Navigation – Plan du site

AccueilNuméros#25« Histoires perturbées, passés re...

« Histoires perturbées, passés retrouvés », une introduction

Une analyse transdisciplinaire et une synthèse transversale des histoires orales et de l'histoire en contexte post-conflit et postcolonial
Introducing “disrupted histories, recovered pasts”
Sian Sullivan, Michèle Baussant, Lindsey Dodd, Olivette Otele et Irène Dos Santos
Traduction de Benjamin Bâcle
Cet article est une traduction de :
Introducing “Disrupted Histories, Recovered Pasts”

Résumés

Ce texte introductif présente le cadre conceptuel des études de cas traités dans ce numéro consacré aux Histoires Perturbées, Passés Retrouvés. Nous proposons ici une analyse interdisciplinaire et une synthèse croisée de l’expérience et de la mémoire dans des contextes post-conflits et postcoloniaux. Articulant une perspective anthropologique et historique, nous examinons les relations (ou leur absence éventuelle) entre histoires orales, histoires écrites par des amateurs, archives écrites et historiographie. Dans les contextes post-conflits et postcoloniaux ici abordés, nous définissons la notion de « disruption » de trois façons : comme un moyen permettant aux expériences multiples, recouvrées par le biais l’histoire orale et des évocations du passé collectées au cours de nos enquêtes, de complexifier et de modifier l’analyse historique ; comme la survenance d’histoires liées à des événements perturbateurs interrompant le flux « ordinaire » des expériences individuelles et collectives ; comme une stratégie de recherche interdisciplinaire visant à la fois à perturber et à démocratiser les modes de compréhension conventionnelle en attirant l'attention sur des expériences occultées. Le terme « retrouvé » est lui aussi polysémique. Il évoque tant le recouvrement d’expériences passées que la possibilité d’accéder à et de reconstruire un autre rapport au passé, plus « apaisé », grâce à l’expression des souvenirs. Il permet également d’interroger l’écart et la non-coïncidence entre les discours publics portant sur certains groupes, les expériences individuelles de leurs membres et les souvenirs qu’ils construisent autour de ces dernières. Notre approche privilégie une articulation explicite entre les outils conceptuels mobilisés pour nos recherches et les données empiriques collectées, associant histoire orale, diverses formes « ordinaires » d’évocation du passé et archives, dans des contextes multiples. Ce travail multidisciplinaire adopte avant tout une perspective anthropologique et historique. Les études sont menées dans plusieurs contextes : l’expulsion coloniale et l’apartheid dans l’ouest de la Namibie (SULLIVAN) ; les souvenirs et les interprétations historiques de la diaspora Juive Égyptienne (BAUSSANT) ; l’évacuation des enfants en France pendant la Seconde Guerre Mondiale (DODD) ; les exodes maritimes des migrants en provenance d’Afrique sub-Saharienne (OTELE) ; et la rupture avec le récit hégémonique de la nostalgie impériale au Portugal (DOS SANTOS).

Haut de page

Texte intégral

Introduction

L'Histoire est, après tout, une mise en récit. (SPIVAK, 1996, 25)

1Le but de cet article introductif est de présenter le cadre conceptuel et les études de cas du projet de recherches franco-britannique (Arts and Humanities Research Council (AHRC) Care for the Future - LABEX Pasp) « Histoires Perturbées, Passés Retrouvés ». Ce projet vise à documenter les expériences historiques de perturbations liées à des événements disruptifs et leur recouvrement dans un contexte post-conflit ou postcolonial1. En combinant des méthodologies propres à l’histoire et à l’anthropologie sociale, il explore différents cas historiques de déplacement, terme entendu au sens à la fois littéral et figuré. Nous nous intéressons ici aux effets potentiellement « perturbateurs » des histoires orales et des histoires produites hors des cercles académiques sur la compréhension d’un passé façonnée par l’histoire et l’historiographie conventionnelles. Pour ce faire, nous proposons une analyse et une synthèse croisées et interdisciplinaires d’expériences et de souvenirs individuels inscrits dans des contextes post-conflit ou postcolonial.

2Cette recherche a été initialement impulsée par des questions méthodologiques quant aux choix et à la valorisation de savoirs, d’événements et d’expériences spécifiques dans la formulation des analyses et des récits historiques (Thompson, 1978) et dans leur intégration dans des futurs en déploiement. Ces questions découlent aussi des travaux de Michel Foucault, lesquels ont mis en évidence comment le choix de passés spécifiques « autorisés » à contribuer au futur est affecté, souvent jusqu’à saturation, par les relations de pouvoir (Foucault, 1982). Qui plus est, comme l’ont souligné Michel de Certeau et Paul Ricoeur, le doute généralement porté sur la fiabilité et la validité des témoignages oraux tend à disqualifier la mémoire comme source historique à part entière potentielle (Certeau, 1975 ; Ricoeur, 2000).

3Le passé qui est produit par l’« Histoire », ainsi que les souvenirs intégrés aux politiques mémorielles et commémoratives, sont donc ainsi pris dans des réseaux discursifs contingents et des structures institutionnelles et/ou institutionnalisées. Les différentes manières dont la mémoire, en tant que phénomène social, est comprise et analysée par les historiens et les anthropologues complexifient encore davantage l’approche des formes et des processus de production de l’histoire. Par exemple, la mémoire dans le sens d’un récit et d’une évocation du passé ne se recoupe pas toujours nécessairement avec les souvenirs des expériences vécues ou transmises par des individus (Bloch, 1995 ; Baussant, 2019). Dans cette perspective, l’histoire orale, en tant que discipline, ne peut se confondre avec la mémoire, dans la mesure où l’historien travaille avec des sources orales et des témoignages, là où le sociologue ou l’anthropologue travaille sur la mémoire, et analyse de fait les différentes manières dont le passé est mobilisé par des acteurs contemporains au sein de contextes spécifiques.

4Mais c’est précisément la nature même, contingente et circonstancielle, de ces voix, des objets et des sujets de la connaissance liée à des « régimes de vérité » particuliers, qui conditionne l’émergence d’interventions perturbatrices. Ces dernières permettent de recouvrir et de reconnaître d’autres voix, perspectives, volontés et formes de présence (Foucault, 1977 ; Spivak, 1996 [1985]). Le passé recouvré, passé sous silence et (re)construit par l’historiographie, apparait alors comme explicitement hétérogène, ouvrant dès lors de nouvelles voies conceptuelles et méthodologiques pour produire des histoires différentes et multiples et contribuer à « la décomposition et à la recomposition de mythes nationaux [et publics] » (Lavabre, 1994, 2012) via diverses méthodes, registres et médiums.

5Sans doute l’hétérogénéité historique est-elle davantage perceptible et concevable dans des contextes post-conflit ou postcolonial. Le recouvrement et la reconnaissance d’expériences d’événements violents et/ou « traumatisants », longtemps passées sous silence et enchâssées au sein de structures fortement hiérarchisées, qui renforcent les différences et politisent ce dont on « doit » se rappeler, peuvent, dans ces contextes, avoir une puissante portée. Dans nos travaux antérieurs, nous avons déjà souligné comment certains motifs récurrents émergent dans ces situations post-conflit et postcoloniale, ainsi que l’attention et la sensibilité méthodologiques que requièrent la mise en lumière d’expériences parfois réduites au silence, l’écoute de silences exprimant parfois l’inexprimable (voir, par exemple, Baussant, 2002 ; Sullivan, 2002 ; Dos Santos, 2005 ; Dodd, 2013 ; Otele, 2015). Ces points particuliers sont de plus en plus au cœur des analyses interdisciplinaires portant sur les contextes post-conflit et postcolonial, notamment en géographie (voir par exemple Muzaini, 2015), en anthropologie (voir par exemple, Crapanzano, 2012 ; Fahy, 2012), en sociologie (voir par exemple, Jedlowski, 2001) ou encore en histoire.

6Dans ces contextes post-conflit, colonial et postcolonial sur lesquels portent nos études de cas, nous envisageons la « perturbation » selon au moins trois sens :

71) comme des formes productives et créatrices où de multiples voix et expériences, recouvrées au moyen de l’enregistrement, de l’analyse d’histoires orales et d’histoires produites par des acteurs « ordinaires », viennent réfracter et rectifier les récits historiques fondés sur des documents d’archives écrits, qui constituent la convention historique actuelle ;

82) comme les histoires produites sur des événements perturbateurs liés aux contextes conflictuels et/ou coloniaux, qui interrompent le flux des expériences individuelles et collectives en produisant « des ruptures significatives ou d’intenses mutations politiques et sociales  » (Lavabre, 2012 : 263) ;

93) comme une stratégie de recherche interdisciplinaire visant à « déranger » les récits conventionnels en attirant l’attention sur des « savoirs assujettis » et occultés (Foucault, 1997 : 8) : un geste essentiel, voué à contribuer à la démocratisation de la production des savoirs.

10Les histoires d’enfants et les souvenirs d’enfance (tels qu’ils sont explorés dans nombre de nos études de cas), en particulier, sont disruptifs de manière latente, du fait de la manière singulière dont les enfants vivent les événements, de leur passivité à l’égard des processus de décision politique, et de leur absence de responsabilité quant aux crimes passés. Cependant, leurs voix ont été passées sous silence, reléguées au statut d’anecdotes ou à de la nostalgie (Wood, 1999). Pour notre part, nous nous inscrivons dans le sillage de travaux qui, dans le cadre des études sur l’enfance, reconnaissent le savoir des enfants comme différent et non secondaire par rapport à celui des adultes (Macnaughton et al., 2007). Ces travaux montrent bien que les expériences remémorées, exprimées rétrospectivement, peuvent être mobilisées pour comprendre des passés traumatisants qui ne sont que partiellement publiquement reconnus.

11Le terme « recouvrement », dans le sens de Passés Recouvrés ou Retrouvés, est donc pour nous polysémique. Il renvoie à la mise en lumière d’expériences passées potentiellement invisibilisées ou filtrées par le discours public et par une historiographie qui serait fondée sur les seuls documents d’archives écrits ; il appelle à rester attentif aux dissonances entre différents types de discours, en particulier sur les groupes déplacés et les expériences individuelles, et à la possibilité d’augmenter le bien-être de ceux dont les souvenirs n’ont peut-être jamais été entendus. Dans le sillage de Gayatry Spivak (Spivak, 1996 [1985] : 206-207, 221, 229), nous considérons que les recherches fondées sur l’histoire orale et l’histoire produite par des acteurs « ordinaires » facilitent « la restauration du sujet » et la reconnaissance de l’hétérogénéité dans un contexte de « dépossession du sujet », où des épreuves perturbatrices ont « dessaisi » certains individus, groupes ou expériences de leur « identité ».

12Notre recherche a été guidée par les questions suivantes :

13- dans quelle mesure les histoires, témoignages et récits oraux peuvent-ils parler à et dialoguer avec l’« Histoire » ou être reconnus en tant qu’« Histoire », au sein de contextes marqués par des événements perturbateurs, tels que la guerre, la migration, la colonisation et l’éviction ?

14- jusqu’à quel point les histoires orales, ainsi que les histoires reconstruites sur des blogs et des sites web par des individus qui sont à la fois des acteurs et des narrateurs de leurs expériences, réfractent-elles et transforment-elles, dans de tels contextes, l’histoire établie de manière plus formelle ?

15- la synthèse et la mise en relation d’expériences de ruptures historiques, et le dialogue qui s’en suit entre et avec ces expériences, peuvent-ils mener à la mise en évidence de thèmes, de motifs récurrents et de développements théoriques significatifs ?

16- comment ces thèmes et motifs peuvent-ils renforcer le rôle et la valeur de ces histoires orales et produites hors des cercles académiques ou institutionnels, et leur donner un poids empirique et méthodologique plus important dans un processus de production du savoir encore largement fondé sur l’archive écrite ?

17Dans ce numéro, nous partageons les résultats de notre recherche à travers cinq articles qui explorent les relations entre souvenirs, histoires orales, récits produits par divers acteurs sociaux, archives institutionnelles et écrits historiographiques. Notre approche, qui s’inscrit dans le sillage des travaux fondateurs de Maurice Halbwachs (Halbwachs, 1925 ; 1941 ; 1950), vise d’une part à mettre en lumière les différentes disruptions émergeant de ces relations – qu’elles prennent la forme de dialogues, de recouvrements ou d’appropriations, ou encore d’évitements, de dénis ou de confrontations –. Il s’agit d’autre part de faire émerger, grâce au croisement des diverses études de cas, des méthodes et des outils pouvant « perturber » les formes de médiation du passé traditionnellement conçues et pratiquées au sein des sciences sociales. Enfin, nous proposons également de réfléchir à de nouvelles façons de décrire et de restituer la complexité du passé et du présent dans un monde globalisé où les représentations, les imaginaires et les modèles foisonnent, et où l’accès à différentes sources et interprétations historiques semble se démultiplier à l’infini.

18Ce numéro spécial articule donc des souvenirs portés par des individus, des histoires orales et des documents d’archives collectés dans divers contextes et utilise les outils méthodologiques de l’anthropologie et de l’histoire. Comme déjà souligné, nous nous centrons sur les relations entre histoires orales et histoires produites hors du champ académique et/ou institutionnel, enregistrements sonores et documents historiques d’un côté et de l’autre, archives et historiographie plus formelles, révélant des situations de disruptions et de recouvrements : souvenirs d’enfance et récits oraux d’évictions dans une Namibie de l’Ouest colonisée et marquée par l’apartheid, collectés sur place (Sian Sullivan) ; représentations « ordinaires » de la vie passée des Juifs égyptiens, partagées par des acteurs sociaux et replacées dans un contexte géographique à la fois symbolique et matériel, en Israël et au sein de la diaspora (Michèle Baussant) ; recouvrement des souvenirs d’une enfance vécue sous la guerre et marquée par ses traumatismes (Lindsey Dodd) ; récits de réfugiés africains sur le récent exode maritime vers l’Europe du 21ème siècle (Olivette Otele) ; et rupture avec un discours hégémonique impérial-nostalgique au Portugal, portée par l’expression d’expériences très diverses et contrastées de la colonisation et de la décolonisation (Irène Dos Santos). Ces recherches individuelles sont mises en dialogue grâce une analyse et un travail de synthèse et de théorisation mettant au jour un certain nombre de « points d’articulation ». Le texte final de ce numéro présente cette synthèse croisée.

Etudes de cas

19Dans le premier article, Sian Sullivan consolide son analyse des récits oraux de délocalisations (forcées), récits enregistrés lors d’un retour sur d’anciens lieux d’habitation et mis en relation avec des documents d’archives et une nouvelle historiographie (particulièrement Miescher, 2012 ; Rizzo, 2012) permettant de cartographier et de documenter l’usage du territoire et la présence indigène en Namibie de l’Ouest. Ces ressources sont traitées dans un contexte contemporain où de nouveaux domaines administratifs se voient cartographiés dans le but d’articuler conservation et développement, et où les droits, dans le cadre des nouvelles politiques, sont définis en termes de citoyenneté – le tout jouant un rôle central dans les programmes de gouvernance postcoloniale, environnementale et néolibérale, connus sous le nom de Gestion communautaire des ressources naturelles (GCRN – en anglais : Community Based Natural Resources Management - CBNRM). La nature complexe, ambigüe et parfois contestée des résultats des initiatives et du fonctionnement de la GCRN a été maintes fois illustrée. Dans son approche des indigènes parlant le Khoekhoegowab – Dama / ǂNūkhoe et les populations ǁUbu dans le nord-ouest de la Namibie, Sullivan puise dans l’histoire, l’histoire orale et l’ethnographie, afin d’explorer deux questions en particulier. Premièrement, elle souligne l’impact disciplinaire du colonialisme et de l’apartheid en termes de réorganisation du territoire et des populations, et le contraste entre celle-ci et les souvenirs d’un accès au territoire et d’un usage de ce territoire qui la transcendent. Deuxièmement, elle met en exergue un complexe de relations conceptuelles, constitutives et affectives avec les territoires aujourd’hui intégrés aux unités administratives de la GCRN, ou « aires de conservation », relations qui tendent à être affectées par un « complexe culturel » postcolonial tirant vers l’économie et le néolibéralisme. Elle avance que reconnaître les disjonctions dans les expériences et conceptions touchant aux relations entre population et territoire peut aider à comprendre ce qui se voit amplifié ou diminué par les tendances contemporaines de la mondialisation telles qu’elles se manifestent dans la gouvernance environnementale néolibérale. Plus particulièrement, les histoires orales permettant de recueillir et d’apprécier les expériences individuelles de manière approfondie, notamment celles de personnes âgées de retour sur des lieux où ils se souviennent d’avoir habité, contribuent à historiciser et à enrichir la compréhension et la reconnaissance d’environnements culturels complexes qui sont aujourd’hui d’importants enjeux de conservation environnementale.

20L’article de Michèle Baussant suit le « fil rouge » des récits alternatifs produits autour d’expériences passées longtemps réduites au silence, sortes de constellations mémorielles diffractées de mondes sociaux disparus. Il aborde les souvenirs et les représentations ordinaires des Juifs d’Egypte qui ont dû quitter le pays dans les années 1950 et 1960 pour se réinstaller dans d’autres pays, tels qu‘Israël, la France, l’Italie et les Etats-Unis. Longtemps absente des histoires officielles et des espaces sociaux d’émigration et d’immigration, cette histoire n’a pas toujours été transmise au sein des familles. Michèle Baussant retrace les parcours de ces Juifs d’Egypte et l’évolution de leurs récits dans le temps et à partir de différents lieux et pays, entre silences, fragments de souvenirs et traces concrètes du passé. Elle montre comment, en l’espace d’un demi-siècle, une histoire invisible et ignorée a progressivement été investie par certains acteurs à des fins politiques, dans le contexte des relations israélo-palestiniennes. Elle propose également une réflexion méthodologique et théorique sur son travail de terrain, distinguant celui-ci de certains projets qui collectent massivement des récits de vie, en promouvant l’idée d’un « besoin » d’histoire, de préservation de la mémoire et de retour des sources. Le but de cette recherche n’est pas de « collectionner » des récits mais d’analyser, à travers ces derniers, l’évolution des évocations des exils et de leurs usages dans une perspective anthropologique.

21L’analyse des récits recueillis dans les différents lieux d’exils et de réinstallation, leur croisement avec des documents d’archives et des observations, permettent de mettre en évidence des processus de « de-diasporisation » et de « re-diasporisation ». Ils éclairent aussi la manière dont les souvenirs sont produits et évoluent avec le temps, à partir d’une triple comparaison : historique, en retraçant les migrations des Juifs en et hors d’Egypte et leurs vies dans ce pays, les silences qui ont suivi leur exil jusqu’à l’attribution récente du statut de réfugiés aux Juifs des pays d’islam, en Israël et aux Etats-Unis ; géographique, en considérant les différents pays où l’on retrouve des évocations et des traces, distinctes ou connectées, de ces histoires, par exemple lors de voyages de retour ou dans le cadre d’activités associatives ; et socio-spatiales, en se focalisant sur les espaces sociaux disparates où ces récits du passé sont créés, légitimés, investis, rejetés ou simplement ignorés… afin de comprendre leurs origines, leurs effets et leurs résonnances.

22L’article de Lindsey Dodd se focalise sur les récits oraux de trois personnes qui étaient enfants durant la Seconde Guerre Mondiale, et porte un regard neuf sur l’émergence et la production de ces récits alternatifs, de ces souvenirs divergents, qui manifestent une certaine frustration à l’égard des versions dominantes du passé mises en avant par un discours public faisant autorité. Rachel était une enfant juive, qui a été persécutée, abusée, mais sauvée ; Anne-Marie est la fille d’un cheminot résistant qui a été déporté et tué ; Grégoire a survécu à un violent bombardement alors qu’il était sur le point d’être évacué avec d’autres enfants. A différents moments de leurs vies d’adultes, chacun d’entre eux a fait l’expérience d’une forme disruptive de dissociation entre leur histoire personnelle, telle qu’ils l’ont vécue et éprouvée, et l’Histoire nationale, telle qu’établie et relatée par les chercheurs. Chacun s’est efforcé de panser ses blessures, en privé ou de manière publique. Norquay a montré combien l’oubli est « un processus actif qui peut impliquer le déni, le refus, le discrédit, la mise sous silence, l’omission » (Norquay 1999) ; cet article s’attache à décrire le pouvoir que génère le sentiment d’être oublié, dénié, refusé, disqualifié, mis sous silence ou omis, sentiment qui peut inspirer des actions défiant les discours hégémoniques. Alors que la majorité des recherches les plus influentes sur le sujet se focalisent sur la culture mémorielle française de l’après-guerre et tendent à analyser la mémoire par le biais des institutions qui la conservent et la créent, les souvenirs personnels des gens « ordinaires » ou « sans importance » sont souvent relégués au second plan, surtout lorsqu’il s’agit de souvenirs d’enfants ; de telles voix, et le message qu’elles véhiculent/portent, ont pu ainsi être qualifiées de concurrentes et de fait préjudiciable à la « cohérence du récit national » (Wiewiorka, 2012). Et pourtant, en ne les écoutant pas, le discours historique dominant risque de provoquer du ressentiment et des sentiments d’exclusion et de honte, au détriment, justement, de la cohésion sociale.

23Dans le quatrième article, Olivette Otele explore d’autres moyens de contrer les discours dominants et d’interférer avec les symboles visuels établis de la mémoire en analysant des récits de perte, de traversées, de recouvrement, et la formation de nouveaux souvenirs. Faisant écho à Black Atlantic (1995) de Paul Gilroy et au terme « Black Mediterranean », qui renvoient à la relation tumultueuse entre l’Italie et les gens d’origine africaine qui traversent la mer Méditerranée dans l’espoir d’une vie meilleure, Otele met en lumière la relation étroite entre la « Méditerranée noire » et la soi-disant crise migratoire du vingt-et-unième siècle. La Méditerranée noire, aujourd’hui, évoque des images de personnes d’origine africaine entassés dans des bateaux de fortune, se noyant ou se voyant sauvés de justesse en Europe du sud. Les médias de masse et les populations européennes « ordinaires » ont accepté cette définition visuelle. Cet article met en question la présomption selon laquelle la Méditerranée noire est un point de départ valide pour une mémoire visuelle renvoyant à l’histoire des Africains subsahariens, en analysant les histoires de migrants et de réfugiés au Pays de Galles du sud, dans le Royaume-Uni. Le but est ici de mettre en avant ce que l’on définit comme « la Méditerranée en action », c’est-à-dire un processus dynamique de création de la mémoire faisant usage de pratiques telles que l’expression et le partage d’histoires personnelles afin de construire des communautés plus cohésives dans une partie de la Grande-Bretagne dotée d’une identité régionale forte. Il s’agit également de mieux comprendre ce que signifie, pour les enfants de migrants, le fait d’être afro-gallois et britannique.

24Dans la cinquième et dernière étude de cas, Irène Dos Santos s’intéresse au Portugal, où a émergé une remise en question tardive du colonialisme. Elle analyse les perturbations sociales et épistémologiques qui ont engendré cette remise en question à la lumière d’un passé violent relativement récent. Les représentations très homogènes de l’histoire impériale et coloniale, ainsi que les silences et le désintérêt quant aux événements violents contemporains – la dictature, la colonisation, les guerres coloniales et la décolonisation – qui caractérisent la société portugaise, contrastent avec les récits critiques. Ces derniers émergent et circulent aujourd’hui par le biais de différents « vecteurs » de mémoire : la littérature, le théâtre, les arts du spectacle, l’histoire publique, les documentaires, etc. Dans le même temps, les projets de recherche sur le sujet se sont multipliés, notamment au sein du courant transdisciplinaire des études postcoloniales, qui se sont intéressées à ces mémoires publiques analysées comme des contre-récits historiques. Ils ont souligné en particulier leur potentiel perturbateur dans le processus de construction d’une société plus démocratique. La réflexion menée ici se centre sur la manière dont les ruptures biographiques, historiques et historiographiques s’articulent et s’interpénètrent dans cette société européenne post-impériale et postcoloniale. Elle s’appuie sur une analyse des parcours et des récits de vie de deux individus (un homme de 70 ans, exilé politique en France depuis 1961, fils de colons portugais s’étant battus pour l’indépendance de l’Angola, et une femme de 33 ans, historienne et dont la famille est revenue d’Angola en 1975) dont les expériences respectives connectent les espaces de mobilité transnationaux et les récits du passé.

Points d’articulation

25Le texte final de notre projet propose une réflexion synthétique et théorique à partir des cas d’études présentés dans ces cinq articles. Il décrit les réflexions qui ont jalonné et animé notre recherche, autour des axes thématiques et des méthodes que nous partageons. Il décrit nos tentatives de « pratiquer » - au sens plein du terme - une véritable « interdisciplinarité » et une volonté de « faire ensemble » à partir de nos études de cas respectives. L’identification des « points d’articulation » qui lient nos recherches– celles-ci empruntant des directions différentes tout en restant liées les unes aux autres par des éléments « clés » partagés – est le fruit de ce travail collaboratif. Bien que nos études de cas demeurent hétérogènes, elles abordent toutes explicitement des situations disruptives. De telles disruptions se produisent à plusieurs niveaux : dans les expériences des acteurs historiques/sociaux ; dans les structures et les enjeux qui sont au cœur du traitement social, politique et institutionnel de ces acteurs; dans le déploiement du savoir et la production d’« angles morts » ; dans les logiques variées de l’oubli, du silence et du recouvrement ; dans nos rencontres concrètes, entre anthropologues et historiens ; et au sein de ce projet lui-même.

26Nos études de cas s’intéressent aussi à des situations où les traces matérielles du passé ne sont plus accessibles, sinon tout au plus partiellement. Dans de telles situations, les souvenirs personnels circulent au sein de ce que Maurice Halbwachs a appelé des « milieux » de mémoire, qui sont dès lors souvent peu visibles (Halbwachs 1925 ; 1950) ; les cadres sociaux qui assurent leur continuité et leur transmission peuvent également avoir disparu, ou s’être reconstitués, ce qui implique que les souvenirs s’échangent et se construisent dans d’autres sphères sociales. Que cela soit par omission, par déni, par réduction au silence, par effacement ou indifférence, ce qui peut apparaitre comme un « oubli » de certains passés est le produit de forces sociales actives, qu’il s’agit de mettre au jour. C’est précisément cet « oubli » qui peut générer et nourrir, ou non, un « besoin » du passé parmi certains groupes sociaux. Cette hypothèse et cette énigme sont au cœur de notre travail en tant qu’anthropologues et historiennes, et de notre collaboration.

Haut de page

Bibliographie

ASSMANN, Jan, Das kulturelle Gedächtnis. Schrift, Erinnerung und politische Identität in frühen Hochkulturen, München, Beck, 2002.

BAUSSANT, Michèle, Pieds-Noirs. Mémoires d’exils, Paris, Stock, 2002.

BAUSSANT, Michèle. « Ce que les sciences sociales nous disent de la mémoire », in Anne de Mathan & Laurent Le Gall, Mémoires de la révolution française, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019, 29-40.

BLOCH, Marc, « Mémoire autobiographique et mémoire historique du passé éloigné », Enquête n° 2, 1995, 59-76.

DE CERTEAU, Michel, The Writing of History. New York, Columbia University Press, 1993 (L'Écriture de l'histoire, Paris, Gallimard, 1975).

CRAPANZANO, Vincent, “The contortions of forgiveness: betrayal, abandonment and narrative entrapment among the Harkis”, in Jonathan Skinner (ed.), The Interview: An Ethnographic Approach, London, Berg, 2012, 195-310

DI MAIO, Alessandra, “The Black Mediterranean: Migration and Revolution in the Global Millennium”, Public lecture, University of Palermo, 2012 http://international.ucla.edu/africa/event/9457.

DODD, Lindsey, “‘It did not traumatise me at all’: childhood ‘trauma’ in French oral narratives of wartime bombing”, Oral History, 2013, 42.2, 3748.

DOS SANTOS, Irène, « Entre mémoire institutionnelle et mémoire personnelle: quelle mémoire partagée de la migration portugaise en France? » Diasporas, 6, 2005, 8495

FAHY, Sandra, “Recalling what was unspeakable: hunger in North Korea”, in Jonathan Skinner (ed.), The Interview: An Ethnographic Approach, London, Berg, 2012, 229-244

FOUCAULT, Michel, Language, Counter-Memory, Practice. Selected Essays and Interviews, edited with an introduction by D.F. Bouchard (transl. D. F. Bouchard and S. Simon), Ithaca, Cornell University Press, 1977.

FOUCAULT, Michel, “The subject and power”, Critical Enquiry, 8.4, 1982, 777795.

FOUCAULT, Michel, Society Must be Defended. Lectures at the Collège de France 1975-76 (transl. D. Macey), London, Penguin, 2004(1975-76) (“Il faut defendre la société” Cours au Collège de France. 1976, Paris, Seuil, 1997).

GILROY, Paul, The Black Atlantic Modernity and Double-Consciousness, Cambridge MA, Harvard University Press, 1995.

HALBWACHS Maurice, Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Presses Universitaires de France, 1925.

HALBWACHS Maurice, La topographie légendaire des Evangiles en terre sainte, Paris, PUF, 1941.

HALBWACHS Maurice, La mémoire collective¸ Paris, Presses Universitaires de France, 1950.

JEDLOWSKI, Paolo, “Memory and sociology: themes and issues”, Time & Society, 10.1 2001, 2944

LAVABRE, Marie-Claire, “Circulation, internationalization, globalization of the question of memory”, Journal of Historical Sociology, 25.2, 2012, 261274

LAVABRE, Marie-Claire, Le fil rouge. Sociologie de la mémoire communiste, Paris, Presses de Sciences-Po, 1994.

MACNAUGHTON, Glenda, DALLY, Shirley & SMITH, Kylie, “Early childhood professionals and children’s rights: tensions and possibilities around the UN General Comment No. 7 on Children’s Rights”, International Journal of Early Years Education, 15.2, 2007, 161170

MIESCHER, Giorgio, Namibia’s Red Line: The History of a Veterinary and Settlement Border. Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2012

MUZAINI, Hamzah, “On the matter of forgetting and ‘memory returns’”, Transactions of the Institute of British Geographers, 40.1, 2015, 102112

NORQUAY, Naomi, “Identity and forgetting”, Oral History Review 26.1, 1999, 1-21

OTELE, Olivette, “Re-branding the trauma of slavery, or how to pacify the masses with sites of memory” https://discoversociety.org/2015/06/03/re-branding-the-trauma-of-slavery-or-how-to-pacify-the-masses-with-sites-of-memory/, 2015

RICOEUR, Paul, History, Memory and Forgetting, Chicago, University of Chicago Press, 2004 (La mémoire, l’histoire et l’oubli, Paris, Seuil, 2000).

RIZZO, Lorena, Gender and Colonialism: A History of North-western Namibia, Basel, BAB, 2012

SPIVAK, Gayatri, “Bonding in difference: interview with Alfred Arteaga”, in Donna Landry & Gerald MacLean (eds), The Spivak Reader, London, Routledge, 1996[1985], 15-28

SULLIVAN, Sian, “‘How can the rain fall in this chaos?’ Myth and metaphor in representations of the north-west Namibian landscape”, in Debie LeBeau & Robert J. Gordon (eds), Challenges for Anthropology in the ‘African Renaissance’: A Southern African Contribution, Windhoek, University of Namibia Press, 2002, 255-265

THOMPSON, Paul, The Voice of the Past: Oral History, Oxford, Oxford University Press, 1978

WIEVIORKA, Olivier, La mémoire désunie. Le souvenir politique des années sombres, de la Libération à nos jours, Paris, Seuil, 2010

WOOD, Nancy, Vectors of Memory: Legacies of Trauma in Postwar Europe, Oxford, Berg, 1999

SHAW, Christopher & CHASE, Malcolm (eds), The Imagined Past: History and Nostalgia. Manchester, Manchester University Press, 1989

Haut de page

Notes

1 UK ref. AH/N504579/1, voir https://dsrupdhist.hypotheses.org/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sian Sullivan, Michèle Baussant, Lindsey Dodd, Olivette Otele et Irène Dos Santos, « « Histoires perturbées, passés retrouvés », une introduction », Conserveries mémorielles [En ligne], #25 | 2022, mis en ligne le 28 juillet 2022, consulté le 09 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/cm/5647

Haut de page

Auteurs

Sian Sullivan

Sian Sullivan is an environmental anthropologist concerned to better understand diversity in cultural ontologies and representations of the natural world, amidst contemporary concern over climate change and species decline. She has explored these issues in the volumes Political Ecology: Science, Myth and Power (2000), Contributions to Law, Philosophy and Ecology: Exploring Re-Embodiments (2016), Valuing Development, Environment and Conservation: Creating Values that Matter (2018) and Negotiating Climate Change in Crisis (2021). She is Professor of Environment and Culture, Bath Spa University, UK, and a Research Associate of Gobabeb Namib Research Institute, Namibia. She has sustained a long-term research engagement in north-west Namibia, currently through the project “Etosha-Kunene Histories” (www.etosha-kunene-histories.net), a collaboration with the Universities of Cologne and Namibia funded by the UK's Arts and Humanities Research Council and the German Research Foundation. She also works on the financialisation of nature: see www.the-natural-capital-myth.net/.

 Sian Sullivan est une anthropologue de l'environnement qui cherche à mieux comprendre la diversité des ontologies culturelles et des représentations du monde naturel, dans le contexte actuel de changement climatique et de déclin des espèces. Elle a exploré ces questions dans les volumes Political Ecology : Science, Myth and Power (2000), Contributions to Law, Philosophy and Ecology : Exploring Re-Embodiments (2016), Valuing Development, Environment and Conservation : Creating Values that Matter (2018) et Negotiating Climate Change in Crisis (2021). Elle est professeur d'environnement et de culture à l'université de Bath Spa, au Royaume-Uni, et chercheuse associée à l'institut de recherche Gobabeb Namib, en Namibie. Elle a maintenu un engagement de recherche à long terme dans le nord-ouest de la Namibie, actuellement dans le cadre du projet "Etosha-Kunene Histories" (www.etosha-kunene-histories.net), une collaboration avec les universités de Cologne et de Namibie financée par le Conseil de recherche sur les arts et les lettres du Royaume-Uni et la Fondation allemande pour la recherche. Elle travaille également sur la financiarisation de la nature : voir www.the-natural-capital-myth.net/.

Articles du même auteur

Michèle Baussant

Michèle Baussant is director of research in anthropology at the CNRS. She is currently working at the French Social Science Research Center in Prague (Ministry of Europe and Foreign Affairs and National Center for Scientific Research) on a project devoted to the intra- and extra-European memories of the defeated in the 20th century (https://cefres.cz/en/15251). She has also worked in Quebec (Canada) at Laval University and the French Research Center in Jerusalem (Israel). In addition, she coordinates and has overseen several national and international research programs. Her interdisciplinary experience includes working with other social scientists (historians, sociologists, political scientists, geographers, economists, psychologists).

Michèle Baussant est directrice de recherche en anthropologie au CNRS. Elle travaille actuellement au Centre français de recherche en sciences sociales de Prague (ministère de l'Europe et des Affaires étrangères et Centre national de la recherche scientifique) sur un projet consacré aux mémoires intra et extra-européennes des vaincus au XXe siècle (https://cefres.cz/fr/15148). Elle a également travaillé au Québec (Canada) à l'Université Laval et au Centre français de recherche de Jérusalem (Israël). En outre, elle coordonne et a supervisé plusieurs programmes de recherche nationaux et internationaux. Son expérience interdisciplinaire l'amène à travailler avec d'autres spécialistes des sciences sociales (historiens, sociologues, politologues, géographes, économistes, psychologues).

Articles du même auteur

Lindsey Dodd

Lindsey Dodd is Reader in Modern European History at the University of Huddersfield (United Kingdom). She writes on children's lives in France during the Second World War, and works as an oral historian. She is part of the editorial team of the journal Oral History. Her first monograph French Children Under the Allied Bombs, 1940-1945: An Oral History was published by Manchester University Press in 2016. She is co-editor (with David Lees) of Vichy France and Everyday Life: Confronting the Challenges of Wartime (Bloomsbury, 2018). At the moment she is interested in finding ways to apply affect theory to the study of the past, and is doing some historical research on children deprived of their liberty.

Lindsey Dodd est Reader in Modern European History à l’Université d’Huddersfield en Grande-Bretagne. Elle écrit sur les expériences des enfants en France pendant la Seconde Guerre Mondiale, et elle est historienne orale. Elle fait partie de l’équipe de rédaction du journal Oral History. Son ouvrage French Children Under the Allied Bombs, 1940-1945 : An Oral History est paru en 2016 avec Manchester University Press. Elle est co-directrice du livre Vichy France and Everyday Life: Confronting the Challenges of War (Bloomsbury, 2018). En ce moment, elle s’intéresse à l’application de l’« affect theory » à la pratique de l’histoire, ainsi qu’aux enfants privés de leur liberté dans le passé.

Articles du même auteur

Olivette Otele

Olivette Otele is Distinguished Professor of the Legacies and Memory of Slavery at SOAS, University of London. Her area of research is colonial and post-colonial history and the histories of people of African descent. She holds a PhD. in History from Université Paris, La Sorbonne, France and received an honorary doctorate in Law from Concordia University in Canada. She is a former Vice President of the Royal Historical Society and has been a judge of the International Man Booker Prize. Her latest books are African Europeans: An Untold History (Hurst, 2020) and a co-edited volume Post-Conflicts Memorialisation (Palgrave Macmillan, 2021). Professor Otele also writes for newspapers such as the Guardian, BBC History Magazine, GQ, etc. She also contributes to BBC programmes and works as a consultant for documentaries and films in Britain and the United States.  

Olivette Otele est titulaire d'une chaire d'Histoire sur les héritages et la mémoire de l’esclavage à SOAS, Université de Londres. Son domaine de recherche est l’histoire coloniale et postcoloniale et l’histoire des personnes d’ascendance africaine. Elle a obtenu un doctorat en histoire (La Sorbonne) et a reçu un doctorat honorifique en droit de l’Université Concordia au Canada. Elle a été vice-présidente de la Royal Historical Society et juge du prix littéraire International Man Booker Prize. Ses publications les plus récentes sont Une histoire des noirs d'Europe (Albin Michel, 2022) et un volume co-édité Post-Conflicts Memorialisation (Palgrave MacMillan, 2021). Professor Otele écrit aussi pour des journaux tels que le Guardian, BBC History Magazine, GQ, etc. Elle contribue également aux programmes de la BBC et travaille comme consultante pour des documentaires et films en Grande-Bretagne et aux États-Unis.

Articles du même auteur

Irène Dos Santos

holds a PhD in Social Anthropology and Ethnology from the École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS, Paris, 2010) and is a Senior Research Fellow with the French National Centre for Scientific Research (CNRS) in the Migrations and Society Research Unit (URMIS, University of Paris, FR): https://www.urmis.fr/irene-dos-santos/. She is fellow at the French Collaborative Institute on Migration (CIMigration), and associated researcher at the Center for Research in Anthropology — CRIA (New University of Lisbon) and the Interdisciplinary Institute of Contemporary Anthropology (IIAC) at EHESS. Her empirical research in Western Europe (France, Portugal) and the former Portuguese colonies in Africa (Angola) and South America (Brazil) focuses on different forms of contemporary continuity in the former Portuguese colonial empire, through a social anthropological study of mobility and migration centered on: social and political affiliation; relations with violent and/or silent past situations (migration/exile, dictatorship, colonization, and decolonization); social and ethno-racial hierarchies — on the individual, group and state levels. Since 2017, she is on the editorial board of the relaunch of the journal Lusotopie, founded in 1994, where she became editor-in-chief in January 2021(journals, openedition).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search