Navigation – Plan du site

AccueilNuméros#24Vision croisée des propagandes. D...« Je m’en souviens comme si c’éta...

Vision croisée des propagandes. Diffusion et travail avec le public dans les zones occupées et les territoires soviétiques

« Je m’en souviens comme si c’était hier : sur l’écran, la silhouette de l’aigle allemand… »

Le cinéma dans la vie des populations de l’Ukraine sous administration militaire
“I Remerber it Like it Was Yesterday: on the Screen, the Silhouette of th German Eagle”. Cinema in the Lives of the Populations of Ukraine Under Military Administration
Dmitri Titarenko
Traduction de Valérie Pozner

Résumés

Fondé sur l'exploration des archives ukrainiennes, russes et allemandes, ainsi que sur des interviews et de la documentation muséale, le présent article étudie la diffusion du cinéma dans les régions orientales d’Ukraine sous occupation nazie. L’auteur explore le rôle des organisations de la propagande nazie dans l’élaboration de la politique filmique et dans sa mise en place dans la zone sous administration militaire. Il analyse les dispositifs institutionnels, la programmation de films de fiction et de propagande, de journaux filmés (Deutsche Wochenschau) et leur réception par le public. Ici le cinéma est appréhendé comme un élément inaliénable de la vie culturelle dans les régions occupées. Le présent article analyse les fonctions informative, propagandiste et distractive des représentations cinématographiques telles qu'elles furent perçues par la population locale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les zones sous administration militaire ont été moins étudiées que les autres, alors qu’elles repré (...)

1Quand on analyse l’état d’esprit des populations d’Ukraine durant l’occupation, l’une des questions principales concerne l’influence exercée par les moyens de propagande sur le système de valeurs, et leur diffusion réelle dans la sphère culturelle. Selon les zones d’occupation, les structures en charge de la propagande relevaient de différents niveaux et de diverses instances. On s’intéressera ici à l’activité de celles qui œuvraient dans la zone sous administration militaire1 : sur le territoire de l’Ukraine, il s’agit des régions de Stalino (aujourd’hui Donetsk et, sous l’occupation, Iouzovka), de Vorochilovgrad (aujourd’hui Lougansk), de Kharkov, de Soumy et de Tchernigov. Bien que ces questions - l’état d’esprit des populations et l’efficacité de la propagande - aient déjà fait l’objet de plusieurs travaux (Judenkov, 1971 ; Orlov, 1985 ; Ivlev, Judenkov, 1986 ; Koval’, 1993 ; Skorobogatov, 2004 ; Shajkan, 2005 ; von Wedel, 1962 ; Müller, 1974 ; Buhbender, 1978 ; Krawchenko, 1986 ; Vossler, 2005), le cinéma n’a pratiquement jamais été abordé. Or l’examen de cet aspect de la vie culturelle présente un intérêt d’autant plus grand qu’il s’agissait de l’art le plus populaire et le plus diffusé avant-guerre et, par voie de conséquence, le plus susceptible d’avoir un impact sur les publics.

  • 2 Bundesarchiv-Militärarchiv, Freiburg (BA-MA), RH 22 (Befehlshaber der rückwärtigen Heeresgebiete).
  • 3 BA-MA, RH 23 (Kommandanten der rückwärtigen Armeegebiete).
  • 4 BA-MA, RH 21-1 (Panzerarmeeoberkommando 1)
  • 5 BA-MA, RH 20-6 (Armeeoberkommando 6)

2L’étude de ces phénomènes nécessite le recours à des sources très variées par leur caractère et leur provenance. Elles peuvent être d’origine ukrainienne (produites par les autorités politiques centrales et régionales, comme issues d’archives ministérielles), comme d’origine étrangère. On mettra notamment l’accent sur la documentation qu’offrent les archives allemandes qui permettent d’aborder de manière plus précise la politique cinématographique menée dans les territoires occupés et d’en mesurer l’efficacité sur les populations. On soulignera à cet égard l’intérêt des documents issus du Fonds du Ministère de l’Éducation et de la propagande du IIIe Reich, qui éclairent les différentes mesures destinées à assurer la diffusion des films et adressées spécifiquement aux populations locales de l’URSS, notamment à celles vivant dans les territoires relevant de l’administration militaire. On s’appuiera ici en particulier sur les comptes rendus et rapports de la Direction militaire et de ses divers services, conservés dans les fonds RH 222 (Commandement des régions de l’arrière des groupes armés) et RH 233 (Commandement des régions militaires de l’arrière), et sur les fonds militaires des Archives fédérales allemandes de Freiburg (ill.1). Les rapports des Kommandantur locales, des états-majors de la Werhmacht, des services de la Direction de la propagande « U » (Ukraine), conservés dans les fonds de la 1re armée de tanks4 et de la 6e armée de la Werhmacht5 conservent des informations concernant la vie quotidienne des populations locales qui éclairent notamment les aspects culturels au niveau « micro » des petites localités ou des zones relevant des différentes Kommandantur.

ill. 1 Rapport de l’administration militaire de la Kommendatur « Donets »

ill. 1 Rapport de l’administration militaire de la Kommendatur « Donets »

Rapport daté du 20/11/1942 et consacré à la situation dans la zone sous son contrôle.

Bundesarchiv-Militärarchiv (Freiburg).

  • 6 Ce décompte a été effectué par l’auteur à partir des sources des archives gouvernementales des régi (...)

3La presse des territoires occupés offre également des informations intéressantes pour la période considérée (1941-1943). Étant donné que, selon nos décomptes, pas moins de 41 localités des 5 régions comprises dans la zone sous administration militaire éditaient de manière régulière journaux et revues, on peut mesurer le potentiel informatif et la représentativité géographique de cette source6. Les petites annonces, comptes rendus critiques et reportages permettent de dater les sorties, les ouvertures de salles, de préciser le répertoire et le nombre de spectateurs.

  • 7 Les résultats de ce travail, mené entre 2001 et 2012 dans le cadre de plusieurs projets collectifs (...)

4Enfin, les informations que révèlent les quelques dizaines d’entretiens effectués avec des personnes ayant vécu l’occupation nazie dans l’est de l’Ukraine, particulièrement dans le Donbass, permettent d’approcher l’état d’esprit des populations et en particulier, la réception des images de propagande diffusées7.

Filmpolitik dans les territoires occupés : les spécificités institutionnelles

  • 8 BA-MA, RW 4/253, Betr.: Weisungen für die Tätigkeit der Propaganda-Abteilungen und Staffel im beset (...)

5En vertu des principes énoncés dans les textes généraux, l’activité des structures de propagande de la Werhmacht dans les zones sous administration militaire devait viser : « a) à influencer l’état d’esprit des populations au moyen de la propagande par la presse, la radio et le cinéma ; b) à organiser des actions ciblées de propagande susceptibles d’avoir un effet sur l’attitude des populations à l’égard du Reich et de la Werhmacht ; c) à répondre aux besoins spirituels et culturels des troupes dans la zone de compétence, au cas où cette tâche ne serait pas accomplie par les unités de propagande (Propaganda-Kompanien) »8.

  • 9 Voir N. Müller, op. cit., p. 53.
  • 10 BA-MA, RW 4/254, Betr.: Propagandaweisung zur Neuregelung der Agrarordnung im Ostraum v.18.2.1942.
  • 11 Bundesarchiv, Berlin (BA), R 55/506, Bl. 258.

6Autrement dit la politique en matière de cinéma devait répondre aux besoins tant des militaires que des civils. La condition première était d’identifier et de localiser les salles, les équipements et les copies. Les films destinés à la population civile devaient passer la censure qui délivrait les autorisations de projection9. Les structures de la Werhmacht étaient pour cela en contact étroit avec le Ministère du Reich aux régions occupées de l’est, dirigé par Alfred Rosenberg, ainsi qu’avec le Ministère du Reich à la propagande, dirigé par Goebbels, qui leur communiquaient les recommandations générales en matière de propagande et leur fournissaient le matériel nécessaire (copies de films, affiches, tracts, brochures, expositions ambulantes, etc.)10. D’une manière générale, il convient de constater que les services de propagande de la Wehrmacht (Propaganda-Abteilungen) et les unités qui en relevaient (Staffel-Propaganda) jouaient un rôle crucial dans la diffusion du cinéma et particulièrement de l’art cinématographique allemand dans les régions qui ne relevaient pas de l’administration civile11.

  • 12 BA, R 55/1289, Betr. : Militärische Propaganda Abteilung Ukraine, Oberleutnant Mauer.

7Dans le même temps, ces relations n’étaient pas toujours fructueuses ni bien coordonnées, particulièrement lorsque des régions relevant de la zone sous administration militaire devaient passer sous administration civile. Comme le relevait le chef du Département de la propagande « U » (Propaganda-Abteilung U) (Ukraine) Mauer, dans certaines régions qui, avec l’avance du front vers l’est, étaient passées sous administration civile, une partie des structures ouvertes par les services de la propagande militaire (bibliothèques, salles de lecture, cinémas) furent fermées12.

8Le doublage des films de fiction et des documentaires destinés au public local, leur diffusion dans la zone sous administration militaire par les services de la propagande de la Werhmacht étaient assurés par la société Zentralfilmgesellschaft Ost m.b.H. et sa filiale Ukraine-Filmgesellschaft m.b.H. Fondée le 10 décembre 1941, le siège de cette dernière était situé à Rovno, avec des filiales à Kiev, Loutsk, Jitomir, Nikolaev, Dnepropetrovsk, Tchernigov et Melitopol. Quelques jours plus tôt avait été fondée une autre filiale de cette même Centrale, la société Ostland-film (Ostland-Filmgesellschaft m.b.H) dont le siège était à Riga (Schlegel, 2009, 65-66).

  • 13 BA, R 55/506, Bl. 74–76.

9Selon un décret du Reichkommissar d’Ukraine Erich Koch du 8 décembre 1941, la société Ukraina-film avait en charge de diriger les affaires cinématographiques sur le territoire du Reichkommissariat d’Ukraine (RKU). Ce qui impliquait de vérifier les moyens de diffusion, l’état de l’équipement et des salles, de recruter et former le personnel (gérants de salles, projectionnistes, contrôleurs, etc.), d’assurer l’acheminement des copies, le contrôle régulier du fonctionnement des salles, des laboratoires chargés du tirage des copies et des centrales de distribution. Enfin, il lui revenait aussi la responsabilité de la censure13. La société avait également en charge de produire des documentaires consacrés au Reichkommissariat d’Ukraine (Mihajljuk, 2006, 144-145). Il entrait également dans ses compétences de diffuser le cinéma dans les territoires sous administration militaire qui étaient appelés à faire partie de la zone du Reichkommissariat d’Ukraine. Étant donné le manque de spécialistes allemands (venant d’Allemagne ou Soviétiques de nationalité allemande), pour ces différentes tâches furent recrutés des personnels des studios ukrainiens restés en territoire occupé, quand les studios avaient été évacués dans les zones arrière de l’URSS. Mais relancer la production cinématographique en temps de guerre n’était pas chose aisée. En octobre 1942 il fut décidé de se borner à la production de films de propagande et de films éducatifs en ukrainien, et d’abandonner la production de fiction. Mais même ces objectifs étaient loin d’être remplis pleinement : un rapport indique que « pour l’année 1942-43, seules deux productions ont été lancées, l’une consacrée à l’industrie du tabac et l’autre à la ville de Kiev » (Schlegel, 2009, 72).

10Les résultats de l’activité de la société Ukraina-film en matière de réseau de salles furent meilleurs. Entre décembre 1941 et la mi-janvier 1943, la société aurait ouvert 314 salles d’une jauge totale de 98 600 places. Ces salles étaient fréquentées par un public constitué tant de militaires que de civils. Ces chiffres concernent avant tout la zone du Reichskommissariat d’Ukraine, mais il n’est pas impossible, étant donné l’objectif que s’était fixé Ukraina-film d’étendre son influence, que certaines salles aient pu être ouvertes dans d’autres régions entrant dans la zone sous administration militaire. La diffusion dans les campagnes était plus compliquée, dans la mesure où elle nécessitait de disposer de projecteurs sonores ambulants. Or le Service de propagande « U » n’en avait que 15 à sa disposition (Mihajljuk, 2006, 144-145).

  • 14 Geheime Feldpolizei – la police secrète de campagne : structure qui assurait les fonctions de contr (...)
  • 15 BA-MA, RH 22/75, Betr. : Feldpolizei 721. Aussenkommando Priluki. O.U., den 6.7.42.

11Les salles reprirent leur activité peu de temps après l’arrivée des occupants. D’emblée les séances devaient répondre aux attentes aussi bien des militaires (dont la demande était généralement très forte) que des populations civiles. En règle générale, les séances ciblaient des publics distincts, mais il arrivait que des séances en principe réservées au public local soient fréquentées par des soldats allemands. Dans ce cas, les meilleures places aux premiers rangs leur étaient réservées. Les règles de fréquentation constituaient d’ailleurs un marqueur éloquent du statut des civils. Un bon témoignage en est donné par un rapport de la GFP 72114 de Priluka sur la situation en 1942 et sur l’état d’esprit de la population qui avait très mal vécu la décision de la kommandantur de la garnison d’interdire la fréquentation des spectacles et des séances de cinéma réservées aux militaires allemands, contrairement à la pratique antérieure15.

  • 16 Ibid., RH 22/177, Bl. 16.
  • 17 Ibid., RH 22/174, Bl. 6.

12On notera que la situation générale, les difficultés organisationnelles, les conflits nés de la division des compétences entre les différentes structures ne permettaient pas toujours d’assurer l’acheminement des films destinés au public local. Le déficit de copies sous-titrées est régulièrement évoqué dans les rapports des instances militaires et administratives16. Ainsi, comme le reconnaissait la direction du département de la propagande « U », le nombre de copies sous-titrées en ukrainien ou en russe permettait de desservir à peine 83 salles, ce qui était bien évidemment insuffisant, étant donné le réseau en augmentation régulière 17. Dans ces conditions, il n’est pas étonnant que les films réservés en principe aux militaires allemands aient été également projetés à la population locale.

  • 18 Cf. respectivement Nova Ukraïna (Kharkiv), 15 octobre 1942 ; Doneckij vestnik (Iouzovka), 24 octobr (...)

13Même si le réseau de salles avait considérablement diminué par rapport à l’avant-guerre, les grandes villes comptaient sous l’occupation plusieurs établissements. Ainsi à l’automne 1942, 8 salles fonctionnaient à Kharkov, et au moins 4 à Iouzovka (Stalino avant l’occupation, Donetsk aujourd’hui)18.

  • 19 Marijupil's’ka gazeta (Marioupol), 8 octobre 1942.
  • 20 Nova Ukraïna, 12 septembre 1942
  • 21 Doneckij vestnik, 20 août 1942 ; Nove zhitt'ja (Voroshilovgrad), 18 octobre 1942.
  • 22 BA-MA, RH 20-6/683, Betr.: Bericht Propaganda-Staffel Stalino, Film. v. 1. September 1943.
  • 23 Central'nij derzhavnij arhiv gromads'kih ob'ednan' Ukraïni (plus loin CDAGO Ukraïni). F. 57. Op. 4. (...)
  • 24 Golos Ohtirshchini (Ohtirka), 10 janvier 1943.
  • 25 Voir note 6.

14L’activité des salles en territoire occupé peut être éclairée par les informations fournies par la presse locale, les comptes rendus des structures propagandistes de la Wehrmacht et la statistique des organes de l’administration locale. Bien que ces informations soient relativement sporadiques, elles donnent une idée des tendances générales. Ainsi, en moins d’un an entre la projection des premiers films sous l’occupation et début octobre 1942, les salles de Marioupol avaient été fréquentées par environ 700 000 soldats allemands et 412 600 spectateurs civils19. Certes, on ne peut exclure que ce dernier chiffre ait été légèrement exagéré afin de mettre en valeur les succès de la propagande allemande. En 10 mois d’activité, la salle N°1 de Kharkov aurait enregistré 108 000 spectateurs civils et plus de 270 000 soldats de l’armée d’occupation20. À la fin du mois d’août 1942, le nombre de billets vendus dans les salles de Iouzovka se serait élevé à 665 00021. Même à la veille de la libération de ces régions, l’intensité des séances resta élevée : en août 1943 la région de Iouzovka avait enregistré 530 séances pour les militaires et 163 000 spectateurs, auxquelles s’ajoutaient 767 séances pour 154 400 spectateurs civils22. Tous les rapports allemands notent la grande popularité de ces salles, et une fréquentation élevée par les spectateurs locaux23. Le public était issu de différentes tranches d’âge, les jeunes spectateurs se distinguant par leur assiduité. Dans certains endroits, des limitations avaient été imposées : ainsi à Akhtyrka, les séances n’étaient pas autorisées pour les jeunes de moins de 16 ans, même accompagnés24. Dans le même temps, comme les rafles de jeunes en vue de leur déportation pour travaux forcés en Allemagne se produisaient de plus en plus fréquemment dans les lieux de concentration du public, la fréquentation des salles par cette catégorie de public avait faibli. En l’absence d’autres formes de loisir et étant donné la curiosité générale propre à cette tranche d’âge, les enfants constituaient une part significative du public. Ce que confirment les entretiens auprès de témoins effectués dans le Donbass dans le cadre d’un projet d’histoire orale portant sur le quotidien sous l’occupation25.

  • 26 BA-MA, RH 20-6/683, Betr.: Pz. A.O.K. 1, I c. Tätigkeitbericht fur die Zeit v. 1.2 – 30.4. 43; BA-M (...)
  • 27 Doneckij vestnik, 16 octobre 1942. Comme élément de comparaison on citera l’article d’Erich Koch «L (...)

15Étant donné le manque chronique de copies, les salles avaient pris l’habitude de se les échanger. C’est ainsi qu’au printemps 1943 la compagnie de propagande n°691 parvenait à couvrir les besoins des salles de la quinzaine de localités entrant dans la zone arrière de la 1re armée de tanks (dont Gorlovka, Novo-Gorlovka, Komsomolets, Dzerjinsk, Nikitovka, Panteleïmonovka, Rykovo – aujourd’hui Enakievo)26. L’échange se faisait toutes les semaines. Mais en dépit de ces mesures, le nombre de copies était loin de couvrir tous les besoins. À cela s’ajoutaient le manque d’appareils (fixes et ambulants), et l’arrivée irrégulière des titres demandés, comme le souligne dans ses mémoires le chef de la propagande de la Werhmacht Hasso von Wedel (Wedel, 1962, 80). Le réseau avait pourtant considérablement diminué dans la même région par rapport à l’avant-guerre : au lieu des 550 installations décomptées par la statistique soviétique en 1940, il n’en restait plus en octobre 1942 que 36 en état de fonctionner27.

16Il faut dire qu’une bonne partie des salles et des clubs (lieux traditionnels pour les projections avant-guerre) avait soit souffert des combats, soit avait été réquisitionnée pour les besoins des unités de la Werhmacht. L’infrastructure avait en conséquence réduit l’offre cinématographique aux seuls spectateurs des villes.

La programmation : primauté à la fiction

17Le répertoire des salles devait répondre aux attentes et aux goûts de deux catégories de spectateurs très différentes tant par leur formation et leur mentalité, que par leur statut légal : les occupants et les occupés. La priorité allait bien sûr aux premiers. Le répertoire comprenait principalement des films allemands de fiction, des documentaires, et des films de propagande, mais la projection de films étrangers autorisés dans le Reich n’était pas non plus exclue (Becker, 1973, 217).

18Parmi les films de fiction on trouvait des titres tels que Sein bester Freund (Son meilleur ami, Harry Piel, 1937), Kora Terry (Georg Jacoby, 1940), Der Tiger von Eschnapur (le Tigre d’Eschnapur, Richard Eichberg, 1938), Paradies der Junggesellen (le Paradis des célibataires, Kurt Offmann, 1939), Die große Liebe (le Grand Amour, Rolf Hansen, 1942), Opernball (Bal à l’Opéra, Géza von Bolvary, 1942), Robert Koch, der Bekämpfer des Todes (Robert Koch, combattant de la mort, Hans Steinhoff, 1939), Die Reise nach Tilsit (Voyage à Tilsitt, Veit Harlan, 1939). À en croire les structures propagandistes allemandes, les goûts des spectateurs locaux se portaient en priorité vers les films de divertissement, tandis que les films à sujet historique jouissaient d’une moindre faveur. Les encarts publicitaires publiés dans la presse locale mettaient l’accent sur leur apolitisme et leur potentiel distractif.

ill. 2 Es war eine rauschende Ballnacht

ill. 2 Es war eine rauschende Ballnacht

Affiche du film. Film réalisé en 1939.

19Néanmoins, tout comme le cinéma soviétique, le cinéma allemand devait représenter des personnages en rapport avec les politiques mises en œuvre (Taylor, 1979, 174). C’est cet objectif que visaient en priorité des films tels que Jud Süβ (le Juif Züss, Veit Harlan, 1940), Der ewige Jude (le Juif éternel, Fritz Hippler, 1940) ou Die Rotschilds (les Rothschild, Erich Waschneck, 1940) qui, comme le dit le chercheur allemand Hillmar Hoffmann, «devaient exacerber la haine à l’égard des Juifs et en quelque sorte justifiaient par avance les meurtres de masses» (Hoffmann, 1988, 166).

ill.3 Die Rothschilds

ill.3 Die Rothschilds

Affiche du film. Film réalisé en 1940.

  • 28 Nova Ukraïna, 12 juin 1942
  • 29 Une part significative des personnes interviewées ayant vécu l’occupation dans la partie est de l’U (...)
  • 30 On rappellera que Veit Harlan fut un temps inquiété dans l’après-guerre (Hake, 2002, 72).

20Le Juif Züss fut un des films les plus fréquemment projetés dans les territoires occupés, ce qui n’est pas très étonnant, étant donné la politique antisémite poursuivie non seulement dans le IIIe Reich, mais également dans ces territoires. Comme le relève le spécialiste du cinéma Karl Albrecht à propos des objectifs dramaturgiques, il convenait de « susciter chez le spectateur des émotions identiques à celles véhiculées par ces films tendancieux. Pour cette raison, il fallait le convaincre de la nécessité d’aller voir le film. Car davantage qu’au théâtre, au cinéma, le spectateur doit savoir qui aimer et qui haïr » (Albrecht, 1979, 21). Et bien que les instructions du Ministère de la propagande aient interdit de qualifier dans la presse ce film d’antisémite (Jacobsen, Kaes, Prinzler, 1993, 153), les annonces et les comptes rendus critiques de la presse d’occupation désignaient clairement l’ennemi : la «juiverie mondiale», et façonnaient la réception du personnage. Ainsi, dans un encart du journal Nova Ukraïna publié à Kharkov (un des organes les plus importants des territoires occupés d’Ukraine), on pouvait lire : « Aujourd’hui, alors que la nouvelle Europe mène un combat décisif contre la juiverie mondiale [le terme dans l’original est plus proche de « youpinerie » - D.T.], le sujet du film le Juif Züss émeut profondément le spectateur qui quitte la salle avec un sentiment de saine haine à l’égard des youpins »28. Ce film occupait une place importante dans l’arsenal de la propagande antisémite et joua certainement un rôle significatif dans la construction de l’image négative des Juifs auprès des populations locales (Uziel, 2001, 53)29, ceci d’autant plus qu’il était présenté comme un « film historique » (Benz, 2002, 106). Il n’est pas impossible que la propagande antisémite nazie subie par les populations restées sur place, notamment par les moyens du cinéma, ait joué un rôle dans les manifestations d’antisémitisme que connut l’Ukraine dans la période qui suivit la libération30.

ill.4 Article sur la projection du film Jud Süβ dans Nova Ukraïna, Kharkov, 20 juillet 1942

ill.4 Article sur la projection du film Jud Süβ dans Nova Ukraïna, Kharkov, 20 juillet 1942

Bibliothèque nationale scientifique de Lvov.

  • 31 BA-MA, RH 22/177, Betr. : Propaganda-Abteilung U. Propaganda Tätigkeitsbericht für den Monat Dezemb (...)
  • 32 CDAGO, F. 1, op. 23, spr. 115, ark. 54; Marijupil's’ka gazeta, 20 novembre 1941 ; Doneckij vestnik, (...)
  • 33 La mine de Tchaïkino se trouve à Makeevka.
  • 34 Entretien avec Valentin Vladimirovitch N., né en 1926, qui passa l’essentiel de l’occupation à Stal (...)

21Mais le manque de copies de films allemands conduisit également les autorités d’occupation (particulièrement dans les premiers temps) à faire appel à des films soviétiques. Les titres étaient bien sûr choisis parmi ceux qui comportaient le moins de charge idéologique (une partie des copies saisies était d’ailleurs expédiée au département de propagande de la Werhmacht)31. Certaines sources d’archives, et certains témoignages évoquent la projection de films soviétiques tels que Anton Ivanovich serditsja (Anton Ivanovitch se fâche, Alexandre Ivanovski, 1941), Volga-Volga (Grigori Alexandrov, 1938), Veselye rebiata (les Joyeux garçons, Grigori Alexandrov, 1934), Vassilissa Prekrasnaïa (Vassilissa la Belle, Alexandre Roou, 1939), etc32. Un témoin relate ainsi les débuts de l’occupation : « On avait des divertissements, oui. C’était en 1941, ou peut-être au début 1942, notre club fonctionnait, le vieux club, on y projetait des films, même des films soviétiques. Je me souviens très bien qu’à 5 kilomètres de là, à la mine Ordjonikidze de Tchaïkino33, non, c’était plutôt 1942, il y avait une unité de l’armée de l’air qui livrait assaut à Stalingrad, et bien, à leur retour, les aviateurs venaient voir des films, les Joyeux Garçons par exemple, et d’autres encore. Et puis à un moment ça s’est arrêté, ils ont commencé à projeter des films montrant la prise du pouvoir par Hitler, des films à eux, quoi, des films allemands »34.

22Ces témoignages permettent de corriger le stéréotype selon lequel « seuls des films allemands étaient projetés dans les salles » (Ukraïns’ka RSR, 1967, 358) et de constater sinon des différences stratégiques, des divergences tactiques au niveau de la réalisation des objectifs de propagande de la part des autorités d’occupation.

  • 35 Marijupil's’ka gazeta, 8 octobre 1942.
  • 36 Nova Ukraïna, 13 septembre 1942
  • 37 BA-MA, RH 22/202.
  • 38 BA, R 55/1288, Betr.: Filme für die besetzten Ostgebiete v. 21. August 1942.

23On peut se faire une idée de la programmation et de la place qu’y occupaient les fictions à partir de l’analyse des données délivrées par la presse à l’occasion du premier anniversaire de l’occupation de la ville de Marioupol. En un an, les salles y avaient projeté 59 films de fiction (dont 40 films allemands) et 80 journaux d’actualités35. En dix mois, la salle n°1 de Kharkov avait pour sa part projeté 36 films36. D’une manière générale, étant donné que le public privilégié était avant tout constitué de militaires, la programmation ne tenait pas toujours compte des besoins et des attentes de la population locale. Ceci explique le mécontentement des autorités d’occupation lorsque les salles réservées en principe à la population locale projetaient des films « légers » qui correspondaient aux souhaits des militaires, mais qui « risquaient de donner [aux civils] une idée fausse des rapports sociaux en vigueur dans le Reich »37. Or, selon certains fonctionnaires du ministère de la propagande en Allemagne, ces films « gais, aisément compréhensibles, particulièrement les comédies musicales », étaient précisément ceux qui convenaient le mieux pour les séances dévolues aux populations locales38.

Le cinéma documentaire : diffusion de films allemands et production ciblée

  • 39 BA, R 55/1288, Bl.15.

24Outre le cinéma de fiction qui faisait appel à des personnages et des situations évocatrices, mais avant tout imaginaires, le cinéma documentaire et les actualités (avant tout les éditions du Wochenschau) contribuaient également à former la vision du monde des spectateurs. Parmi les films documentaires, certains, en dépit de leur contenu idéologique, étaient des réussites cinématographiques : Olympia, Leni Riefenstahl, 1938), Sieg im Westen (Victoire à l’ouest, Svend Noldan et Fritz Brunel, 1941), Feldzug in Poland (la Campagne de Pologne, Fritz Hippler, 1940), Stukas (Karl Ritter et Felix Lützkendorf, 1941). L’opportunité de leur projection dans les territoires occupés de l’est faisait l’objet d’analyses détaillées et de débats argumentés. Ainsi, dans un mémorandum rédigé à l’intention de Goebbels, Engelgardt, collaborateur du département « Est » du ministère de la propagande, se fondant sur les avis des structures de propagande civiles et militaires des territoires occupés de l’Union soviétique, attirait l’attention sur l’opportunité de diffuser auprès des populations locales le film de Leni Riefenstahl Olympia. Selon lui, l’effet propagandiste serait d’autant plus fort que la projection serait précédée du préambule suivant : « La jeunesse du monde entier s’était rassemblée à Berlin pour des joutes amicales. Seule la jeunesse soviétique ne put y participer, car les dirigeants judéo-bolcheviques s’étaient opposés à ce qu’elle entre en contact avec les autres nations »39.

  • 40 Ibid., R 55/1289, Betr.: Propaganda-Trickfilm in russischen und ukrainischen Sprache v. 6. Juni 194 (...)

25La société « Vostok » joua un rôle majeur dans la fourniture des territoires occupés en films documentaires et de propagande. En effet, cette société produisit toute une série de films de propagande uniquement destinés aux populations civiles des territoires occupés. La nécessité de consacrer un film à la réforme agraire fit l’objet d’une note interne due au docteur Taubert, un des principaux collaborateurs du Ministère en charge des régions occupées de l’est, adressée à Rosenberg le 6 mai 1942. La note précise non seulement le sujet, mais également le plan, le métrage (150-200 m.), le délai de production (environ 6 semaines), le budget (environ 20 000 marks) et le maître d’œuvre (le studio P. Perov)40.

  • 41 BA, R 55/506, Bericht der Geschäftsführung der Zentralfilmgesellschaft Ost m.b.H. für die Mitgliede (...)

26En octobre 1942, les fonctions de la Société cinématographique « Vostok » furent concrétisées. Les films produits devaient « 1) expliquer, c’est-à-dire représenter en images le bolchevisme comme une doctrine inconsistante et, en tenant compte des préparatifs militaires, le montrer comme responsable du faible niveau de vie des peuples de l’est ; 2) distraire pour accroître la productivité ; 3) former professionnellement afin d’adapter la population aux exigences et aux relations de travail propres à l’Allemagne ; 4) intimider, de façon à diminuer les velléités de désordre, tout en convainquant de la supériorité économique et militaire de l’Allemagne ; 5) démentir les rumeurs sur l’éventualité d’une indépendance des peuples en matière de culture et s’opposer aux tendances à l’autonomie » (Forster, 2009, 48-49). En novembre 1942, la société avait déjà produit 16 de ces films41, et en octobre 1944, lors de la dernière réunion de la direction de cette organisation, le bilan était de 2 films de fiction et de 24 films documentaires et d’agitation (Forster, 2009, 53). Comme l’analyse le chercheur Ralf Forster, les films produits à l’initiative de la société Vostok peuvent être classés dans les groupes suivants : films antisoviétiques et/ou antisémites ; films présentant l’Allemagne sous un jour favorable ; films de recrutement destinés à attirer de la main-d’œuvre ; et enfin films éducatifs consacrés à l’agriculture (Forster, 2009, 53). On peut se faire une idée un peu plus précise de la production destinée à la population des territoires occupés grâce à une annexe au compte rendu de la réunion de la direction de la société Vostok du 11 novembre 1942, présentant les films déjà produits ou en cours de production que nous reproduisons sous forme de tableau.

  • 42 Tableau réalisé à partir des informations contenues dans BA, R 55/506, Bl. 271-276.

Tableau 1. Films réalisés ou en cours de réalisation. Novembre 194242

Titre du film et auteur

Date de production

Contenu

Langue

1.

« Arbeiterfilm », Eugen York

Décembre 1941

Le film présente les conditions de vie et de travail des ouvriers allemands

Russe, ukrainien

2.

Bauernfilm, Dr Johannes Guter

Janvier 1942

Le film présente les conditions de vie et de travail des paysans allemands

Russe, ukrainien, biélorusse

3.

Der Führer un sein Volk, Alfred Stöger

Février 1942

Le film montre le Führer parlant au peuple sans garde armée

Russe, ukrainien, biélorusse

4.

Das Waldarbeiterslager, Alfred Stöger

Mars 1942

Film de propagande antisémite

Russe, ukrainien

5.

Genosse Edelstein, Alfred Stöger

Mars 1942

Le film dénonce le système stakhanoviste

Russe, ukrainien

6.

Der Letzte Hammerschlag, Alfred Stöger

Septembre 1942

Le film dénonce le système des kolkhozes et fait la propagande du nouvel ordre agraire

Russe, ukrainien

7.

Roter Nebel, Puze

Août 1942

Le film montre le règne terroriste des Bolcheviks en Lettonie

Letton, lituanien, estonien

8.

Schweinepech, Puze

Juillet 1942

Le film dénonce le marché noir et la spéculation en Ostland

Letton, lituanien, estonien

9.

Der 22. Juni, Eugen York

Août 1942

Le film vise à soutenir l’enrôlement de professionnels des commissariats d’Ostland

Letton, lituanien, estonien, biélorusse, russe, ukrainien

10.

Dubinuschka, Pavel Peroff

Octobre 1942

Film d’animation contre le système des kolkhozes

Russe, ukrainien

11.

Die Reise nach Deutschland, Edgar Roll

Sans doute octobre 1942

Film de propagande sur l’Allemagne sous forme d’un voyage de paysans et d’ouvriers de Russie centrale à travers le Reich

Russe, ukrainien

12.

Der Weg ins Reich, Dahlström

Sans doute novembre 1942

Le film présente les activités de travailleurs d’Ukraine et doit permettre de recruter de la main-d’œuvre

Ukrainien, russe

13.

Der Arbeitstag des deutschen Bauern, Eugen York

Sans doute octobre 1942

Film de propagande visant à améliorer les récoltes dans l’agriculture

Russe, ukrainien, biélorusse

14.

Dokumentarfilm über den Wiederaufbau in den neuen Ostgebieten, Dahlström

Non précisé

Le film doit soutenir visuellement les travaux de reconstruction menés sous la direction allemande

Allemand, peut-être russe

15.

Deutschland-Film, Eugen York

Sans doute novembre 1942

Grand film d’orientation éducative qui doit donner aux populations des territoires occupés de l’est une idée générale des paysages, villes et coutumes allemandes

Russe, ukrainien, biélorusse

16.

Kulturfilm Der Spiegel der Zeit

Au plan de production

Russe, ukrainien, biélorusse

27En dépit d’un certain éclectisme dans les caractéristiques fournies, ces informations donnent une idée un peu plus précise des vecteurs principaux qui guidaient les producteurs de la société Vostok dont l’activité constitua un facteur important de la propagande destinée aux civils des territoires occupés.

Réactions locales : des usages variés du cinéma

28En Allemagne nazie, tout comme dans d’autres pays possédant une industrie cinématographique développée, le cinéma était censé non seulement refléter la réalité, mais également la modifier selon des modèles préétablis. En ce sens, le cinéma dans les territoires occupés peut être vu comme un important instrument de propagande et comme une source déterminant l’opinion publique (Taylor, 1979, 230).

  • 43 BA-MA, RH 20-6/301, Betr. : Propaganda-Staffel Mariupol, Tätigkeitsbericht für die Zeit v. 1.7.43.– (...)
  • 44 Entretien avec M. I. Saenko-Polonchuk, née en 1925, qui vivait à Stalino sous l’occupation (janvier (...)
  • 45 Entretien avec E. M. Fursov, né en 1932, qui vivait à Makeevka (région de Stalino) sous l’occupatio (...)
  • 46 Entretien avec V. I. Chervjakova, née en 1921, qui vivait à Stalino sous l’occupation (mai 2004, Do (...)
  • 47 Entretien avec Z. A. Chepik-Mitrovanova, née en 1929, qui vivait à Stalino sous l’occupation (janvi (...)
  • 48 BA, R 58/699, Betr. :Meldungen aus den besetzten Ostgebieten, № 32 v. 4.12.1942. Auswirkungen deuts (...)
  • 49 BA-MA, RH 22/28, Bl. 282.

29Dans le même temps, il serait simplificateur de ne voir le cinéma que sous cet angle, en ignorant son potentiel de divertissement, son rôle dans l’organisation des loisirs de la population. Comme le relève le chercheur de Kharkiv Anatoli Skorobogatov, «  (…) l’orientation propagandiste des séances n’empêchait pas le cinéma de constituer périodiquement un événement dans le quotidien de la guerre » (Skorobogatov, 2004, 319). La direction des structures de propagande en était pleinement consciente et dans ses rapports insistait sur l’importance des films allemands qui permettaient aux civils de se faire une idée non seulement de l’art cinématographique allemand, mais de l’Allemagne en général et de son armée43. Plusieurs témoins interrogés évoquent le cinéma sous cet aspect : « … ce qui m’avait frappé, c’était les actualités filmées de la guerre. Les nôtres qui reculent, comment étaient-ils montrés. […] Et comment les troupes allemandes avançaient, tous bien mis »44, « … les salles fonctionnaient. […] On les [les films] connaissait par cœur. […] Ce qu’on donnait comme films ? Le Youpin Züss, par exemple, adapté de l’œuvre le Juif Züss. Et là, on montrait comment il torturait les Allemands, tout ça. Voilà ce qu’il y avait comme film. Sinon, Kora Terri où le rôle principal était joué par la maîtresse de Hitler, Eva Braun. Et puis il y en avait encore un autre, mais là, je ne me souviens plus du titre. Il était aussi question d’une femme, d’une histoire d’amour, c’était frappant de naturalisme, et de cruauté. Et la façon de le présenter, ce monstre, ce sous-homme. C’était fait exprès, vous savez. Mais le film produisait une impression. Un personnage d’une telle cruauté. Il faut le lire, ou le voir… »45, « … On passait des films à l’Institut de l’industrie. […] Il y avait un film, Kora et Terri, quelque chose comme ça. Aujourd’hui, quand on montre des gens qui dansent, habillés… on peut voir tout ce qu’on veut. Mais à l’époque, ça nous choquait : leurs costumes, leur façon de bouger […] »46 ; « … il y avait du cinéma. Et même des films pas mal. Il y avait une actrice, Marika Rökk. Des films avec elle. J’ai oublié comment il s’appelait, mais un très bon film. [...] Oui, il y avait des films formidables […] »47 C’était largement par les films que les populations locales appréhendaient les pays étrangers (Berkhoff, 2004, 197), grâce au cinéma qu’elles visualisaient les conceptions ou représentations tirées d’autres sources d’information, ou de leur fréquentation avec les soldats des troupes d’occupation. Dans de nombreux cas, comme le relevaient également dans leurs rapports les services spéciaux allemands en poste dans les territoires occupés, « les films de fiction allemands… présentent un exemple des capacités et des connaissances allemandes »48. D’ailleurs, le succès d’un film dépendait largement de ses qualités techniques. De ce point de vue, les civils se plaignaient fréquemment de la qualité sonore, ou des sous-titres trop brefs49.

ill.5 Informations sur les films projetés dans les cinémas de Youzovka et de la région, Donetski vestnik, 1er janvier 1943

ill.5 Informations sur les films projetés dans les cinémas de Youzovka et de la région, Donetski vestnik, 1er janvier 1943

Archives d’État de la région de Donetsk.

  • 50 BA, R 58/699, Betr.: Meldungen aus den besetzten Ostgebieten, № 32 v. 4.12.1942. Auswirkungen deuts (...)
  • 51 BA-MA, RH 22/174, Bl. 6.
  • 52 Putivljanin (Putivl'), 22 juillet 1942.

30Les informations concernant la propagande et la vie culturelle des populations occupées étaient collectées par différentes structures – départements de propagande de la Wehrmacht, Ministère de la propagande, services de sécurité du IIIe Reich, services de l’administration militaire dépendant des kommandantur de campagne. Du point de vue des Allemands, la plupart des films projetés à l’intention des populations des territoires occupés étaient insipides et superficiels. Scènes au restaurant ou dans des hôtels, mobilier élégant, grandes propriétés, automobiles de luxe, vêtements aristocratiques ne permettaient pas de se faire une idée juste des standards de vie en Allemagne et, à l’inverse, « autorisaient l’agitation soviétique à affirmer que l’Allemagne vivait selon un modèle capitaliste »50. Les rapports allemands faisaient par ailleurs état des réactions des habitants qui, après la projection de films de genre léger et distrayant (Unterhaltungsfilme), se demandaient si les scènes de beuveries et les histoires d’adultère reflétaient les réalités de la vie allemande51. Habitués aux clichés propagandistes du cinéma soviétique, les civils étaient étonnés et même déçus de ne pas trouver d’allusions politiques dans la plupart des films, et notamment de scènes montrant le fameux salut « Heil, Hitler ! ». Les émotions ressenties par le public à la vue d’images visuellement nouvelles expliquent peut-être des comportements relevés par la presse d’occupation et critiqués comme rompant avec les normes en vigueur (discussions, bruit, déplacement dans la salle durant la séance)52. En réalité, il est fort probable que ce comportement ait déjà été celui du public soviétique avant-guerre, mais la réprobation exprimée dans la presse devait avoir un effet didactique (« un spectateur éduqué ne doit pas se conduire ainsi ») et propagandiste (« regardez comment se comportent les Allemands et prenez exemple sur eux »).

  • 53 BA-MA, RH 23/19, Bl. 8.
  • 54 RGASPI, F. 17, op. 125, d. 166, l. 31.

31Les différents services attiraient l’attention de leur hiérarchie sur la nécessité d’une sélection minutieuse des films destinés à la population civile des territoires. Ainsi, dans le film consacré à Robert Koch (Robert Koch, der Bekämpfer des Tode, Hans Steinhoff, 1939), la scène où un prêtre refuse l’autopsie d’un enfant, fit réagir les spectateurs pour lesquels « la situation est la même en Allemagne que sous les Bolcheviks, la religion est tout autant tournée en ridicule et opprimée »53. En tenant compte de cette réaction, et de « la perception primitive » des habitants, l’auteur de la note insistait sur la nécessité de choisir les films de façon à éviter les malentendus lourds de conséquences politiques. Ce danger était particulièrement présent lorsque les sujets des films avaient à voir avec l’espace est-européen en général, et l’Union soviétique en particulier. Ainsi le lieutenant-chef S. Sokolov et le lieutenant I.F. Chachourine, ex-militaires soviétiques faits prisonniers qui, à l’été 1943, travaillaient pour les services de propagande à Kharkiv, relevaient à propos du film Münchhausen (Josef von Baky, 1943) consacré aux voyages du héros en Russie à l’époque de Catherine II, que « les mœurs des Russes sont dépeintes de manière complètement caricaturale »54.

  • 55 Nove ukraïns'ke slovo (Kiïv), 17 janvier 1942.

32Il ne fait pas de doute que certains films de qualité aient connu un grand succès auprès de la population, et généré un trafic de tickets d’entrée. Ce fut le cas pour les projections de Der Tiger von Eschnapur (Richard Eichberg, 1938) à Marioupol, et dans d’autres villes de l’Ukraine occupée, en dépit des sanctions prévues tant pour la vente que pour l’achat de tels billets55.

  • 56 Entretien avec Z. A. Chepik-Mitrofanova ; il s’agit très probablement du film Es war eine rauschend (...)
  • 57 BA-MA, RH 22/174, Bl. 6.

33Comme le montrent les entretiens, certains films ont laissé une empreinte indélébile sur les spectateurs. L’une des personnes interrogées, qui vivait à Iouzovka (ex-Stalino) se souvient par exemple qu’un des films vus sous l’occupation était consacré à Tchaïkovski56, sujet choisi durant la période de rapprochement entre l’URSS et l’Allemagne, à la suite de la signature du pacte. La diffusion de ce film introduisait une note discordante dans l’idéologie raciste des nazis, mais était la conséquence sans doute du manque de films, et peut-être aussi une manifestation, certes tardive, de la politique de séduction des populations envahies. Il n’est pas rare que les personnes ayant vécu l’occupation se souviennent encore de certains titres, des paroles des chansons allemandes, des noms de certains acteurs, voire des lignes narratives des films. Une partie de la population appréciait également ce qu’on désignait sous le vocable de « kulturfilm », les films de propagande consacrés à Hitler, ou à la vie des ouvriers et des paysans en Allemagne. Dans leur évaluation de la demande, les structures propagandistes soulignaient de leur côté le besoin d’intensifier la diffusion de ces films, et se plaignaient du manque de copies57. D’une manière générale, le cinéma constituait un bon dérivatif dans un contexte où le quotidien de l’occupation était particulièrement pénible. Mais il participait aussi indiscutablement à la formation d’une image de l’Allemagne puissante, techniquement développée, prospère, et partant, incapable de perdre la guerre.

  • 58 BA, R 55/506, Betr.: Bericht der Geschäftsführung der Zentralfilmgesellschaft Ost m.b.H. für die Mi (...)

34Les actualités filmées (Wochenschau) étaient également suivies avec un grand intérêt par la population, dans la mesure où on pouvait y apprendre l’évolution de la situation sur les fronts, et y découvrir la vie et les mœurs en Allemagne nazie. On notera qu’au début de la guerre, les éditions hebdomadaires du Wochenschau étaient tirées à 1000 copies dans 15 langues pour les spectateurs non-allemands, dont ceux des territoires occupés de l’est (Vokovskij, 2003, 204). Pour ce qui est de l’Ukraine, on y diffusait entre 15 et 30 copies de chaque édition en ukrainien pour l’essentiel, moins en russe58.

  • 59 Entretien avec M. I. Saenko-Polonchuk, née en 1928.
  • 60 BA-MA, RH 22/28, Bl. 282.

35Selon les autorités d’occupation, cette diffusion était censée « paralyser les mouvements de résistance (Hoffmann, 1988, 203) », convaincre les partisans de la lutte antifasciste de l’échec inéluctable de leurs efforts. Dans le même temps, la population locale y puisait des informations, même si celles-ci étaient extrêmement tendancieuses. Une habitante de Iouzovka, M. I. Saenko-Polontchouk, décrit assez précisément dans un entretien ses impressions : « Ils avaient aussi des actualités où ils montraient nos prisonniers, leur aspect affreux. À ce qu’on voyait, les plus attardés, les plus… d’Asie centrale, ou de la province profonde. Histoire de montrer qu’on n’était pas des hommes, qu’on était comme ça. À se demander où ils allaient les chercher : des gens comme ceux qu’ils montraient dans ces actualités, je n’en avais jamais vu de ma vie… »59 L’image de ce soldat soviétique « racialement déficient », particulièrement en qualité de prisonnier, visait à susciter un sentiment de déception vis-à-vis de l’Armée rouge, du pouvoir soviétique en général, et entraîner une certaine démoralisation des populations locales, mais, comme le montre ce dernier témoignage, était parfois perçue avec un certain scepticisme. Un autre facteur important qui conduisait les spectateurs à suivre avec attention les actualités du front tenait à l’éventualité d’y reconnaître des proches parmi les prisonniers soviétiques filmés par les opérateurs allemands. Mais, comme le notaient les fonctionnaires des organes de propagande sur place, « les passages du Wochenschau où on voit des soldats soviétiques morts produisent une mauvaise impression sur les civils qui ont tendance à y reconnaître des membres de leurs familles combattant encore dans les rangs de l’armée soviétique »60.

  • 61 Entretien avec I. A. Smal'ko, né en 1925, ayant vécu à Stalino sous l’occupation (novembre 2004, Do (...)

36Les actualités et documentaires permettaient de se faire une idée du potentiel militaire des Allemands, de déterminer, ne serait-ce qu’approximativement, la ligne du front et le déroulement des événements sur le front soviétique comme sur d’autres théâtres d’affrontement. I. A. Smalko retrace ainsi ses expériences vécues à Iouzovka : «[…] et tous les films qu’on voyait sous les Allemands étaient précédés d’une introduction. Comme le cinéjournal chez nous, c’était pareil avec eux. Chez eux, c’était la musique et l’aigle. L’aigle, et la musique qui joue. Et ils montraient tout le temps ce qui se passait sur le front. […] À l’écran – des avions en vol, qui vont bombarder le Canal Staline de la mer Blanche […] Et on nous montre ce canal – oui, c’est bien lui. Filmé depuis l’avion. Et on voit les bombes tomber. Boum, boum, boum. On les entend exploser. C’est ça qu’on voyait. Ou bien un de nos tanks, en mission de reconnaissance. Un champ de blé, et les tanks qui avancent. Un, deux, je ne sais plus combien en tout. Et d’un coup, les Vlassovites qui foncent, le canon qui fait demi-tour : c’est l’armée de Vlassov qui entre en action. Leur canon fait demi-tour et le vl’a qui vise le tank. Il est touché, et on le voit qui recule. Ça pouvait être des trucs comme ça. Ou bien les Allemands qui chassent des cochons, ou des poules […] Pour bien faire voir aux autres Allemands, chez eux, que c’étaient eux ici qui étaient les patrons, les manches retroussées, la mitraillette à la main, en train de chanter, tout contents… »61.

  • 62 Musée historique régional de Nejine. Collection de documents « Grande guerre patriotique ». Souveni (...)

37Outre l’idée de l’invincibilité de la Werhmacht et de ses succès, les éditions hebdomadaires du Wochenschau devaient montrer aux populations locales la participation d’autres peuples aux côtés de l’Allemagne, notamment des peuples de l’Union soviétique, ici les « vlassovites ». Par ailleurs, comme le note un spécialiste de la propagande allemande, R. Gerstein, les Wochenschau dépassaient les Alliés pour ce qui était de l’harmonie entre la musique et l’image, le commentaire et l’action (Herzstein, 1996, 276-277). L’impression émotionnellement puissante produite par les Wochenschau est mentionnée également dans le témoignage de A. Kouznetsov, habitant de Néjine : « Les actualités filmées avaient une influence énorme. Je m’en souviens comme si c’était hier, sur l’écran, la silhouette de l’aigle allemand, la musique triomphante, puis le Fürher qui salue ses troupes invincibles, les soldats de l’Armée rouge exténués qui sont faits prisonniers, et les divertissements de la jeunesse allemande heureuse62.

  • 63 Autre titre : Mit eigenen Auge.
  • 64 BA-MA, RH 23/19, Bl. 8.

38Le contrôle permanent de la fréquentation et de la réception permettait aux autorités d’exprimer leurs souhaits pour utiliser le cinéma de manière plus efficace du point de vue de la propagande. À partir de la fin 1942-début 1943 la projection de films destinés à améliorer l’enrôlement des civils pour le travail en Allemagne s’intensifia dans les territoires occupés, avec des films tels que Die Reise nach Deutschland (Voyage en Allemagne, Edgar Röll, 1942)63 ou Wir haben Deutschland gesehen (Nous avons vu l’Allemagne, Eberhard Lösser, 1942/43). À en juger par les rapports, ces films suscitaient un intérêt assez vif parmi les spectateurs qui ensuite venaient vers les responsables des projections et demandaient des nouvelles de leurs proches partis travailler en Allemagne64.

  • 65 BA-MA, RH 21-1/165, Betr.: Propagandistische Unterstützung des Arbeitseinsatzes von ukrainischen Ar (...)
  • 66 Ibid.

39D’une manière générale, les civils des territoires occupés étaient en demande d’images susceptibles de concrétiser visuellement les discours propagandistes. Dans la zone arrière de la 1re armée de tanks, selon son commandement, l’efficacité de la campagne en faveur de l’enrôlement devait être soutenue par la diffusion de films présentant les paysages de l’Allemagne, les usines, les villes et leurs rues, les cantines, les hôpitaux, les jardins d’enfants, etc. L’accent était mis sur la nécessité d’une diffusion permanente de ces films dans toutes les salles accessibles à la population civile, laquelle semblait, selon ce rapport, ne pas en percevoir la dimension propagandiste. L’argument en faveur de cette forme de propagande reposait sur le constat suivant : « Même à l’époque où la propagande soviétique nous était clairement hostile, la technique allemande et la situation des ouvriers n’étaient jamais représentées négativement. Ce respect profond de la technique allemande nécessite une illustration visuelle »65. Selon les autorités d’occupation, les actualités filmées du Wochenschau devaient contenir un maximum de sujets consacrés directement à l’Allemagne66.

Encadrement des projections : succès et échecs

  • 67 Archives d’État de la région de Donetsk, F. R-1872, op. 1, spr. 7, ark. 108.
  • 68 Entretien avec I. A. Smal'ko, né en 1925.
  • 69 BA, R 55/506, Anlage 3 zum Bericht der Geschäftsführung der Zentralfilmgesellschaft Ost m.b.H. für (...)

40L’efficacité de la politique cinématographique nazie dépendait largement, d’une part, de ses capacités à couvrir le territoire et, d’autre part, de la réception des images par le public. Les autorités d’occupation, il faut le dire, déployaient tout un arsenal de mesures afin de « contextualiser » les projections, et élargir leur auditoire. Dans les grandes villes, par exemple Marioupol, les salles de cinéma servaient également à l’organisation d’actions de propagande visant à l’enrôlement de la main d’œuvre67. Pour atteindre un maximum de personnes, les occupants organisaient parfois des projections en dehors des salles, au sein des entreprises ou des établissements éducatifs. C’est ce dont témoigne I. A. Smalko qui sous l’occupation faisait ses études dans une école professionnelle de Iouzovka. Il raconte avoir assisté à une projection en milieu scolaire d’un film qui présentait sous un jour négatif les conditions de la mise en place des kolkhozes, mettait l’accent sur le rôle de la Werhmacht qui avait libéré les paysans du « joug  kolkhozien », ouvrant ainsi la voie à une vie nouvelle68. D’après son récit, il est probable qu’il ait vu le film Dubinouchka, réalisé en octobre 1942 par P. Perov69.

  • 70 Nova Ukraïna, 12 septembre 1942

41Considérant que le public scolaire et la jeunesse étudiante constituaient une cible privilégiée, l’unité de propagande U2 et le Département éducatif de la Mairie de Kharkiv mirent en place des séances destinées aux scolaires dans le cinéma Chevtchenko. Ces séances avaient lieu tous les matins à 9.00h. En septembre 1942, le programme était le suivant : 1) actualités filmées ; 2) Une journée au zoo ; 3) Les enfants sont l’avenir de la nation ; 4) Scènes de la vie du Führer. À l’issue de la séance, les écoliers recevaient un portrait de Hitler. Les maîtres étaient censés recourir aux impressions produites par ces séances dans leur travail éducatif en classe70. Il ne nous a, hélas, pas été possible de préciser combien de temps cette pratique fut maintenue.

  • 71 BA-MA, RH 21-1/165, Betr.: Panzerarmee-Oberkommando 1., Abt.I-c. Merkblatt für Überläuferbetreung, (...)

42Les sources disponibles montrent que certains prisonniers de guerre et transfuges furent également l’objet d’une propagande par le film, notamment à Pavlograd et à Avdeevka (région de Stalino)71.

  • 72 Archives d’État de la région de Donetsk, F. R-1838, op. 1, spr. 7, ark. 44 (verso).
  • 73 BA, R 55/1291, Betr.: Auszugsweise Abschrift aus einer Aufzeichnung von Herrn Strecker, Angestellte (...)

43Les conditions de la salle de cinéma (public réuni dans une salle sombre) permettaient également de diffuser de la propagande antifasciste sous forme de tracts. Et à l’inverse, les occupants saisissaient parfois l’opportunité d’une séance pour lancer des rafles, ou des vérifications de papiers visant à identifier les individus louches ou carrément en vue de déportations en Allemagne72. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, à partir du déploiement de la campagne d’enrôlement de la main-d’œuvre (qui se mua rapidement en une « chasse à l’homme »), les jeunes cessèrent de fréquenter les salles de cinéma (Kosik, 1993, 340-341)73.

  • 74 BA-MA, RW 4/309 b, Bl. 14 (r. s.).
  • 75 Golos Donbassa (Gorlovka), 4 juin 1943.

44Un des défauts majeurs des films présentés aux populations locales résidait dans l’absence de doublage ou de sous-titres en ukrainien ou en russe. C’était le cas le plus fréquent dans les territoires occupés74. Un des arguments en faveur d’un film devenait alors la présence d’un texte explicatif, dûment signalé dans les annonces publiées dans la presse locale. Les articles de journaux aidaient également le public à comprendre les principales lignes narratives. Des représentants des autorités d’occupation introduisaient aussi parfois la séance en résumant l’action, facilitant ainsi la compréhension du film75.

ill.7 Annonce de films en projection, Donetski vestnik, 27 juin 1943

ill.7 Annonce de films en projection, Donetski vestnik, 27 juin 1943

Archives d’Etat de la région de Donetsk.

45 Tout en reconnaissant la partialité des auteurs des rapports et les formules stéréotypées concernant l’influence de la propagande nazie, le cinéma apparaît à l’issue de cette étude comme l’un des loisirs les plus accessibles qui permit aux populations locales de découvrir des films très différents de ceux auxquels elles avaient été habituées avant-guerre, et au-delà, d’approcher un pays et ses hommes. De ce point de vue, le cinéma constitua indubitablement un instrument de formation des représentations concernant l’Occident, des représentations certes déformées par la guerre, mais qui laissèrent des traces profondes dans la génération des survivants. La proximité du front, l’état insatisfaisant des infrastructures, les problèmes d’acheminement des copies réduisirent sa diffusion non seulement à la campagne, mais également en ville. Il n’en reste pas moins que le cinéma constitua une source d’information essentielle et, tout en diffusant les clichés propagandistes du régime nazi, proposa une forme de distraction et de détente susceptible de remédier à la tension psychique et émotionnelle inhérente au quotidien pénible de l’occupation. Enfin, le cinéma participa à la fabrication d’une vision du monde alternative, en concrétisant l’image de l’autre, et en proposant des représentations possibles de la paix future. D’une manière générale, l’étude du cinéma dans les territoires occupés permet d’approcher la vie quotidienne dans un contexte de changement de l’autorité, d’évolution des loyautés politiques, et de mesurer les résultats des tentatives d’imposer aux populations locales un nouveau système de conceptions et de valeurs.

Albrecht, G., Der Film im 3. Reich, Karlsruhe, Barth +Giraud, 1979.

Becker, W., Film und Herrschaft. Organisationsprinzipen und Organisationsstrukturen der nationalsozialistischen Filmpropaganda, Berlin, Verlag Volker Spiess, 1973.

Benz, W., Lexikon des Holocaust, München, Verlag C.H. Beck oHG, 2002.

Berkhoff, K. C., Harvest of despair: life and death in Ukraine under Nazi rule, Cambridge, The Belknap press of Harvard University Press, 2004.

Buhbender, O., Das tötende Erz. Deutsche Propaganda gegen die Rote Armee im zweiten Weltkrieg, Stuttgart, Seewald Verlag, 1978.

Ralf, F., « Deutsche Filmpropaganda im Ostraum. Die Zentralfilmgesellschaft Ost (ZFO) 1941–1945» dans Johannes Roschlau (dir.), Träuma in Trümmern. Film–Produktion und Propaganda in Europa 1940-1950, München, Edition Text und Kritik, 2009.

Hake, S., German National Cinema, London and New York, Routledge, 2002.

Herzstein, R. E., The War that Hitler Won, Nazi Propaganda, The Most Infamous Propaganda Campaign in History, New York, Putnam, 1978 (consulté dans sa traduction en russe, Smolensk, Rusich, 1996).

Hoffmann, H., «Und die Fahne führt uns in die Ewigkeit». Propaganda im NS-Film, Frankfurt an Main, Fischer Taschenbuch Verlag, 1988.

Ivlev, I.O., Judenkov A. F., Kontropropaganda pidpil'nikiv i partizaniv na okupovanij radjanskij teritoriï (141-1944), Ukraïns'kij istorichnij zhurnal, n°6, 1986, pp. 41-48 ;

Jacobsen, W., Kaes Anton, Prinzler Hans Helmut, Geschichte des Deutschen Films, Stuttgart, Weimar, Verlag J. B. Metzler, 1993.

Judenkov, A.F., Politicheskaja rabota partii sredi naselenija okkupirovannoj sovetskoj territorii (1941-1944), Moscou, Mysl', 1971.

Koval', M.V., Dolja ukraïns'koï kul'turi za «novogo porjadku» (1941-1944 rr.), Ukraïns'kij istorichnij zhurnal, n° 11-12, 1993, pp. 15-38 ;

Krawchenko, B., «Soviet Ukraine under Nazi Occupation, 1941-1944», dans Yury Boshyk (dir.), Ukraine during World War II. History and its aftermath. A Symposium, Edmonton, University of Alberta, Canadian Institute of Ukrainian Studies, 1986.

Mihajljuk, M. V. Agitacijno-propagandists'ka dijal'nist' organiv nimec'koï okupacijnoï vladi sered naselennja Ukraïni (1941-1944) : thèse de doctorat, Kiev, 2006.

Müller, N., Verhmacht i okkupacija [la Werhmacht et l’occupation] (1941-1944), traduction de l’allemand, Moscou, Voenizdat, 1974.

Orlov, Ju. Ja., Krah nemecko-fashistskoj propagandy v period vojny protiv SSSR, Moscou, Izd-vo Moskovskogo universiteta, 1985.

Penter, T, Titarenko Dmitri, « Local memory on war. Cerman occupation and postwar years. An oral history project in the Donbass », Cahiers du monde russe, 2011/2-3, Vol. 52, p. 475–497.

Schlegel, H.-J. „Ukraine-Filmgesellschaft MBH. NS-Filmpropaganda in der okkupierten Ukraine“ dans Johannes Roschlau (dir.), Träuma in Trümmern. Film – Produktion und Propaganda in Europa 1940-1950, München, Edition Text und Kritik, 2009.

Shajkan, V.O., Kolaboracionizm na teritoriï reichskomisariat «Ukraïna» i vijs'kovoï zoni v roki Drugoï svitovoï vijni, Krivij Rig, Mineral, 2005, pp. 308-341.

Skorobogatov, A.V., Harkiv u chasi nimec'koï okupaciï (1941-1943), Har'kiv, Prapor, 2004.

Taylor, R., Film propaganda. Soviet Russia and Nazi Germany, London, Croom Helm; New York : Barnes & Noble Books, 1979.

Titarenko, D.N., Penter T. (dir.), Opyt nacistskoj okkupacii v Donbasse: svidetel'stvujut ochevidcy, Donetsk, Svit knigi, 2013.

Ukraïns'ka RSR u Velikij Vitchiznjanij vijni Radjans'kogo Sojuzu 1941-1945 [la République d’Ukraine soviétique durant la Grande Guerre patriotique de l’Union soviétique 1941-1945], t. 1, Kiev, Politvidav Ukraïni, 1967, p. 358.

Uziel, D., «Wehrmacht Propaganda Troops and the Jews», Yad Vashem Studies, XXXIX, Jerusalem, 2001.

Volkovskij, N. L., Istorija informacionnyh vojn, vol. 2, Saint-Petersbourg, Poligon, 2003.

Vossler, F., Propaganda in die Eugene Truppe, Paderborn, Ferdinand Schoning Verlag, 2005.

Wedel, H. von, Die Propagandatruppen der Deutschen Wehrmacht, Neckargemünd, Kurt Vowinckel Verlag, 1962.

Haut de page

Notes

1 Les zones sous administration militaire ont été moins étudiées que les autres, alors qu’elles représentaient la majorité des territoires occupés d’URSS. Ces derniers connurent trois destins administratifs différents. De petits territoires furent incorporés aux États voisins, à l’exemple de Bielostok en Biélorussie occidentale, qui fut rattaché à la Prusse orientale en août 1941, ou de la Transnistrie qui fut annexée à la Roumanie. Les zones considérées comme « pacifiées » furent organisées en Reichskomissariats (Ukraine et Ostland) et placées sous la subordination de l’Ostministerium de Rosenberg, à Berlin. Mais en réalité, ces Reichkomissariats jouissaient d’une large indépendance vis-à-vis de la capitale. Enfin, le reste des territoires occupés, qui auraient dû selon les plans nazis devenir les Reichskomissariats Moscovie et Caucase, demeurèrent sous l’administration de l’armée. Subordonnés au Commandement supérieur de celle-ci (Oberkommando der Wehrmacht, OKW), ils étaient dans les faits administrés par les armées présentes sur le terrain (Heer) et leurs nombreux services (contre-espionnage, propagande, armement et économie militaire...), d’où une diversité des pratiques selon les armées, mais aussi leurs rapports de forces avec le service de sécurité des SS. La distinction entre les territoires civils et les territoires militaires n’était pas très stricte. Voir Dallin (A.), German rule in Russia 1941-1946 : a study of occupation politics, Basingstoke Macmillan, 1986 (1re éd. : 1957). Hürter (J.), Hitlers Heerführer. Die deutschen Oberbefehlshaber im Krieg gegen die Sowjetunion 1941/42, Munich, Oldenburg, 2006. Tanja Penter: Kohle für Stalin und Hitler. Arbeiten und Leben im Donbass 1929-1953 (= Veröffentlichungen des Instituts für soziale Bewegungen. Schriftenreihe C: Arbeitseinsatz und Zwangsarbeit im Bergbau; Bd. 8), Essen: Klartext 2010. Pohl (D.), Die Herrschaft der Wehrmacht : deutsche Militärbesatzung und einheimische Bevölkerung in der Sowjetunion 1941 – 1944, Munich, R. Oldenbourg Verlag, 2008. Schulte (T. J.), The German Army and Nazi Policies in Occupied Russia, Oxford/New York/Munich, Berg Publishers, 1989. Tessin (G.), Verbände und Truppen der deutschen Wehrmacht und Waffen SS im Zweiten Weltkrieg, 1939-1945, Osnabrück, Biblio Verlag, 1966-2002, 17 volumes.

2 Bundesarchiv-Militärarchiv, Freiburg (BA-MA), RH 22 (Befehlshaber der rückwärtigen Heeresgebiete).

3 BA-MA, RH 23 (Kommandanten der rückwärtigen Armeegebiete).

4 BA-MA, RH 21-1 (Panzerarmeeoberkommando 1)

5 BA-MA, RH 20-6 (Armeeoberkommando 6)

6 Ce décompte a été effectué par l’auteur à partir des sources des archives gouvernementales des régions de Donetsk, Lugansk, Tchernigov et Kharkov, de la Bibliothèque scientifique des archives centrales de l’État ukrainien, de la Bibliothèque nationale Vernadski de Kiev, de la Bibliothèque scientifique V. Stefanik de Lvov, des archives des directions régionales du SBU de Donetsk, Lugansk, Kharkov, et des archives militaires du Bundesarchiv (Freiburg).

7 Les résultats de ce travail, mené entre 2001 et 2012 dans le cadre de plusieurs projets collectifs coordonnés avec l’historienne allemande Tania Penter (Université de Heidelberg), ont fait l’objet de plusieurs publications (Penter, Titarenko, 2011 ; Titarenko, Penter, 2013). Ce recueil d’entretiens avec des personnes ayant vécu l’occupation dans le Donbass se poursuit actuellement, tant sur le territoire contrôlé par le gouvernement ukrainien que dans la partie hors de son contrôle (l’auteur exprime sa reconnaissance au Canadian Institute of Ukrainian Studies, University of Alberta, pour son soutien dans cette tâche menée en 2015-2016).

8 BA-MA, RW 4/253, Betr.: Weisungen für die Tätigkeit der Propaganda-Abteilungen und Staffel im besetzten Gebiet der Sowjet-Union v. 18. Juli 1941.

9 Voir N. Müller, op. cit., p. 53.

10 BA-MA, RW 4/254, Betr.: Propagandaweisung zur Neuregelung der Agrarordnung im Ostraum v.18.2.1942.

11 Bundesarchiv, Berlin (BA), R 55/506, Bl. 258.

12 BA, R 55/1289, Betr. : Militärische Propaganda Abteilung Ukraine, Oberleutnant Mauer.

13 BA, R 55/506, Bl. 74–76.

14 Geheime Feldpolizei – la police secrète de campagne : structure qui assurait les fonctions de contre-espionnage dans les arrières de la Wehrmacht (pour lutter contre l’espionnage, le sabotage, la propagande hostile ou toute autre activité subversive).

15 BA-MA, RH 22/75, Betr. : Feldpolizei 721. Aussenkommando Priluki. O.U., den 6.7.42.

16 Ibid., RH 22/177, Bl. 16.

17 Ibid., RH 22/174, Bl. 6.

18 Cf. respectivement Nova Ukraïna (Kharkiv), 15 octobre 1942 ; Doneckij vestnik (Iouzovka), 24 octobre 1942.

19 Marijupil's’ka gazeta (Marioupol), 8 octobre 1942.

20 Nova Ukraïna, 12 septembre 1942

21 Doneckij vestnik, 20 août 1942 ; Nove zhitt'ja (Voroshilovgrad), 18 octobre 1942.

22 BA-MA, RH 20-6/683, Betr.: Bericht Propaganda-Staffel Stalino, Film. v. 1. September 1943.

23 Central'nij derzhavnij arhiv gromads'kih ob'ednan' Ukraïni (plus loin CDAGO Ukraïni). F. 57. Op. 4. Spr. 121. Ark. 34.

24 Golos Ohtirshchini (Ohtirka), 10 janvier 1943.

25 Voir note 6.

26 BA-MA, RH 20-6/683, Betr.: Pz. A.O.K. 1, I c. Tätigkeitbericht fur die Zeit v. 1.2 – 30.4. 43; BA-MA, RH 21‑1/161, Betr.: Propaganda Tätigkeit der Panzer-Propaganda Kompanie im April 1943.

27 Doneckij vestnik, 16 octobre 1942. Comme élément de comparaison on citera l’article d’Erich Koch «La première année de l’Ukraine allemande», parue en août 1942 dans Deutsche-Ukrainische Zeitung, et qui fut ensuite reproduit ou résumé dans de nombreux périodiques sur le territoire du Reichkommisariat d’Ukraine comme dans la zone relevant de l’administration militaire, qui évoquait l’ouverture de 300 salles en Ukraine (CDAGO, F. 166, op. 3, spr. 145, ark. 21). Pour l’avant-guerre nous nous référons au volume : l’Économie de la région de Donets (recueil statistique), Doneck, Donbass, 1981, p. 130 (qui fournit sans doute aussi des chiffres exagérés par rapport à la réalité du réseau actif).

28 Nova Ukraïna, 12 juin 1942

29 Une part significative des personnes interviewées ayant vécu l’occupation dans la partie est de l’Ukraine mentionnent ce film.

30 On rappellera que Veit Harlan fut un temps inquiété dans l’après-guerre (Hake, 2002, 72).

31 BA-MA, RH 22/177, Betr. : Propaganda-Abteilung U. Propaganda Tätigkeitsbericht für den Monat Dezember 1942.

32 CDAGO, F. 1, op. 23, spr. 115, ark. 54; Marijupil's’ka gazeta, 20 novembre 1941 ; Doneckij vestnik, 10 février 1942 ; Archives de la Direction de la sécurité pour la région de Donetsk, d. 33054-pf, l. 25. Entretien avec V. G. Kozorez, né en 1926, qui a vécu l’occupation à Konotop, région de Sumy (Donetsk, mai 2014, enregistrement transcrit, archives personnelles de l’auteur).

33 La mine de Tchaïkino se trouve à Makeevka.

34 Entretien avec Valentin Vladimirovitch N., né en 1926, qui passa l’essentiel de l’occupation à Stalino (Donetsk, juin 2001, enregistrement transcrit, archives de T. Penter).

35 Marijupil's’ka gazeta, 8 octobre 1942.

36 Nova Ukraïna, 13 septembre 1942

37 BA-MA, RH 22/202.

38 BA, R 55/1288, Betr.: Filme für die besetzten Ostgebiete v. 21. August 1942.

39 BA, R 55/1288, Bl.15.

40 Ibid., R 55/1289, Betr.: Propaganda-Trickfilm in russischen und ukrainischen Sprache v. 6. Juni 1942. Il s’agit très probablement de Pavel (Nikolaevitch ?) Perov (1886-1980), homme de lettres, réalisateur, et personnalité de l’émigration russe. Il avait fait l’école des cadets, puis l’école d’artillerie de Petersbourg, avait combattu durant le conflit russo-japonais, et avait été démobilisé suite à une grave blessure. Il avait quitté la Russie pour les États-Unis en 1910, et fondé en 1927 un studio d’animation Peroff Pictures Inc. Fin 1929, il s’installa en Allemagne et y poursuivit ses activités en qualité de réalisateur, producteur, scénariste et décorateur. On lui doit notamment une série de publicités réalisées par la UFA. Après l’arrivée d’Hitler au pouvoir, il s’investit dans la propagande cinématographique. Parallèlement il collabora au journal pronazi de langue russe Novoe slovo (publié entre 1933 et 1944). En 1947, il repartit aux États-Unis où il poursuivit sa carrière cinématographique et journalistique.

41 BA, R 55/506, Bericht der Geschäftsführung der Zentralfilmgesellschaft Ost m.b.H. für die Mitglieder des Aufsichtsrates…, v. 11.11.1942.

42 Tableau réalisé à partir des informations contenues dans BA, R 55/506, Bl. 271-276.

43 BA-MA, RH 20-6/301, Betr. : Propaganda-Staffel Mariupol, Tätigkeitsbericht für die Zeit v. 1.7.43.–1.8.43.

44 Entretien avec M. I. Saenko-Polonchuk, née en 1925, qui vivait à Stalino sous l’occupation (janvier 2005, Donetsk, enregistrement transcrit, archives de l’auteur).

45 Entretien avec E. M. Fursov, né en 1932, qui vivait à Makeevka (région de Stalino) sous l’occupation (janvier 2005, Donetsk, enregistrement transcrit, archives de l’auteur).

46 Entretien avec V. I. Chervjakova, née en 1921, qui vivait à Stalino sous l’occupation (mai 2004, Donetsk, enregistrement transcrit, archives de l’auteur).

47 Entretien avec Z. A. Chepik-Mitrovanova, née en 1929, qui vivait à Stalino sous l’occupation (janvier 2005, juillet 2016, Donetsk, enregistrement transcrit, archives de l’auteur).

48 BA, R 58/699, Betr. :Meldungen aus den besetzten Ostgebieten, № 32 v. 4.12.1942. Auswirkungen deutscher Spielfilme in der Ukraine.

49 BA-MA, RH 22/28, Bl. 282.

50 BA, R 58/699, Betr.: Meldungen aus den besetzten Ostgebieten, № 32 v. 4.12.1942. Auswirkungen deutscher Spielfilme in der Ukraine.

51 BA-MA, RH 22/174, Bl. 6.

52 Putivljanin (Putivl'), 22 juillet 1942.

53 BA-MA, RH 23/19, Bl. 8.

54 RGASPI, F. 17, op. 125, d. 166, l. 31.

55 Nove ukraïns'ke slovo (Kiïv), 17 janvier 1942.

56 Entretien avec Z. A. Chepik-Mitrofanova ; il s’agit très probablement du film Es war eine rauschende Ballnacht (Pages immortelles, Carl Froelich, 1939).

57 BA-MA, RH 22/174, Bl. 6.

58 BA, R 55/506, Betr.: Bericht der Geschäftsführung der Zentralfilmgesellschaft Ost m.b.H. für die Mitglieder des Aufsichtsrates…, v. 11.11.1942.

59 Entretien avec M. I. Saenko-Polonchuk, née en 1928.

60 BA-MA, RH 22/28, Bl. 282.

61 Entretien avec I. A. Smal'ko, né en 1925, ayant vécu à Stalino sous l’occupation (novembre 2004, Donetsk, enregistrement retranscrit, archives de l’auteur).

62 Musée historique régional de Nejine. Collection de documents « Grande guerre patriotique ». Souvenirs sur l’occupation à Néjine de Alexeï Alexeevich Kouznetsov. Manuscrit, 1995, p. 5.

63 Autre titre : Mit eigenen Auge.

64 BA-MA, RH 23/19, Bl. 8.

65 BA-MA, RH 21-1/165, Betr.: Propagandistische Unterstützung des Arbeitseinsatzes von ukrainischen Arbeitskräften im Reich v. 3.6.1943.

66 Ibid.

67 Archives d’État de la région de Donetsk, F. R-1872, op. 1, spr. 7, ark. 108.

68 Entretien avec I. A. Smal'ko, né en 1925.

69 BA, R 55/506, Anlage 3 zum Bericht der Geschäftsführung der Zentralfilmgesellschaft Ost m.b.H. für die Aufsichttsbar-Sitzung am 11.11.1942.

70 Nova Ukraïna, 12 septembre 1942

71 BA-MA, RH 21-1/165, Betr.: Panzerarmee-Oberkommando 1., Abt.I-c. Merkblatt für Überläuferbetreung, F.H.Qu., den 4.5.1943.

72 Archives d’État de la région de Donetsk, F. R-1838, op. 1, spr. 7, ark. 44 (verso).

73 BA, R 55/1291, Betr.: Auszugsweise Abschrift aus einer Aufzeichnung von Herrn Strecker, Angestellter im Auswärtigen Amt, über eine Dienstreise nach der Krim und der Ukraine, 1943.

74 BA-MA, RW 4/309 b, Bl. 14 (r. s.).

75 Golos Donbassa (Gorlovka), 4 juin 1943.

Haut de page

Table des illustrations

Titre ill. 1 Rapport de l’administration militaire de la Kommendatur « Donets »
Légende Rapport daté du 20/11/1942 et consacré à la situation dans la zone sous son contrôle.
Crédits Bundesarchiv-Militärarchiv (Freiburg).
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/4731/img-1.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre ill. 2 Es war eine rauschende Ballnacht
Légende Affiche du film. Film réalisé en 1939.
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/4731/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre ill.3 Die Rothschilds
Légende Affiche du film. Film réalisé en 1940.
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/4731/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre ill.4 Article sur la projection du film Jud Süβ dans Nova Ukraïna, Kharkov, 20 juillet 1942
Crédits Bibliothèque nationale scientifique de Lvov.
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/4731/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre ill.5 Informations sur les films projetés dans les cinémas de Youzovka et de la région, Donetski vestnik, 1er janvier 1943
Crédits Archives d’État de la région de Donetsk.
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/4731/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 387k
Titre ill.7 Annonce de films en projection, Donetski vestnik, 27 juin 1943
Crédits Archives d’Etat de la région de Donetsk.
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/4731/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 4,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dmitri Titarenko, « « Je m’en souviens comme si c’était hier : sur l’écran, la silhouette de l’aigle allemand… » », Conserveries mémorielles [En ligne], #24 | 2020, mis en ligne le 04 septembre 2020, consulté le 09 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/cm/4731

Haut de page

Auteur

Dmitri Titarenko

historien, enseignant depuis 2015 à la faculté des sciences humaines et sociales de l’Institut de droit à Donetsk. Titarenko explore l’histoire sociale et politique d’Ukraine sous occupation nazie, ainsi que la politique de mémoire en Ukraine contemporaine. Actuellement, il mène ses recherches grâce au financement de la fondation Alexander von Humboldt à l’Université de Heidelberg. Ses écrits en anglais, allemand et russe portent sur la mémoire locale de l’occupation, puisent dans l’histoire orale (“Local memory on war, German occupation and postwar years. An oral history project in the Donbass”, Cahiers du monde russe, 2011/2-3, Vol.52, p. 475‑497 (in cooperation with Tanja Penter); Opyt naсistskoj okkupacii v Donbasse: svidetelʹstvujut očevidcy, D.N. Titarenko, T. Penter (dir.). Doneck, Svit knyhy, 2013; Kulʹturni procesy v Ukrajini u roky nacystsʹkoji okupaciji (zona vijsʹkovoji administraciji), Lʹviv-Donecʹk, 2014; Medizinische Betreuung und nationalsozialistische Krankenmorde in der Ukraine unter der deutschen Okkupation, in: Diskriminiert-vernichtet-vergessen. Behinderte in den Sowjetunion, unter nationalsozialistischer Besatzung und im Ostbloсk 1917-1991/ Hrsg. von Alexander Friedman und Rainer Hudemann. Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 2016. S. 355-372.)


Tytarenko Dmytro. Dr.habil., from 2015 he is professor at the Department for Social and Humanitarian Sciences of Donetsk Institute of Law (under the circumstances of war in Donbass Institute was removed from Donetsk to Kryvyj Rih). He has studied at the Donetsk State University; in 2002 he defended his thesis at the Dnipropetrovsk National University (Candidate of SciencePh.D). In 2014 he defended dissertation at the Ivan Krypiakevych Institute of Ukrainian Studies of the National Academy of Sciences of Ukraine, L’viv (Doctor of Science, Dr. hab. in History). Now he is a fellow of the Alexander von Humboldt Foundation at the Heidelberg University. Titarenko explores social, political and cultural processes in Ukraine during the Nazi occupation, as well as the politics of memory in Ukraine, «oral history». (“Local memory on war, German occupation and postwar years. An oral history project in the Donbass”, Cahiers du monde russe, 2011/2-3, Vol.52, p. 475‑497 (in cooperation with Tanja Penter); Opyt naсistskoj okkupacii v Donbasse: svidetelʹstvujut očevidcy, D.N. Titarenko, T. Penter (dir.). Doneck, Svit knyhy, 2013; Kulʹturni procesy v Ukrajini u roky nacystsʹkoji okupaciji (zona vijsʹkovoji administraciji), Lʹviv-Donecʹk, 2014; Medizinische Betreuung und nationalsozialistische Krankenmorde in der Ukraine unter der deutschen Okkupation, in: Diskriminiert-vernichtet-vergessen. Behinderte in den Sowjetunion, unter nationalsozialistischer Besatzung und im Ostbloсk 1917-1991/ Hrsg. von Alexander Friedman und Rainer Hudemann. Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 2016. S. 355-372.)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search