Navigation – Plan du site

AccueilNuméros#24Encadrés de filmsLes 28 héros (28 geroev)

Encadrés de films

Les 28 héros (28 geroev)

Victor Barbat

Texte intégral

  • 1 RGAKFD, # 5074.

1943, 35 mm / production du Studio central des actualités de Moscou / n&b / sonore / version russe (198,1m)1

D’une bobine seulement, la narration du film est construite autour de la célèbre chanson d’Anatolij Sofronov, Pesnâ o 28 – « La chanson des 28 ». Le film comme la chanson rendent un vibrant hommage aux soldats de la 316 division d’infanterie du général Ivan Vasil’evič Panfilov qui périrent dans la défense de Moscou en novembre 1941. Il commence par une série de prises de vues extérieurs du Kremlin sous la neige. Sur la place Rouge se déroule un défilé militaire en présence de Staline et de plusieurs membres importants du Parti. Il s’agit de la parade militaire réalisée en l’honneur du 24ème anniversaire de la Révolution d’Octobre. La caméra s’écarte ensuite peu à peu du centre historique pour s’attarder sur les premières lignes de défense de la ville caractérisée par ses contreforts anti-char en forme de croix. Cette courte séquence d’introduction est accompagnée par les murmures du cœur de l’Ensemble du Département Politique du front Ouest dirigé par A. Usačeva. Après une brève respiration, l’orchestre apparaît à l’écran et entame alors les trois premiers couplets de la chanson de Sofronov :

« Кружилась в поле злая осень,
Шумела поздняя листва.
Их было только двадцать восемь,
А за спиной была Москва.

На них чудовища стальные
Ползли, смыкая полукруг.
“Так защитим Москву, родные!” -
Сказал гвардейцам политрук.

Летят бутылки и гранаты,
Последний бой всегда суров.
“Так за Москву, за нас, ребята!” -
Последний раз кричит Клочков ».

  • 2 Sur la construction de cette légende lire A. Statiev, « La Garde meurt mais ne se rend pas. Once (...)

Ce premier mouvement se caractérise par une très solennelle cérémonie du souvenir autour d’une simple pierre tombale située en rase campagne près d’un village de la région de Moscou. Ceux que l’on suppose être ici la famille des défunts, pleurent en silence leurs enfants disparus. Elle est très vite rejointe par une troupe de militaires qui communie avec elle. Le souvenir des héros morts pour la Patrie resurgit par le truchement du montage. Une surimpression sur le visage de l’un des soldats du premier rang assistant à la cérémonie entraîne une série de prises de vues du front censée représenter l’action courageuse des 28. Montrant l’attaque d’un char allemand à la grenade elle se présente comme une véritable métonymie visuelle de leur fait d’armes. Dans la vulgate soviétique les 28 hommes de la division du général Panfilov sont célèbres pour avoir affronté 50 tanks ennemis2. Ce flash-back de quelques plans seulement constitue ainsi le climax visuel et sonore du premier mouvement du film.

ill. 1 Les 28 héros : extrait 1

Après une nouvelle pause de quelques secondes, l’orchestre reprend le deux derniers couplets de la chanson Sofronov :

« Не пропустили вражьи танки
Герои Родины своей.
В сырой земле лежат останки,
Лежат тела богатырей.

Кружилась в поле злая осень;
Опала поздняя листва.
Их было только двадцать восемь,
А за спиной была Москва. »

La seconde partie du film se caractérise par une non moins solennelle cérémonie des drapeaux. L’acte de commémoration se mue en un acte de foi des soldats prêtant serment devant leurs bannières – celles de leurs régiments respectifs – avant de rejoindre le front. La séquence est filmée de manière caractéristique. Une série de champs/contre-champs met en regard les bataillons et leurs drapeaux. Les soldats posent genoux à terre en signe d’allégeance avant de défiler devant leurs camarades. Une fois la cérémonie terminée nous retournons à Moscou. Cette fois la capitale baigne dans une lumière chaleureuse et la neige a complètement disparu des trottoirs. Nous sommes vraisemblablement au printemps. Un dernier plan nous montre un attroupement de soldats levant fièrement leurs armes devant la caméra.

ill. 2 Les 28 héros : extrait 2

  • 3 RGAKFD, # 14138.
  • 4 RGAKFD, # 4774.

Le film est réalisé puis distribué dans le courant de l’année 1943. Comme le rappelle l’historien Alexander Statiev, « la plupart des icônes de la Grande Guerre Patriotique ont émergé avant que l’Armée rouge ne renverse la situation à Stalingrad ». Dès 1942, un premier documentaire d’actualités relate déjà l’aventure de ces 28 soldats. Il s’agit de La 8ème division d’infanterie, un film réalisé par Iakov Posel’kij et Mihajl Sluckij au studio d’actualités d’Alma-Ata3. En février 1943, les actualités présentent un premier sujet d’hommage intitulé « En souvenir des héros qui vivent dans le cœur du peuple » (réalisation G. Bobrov, A. Borkovskij et I. Kolsanov)4. Divisé en deux parties ce sujet présente d’un côté une cérémonie intime et privée de recueillement et de l’autre, une cérémonie officielle au cours de laquelle est érigé un monument au nom du général Panfilov. Les deux événements sont raccordés par le truchement du montage – les soldats stationnés devant la statue du général donnant dans un premier temps l’impression d’assister à l’enterrement des défunts soldats. Finalement c’est N. Trahtenberg qui se chargera de réunir civils et militaires dans le premier mouvement de 28 héros. Du côté de la partie civile nous avons d’ailleurs affaire aux mêmes acteurs. Le décor est aussi en tout point identique. Seule la saison change radicalement : l’actualité présente une cérémonie sous la neige donc en plein hiver alors que dans le film elle se déroule au printemps. La cérémonie a donc été mise en scène deux fois. Dans 28 héros l’érection de la statue du général s’est substituée à une cérémonie des drapeaux (second mouvement du film). Mais cette dernière a à peu près le même objectif : l’appel aux armes pour défendre la Patrie en danger. L’originalité de 28 héros est de réunir en un même film trois cérémonies à la symbolique guerrière : un défilé militaire sur la place Rouge, l’hommage aux héros morts pour la Patrie et un serment d’allégeance au drapeau. Le film-chanson (fil’m-pesnâ), véritable sous-genre du cinéma documentaire soviétique, se prête évidemment bien à ce type de propagande émotionnelle.

  • 5 RGAKFD, # 4944.

La courte séquence d’ouverture du film est montée à partir des prises de vues réalisées par les opérateurs soviétiques présent à Moscou en novembre-décembre 1941. Parmi eux Roman Karmen dont le nom apparaît au générique mais aussi T. Bunimovitch, P. Kasatkin, R. Haluchakov, A. Krylov, V. Chtatland, M. Chneïderov, A. El’berg et d’autres encore. Ces vues ont notamment servi au montage de la série d’actualités La défense de notre Moscou natale (CSDF, 1941-1942). On peut d’ailleurs en identifier certaines comme celles montrant des défenses antichars prises depuis un bunker réalisées par le binôme A. Lebedev et B. Makasseev et que l’on retrouve dans l’épisode n°3 de cette série5. Dans l’ensemble ces vues attestent de la préparation de la défense de la ville. Mais contrairement à leur usage mobilisateur et galvaniseur dans les actualités de 1941 – l’idée étant clairement d’appeler la population à prendre part à cette défense – dans le film de 1943 ces images placent le spectateur soviétique dans une toute autre ambiance. Les rues sont désertes et seule l’armée semble avoir droit de cité. Les trémolos de l’orchestre et les murmures des chanteurs qui se font entendre en arrière fond participent largement de cette atmosphère pesante. Bien sûr cette image lugubre d’une ville en proie aux pires heures de son histoire vient s’opposer à celle concluant le film. Filmé l’année suivante au printemps voir pendant l’été, la capitale soviétique se présente sous un jour bien plus clément. Mais le dernier plan présentant en plongée une foule de soldats armes au poing délivre un message clair : si Moscou est maintenant libérée de l’étreinte fasciste, la lutte continue sur le front.

Haut de page

Notes

1 RGAKFD, # 5074.

2 Sur la construction de cette légende lire A. Statiev, « La Garde meurt mais ne se rend pas. Once Again on the 28 Panfilov », Kritika n°13, 2012, pp. 769-798.

3 RGAKFD, # 14138.

4 RGAKFD, # 4774.

5 RGAKFD, # 4944.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Victor Barbat, « Les 28 héros (28 geroev) », Conserveries mémorielles [En ligne], #24 | 2020, mis en ligne le 22 août 2020, consulté le 09 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/cm/4812

Haut de page

Auteur

Victor Barbat

 est chercheur associé à l’équipe d’accueil d’Histoire Culturelle et Sociale de l’Art de l’Université Paris 1, Panthéon Sorbonne (HiCSA, EA4100). Ses recherches portent sur l’histoire du cinéma documentaire, le travail des opérateurs d’actualités en temps de guerre et l’histoire du patrimoine et des archives cinématographiques. Actuellement post-doctorant du Laboratoire d’Excellence Création, Arts et Patrimoines (Labex CAP), il travaille sur l’histoire du Musée du cinéma soviétique. Il est aussi chargé d’enseignement à l'Institut d'études politiques de Paris (Sciences Po – campus de Dijon).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search