Navigation – Plan du site

AccueilNuméros#26Historiciser le format webdocumen...L’archivage des webdocumentaires ...

Historiciser le format webdocumentaire

L’archivage des webdocumentaires historiques face à la disparition d’Adobe Flash Player, un défi entre passé et présent

Archiving historical webdocumentaries in the face of the disappearance of Adobe Flash Player, a challenge between past and present
Sophie Gebeil

Résumés

Annoncée en juillet 2017, la disparition programmée du logiciel Adobe Flash Player, devenue effective le 1er janvier 2021, a compromis l’accessibilité en ligne d’un large panel de webdocumentaires historiques mis en ligne dans les années 2000. Ces derniers avaient en effet été créés au moyen de programmes ou de formats Flash et ne peuvent ainsi plus être consultés sur les principaux navigateurs actuels. Cette annonce n’est évidemment pas passée inaperçue au sein des équipes de l’Institut national de l’Audiovisuel (INA) ou de la Bibliothèque nationale de France (BnF) en charge de la collecte et de la conservation du web français dans le cadre du dépôt légal depuis 2006. À travers le cas des webdocumentaires historiques, cet article documente, de l’intérieur, les stratégies déployées par les institutions pour collecter au mieux un pan de l’histoire du web désormais obsolète, et invite à considérer la pérennisation des dispositifs de médiation de l’histoire en ligne produits par les organismes d’enseignement et de recherche.

Haut de page

Texte intégral

La conservation des webdocumentaires est une « forme d’impensé » (…) Je dirais que c’est une histoire de pionniers, avec des gens qui veulent aller de l’avant et essayer des choses, pas une histoire de gens qui vont se préoccuper de comment les conserver.  

  • 1 Eutrope Xavier, « « Gaza Sderot », un webdoc sauvé de l’oubli », La Revue des médias, INA, 28 juin (...)
  • 2 Cet article doit beaucoup à la contribution des équipes de l’archivage du web français de la BNF et (...)

1Ces propos de Boris Razon, directeur éditorial d’Arte interviewé en 2021 par le journaliste Xavier Eutrope dans un article consacré à la disparition de nombreux webdocumentaires phares des années 2000 face aux évolutions du web1, illustre l’état d’esprit des créateurs constatant aujourd’hui les difficultés de pérennisation auxquelles ces dispositifs, autrefois perçus comme étant innovants, sont actuellement confrontés2.

2Si, du côté des créateurs de contenu, l’absence de stratégie de conservation, quasi inhérente aux productions nativement numériques, n’est pas spécifique au webdocumentaire, relever les défis de la pérennisation de ces supports est bien, pour les archivistes, une histoire de pionniers - aussi discrète soit-elle. Du côté des historiens, les webdocumentaires constituent aussi bien des projets de valorisation, des ressources pédagogiques, des travaux d’étudiants, que des sources pour l’histoire culturelle du web. Selon cette dernière perspective, nous avons précédemment analysé les scénographies et les interprétations du passé que donnaient à voir les webdocumentaires commémoratifs mis en ligne cinquante ans après le massacre du 17 octobre 1961 en 2011, ou ceux consacrés aux célébrations du trentième anniversaire de la Marche pour l’égalité et contre le racisme en 2013 (Gebeil, 2013 ; 2021), période particulièrement dynamique pour la production des webdocumentaires. Architexte au service de la réinvention des formes d’exposition et de mises en récit du passé, le webdocumentaire nécessite bien souvent un investissement financier conséquent, rendu possible par l’intervention de producteurs spécialisés ou généralistes du secteur numérique, audiovisuel, ou médiatique. Cet investissement est d’abord orienté vers la création, avec parfois l’espoir de trouver ensuite un second budget qui permettra sa pérennisation. Ainsi, dans le cadre de nos recherches, nous avions constaté l’inaccessibilité progressive de plusieurs webdocumentaires mis en ligne en 2011 et 2012, à l’image de La nuit oubliée (produit par Lumento et diffusé sur le site du quotidien Le Monde) ou de 127 rue de la Garenne (Arte – Actes Sud), et ce dès 2017. Ce phénomène de disparition relative s’est accru en 2021 du fait de la fin de la prise en charge du module Flash au sein des principaux navigateurs, s’agissant d’une technologie particulièrement usitée par les concepteurs des webdocumentaires des années 2000. La question de la préservation des contenus Flash constitue depuis plusieurs années une préoccupation importante dans le domaine du patrimoine et de la création numériques, notamment dans les secteurs du jeu vidéo (Merkle et al., 2021), des médias (Broussard & Boss, 2020), de l’art (Mladentseva 2022) ou de l’enseignement (Grévisse, 2022). Cette question engage aussi bien des passionnés, des journalistes (Heideman 2017) que les institutions culturelles en charge de l’archivage de contenus web ou interactifs à l’image de la British Library (Clark, Rossi, Widsdom, 2020) et bien entendu d’Internet Archive dont l’équipe support précise, via le site web de la fondation, ne pas avoir à ce jour de calendrier de résolution du problème (Germain, 2023).

3À travers le cas de la pérennisation et de la transmission des webdocumentaires historiques, cet article interroge les tensions inhérentes à l’archivage du web face à l’obsolescence technologique du point de vue des historiens et des archivistes du web œuvrant au sein d’institutions publiques françaises et invite à mieux penser la conservation des dispositifs de médiation de l’histoire en ligne. Il s’appuie sur une sélection de webdocumentaires historiques archivés par l’Institut national de l’Audiovisuel (INA) et la Bibliothèque nationale de France (BnF), institutions en charge du dépôt légal du web en France, ainsi que sur une série d’enquêtes orales réalisées auprès des équipes de ces institutions durant l’automne 2022 (cf. tableau n°1). Ce corpus est complété par de la documentation professionnelle que nous avons pu consulter, auxquels s’ajouteront des éléments issus de retours d’expérience de deux projets de recherche-création portant sur la réalisation de webdocumentaires historiques au sein du laboratoire TELEMME (Aix-Marseille Université – CNRS).

Tableau n° 1 Enquête orale auprès des équipes en charge de l’archivage du web français à la BNF et à l’INA

BNF

Entretien réalisé via visioconférence le 15 novembre 2022, avec :

Alexandre Faye, chargé des relations avec les projets de recherche, département du dépôt légal)

Auriane Quoix, chargée de production des collectes pour le dépôt légal du web Clara Wiatrowski, DSI, chargée du développement des outils des Archives de l’Internet

David Benoist, adjoint du service Multimédia, chargé de collections jeux vidéo, coordination de la liaison avec le DLN en 2021 (SVM),

Elodie Bertrand, coordinatrice du dépôt légal multimédia, service multimédia du département SVM

Myrtille Jouanno, service multimédia, chargée de relation avec les éditeurs (SVM)

INA

Entretien enregistré et réalisé le 26 octobre 2022 avec :

Jérôme Thièvre, responsable de mission du dépôt légal du Web

Boris Blanckemane, chef de projet au sein du service du dépôt légal du web (direction des collections)

L’archive sonore issue de l’enregistrement doit être déposée à la phonothèque de la MMSH. http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/​

Grille des entretiens semi-directifs

1) Comment s’organise la collecte des webdocumentaires ? Cela relève-t-il d’un processus spécifique ou bien est-ce un contenu collecté parmi d’autres ?

2) Y’a-t-il eu des webdocumentaires historiques qui ont été collectés sur des thèmes particuliers en lien avec des collectes ciblées ? Comment ont-ils été sélectionnés ? Ont-ils fait l’objet d’une valorisation particulière ?

3) De nombreux webdocumentaires en ligne utilisaient Flash. Face à l’annonce de la suppression de Flash dans les navigateurs en 2020, est-ce que l’équipe a mis en place une collecte d’urgence et comment ? Est-ce que cela a donné lieu à un dispositif d’accompagnement spécifique (formation, collaboration avec un autre service, recours à un prestataire, etc.) ?

4) Le cas échéant, quel est le résultat de cette collecte d’urgence ?

5) Côté usager, est-ce que le navigateur de consultation actuel des archives du web permet de lire le format Flash sur les postes du personnel ainsi que sur les postes de consultation de l’ensemble du territoire ?

6) Si oui, comment avez-vous fait pour poursuivre la lecture des contenus Flash dans le navigateur ?

7) Sinon, y’a-t-il des solutions envisagées à l’avenir ?

8) Est-ce que la disparition de Flash constitue un changement majeur ou bien est-ce finalement un défi parmi tant d’autres pour l’archivage du web ?

9) Souhaitez-vous ajouter quelque chose au sujet de l’archivage des webdocumentaires historiques en contexte de disparition de Flash des navigateurs ?

4Formats interactifs et web-natifs, les webdocumentaires sont peu pérennes, et cette instabilité constitue un défi pour les historiens comme pour les archivistes. Les facteurs pouvant conduire à la disparition de ces dispositifs sont multiples, relevant aussi bien d’aspects technologiques, économiques que des évolutions du web (I). Face à ce constat, la BnF et l’INA ont mis en place différentes stratégies pour collecter au mieux les webdocumentaires et pallier la fin de la prise en charge du plugin Flash par les navigateurs depuis le 1er janvier 2021 (II). Enfin, le cas des webdocumentaires illustre les dilemmes inhérents à la collecte et à la consultation du patrimoine nativement numérique, après plus de vingt-cinq ans d’archivage du web en France (III).

La disparition relative des webdocumentaires : facteurs et enjeux

5Si le webdocumentaire reste encore parfois décrit comme un format innovant de diffusion de la connaissance, le terme sonne aujourd’hui comme un souvenir des débuts du web français, aux côtés de Caramail, du chien de Lycos, de l’époque où il était de bon goût de remplacer la lettre a par un @ et de « surfer sur le Web ». En effet, dès 2002, le centre Pompidou définissait le webdocumentaire comme « un documentaire travaillé avec les outils multimédias, textes, images, vidéos, une manière de mettre les nouvelles technologies au service de la connaissance et d’un point de vue » (Chatelet, 2016). De même, Évelyne Broudoux (2011) indique que le format s’est fortement multiplié à partir de 2004 et précise que le terme désigne « un documentaire réalisé en vidéos, en bande-son, en textes et en images, dont la scénarisation tient compte de l’interactivité dans la fragmentation des récits et dans l’interface graphique et qui s’insère dans un dispositif personnalisant la communication avec l’internaute (réseaux sociaux, commentaires, etc.) ». Le webdocumentaire constituait alors le format privilégié pour explorer les nouvelles potentialités d’écritures transmédias offertes par le web (Cailler et Masoni Lacroix, 2017). Aujourd’hui les webdocumentaires disposent de leurs propres lieux de légitimation (festival, sites dédiés), tout en étant englobés dans des catégories plus larges et mouvantes, visant à décrire le renouvellement des modes de narration au-delà des seuls webdocumentaires : « nouvelles écritures3 » pour France TV ou « nouveaux médias et créations numériques4 » pour le CNC. Comme le précise Boris Blanckemane, documentaliste au dépôt légal du web média de l’INA, certains sont des sites web à part entière d’autres sont finalement plus proches d’une web-série ou d’une structure de réseau social.

6Pour l’historienne ou l’historien, le webdocumentaire est l’objet d’usages multiples : une ressource pédagogique dans le cadre de son enseignement, un format de médiation scientifique mais aussi une source pour l’histoire du web. Afin d’étudier l’évolution des pratiques mémorielles en ligne et des mises en récit publiques de l’histoire (Crivello, 2016), en particulier grâce aux archives du web, les webdocumentaires relatifs au passé sont à ce titre appréhendés comme objets d’étude en tant que sources nativement numériques au profit d’une histoire culturelle du temps présent (Gebeil, 2021). Par ailleurs, le webdocumentaire constitue un architexte (Brito Fichefeux, 2019) pour les chercheurs en histoire. Il demeure alors un livrable apprécié dans les réponses aux appels à projet en SHS, en tant que format de médiation scientifique propice aux partenariats avec le secteur des industries culturelles et créatives, dans le cadre de la Science ouverte ou des humanités numériques. Par exemple, le projet PICTURE IT portant sur une analyse socio-historique du territoire industrialo-portuaire de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône) à partir de l’œuvre photographique de Jacques Windenberger, financé par la région PACA dans la catégorie Humanités numériques, a abouti à la réalisation du webdocumentaire Fos/étang-de-Berre. 200 ans d’histoire industrielle et environnementale (Gebeil, 2021). Lors de ces expériences de recherche et de médiations, nous avons exploré au fil des ans un corpus de webdocumentaires consacrés aux mémoires de l’immigration maghrébine ou à l’histoire de Marseille et du littoral provençal, complété par des entretiens avec les créateurs de contenus : journalistes, artistes, amateurs, professionnels ou chercheurs (Gebeil, 2021). Qu’il se fasse source ou architexte pour la médiation scientifique, l’absence de pérennisation du webdocumentaire est problématique.

7En tant que source d’abord, l’instabilité des contenus en ligne n’épargne pas le webdocumentaire. Dans le cadre de notre thèse soutenue en décembre 2015, sur dix webdocumentaires analysés, seuls deux sont encore en ligne aujourd’hui. Ainsi concernant les webdocumentaires sur le 17 octobre 1961, seul celui de Raspouteam reste accessible et fonctionnel onze ans après sa mise en ligne. Au-delà de la désagréable sensation générée par l’affichage d’une « erreur 404 » indiquant que la demande ne peut aboutir, cela brise le « contrat de vérité » qui lie le lecteur et l’historien ou l’historienne (Dosse, 2001). En effet, ce dernier ou cette dernière, dans son travail « d’objectivation documentaire » est tenu « de répondre à la confiance que lui accorde son lecteur ». La possibilité de vérifier les sources énoncées est un point fondamental de l’administration de la preuve au sein de la discipline. Le lien « brisé », à cause d’une adresse URL qui n’est plus valable rend caducs les faits établis à partir des documents cités (Gebeil, 2016).

8Ensuite, cette instabilité est tout aussi problématique lorsqu’il s’agit de webdocumentaires de médiation scientifique. Fruits d’investissement humain, matériel, et budgétaire, ces créations ne s’accompagnent pas toujours d’une réflexion au sujet de la pérennisation de l’accès en ligne ou de l’archivage. Entretenant une proximité avec l’histoire publique (Noiret, 2011), ces productions engagent souvent des membres de la société civile dans le processus créatif (Gebeil, 2021), et l’absence de pérennisation peut s’avérer décevante pour les personnes ayant déployé de l’énergie et consacré du temps libre à de tels projets.

9Si l’archivage apparaît comme une solution envisageable comme nous le verrons par la suite, il importe au préalable de comprendre quelles sont les raisons qui entrainent l’inaccessibilité des webdocumentaires en ligne. En effet, s’agissant de contenus de taille conséquente, possédant bien souvent une URL stable et ne faisant que rarement l’objet d’actualisation contrairement à un site web dynamique ou à un compte de média social, on pourrait initialement penser que les webdocumentaires semblent relativement préservés du phénomène de disparition des pages web.

  • 5 Olivier Lambert, entretien du 23 juin 2014

10Trois facteurs principaux fragilisent pourtant l’accessibilité des webdocumentaires dans le temps. Le premier réside dans la nécessité de mettre à jour les droits associés aux images, textes, archives audiovisuelles qui composent le webdocumentaire. Par exemple, la durée est souvent accordée pour 5 ans et le fait de ne pas renouveler ces autorisations peut entrainer le retrait de certains contenus du webdocumentaire et remettre en cause son unité documentaire initiale. Les difficultés d’hébergement constituent un deuxième obstacle à la pérennisation des webdocumentaires. Par exemple, le service 3WDOC avec lequel La Nuit oubliée a été réalisé, a finalement cessé son activité en 2015, obligeant les créateurs à chercher des solutions d’hébergement du site. Questionné en 2014 à ce propos, Olivier Lambert expliquait alors la situation : « Hier ou avant-hier, j’ai reçu un mail me disant que cette plateforme, faute de business, faute de plan de financement et d’avenir, allait fermer ses portes, que tous les projets allaient donc disparaître dans six mois. Ce qui pose la question de l’existence de ce projet qui certainement va disparaître dans six mois sauf si nous trouvons une solution5 ». Ainsi les vidéos sont encore accessibles sur Dailymotion mais la plateforme documentaire ne l’est plus depuis 2016.

11Enfin, le troisième obstacle renvoie à l’obsolescence des standards et des formats utilisés au moment de la création et de la mise en ligne du webdocumentaire. L’exemple le plus significatif à ce propos est celui de la disparition de Flash dans les navigateurs. Dans un communiqué du 17 juin 2017, l’entreprise Adobe, à l’origine de Flash, annonçait la suppression programmée du format pour la fin de l'année de 2020, en raison de failles de sécurité et de son inadéquation avec les formats des smartphones conjuguées à l’essor du HTML5 et du JavaScript. Ce module additionnel qui était jusqu’alors ajouté aux navigateurs permettaient de lire des programmes, des animations et des vidéos depuis 1996. C’était également une technologie ayant permis la réalisation de contenus interactifs dans les années 2000. Or, bon nombre de webdocumentaires avaient été produits en utilisant Flash, notamment pour ce qui concerne l’interface graphique et les dispositifs de navigation, et pour les plus anciens les vidéos. Malgré des alternatives développées en ce sens, ces contenus peinent aujourd’hui à être consultés en ligne.

12Face à l’instabilité chronique des webdocumentaires, l’archivage du web joue un rôle fondamental. Initié vers la fin des années 1990 à la suite des travaux de Brewster Kahle, créateur de la fondation américaine Internet Archive (Kahle, 1997), l’archivage du web s’inscrit en France dans le cadre juridique défini par la loi DADVSI de 2006 (Mussou, 2012 ; Chautemps, 2020). Au sein de ce paysage administratif, la BnF archive le web français, notamment via une collecte large du domaine .fr, et l’INA archive le web médiatique lié à la communication audiovisuelle.

13Afin de mieux comprendre comment les équipes en charge de la collecte élaborent des stratégies face à l’obsolescence de Flash dans le contexte spécifique de chaque institution, il apparaît nécessaire d’aller au-delà de l’écran pour recueillir le témoignage des individus membre de ces collectifs. En effet, les décisions prises en matière de collecte, de préservation, et de dispositifs de consultation, dessinent les contours du patrimoine numérique de demain et ainsi les sources de l’histoire numérique (Carbajall et Caswell, 2021). La conduite d’entretiens semi-directifs permet alors d’accéder à l’histoire de l’archivage du web institutionnel français en train de se faire, et offre un aperçu de la façon dont chaque nouveau défi technologique invite continuellement à ré-envisager les modalités de mise en archive des contenus issus du web (cf. tableau n°1).

Les webdocumentaires, des objets complexes à collecter pour les archivistes

14L’archivage du web consiste d’abord à collecter régulièrement, c’est-à-dire copier selon une fréquence définie, des pages web mises à disposition des internautes. Si l’exhaustivité semble inatteignable du fait même des caractéristiques du web (un flux continu mettant en relation un nombre illimité de contenus), l’approche retenue oblige à opérer de façon systématique pour capturer ces flux. Cela se traduit, à l’INA comme à la BnF, par l’utilisation de robots logiciels et la mise en place de processus d’archivage automatisés et massifs. Par conséquent, dans cette première approche, les webdocumentaires historiques ne font pas l’objet d’un ciblage spécifique. Cependant, ils ne sont pas pour autant absents et peuvent surgir au gré des collectes et des explorations du web par les robots. Ils peuvent alors être difficilement identifiables au sein des archives, incomplets puisque le mode de collecte n’est pas adapté à la captation de l’interactivité. C’est particulièrement vrai dans le cas des collectes larges du domaine .fr ou encore collecte des sites de presse de la BnF, qui sont lancées de manière systématique sur un périmètre arrêté.

  • 6 Voir notamment le cas d’Arte, « Arte développe de nouveaux contenus : les webdocumentaires », Actua (...)

15À l’INA le cœur de l’archive concerne le secteur audiovisuel, le service du dépôt légal du web média a donc été attentif à collecter les webdocumentaires et les contenus interactifs proposés par les chaînes de radio et de télévision, qui incluent des webdocumentaires historiques6 :

En tant qu’objet, ces webdocumentaires sont une composante importante pour nous de l’histoire du web (…) Nous avons des webdocumentaires historiques qui reflètent les objets en ligne créés par les diffuseurs, Arte est particulièrement active, le web ici sert à décliner les productions TV de longue date, comme sur la guerre d’Algérie, les printemps arabes, l’histoire coloniale de l’Afrique au XXe siècle, l’histoire de l’extrême-droite en France. S’ajoute à cela le fait que l’INA co-produit aussi des webdocumentaires composés de documents audiovisuels et au sein desquels l’interface permet une consultation non linéaire.

16À la BnF, les collectes ciblées viennent compléter le dispositif de la collecte large en permettant à un réseau de correspondants de participer à la sélection de sites web, comptes de réseaux sociaux ou chaînes vidéo (Twitter, TikTok, Instagram, Youtube), autour de thématiques (littérature et art, sciences et techniques) et de projets (collectes électorales, collecte de l’actualité éphémère). Le département Son, vidéo et multimédia (SVM) est celui qui intègre le plus largement les webdocumentaires et les sites en Flash dans son périmètre thématique. D’autres collectes, comme celle qui fût lancée dans le cadre des commémorations du centenaire de la Première guerre mondiale, peuvent aussi donner lieu à la collecte de webdocumentaires éducatifs ou patrimoniaux (Beaudouin, Chevallier et Maurel, 2018).

17Objets interactifs, fondés sur la participation de l’internaute dont les actions permettent de déterminer un parcours de consultation quand il ne s’agit pas d’interface immersive sur le modèle des jeux vidéo, les webdocumentaires sont difficiles à collecter. Les équipes de l’INA et de la BnF ont très tôt pris la mesure du caractère complexe de la collecte des contenus. Les robots rencontraient des difficultés à collecter l’ensemble des URL et des contenus qui leur sont associés, puisque leur activation nécessite l’intervention de l’internaute. Autour de 2010, des stratégies distinctes ont alors été mises en place dans chacune des institutions au regard de leurs périmètres et de leurs spécificités organisationnelles. Jérôme Thièvre et Boris Blanckemane reviennent sur cette période :

Nous sommes en permanence face à ce problème d'archivage : les contenus très interactifs sont complexes à collecter correctement. Au début des années 2010, il y a eu une période très prolifique autour des webdocumentaires et nous nous sommes interrogés sur la manière de les collecter au mieux. Pour un certain nombre de webdocumentaires, du fait de leur grande interactivité, les robots de collecte n’arrivent pas à identifier les liens de navigation. Il s’agit d’interactions de navigation qui sont très visuelles, ce ne sont pas juste des documents textuels avec des hyperliens. Le robot a beaucoup de mal à naviguer dans ces objets, nous avons donc mis en place un dispositif de collecte piloté par un humain. Un membre de l’équipe consulte le webdocumentaire en ligne dans le but de collecter toutes les interactions ce qui se passent entre le site et le navigateur, cela donne des bons résultats sur certaines créations. Nous avons remplacé le pilotage automatique du robot par un opérateur humain. Au moment où l’opérateur navigue dans le webdocumentaire, les échanges entre le navigateur et le site, toutes les requêtes et leurs réponses, sont archivées. Nous avons donc finalement développé une technologie pour collecter les interactions entre le navigateur et le site. Cette expérience a contribué à l’évolution du système de collecte car cette technologie est encore utilisée aujourd’hui. Nous utilisons par exemple des navigateurs automatisés qui profitent encore de cette technologie de collecte des données d’interaction navigateur/site ce qui donne de très bons résultats.

18Ainsi l’orientation participative et interactive caractérisant une grande partie du périmètre de collecte du web médiatique dont l’INA à la charge, le travail réalisé sur les webdocumentaires a débouché sur la création d’une technologie spécifique, intégrée à l’ensemble du processus de collecte du périmètre.

19Au même moment, l’équipe du Département Son, Vidéo et Multimédia (SVM) de la BnF a mis en place une approche singulière face aux difficultés de collecte des contenus interactifs. Le département SVM a la charge, entre autres, du dépôt légal des documents multimédia et, dans ce cadre, une des chargées de relations déposants s’est vu confier dès 2012 un axe de prospection spécifique sur les webdocumentaires. Il a alors été proposé aux producteurs et développeurs du webdocumentaire Voyage au bout du charbon (2008) de déposer la version off line qui avait été réalisée à des fins de diffusion dans des festivals hors connexion web. En effet, si le cadre juridique du dépôt légal numérique prévoit la collecte par robot, il autorise aussi également le dépôt direct des fichiers. D’autres créateurs ont été sollicités durant cette période, tels que le collectif Raspouteam pour 17.10.61 ce qui fût un succès, ou encore le groupe Upian, acteur phare du secteur et producteur notamment de Prison Valley et de Gaza Sderot, la vie malgré tout. Cependant Upian ne disposait pas de version hors ligne pouvant être déposée. Ces expériences antérieures à la disparition de Flash, aussi bien à l’INA qu’à la BnF visaient à améliorer ou diversifier les stratégies de collecte et ont pu être remobilisées à partir de 2021.

20L’annonce en 2017 de la disparition programmée de Flash n’est évidemment pas passée inaperçue aux yeux des deux organismes dépositaires. Elle a naturellement aussi fait réagir les producteurs de webdocumentaire comme le souligne Jérôme Thièvre : « Les créateurs souhaiteraient qu’ils soient le plus longtemps en ligne mais on constate que ce n’est pas le cas, principalement à cause de l’obsolescence technologique de ces objets, la plupart de ceux qui utilisaient la technologie Flash ne sont plus accessibles, ne fonctionnent plus avec des navigateurs actuels ». Cependant, il rappelle également que progressivement les créateurs de contenu du secteur audiovisuel ont intégré la disparition de Flash dans leur propre cahier des charges : « les objets en Flash se faisaient rares et le travail réalisé au début des années 2010 a permis de suivre l’évolution du périmètre tout en maintenant une fréquence de collecte élevée ».

21Les archivistes de l’INA comme de la BNF ont pris l’habitude de se mobiliser lors d’événements récents, comme les attentats de 2015 (Musiani et Schafer, 2019) ou le confinement de 2020 (Faye, 2020 ; Schafer, 2021 ; Gebeil, 2022). Face aux spécificités du périmètre médiatique, l’INA a mis au point un système de collecte à fréquence élevée (une page peut être ainsi moissonnée plusieurs fois par heure) pour répondre à la mise à jour extrêmement rapide des pages du domaine de la communication audiovisuelle. L’idée de lancer une collecte dédiée aux sites Flash à la BNF, incluant des webdocumentaires, et avant que ceux-ci ne deviennent totalement inaccessibles, témoigne à nouveau de cette réactivité à l’événement.

22Prenant appui sur les expériences passées, les démarches adoptées à la BnF et à l’INA à partir de 2021 pour la collecte Flash diffèrent au regard du périmètre mais aussi de la culture et de la gouvernance propres à chaque institution, conditionnant ainsi la nature et les contours des collections créées (Musiani et Schafer, 2019). À l’INA, l’important travail fourni durant la décennie précédente conjuguée à l’évolution des formats du côté des créateurs de contenu a permis d’obtenir des résultats satisfaisants en matière de collecte des contenus Flash : « Nous avions anticipé en collectant déjà les objets, grâce à notre périmètre qui est circonscrit. À la suite de l’annonce de la suppression, nous avons constaté que les objets concernés étaient déjà globalement bien collectés » explique Jérôme Thièvre.

23À la BnF, la volonté d’archiver au mieux les contenus Flash a entrainé la mise en place d’une collecte expérimentale en mars 2021 sous la forme d’un « atelier de moissonnage complexe » impliquant le service du Dépôt légal numérique (DLN) en charge des archives de l’Internet, le département des Systèmes d’information (DSI) et le département Son, Vidéo, Multimédia (SVM). Les premiers tests réalisés confirmèrent que la collecte automatique ne permettait pas au robot de récupérer la totalité des URLs d’un site en Flash, notamment celles qui étaient générées lors d’une interaction avec les utilisateurs par l’intermédiaire de la souris ou du clavier. Le projet s’oriente alors vers un système d’enregistrement de séquences de navigation et l’organisation de sessions de navigation manuelle sur les sites Flash préalablement à la collecte. Cette expérimentation s’inscrit en outre dans le cadre du projet MISAOA (Mutualisation et innovation pour la sauvegarde et l’accès aux œuvres audiovisuelles) qui vise à améliorer la collecte et, le cas échéant, le dépôt des contenus audiovisuels diffusés sur le web. Mobilisant une dizaine de personnes parmi les vingt membres du SVM, l’objectif de l’atelier était de pouvoir récupérer les URL des sites en Flash qui étaient issues des interactions avec l’utilisateur. Comme nous l’explique Elodie Bertrand, responsable de la coordination du service multimédia :

À partir de soixante-dix sites prévus, c'est-à-dire présélectionnés dans une étape antérieure de l’atelier et pour tenir compte de la durée limitée allouée aux sessions de navigation manuelle, nous avons effectué un travail de navigation manuelle pour trente et un sites, cette activité était très chronophage car il fallait par exemple visionner les vidéos en entier. C’était un peu une course poursuite en plus des autres missions des agents. Six d’entre eux cliquaient donc sur tous les liens possibles proposés à l’internaute en suivant les parcours de consultation proposés au sein des dispositifs interactifs, dont des webdocumentaires.

24Durant ces phases de navigation manuelle, les URLs des pages sont enregistrées puis récupérées par l’intermédiaire d’un script afin d’être ajoutées à la collecte. Le procédé n’est pas standardisé, il s’agit d’une collecte assistée, fondée sur la récupération des données de navigation manuelle comme la pratique l’INA. Toutefois, malgré l’énergie et le temps déployés, certaines URLs n’ont pas pu être identifiées ou bien collectées parce que les requêtes entre le navigateur et le serveur étaient trop complexes. Néanmoins, après une phase d’expérimentation, une collecte Flash assistée a été lancée par la BnF du 1er juillet au 25 août 2021 portant sur une sélection finale de 147 sites, dont 13 webdocumentaires. Un contrôle qualité a été réalisé pour 15 sites, combinant vérification des éléments collectés et affichage des sites collectés dans les archives de l’Internet, l’application de consultation des archives web de la BnF.

25L’archivage des webdocumentaires représente un défi technique et un investissement important pour les archivistes, qui doivent adapter leurs processus. Le périmètre de collecte et le contexte de chacune des institutions influe également sur le résultat. En particulier, pour la BnF l’objectif primordial reste la production de fichiers d’archive au format WARC standardisé et compatible avec le système d’archivage pérenne SPAR. L’adaptation des chaines de production et la complexité technique de ce type de collecte questionne sans cesse l’approche documentaire par discipline mise en place par la BnF et construite avec son réseau de correspondants. La collecte Flash vient ainsi s’ajouter à d’autres collectes sur des contenus spécifiques comme celles de Youtube, Instagram ou TikTok. Du côté de l’INA, l’importance des webdocumentaires proposés par les médias audiovisuels a conduit l’institution à prendre en compte plus tôt la question de l’archivage des contenus interactifs.

26Archiver le web ne se limite pas à la sauvegarde de fichiers. Rendre l’archive accessible, utilisable, navigable ou autrement dit rejouable à la consultation constitue l’objectif final pour les organismes dépositaires et cela peut s’avérer complexe pour les webdocumentaires et plus largement pour les sites qui ont utilisé la technologie Flash.

Donner accès : les dilemmes de la rejouabilité lors de la consultation

27Les sites et pages web affichés, toujours pour une date précise, représentent une forme de reconstruction à partir des éléments conservés. Certains de ces éléments, « absents » le jour de la collecte retenu, peuvent être appelés par l’application pour compléter l’archive même si leur collecte a pu avoir lieu précédemment ou ultérieurement. Ce processus a conduit Niels Brügger (2005) à qualifier les archives web de remediation, et Claude Mussou à utiliser le terme de re-création (2012). Si les biais générés par ce processus sont aujourd’hui bien connus tant par les archivistes que les usagers, la disparition de Flash constitue un cas représentatif des problématiques de maintien de la rejouabilité et de la garantie de l’accessibilité du web archivé dans les années à venir.

28Constituées de documents nativement numériques, les archives du web et les applications permettant la consultation et la préservation constituent ensemble une infrastructure complexe, qui se retrouve elle-même confrontée à l’obsolescence technologique des logiciels, des interfaces, et des formats qui « se modifient au gré des contraintes techniques et des usages » (Bachimont, 2021). Les professionnels de la préservation ont déployé de multiples solutions face à l’obsolescence des formats eux-mêmes ou des dispositifs interactifs qui permettent de lire les formats anciens. En cela les archives du web ne font pas exception comme le souligne Jérôme Thièvre après avoir rappelé la culture professionnelle de l’INA concernant la conservation d’archives audiovisuelles anciennes :

Cette problématique d’obsolescence concerne aussi les vidéos au format FLV (Flash Video) particulièrement utilisé dans les années 2000, notamment par des plateformes comme YouTube. Dans ce cas précis, nous conservons ces vidéos dans leur format d'origine, mais sommes capables de les ré-encoder vers un format moderne et compatible avec un navigateur moderne au moment de leur consultation.

29Ici la migration a été privilégiée comme parade à l’obsolescence, consistant à « faire évoluer le format technique des contenus pour les garder compatibles et adaptés aux outils de lecture disponibles dans l’environnement technologique du moment » (Bachimont, 2017, p. 190). Elle s’effectue ici à la demande de l’usager lors de la consultation, permettant ainsi de concilier le maintien de l’accès et le format d’origine du document. Cependant la difficulté pour les webdocumentaires collectés ne se limitent pas aux seuls formats de fichiers, c’est parfois l’ensemble du programme qui est fondé sur des technologiques Flash, la migration intégrale vers une autre technologie serait une tâche colossale et peu reproductible vers d’autres dispositifs. Face à ce défi, les équipes de l’INA et de la BnF sont attentives aux projets d’émulation en cours.

30Lors de notre entretien, David Benoist, adjoint au chef du service Multimédia au sein du département SVM, rappelle l’expérience développée en la matière par la BnF à l’image de l’archivage des jeux vidéo depuis les années 1990 qui a nécessité de recourir à l’émulation (Barbier, 2022), consistant à « simuler les outils de lecture des formats d’origine sur les environnements disponibles au moment présent » (Antoine, et al. 2012). Cette approche à la BNF l’ensemble des documents multimédias, développée au début des années 2000 sous le nom de Plan de sauvegarde des documents multimédia (PCDM). Jérome Thièvre confirme également cette orientation du côté de l’INA :

Plusieurs communautés travaillent depuis l'annonce de la disparation de la technologie Flash sur des projets d’émulation qui permettraient de faire fonctionner une application Flash dans un navigateur moderne. L'émulation consiste à reproduire le plus fidèlement possible le comportement d'un hardware ou dans ce cas un software dans une autre technologie. Ces projets ont atteint différemment degré de maturité et ne permettent pas aujourd'hui de relire toutes les applications Flash. Actuellement seuls deux projets d'émulation de Flash existent encore. La conception d’un émulateur demande beaucoup de temps et de compétences techniques, ce travail est principalement produit bénévolement par des communautés de passionnés. Les différentes institutions responsables des archives du web sont très attentives à l'évolution de ces projets, et nous intégrerons cette technologie dans nos outils de consultation.

  • 7 C’est le cas du projet Ruffle qui porte sur la création d’un émulateur Flash, https://ruffle.rs

31L’une des perspectives est donc de pouvoir installer des émulateurs dans les navigateurs de consultation de l’archive web de l’INA7. Du côté de la BnF aussi les équipes savent que l’émulation sera nécessaire pour les contenus Flash collectés et travaillent dans cette direction pour la collecte 2021, notamment en veillant à collecter les différentes versions des plugins issus des communautés en ligne à l’image des initiatives conduites par les passionnés ou des institutions culturelles dans le domaine des jeux vidéo (Fiadotau, 2020). Une autre possibilité est de recourir à la collecte d’une vidéo de captation donnant à voir la navigation au sein du webdocumentaire, sur le modèle des vidéos de gaming sur les plateformes audiovisuelles. Le premier défi s’inscrit donc dans la continuité des problématiques liées à l’archivage des formats interactifs en proie à l’obsolescence technologique ayant donné lieu à une épaisse littérature professionnelle à l’image du Digital Preservation Handbook accessible en ligne.

32Cependant, la consultation des archives web s’effectue par l’intermédiaire d’une machine virtuelle et d’un navigateur qui supportent le plugin et le format Flash. Les usagers ont donc accès aux webdocumentaires utilisant Flash qui ont été collectés. Le navigateur des Archives de l’Internet de la BnF utilise FireFox 52 qui date de 2018 avec l’avant-dernière version du plugin Flash (10.0.r12). Ce navigateur et ce plugin seront prochainement mis à jour pour permettre de rejouer les contenus Flash les plus récents. C’est déjà le cas pour le navigateur de consultation des archives du média de l’INA qui utilise Chromium 69, dernière version développée fin 2020, avant la suppression de la prise en charge des technologies Flash.

33Patrimoine nativement numérique recréé (Reborn Digital Heritage), les archives du web cumulent les problématiques inhérentes à la préservation digitale des œuvres interactives (Clark, Rossi, Widsdom, 2020) nécessitant de conserver les éléments qui composent les webdocumentaires, mais aussi les dispositifs permettant de les rejouer, de les re-créer pour les rendre accessibles au public. C’est justement au niveau de la consultation que réside à ce jour l’une des spécificités des archives du web. Quelles que soient les institutions et les pays, une archive web créée par collecte automatisée est accessible via un navigateur de consultation unique, pouvant se voir ajouter des lecteurs spécifiques selon les contenus : la Wayback Machine, le Web Browser de l’INA, les Archives de l’Internet, toutes sont accessibles via une interface qui permet d’explorer le web passé au moyen de la navigation dans les pages web ou bien d’une frise chronologique donnant accès aux différentes versions collectées dans le temps. C’est ce principe qui contribue, entre autres, au goût si particulier de l’archive du web, dont la consultation donne le sentiment de naviguer dans un mini web parallèle, en vase clos, parfois troué (Gebeil, 2021). Cependant la fin de la prise en charge de Flash illustre la difficulté dans le temps à maintenir l’unicité du navigateur.

34L’archivage du web par robot né dans les années 1990 a en effet rendu possible la création de collections massives du web passé, par l’INA et la BnF, correspondant au cadre juridique spécifique élaboré dans les années 2000. À la BnF comme à l’INA, ces archives sont le fruit d’une chaine de production unifiée au-delà des diverses stratégies de collecte. En faisant la prochaine mise à jour des navigateurs, la lecture des formats Flash lors de la consultation sera remise en cause et les nombreux webdocumentaires en Flash risquent de ne plus être accessibles pour les usagers en consultation, même s’ils ont bien été collectés et archivés dans les entrepôts de données. Les équipes travaillent ainsi à la recherche de solutions pour la prochaine mise à jour des navigateurs de consultation. Néanmoins ces problématiques ne sont pas nouvelles, comme le souligne Jérôme Thièvre :

Nous sommes en permanence confrontés à ce dilemme : comment assurer la consultation des contenus web très anciens et ceux très récents ? Ce choix est particulièrement problématique depuis la fin du support de Flash. Il est à noter toutefois qu'une grande part des sites web archivés durant les décennies 1990 et 2000 fonctionnent encore très correctement dans les navigateurs.

35La piste d’un accès via différents navigateurs de consultation n’est pas écartée à l’avenir, sans pour autant constituer un chantier à court terme. En effet, les équipes de la BnF comme de l’INA sont attachées à la facilité d’accès pour les usagers qui passe pour l’instant par un navigateur unique dans chaque institution.

Conclusion

36En proie à l’instabilité des documents nativement numériques et à l’obsolescence technologique, la conservation et la transmission des webdocumentaires historiques français par la BnF et l’INA au titre du dépôt légal du web constitue un défi pour les archivistes qui tentent de préserver un pan entier de notre mémoire collective.

37Dispositif représentatif des premières créations interactives avant la généralisation des réseaux sociaux et la plateformisation, le webdocumentaire fait figure de mnémophore (porteur de mémoire), tout en continuant à être mobilisé comme architexte au service de la médiation de l’histoire, notamment dans le champ académique. Son archivage interroge les relations entre les institutions de mémoire en charge du dépôt légal du web et les créateurs de contenu. Cette réflexion constitue ainsi une opportunité pour mieux anticiper dans le champ académique la préservation des dispositifs numériques de médiation scientifique.

38La collecte comme la mise à disposition des usagers des webdocumentaires passés a fait l’objet d’une attention spécifique dès le début des années 2010 de la part des équipes de l’INA et de la BnF. Annoncée en 2017, la fin de la prise en charge des technologies Flash par les navigateurs illustre les problématiques d’obsolescence inhérentes au patrimoine numérique mais pas seulement. Afin de parer au mieux à la suppression intervenue en janvier 2021, les équipes de l’INA et de la BnF ont mis en place des dispositifs spécifiques visant à collecter au mieux les contenus interactifs utilisant Flash, dont les webdocumentaires. Associant une veille et une navigation manuelles à la collecte automatisée, elles expérimentent et envisagent un large spectre de solutions allant de la captation à l’émulation en passant par la piste de la virtualisation. L’impossibilité de donner accès en ligne aux résultats de ce travail du fait du cadre juridique du dépôt légal du web, contribue au caractère encore sous-exploité de ce nouveau gisement de sources pourtant incontournable pour l’histoire récente, et contribue à invisibiliser la fabrique même de ce patrimoine nativement numérique recréé, malgré des décennies d’archivage du web. Pourtant les équipes sont particulièrement soucieuses, dans le cadre de leurs missions, de documenter le processus d’archivage, d’en expliquer les manques et les dysfonctionnements. Cette exploration des coulisses de l’archivage apporte en retour une meilleure compréhension de la constitution des collections et des conditions d’accès, notamment à travers le dilemme de la mise à jour des navigateurs de consultation, entre maintien de la rejouabilité des contenus anciens et l’accessibilité des contenus plus récents. On rejoint ainsi le constat effectué concernant plus largement la préservation des œuvres culturelles et artistiques numériques :

Dans un contexte où le but n’est pas de préserver une trace de l’œuvre mais plutôt les moyens de sa re-production ou re-performance, l’obsolescence rapide des outils technologiques et la dimension sociale des différents agents impliqués dans la production requièrent l’élaboration de stratégies de documentation et de préservation adaptées aux artéfacts culturels numériques. (Vincent, Bachimont, Bonardi, 2012)

39S’intéresser à ces archives en train de se faire offre en effet l’opportunité d’envisager le patrimoine nativement numérique en devenir et de mieux documenter l’impact de la culture de chaque institution sur la nature des collections créées (Musiani, 2019). Qu’il se fasse mnéomophore ou architexte au service de la médiation scientifique, perçu comme désuet ou novateur, le webdocumentaire constitue un objet patrimonial complexe, dont l’archivage reste difficile du fait de son caractère interactif, au-delà de la disparition de Flash. Ainsi la pérennisation des webdocumentaires historiques offre un espace propice au dialogue entre les institutions en charge de l’archivage du web et les créateurs de contenus, notamment académiques. À la BnF comme à l’INA, les échanges avec les créateurs de contenu désireux de connaître l’état d’archivage de leurs dispositifs permettent d’affiner la qualité des collectes parallèlement à l’archivage par robot. La disparition de Flash constitue alors une opportunité pour sensibiliser les créateurs de contenus et les publics tout en augmentant la visibilité des acteurs et des enjeux du patrimoine nativement numérique. Cette sensibilisation doit aussi passer par une prise de conscience au sein des laboratoires de recherche. En effet on constate encore trop souvent combien des projets ambitieux donnant lieu à des dispositifs en ligne innovant sont rapidement frappés par l’obsolescence technologique et l’instabilité du web. La réalisation de webdocumentaires historiques ou d’autres dispositifs numériques en ligne développés dans le cadre de projets pédagogiques ou scientifiques doit alors progressivement intégrer dans son processus créatif la question de la pérennisation, dès la phase de production. Cela implique donc du côté des historiennes et des historiens, d’anticiper le devenir archive du webdocumentaire, en envisageant soit la collecte, facilitée par une architecture spécifique (e.g. un grand nombre d’URLs et non à partir d’une webpage) soit le dépôt en prévoyant une version suffisamment documentée dans les technologies utilisées, qui puissent fonctionner ensuite dans les navigateurs de consultation des archives du web. C’est donc une nouvelle étape qu’il s’agit de franchir dans la réalisation de ce type de livrable, dont les caractéristiques gagneraient aussi à être définis en partenariat avec les équipes de l’INA ou de la BnF, à l’image de la collaboration déjà engagée entre la BnF et les sites ministériels. Le projet Mars Imperium (C. Regnard et X. Daumalin), consacré à l’histoire de Marseille coloniale et postcoloniale, prévoit de donner lieu à une plateforme documentaire interactive regroupant plus de quatre-vingt-dix courtes vidéos et structurée en neuf thèmes. Ce projet sera ainsi le lieu d’une exploration en matière de pérennisation des dispositifs de médiation scientifique en ligne, en collaboration avec les équipes de la BnF et de l’INA, dans l’espoir de proposer un guide de bonnes pratiques pouvant outiller les communautés scientifiques et les industries culturelles et créatives en prenant en considération leur potentielle « archivabilité » (Stapelfeldt et al., 2022). Il sera également l’occasion de tester la collecte, d’en documenter le processus et les carences éventuelles.

40Enfin, le cas de la pérennisation des webdocumentaires en contexte de disparition de Flash est révélateur des tensions inhérentes à l’archivage du web, qui pèsent sur la collecte mais aussi sur la consultation nécessitant la mise à jour des navigateurs sans perdre la rejouabilité des contenus anciens. La nouveauté dans ce cas tient au fait qu’il ne s’agit pas simplement de contenus mal archivés, de manques, mais de la disparition de technologies entières qui ont joué un rôle majeur dans l’histoire du web. Les échanges avec les équipes concernées laissent envisager l’idée d’une consultation basée sur plusieurs navigateurs qui varieraient en fonction de la date de la collecte des contenus, tout en ayant à cœur de ne pas complexifier l’accès pour l’usager. Une telle perspective constituerait une rupture dans l’archivage du web et nécessiterait un travail intense et coordonné au sein de chaque institution. Dans le même temps, ce qui laisse augurer une rupture n’est pas véritablement une surprise pour les archivistes qui ont dû faire face à l’essor du web dynamique, des médias sociaux, des plateformes et des formats mobiles. Cette multitude de contenus est à ce jour accessible via les navigateurs de consultation, y compris pour des contenus datant de la fin des années 1990 et du début des années 2000. Ainsi l’une des forces de l’archiviste du web est d’être familier de la transformation constante des documents qu’il ou elle préserve, tout en ayant intégré d’être inévitablement « toujours à la traine par rapport à l’imagination des acteurs du web » pour reprendre les mots de l’un d’entre eux qui conviennent aussi pleinement à tout chercheur en terre numérique.

Haut de page

Bibliographie

Webdocumentaires cités

BOLLENDORF Samuel et SÉGRÉTIN Abel, Voyage au bout du charbon, Honktonk, 2008.

DIANDRA LOUARN Anne et HAMZA Assiya, Chibanis, l’éternel exil des travailleurs maghrébins, France24, http://webdoc.france24.com/chibanis-france-travailleurs-immigration-maghreb/, 2014,

DUFRESNE David et BRAULT Philippe, Prison Valley, Arte, 2010, http://prisonvalley.arte.tv/?lang=fr

Gaza Sderot, la vie malgré tout, Arte, 2008, http://gaza-sderot.arte.tv/fr/

KHENICHE Ouafia, Une marche, deux générations, Franceinfo.fr, 15 octobre 2013, https://www.francetvinfo.fr/societe/une-marche-deux-generations_1669987.html

LE BRAS Jenna, HUME-FERKATADJI François, ROXO Lucas, La Marche d’après, 2013, http://www.lamarchedapres.com

MAFFRE Laurent et GABISON Thomas, 127 rue de la Garenne, le bidonville de la Folie, Nanterre, Arte, Actes Sud, 5 juin 2012, http://bidonville-nanterre.arte.tv/

MARKER Chris, Gorgamancy, 2007, https://gorgomancy.net

RASPOUTEAM, 17.10.61 un webdoc de Raspouteam, 2011, http://www.raspouteam.org

SALVA Thomas, LAMBERT Olivier, La nuit oublié, Lemonde.fr, 2011. URL d’origine : http://www.lemonde.fr/societe/visuel/2011/10/17/la-nuit-oubliee_1587567_3224.html

TELEMMe, Fos/étang-de-Berre. 200 ans d’histoire industrielle et environnementale, 2020, https://fos200ans.fr

Bibliographie

« Au dépôt légal du Web, le coronavirus a ses entrées », La Revue des médias, INA, 2020, https://www.ina.fr/actualites-ina/etude-coronavirusdl-web

BACHIMONT Bruno, « Archive et mémoire : le numérique et les mnémophores », Signata, 12, 2021.

BACHIMONT Bruno, Patrimoine et numérique : technique et politique de la mémoire, INA, 2017.

BARBIER Benjamin, « The immaterial aspects of video games: Platforms as preservation sites for traces and communities », Hybrid, n°8, 2022, https://doi.org/10.4000/hybrid.2175

BEAUDOUIN Valérie, CHEVALLIER Philippe et MAUREL Lionel, Le web français de la Grande guerre : réseaux amateurs et institutionnels, Presses universitaires de Paris Nanterre, 2018.

BRITO FICHEFEUX, Elaine, « L'usage scientifique de l'architexte webdocumentaire dans la production d'un « rhizome patrimonial », Un dispositif méthodologique de représentation documentaire de la recherche », dans Chaudiron S., Tardy C., Jacquemin B. (dir.). Médiations des savoirs : la mémoire dans la construction documentaire, 2019, Villeneuve d’Ascq, Université de Lille, p. 93–107.

BRÜGGER, Niels, The Archived Web. Doing History in the Digital Age, MIT Press, 2018.

CHAUTEMPS Alexandre, « L’archivage du Web ou le Web comme mémoire des sociétés contemporaines », Annales des Mines, Enjeux numériques, n°10, juin 2020, p. 57-65. https://www.annales.org/enjeux-numeriques/2020/en-2020-06/2020-06-11.pdf

CLARK Lynda, ROSSI Giulia Carla, WISDOM Stella. "Archiving interactive narratives at the British Library." International Conference on Interactive Digital Storytelling. Cham: Springer International Publishing, 2020.

DIGITAL PRESERVATION COALITION, Digital preservation handbook, 2nd Edition, 2015. http://handbook.dpconline.org/

FAYE Alexandre, « Les archives web du Coronavirus : une entreprise collective », Webcorpora, 2020, https://webcorpora.hypotheses.org/856

FIADOTAU, Mikhail, “Growing old on Newgrounds: The hopes and quandaries of Flash game preservation”, First Monday25(8), 2020, https://doi.org/10.5210/fm.v25i8.10306

GEBEIL Sophie, « Quand l’historien rencontre les archives du Web », Revue de la BNF, 2016, Ivresses, Alcool, Sociabilité et création littéraire, 2 (53), http://editions.bnf.fr/revue-de-la-bnf-n%C2%B053-ivresses/

GEBEIL, Sophie, Website Story. Histoire, mémoires et archives du web, INA, 2021

GEBEIL, Sophie, « Écrire l’histoire à l’ère des narrativités numériques - Fos 200 : Un webdocumentaire sur deux siècles d’histoire industrielle, sociale et environnementale de Fos-sur-Mer / Étang de Berre », Revue française des méthodes visuelles, 5, 2021.

GERMAN Raven, « Troubleshooting Flash », Archive-It, Support, 2023, https://support.archive-it.org/hc/en-us/articles/10563920551444-Troubleshooting-Flash

GREVISSE Christian, Flash, who? On the Obsolescence of Digital Technology and Its Impact on E-learning Applications: A Case Study. 2022 XVII Latin American Conference on Learning Technologies (LACLO), 2022, pages 01-07. 

GILLIOTTE Quentin, « La persistance de l’attachement aux biens culturels physiques », Biens Symboliques / Symbolic Goods [En ligne], 9 | 2021, mis en ligne le 27 décembre 2021, consulté le 09 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/bssg/864 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bssg.864

HEIDEMAN Justin. "URLs Should Never Die; Retiring Old Technology While Preserving

The New York Times' First Draft of History." Presented at the Dodging the Memory

Hole 2017: Saving Online News, San Francisco, CA, November 16, 2017.

KAHLE Brewster, « Preserving the Internet », Scientific American, vol. 276, n°3, 1997, pp. 82-83, https://www.jstor.org/stable/24993660?seq=1

KLEIN, Alexandre, « Le webdocumentaire : un outil numérique innovant au service de l’enseignement, de la recherche et de la valorisation », Humanités numériques, n°2, 2020, en ligne, https://doi.org/10.4000/revuehn.418

MERKLE Beth, NOVAKOVIC Julia, DUNN Gabriel, BARNICK Lindsey, PUCKEY Chris, "Digital Preservation Handbook", The Strong, National Museum of Play, 2021

MLADENTSEVA Anna, “Responding to obsolescence in Flash-based net art: a case study on migrating Sinae Kim’s Genesis”, Journal of the Institute of Conservation, 45:1, 52-68, 2021, DOI: https://10.1080/19455224.2021.2007412

MUSIANI Francesca et al. Qu’est-ce qu’une archive du web ? Marseille, OpenEdition Press, 2019.

MUSIANI Francesca, SCHAFER Valérie, « Les archives du Web : gouvernance et identités », La Gazette des archives, n°245, 2017.

MUSSOU Claude, « Et le Web devint archive : enjeux et défis », Le Temps des médias, vol. 19, no 2, 2012.

SCHAFER Valérie, « Le patrimoine nativement numérique des attentats en Europe : regards croisés », La Gazette des archives, n°250, vol.2, 2018, pp. 115-129.

VINCENT, Antoine, BACHIMONT Bruno & BONARDI Alain, « Préserver les œuvres musicales créées avec dispositif numérique par l'étude du processus compositionnel : Abstraire la création sous forme d'actes de production permettant d'en ressaisir le sens », Les Cahiers du numérique, 8, 2012, 91-118. https://www-cairn-info.lama.univ-amu.fr/revue--2012-4-page-91.htm.

Haut de page

Notes

1 Eutrope Xavier, « « Gaza Sderot », un webdoc sauvé de l’oubli », La Revue des médias, INA, 28 juin 2021

2 Cet article doit beaucoup à la contribution des équipes de l’archivage du web français de la BNF et de l’INA, et plus particulièrement à Jérôme Thièvre (INA), Boris Blanckemane (INA), Alexandre Faye (BnF), Auriane Quoix (BnF), Clara Wiatrowski (BnF), David Benoist (BnF), Elodie Bertrand (BnF), Myrtille Jouanno (BnF). Je leur adresse ici mes remerciements les plus sincères pour le temps accordé et pour leur patience

3 Nouvelles Écritures France TV, https://nouvelles-ecritures.francetv.fr/

4 Créations numériques, site Web du Centre national du cinéma et de l’image animé (CNC), présentant les financements d’aide à la création « Nouveaux médias », « Création vidéo sur Internet », « Expériences numériques », https://www.cnc.fr/creation-numerique.

5 Olivier Lambert, entretien du 23 juin 2014

6 Voir notamment le cas d’Arte, « Arte développe de nouveaux contenus : les webdocumentaires », Actualitte, 20/02/2010, https://actualitte.com/article/81221/television/arte-developpe-de-nouveaux-contenus-les-webdocumentaires

7 C’est le cas du projet Ruffle qui porte sur la création d’un émulateur Flash, https://ruffle.rs

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Gebeil, « L’archivage des webdocumentaires historiques face à la disparition d’Adobe Flash Player, un défi entre passé et présent »Conserveries mémorielles [En ligne], #26 | 2024, mis en ligne le 14 janvier 2024, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/cm/5698

Haut de page

Auteur

Sophie Gebeil

Maître de conférences en histoire contemporaine, Aix Marseille Université, CNRS, TELEMME UMR 7303, 13094, Aix-en-Provence, France

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search