Navigation – Plan du site

AccueilNuméros#25Synthèse croisée

Synthèse croisée

Faire ensemble / Doing Together
Cross-case synthesis: faire ensemble / Doing Together
Sian Sullivan, Michèle Baussant, Lindsey Dodd, Olivette Otele et Irène Dos Santos
Traduction de Benjamin Bâcle.
Cet article est une traduction de :
Cross-case synthesis

Résumés

Comme mentionné dans le texte introductif de ce numéro spécial, l’une des ambitions transversales du projet de recherche « Histoires Perturbées, Passés Retrouvés » a été de mettre au point un moyen de « faire ensemble », que nous appelons ici « analyse croisée ». Étant donné l’étendue et la spécificité de nos études de cas, ce procédé s’est avéré difficile mais gratifiant en fin de compte. Dans ce texte conclusif, nous voulons partager la praxis du travail mené collectivement au cours des trois années du projet. Nous avons d’abord cherché à trouver des points d’articulations entre nos méthodologies, puis confronté la manière de « classifier » les différents types d’informations recueillies et produites, et, pour finir, réfléchi à la façon dont nos matériaux d'histoire orale perturbent, reflètent, réfractent ou rétablissent des « vérités » historiques établies. Nous avons été attentives aux multiples façons dont les forces sociales s'unissent pour produire différentes formes d'oublis, contribuant à effacer des types particuliers de connaissances, de voix et d’expériences.

Haut de page

Texte intégral

« Synthèse croisée » – une introduction

1L’article introductif de ce numéro spécial sur les Histoires Perturbées/Passés Recouvrés présente les objectifs de notre projet qui porte sur des vies marquées par des ruptures provoquées par des changements politiques, sociaux et/ou économiques violents liés notamment à la guerre, à la colonisation/décolonisation et à l’exil ; ces expériences personnelles se retrouvent souvent en marge des récits historiques nationaux et/ou académiques. Dans cet article de conclusion, nous souhaitons partager la praxis de ce travail collectif. Notre projet se focalise plus précisément sur la question du type d’expériences et de connaissances qui se voient mobilisées ou disqualifiées dans le processus d’écriture du récit historique, et sur comment le passé est rendu présent dans la sphère publique. Nous nous intéressons aussi à la manière dont les relations de pouvoir façonnent les contextes, les conditions et les formes dans lesquels le (ce) savoir et les (ces) expériences émergent dans l’espace public, deviennent des objets d’étude, ou se voient transformés en contre-mémoire. Le Tableau 1 dresse une liste de nos études de cas.

Tableau 1. Etudes de cas menées dans le cadre du projet Histoires Perturbées, Passés Recouvrés, 2016-2019 (voir https://dsrupdhist.hypotheses.org/​).

Chercheuse

Titre original de l’étude de cas

Titre dans le numéro spécial

Michèle Baussant,

Chercheuse principale (France)

« Souvenirs et interprétations historiques du passé juif-oriental dans le contexte d’Israël et de la diaspora »

« ‘Visualiser les voix’ : les Juifs d’Egypte, d’une rive à l’autre (Europe, Israël, Etats-Unis d’Amérique) »

Lindsey Dodd,
Co-chercheuse (UK)

« Le recouvrement de souvenirs d’enfance liés au contexte traumatisant de la France de la Seconde Guerre »

« Ce n’est pas ce que j’ai vu. Ce n’est pas ce que j’ai pensé » : ou comment les représentations « d’en bas » défient les versions dominantes du passé français de la seconde guerre mondiale »

Irène Dos Santos, Co-chercheuse (France)

« Le recouvrement de récits perturbés dans un contexte post-colonial : l’expérience subjective des migrants portugais en Angola »

« Lier récits de vie et récits historiques. La place de la ‘mémoire’ dans la société portugaise post-1974 »

Olivette Otele,
Co-chercheuse (UK)

« Raconter son histoire, redéfinir la mémoire collective : les défis rencontrés par les réfugiés et migrants africains dans l’Europe du 21e siècle »

« Vers le nord : La mémoire et les histoires perturbées de la ‘Méditerranée noire’ »

Sian Sullivan,

Chercheuse principale (UK) et Coordinatrice du projet

Histoires orales, témoignages sonores et documents historiques sur la réappropriation territoriale et les rapports entre nature et culture dans la Namibie de l’ouest, postcoloniale et postapartheid »

« Cartographier la mémoire, les droits et les interrelations : comment la modernité globale et les habitations locales s’articulent dans la délimitation territoriale des aires de conservation communales au Nord-Ouest de la Namibie. »

  • 1 Nous sommes reconnaissantes d’avoir eu le privilège de faire partie de ce réseau, et d’avoir bénéfi (...)

2Dans notre dossier de candidature pour le financement du projet Histoires Perturbées, Passés Recouvrés, nous proposions, en complément des études de cas, un processus de coproduction ouvert, des lectures transversales visant à un partage et une discussion des résultats, ainsi qu’une synthèse croisée de ceux-ci. Notre intention était triple : 1) encourager une analyse croisée systématique par le partage et la théorisation des contenus et expériences de chaque étude de cas ; 2) identifier des points communs et des points de divergence entre les différents cas ; 3) s’apporter, les unes aux autres et d’un cas à l’autre, un certain soutien, tout en poursuivant notre propre recherche. Pour réaliser cette « synthèse croisée », nous nous sommes rencontrées à plusieurs reprises et avons identifié un certain nombre de préoccupations communes, de « points d’articulation » et de désaccords entre nos approches disciplinaires et les contenus émergeant de chaque cas. Ce processus a été grandement facilité par une série d’ateliers à Londres et à Paris qui, entre 2016 et 2018, ont rassemblé un certain nombre de chercheur.e.s financé.e.s dans le cadre plus général des réseaux de recherche collaboratifs AHRC Care for the Future et LABEX « Les passés dans le présent » (voir http://careforthefuture.exeter.ac.uk/​2015/​02/​joint-funding-call-pre-announcement/​)1.

Tableau 2. Liste des panels et contributions de l’atelier de recherche Histoires Perturbées, Passés Recouvrés, s’étant tenu à Bath Spa University les 26 et 27 janvier 2018 (https://dsrupdhist.hypotheses.org/​project-workshop-january-2018).

Allocution liminaire sur The Politics of Memory
Marie-Claire Lavabre, Directrice de recherches au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), Paris

Discutant : Alison Hems, Heritage Management, Bath Spa University

Panel 1:

Broken Lives, Silenced Memories: Reappropriations of the Past Among the Jews of Egypt and Islamic Countries
Michèle Baussant, Centre National de la Recherche Scientifique et Université Paris Nanterre

Disrupted Histories, Re-negotiated Past: The Current Reconstruction of the Departure of the Jews of Egypt between 1948 and 1967
Liat Alon, Département d’Histoire, Ben Gurion University

Présidé par Richard White, Media Studies, Bath Spa University

Panel 2:

Disrupting Memory, Recovering History; Or, the Delicate Balance Between Life and Evidence
Lindsey Dodd, Département d’Histoire, University of Huddersfield,

Beneath the Surface of the Waterways
Jodie Matthews, Département de Littérature Anglaise, University of Huddersfield,

Sound and (hi)story in Damara / ≠Nūkhoen pasts, from Basel to west Namibia
Sian Sullivan, Research Centre for Environmental Humanities, Bath Spa University et Welhemina Suro Ganuses, Save the Rhino Trust, Namibia

Présidé par Sandra Kemp, Directrice du Ruskin Library and Research Centre, University of Lancaster

Panel 3:

Moving up North: Disrupted Histories of the Black Mediterranean
Olivette Otele, Département d’Histoire, Bath Spa University

Oral Testimonies, ‘Lost’ Histories & Re-thinking Muslim Migrant Communities in Post-war Britain: A Rural Case Study
Sarah Hackett, Département d’Histoire, Bath Spa University

Présidé par Benjamin Neimark, Lancaster Environment Centre

Panel 4

Between Silenced Memories, Meaningless Heritage and Broken Traditions? Post-war Population Transfer From Istria, Ex-Yugoslavia
Katja Hrobat Virloget, Head of Institute for Intercultural Studies, University of Primorska, Slovenia

Encouraging the Emergence of Different Interpretations of Portuguese Colonisation for a Common Post-colonial Future
Irène Dos Santos, Centre National de la Recherche Scientifique et Université Paris Diderot

Présidé par Mike Hannis, Research Centre for Environmental Humanities, Bath Spa University

3Nous revenons ici sur le processus de création de cette « synthèse croisée » en mobilisant notamment les blogs publiés sur le site web de notre projet, dont : “Seeking points of articulation in a cross case synthesis”2 et “Reflections on research method and cross-case synthesis”3, de Lindsey Dodd (tous deux postés en février 2018), et “Disrupted histories. Recovered Pasts” dans un monde globalisé : penser et croiser les terrains et les sources”4de Michèle Baussant (posté en mars 2018), trois blogs s’alimentant à nos réflexions et réunions communes.

4Nous souhaitons retracer en détail les étapes de notre synthèse croisée parce que nous pensons que celles-ci peuvent potentiellement être réplicables par des chercheur.e.s impliqué.e.s dans des projets collaboratifs interdisciplinaires travaillant à partir de données qualitatives. S’il est aisé de proposer une synthèse croisée dans un dossier visant à obtenir un financement, la réalisation concrète d’une telle synthèse est autrement plus difficile. Que signifiait très concrètement mener « une approche et une synthèse croisée » dans le cadre d’une histoire orale ? Comment l’élaborer ? Quelle théorisation demandait-t-elle ? Ces questions sont devenues de plus en plus prégnantes à mesure qu’avançait le travail de recherche portant sur des cas et des contextes très différents et mettant en avant des données qualitatives mêlant toutes sortes d’expériences personnelles et parfois traumatisantes qui, par nature, transcendent les classifications et comparaisons trop évidentes. Bien que nous soyons parties d’un protocole relativement rigide nous permettant d’établir un certain nombre de connexions entre nos différentes études de cas, le processus de construction de notre synthèse croisée est progressivement devenu créatif.

5Notre but ici est de mettre en lumière la réflexion accumulée et théorisée sur les dynamiques d’inclusion et d’exclusion dans les contextes de sociétés post-conflit et post-coloniales. Dans ce qui suit, nous présentons le chemin parcouru. D’abord la mise en commun de nos connaissances, puis les différentes tentatives pour trouver des « points de (dés)articulation » entre nos différents cas, et enfin l’émergence et l’identification d’un certain nombre de thèmes-clefs. Nous conclurons en partageant nos réflexions sur ce que nous pensons avoir tiré de cette théorisation du processus de comparaison et de synthèse.

Mise en commun de ce que nous savons

  • 5 Notre équipe a émergé de la rencontre de Sian et Lindsey lors du second atelier AHRC-LABEX PasP à L (...)

6Le travail de synthèse croisée a commencé sous une forme simple destinée à permettre une meilleure compréhension de la manière dont chacune d’entre nous approchait sa recherche. C’était-là une étape nécessaire, dans la mesure où, avant que l’appel à candidatures franco-britannique AHRC et LABEX ne nous réunisse, nous n’avions pas eu l’opportunité de travailler ensemble5. La nature organique et contingente de la constitution de notre équipe bilatérale impliquait que dès le début, une fois le financement attribué, il nous fallait travailler à établir des modes de communication entre nous, et trouver un socle commun à nos pratiques de recherches respectives. Il nous fallait entamer un processus de familiarisation avec les recherches de chacune d’entre nous pour qu’un échange fécond puisse naître de la comparaison de nos différentes pratiques et études de cas, sachant que notre groupe était constitué de chercheuses issues de disciplines différentes (anthropologie et histoire) et de traditions universitaires différentes, travaillant sur des corpus spécifiques et assez restreints dans certains cas. Cette diversité disciplinaire a donné lieu à des discussions fécondes sur les différences pouvant émerger entre des recherches portant sur « l’histoire orale » et « la mémoire », dans un contexte – et cela est particulièrement vrai en France – marqué par l’opposition entre « mémoire » et « histoire ». Au sein de cette complexité, nous avons trouvé – du moins jusqu’à un certain point, et comme on peut le voir plus bas – le moyen de réfracter au sens propre et figuré cette opposition, à travers la mise en regard et en commun de nos différentes approches et préoccupations.

7Nous avons commencé ce processus en 2016, chacune d’entre nous étant invitée à partager deux textes, pour entamer la discussion. Ces textes devaient être : 1. Un texte que nous avions écrit (publié ou non), en rapport avec le thème du projet des « Histoires Perturbées » ; 2. Un texte s’inscrivant dans notre propre discipline, qui nous avait inspirée, et dont nous pensions qu’il pourrait intéresser les autres membres de l’équipe. Le Tableau 3 dresse la liste des textes en question.

Tableau 3. Travaux partagés dans le cadre de la mise en commun de ce que nous savons.

Travaux dont nous sommes les auteurs :

Baussant, M., “Broken lives, silenced memories and reappropriations of the past: The Jews from Egypt and from islamic countries”, in A. Bazin et C. Perron (dir.), How to address the loss? Forced migrations, lost territories and politics of history in Germany and in Europe in the XXth century, Oxford, Peter Lang, 2018.

Dodd, L. “Turning historian to tell your traumatic past; or, how oral history speaks both from below and from the inside out”, intervention dans le cadre des séminaires d’histoire organisés par l’Université de Huddersfield, avril 2017.

Dos Santos, I., "Migrer du Portugal en Angola: perception de la migration et rapport au passé colonial. Quelques pistes de réflexion”, Cahiers de l’URMIS, 2017.

Otele, O., “Mourning in reluctant sites of memory: from Afrophobia to cultural productivity”, NIOD Lecture Series, septembre 2016, Institute for War, NIOD Institute for War, Holocaust and Genocide Studies, Amsterdam, Netherlands.

Sullivan, S., “What’s ontology got to do with it? On nature and knowledge in a political ecology of the ‘green economy’”, Journal of Political Ecology, 24.1, 2017.

Travaux d’autres chercheur.e.s :

Basso, K. H., “Quoting the Ancestors”, chap. 1, in Wisdom Sits in Places: Landscape and Language Among the Western Apache, University of New Mexico Press (1996) (partagé par Sian).

Bhambra, G. K., “What shadows? Representing Enoch Powell”, http://gkbhambra.net/​ (28 October, 2016) (partagé par Olivette).

Fassin, D, "Une vérité sans réconciliation. Mémoire et histoire du Sida dans le post-apartheid", Sociétés & Répresentations, 2.22, 2006 (partagé par Michèle).

Machaqueiro, M. A., “Spaces of memory: the construction of colonial and post-colonial spaces in the memories of former Portuguese colonizers”, CRIA-FCSH Working Paper 10, 2011 (partagé par Irène).

Roper, M., “The unconscious work of history”, Cultural and Social History, 11.2, 2014 (partagé par Lindsey).

8La lecture de ces travaux nous a donné une base pour la discussion et la recherche de points communs ou de désaccord, et a permis l’établissement de points de (dés)articulation entre nos études de cas et approches respectives.

Points d’articulation

9Notre recherche incorpore un ensemble hétérogène de formes de médiation du passé, telles que l’histoire orale, les histoires publiques, les témoignages, la mémoire, l’histoire et l’historiographie formelles et les sites internet. Dans chacune de nos études de cas, nous établissons des connexions et des croisements entre ces sources, de façon à mettre en évidence la nature hétérogène de l’histoire et à donner à entendre une multitude de voix. Nous nous demandons, dans chaque cas, dans quelle mesure les « vérités mémorielles » invoquées par ces sources peuvent être mises en rapport avec les « vérités d’archives » c’est-à-dire les textes et autres sources formellement archivés tenus pour des « formes vraies » de l’hisoitre. Ce faisant, nous nous intéressons à la manière dont ces différents types de « vérités » s’articulent les uns aux autres et en viennent parfois à se correspondre, parfois à diverger complètement.

10Nos sources sont donc multiples, bien que les témoignages oraux occupent une place de premier plan dans nos recherches, sous la forme d’enregistrements que nous avons réalisés nous-mêmes ou faits par d’autres et dûment archivés. Pour identifier des « points de (dés)articulation » entre nos différentes études, nous nous sommes mises d’accord sur trois questions centrales concernant nos méthodologies de recueil d’histoires orales. Les questions choisies pour structurer notre approche commune étaient les suivantes :

111. Comment décrire nos méthodes de recherche, par exemple nos méthodes de recueil d’entretiens enregistrés, nos méthodes d’écoute des entretiens réalisés, ou de ceux existant déjà dans les archives ? Cette question était essentielle dans la mesure où bien que nous travaillions toutes avec des histoires orales, notre équipe était interdisciplinaire, constituée d’anthropologues et d’historiennes générant et utilisant ces sources de manières parfois très différentes ;

122. De quelles façons peut-on « catégoriser » le(s) différents type(s) de matériaux d’histoire orale sur lesquels nous travaillons ou que nous produisons dans notre recherche (les souvenirs d’enfance, les entretiens intergénérationnels, notamment) ? Cette question nous a permis d’identifier les différences et les correspondances entre nos interlocuteurs et entre leurs expériences ;

133. De quelles façons les matériaux d’histoire orale dont nous disposons in fine perturbent-ils, révisent-ils, réfractent-ils ou permettent-ils de recouvrir des événements et des expériences tenus pour historiquement "vrais" dans le contexte de nos études de cas ?

14Ces questions forment la base de notre interdisciplinarité, de l’histoire à l’anthropologie. Elles permettent de nous situer sur la manière d’envisager nos objets de recherche et nos relations respectives à nos interlocuteurs et à nos sources, les échelles et les concepts que nous utilisons. Le processus ainsi enclenché s’est avéré dynamique, voire bouillonnant d’idées (avec un tableau noir et des craies de toutes les couleurs). Il nous a permis d’apprécier d’autant plus la profondeur des correspondances généalogiques et rhizomatiques entre nos recherches respectives (Foucault, 1977; Deleuze et Guattari, 1988 [1980]). La matrice de points d’articulation ainsi créée a donné une meilleure idée des thèmes émergeant, qui se combinent et se distinguent dans nos différents champs de recherches. Avant de se pencher sur la manière dont ces thèmes traversent nos études de cas, il est important de comprendre la matrice organisatrice qui nous a permis d’identifier et de définir ces thèmes.

Une approche transversale des études de cas

15Nos discussions sur les manières d’approcher transversalement nos études de cas nous ont ainsi amenées à établir cette matrice de points d’articulation, dont la vocation était de guider notre processus de réflexion. Elle nous a permis de mettre en lumière, à travers quelques axes principaux, des éléments spécifiques à nos études de cas, éclairant l’aspect comparatif de notre projet. Nous l’avons pensée sous la forme d’un tableau (voir Tableau 4), tout en étant conscientes des limites d’une telle représentation trop schématique pour rendre pleinement justice à l’hétérogénéité des données concernées. Ces limites posées, ce tableau s’est avéré utile, en tant que base de discussion claire et aisément consultable.

16Le tableau condense sous la forme de questions apparemment simples les problématiques qui parcourent nos recherches. Ces questions ont été formulées de telle façon à nous encourager à être les plus claires possibles quant aux préoccupations qui traversent nos études respectives et structurent notre projet commun. Ces dernières se traduisent par les objectifs suivants :

17- Identifier les événements « objectivement » perturbateurs ou qui se sont « réellement passés », lesquels forment la base de nos différentes études de cas ;

18- Clarifier notre compréhension naissante de ce qui a, pour nos interlocuteurs, été perturbé, interrompu et perdu du fait de ces événements, et comment ;

19- Structurer le processus de réflexion sur ce qui pourrait être identifié comme ayant été « recouvré » par nos activités de recherche, et comment.

20Nous avons cherché à clarifier les réponses à ces questions en ce qui concerne : nos interviewés ; nous-mêmes en tant que chercheuses ; « l’histoire » / les discours publics ; les géographies / territoires / lieux concernés. Cette étape dans notre processus de synthèse impliquait pour chacune d’entre nous un travail sur nos études de cas à la lumière de ces questions, et l’utilisation de notre matrice d’observations et de réflexions comme base des discussions à venir (voire l’appendice). Bien que très simple dans sa forme, cette matrice nous a aidées à mettre en lumière la nature de nos matériaux empiriques, d’identifier les spécificités et les correspondances entre nos études de cas et de faire émerger les thèmes dont il sera question dans la partie suivante.

Tableau 4. Questions pour amorcer la discussion en vue d’une synthèse croisée au sein du projet « Histoires Perturbés, Passés Retrouvés »

Pour qui :

Quelle est la nature et l’époque de la perturbation ?

Qu’est-ce qui est perturbé ?

Qu’est-ce qui a été perdu, et comment ?

Qu’est-ce qui a été recouvré, et comment ?

Pour nos interviewés

Pour nous

Pour « l’histoire » / les discours publics

En termes géographiques / territoriaux / de lieux

21Ce qui s’est avéré particulièrement profitable ici, c’est l’ensemble de possibilités que cette mise en forme schématique offre en termes de connexions rhizomatiques entre les cas et les pratiques, connexions qui n’ont cessé de réapparaître et de redéfinir nos analyses à mesure qu’elles se développaient dans les articles de ce numéro spécial. O’Sullivan, dans le sillage de Deleuze et Guattari (1988 [1980]), avance ainsi que :

[Le] rhizome est antihiérarchique et a-centré. Nul principe organisateur unique ne prédétermine les cohérences et les compatibilités entre le réseau et ses éléments. Ce que le rhizome rend précisément possible, ce sont les connexions transversales, voire alogiques, entre des événements hétérogènes (traduit de l’anglais) (O’Sullivan, 2000, 84)

22Dans le même ordre d’idées, et bien qu’un certain nombre de principes organisateurs forment l’épine dorsale de ce projet – tenant notamment aux contextes post-coloniaux et post-conflit de nos recherches, à notre prédilection pour les récits oraux et les histoires « amateurs » en tant que sources légitimes de mémoire dans la fabrique du discours historique – ce qui pour nous s’est révélé le plus productif, ce sont les façons multiples et irrégulières dont les « composantes » de nos études s’emboîtaient ou ne s’emboîtaient pas.

23Les événements historiques perturbateurs dont nous étudions les conséquences sur la vie de certains individus ont tous mené à une éviction ou à un départ de l’endroit où ces individus résidaient jusque-là. Ces départs ou évictions sont pour la plupart liés à des événements spécifiques qui se sont déroulés sur plusieurs années au milieu ou dans la deuxième partie du vingtième siècle, événements eux-mêmes souvent associés à des événements antérieurs. L’étude de cas de Dos Santos s’inscrit par exemple dans une rupture temporelle très spécifique – les ponts aériens rapatriant les colons portugais de l’Angola à l’été 1975 – liée elle-même à un contexte de conflits coloniaux et post-indépendance s’étendant sur plusieurs décennies. Ainsi les ruptures et les perturbations faisant l’objet de nos recherches se sont-elles toutes avérées être poly-chroniques, traversant divers segments temporels et renvoyant simultanément aux événements passés et à leurs implications, aux présents et aux futurs imaginés, perturbés et en train de se produire, mais aussi à l’entre-deux.

24Il y a également, dans nos études de cas respectives, une certaine similarité entre ce qui s’est vu perturbé au sein des parcours individuels. L’un des thèmes récurrents est le sentiment de déracinement et de perte des attaches géographiques, parfois lié au sentiment de perte de connexion avec les ancêtres, du fait de l’impossibilité d’accéder aux tombes familiales (comme par exemple dans le cas de la recherche menée par Sullivan) et à la perte des pratiques culturelles associées à un endroit spécifique. Dans les cas étudiés par Otele, le fait de devoir quitter leur pays d’origine a interrompu le processus « éducatif » des migrants et des réfugiés, et eu un impact significatif sur leur capacité à se sentir « en sécurité » et « en confiance ». Les recherches de Baussant et de Dos Santos font ressortir une autre dimension du déplacement historique forcé, celle de la perte du statut initial et de ses conséquences, particulièrement chez les femmes et les pères. Une autre forme d’expérience, en termes de perte, est celle de ceux que Michael Rothberg (Rothberg, 2019) appelle les « sujets impliqués », c’est-à-dire ceux qui ont contribué aux – et/ou bénéficié des – régimes coloniaux, et qui sont aujourd’hui perçus au mieux comme complices, au pire comme coupables de ce qui s’est passé sous ces régimes. Dans ces cas-là, la perte de statut s’accompagne d’une disqualification morale de tout le passé des individus concernés, soit dans la société dans laquelle ils arrivent, soit dans celle qu’ils ont quittée. Leur expulsion d’un territoire correspond alors à une expulsion de l’histoire elle-même, comme le montre en particulier l’étude de Baussant.

25Au cours de nos discussions, Dodd a également évoqué la portée potentiellement perturbatrice de la recherche elle-même, notamment en termes de vie privée et d’intimité nécessairement impactées par le partage d’expériences personnelles qu’implique un entretien. L’idée est ici que la possibilité même d’une certaine reconnaissance est de nature à perturber une identité formée dans un contexte de réduction au silence de la voix et des expériences de l’individu concerné, mettant en lumière d’autres perceptions, d’autres possibilités identitaires. Une autre dimension commune à toutes nos recherches, et mentionnée dans l’article introductif de ce numéro, est la capacité des récits « minoritaires », recouvrés par le biais de l’histoire orale ou « amateur » à réfracter l’histoire formelle et la mise en récit publique du passé, ainsi que la capacité de l’oralité à exprimer différemment les expériences jusque-là uniquement consignées dans des ressources écrites. Dans ce sens, nos études respectives ont cela de commun avec l’histoire orale qu’elles permettent de s’émanciper des récits linéaires qui excluent l’hétérogénéité et la complexité. De telles émancipations renvoient souvent à une « alternative » aux histoires et aux analyses formelles (comme dans le cas des recherches de Sullivan), à une certaine compréhension de la guerre, de l’enfance ou du processus de victimisation (comme dans le cas des recherches de Dodd), et aux différentes manières de travailler sur/avec des ressources écrites (comme dans le cas des recherches de Otele) ;

26le recouvrement peut également prendre des formes multiples, que ce soit à travers la localisation de sites de mémoire importants pour les acteurs mais occultés dans les histoires « reconnues » (comme dans les études de Baussant, de Dos Santos et de Sullivan), le travail sur des histoires orales déjà enregistrées, assemblées et ensevelies dans des collections d’archives relativement difficiles d’accès (comme dans les études de Dodd et Otele), ou plus simplement d’autres types de reconnaissance : par exemple, celle d’individus aux histoires occultées (Sullivan), celle d’expériences effectivement vécues (Dodd), et celle institutionnelle, historique et légale (Baussant ; Dos Santos).

27Le recouvrement et la reconnaissance sont ici liés à de nouvelles possibilités en termes d’expression de ce qui a été plus ou moins réprimé (de facto et/ou de jure), de capacité pour les individus concernés à articuler des émotions jusque-là tues à l’égard de personnes ayant joué un rôle clef dans leur enfance (comme dans la recherche de Dodd portant sur les enfants évacués pendant la guerre), et d’officialisation de ce qui n’a jusque-là jamais eu de présence formelle, sous la forme d’intégration à la mémoire collective, de sites historiques publics, de forums internet, d’expositions, etc. L’importance des contextes sociaux et de leur évolution dans le recouvrement des souvenirs explique – comme l’étude de Baussant, s’inscrivant dans plusieurs terrains, entre la France, l’Italie, l’Angleterre, les Etats-Unis, le Canada, Israël et l’Egypte, le montre – pourquoi on ne peut attribuer le même poids à toutes les histoires et à tous les silences, et pourquoi on ne peut les approcher de la même manière. Dans ce sens, la multiplicité et l’hétérogénéité des expériences, des voix et des récits que nous avons compilés et étudiés sont de nature à ouvrir la voie à de nouvelles – et potentiellement « décolonisées » – manières de comprendre les modes de construction d’un récit, tout en offrant la possibilité d’un recouvrement à travers une « émancipation » du « passé » liée à la capacité de dire les choses autrement.

Thèmes

28A mesure que nous travaillions à cette mise en regard de nos approches et études respectives, un certain nombre de thèmes ont commencé à émerger et à s’amalgamer autour des questions de l’écoute, de la recherche de témoignages, des différents types de mémoire, de la perte, de la perturbation, de la réverbération, de la réfraction, de la révision, et de l’éthique dans la recherche. Les contours de ces thèmes sont dessinés dans les pages qui suivent.

Ecouter et recueillir


ill. 1 Point d’articulation 1 : analyse croisée des types de mémoire, rencontre du groupe de recherche 2017, Université Paris Nanterre

ill. 1 Point d’articulation 1 : analyse croisée des types de mémoire, rencontre du groupe de recherche 2017, Université Paris Nanterre

29Ce thème renvoie aux aspects « pratiques » de nos méthodes de recherche – le comment de nos études de cas sur la manière dont nous recueillons les récits. Les histoires orales enregistrées sont bien sûr importantes en tant que sources d’informations historiques concernant, par exemple, des lieux, des personnes, des objets et événements. Mais elles véhiculent également d’autres types d’informations auxquelles nous avons essayé de rester attentives dans nos recherches. Au cours de notre réflexion sur nos pratiques respectives (dont chacun des articles de ce numéro spécial rend compte), nous avons pu observer que certaines dimensions clefs se chevauchaient :

Situer la connaissance et l’expérience dans le temps et l’espace :

30Le contexte -l’environnement, le lieu, le cadre social, le pays…- dans lequel les expériences prennent forme exerce une influence décisive sur les parcours de vie, de même, le caractère « situé » des récits livrés au sein d’« espaces » particuliers impacte pour partie leur forme et leur contenu. Cette dimension de notre recherche nous a menées à nous pencher plus avant sur l’étude de Baussant, et sa restitution sous forme de cartographie « profonde » : il s’agit d’un travail collaboratif qui permet de visualiser, d’entendre les mémoires et de naviguer au sein de la complexité des trajectoires, des souvenirs, des documents d’archives et sonores, des images, des émotions. Coréalisée avec les interviewés, cette cartographie implique divers médias et sources d’informations, et des lieux différents habités par la mémoire et des formes de mémoire de l’habiter, tous connectés (Caquard et Cartwright, 2014 ; Rossetto, 2015). Les histoires orales enregistrées dans d’anciens lieux d’habitation et/ou revêtus d’une signification particulière occupent également une place centrale dans la recherche de Sullivan, qui a également mobilisé un certain nombre de rapports adressés à la Commission des territoires ancestraux mise en place par le gouvernement de Namibie en 2019 (Sullivan et al., 2019; Sullivan et Ganuses, à paraître).

Voix et émotion :

31Chacune de nos études reconnaît et insiste sur l’importance et la variété des textures émotionnelles des récits oraux qui forment sa matière première, et est attentive au contenu émotionnel et affectif à la fois du passé décrit et du présent qui raconte. Dans la mesure où notre recherche met en avant des contextes de perturbation, nous avons toutes essayé d’entendre, sans déni ni projection, les contributions spécifiques et significatives qu’apportent les émotions exprimées et vocalisées dans les sources dont nous disposons, tout en restant attentives au contenu du message portant sur l’expérience d’événements et de circonstances historiques spécifiques. Cela signifie que nous nous intéressons au contenu émotionnel et aux processus affectifs non exprimés (Roper, 2014), et que nous restons ouvertes à la possibilité de rendre les individus et populations « passés » reconnaissables pour les individus et populations « présents », plutôt que de présumer que le passé est « un autre pays », où les gens font et comprennent les choses nécessairement « différemment ». Cette approche détourne l’attention du « discours factuel » pour la porter sur certaines dimensions de l’oralité telles que les anecdotes ou les chansons, l’idée étant que de telles sources peuvent parfois porter des vérités émotionnelles et des significations alternatives qui resteraient inexprimées si les sources en question n’existaient pas. Au sein des récits, les individus interviewés sont susceptibles de faire usage d’une large gamme de tropes et de motifs narratifs propres à leur milieu culturel. Ils sont susceptibles de parler sur un mode tragique ou comique ; d’évoquer des personnages reconnaissables, tels que des héros ou des oppresseurs ; d’employer des structures narratives propres à certaines anecdotes. Par ailleurs, leurs histoires peuvent être associées à des âges de la vie, ou à des histoires de dissidence et de résistance, s’insérant dans des traditions narratives plus vastes ; elles peuvent aussi s’inscrire dans une dimension narrative fortement genrée. Ainsi, de manière générale, nous considérons que l’oralité elle-même importe, en tant que « registre d’information » spécifique, et ce non seulement à travers les mots et le dialogue, mais aussi, par exemple, à travers la musique, les chansons et les modes de récits ritualisés, qui peuvent également se rattacher à des lieux et des espaces donnés, à des dimensions géographiques et spatiales particulières (Portelli, 1991, 1997 ; Baussant, 2002 ; Sullivan et Ganuses, à paraître).

Libre-arbitre et imagination:

32Nous basant sur une écoute attentive des analyses rétrospectives des interviewés, nous nous sommes attelées à comprendre la manière dont ils/elles concevaient leur propre libre-arbitre, à l’égard de leurs actions, de leurs réflexions et de leurs émotions. Notre perspective était la suivante : c’est en prêtant attention à la façon dont les individus donnent sens à leur propre expérience et rapport au passé, que l’on peut tirer de leurs récits des enseignements de nature à enrichir notre connaissance sur ce qui non seulement s’est déroulé, mais aussi a été vécu et ressenti en tant que tel. Nous rejetons les interprétations d’événements passés réduisant les comportements humains à des réactions qui seraient uniquement prédéterminées par leur appartenance à une catégorie sociale telle que la classe, l’ethnie, le genre, l’âge, etc., et avançons au contraire que les acteurs historiques, y compris les enfants, jouissent d’un certain libre-arbitre. Le libre-arbitre, même dans les cas de conformisme, devrait être reconnu (Dodd, 2017). Ecouter les interviewés s’attribuer ou non un certain libre-arbitre quel que soit contexte permet de mieux comprendre la manière dont ils se positionnent dans le monde, aujourd’hui comme hier. Dans certains cas, les individus se destituent de tout libre-arbitre, attribuant la responsabilité de certains événements à Dieu ou au destin ; là encore, il est toujours intéressant d’analyser le sens d’un tel transfert (Dodd, 2016).

33Si nombre d’individus n’ayant pas été formés à l’histoire (en tant que discipline universitaire) n’ont pas une approche analytique du passé similaire à celle des historiens professionnels, ils ont néanmoins la capacité à contredire et à contester le récit officiel. Cela permet d’écrire l’« Histoire » plus en accord avec l’aspect infiniment complexe, voire chaotique du réel. Interpréter et/ou écrire le passé ne peut être la seule prérogative des chercheur.e.s professionnel.le.s. Les individus qui ont vécu des événements donnés comprennent et réagissent aux versions « acceptées » du récit sur ces évènements, et apportent un éclairage précieux sur ces versions, en les complexifiant et en les nuançant. Nous mobilisons également l’idée de « possibilités partagées » liant des individus à des expériences collectives de perturbation (Portelli, 1991) : plutôt que la réalité factuelle des existences présentes, ce qui peut parfois unir un ou plusieurs individus à une collectivité donnée, c’est la perturbation de ce qu’ils imaginaient être leurs futurs possibles (Jedlowski, 2001). De telles « possibilités partagées » émergent dans les récits non sous la forme de « ce qui est ou a été », mais sous la forme de « ce qui aurait pu être ». C’est lorsqu’un narrateur mentionne les conséquences possibles d’événements ou d’actions qui auraient pu avoir lieu, que nous pouvons voir de l’intérieur, pour ainsi dire, les futurs imaginés d’une époque révolue. De telles possibilités sont partagées dans la mesure où elles ont été vécues par les autres – comme par exemple dans les cas traités par Dodd où, dans les récits de bombardements, les bombes ont failli tomber au mauvais endroit. Cet aspect est d’autant plus important que les récits et les discours externes portant sur les expériences vécues et leurs souvenirs peuvent s’avérer intrusifs, et se voir récupérés par et réduits à des pratiques commémoratives publiques, souvent nationales, s’apparentant à un « rouleau-compresseur » totalisant. Ici, encore une fois, c’est le libre-arbitre des individus que nous cherchons à mettre en relief.

34Cette question renvoie également à l’importance de faire la distinction entre les récits liés à la remémoration publique et les souvenirs exprimés en privé, qui n’apparaissent pas ou peu au sein des discours mémoriel public. Dans le cas des histoires orales que nous avons enregistrées, nous avons choisi de nous laisser guider par nos interlocuteurs, ce qui implique de réfléchir à la manière dont nous tendons parfois à vouloir « surdéterminer » les récits au moyen de questions spécifiques, qui finissent par façonner en partie les réponses. Se laisser guider peut vouloir dire, ici, suivre un récit au fur et à mesure qu’il se développe, et non à travers le prisme de sa conclusion ou de nos propres préconceptions, et/ou suivre, concrètement, un interlocuteur dans un espace géographiquement situé jusqu’à certains lieux jusque-là non documentés mais ayant une signification mémorielle spécifique : comme dans le cas de la recherche de Sullivan, ou dans celui de Dos Santos qui n’utilise pas le terme « mémoire » lorsqu’elle s’adresse à ses interlocuteurs afin de ne pas introduire a priori le concept analytique de mémoire dans la formulation que les individus font de leur propre passé.

Réticence et incitation :

35Nous sommes toutes conscientes de la manière dont l’enregistrement d’un récit peut se voir compliqué par l’hésitation et la réticence à partager certaines expériences dont le contenu peut paraître socialement ou politiquement « risqué » ; nous en sommes toutes arrivées à la conclusion qu’il faut accepter les silences le cas échéant (Layman, 2009). De ce fait, nous prêtons attention aux intervalles, aux silences, aux occlusions, aux omissions et aux « contradictions » dans le récit et essayons de comprendre les raisons derrière un silence ou un événement mal remémoré (Passerini, 1989 [1984], 2003 ; Portelli, 1997). Par ailleurs, nous encourageons le recourt aux supports matériels, tels que les photographies – dans certains cas apportées sur le site de l’interview par nos interlocuteurs –, qui peuvent servir d’incitations, et ouvrent de nombreuses possibilités en termes d’enrichissement du récit. Des lieux et des espaces concrets peuvent aussi constituer de telles « incitations à la mémoire », lorsqu’un retour par exemple stimule la remémoration d’événements passés et de liens tenant aux relations familiales, sociales et ancestrales.

Types de mémoire

ill. 2 Points d’articulation 2: A cross-case analysis of altering, reflecting, refracting “truth” Comment les données collectées coïncident ou diffèrent des travaux historiques, rencontre du groupe de recherche 2017, Université Paris Nanterre

ill. 2 Points d’articulation 2: A cross-case analysis of altering, reflecting, refracting “truth” Comment les données collectées coïncident ou diffèrent des travaux historiques, rencontre du groupe de recherche 2017, Université Paris Nanterre

36Une grande partie de nos discussions portait sur les différents « types » de mémoire mis en lumière par nos études de cas, ainsi que sur les possibilités associées au travail concret de la mémoire dans l’investigation de ce qui peut être perturbé, perdu et recouvré. Il est ici facile de retomber dans une dichotomie de la mémoire et des pratiques mémorielles fondée sur la distinction entre le collectif et l’individuel, telle qu’elle s’exprime à travers l’opposition commune entre mémoire et souvenirs. Ici, nous avons choisi de distinguer différentes formes de mémoire partagée, collective ou de groupe. D’abord, la mémoire familiale, partagée et transmise à travers les générations, en intégrant aussi ce que Hirsch (Hirsch, 2012), dans le sillage de Maurice Halbwachs (1925, 1950), appelle la « post-mémoire ». Ensuite, la « mémoire historique » et la mémoire "institutionnalisée"-sélectionnée et conservée par les institutions et les archives- mobilisées par les politiques de la mémoire et la recherche historique formelle. Enfin, la mémoire « performative » et les pratiques mémorielles partagées, créées par la constitution de corpus mémoriels formalisés et par l’histoire orale. Entre ces différentes formes de mémoires collectives et les différentes formes de mémoire individuelle (qui peut elle aussi être partagée), parfois incarnée ou spécifique en termes générationnels et d’âges de la vie (voir par exemple la tension entre les souvenirs d’enfance et la remémoration à l’âge adulte), il peut y avoir un certain nombre de tensions, et/ou une certaine complémentarité.

37Conscientes que la dichotomie - entre l’individu et le collectif, le privé et le public, l’« intérieur » et l’« extérieur » - continue de structurer le plus souvent l’étude de la mémoire, en séparant la dimension sociologique (les structures de la mémoire) de la dimension psychologique de la mémoire (l’expérience personnelle de la remémoration), nous cherchons également à perturber cette tendance acceptée à la polarisation (Smith, 2016). Etant donné le contexte souvent très complexe et troublé de nos études de cas, nous essayons de ne pas succomber à la tentation de relater ou de créer à tout prix un « heureux dénouement » aux souffrances des individus concernés, une tendance particulièrement prégnante dans les cas où les financeurs du projet sont susceptibles d’espérer une « résolution » à proprement parler sous la forme d’un « happy ending ». Nous sommes également conscientes d’une certaine tendance, dans le processus de remémoration collective, à « discipliner » des histoires divergentes. Nous considérons que les interviewés sont parfaitement capables de décrire à partir de leurs propres mots et de la manière dont ils perçoivent comme étant la plus exacte la nature de leurs propres souvenirs. A cet égard, les structures grammaticales employées au sein de l’expression narrative peuvent en dire long (Portelli, 1997 ; Smith, 2006), évoquant la multiplicité des dimensions mémorielles à travers l’insertion dans le récit de sujets tels que « je », « on », « nous », etc., ou attribuant différents degrés de certitude aux événements au moyen du conditionnel. Ces variations linguistiques reflètent la manière dont les interviewés comprennent et décident de la certitude de ce qu’ils racontent ; cela est particulièrement visible lorsque l’on compare, par exemple, un souvenir que l’on introduit par « c’était » à un souvenir dont le récit commence par « je pense que c’était », ou « c’était sans doute ».

38
L’illustration 3, conçue par Lindsey Dodd, est un outil heuristique permettant d’illustrer la façon dont les souvenirs et les actes de remémoration recueillis dans ce projet peuvent être rattachés à (au moins) quatre facteurs liés les uns aux autres :

L’identité et les circonstances individuelles.

39Cet aspect renvoie à l’identité et aux circonstances personnelles de l’individu en question, ainsi qu’à l’importance relative de ces aspects dans et autour de ce qui est relaté lors de l’entretien. Par exemple, dans les cas où l’on travaille avec des souvenirs d’enfance (voir en particulier l’article de Dodd dans ce volume), d’importantes considérations émergent quant à la manière spécifique dont la mémoire de l’enfance fonctionne : concernant ce qui est susceptible d’être remémoré, ce qui ne l’est pas, et les « crochets », ou événements, à haut contenu émotionnel ou sensoriel sur lesquels les souvenirs viennent s’accrocher. Se pencher sur de tels détails permet de s’étendre plus avant sur la manière dont les interviewés expriment leurs souvenirs d’enfance, les raisons pour lesquelles ces souvenirs sont remémorés et racontés, ce qu’ils ont en commun les uns avec les autres, la façon dont ils émergent dans le récit, et comment ils peuvent se voir utilisés par les historiens. Ces types de souvenirs sont intimement liés à l’identité spécifique de celui qui raconte, et ont également une dimension liée à l’âge auquel le souvenir a été imprimé (Baussant, 2017).

Le contexte social.

40Les souvenirs sont partagés et transmis entre membres de la famille et dans un contexte intergénérationnel et social. Cela signifie parfois qu’une histoire racontée ne provient pas nécessairement de la mémoire d’un événement vécu par le narrateur lui-même, mais de celle d’une famille ou d’un groupe social, mémoire transmise à travers les générations et potentiellement façonnée par sa réitération dans de multiples autres contextes sociaux (Bloch, 1995 ; Assman, 2001).

Les événements vécus .

41Certains événements, aussi différents soient-ils, peuvent être de nature comparable et mener à la constitution de caractéristiques partagées par tous ceux qui les ont vécus, en termes de structure et de texture et de processus mémoriels ; la mémoire peut ainsi par exemple souffrir de fragmentation et de formes de réduction ou de resserrement. Cela a à son tour un impact sur la nature de ce qui est raconté. Ces types de souvenirs sont généralement liés à la perpétration ou le fait d’avoir été témoin de violences ou d’abus, ou des expériences de perte et de déplacement. Ils sont caractérisés par un certain nombre de points communs en termes de narration et de contenu.

Les raisons de parler.

42Quiconque accepte d’être interviewé, ou de partager ses souvenirs sur la scène publique, a ses raisons de le faire. La motivation peut être celle de vouloir restaurer la place de sa propre histoire au sein du grand registre historique après qu’elle ait été ignorée, occultée ou effacée. La motivation peut aussi être celle des chercheur.e.s qui constituent un corpus d’entretiens, parfois envisagé comme un moyen de rendre une voix aux sans voix. Dans ces différents cas, le fait de restaurer des voix oubliées peut engendrer une confrontation avec une autre version du passé rejetée ou silenciée. Ces types de souvenirs émergent de motivations ancrées dans le présent et s’inscrivent le plus souvent dans des situations de demande de reconnaissance et de réparations, d’oppression ou de persécution.

ill. 3. Un outil heuristique visant à illustrer la façon dont les souvenirs et les actes de remémoration recueillis dans ce projet peuvent être rattachés à (au moins) quatre facteurs liés les uns aux autres.

ill. 3. Un outil heuristique visant à illustrer la façon dont les souvenirs et les actes de remémoration recueillis dans ce projet peuvent être rattachés à (au moins) quatre facteurs liés les uns aux autres.

Lindsey Dodd.

43Qu’est-ce qui a été perdu ?

ill. 4. Échanges autour du potentiel perturbateur des histoires « minoritaires », rencontre du groupe de recherche 2017, Université Paris Nanterre

ill. 4. Échanges autour du potentiel perturbateur des histoires « minoritaires », rencontre du groupe de recherche 2017, Université Paris Nanterre

44L’un des points centraux de notre recherche est la manière dont la perte et le sentiment de perte s’articulent autour d’événements historiques perturbateurs, ainsi que la façon dont un événement perturbateur peut déclencher un certain nombre d’autres perturbations, découlant donc toutes, en dernière analyse, du même événement. Les références au sentiment de perte ne cessent de refaire surface dans les souvenirs et les récits, y compris sous la forme du silence ou du passage sous silence. Ce sentiment de perte se voit abordé depuis une multiplicité de perspectives, que ce soit celles des interviewés, celles des chercheur.e.s que nous sommes et qui ont leurs propres interprétations de ce que la perte signifie, et celles qui, formalisées par l’historien professionnel, se voient intégrées à l’Histoire formelle. La richesse de la mémoire et de ses diverses expressions tient à l’interaction productive entre ce qui a été concrètement perdu et ce que l’on imagine avoir perdu (Baussant, 2018 ; Bazin et Perron, 2018). Notre tentative de trouver un certain nombre de dénominateurs communs à nos recherches respectives s’articule, en partie, autour de la volonté d’identifier et de réfléchir sur les types de pertes vécues et exprimées, compilés à partir des souvenirs que les individus ont gardé de certaines circonstances perturbatrices.

Des passés qui perturbent, qui reflètent, qui réfractent et qui invitent à la révision

45Finalement, notre recherche se centre aussi en grande partie sur le potentiel perturbateur des histoires « minoritaires » (terme que nous empruntons à Deleuze et Guattari, 1988[1980]). Nos études de cas mettent en lumière la grande variété de ces possibles perturbations. L’histoire « amateur » produite par les gens ordinaires à partir d’événements qu’ils ont vécus peut être doublement perturbatrice : d’abord en interférant avec le contenu de l’histoire écrite par les historiens au moyen d’informations et d’interprétations jusque-là non disponibles et/ou non prises en compte ; ensuite, en perturbant le régime de constitution de la vérité gouvernant l’histoire en tant que discipline académique, en mettant en question les normes et pratiques dominant cette discipline. Comme nous le suggérons dans l’article qui introduit ce volume, le fait de mettre au jour des histoires qui n’ont pas de place « officielle » dans la société est sous-tendu par l’ambition de donner aux acteurs « ordinaires » une attention particulière et de recouvrer des passés négligés ou passés sous silence. La perturbation peut aussi venir des interviewés eux-mêmes : des gens ordinaires qui ont vécu un certain nombre d’événements et déplorent que leurs expériences ne soient pas représentées ou aient été déformées par les versions dominantes du passé. L’idée est alors de défier les « régimes de vérité » constitués par ces versions dominantes que la société accepte comme les clefs de tel ou tel événement ou action historique. La perturbation peut aussi venir de nos propres tentatives, en tant que chercheuses, de miner l’emprise hégémonique d’interprétations historiques qui, de manière consensuelle et autoréférentielle, tendent à opérer au sein d’un cadre préexistant.

46Au sein de ce processus de recherche perturbateur à plus d’un titre, la connaissance historique peut se voir réfractée par la multi-vocalité des récits oraux, agissant tels un kaléidoscope pour créer une multiplicité de variations sur la même histoire, des variations qui découlent initialement d’une même série d’événements : le discours unique est alors scindé, voire éclaté, et l’expérience éclairée sous une variété d’angles nouveaux. C’est aussi dans ce sens que les histoires orales sur les passés perturbés peuvent aider à générer un travail poly-vocal et multi-perspectiviste, dépassant la réduction des expériences humaines à des généralisations et des catégorisations pour mettre en exergue la multiplicité de points de vue– en histoire comme dans la « réalité ». Nous considérons que cette hétérogénéité devrait être intégrée de facto aux cadres analytiques, afin de mettre en relief les possibilités de réfraction offertes par la relation entre les voix consensuelles et les voix discordantes : une relation qui n’est pas seulement oppositionnelle, mais fondée sur un lien étroit.

L’éthique de la recherche en pratique


ill.5 Échanges autour de la dimension de nos recherches, rencontre du groupe de recherche 2017, Université Paris Nanterre

ill.5 Échanges autour de la dimension de nos recherches, rencontre du groupe de recherche 2017, Université Paris Nanterre

47La dimension éthique de nos recherches a été au centre de nos préoccupations, non seulement en tant qu’impératif universitaire et moyen d’obtenir les autorisations nécessaires, mais aussi du fait de notre conscience des relations de pouvoir avec lesquelles nous composons constamment. Par exemple, travailler « avec » des souvenirs d’enfance, c’est-à-dire avec ce dont des adultes se souviennent avoir vécu lorsqu’ils étaient enfants, présente un certain nombre de risques et de problèmes spécifiques. Cela est particulièrement vrai lorsque l’on met en dialogue les histoires de mémoire avec d’autres types de données historiques, telles que les dossiers d’archives, ce qui peut parfois mettre au jour des discordances, ou même des informations jusque-là inconnues de l’interviewé (Dodd, 2015). Ce genre de circonstances mène à un certain nombre de questions spécifiques, notamment en ce qui concerne la divulgation du nom des interviewés, et renvoie à l’équilibre fragile entre le désir d’être nommé en tant que participant à l’écriture de son propre passé (et donc d’exister au sein de l’histoire « officielle ») et la nécessité pour les chercheur.e.s de rester prudent.e.s lorsqu’il est par exemple question de révéler des injustices ou des secrets passés. Ces préoccupations renvoient à des questions récurrentes sur qui est en mesure de parler et de contribuer aux savoirs en circulation (Spivak, 1988). C’est un truisme que d’affirmer que dans la sphère publique nous ne pouvons entendre que les voix et les mots de celles et ceux qui peuvent et ont pu parler ; celles et ceux qui ont disparu pour des raisons diverses et variées ne sont pas enregistrés. Il faut également se poser la question de l’identité de l’auteur dans la relation entre interviewer et interviewé. Qui raconte l’histoire, et au nom de qui ? Comment mettre en place un partenariat qui permette effectivement de réfracter et de démocratiser la notion d’auteur ? Nous nous sommes retrouvées prises dans un ensemble de problèmes éthiques touchant à la contradiction entre, d’une part, notre désir de satisfaire nos interviewés et de transmettre, partager et développer les informations recueillies d’une manière qui ait du sens pour eux, et, d’autre part, nos obligations envers nos institutions et les normes et attentes propres à nos disciplines respectives.

Conclusion

48Il y a quelque chose d’amèrement ironique dans le fait de mettre les dernières touches à ce numéro spécial après plusieurs mois de confinement – dans le contexte de la pandémie du COVID-19 – et des décisions politiques visant à y répondre. Le caractère résolument multidimensionnel de notre approche, basée sur une comparaison de cas en France, en Israël, aux Etats-Unis d’Amérique, au Portugal, en Angola, en Egypte, en Algérie, au Royaume-Uni et en Namibie, implique une étude transversale de données provenant de sources très diverses pouvant paraître inaccessibles à l’heure actuelle. Quoi qu’il en soit, nous sommes ici en mesure de réfléchir à nos processus respectifs, de ce qu’ils ont de complémentaire et de discordant dans l’écriture et la représentation du passé. En cherchant à développer une connaissance approfondie et profondément intersubjective des formes, registres et expressions de passés troublés et de leurs modes de production et d’interaction, nous avons également cherché à mettre au jour les écarts, les silences et les conflits entre les discours formels et informels et les changements diachroniques qui y sont associés. Notre approche est inséparable de questionnements sur les conditions dans lesquelles nous écoutons les expériences des autres, et sur les conditions d’une possible compréhension mutuelle, particulièrement dans les cas où les expériences passées restent un facteur de division dans le temps présent. Nous avons aussi réfléchi à de nouveaux moyens de rendre la complexité de la mémoire, et la manière dont ses itérations se croisent et circulent au sein d’un monde globalisé où l’accès aux sources, à différentes interprétations de l’histoire et à différents modèles semble s’être exponentiellement diversifié. Une telle tâche requiert de décompartimenter et de décoloniser la connaissance du passé à travers la création de conditions de lecture, d’écoute et de transmission non uniquement confinées à l’espace universitaire.

49Notre ambition théorique a été d’aborder la mémoire à la fois en tant que source permettant d’analyser les constructions mémorielles et en tant qu’objet historique allant au-delà des mots exprimés lors d’un témoignage oral. Notre réflexion sur des différents outils dont nous disposons pour mettre en relief la complexité du passé de manière interactive et explorer d’autres moyens d’« écouter » cette complexité et cette multi-vocalité nous a amenées à clarifier la position qui sous-tend ce projet, c’est-à-dire notre intention de travailler à la fois sur et avec la mémoire (Baussant, 2019, 36-37). Sur la mémoire, dans la mesure où le but est ici d’analyser ce que l’on sait de la relation présente que les individus et les groupes concernés entretiennent avec le passé ; avec la mémoire, dans la mesure où notre corpus se constitue en partie de sources orales et d’observations sur les différentes « pratiques de la mémoire », impliquant le travail mémoriel de la chercheuse elle-même (prise de notes a posteriori, mise en place de processus mnémoniques permettant de se rappeler certaines observations, etc.) et celui des individus et des groupes sur lesquels nous travaillons. Cela ne peut sans doute se faire que par le biais d’une clarification de la manière dont, en tant qu’anthropologues et historiennes, nous nous emparons de la mémoire, à travers une investigation, ici et là, des sources matérielles ou immatérielles nourries par ou dérivant du passé – récits, discours, comportements et pratiques ordinaires et extraordinaires des acteurs, techniques et objets – et de leurs effets en termes de structuration, de maintien ou d’érosion des groupes sociaux, particulièrement dans des situations de rupture ou de conflit. Ici, nous nous appuyons sur l’encouragement de Maurice Bloch (1995) à ne pas confondre mémoire et récits ; les faits mnémoniques ne se réduisent pas aux récits produits à leur propos, et ce qui constitue un souvenir n’est jamais un récit unique, ou même la somme de tous les récits s’y rattachant. Cette perspective implique d’être attentives aux silences, aux oublis et aux omissions, ainsi qu’à d’autres formes mémorielles ancrées dans des lieux, des pratiques et des corps (Bastide, 1970 ; Chivallon 2012 ; Sullivan et Ganuses, à paraître).

50Dans notre tentative de souligner le rôle de la mémoire dans la société, nous avons cherché à prendre en compte, tout en restant conscientes des différentes échelles adoptées et des possibles discontinuités entre celles-ci (Revel, 1996), le caractère contextuel, intersubjectif et social de la mémoire/des souvenirs, les dimensions narratives et non narratives des pratiques sociales et culturelles, ainsi que les liens avec différents espaces et paysages, mais aussi avec le corps et l’incarnation (Sullivan, 2016). Notre analyse comparative s’est donc centrée sur les différentes manières dont différentes relations au passé s’articulent, y compris dans le cadre des rapports de pouvoir, de la question de l’accès au savoir et de celle des interrelations structurant les récits. Au sein de ce processus, nous avons identifié un certain nombre de points d’articulation afin de travailler ensemble sur les concepts d’écoute et de recueil de données et sur leurs contenus respectifs, nous appuyant sur les divers terrains et méthodologies choisis ; sur les formes symboliques et matérielles de la mémoire, à différentes échelles ; sur l’identification et l’analyse de ce qui d’un côté a été perdu et ce qui de l’autre a fait l’objet d’un processus de « recouvrement » ; et finalement, sur la manière dont nos résultats reflètent, brisent ou altèrent d’autres types de récits. Cette approche diffère de celle d’autres historiens qui, particulièrement en France, tendent à s’intéresser à la mémoire non en tant que « remémoration », mais en tant qu’usage politique du passé, entre autres afin d’analyser ce qui est alors désigné comme une crise d’identité – de l’une ou de plusieurs aspects identitaires historiquement constitués (Haegel et Lavabre, 2010) : ces historiens ont pu exprimer leur méfiance à l’égard du caractère parfois instrumental, changeant et multiforme des sources orales, ainsi qu’à l’égard de leur degré de précision et de crédibilité en comparaison avec les sources écrites (Baussant, 2007; Oliveira, 2010). Notre approche s’inscrit comparativement davantage dans le courant de l’« Histoire orale », telle que développée au Royaume-Uni, en Italie et par certains historiens en France, dont l’approche consiste à se baser sur des investigations orales afin de travailler sur le présent du passé et de proposer une autre lecture de l’histoire sociale, souvent par le biais d’expériences qui tendent à se voir marginalisées par les historiens (Joutard, 2015).

51Nous vivons dans un monde soumis à de multiples crises, à la fois vécues localement et à une échelle globale (impliquant nationalismes, conflits et déplacements humains, terrorisme, environnement), en faisant parallèlement l’expérience d’un difficile travail de deuil sur des vécus individuels et collectifs passés (guerres, nazisme, Shoah, impérialisme et colonisation, régimes autoritaires) et d’une multiplication des sources d'information sur le passé. C’est pour toutes ces raisons que nous devons nous confronter aux mémoires historiques et aux histoires mémorielles dans toute leur complexité.

52Face à la multiplication des sources, nous maintenons que les chercheur.e.s peuvent interroger cette multiplicité et s’engager dans une réflexion sur ce qu’un tel corpus, renvoyant à des processus d’effacement, de disqualification et de marginalisation d’individus et de groupes sociaux donnés, peut nous apprendre. Cette question est d’autant plus prégnante que la marginalisation des récits et des voix s’accompagne souvent d’autres formes d’exclusion ou de discrimination – territoriale, économique, politique, liée à l’âge ou au genre, etc. –. Elle est aussi souvent associée à des expériences de violence et de rupture qui peuvent mener à la cristallisation ou à l’attachement au passé, y compris sous la forme d’un ressentiment ou d’une certaine nostalgie à l’égard de figures de pouvoir et de systèmes autoritaires, comme les systèmes coloniaux. Au-delà des expériences individuelles, le but est ici de travailler sur ces « nœuds de mémoire » qui sont aussi des points d’identification (Rosetto, 2014), et, à travers une approche comparative, d’en révéler la complexité et la diversité dans l’espace universitaire et l’espace public.

53Nous finirons ici par réaffirmer que l’importance de comprendre et d’analyser le présent du passé pourrait avoir des effets sur le futur. C’est afin d’illustrer cette idée que nous concluons avec l’image pertinente, puissante et évocatrice d’une peinture murale découverte lors de notre réunion de groupe à Paris, en juin 2017. Peinte par Gonzalo Borondo et intitulée « Les Trois Âges », cette image montre trois hommes – en l’absence de tout élément féminin- représentant trois générations différentes : le plus âgé met la main sur la bouche de la génération suivante, ainsi réduite au silence, laquelle à son tour, pose ses mains sur les yeux du jeune enfant, l’empêchant de voir. Ainsi cette représentation du silence imposé et de l’invisibilisation des expériences et des souvenirs, dès lors susceptibles de devenir des traumatismes non élaborés et transférés d’une génération à une autre, résonne avec les préoccupations qui sous-tendent notre projet.

ill. 6. “Les Trois Ages”, peint par Gonzalo Borondo. Photo : Lindsey Dodd, 15 juin 2017, Paris.

ill. 6. “Les Trois Ages”, peint par Gonzalo Borondo. Photo : Lindsey Dodd, 15 juin 2017, Paris.

54

Appendice : Comparaison des études de cas

Haut de page

Bibliographie

ASSMANN, Jan, Moïse l’Egyptien, Paris, Aubier, 2001 (Moses der Ägypter: Entzifferung einer Gedächtnisspur. Hanser, Munich 1998).

BASTIDE, Roger, “ Mémoire collective et sociologie du bricolage ”, L'année sociologique, n°21, 1970, 65-108.

BAUSSANT, Michèle, Pieds-Noirs . Mémoires d’exils Paris, Stock, 2022.

BAUSSANT, Michèle, “Expérience, représentation et nouveaux partages du temps : Regards sur la mémoire ”, Ankulegi, Gizarte Antropologia Aldizkaria, Revista de Antropologia Social, Revue d’Ethnologie, 10, 2007, 18-31.

BAUSSANT, Michèle, “Temporalités brisées et âges de la vie: les Juifs d’Egypte en exil ”, Communications, n°100, 2017, 21-40.

BAUSSANT, Michèle, “Broken Histories, Silenced memories and reappropriations of the past: The Jews from Egypt and from islamic countries”, dans Anne Bazin et Catherine Perron (sous la direction de), How to address the loss? Forced migrations, lost territories and politics of history in Germany and in Europe in the XXth century, Oxford, Peter Lang, 2018, 179-198.

BAUSSANT, Michèle, “Ce que les sciences sociales nous disent de la mémoire”, in Anne de Mathan et Laurent Le Gall (sous la direction de), Mémoires de la Révolution Française, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019, 20-40.

BAZIN, Anne et Catherine, PERRON (sous la direction de), How to address the loss? Forced migrations, lost territories and politics of history in Germany and in Europe in the XXth century, Oxford, Peter Lang, 2018.

BLOCH, Maurice, “Mémoire autobiographique et mémoire historique du passé éloigné”, Enquête, n° 2 (« Usages de la tradition »), 1995, 59-76.

CAQUARD, Sébastien et William, CARTWRIGHT, “Narrative Cartography: From Mapping Stories to the Narrative of Maps and Mapping”, The Cartographic Journal, 51(2), 2014, 101-106.

CHIVALLON, Christine, L’esclavage. Du souvenir à la mémoire, Paris, Karthala, 2012.

DELEUZE, Gilles, GUATTARI, Félix, A Thousand Plateaus: Capitalism and Schizophrenia, vol. 2. (trans. B. Massumi), London, The Athlone Press, 1988[1980].

DODD, Lindsey, “Raconter les bombardements : interprétations, expériences, mémoires », dans V. Agostini-Ouafi, E.L. Du Cardonnoy, et C. Bérenger (sous la direction de), Récits de Guerre France-Italie: Débarquement en Normandie et Ligne Gothique en Toscane, Paris, Indigo et Côté-Femmes, 2015, 159-172.

DODD, Lindsey, French Children Under the Allied Bombs, 1940-1945: An Oral History, Manchester, Manchester University Press, 2016.

DODD, Lindsey, “Children’s citizenly participation in the National Revolution: The instrumentalization of children in Vichy France”, European Review of History/Revue Européenne d’Histoire 24 (5), 2017, 759-780.

FOUCAULT, Michel, “Nietzsche, genealogy, history”, dans D.F. Bouchard (ed.) Language, Counter-memory, Practice: Selected Essays and Interviews, Ithaca, Cornell University Press, 1977, 139-164.

HAEGEL, Florence, LAVABRE, Marie-Claire, « Identité et mémoire : des trajectoires individuelles dans des mondes qui disparaissent », dans Denis-Constant Martin (sous la direction de), L’identité en Jeux: Pouvoirs, Identifications, Mobilisations, Paris, Editions Karthala, 2010, 225-243.

HALBWACHS, Maurice, Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Presses Universitaires de France, 1925.

HALBWACHS, Maurice, La mémoire collective¸ Paris, Presses Universitaires de France, 1950.

HIRSCH, Marianne, The Generation of Postmemory: Writing and Visual Culture After the Holocaust, New York, Columbia University Press, 2012

JEDLOWSKI, Paolo, “Memory and sociology: themes and issues”, Time & Society 10(1), 2001, 29-44.

JOUTARD, Philippe, Histoire et Mémoires, Conflits et Alliances, Paris, La Découverte, 2015.

LAYMAN, Lenore, “Reticence in oral history interviews”, Oral History Review 36(2), 2009, 207-230.

OLIVEIRA, Luísa Tiago de, “A historia oral em Portugal”, Sociologia, Problemas e Praticas, nº 63, 2010, 139-156.

O’SULLIVAN, Simon D, “Cultural Studies as rhizome, rhizomes in Cultural Studies”, dans Cultural Studies and Interdisciplinarity, Trinity and All Saints College, University of Leeds, United Kingdom, 2000, 81-93.

PASSERINI, Luisa, Fascism in Popular Memory: The Cultural Experience of the Turin Working Class, Cambridge, Cambridge University Press, 1987[1984].

PASSERINI, Luisa, “Memories between silence and oblivion”, dans Katherine Hodgkin et Susannah Radstone (sous la direction de), Contested Pasts: The Politics of Memory, London, 2003, 238-254.

PORTELLI, Alessandro, The Death of Luigi Trastulli and Other Stories: Form and Meaning in Oral History, New York, SUNY Press, 1991.

PORTELLI, Alessandro, The Battle of the Valle Giulia: Oral History and the Art of Dialogue, Madison, WI, University of Wisconsin Press, 1997.

REVEL, Jacques (sous la direction de), Jeux d’Échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard/Le Seuil, 1996.

ROPER, Michael, “The unconscious work of history”, Cultural and Social History, 11(2), 2014, 169-193.

ROSETTO, Piera, « Juifs de Libye: notes pour une ‘cartographie’ des lieux migratoires”, Archivio Antropologico Mediterraneo 16(1), 2014, 87-99.

ROSETTO, Piera, Mémoires de Diaspora, Diaspora of Memories: Libyan Jews Between Israel and Italy, From 1948 to the Present, thèse en anthropologie, Paris, EHESS, 2015.

ROTHBERG, Michael, The Implicated Subject: Beyond Victims and Perpetrators, Stamford, Stamford University Press, 2019.

SMITH, G., “Remembering in groups: negotiating between ‘individual’ and ‘collective’ memories”, The Oral History Reader 3rd edition, London, Routledge, 2016.

SMITH, Andrea L., Colonial Memory and Postcolonial Europe: Maltese Settlers in Algeria and France, Bloomington, 2006.

SPIVAK, Gayatry, “Can the Subaltern Speak?”, dans Cary Nelson et Lawrence Grossberg (sous la direction de) Marxism and the Interpretation of Culture, Urbana, University of Illinois Press, 1988, 271-313.

SULLIVAN, Sian, “(Re-)embodying which body? Philosophical, cross-cultural and personal reflections on corporeality”, dans Ruth Thomas-Pellicer, Vito de Lucia et Sian Sullivan (sous la direction de) Law, Philosophy and Ecology: Exploring Re-Embodiments, London, GlassHouse Books, Routledge Law, Justice and Ecology Series, 2016, 119-138.

SULLIVAN, Sian, GANUSES, Welhemina Suro, |NUAB, Filemon and senior members of Sesfontein and Anabeb Conservancies, Dama / ≠Nūkhoen and ǁUbun Cultural Landscapes Mapping, West Namibia, report to Namidaman Traditional Authority, Sesfontein, Namibia, Bath, Future Pasts, 2019.

SULLIVAN, Sian, GANUSES, Welhemina Suro, Understanding Damara / ≠Nūkhoen and ǁUbun indigeneity and marginalisation in Namibia, dans Willem Odendaal et Wolfgang Werner (sous la direction de), ‘Neither Here Nor There’: Indigeneity, Marginalisation and Land Rights in Post-independence Namibia, Windhoek, Land, Environment and Development Project, Legal Assistance Centre, 2020, 283-324.

SULLIVAN, Sian, GANUSES, Welhemina Suro, Densities of meaning in west Namibian landscapes: genealogies, ancestral agencies, and healing, dans Dieckmann, U. (sous la direction de), Mapping the Ummappable? Cartographic Explorations with Indigenous Peoples in Africa, Bielefeld, Transcript (in press).

Haut de page

Notes

1 Nous sommes reconnaissantes d’avoir eu le privilège de faire partie de ce réseau, et d’avoir bénéficié des commentaires constructifs que les autres chercheur.e.s du réseau ont pu faire sur notre projet. En janvier 2018 nous avons également organisé un atelier de recherche international et interdisciplinaire réunissant 22 universitaires, à différentes étapes de leur carrière et travaillant tous sur la mémoire et/ou l’histoire orale dans des contextes d’histoires perturbées. La liste dressée dans le Tableau 2 montre la richesse des panels, présentations et perspectives constituant cet atelier.

2 https://dsrupdhist.hypotheses.org/458

3 https://dsrupdhist.hypotheses.org/466

4 https://dsrupdhist.hypotheses.org/533

5 Notre équipe a émergé de la rencontre de Sian et Lindsey lors du second atelier AHRC-LABEX PasP à Londres en Avril 2015 ( http://passes-present.eu/en/delving-back-past-look-present-and-future-franco-british-workshop-2-19375). Olivette a ensuite été recommandée à Sian par le directeur de recherches de Bath Spa University, puis Michèle recommandée à Sian en tant que possible partenaire française par la direction du réseau ; Michèle a enfin invité Irène à participer au projet, initialement dans le cadre d’un postdoctorat.

Haut de page

Table des illustrations

Titre ill. 1 Point d’articulation 1 : analyse croisée des types de mémoire, rencontre du groupe de recherche 2017, Université Paris Nanterre
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/5595/img-1.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre ill. 2 Points d’articulation 2: A cross-case analysis of altering, reflecting, refracting “truth” Comment les données collectées coïncident ou diffèrent des travaux historiques, rencontre du groupe de recherche 2017, Université Paris Nanterre
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/5595/img-2.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre ill. 3. Un outil heuristique visant à illustrer la façon dont les souvenirs et les actes de remémoration recueillis dans ce projet peuvent être rattachés à (au moins) quatre facteurs liés les uns aux autres.
Crédits Lindsey Dodd.
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/5595/img-3.png
Fichier image/png, 42k
Titre ill. 4. Échanges autour du potentiel perturbateur des histoires « minoritaires », rencontre du groupe de recherche 2017, Université Paris Nanterre
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/5595/img-4.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre ill.5 Échanges autour de la dimension de nos recherches, rencontre du groupe de recherche 2017, Université Paris Nanterre
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/5595/img-5.png
Fichier image/png, 766k
Titre ill. 6. “Les Trois Ages”, peint par Gonzalo Borondo. Photo : Lindsey Dodd, 15 juin 2017, Paris.
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/5595/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sian Sullivan, Michèle Baussant, Lindsey Dodd, Olivette Otele et Irène Dos Santos, « Synthèse croisée », Conserveries mémorielles [En ligne], #25 | 2022, mis en ligne le 28 juillet 2022, consulté le 10 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/cm/5595

Haut de page

Auteurs

Sian Sullivan

Sian Sullivan is an environmental anthropologist concerned to better understand diversity in cultural ontologies and representations of the natural world, amidst contemporary concern over climate change and species decline. She has explored these issues in the volumes Political Ecology: Science, Myth and Power (2000), Contributions to Law, Philosophy and Ecology: Exploring Re-Embodiments (2016), Valuing Development, Environment and Conservation: Creating Values that Matter (2018) and Negotiating Climate Change in Crisis (2021). She is Professor of Environment and Culture, Bath Spa University, UK, and a Research Associate of Gobabeb Namib Research Institute, Namibia. She has sustained a long-term research engagement in north-west Namibia, currently through the project “Etosha-Kunene Histories” (www.etosha-kunene-histories.net), a collaboration with the Universities of Cologne and Namibia funded by the UK's Arts and Humanities Research Council and the German Research Foundation. She also works on the financialisation of nature: see www.the-natural-capital-myth.net/.

 Sian Sullivan est une anthropologue de l'environnement qui cherche à mieux comprendre la diversité des ontologies culturelles et des représentations du monde naturel, dans le contexte actuel de changement climatique et de déclin des espèces. Elle a exploré ces questions dans les volumes Political Ecology : Science, Myth and Power (2000), Contributions to Law, Philosophy and Ecology : Exploring Re-Embodiments (2016), Valuing Development, Environment and Conservation : Creating Values that Matter (2018) et Negotiating Climate Change in Crisis (2021). Elle est professeur d'environnement et de culture à l'université de Bath Spa, au Royaume-Uni, et chercheuse associée à l'institut de recherche Gobabeb Namib, en Namibie. Elle a maintenu un engagement de recherche à long terme dans le nord-ouest de la Namibie, actuellement dans le cadre du projet "Etosha-Kunene Histories" (www.etosha-kunene-histories.net), une collaboration avec les universités de Cologne et de Namibie financée par le Conseil de recherche sur les arts et les lettres du Royaume-Uni et la Fondation allemande pour la recherche. Elle travaille également sur la financiarisation de la nature : voir www.the-natural-capital-myth.net/.

Articles du même auteur

Michèle Baussant

Michèle Baussant is director of research in anthropology at the CNRS. She is currently working at the French Social Science Research Center in Prague (Ministry of Europe and Foreign Affairs and National Center for Scientific Research) on a project devoted to the intra- and extra-European memories of the defeated in the 20th century (https://cefres.cz/en/15251). She has also worked in Quebec (Canada) at Laval University and the French Research Center in Jerusalem (Israel). In addition, she coordinates and has overseen several national and international research programs. Her interdisciplinary experience includes working with other social scientists (historians, sociologists, political scientists, geographers, economists, psychologists).

Michèle Baussant est directrice de recherche en anthropologie au CNRS. Elle travaille actuellement au Centre français de recherche en sciences sociales de Prague (ministère de l'Europe et des Affaires étrangères et Centre national de la recherche scientifique) sur un projet consacré aux mémoires intra et extra-européennes des vaincus au XXe siècle (https://cefres.cz/fr/15148). Elle a également travaillé au Québec (Canada) à l'Université Laval et au Centre français de recherche de Jérusalem (Israël). En outre, elle coordonne et a supervisé plusieurs programmes de recherche nationaux et internationaux. Son expérience interdisciplinaire l'amène à travailler avec d'autres spécialistes des sciences sociales (historiens, sociologues, politologues, géographes, économistes, psychologues).

Articles du même auteur

Lindsey Dodd

Lindsey Dodd is Reader in Modern European History at the University of Huddersfield (United Kingdom). She writes on children's lives in France during the Second World War, and works as an oral historian. She is part of the editorial team of the journal Oral History. Her first monograph French Children Under the Allied Bombs, 1940-1945: An Oral History was published by Manchester University Press in 2016. She is co-editor (with David Lees) of Vichy France and Everyday Life: Confronting the Challenges of Wartime (Bloomsbury, 2018). At the moment she is interested in finding ways to apply affect theory to the study of the past, and is doing some historical research on children deprived of their liberty.

Lindsey Dodd est Reader in Modern European History à l’Université d’Huddersfield en Grande-Bretagne. Elle écrit sur les expériences des enfants en France pendant la Seconde Guerre Mondiale, et elle est historienne orale. Elle fait partie de l’équipe de rédaction du journal Oral History. Son ouvrage French Children Under the Allied Bombs, 1940-1945 : An Oral History est paru en 2016 avec Manchester University Press. Elle est co-directrice du livre Vichy France and Everyday Life: Confronting the Challenges of War (Bloomsbury, 2018). En ce moment, elle s’intéresse à l’application de l’« affect theory » à la pratique de l’histoire, ainsi qu’aux enfants privés de leur liberté dans le passé.

Articles du même auteur

Olivette Otele

Olivette Otele is Distinguished Professor of the Legacies and Memory of Slavery at SOAS, University of London. Her area of research is colonial and post-colonial history and the histories of people of African descent. She holds a PhD. in History from Université Paris, La Sorbonne, France and received an honorary doctorate in Law from Concordia University in Canada. She is a former Vice President of the Royal Historical Society and has been a judge of the International Man Booker Prize. Her latest books are African Europeans: An Untold History (Hurst, 2020) and a co-edited volume Post-Conflicts Memorialisation (Palgrave Macmillan, 2021). Professor Otele also writes for newspapers such as the Guardian, BBC History Magazine, GQ, etc. She also contributes to BBC programmes and works as a consultant for documentaries and films in Britain and the United States.  

Olivette Otele est titulaire d'une chaire d'Histoire sur les héritages et la mémoire de l’esclavage à SOAS, Université de Londres. Son domaine de recherche est l’histoire coloniale et postcoloniale et l’histoire des personnes d’ascendance africaine. Elle a obtenu un doctorat en histoire (La Sorbonne) et a reçu un doctorat honorifique en droit de l’Université Concordia au Canada. Elle a été vice-présidente de la Royal Historical Society et juge du prix littéraire International Man Booker Prize. Ses publications les plus récentes sont Une histoire des noirs d'Europe (Albin Michel, 2022) et un volume co-édité Post-Conflicts Memorialisation (Palgrave MacMillan, 2021). Professor Otele écrit aussi pour des journaux tels que le Guardian, BBC History Magazine, GQ, etc. Elle contribue également aux programmes de la BBC et travaille comme consultante pour des documentaires et films en Grande-Bretagne et aux États-Unis.

Articles du même auteur

Irène Dos Santos

holds a PhD in Social Anthropology and Ethnology from the École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS, Paris, 2010) and is a Senior Research Fellow with the French National Centre for Scientific Research (CNRS) in the Migrations and Society Research Unit (URMIS, University of Paris, FR): https://www.urmis.fr/irene-dos-santos/. She is fellow at the French Collaborative Institute on Migration (CIMigration), and associated researcher at the Center for Research in Anthropology — CRIA (New University of Lisbon) and the Interdisciplinary Institute of Contemporary Anthropology (IIAC) at EHESS. Her empirical research in Western Europe (France, Portugal) and the former Portuguese colonies in Africa (Angola) and South America (Brazil) focuses on different forms of contemporary continuity in the former Portuguese colonial empire, through a social anthropological study of mobility and migration centered on: social and political affiliation; relations with violent and/or silent past situations (migration/exile, dictatorship, colonization, and decolonization); social and ethno-racial hierarchies — on the individual, group and state levels. Since 2017, she is on the editorial board of the relaunch of the journal Lusotopie, founded in 1994, where she became editor-in-chief in January 2021(journals, openedition).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search