Navigation – Plan du site

AccueilNuméros#24Encadrés de filmsDans la presse – sélection de doc...

Encadrés de films

Dans la presse – sélection de documents

Valérie Pozner et Irina Tcherneva
Traduction de Irina Tcherneva et Arthur Clech

Plan

Haut de page

Texte intégral

1La presse soviétique promeut intensément la production filmique du pays. La sélection de textes traduits du russe et de l’anglais que nous présentons ici met au jour des modalités spécifiques de la réclame des films et dévoile leurs conditions de production et de diffusion. Sur les pages des journaux se négocient les rapports complexes entre la fiction et le réel. Cet ensemble se décline en trois volets. Le premier met en lumière les façons dont des personnages fictionnels servent la mobilisation, mais aussi révèle des décalages entre les genres et procédés cinématographiques conventionnels et l'environnement de réception complexe du conflit armé. Le deuxième volet donne à voir l’ampleur de la diffusion de l’Arc-en-ciel (Mark Donskoï, 1943) et la variété des grilles d’interprétation offertes aux publics. On y décèle une attention particulière au crédit que les spectateurs, ayant personnellement vécu les violences nazies, accordent aux représentations visuelles. Le problème de comparaison entre la valeur d’authenticité assumée par le documentaire et la fiction surgit régulièrement. Le troisième volet, quant à lui, montre une inégalité d’accès au cinéma entre les zones urbaines et rurales. Les articles proviennent des dossiers de films conservés au Gosfilmofond.

1 De nouveaux formats à la recherche d’un public

« Les films patriotiques et antifascistes sur les écrans » Moscou soir (Večernjaja Moskva), 1941

Les nouveaux films de fiction mis en scène par les plus grands maîtres de l’art soviétique du cinéma sortent sur les écrans. Les spectateurs verront les meilleurs films patriotiques – Schors (réalisateur A. Dovzhenko), Aleksandr Nevski (réalisateur S. Eisenstein), Si demain c’est la guerre (réalisateur Ef. Dzigan), Tankistes (réalisateurs Z. Drapkin et R. Maiman), Le combat continue (réalisateur V. Zhuravlev) et Le soldat revenait du front (réalisateur V. Legoshin).
Les films de Fiction Professeur Mamlok (réalisateurs A. Minkin et G. Rappoport), La famille Oppenheim (réalisateur G. Roshal) et Les Soldats des marais (réalisateur A. Matcheret) paraissent également. Ces films dévoilent la pourriture du régime fasciste, dépeignent la débauche et la nature bestiale des jeunes hitlériens. Ainsi, ils narrent la lutte de l’humanité progressiste d’avant-garde contre le fascisme. »

« Tchapaev est avec nous. Les films militaires et antifascistes », Moscou soir, 1941

« Leningrad, 7 (de notre correspondant, par téléphone). Une gaîté exceptionnelle règne sur un des plateaux du studio Lenfilm. Les équipes de tournage travaillent avec un enthousiasme extraordinaire sur les nouveaux films militaires et antifascistes. Lors de la discussion avec notre correspondant, Friedrich Ermler, directeur artistique du studio et réalisateur, annonce : « Nos maîtres et tout le collectif du studio travaillent avec beaucoup d’entrain sur le recueil de guerre. Un des films, Tchapaev est avec nous ! ressuscite à l’écran l’image adorée du chef militaire prolétarien. Il est de nouveau avec nous pour combattre et réduire en miettes l’ennemi sanguinaire. »

« Nous gagnerons ! Les ciné-recueils de guerre semestriels», Moscou soir, 1941

« Nous gagnerons ! - sous ce titre, le Comité pour le cinéma auprès du Conseil des commissaires du peuple de l’URSS édite des programmes composés qui comprennent des courts métrages de fiction, des films militaires et antifascistes, documentaires, des films de vulgarisation scientifique et des films d’animation. Les spectateurs verront à l’écran la lutte héroïque de l’Armée rouge et de la Flotte contre le fascisme sanguinaire.
Un comité de rédaction comprend les réalisateurs Vs. Poudovkine, G. Aleksandrov, M. Donskoi, A. Matcheret et le dramaturge M. Bolchincov.
Le premier recueil paraîtra prochainement. Il est composé d’une affiche antifasciste tournée par le studio « Soyouzdetfilm », d’une interview filmée avec un de nos aviateurs – héros de la guerre patriotique, d’un court métrage militaire Un rêve prémonitoire tourné par le studio « Soyouzdetfilm » et d’autres. (…) Chaque programme est présenté par un conférencier, choisi parmi les acteurs populaires du cinéma soviétique. »

« Des films qui appellent à la lutte et à la victoire. Rencontres avec les protagonistes préférés du cinéma », Moscou soir, 1941

« Le lendemain de la déclaration de guerre, les studios de cinéma de l’Union soviétique ont lancé la réalisation de ciné-nouvelles de défense qui racontent la vaillance et le courage des Soviétiques, unis dans une guerre sacrée pour la patrie, l’honneur et la liberté.
Les films où les spectateurs verront à nouveau leurs héros préférés, bien connus grâce aux productions d’autrefois, tiendront une place centrale dans cette série.
Ainsi, le héros national Tchapaev réapparaîtra à l’écran. Le film reproduit son dernier combat contre les Blancs. Tchapaev se jette dans la rivière. Les balles strient l’eau autour de lui. Mais il gagne l’autre rive. Le spectateur le voit ensuite monter à cheval dans sa cape de feutre qui flotte au vent. Il le voit rejoindre les forces rouges qui combattent les hordes sauvages de fascistes. Sergueï Guerassimov a mis en scène cet épisode au studio Lenfilm. »

« Les traditions de Tchapaev sont vivantes », Moscou soir, 1941

« Le journal de la résistance populaire de Leningrad publie des épisodes intéressants de la vie de Tchapaev pendant la guerre entre la Russie et l’Allemagne de 1914-1917. Peu de gens savent que Tchapaev a combattu les Allemands, s’est montré en véritable héros et a reçu suite à ses exploits quatre croix de St Georges. (…) Les combattants vaillants de l’Armée rouge sont les héritiers des traditions de ce héros légendaire. Ils en font la preuve tous les jours dans la lutte féroce contre les barbares fascistes. »

« Deux ciné-recueils de guerre», O. Leonidov, Littérature et art (Literatura i iskusstvo), 8 août 1942

« Les nouvelles des deux derniers ciné-recueils de guerre sont inégales. Les meilleures d’entre elles suscitent une haine déchaînée envers l’ennemi, font appel à la force et à la vaillance au combat. Cependant les scénaristes et les réalisateurs ne trouvent pas toujours, et loin s’en faut, la bonne approche lorsqu’il s’agit de thèmes militaires.
Certaines nouvelles atténuent les difficultés du combat, versent dans une image erronée de l’ennemi, les monstres germano-fascistes. Dans l’ordre historique du camarade Staline en date du 23 février 1942, on peut lire : « L’ennemi est encore fort. Il cherchera à rassembler ses dernières forces pour parvenir à ses fins. Plus il subit de défaites, plus il revêt des aspects bestiaux. »
Dans le ciné-recueil de guerre n° 11, La Carrière du lieutenant Hop (scénario de B. Laskine et I. Skliout, réalisation de N. Sadkovitch) le lieutenant fasciste (interprété par S. Martinson) apparaît comme un idiot, un abruti assez sympathique et un lâche innommable qui trouverait sa place parmi les personnages de l’opérette. Lorsque l’inspecteur Pfaïl (interprété par O. Abdoulov) lui donne l’ordre de capturer ne serait-ce qu’un partisan, il organise une mise en scène aberrante. Il convainc les vieux paysans restés au village de jouer à la guerre avec lui, de faire semblant de l’attaquer la nuit, tandis que lui simulera leur emprisonnement. Certes, les vieillards sont plus malins que lui. Ils attaquent le lieutenant Hop et son ordonnance Triasku, mais ils le font pour de bon, et anéantissent réellement les fascistes. Toutefois, ce vaudeville est à cent lieues de la réalité, de la lutte sanglante et sans pitié menée dans la réalité de cette guerre à outrance !
On peut me rétorquer que la comédie est un genre foncièrement convenu. Cependant, cet aspect fictif peut varier. On ne doit pas sacrifier la vérité et l’authenticité au nom d’un genre. (…) De manière générale, toute tentative d’appliquer les méthodes de la comédie excentrique à l’ancienne aux réalités actuelles est d’emblée vouée à l’échec. Dans la Carrière du lieutenant Hop, les vieux paysans (joués par S. Kajukov, P. Aleïnikov, V. Zaïtchikov et P. Zinov'ev) se battent avec les Allemands de la même manière que leurs prédécesseurs cinématographiques se bagarraient (…) dans les vieux films américains. C’est à croire que les auteurs et les acteurs du film n’ont pas lu de toute la guerre une seule ligne sur la vie des partisans (…), n’en ont vu aucun et n’ont aucune notion du quotidien qui est le leur. »

«Les Nouvelles Aventures du soldat Schweik (un conte pour soldats) », G. Aleksandrov, Pravda, 27 novembre 1943


« De nombreux personnages littéraires contemporains sont issus du folklore. C’est aussi le cas du brave soldat Schweik qui réunit de nombreux traits de personnages humoristiques de la culture populaire. Tout comme eux, Schweik s’affranchit des misères du quotidien grâce à son optimisme et ses traits d’esprit, et vient à bout des monstres les plus effrayants en faisant appel à l’intelligence populaire et en recourant à la ruse. C’est ainsi qu’il apparaît dans la nouvelle comédie mise en scène par Sergueï Ioutkevitch au studio Soyouzdetfilm. (…)

Certains critiques, dépourvus du sens de l’humour, doutent de la possibilité de rire à propos d’un personnage aussi sombre que ce dégénéré sanguinaire d’Hitler. Le film actuellement à l’écran leur répond par l’affirmative : oui, on peut en rire. Il est ridicule, ce minable caporal prussien qui s’est pris pour le conquérant de l’univers. Tout comme est ridicule son stupide mythe de l’infaillibilité de la machine de guerre allemande, mythe qui a éclaté telle une bulle de savon.

(…) S. Martinson interprète le rôle de Hitler avec une grande maîtrise satirique. Son image de prestidigitateur maniaque est poignante et expressive. En cela elle rappelle les caricatures des Kukryniksy.
Martinson n’est pas le seul acteur à avoir réussi la construction de son rôle. Le scénario et la mise en scène l’aident largement. La figure du führer est entourée de personnages qui aident à comprendre sa personnalité. On peut citer avant tout le caporal (brillamment joué dans le genre comique par S. Filippov). Hitler copie exactement le comportement de ce soudard stupide dans les scènes où apparaît la jeune partisane (N. Nikitina) et fait transparaître sa piteuse essence. (…)

Le réalisateur du film, S. Ioutkevitch, que le spectateur connaît par les drames Les Montagnes d’or, Contre-plan, L’Homme au fusil, Iakov Sverdlov, crée dans le genre de la comédie depuis le Ciné-recueil de guerre n° 7 et met ici en scène le premier film de satire de notre cinéma. En toute connaissance du métier, il mobilise les moyens du loubok [images d’Épinal] et ne craint pas de recourir aux méthodes du cinéma muet que nous avons injustement délaissées. »

2 L’Arc-en-ciel en URSS et à l’étranger

Mark Donskoï « Comment nous avons travaillé sur l’Arc-en-ciel », Ogoniok, n° 5-6, 1944, p. 11

« … Nous avons voulu montrer des Soviétiques lambda, filles et fils du peuple ukrainien qui mènent une lutte pleine d’abnégation contre les envahisseurs et contribuent à la victoire commune et à la libération de notre patrie. Ces hommes et femmes sont des résistants inflexibles, emplis de dignité. Ils sont habités par une grande haine des conquérants, mais aussi par un amour : celui de la terre où ils ont grandi.
Nous avons voulu montrer qu’ils sont beaux non seulement dans leur for intérieur, mais aussi dans leur apparence. Nous avons souhaité montrer la beauté de notre peuple, celle de la nature éternelle de notre cher pays. C’est ce qu’a cherché à rendre l’opérateur Boris Monastyrski.
Les émotions qui traversent les personnages du film sont celles qu’éprouvent nos acteurs.
Pendant le tournage, l’acteur ukrainien A. Dounaïskieze (le grand-père Okhabko) a appris par un télégramme que toute sa famille avait péri à Soumy. Certains de ses proches ont été fusillés par les Allemands, d’autres ont été envoyés en Allemagne aux travaux forcés…
Certaines figurantes kolkhoziennes s’en sont prises aux acteurs qui jouaient les prisonniers allemands avec un tel acharnement, que j’ai parfois été obligé d’arrêter le tournage.
L’une d’entre elles, évacuée de la région de Rostov, a crié soudain : « Permettez-moi de tuer au moins un Allemand ! ». Ces paroles qui venaient droit du cœur ont été incluses telles quelles dans le dialogue.
Nous avons tourné à plusieurs milliers de kilomètres de l’Ukraine. Il y a plus de deux ans, le studio de Kiev a été évacué en Asie centrale, dans la lointaine Turkménie. Les extérieurs ont été filmés à proximité de Semipalatinsk, dans le village d’Ourdjary où des déplacés ukrainiens vivent depuis des décennies. À Achkhabad, nous avons bâti un village ukrainien et des maisons de bois, nous avons planté des arbres couverts de « neige » et construit la margelle d’un puits verglacée (chef-décorateur V. Khmeleva). En guise de neige nous avons pris des couvertures en laine et en coton pour couvrir le sol. Les flocons ont été remplacés par du sel, du sulfate et de la naphtaline. Le verre a fait office de glace. Dans une usine d’Achkhabad, les artisans verriers locaux ont conçu et fabriqué les stalactites qui tombent des toits. Lors du montage, nous avons réuni des scènes tournées en hiver (à Ourdjary) et en été (à Achkhabad). »

« Un film qui appelle à la vengeance. Les travailleuses de la manufacture des Trois collines parlent de L’Arc-en-ciel », Le Bolchevik de Moscou (Moskovskij Bol’ševik), 4 février 1944

« Le comité du parti de la manufacture des Trois collines a organisé un visionnage collectif du film L’Arc-en-ciel (scénario de Wanda Wasilewska, réalisation de Mark Donskoï). 550 ouvrières du textile ont assisté aux séances. Le film a produit une grande impression. Nous publions ci-dessous quelques réactions des ouvrières.
(…)
Les tueurs d’enfants
Natalia Donbazova, ouvrière de la manufacture de tissage
« Il est difficile d’employer des mots habituels pour parler de l’Arc-en-ciel.
Dire “J’ai regardé un bon film” ne convient pas : je ne l’ai pas « regardé », je l’ai vécu. Voici le blond Micha qui marche à pas de loup. L’enfant veut faire passer un bout de pain à Olena Kostiuk, torturée par les Allemands et enfermée dans un hangar. L’anxiété étreint mon cœur. Est-ce que les sentinelles allemandes le verront ? Satanés Fritz, que font-ils ?! Ils visent un enfant sans défense. Je n’arrive pas à y croire. Un coup de feu. L’enfant tombe. Pendant quelque temps, il rampe en appelant : « Maman, maman ».
J’ai eu l’impression que ce n’était pas Micha, mais mon fils Gorka qui m’appelait. Je n’arrivais pas à retenir les larmes. J’avais envie d’étriper ces ordures d’Allemands.
Ce film éveille tant d’émotions et de réflexions. Il attise la haine envers ces assassins d’enfants, ces maudits bourreaux hitlériens. Il suscite l’admiration pour le courage des Soviétiques, y compris des femmes et des enfants qui se sont trouvés encerclés par les Allemands. Le châtiment que vont encourir les bandits allemands doit être sévère. »
Liana Eiramdjan, chef d’une brigade de réparatrices
J’ai pleuré. Ce film résonne en moi. Mon frère n’est pas revenu d’une « mission de combat ». Peut-être qu’il a enduré les horreurs de la prison allemande, si vivement dépeintes dans le film.
Il touche le cœur de tous les Soviétiques. Mais il ne fait pas que susciter les larmes, il force à serrer les poings.
En ayant vu ce film, toutes les filles de notre brigade ont promis de travailler encore mieux, et de réparer les machines-outils de telle manière qu’elles ne tombent plus en panne.
Nadezhda Evstigneeva, chronométreuse
« Lorsqu’a paru la nouvelle de Wanda Wasilewska l’Arc-en-ciel, je l’ai lue comme d’autres jeunes ouvrières de notre fabrique. Le livre a plu et a ému tout le monde. Nous nous demandions les unes les autres si nous l’avions lu, et nous échangions nos réflexions.
Plusieurs adolescentes évacuées de la région de Smolensk travaillent dans notre fabrique. Elles ont toutes souffert de l’invasion. Une fille a perdu sa mère qui a été pendue. La mère d’une autre a été fusillée. Celle d’une troisième a été envoyée en Allemagne aux travaux forcés. Ces jeunes de Smolensk nous ont raconté tant d’horreurs ! Tout ce que décrit l’Arc-en-ciel correspond à leurs récits.
Lorsque le film est sorti, nous sommes allées le voir. La lumière dans la salle s’est éteinte et nous avons contemplé une réalité effrayante. Les filles de Smolensk n’ont pas pu retenir leurs larmes. « Chez nous, cela s’est passé exactement de cette façon », chuchotaient-elles. Moi-même, je sentais ma gorge se serrer. »

« Un film portant sur l’héroïsme et le courage du peuple » D. Zaslavskiï, le Combattant de l’Armée rouge (Krasnoarmeec), 27 janvier 1944

« … La nouvelle de Wasilewska a paru en août-septembre 1942. Profitant de l’absence du deuxième front, l’armée allemande a mobilisé des réserves importantes puis est passée à l’attaque. Elle a touché la Volga, Stalingrad, cherchait à atteindre le pétrole du Caucase, aspirait à encercler Moscou. À cette époque, les Allemands vivaient dans l’illusion de leur victoire. Ils considéraient que la défaite près de Moscou à l’hiver 1941-1942 n’était qu’un échec partiel et passager. C’était une erreur. Le peuple soviétique n’avait aucun doute que l’Armée rouge serait finalement victorieuse.
La nouvelle a produit sur nous une forte impression parce qu’elle dépeint d’une façon remarquable, sincère et puissante les atrocités commises par les Allemands, mais aussi les sentiments héroïques de simples kolkhoziens et kolkhoziennes. Enfants et adultes y sont décrits avec une grande sincérité.
Maintenant que l’Arc-en-ciel est diffusé dans les salles de cinéma, l’Armée rouge a déjà libéré une grande partie de l’Ukraine et continue à avancer en direction de l’Ouest. Aujourd’hui, ce n’est plus un arc-en-ciel qui éclaire le ciel soviétique au-dessus de la terre encore occupée par les envahisseurs allemands, mais une authentique aurore. Les hitlériens ne rêvent plus de la victoire, mais cherchent simplement à fuir. Le documentaire Messieurs, la Cour projeté parallèlement à l’Arc-en-ciel relate certains épisodes du procès de Kharkov. La véracité de la nouvelle de Wanda Wasilewska est soutenue par des faits établis. La vie est exactement comme ce qui est décrit dans son œuvre.
L’officiel allemand Kurt Verner de la nouvelle et du film est ce même capitaine Langheld qui a supplicié une femme soviétique, une kolkhozienne, en présence de son enfant. Elle a été battue par les bourreaux allemands qui exigeaient qu’elle cite des noms de partisans et son enfant, recroquevillé dans un coin de la pièce, regardait avec effroi sa mère qu’on torturait. Ensuite, il a été abattu par un caporal allemand. »

ill. 1 Lettre de leonid Altzev au camarade Tcherevadskaïa

ill. 1 Lettre de leonid Altzev au camarade Tcherevadskaïa

Leonid Altzev

representative of Soyuzintorgkino

Soviet cinema committee

U.S.S.R.

Au camarade Tcherevadskaïa

Soyuzintorgkino

Je vous envoie des réactions critiques au film L’Arc-en-ciel. Après son avant-première au Canada, je vous ferai aussi parvenir des documents qui seront publiés dans les journaux locaux.

L’Arc-en-ciel sera projeté à partir du 23 novembre simultanément à Toronto, Winnipeg, Vancouver, autrement dit dans les plus grandes villes du pays. Les projections simultanées dans plusieurs cinémas et villes constituent un phénomène rare ici.

Ottawa, 8 novembre 1944

Altzev

Sans titre, Howard Barnes, New York Herald Tribune, 28 octobre 1944

« L’histoire de la production du film est aussi simple que le sont les documentaires que nous avons reçus d’URSS. Ce film ressemble à plus d’un titre à un document. Il refuse tout compromis quant à la description des horreurs. Mobilisez-vous avant d’aller le voir au cinéma Stanley.
L’Arc-en-ciel est un reflet authentique de la vie. C’est une image honnête de ce qui se passe dans un village occupé par les nazis. Ce n’est guère embelli comme dans les documentaires vus récemment par l’auteur de ces lignes. »

« Le règne nazi de la terreur », Bosley Crowther, New York Times, 28 octobre 1944

« De nombreux films montrent dans un récit dramatique les souffrances du peuple russe sous le joug des envahisseurs nazis. Plusieurs documentaires dépeignant les horreurs et les sévices sont également sortis sur les écrans. Mais jamais auparavant, ces épreuves ne sont apparues d’une manière aussi poignante, à travers des destins réels, que ne le fait le nouveau film soviétique L’Arc-en-ciel.
Ce film, montrant d’une manière réaliste et simple ce qu’ont vécu les habitants d’un petit village ukrainien occupé par les nazis, laisse une impression indélébile et fait ressentir toute l’horreur de l’oppression que les Russes ont dû subir, ainsi que le courage remarquable du simple peuple. Les atrocités mises en image dans ce film pourraient paraître une fiction si l’authenticité des atrocités commises par les nazis n’avait pas été confirmée par des enquêtes rigoureuses. Au vu des faits dont la véracité a été prouvée, les infamies montrées ici sont perçues comme appartenant à cette sombre réalité.
Ce film n’est pas simplement un inventaire des horreurs, mais aussi une histoire émouvante sur la vaillance et l’enthousiasme du peuple victorieux. C’est aussi la preuve qu’il faut se battre pour le droit de vivre bien…
Tout en glorifiant le courage des Russes, le film montre d’une manière convaincante le fond pervers et ignoble du soldat allemand. Présenté dans le film, le chef nazi du village est montré comme un véritable sadique. Avec son amante velléitaire, une femme russe, il apparaît comme le modèle de l’infamie au sang-froid.
Mis à part quelques petits défauts dans le montage, l’Arc-en-ciel est brillamment mis en scène. L’excellent travail du réalisateur a permis une œuvre foncièrement réaliste et stylistiquement singulière. Un casting exceptionnel est à l’origine d’un jeu sans défaut. C’est une œuvre puissante et déchirante. Il suffit de le regarder pour comprendre pourquoi les Russes se vengent. »

« Le film que tous les adultes doivent voir », Essex Free Press, Ontario, 9 février 1945

« Applaudi par le New York Sunday News - « une production éminente, un drame poignant et réaliste portant sur la peur, la souffrance et la tragédie, triomphe du réalisateur Mark Donskoï » - le film soviétique l’Arc-en-ciel sera projeté en lien avec une campagne de recrutement intense des femmes canadiennes dans les Unités de combat féminines de l’Armée. La projection aura lieu à la haute école d’Essex, lundi, le 19 février, à 8h.
Projeté pour la première fois dans l’Ontario de l’Ouest, ce film russe dépeint la puissance et la résistance du peuple dans un village ukrainien non occupé (sic.), leur haine intense pour les nazis et leur amour pour la patrie. Cette production est une adaptation de la nouvelle éponyme de Wanda Wasilewska, qui a reçu le prix Staline. Le jour de sa publication, elle a été vendue à près de 500 000 exemplaires. Selon New York P. M., « ce film est d’une intensité phénoménale. Sa force cinématographique est immense et il est rare de voir pareille franchise dans nos propres films. »
L’Arc-en-ciel est inclus dans le circuit commercial des films projetés dans tous les camps militaires et il a été rendu accessible à la population civile par sa projection dans le cadre des campagnes de recrutement des Unités de combat féminines de l’Armée. Compte tenu de la franchise brutale de ce film, il est interdit aux enfants de moins de 16 ans. Le public est malgré tout convié et l’entrée est, bien entendu, gratuite. »

« Qu’est-ce que l’Arc-en-ciel nous dit ? », Peterborough Examiner, Ontario, 13 février 1945

ill.2 What ‘‘The Rainbow’’ Tell Us (photographie de l’article)

ill.2 What ‘‘The Rainbow’’ Tell Us (photographie de l’article)

« Récemment, nous avons eu la possibilité de voir l’Arc-en-ciel, un film russe sur l’occupation allemande de l’Ukraine, tiré d’une nouvelle qui a reçu le prix Staline. À juste titre, ce film doit être qualifié de grand, car il s’agit d’une interprétation artistique fine de la souffrance d’un grand peuple soumis à la tyrannie. Nous supposons que le film ne sera pas projeté au Canada dans le circuit commercial, car il n’attirera pas de nombreux spectateurs. Il est réaliste et souvent effrayant dans ce qu’il montre, tandis que notre public est bercé par des représentations mièvres et romantiques de la guerre. Nous souhaitons cependant que tout citoyen canadien adulte regarde l’Arc-en-ciel non pas pour être totalement effrayé, mais simplement pour être capable de regarder en face l’odieuse tyrannie.
Malgré notre remarquable effort de guerre et les sacrifices faits par nos hommes de combat, la guerre n’a touché le Canada que légèrement. Nous n’avons souffert ni de privations, ni de l’occupation par les troupes de l’ennemi. Nous n’avons vu aucune destruction ici. Tout ce que nous avons fait pendant la guerre se déroulait loin de notre pays. Cela a été notre grande fortune et nous devons en remercier Dieu. Cependant si nous, Canadiens, voulons jouer notre propre rôle dans le monde d’après-guerre, nous devons nous rendre compte autant que possible de ce qu’ont dû traverser les peuples d’Europe et d’Asie. Nous devons connaître leurs émotions actuelles et comprendre pourquoi ils éprouvent cela. L’Arc-en-ciel nous aide à le comprendre.
L’histoire est simple, c’est celle d’un village en Ukraine occupé par les forces armées allemandes. Chaque villageois doit porter autour de son cou un matricule, se contenter d’une nourriture extrêmement pauvre et insuffisante, tandis que ses enfants manquent des produits de première nécessité, comme le lait, à cette seule fin que les conquérants puissent bien se nourrir. Plus personne n’ose faire montre de sympathie ni aider les amis en difficulté. Chacun doit s’attendre à ce qu’une dizaine d’amis soient fusillés ou pendus pour tout Allemand molesté. Chacun doit souffrir de l’aplomb dont font preuve les traîtres à leur propre nation. Chaque villageois, sa femme et ses enfants courent le risque d’être torturés pour leur extorquer des informations qu’ils ne possèdent pas. La vie est privée de tout mobile, sauf du désir de vengeance. Il est difficile pour nous de concevoir une tyrannie de ce type ailleurs que dans la littérature, mais il y a encore quelques mois ce régime régnait partout en Europe où se posait la botte des Allemands. C’était réel et pénible. Il est absolument nécessaire pour nous de connaître ces choses aussi amplement que possible, d’autant plus que nous ne les avons pas vécues. Autrement, nous serons coupés de millions de personnes qui ont été nos alliés pendant la guerre.
Ce film russe n’est pas un film d’horreur. Une femme enceinte est obligée de courir des heures durant dans la neige, au grand amusement des soldats allemands, et doit tenir bon durant l’interrogatoire. Pour punir une mère de son refus de coopérer, son enfant est assassiné sous ses yeux. Les enfants sont effrayés par les soldats allemands qui ignorent la différence entre jeu et brutalité. Un garçon est abattu pour une tentative d’apporter de la nourriture à une prisonnière. Jeunes et vieux sont pris en otage et jetés dans des prisons immondes. Toutes ces péripéties du film ont eu lieu dans la vie réelle, et pas une fois, mais des centaines de fois. C’est la manière dont les Allemands se comportent lorsqu’ils sont aux commandes. Et c’est la mémoire que l’Europe gardera d’eux pour des générations. Nous, Canadiens, qui n’avons jamais connu d’horreurs depuis le temps des Indiens, et ce n’était pas beaucoup comparativement à l’expérience européenne, devons entendre ce fait. Sinon, nous ne comprendrons pas l’Europe de l’après-guerre. Dans le film l’Arc-en-ciel, une paysanne tient un discours devant ses amis. En voici l’idée générale : « ne tuez pas les Allemands maintenant, durant ces quelques instants de revanche facile. Ils ne doivent pas nous échapper par une mort rapide alors qu’ils nous ont fait souffrir si longtemps. Non ! Laissez-les en vie et laissez-les savourer entièrement l’amertume de la soumission, de l’échec et de la perte ». Voici l’esprit qui anime l’Europe d’aujourd’hui. Cet esprit est parfaitement perceptible dans les dernières nouvelles de la conférence en Crimée. Nous, Canadiens, devons connaître cet esprit et comprendre sa force et sa valeur si nous aspirons à comprendre le monde dans lequel nous vivons. »

Ill. 3 Eléments de promotion du film

Ill. 3 Eléments de promotion du film

3 Conditions d’accès

«Le cinéma de jour sur le front. Projectionniste ambulant», Moscou soir, 1941

«Le cinéma habituel ne peut être utilisé dans les conditions de combat. Les projections nocturnes risquent de démasquer les emplacements des régiments. La direction politique de la Flotte militaire et l'Institut de recherche en équipement cinématographique ont pratiquement résolu ce problème, en proposant de faire des projections diurnes sur le front.
M.M. Basov, ingénieur militaire, a élaboré un appareil ambulant de projection pour le cinéma diurne. Sa construction est extrêmement simple et l'appareil n'est pas encombrant. Son montage prend au maximum 5 minutes. Un générateur électrique est monté dans le camion. Ce qui permet d'organiser des projections là où on manque d'électricité. Un dispositif d'insonorisation fait disparaître le bruit du moteur. L'écran carré de cet appareil rend l'image claire et précise.
L'appareil ambulant de projection de cinéma diurne a été testé et prochainement notre industrie cinématographique le produira en quantité pour notre vaillante Armée rouge ainsi que pour la Flotte militaire. Durant les quelques heures de repos entre les combats, nos soldats et nos commandants pourront voir les films de guerre qu'offre le cinéma soviétique»

« Une tache sur l’écran. Brève chronique »

Soulevant la poussière, l’engin passa à toute allure dans la rue, et après un virage serré, s’arrêta près du club du kolkhoze. Les gars reconnurent le camion, s’arrêtèrent de jouer et dévalèrent le chemin qui les séparait de la place. « Le projectionniste est arrivé ! Faites venir le son ! »
Les gars entourèrent la camionnette et assaillirent le chauffeur de questions :
- Hé, pépé, qu’est-ce que vous nous amenez ? Tchapaev ou Souvorov ?
- Nasreddine à Boukhara ! marmonna dans sa barbe le chauffeur en faisant cliquer son briquet.
- Qui ça ? redemandèrent les gars.
- Attendez, je vais vous le faire voire ! ronchonna quelqu’un derrière le rideau et derrière une bâche se profila la tête hirsute de l’opérateur. « Allez-vous en, espèce de bons à rien ! Vous êtes venus dévisser les écrous ?! Vassia, fais le plein d’essence !... »
Comme par magie, une table fut bientôt dressée sous un buisson. Les projectionnistes ambulants trinquèrent, se félicitèrent mutuellement… et s’endormirent en ronflant.
Ils se réveillèrent alors que pointait le crépuscule sur le village de Lebiajie. En un instant, tous les billets furent distribués. Les habitants du village de Lebiajie n’avaient pas vu de film depuis un an et demi et débarquèrent par familles entières. C’était la fête, pour eux, ce soir-là. « Attention ! » éructa le mécanicien et il mit en branle le bloc électrogène.
La salle se tut. Une heure passa, puis une autre, rien sur l’écran, ni lumière, ni ombre. La dynamo renifle, éternue, mais ne donne pas de courant, rien à faire. Une heure passe encore. Le public s’émeut, les bambins tapent des pieds, frappent des mains, mais l’écran reste comme mort. Quand l’aube apparut, le projectionniste déclara : « Citoyens, rentrez chez vous ! La dynamo ne marche pas !... »
La mine renfrognée, les kolkhoziens regagnèrent nonchalamment les champs. Et, comme si de rien n’était, les projectionnistes s’en furent au sovkhoze « Lesnoï ».
… Le soir, la maison de la culture du sovkhoze était bourrée à craquer. Arrivèrent non seulement les travailleurs du coin, mais aussi les kolkhoziens des villages d’à côté, ainsi que ceux des vergers environnant. Ils vinrent donc, achetèrent leurs billets, puis solennellement prirent place. L’appareil se mit à bégayer. Mais qu’est-ce donc ? Une énorme tache grise occupait tout l’écran. Pas une figure, ni un objet, rien sinon cette tache qui ne cessait de défiler devant les yeux des spectateurs. Ces derniers attendirent patiemment : il y a qu’à attendre, ça finirait par passer ! Mais la tache ne quitta pas l’écran jusqu’à la fin du film.
Quand on ralluma la lumière dans la salle et que les spectateurs quittèrent leurs places, la représentante du comité ouvrier, Zinaida Petrova, demanda au projectionniste : « D’où vient ce gribouillis sur l’écran ? ». Celui-ci leva la tête, embrassa la salle d’un regard et proféra avec emphase :
- L’acoustique n’est pas bonne !
- Quoi, quoi ? redemanda Petrova.
- Il n’y a pas d’épicentre dans la salle !
- Essaie un peu de dire le contraire…
« Le spectateur d’aujourd’hui est bien difficile ! » se lamente Vassili Bakhmat, le chef du département de projection de films. – Il n’hésite pas à huer le projectionniste ambulant !
Bakhmat a bien tort de se plaindre du spectateur. Le spectateur, lui, a beaucoup de patience.
À Isil-Kule – trois caravanes muettes et une avec du son. Cela ne suffit pas pour organiser une séance de cinéma par mois pour chaque village. Bakhmat ne manque pourtant pas de professionnels : cinq projectionnistes ambulants, plus un technicien attitré, plus le chef lui-même, qui a de l’expérience. Non, ce qui lui manque à Bakhmat, c’est de l’ordre, de la discipline, il manque d’attention envers le spectateur du village. Et puis, ni le comité du quartier du parti ni la direction régionale de diffusion des films ne contrôlent le travail du département. Bakhmat n’a pas souvenir qu’on lui ait donné le moindre conseil, la moindre instruction, voire même qu’on l’ait grondé, ne serait qu’une fois. Un oubli complet et une indifférence totale !
Regardez ce qui se passe dans le district Kaganovitch ! C’est à deux pas du centre-ville d’Omsk. Là-bas, durant les trois années de la guerre, le village n’a pas vu un seul film.
Un télégramme est arrivé de Novo-Zamika. C’est une requête du comité local du parti : « Où est donc notre dynamo ? Comment se fait-il qu’en quatre mois on n’ait pas pu la réparer ? Et pourquoi vous ne nous envoyez pas de nouveaux films ? En un an, on a reçu seulement deux vieux films de chez vous. » De telles requêtes viennent aussi bien du district des Soldats, que de ceux de Poltava, de Tauride, de Kormilov, de Oust-Ichimsk.
En dépit de toutes ces plaintes et de ces demandes, la chef de la direction régionale de N. Koleskikova, a publié en une de la Pravda d’Omsk un article sous le titre pompeux de « Festival de cinéma au village ». Cet article donne une image en tous points opposée à la réalité :
«  Un festival de cinéma va débuter dans tous les districts de notre région, mais aussi dans de nombreux villages kolkhoziens. Durant ce festival, le spectateur du village verra les meilleurs films soviétiques… »
On voit dans les rues d’Omsk des panneaux avec des messages fanfaronnant : « Festival des meilleurs films ! ». Des affiches s’étalent sur les palissades et des panneaux portent l’inscription : « Stop ! Lisez ! Aujourd’hui, dans les cinémas d’Omsk, a lieu le festival des meilleurs films jamais montrés ! » On publie bien en vue de larges annonces dans la Pravda d’Omsk. « Le spectateur villageois » n’a rien vu de tous ces films annoncés. Kolesnilova s’est ingéniée par ce tapage à recouvrir d’un paravent la tache grise de l’écran.
Ça va durer encore longtemps, cette histoire ? »

Haut de page

Table des illustrations

Titre ill. 1 Lettre de leonid Altzev au camarade Tcherevadskaïa
Légende Leonid Altzev
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/4822/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre ill.2 What ‘‘The Rainbow’’ Tell Us (photographie de l’article)
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/4822/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Ill. 3 Eléments de promotion du film
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/4822/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 503k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Pozner et Irina Tcherneva, « Dans la presse – sélection de documents », Conserveries mémorielles [En ligne], #24 | 2020, mis en ligne le 23 août 2020, consulté le 09 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/cm/4822

Haut de page

Auteurs

Valérie Pozner

Articles du même auteur

Irina Tcherneva

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search