou à l’accompagnement des spectacles théâtraux et cinématographiques la charge d’attribuer à cette virtuosité une signification politique. Nous avons tenté de montrer ici la palette d’appropriations par la propagande nazie aussi bien des trajectoires d’artistes que des œuvres écrites et censurées en URSS.

62En dépit d’un encadrement étroit de la manière dont les populations occupées pouvaient percevoir l’articulation entre les documentaires propagandistes et les éditions dites « légères », on devine un éventail de réactions à l’égard du message antisémite injecté dans les œuvres classiques, par exemple. Les aléas de la traduction et le compartimentage des publics entre civils et militaires, occupants et occupés sont également susceptibles d’avoir généré des évaluations contrastées des arts promus par les instances de propagande. Les travaux antérieurs sur la propagande nazie (Herzstein, Orlov, Bolsun) s’opposent aux recherches plus récentes (Titarenko, par ex.) au sujet de son retentissement social en territoire occupé de l’URSS. Une étude de la réception de celle-ci par les publics sur ces territoires occupés doit compléter cette exploration des archives et de la presse éditée par les autorités nazies.

Haut de page

Bibliographie

Astashkin, D., B. Kovalev, S. Kolik, Okkupacija. Soprotivlenie. Vozmezdie. Nacistskij rezhim na Novgorodskoï zemle [Occupation. Résistance. Châtiment. Le régime nazi en terre de Novgorod], Université de Novgorod, Velikij Novgorod, 2016.

Belikov, G., Okkupacija [Occupation], Stavropol’, 1998.

Bernev, S., « Nesostojavshijsja gubernator Leningrada » [Le gouverneur manqué de la ville de Leningrad], Istorija Peterburga, n°4, 2005.

Bernev, S., « Periodičeskaâ pečat’ na okkupirovannoj territorii Severo-Zapada RSFSR (1941–1944) » [la Presse en Russie du Nord-Ouest occupée (1941-1944)], Vestnik Novgorodskogo gosudarstvennogo universiteta, № 49, 2008, pp. 9-11.

Bochkarev, A., Kritika chistogo chuvstva [Critique de l’émotion pure], Moscou, 1996.

S. et M. Filonenko, Psihologičeskaja vojna na Donu: mify fašistskoj propagandy. 1942–1943 [La guerre psychologique sur le Don : les mythes de la propagande fasciste, 1942-1943], Voronež, Kvarta, 2006.

Gogoun, A. (sous la dir.), Chernyj PR Adolfa Gitlera [Médias de propagande d’Adolphe Hitler], 2e éd., Kiev, K.I.C, 2016.

Gribkov, I., « Periodičeskaja pečat’ na vremenno okkupirovannyh territorijah » [la Presse sur les territoires occupés], Èho vojny [L’écho de la guerre], № 3, 2008, pp. 17-20.

Gribkov, I., «Russkij Gebbel’s». Dejatel’nost’ M. Oktana [« Le Goebbels de Russie ». L’activité de M. Oktana], Èho vojny [L’écho de la guerre], № 1 (4), 2011, pp. 48-52.

Kovalev, B., « Dosug kak forma propagandy na okkupirovannoj nacistami territorii Rossii (1941 – 1944 gg.) » [Les loisirs comme forme de propagande dans les territoires de Russie occupés par les nazis (1941-1944)], in Rossija i sovremennyj mir [Russie et le monde contemporain], № 2, 2016, INION RAN, Moskva, pp. 180-189.

Kovalev, B., Katynskaja tragedija i antisemitskaja propaganda [La tragédie de Katyn et la propagande antisémite], in Holokost na territorii SSSR. Materialy XIX meždunarodnoj ežegodnoj konferencii po iudaike [La Shoah en URSS. Les matériaux de la conférence annuelle internationale en études juives], T.I. Akademičeskij proekt, 40. Moscou, Centr «Sèfer», 2012, pp. 7–14.

Krinko, E., Žizn’ za liniej fronta: Kuban’ v okkupacii (1942–1943) [La vie derrière la ligne de front : le Kuban occupé (1942-1943)], Majkop, 2000.

Molčanov, L., «Pervaja cel’, kotoruju my pered soboj stavim, – èto sverženie krovavoj vlasti bol’ševikov». K istorii russkih gazet, izdavavšihsja na okkupirovannoj territorii SSSR v 1941 – 1944 gg. [« Notre premier objectif – le renversement du pouvoir sanguinaire des bolcheviks ». Histoire des journaux en langue russe édités pendant l’occupation,1941-1944], Posev, № 5 (1544), 2006, pp. 30–34.

Okorokov, A., Osobyj front: Nemeckaâ propaganda na Vostočnom fronte v gody Vtoroj mirovoj vojny [Un front à part : la propagande allemande sur le front de l’Est pendant la Seconde Guerre mondiale], Moscou, Russkij put’, 2007, 288 p.

Petchkovskij, N., Vospominanija opernogo artista [Souvenirs d’un chanteur d’opéra], Saint-Petersburg, 1992.

Ravdin, B., « Russkaja pečat’ na okkupirovannoj territorii SSSR i Germanii » [La presse en langue russe en URSS occupée et en Allemagne], Istorija literatury. Poètika. Kino [L’histoire de la littérature. Poétique. Cinéma], Moscou, 2012, pp. 324–343.

Rzhevskaja, E., Goebbels. Portret na fone dnevnika [Goebbels : Portrait sur fond de journal intime], Moscou, 1994.

Žukov, D., I. Kovtun, Antisemitskaja propaganda na okkupirovannyh territorijah RSFSR, 1941–1944 gg. [La propagande antisémite dans les territoires occupés de la Fédération de Russie, 1941-1944], Rostov-sur-le-Don, Feniks, 2015.

Žukov, D., Vlasovcy i nacistskaja propaganda [Les Vlassoviens et la propagande nazie], Moscou, 2000.

Žukov, D., M. Kožemjakin, «Vnimanie, vnimanie! Govorit Germanija…». Nacistskaja radiopropaganda protiv Sovetskogo Sojuza [“Attention, attention ! Ici l’Allemagne...” La propagande radiophonique nazie dirigée contre l’URSS], Èho vojny [L’écho de la guerre], № 3, 2008, pp. 22–26.

Haut de page

Notes

1 E. M. Rzhevskaja, Goebbels. Portret na fone dnevnika [Goebbels : Portrait sur fond de journal intime] , Moscou, 1994, p. 13.

2 Archives de la Direction du FSB de la région de Novgorod (plus loin sous l’acronyme AUFSBNO). D. 1/ 7242, l. 65.

3 Rech’ [la Parole] (Orel), 15 mars 1942

4 Ibid., 17 mai 1942.

5 Cette ville, située dans la région Nord-Ouest de la Russie soviétique, a été occupée le 9 juillet 1941 et libérée en juillet 1944.

6 Archives de la Direction du Service de sécurité de la Fédération de Russie dans la région de Smolensk.(AUFSBSO). d. 3792. l. 12.

7 Archives d’État de la région de Briansk (plus loin GABO). F. 2608, Inv. 1, D. 32, f. 3.

8 Ibid.

9 Ville située en Russie centrale, occupée le 3 octobre 1941 et libérée le 5 août 1943.

10 Za rodinu (Pskov), 13 septembre 1943.

11 Service d’enregistrement des fonds d’archives de la direction du FSB de Saint-Pétersbourg et de la région de Leningrad (plus loin SRAF UFSB SPbLO), D. 42-314, f. 16-17.

12 Za rodinu (Pskov), 5 juillet 1943.

13 Ibid., 16 septembre 1943.

14 Za rodinu (Pskov), 31 mai 1943

15 SRAF UFSB PbLO, D. 41-314, f. 16.

16 Za rodinu (Pskov), 3 février 1943

17 Ibid., 25 septembre 1943.

18 SRAF UFSB PbLO, D. 41-314, f. 15.

19 République soviétique autonome de Bachkirie.

20 République soviétique de Géorgie.

21 N.K. Pechkovskij, Vospominanija opernogo artista [Souvenirs d’un chanteur d’opéra], Saint-Petersburg, 1992, pp. 228-229.

22 Voir dans Za rodinu (Pskov), 1er novembre 1942 : « Le répertoire fut varié : la Barcarolle de Malov a succédé à la romance de Glinka « Dans mon sang bout la flamme du désir », un extrait de la Traviata de Verdi a été suivi de chansons napolitaines « Ne me laisse pas » et « O mon soleil ». La chanson russe « Brille, brille, mon étoile » par « la Clochette » de Gouriliov et « Je voudrais en un mot » de Tchaïkovski.

23 Rech’ (Orel), 16 octobre 1942.

24 Ibid., p. 21.

25 Za rodinu (Pskov), 17 septembre 1942. L’article est dû à Anatoli Stenros.

26 Ibid., 15 octobre 1942.

27 Sicherheitsdienst - Service de la sécurité au sein de l’organisation nazie.

28 Extrait de la déposition de Mikhail Doudko. SRAF UFSB SPbLO, D. 41-314, f. 22.

29 Ibid., f. 25.

30 Ibid., f. 34 verso. Le sonderführer Nikolaï Nikolaevitch von Medem, fis de Nikolaï Nikolaevitch von Medem, ex-gouverneur de Pskov (1911-1915) et gouverneur de Petrograd (19-5-1916) travaillait au Département de la propagande allemande. À l’automne 1941, il était rédacteur en chef du quotidien Za rodinu à Dno, puis en 1942 devint rédacteur en chef du quotidien plus important Severnoe slovo (la Parole du Nord) qui couvrait la Baltique depuis Revel (Tallin).

31 N. K. Petchkovskij, Vospominanija opernogo artista, op. cit., p. 342.

32 SRAF UFSB SPbLO, D. 46-346, f. 34 verso.

33 Voir Petchkovskij, op. cit., pp. 28-31.

34 Collaborateur, ober-burgmestre du canton autonome de Lokot’.

35 Archives de la Direction du FSB pour la région de Briansk (plus loin AUFSBBO), D. 41-587, f. 43.

36 Ibid l. 84.

37 GABO, F. 2521, op. 1, d. 1, l. 4.

38 Situé dans le Caucase du Nord.

39 Vera Liberovskaïa était née à Astrakhan en 1885. Elle fut arrêtée le 31 juillet 1945 par le UMGB de la région de Grodno. Elle se vit condamner à 5 ans d’emprisonnement par le tribunal militaire de Smolensk. Sa réhabilitation date de 1993.

40 AU FSBSO, D. 3792, l. 71.

41 On trouve le même auteur sous le pseudonyme de Sergueï Sergueevitch Maximov (1916-1967). Il finit ses jours aux États-Unis.

42 AU FSBSO, D. 3792, l. 111.

43 Ibid.

44 Voir A. A. Bochkarev, Kritika chistogo chuvstva [Critique de l’émotion pure], Moscou, 1996, p. 594.

45 Rech’ (Orel), 4 septembre 1942

46 Idem.

47 AUFSBSO, D. 1432, l. 34-35ob.

48 AUFSBSO, D. 13954, l. 56.

49 Novyj put’ (Smolensk), 28 juin 1942.

50 Ibid.

51 Ibid.

52 Ce dernier film, inspiré du récit de Pouchkine, avait été réalisé en 1940, durant la période de rapprochement entre le IIIe Reich et l’Union soviétique.

53 Za rodinu (Pskov), 24 août 1943

54 Rech’ (Orel), 22 avril 1942

55 Za rodinu (Pskov), 1er décembre 1942

56 Za Rodinu (Pskov), 21 août 1943

57 Za rodinu (Pskov), 13 mars 1943

58 Ibid., 27 juillet 1943.

59 Ibid., 31 décembre 1943.

60 Ibid., 28 juillet 1943.

61 Le film de Sergueï Guerassimov (Uchitel', 1939) retraçait la construction d’une école dans un village de l’Oural qui finalement devenait député au Soviet suprême de l’URSS. En ce qui concernait l’« écolière », il s’agissait en réalité d’une femme d’âge adulte qui retournait à l’école pour atteindre le niveau intellectuel de son bien-aimé.

62 Rech’ (Orel), 14 août 1942

63 Za rodinu (Pskov), 29 septembre 1943

64 Ibid., 26 novembre 1942.

65 Voir G. Belikov, Okkupacija, Stavropol’, 1998, p. 101.

66 Ibid., p. 55. Hitler avait décerné une croix de chevalier au capitaine Grot et des croix de fer à ses soldats.

67 Le film a été tourné à Smolensk.

68 Rech' (Orel), 12 mars 1943

Haut de page

Table des illustrations

Titre ill.1 Article dans Novyj put’’ (Smolensk), 22 juillet 1942 
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/4558/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre ill.2 Article dans Rech’ (Orel), 26 juillet 1942 
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/4558/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 976k
Titre ill.3 Article dans Novyj put’, 14 juillet 1942
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/4558/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre ill.4 Article de Rech’ (Orel), 25 octobre 1942
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/4558/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre ill.5 Article dans Novyj put’ (Smolensk), 20 juin 1942 ;
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/4558/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre ill.6 Rech’ (Orel), 19 juillet 1942
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/4558/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Titre ill.7 Rech’ (Orel), 14 août 1942
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/4558/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre ill.8 Rech’ (Orel), 14 août 1942
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/4558/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 525k
Titre ill.9 Captures d’écran du film Nos amis.
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/4558/img-9.png
Fichier image/png, 2,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Boris Kovaliov, « Théâtre et cinéma dans les territoires occupés de Russie à travers la presse collaborationniste (1941-1944) », Conserveries mémorielles [En ligne], #24 | 2020, mis en ligne le 04 septembre 2020, consulté le 09 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/cm/4558

Haut de page

Auteur

Boris Kovaliov

est chercheur et professeur d'histoire à l’Institut d’histoire de Saint-Pétersbourg auprès de l’Académie des Sciences de Russie. Enseignant à l’Université d’État de Novgorod et à l’Institut polytechnique de Saint-Pétersbourg. Ses recherches portent sur la collaboration et sur la propagande dans les territoires occupés de Russie durant la Seconde Guerre mondiale, sur les alliés de l’Allemagne nazie ainsi que sur la Shoah en zones occupées de Russie. Membre du comité de rédaction de la Bibliothèque panrusse de la Shoah (Moscou). Auteur de Nacistskaja okkupacija i kollaboracionizm v Rossii. 1941-1944. [Occupation nazie et collaboration en Russie], Moscou, AST, 2004 ; Povsednevnaja zhizn' naselenija Rossii v period nacistskoj okkupacii. [La vie quotidienne de la population de Russie pendant l’occupation nazie], Moscou, Molodaja gvardija, 2011; Dobrovol'cy na chuzhoj vojne. Ocherki istorii Goluboj divizii. [Participants volontaires à la guerre des autres (Essais sur l’histoire de la Division bleue], Veliky Novgorod, Presses de l’Université d’État de Novgorod, 2014.

Boris Kovalev, Doctor of History, professor, leading researcher, Saint-Petersburg Institute of History of the Russian Academy of Sciences; Head of the Novgorod group; Professor at Peter the Great St. Petersburg Polytechnic University and Yaroslav-the-Wise Novgorod State University. Boris Kovalev is the author of more than 300 scientific and popular articles and books on the history of World War II. The sphere of his scientific interests is collaborationism, the role of Nazi Germany’s allies in the war against the USSR, propaganda and the Holocaust in the occupied territories of Russia. His articles have been published in the USA, Canada, China, Germany, Austria, France, Spain, Poland, Israel, Latvia, Finland and Belorussia. Boris Kovalev is an editorial board member of the Russian library of the Holocaust (Moscow). He is an expert in the history of collaborationism in Russia during World War II. His main publications are Kovalev, B. (2004). Nacistskaja okkupacija i kollaboracionizm v Rossii. 1941-1944. [Nazi Occupation and Collaboration in Russia]. Moscow: AST; Kovalev, B. (2011). Povsednevnaja zhizn' naselenija Rossii v period nacistskoj okkupacii. [Daily life of the population of Russia in the period of Nazi occupation]. Moscow: Molodaja gvardija; Kovalev, B. (2014) Dobrovol'cy na chuzhoj vojne. Ocherki istorii Goluboj divizii. [Volunteers in the Foreign War (Essays on the History of the Blue Division)]. Veliky Novgorod: Yaroslav-the-Wise Novgorod State University.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search