Navigation – Plan du site

AccueilNuméros#26En dialogue avec les archives ins...Webdocumentaire et histoire de la...

En dialogue avec les archives institutionnelles

Webdocumentaire et histoire de la télévision suisse 

Les 50 ans de l’émission Temps Présent en 2019
Web documentary and history of Swiss television. The 50th anniversary of the programme Temps Présent in 2019
Roxane Gray et Gabrielle Duboux

Résumés

A l’occasion de la commémoration des 50 ans du magazine de grand reportage Temps Présent (RTS, 1969-aujourd’hui) de la Radio Télévision Suisse (RTS), nous avons participé à la réalisation d’un webdocumentaire sur l’histoire de l’émission. Ce projet est le fruit d’un travail interdisciplinaire mené conjointement par la RTS, la Faculté des Lettres de l’Université de Lausanne et l’Académie du journalisme et des médias de Neuchâtel (AJM). Trois ans après la diffusion de ce webdocumentaire en avril 2019, nous revenons sur cette expérience de recherche et de médiation historique et présentons les différentes étapes de cette collaboration suisse romande. Ce retour d’expérience s’inscrit dans une réflexion plus large sur les enjeux épistémologiques et historiographiques des modes de narration et de diffusion d’une histoire du télévisuel en Suisse. Nous analysons les apports de cette expérience ainsi que les problématiques méthodologiques rencontrées ; qu’il s’agisse des contraintes liées à la médiatisation des témoignages oraux ou encore de l’adaptation du récit historique à une visualisation délinéarisée. Ces réflexions sont appliquées à un cas pratique autour de la démarche scientifique de valorisation de la place des femmes dans l’histoire de Temps Présent.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Temps Présent : 50 ans de l’autre côté de l’écran, mis en ligne en avril 2019, consulté en août 202 (...)

1A l’occasion des 50 ans du magazine de grand reportage Temps Présent de la Radio Télévision Suisse (RTS), nous avons participé en tant qu’historiennes à la réalisation d’un webdocumentaire sur l’histoire de l’émission. Celui-ci, intitulé “Temps Présent : 50 ans de l’autre côté de l’écran1, a été mis en ligne en avril 2019 sur le site de la RTS. Trois ans après la diffusion de ce webdocumentaire, nous souhaitons revenir sur cette expérience de recherche et de médiation historique.

  • 2 Le projet a été piloté par les deux producteurs de Temps Présent Jean-Philippe Ceppi et Jérome Port (...)

2Si ce projet s’inscrit dans une longue tradition commémorative de la RTS et fait suite à une série d’initiatives de valorisation du patrimoine audiovisuel romand, ses processus de création s’appuient sur plusieurs éléments novateurs : interdisciplinarité du projet et des équipes, valorisation de thématiques d’étude inédites et de témoignages des différents corps de métiers de la télévision. Le webdocumentaire, mené conjointement par la RTS, la Faculté des Lettres de l’Université de Lausanne (UNIL) et l’Académie du journalisme et des médias de l’Université de Neuchâtel (AJM)2, est le fruit d’un travail collectif et interdisciplinaire qui a réuni des institutions et professionnel·le·s aux domaines de compétences variés. Ces trois équipes ont mené une réflexion commune pour proposer un format innovant, numérique et interactif, en phase avec l’évolution des modes de visionnement contemporains. À ces aspirations formelles s’est ajoutée la volonté de poser un regard scientifique et historien sur Temps Présent. Cette recherche s’est appuyée sur le dépouillement des archives de l’émission et sur des entretiens menés avec ses équipes. La valorisation de ce point de vue a permis de retracer l’évolution de Temps Présent dans une perspective plus large que ses figures et sujets les plus marquants.

3Ce projet a donc constitué une sorte de laboratoire pour tester des formes de médiation et des synergies nouvelles d’une part, et proposer un regard contemporain sur l’histoire du télévisuel en Suisse, d’autre part. Cet article interrogera les modalités de cette coopération aux méthodes de travail plurielles, scientifiques, journalistiques et numériques. Il présentera dans un premier temps la genèse du projet : celui-ci s’inscrit dans la continuité des collaborations entre les sphères académiques, mémorielles et télévisuelles en Suisse tout en laissant une place nouvelle à l’expertise historienne. Nous proposerons ensuite un retour d’expérience du projet “Temps Présent : 50 ans de l’autre côté de l’écran” qui présentera les différentes étapes de conception du webdocumentaire avant de revenir sur ses caractéristiques propres : la mise en place d’un récit historique non linéaire ainsi que la valorisation du travail interdisciplinaire en son sein. Ces réflexions seront en dernier lieu appliquées à un cas pratique qui montrera les apports et contraintes liés à la démarche de valorisation de la place des femmes dans l’histoire de Temps Présent.

Genèse du webdocumentaire

4Réalisé en 2019, le webdocumentaire pour les 50 ans de Temps Présent s’inscrit dans la continuité d’une série d’initiatives mémorielles autour de l’histoire de la télévision romande mais se démarque des expériences passées par son assise scientifique. Pour le cinquantenaire du programme, Jean-Philippe Ceppi, alors producteur de l’émission, a souhaité élaborer un format numérique et interactif attractif pour le grand public tout en s’appuyant sur une expertise historienne. Sa création est le fruit d’un réseau de collaborations tissé depuis une vingtaine d’années en Suisse romande entre les secteurs médiatiques, scientifiques et archivistiques.

Une collaboration entre l’Université et la RTS : historique

  • 3 Treize ans plus tard, l’appel à l’institutionnalisation des études télévisuelles dans l’article de (...)

5La RTS - Télévision Suisse Romande (TSR) jusqu’en 2012 - est une unité régionale de la Société Suisse de radiodiffusion (SSR). Cette entreprise audiovisuelle de service public produit et diffuse depuis 1958 des programmes de télévision de langue française en Suisse. L’histoire de cette institution a longtemps été négligée dans la sphère académique. Les travaux scientifiques sur le télévisuel ont longtemps fait défaut dans le paysage helvétique. Le champ d’étude, faiblement institutionnalisé, a longtemps mené une existence obscure, en marge de l’enseignement et de la recherche3 mais profite depuis le tournant des années 2000 de plusieurs évolutions significatives au sein du paysage archivistique (Meier, 2010).

6Le milieu des années 1990 constitue une borne importante dans le rapport qu’entretient la RTS à ses archives puisqu’un travail de sauvegarde et de valorisation des archives audiovisuelles est lancé. L’Association pour la sauvegarde de la mémoire audiovisuelle suisse Memoriav est fondée en 1995 puis, sous son égide, la base de données Memobase réunissant des fonds restaurés et numérisés ainsi que les métadonnées de 400 000 documents audiovisuels4 (Vallotton, Valsangiacomo, 2010). En 2005, la création de la Fondation pour la sauvegarde et la valorisation du patrimoine audiovisuel de la RTS (FONSART) marque une autre balise importante dans la valorisation des archives de la télévision romande en autorisant le développement de documents numériques. L’association entreprend en effet la restauration et la numérisation des archives de la RTS : entre 2005 et 2014, près de 60 000 heures de programmes ont été numérisées et sont accessibles sur la page RTSArchives5. Dernier tournant important, en 2016, la révision de l’ordonnance sur la radio et la télévision entérine l’obligation pour la SSR de conserver durablement ses émissions, mais aussi de les mettre à disposition pour un usage privé ou scientifique. La communauté académique peut désormais accéder à l’ensemble des ressources audiovisuelles de l’institution ainsi qu’à leurs métadonnées sur la base de données interne GICO.

  • 6 Entre 2000 et et 2012, trois volumes dirigés et co-écrits par un collectif de chercheurs apportent (...)
  • 7 Histoire audiovisuelle du contemporain (HAC), 2006, consulté le 16 août 2022, https://www.unil.ch/h (...)
  • 8 Au-delà du service public. Pour une histoire élargie de la télévision en Suisse, 1960-2000, 2016, c (...)

7L’accessibilité renforcée des archives a autorisé plusieurs synergies avec la communauté scientifique. Dès le début des années 2000, la section d’histoire de l’UNIL intègre les sources audiovisuelles dans ses enseignements et ses recherches (Vallotton, Pradervand, 2013)6. La section développe également depuis 2006 un axe de recherche autour de la valorisation des sources radiophoniques et télévisuelles. Plusieurs collaborations entre les associations de sauvegarde du patrimoine, la RTS et l’UNIL se développent depuis lors dans le cadre du Pôle d’histoire audiovisuelle du contemporain7 (HAC). De 2016 à 2021, le projet Pour une histoire élargie de la télévision en Suisse financé par le Fonds National Suisse et co-dirigé par François Vallotton et Anne-Katrin Weber a conjugué la production d’un savoir académique autour de l’histoire des pratiques, techniques et discours télévisuels à des modes de valorisation du patrimoine audiovisuel helvétique. Ce collectif de recherche s’est particulièrement intéressé à la médiation de ses résultats sur des supports numériques (site internet, billets de blog, livre conçu pour le numérique ou living book, podcast et webdocumentaire8) et est à l’initiative de la collaboration avec la RTS pour la commémoration des 50 ans de Temps Présent. François Vallotton ainsi que l’une des doctorantes, Roxane Gray, ont pris part à la direction du volet historien du projet.

“Démythifier” l’histoire de Temps Présent

  • 9 Ces éléments seront d’ailleurs repris pour l’ouvrage commémoratif édité pour le cinquantenaire de l (...)

8Au contraire des travaux scientifiques sur le télévisuel qui ont longtemps fait défaut, les initiatives mémorielles autour de la télévision romande ont donc occupé une place conséquente dans le paysage helvétique. Cette prédominance d’une mémoire télévisuelle a contribué à perpétuer une vision biaisée de l’évolution de la télévision en Suisse romande. Dès 1979, l’ouvrage en trois volumes 25 ans ensemble paru sous la plume de l’écrivain suisse Nicolas Bouvier raconte les trois premières décennies d’existence de l’institution et propose un récit circonstancié basé sur la valorisation d’archives d’entreprise et sur ses connaissances du personnel. La présentation chronologique des évènements autour de plusieurs jalons et tournants dans l’histoire de l’institution9 diffuse pourtant une vision uniforme et linéaire de la télévision romande. Tel un album de famille, toutes les professions et générations sont réunies autour d’un certain nombre d’étapes et de figures de référence. Temps Présent occupe une place particulière au sein de cette histoire et acquiert très tôt le statut de programme phare de la télévision romande.

  • 10 Voir à ce sujet l’article du réalisateur et pionnier de la Télévision suisse romande Jean-Jacques L (...)
  • 11 En effet, des plaintes concernant des épisodes de Temps Présent sont souvent déposées auprès de l’A (...)

9Fondé en 1969 à la suite du magazine mensuel d’information Continents sans Visa (1959-1969), il est le deuxième plus ancien magazine d’information après l’émission britannique Panorama (BBC, 1953 à aujourd’hui).10 Durant ses cinquante années d’existence, l’émission offre au public romand une fenêtre sur le monde et aiguise son regard sur la société helvétique, non sans créer quelques remous.11 Grâce à la qualité de ses reportages et à la rigueur de son investigation, le programme a également grandement participé à la renommée internationale de la petite télévision suisse et de ses professionnel·le·s. Le magazine accompagne et participe donc à la construction du récit d’un âge d’or de la jeune télévision romande, figure de proue du journalisme critique en Suisse explorant les possibilités télévisuelles dans un contexte sociétal et économique favorable. L’émission est par ailleurs personnifiée autour de la figure de son fondateur et premier producteur, le journaliste Claude Torracinta.

10Depuis ses débuts, Temps Présent marque aussi régulièrement le passage de ses décennies en proposant des éditions spéciales autour d’archives d’émissions, d’interviews d’anciens témoins et des making-of de tournage12. Ces émissions rétrospectives qui associent la valorisation de ses archives aux interviews avec des anciens de la télévision, invités à se remémorer les productions phares de la télévision romande, donnent la parole aux mêmes figures récurrentes. En 2009, le lancement du site Notrehistoire.ch13, une plateforme historique, numérique et participative qui propose à la population romande de publier ses archives privées au côté des fonds institutionnels, accentue encore davantage ce biais mémoriel. Fondée pour enrichir la connaissance de l’histoire sociale et culturelle de la Suisse romande, cette entreprise de mémoire collective a été, pour la télévision de service public, largement alimentée par ses anciens professionnels. Temps Présent est ainsi devenu par sa longévité et au fil des discours mémoriels une émission “mythique” pour le petit écran romand ; un statut que l’équipe historienne du webdocumentaire a souhaité interroger.

Cadre scientifique du projet

  • 14 Charlotte Roy, « TEMPS PRESENT. un magazine de reportages au travail de l’identité et de l’altérité (...)

11Outre les initiatives mémorielles et des travaux d’étudiant·e·s abordant l’émission par le biais d’un axe thématique, le magazine n’a pas bénéficié d’éclairages historiques.14 Afin d’apporter un regard renouvelé sur l’histoire du magazine, l’équipe historienne a voulu associer la valorisation des émissions du programme à une réflexion sur ses logiques de production. Cette focale a ainsi permis d’appréhender les pratiques professionnelles des réalisateur·trice·s, des journalistes et de l’ensemble des équipes techniques et administratives et de les mettre en perspective avec les représentations sociétales diffusées par les émissions.

12Davantage qu’un simple miroir de la société, Temps Présent a en effet construit son propre discours sur les enjeux passés, présents et futurs de son époque. En dénonçant ou en reconduisant dans ses émissions certains rapports de force propres au contexte helvétique, le magazine a pu apparaître conservateur, progressif ou transgressif aux yeux de certains milieux. Ses conditions de production et formats de réalisation ont également pu être jugés novateurs ou, au contraire, rétrogrades par un public dont les attentes ont évolué en permanence. Articuler les objectifs poursuivis par le magazine, les logiques de production mises en place et les modalités de réception de ses émissions a permis de dévoiler une relation à la fois complexe et changeante entre les enjeux professionnels poursuivis par Temps Présent et les caractéristiques et mutations de la société helvétique.

  • 15 Voir ici le projet “How Television used to be made?” dirigé par John Ellis https://www.adapttvhisto (...)
  • 16 Sous l’onglet “Rechercher un sujet” sur la page Temps Présent, s. d., consulté le 16 août 2022, htt (...)
  • 17 L’accès aux archives audiovisuelles ne se fait toutefois pas sans contraintes, voir à ce sujet : Fr (...)

13Si les enjeux scientifiques du projet s’inscrivent au sein d’une littérature récente15, son volet historien a pris la forme d’une recherche appliquée plutôt qu’académique, obéissant dès lors à des contraintes de moyens et de temps. Deux historiennes de l’UNIL, Gabrielle Duboux et Jessica Chautems, ont passé plusieurs semaines dans les locaux de la RTS à éplucher et visionner les archives papier et audiovisuelles du programme. Ce travail a été grandement facilité par l’archivage mené par les membres successifs de Temps Présent. Les traces de l’histoire du magazine ont ainsi été conservées par les équipes de production qui, émission après émission, ont collecté tous les documents papiers produits et générés par les programmes. Présentées sur la page d’accueil du webdocumentaire (Figure 1), les archives ne sont pas retranchées dans les sous-sols du bâtiment de la TSR mais se situent au cœur des bureaux de l’émission, dans la salle de réunion. Cet emplacement aussi central s’explique par le fait que ces dernières sont régulièrement consultées par l’équipe de Temps Présent. Les archives de production renferment un éventail de ressources pour écrire l’histoire du magazine. Classé par année et par émission, on y trouve ainsi des retranscriptions d’émissions, des scripts des présentateur·trice·s, des notes de frais, la correspondance générale en passant par le courrier des téléspectateur·trice·s et leurs échanges avec l’équipe de production. Si une grande partie des archives audiovisuelles est accessible sur la page de l’émission16, la totalité d’entre elles a été numérisée et déposée sur la base de données interne de la RTS ; également ouverte à l’exploitation scientifique. À ce titre, la recherche par métadonnées a grandement facilité l’identification et l’analyse formelle des sources audiovisuelles17.

Figure 1 : La salle de réunion de Temps Présent qui accueille les archives de production

Figure 1 : La salle de réunion de Temps Présent qui accueille les archives de production

RTS Radio Télévision Suisse – Emission Temps Présent

Retour d’expérience

14Le webdocumentaire sur les 50 ans de Temps Présent a suscité rétrospectivement au sein de l’équipe historienne plusieurs réflexions sur ses modalités de réalisation : de quelles manières valoriser la part historienne du projet dans sa mise en forme numérique ? Quels modes de communication adopter pour fluidifier la coordination entre les équipes aux pratiques de travail différentes ? À quelle étape du processus intégrer la réflexion graphique ? Ce retour d’expérience s’appuie notamment sur plusieurs questionnements méthodologiques autour du traitement des sources orales (Charlton, Myers et Sharpless, 2006), de la recherche collaborative (Chesterton, 2014) ou encore de l'appropriation des outils numériques (Bihan, 2019).

Les processus de conception du webdocumentaire

15La conception du webdocumentaire a débuté durant l’été 2018 et s’est terminée en avril 2019, à la date de mise en ligne du produit sur le site du magazine. Ces 9 mois de travail ont réuni tour à tour les historiennes, les journalistes et l’équipe de réalisation chargée de l’interface graphique. Si ce projet est le fruit d’un processus de création collectif, son élaboration s’est effectuée sur des périodes différentes : le travail historien, celui journalistique et l’élaboration de l’interface graphique. Ces trois temporalités se sont succédé, tout en étant ponctuées de réunions régulières avec les partenaires et d’aller-retour entre les équipes.

  • 18 Le webdocumentaire cumule plusieurs caractéristiques formelles : il s’agit d’un format conçu pour ê (...)

16Le projet a débuté par la réflexion de l’équipe historienne sur la ligne directrice du webdocumentaire. Celle-ci a été proposée à l’ensemble des partenaires au début de l’automne 2018. Si la RTS a donné carte blanche à notre équipe quant aux axes d’analyse à développer, il a toutefois fallu concilier les ambitions scientifiques du projet avec sa portée commémorative et le format du webdocumentaire choisi. Les critères de réalisation, tant au niveau narratif, graphique et visuel, requis par ce format particulier (Klein, 2020)18 ont donc joué un rôle important dans la réflexion sur le choix des sources : qu’il s’agisse de trouver un extrait d’émission correspondant à une anecdote racontée en entretien ; un sujet dont le ton irrévérencieux a suscité un certain écho ou encore des archives papier au graphisme insolite.

17D’août à janvier 2018, l’équipe historienne a écumé les archives de Temps Présent afin de cibler des thématiques et des corpus correspondants, tout en menant des entretiens avec les professionnel·le·s de l’émission à la retraite ou toujours en activité. Nous sommes ainsi parties à la rencontre de réalisateur·trice·s, journalistes et producteur·trice·s et à la découverte de leurs archives personnelles. Les entretiens ont également permis de concilier un besoin de remémoration des moments et des figures phares de l’émission avec une volonté scientifique visant à une représentativité maximale des membres de l’équipe de production de Temps Présent. Cette dernière démarche de revalorisation du personnel invisibilisé dans l’histoire de la télévision, à l’instar des professions techniciennes et administratives ou encore des femmes dans le reportage, a été un important point de rééquilibrage entre la portée scientifique et commémorative du projet. Ces longs entretiens informels ont permis de confirmer ou d’infirmer des hypothèses de recherche, de cerner quelles pouvaient être les émissions représentatives de celles-ci et de formuler des interrogations nouvelles en lien avec la structure de l’équipe de production des émissions. De fait, lors de ces entretiens, l'équipe historienne a cherché à répondre aux questions suivantes : quels métiers et fonctions les professionnelles ont occupés dans la production du magazine ? Peut-on observer une féminisation de certains métiers ? Comment les spectatrices ont reçu les émissions de Temps Présent ? Quelles sont les modalités de travail d’un duo journaliste-réalisateur·ice lorsque celui-ci est complètement masculin, féminin ou mixte ?

18Ainsi, durant ces sept mois, l’élaboration de quatre thématiques - intitulées dans le webdocumentaire “monde”, “femmes”, “création” et “mythes” -, la proposition de contenus iconographiques, de séquences d’émission représentatives et l’analyse de ces différentes sources ont été au centre du travail de l’équipe historienne. Les deux historiennes mandatées ont compilé les informations et sources réunies dans des documents synthétiques pour en dégager des problématiques et thématiques d’études. Celles-ci ont ensuite été discutées, validées et rédigées avec l’ensemble de l’équipe de l’UNIL afin de les proposer au comité de pilotage de la RTS. Les pistes de recherche et d’analyse ont été systématiquement présentées aux partenaires lors de réunions mensuelles.

  • 19 Les journalistes ont également compilé les différents génériques de l’émission.

19L’équipe journalistique est entrée en scène à partir du mois de janvier 2019. Ses membres ont dû travailler dans une temporalité bien plus courte afin de garantir la diffusion du webdocumentaire à la date anniversaire du magazine. Leur tâche a notamment consisté à organiser et mener les entretiens filmés avec les membres actuels et anciens de l’émission, présentés comme les “grands témoins” de Temps Présent (Figure 2).19 Pour préparer ces seize interviews, les journalistes se sont basé·e·s sur les recommandations d’extraits d’émission et de thématiques ainsi que sur les retranscriptions et résumés d’émissions élaborés par l’équipe historienne. Ce travail journalistique, accessible dans l’onglet des “grands témoins” donne à voir l’intérêt de la collaboration interdisciplinaire, notamment dans le montage des entretiens où les interviewé·e·s réagissent à des archives audiovisuelles préalablement sélectionnées. Face à ces séquences d’émission, l’équipe journaliste a su isoler les anecdotes et mettre en valeur les phrases fortes des professionnel·le·s. C’est également sur leur initiative qu’un cinquième axe d’analyse, consacré à l’investigation au sein du magazine, a été ajouté. Cette thématique - principalement nourrie par des témoignages filmés des journalistes et entrecoupés d’extraits - est venue compléter les quatre autres axes lors du visionnage du matériel filmé afin de mettre en valeur le travail d’enquête mené à Temps Présent et les pratiques journalistiques qui lui sont liées. Cette collaboration interdisciplinaire a ainsi permis de renouveler le regard porté sur l’émission grâce aux méthodologies propres aux deux disciplines : le travail en archive et les entretiens scientifiques d’une part, l’interview filmée d’autre part. De plus, la sensibilité et les sujets d’intérêt complémentaires des deux équipes ont permis de mettre l’accent sur une plus grande diversité de témoignages et de pratiques professionnelles.

Figure 2 : “Les grands témoins” du webdocumentaire

Figure 2 : “Les grands témoins” du webdocumentaire

RTS Radio Télévision Suisse – Emission Temps Présent

20La préparation et la réalisation des entretiens filmés a donc été un important lieu du travail collaboratif, tout comme la phase d’écriture qui a profité des synergies entre les pratiques rédactionnelles historiennes et journalistiques. Dans la perspective d’une médiation scientifique adressée au grand public, les membres de l’AJM et de l’UNIL ont travaillé conjointement à la réécriture des textes, en réduisant les analyses étayées et en gommant les formulations académiques. Ainsi, la place de l’argumentaire scientifique a dû être réajustée au profit d’une écriture plus incisive et synthétique. Si les textes présents sur le webdocumentaire sont succincts, les analyses rédigées par l’équipe historienne étaient au départ bien plus substantielles. C’est au fil des discussions, des recalibrages et de la sélection des “pépites” archivistiques que l’écrit a été redimensionné et a cédé la place à l’iconographie et aux documents audiovisuels. Le travail d’adaptation des textes au format s’est déroulé sur plusieurs mois, au rythme des avancées et des précisions liées au format choisi par l’équipe de réalisation. Si la part de l’écrit a perdu en densité au profit d’un format condensé des textes dans le webdocumentaire, leur contextualisation en a été enrichie. Associé à la valorisation d’archives papier, iconographiques ou audiovisuelles, le récit a selon nous gagné en épaisseur historique et en lisibilité pour le grand public.

21La troisième et dernière étape du projet, celle de l’élaboration de l’interface graphique, s’est produite sur une temporalité plus courte encore, en l’espace d’un mois. En effet, l’équipe de réalisation a dû obtenir au préalable l’ensemble du matériel textuel, iconographique et audiovisuel qui allait être présenté dans le webdocumentaire. L’intégration tardive de l’équipe de réalisation au sein des échanges entre les partenaires a contraint la réalisatrice à composer avec les recalibrages de textes, la livraison des reproductions, les séquences d’émissions, les montages des interviews ainsi que les nombreux ajouts de dernière minute. L’absence d’aperçu visuel de l’interface et de son cheminement graphique a par ailleurs engendré de multiples ajustements des textes pour l’équipe historienne qui a dû adapter la longueur de ses analyses au format numérique durant tout le processus de création.

22Premier projet interdisciplinaire mené en collaboration entre différents champs de compétences, le webdocumentaire a nécessité tout au long de son élaboration une conciliation entre les objectifs visés, historiens, journalistiques, scientifiques et commémoratifs, narratifs et graphiques. La logique commémorative, souvent à l'origine de ce type de projets, a également pu induire une forme de hiatus entre les questionnements historiens, plus critiques, et la forme empruntée par l’argumentation scientifique. Il peut ainsi y avoir deux visions d’un même projet à concilier : une logique commémorative propre à l’institution qui consiste à célébrer une mémoire lissée et glorifiée et la volonté scientifique d’utiliser une plateforme grand public pour introduire de la nuance, valoriser les figures minorisées de la mémoire collective et renouveler les récits courants. Ces différents ajustements se sont effectués au rythme de l’avancée du projet mais ils gagneraient à être davantage anticipés dans le cadre d’un projet futur, en intégrant l’ensemble des partenaires aux différentes étapes du processus de création. Cela permettrait à la fois de cerner les éventuels points de désaccords pour élaborer ensemble des objectifs communs, mais aussi d’expliciter le processus de travail collectif afin d’anticiper ses contraintes.

Structure éditoriale et mise en récit du webdocumentaire

23Ce travail collaboratif a donc été de longue haleine et a requis un certain nombre de rééquilibrages entre les différents objectifs poursuivis par les partenaires. Ceux-ci se sont toutefois réunis autour de plusieurs ancrages communs. Deux d’entre eux seront présentés ici : l’élaboration de la structure narrative du webdocumentaire et la valorisation de l’interdisciplinarité du projet.

24Un défi important dans l’élaboration de cette plateforme numérique a en effet été de conjuguer la valorisation d’une dimension diachronique propre au point de vue historien avec la délinéarisation du récit requise par le format du webdocumentaire. La structure éditoriale de la plateforme propose en ce sens une organisation thématique autour de cinq axes : les mythes helvétiques, la place des femmes au sein du magazine, les tournages à l’international, le journalisme d’investigation ainsi que le rôle dévolu à la création. La page d’accueil propose donc cinq itinéraires possibles, chacun ponctué de différentes étapes - séquence d’émission, entretien avec un témoin, document iconographique, extrait d’une correspondance ou de courrier des téléspectateur·rice·s - à débloquer au fur et à mesure du parcours sur la plateforme (Figure 3). Ces thématiques ont en effet été conçues en amont comme étant indépendantes les unes des autres et les internautes sont ainsi libres d’emprunter différents chemins narratifs élaborés conjointement par les équipes.

25Cette structure permet de s'extraire d'une vision linéaire et homogène de l’histoire de l'émission en multipliant les points de vue autour d'un même thème. Chaque itinéraire apporte son lot d’informations contextuelles sur le magazine tout en soulignant plusieurs facettes de son évolution. Cette pluralité a notamment été permise par la mise en dialogue d’un extrait d’émission avec le point de vue rétrospectif d’un·e professionnel·le de télévision ou avec celui du public de l’époque par le biais des lettres d’audience. Les thématiques ont ainsi montré l’évolution des attentes de la société suisse en miroir des transformations des techniques et des stratégies de production de l’émission.

26Cette lecture éclatée et non linéaire de l’histoire de l’émission est en outre compensée par la présence d’une frise chronologique de l’émission ainsi que de la présentation de l’ensemble de ses génériques successifs. Notons tout de même que la délinéarisation de la structure narrative, la multiplicité de choix de parcours possibles ainsi que la profusion d’informations ont parfois pu engendrer un manque de lisibilité de la structure, particulièrement pour un public peu habitué à ces modes de narration.

Figure 3 : Le parcours au sein de la thématique « Les femmes devant et derrière l’écran »

Figure 3 : Le parcours au sein de la thématique « Les femmes devant et derrière l’écran »

RTS Radio Télévision Suisse – Emission Temps Présent

27Cette production en ligne offre deux perspectives complémentaires sur l’histoire de Temps Présent : des effets de zoom sur un événement, une émission, une archive spécifique et une vision globale et diachronique rendue visible par l’élaboration d’une frise chronologique et la présentation simultanée des génériques sous la forme d’une mosaïque (Figure 4). Les téléspectateur·trice·s ont donc la possibilité de réinscrire les études de cas ponctuelles au sein d’une chronologie plus large qui parcourt les cinq décennies de l’émission.

Figure 4 : Les génériques de Temps Présent sous la forme d’une mosaïque

Figure 4 : Les génériques de Temps Présent sous la forme d’une mosaïque

RTS Radio Télévision Suisse – Emission Temps Présent

28Un autre ancrage commun de ce projet a été de mettre en valeur l’interdisciplinarité des pratiques de travail à l'œuvre dans le processus de création. Lors de la diffusion du webdocumentaire au grand public, les modes de communication du projet ont fortement valorisé sa dimension collaborative, comme en témoignent les photographies prises par le service de presse de la RTS des différentes équipes au travail dans les locaux du magazine et aux côtés de ses membres. Ces clichés constituent d’ailleurs le fond d’écran de la rubrique “À propos” de la plateforme (Figure 5), en filigrane d’un texte cosigné par l’ensemble de l’équipe de réalisation du webdocumentaire. La couverture médiatique du projet a poursuivi cette dynamique en mettant en avant les membres de ces équipes, leur travail conjoint ainsi que les liens noués entre ces jeunes générations et les membres actuels et anciens de l’émission.

Figure 5 : “Un hommage moderne” par l’UNIL, Faculté des Lettres et l’UNINE, Académie de journalisme et des médias

Figure 5 : “Un hommage moderne” par l’UNIL, Faculté des Lettres et l’UNINE, Académie de journalisme et des médias

RTS Radio Télévision Suisse – Emission Temps Présent

29Dans le webdocumentaire, la part scientifique et la forme académique ont été, comme il a été dit plus haut, quelque peu effacées du résultat final au profit de courts textes à l’écriture plus incisive. Quelques compléments d’analyse sont néanmoins demeurés et ont été signalés comme des degrés d’approfondissement, des “Points d’histoire”. Si la forme qu’emprunte l’argumentation scientifique n’a pas prédominé, la pratique historienne de ce projet a été d’un autre côté sublimée dans la mise en récit du webdocumentaire. De ce fait, la page d’accueil du webdocumentaire n’est autre que la salle des archives de Temps Présent qui regroupe les nombreux documents de production du magazine. L’armoire que l’internaute est invité à ouvrir laisse découvrir plusieurs dizaines de classeurs d’archives papier qui ont notamment été épluchés par l’équipe historienne (Figure 6). Sur cette phrase d’introduction “Ouvrez les placards, fouillez et remontez le temps”, l’internaute est alors invité à se mettre dans la peau de l’historien·ne, à emprunter une posture de chercheur·euse et à se plonger dans la reconstitution de ce temps passé.

Figure 6 Les armoires remplies de classeurs d’archives dans la salle de réunion de l’équipe de Temps Présent

Figure 6 Les armoires remplies de classeurs d’archives dans la salle de réunion de l’équipe de Temps Présent

RTS Radio Télévision Suisse – Emission Temps Présent

30La diversité des sources utilisées pour écrire cette histoire a également été largement valorisée sur la plateforme. L’équipe de réalisation a en effet imaginé le webdocumentaire comme une totale immersion de l’internaute parmi les archives de Temps Présent. Les documents ont été sélectionnés autant sur leur contenu que sur leur forme dont le caractère ancien se devait d’être immédiatement identifiable. Ainsi, tant l’iconographie présentant les journalistes et réalisateur·ice·s au travail que le caractère tapuscrit d’une lettre tapée à la machine à écrire participent à montrer les dessous de l'émission sur le temps long. La sensibilité au matériau archivistique y est donc fortement palpable. Les documents audiovisuels en noir et blanc, le grain du papier jauni de l’archive, la typographie manuscrite ou encore le son vieilli de l’archive sonore laissent transparaître le concret du travail historien, dans toute sa matérialité. L’aspect de ces “pépites archivistiques” a donc orienté au même titre que leur contenu leur sélection et leur mode de valorisation dans le webdocumentaire.

Étude de cas : les femmes à Temps présent

Un regard inédit et nécessaire

31Parmi les cinq thématiques du webdocumentaire, l’équipe historienne a valorisé la place des femmes au sein du magazine Temps Présent. En adoptant une perspective genrée, nous souhaitions apporter un regard inédit sur l’histoire du magazine en étudiant conjointement les logiques de représentation des femmes à l’écran et la place qu’elles ont occupée au sein des pratiques de production du magazine (Figure 3). Alors que les études scientifiques attestent de la pérennité des inégalités historiques entre hommes et femmes et de la répartition sexuée du travail au sein du service public audiovisuel en Suisse (Hungerbühler et Valsangiacomo, 2014), il était important pour nous de rendre attentif les équipes de Temps Présent à ces réflexions et de les intégrer tant dans l’histoire que la mémoire institutionnelle. Cette démarche a d’ailleurs eu le mérite d’ouvrir la discussion à l’interne sur la place des femmes au sein du magazine.

  • 20 François Bardet, Gilbert Bovay, Jean-Claude Diserens, Claude Goretta et Jean-Jacques Lagrange.
  • 21 Ces arguments ont été soulevés dans les interviews des journalistes et réalisateur·ice·s.

32Si les femmes ont toujours été présentes dans les tournages en studio où travaillent les scripts, maquilleuses, coiffeuses, artistes et speakerines, elles sont aussi très tôt exclues du milieu de l’Information, et particulièrement du grand reportage (Gray, 2021). Ce genre a longtemps été perçu comme un domaine exclusivement masculin associé au traitement d’informations jugées plus sérieuses. Territoire de promiscuité interdit aux femmes, le grand reportage est ainsi perçu par les hommes comme un espace d’entre-soi masculin (Rennes, 2007). Le statut de prestige associé à ce genre télévisuel à la TSR a également renforcé la discrimination à l’égard des femmes. Véritable atout du rayonnement de la TSR à l’international, le premier magazine de grand reportage romand Continents sans Visa est créé par une équipe entièrement masculine composée de cinq réalisateurs20. Outre cette surreprésentation numérique, le journalisme de terrain qu’il promeut repose sur une vision masculine de ce genre télévisuel. Surnommés les cinq papes puis les cinq colonels de Continents, les réalisateurs, accompagnés d’un journaliste, d’un cameraman et d’un opérateur-son, parcourent le monde pour couvrir les sujets de relations internationales au cœur de l’actualité chaude. Aventure, découverte, danger et prise de risque sont les credo de ces baroudeurs qui font écho à la mythologie de la figure du reporter. L’étrangeté de la promiscuité d’une présence féminine au sein d’une équipe d’hommes mais aussi l’incompatibilité entre la fonction de mère de famille, l’absence prolongée en dehors de la Suisse ainsi que la dangerosité des voyages à l’international font figure d’arguments pour justifier la règle tacite visant à exclure la présence féminine lors des tournages.21

  • 22 Ces constats sur le parcours professionnel des femmes à Temps Présent a été analysé tant en s’appuy (...)

33Créé en 1969 à la suite de Continents sans Visa, le magazine Temps Présent n’échappe pas à ce constat. Le personnel féminin est longtemps resté cantonné à certains domaines de compétences, notamment celui de l’assistanat puis celui du journalisme tandis que les professions techniques, la réalisation et la production ont été majoritairement investies par des hommes22. La thématique consacrée aux femmes de Temps Présent dans le webdocumentaire révèle ainsi certaines contradictions entre les discours précurseurs diffusés par le magazine et les pratiques de production qu’elle entretient. Elle témoigne de la posture ambivalente, tantôt novatrice, tantôt conservatrice, du magazine face à la question de la place des femmes dans la société helvétique. Ainsi, le webdocumentaire montre cet écart en informant sur les modalités de formation des équipes de production, sur le choix des formats et angles d’approches pour représenter les femmes à l’écran mais aussi sur les réactions des téléspectatrices de l’époque.

Contraintes et apports de cette démarche

34Derrière l’élaboration de la thématique “Les femmes à l’écran, les femmes derrière l’écran”, il y a donc une volonté scientifique et engagée de l’équipe historienne d’apporter une perspective genrée dans l’appréhension de l’histoire du magazine. En effet, la volonté de chercher dans les archives les traces et les moyens de visibiliser des figures marginalisées, l’exigence d’entendre et de pérenniser les paroles et les points de vues des femmes sur l’émission ainsi que leurs propres vécus ont constitué un véritable apport mais aussi une certaine nouveauté par rapport aux formes commémoratives traditionnelles de la TSR et de ses magazines phares. Toutefois, cette perspective nous a rendues dans le même temps attentives aux limites de cette représentativité dès lors que l’on sort de la sphère scientifique pour entrer dans le domaine public. L’élaboration de cette thématique a rendu visible le décalage entre une volonté scientifique et théorique de valoriser des personnes marginalisées dans la mémoire télévisuelle d’une part, et la mise en application de cet objectif dans le cadre d’un projet de commémoration, d’autre part. Plusieurs obstacles sont en effet apparus entre les différentes étapes du travail.

  • 23 Dans le cadre de ce mandat d’histoire appliquée, l’équipe historienne ne disposait pas des moyens e (...)

35Lors de la conception de cette thématique, la démarche historienne s’est en effet heurtée à un certain nombre de limites et de contraintes ; toutes concernant la collecte des témoignages et les entretiens filmés. Alors que l’équipe historienne a mené dix entretiens en respectant un rapport de proportionnalité entre le nombre de femmes et d’hommes, celui-ci n’a pas pu être maintenu pour les entretiens filmés et diffusés dans le webdocumentaire23. Ce déséquilibre est particulièrement visible dans l’onglet “Les témoins” : sur seize entretiens filmés d’actuels et d’anciens membres de Temps Présent, seules cinq femmes sont interviewées, une monteuse, une réalisatrice et trois journalistes. La volonté scientifique de valoriser au sein du webdocumentaire une sélection équilibrée et représentative en termes de genres et de corps de métiers s’est heurtée à plusieurs obstacles. Beaucoup moins flexibles qu'un cadre universitaire, les conditions d’interview inscrites dans une démarche publique ont constitué une première limite à cette représentativité. Alors que les entretiens scientifiques ont eu lieu au domicile des personnes sans limitation de temps, le tournage des entretiens filmés s'est quant à lui déroulé dans les locaux de la RTS à des jours et plages horaires spécifiques. Plusieurs témoins n'ont donc pas pu s'y rendre à cause d'un emploi du temps chargé ou ont été dans l'incapacité de se déplacer en raison de leur état de santé. Une certaine méfiance quant au contexte de diffusion - non confidentielle, publique et médiatique - de ces témoignages a également engendré quelques refus de parler devant la caméra. En effet, si les entretiens menés par les historiennes se sont montrés particulièrement riches sur les questions de parité et de genre, des demandes de confidentialité ont à plusieurs reprises été requises. La large diffusion de cette parole a aussi engendré une forme d'autocensure et a pu impacter lors des entretiens filmés la sélection des sujets et la manière de les aborder. Notre volonté de rendre visible la diversité des métiers de réalisation et de production s'est finalement heurtée, dans les entretiens informels comme formels menés par les équipes historiennes et de journalistes, à des identités professionnelles solidement ancrées. Les métiers liés au domaine technique et administratif n'ont souvent pas souhaité partager leurs témoignages devant la caméra. Dans le cadre de ce projet commémoratif, ils ne se sont pas non plus sentis légitimes à valoriser leur vision du magazine par le biais de leurs souvenirs et anecdotes.

36Malgré les contraintes rencontrées, la thématique des femmes à l’écran et derrière l’écran a montré des apports non négligeables pour l’écriture de l’histoire de l’émission. A cet égard, l’interview de la réalisatrice Florence Fernex, sur la question du regard porté par une réalisatrice dans le traitement des femmes à l’écran, offre une revalorisation du point de vue féminin dans l’histoire des pratiques de production de Temps Présent. La réalisatrice prend rétrospectivement la parole sur ses sujets d’émission et peut ainsi donner à entendre son expérience et partager sa vision de son travail. De même, les interviews de journalistes questionnés au sujet de la place des femmes dans les coulisses de Temps Présent constituent une séquence intéressante au cours de laquelle la structure genrée de la production est discutée. Face caméra, les journalistes partagent leurs expériences et portent un regard critique sur leurs années passées au sein de l’équipe de production. Le montage et les commentaires de ces réalisatrices et femmes journalistes apposés aux documents audiovisuels permettent également une certaine prise de distance avec ces derniers. En effet, les extraits d’émissions sont confrontés non seulement aux discours rétrospectifs des professionnelles, mais aussi aux discours des téléspectatrices de l’époque. Par exemple, la valorisation de deux lettres des téléspectatrices permet de montrer les réceptions différenciées de ces émissions, même au sein d’un public féminin lorsque celles-ci traitent des femmes (Figure 7). Le public du webdocumentaire a ainsi accès aux réactions tantôt virulentes, tantôt enthousiastes des téléspectatrices sur les représentations des femmes à l’écran.

Figure 7 : Deux lettres de téléspectatrices adressées à l’équipe de production de Temps Présent

Figure 7 : Deux lettres de téléspectatrices adressées à l’équipe de production de Temps Présent

RTS Radio Télévision Suisse – Emission Temps Présent

Conclusions et perspectives

37Tout en s’inscrivant dans une tradition commémorative des émissions phares de la Radio-Télévision Suisse, le webdocumentaire “Temps Présent : 50 ans de l’autre côté de l’écran” a marqué un tournant dans les processus de valorisation de l’histoire de la télévision helvétique. Ce projet de médiation a fait le pari réussi de l’interdisciplinarité en réunissant les secteurs journalistiques, académiques et télévisuels ainsi que plusieurs générations de professionnel·le·s. Notre équipe, consciente des enjeux et contraintes propres à la collaboration avec une institution, a pu proposer et guider ses partenaires vers des thèmes d’étude et des angles d’attaque nouveaux. Si la forme d’écriture académique a laissé la place à différents ajustements pour s’adapter au format du webdocumentaire, l’expertise historienne a permis de construire la fondation éditoriale du webdocumentaire, la sélection des thèmes et des archives ainsi que le choix des témoins et les angles traités. Ce travail collectif s’est enfin donné les moyens de son ambition numérique en élaborant un projet qui prenne en compte les particularités de ce format. La place donnée à l’interactivité et à la délinéarisation du récit, bien qu’intégrée tardivement dans le processus de création, a orienté les choix de narration de l’histoire du magazine et requis un important travail de coordination entre les équipes graphiques et historiennes. En définitive, le webdocumentaire n’a pas été synonyme d’une « réduction qualitative et quantitative du savoir scientifique ». Nous retenons davantage son rapport de complémentarité avec nos pratiques scientifiques qui a permis de « pluraliser les publics, diversifier les auteurs, accroître la dialectique scientifique et, in fine, amplifier la résonance de la connaissance scientifique dans la vie publique » (Bihan, 2019).

  • 24 Voir la série d’articles “50 ans de Temps Présent”, Au-delà du service public. Pour une histoire él (...)

38Si ce projet a donné lieu à un rendu de qualité, sur le fond comme sur la forme, sa diffusion dans la sphère publique et académique est restée toute relative. La large couverture médiatique effectuée par le service de presse de la RTS a donné lieu à un grand nombre de visites du webdocumentaire les premières semaines après sa mise en ligne. La diffusion de cette plateforme sur un plus long terme gagnerait encore à trouver d’autres canaux de diffusion parmi les activités digitales de la RTS. Signalons tout de même le site de médiation scientifique de l’UNIL TV élargie dont les articles et billets de blogs ont développé quelques-unes des réflexions amorcées dans le webdocumentaire et constitué un lieu de valorisation de la plateforme dans la sphère académique24. Ce relais est néanmoins resté ponctuel puisqu’il n'y a pas eu véritablement de comptes rendus de cette production en ligne ni d’intégration du site dans les bibliographies scientifiques.

  • 25 Voir par exemple la plateforme “Grand Format” de la RTS et ses dernières productions en ligne : La (...)
  • 26 Bienvenue dans notre futur bâtiment RTS à Lausanne, consulté le 15 septembre 2022, https://www.rts. (...)

39Ce projet de médiation a toutefois eu le mérite de montrer non seulement la faisabilité mais aussi les apports des collaborations interinstitutionnelles entre la RTS et le monde académique : la création d’interfaces multimédia de qualité pour le grand public et la formation de profils journalistiques et académiques polyvalents. Si l’apprentissage du travail collectif entre différentes identités professionnelles reste aujourd’hui un défi, les collaborations avec l’UNIL ont continué à se développer par la suite puisque d’autres projets de plateformes en ligne ont depuis lors vu le jour25. L’installation d’un centre de production de la RTS sur le campus universitaire lausannois constituera sans nul doute une étape importante dans la consolidation des synergies entre le champ scientifique, audiovisuel et numérique26.

Haut de page

Bibliographie

BIHAN, Yohan, « Quand le numérique saisit l’histoire », Grief, n°6, 2019.

BOUVIER, Nicolas, Télévision suisse romande 1954-1979 : 25 ans TV ensemble, Lausanne, SSR, 1979.

CHARLTON, Thomas, LOIS, E. Myers, SHARPLESS, Rebecca, Handbook of Oral History, AltaMira Press, 2006.

DIAZ, Renato, « La couverture géographique des reportages de "Temps Présent" : apport des archives numériques et des visualisations de données à une histoire des magazines de grands reportages », Mémoire de master, sous la direction du Prof. Davide Picca Prof. François Vallotton, Lausanne : Université de Lausanne, 2019.

DRACK, Markus T. et EGGER, Theres, La radio et la télévision en Suisse: histoire de la Société suisse de radiodiffusion SSR jusqu’en 1958, Baden : Hier + Jetzt Verlag für Kultur und Geschichte, 2000, 386 p.

GRAY, Roxane, « Devenir réalisatrice de télévision en Suisse romande au tournant des années 1960 », Négocier la norme. Genre et médias dans l’après-guerre, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 2021.

HUNGERBÜHLER, Ruth et VALSANGIACOMO, Nelly (dir.), Egalités des chances dans les entreprises et les programmes de la SRG SSR, Programme national de recherche PNR 60, 2014.

KLEIN, Alexandre, « Le webdocumentaire : un outil numérique innovant au service de l’enseignement, de la recherche et de la valorisation », Humanités numériques, n°2, 2020.

MÄUSLI, Theo et alii, Radio und Fernsehen in der Schweiz: Geschichte der Schweizerischen Radio- und Fernsehgesellschaft SRG 1958-1983 = La radio et la télévision en Suisse : histoire de la Société suisse de radiodiffusion et télévision SSR 1958-1983 = La radio e la televisione in Svizzera : storia della Società svizzera di radiotelevisione SSR 1958-1983 = Radio e televisiun en Svizra ..., Baden : Hier + Jetzt Verl. für Kultur und Geschichte, 2006, 424 p.

MEIER, Peter, « Die Lücken schliessen Zum (Zu-)Stand der Schweizer Mediengeschichte. Eine synoptische Bestandesaufnahme », Revue suisse d’histoire, vol. 60, n°1, 2010, p. 4.

PRADERVAND, Olivier et VALLOTTON, François, « Le patrimoine audiovisuel en Suisse : genèse, ressources, reconfigurations », Sociétés & Représentations, vol. 35, n° 1, 2013, p. 27-39.

RENNES, Juliette, Le mérite et la nature. Une controverse républicaine : l’accès des femmes aux professions de prestige 1880-1940, Fayard, Paris, 2007, p. 84.

ROY, Charlotte, « TEMPS PRESENT. un magazine de reportages au travail de l’identité et de l’altérité en Suisse », Mémoire de master, sous la direction du Prof. Alain Clavien, Fribourg : Université de Fribourg, 2017.

CHESTERTON, Bridget Maria, « Historians writing collaboratively », Perspectives on History, vol. 7, n°52, 2014.

THIESEN, Icléia, « Mémoire sociale et médiation de l’histoire », Sciences de la société, n°99, 2016.

VALLOTTON, François, « Anastasie ou Cassandre ? Le rôle de la radio-télévision dans la société helvétique », dans MÄUSLI, Theo et STEIGMEIER, Andreas (sous la direction de), La radio et la télévision en Suisse Histoire de la Société suisse de radiodiffusion et télévision 1958-1983, Baden, hier + jetzt, 2006, p. 68.

VALLOTTON, François et RAUH, Felix, « Der Zugang zu den audiovisuellen Archiven oder die Kehrseite des Scharaffenlandes », Traverse : Zeitschrift für Geschichte, no 1, 2023, p. 80‑97.

VALLOTTON, François et VALSANGIACOMO, Nelly, « L’audiovisuel dans l’auditoire : l’intégration des sources radiophoniques et télévisées au sein de l’enseignement académique », Revue suisse d’histoire, n°60, 2010.

VALLOTTON, François et WEBER, Anne-Katrin, Pour une histoire élargie de la télévision, 2022, consulté le 16 août 2022, https://livingbooksabouthistory.ch/fr/book/towards-an-expanded-history-of-television.

VOUILLAMOZ, Raymond, La TSR a 50 ans : album de famille : 1954-2004, Genève, TSR, 2004.

SITES DE RÉFÉRENCE

Au-delà du service public. Pour une histoire élargie de la télévision en Suisse, 1960-2000, 2016, consulté le 16 août 2022, https://wp.unil.ch/tvelargie/

Temps Présent : 50 ans de l’autre côté de l’écran, mis en ligne en avril 2019, consulté en août 2022, https://bonus.rts.ch/temps-present/50-ans/index.html#_

Histoire audiovisuelle du contemporain (HAC), 2006, consulté le 16 août 2022, https://www.unil.ch/hist/fr/home/menuinst/recherche/poles-de-recherche/histoire-audiovisuelle-du-co.html

Les archives de la RTS, 2011 [2005], consulté le 16 août 2022, https://www.rts.ch/archives/

Memobase, 2020 [2001, 2005, 1013], consulté le 16 août 2022, https://memobase.ch/fr/start

Notrehistoire.ch, 2009, consulté le 16 août 2022, https://notrehistoire.ch/

How Television Used to be made, Adapt: Researching the history of television production technology, 2013, consulté le 21 juillet 2023, https://www.adapttvhistory.org.uk/

Haut de page

Notes

1 Temps Présent : 50 ans de l’autre côté de l’écran, mis en ligne en avril 2019, consulté en août 2022, https://bonus.rts.ch/temps-present/50-ans/index.html#._

2 Le projet a été piloté par les deux producteurs de Temps Présent Jean-Philippe Ceppi et Jérome Porte, avec le soutien de l’équipe de l’émission. Ce projet a réuni, du côté de l’AJM, Julie Gaudio, Alberto Silini et Andrew Robotham sous la direction d’Annik Dubied. Le webdocumentaire a été conçu et réalisé par David Dufresne et Mathilde Sibellas.

3 Treize ans plus tard, l’appel à l’institutionnalisation des études télévisuelles dans l’article de Meier a été entendu : l’UNIL accueille une chaire dans ce domaine d’étude.

4 Memobase, 2020 [2001, 2005, 1013], consulté le 16 août 2022, https://memobase.ch/fr/start. Le site permet aujourd’hui d’accéder à plus de 400 000 documents audiovisuels de 85 institutions de mémoire suisses.

5 Les archives de la RTS, 2011 [2005], consulté le 16 août 2022, https://www.rts.ch/archives/.

6 Entre 2000 et et 2012, trois volumes dirigés et co-écrits par un collectif de chercheurs apportent un éclairage sur le développement de la SSR. Citons pour la RTS le chapitre de VALLOTTON, François, « Anastasie ou Cassandre ? Le rôle de la radio-télévision dans la société helvétique », dans MÄUSLI, Theo et STEIGMEIER, Andreas (sous la direction de), La radio et la télévision en Suisse Histoire de la Société suisse de radiodiffusion et télévision 1958-1983, Baden, hier + jetzt, 2006.

7 Histoire audiovisuelle du contemporain (HAC), 2006, consulté le 16 août 2022, https://www.unil.ch/hist/fr/home/menuinst/recherche/poles-de-recherche/histoire-audiovisuelle-du-co.html.

8 Au-delà du service public. Pour une histoire élargie de la télévision en Suisse, 1960-2000, 2016, consulté le 16 août 2022, https://wp.unil.ch/tvelargie/ . Son site internet TV élargie a d’ailleurs reçu en 2020 le Prix Memoriav. VALLOTTON, François et WEBER, Anne-Katrin, Pour une histoire élargie de la télévision, 2022, consulté le 16 août 2022, https://livingbooksabouthistory.ch/fr/book/towards-an-expanded-history-of-television.

9 Ces éléments seront d’ailleurs repris pour l’ouvrage commémoratif édité pour le cinquantenaire de la TSR en 2004 (Vouillamoz, 2004).

10 Voir à ce sujet l’article du réalisateur et pionnier de la Télévision suisse romande Jean-Jacques Lagrange sur le blog du projet Fonds national suisse, intitulé Au-delà du service public. Pour une histoire élargie de la télévision en Suisse, 1969-2000. Jean-Jacques Lagrange, « 50 ans de Temps Présent (III). La saga des magazines d’information de la TSR/RTS 1958-2019 : Continents sans Visa ».

11 En effet, des plaintes concernant des épisodes de Temps Présent sont souvent déposées auprès de l’Autorité Indépendante d’Examen des Plaintes en matière de radio-télévision (AIEP), à plusieurs reprises l’émission s’est même retrouvée sur les bancs du Tribunal fédéral suisse. On peut citer notamment les épisodes suivants : L’honneur perdu de la Suisse ( Temps présent, TSR, 06.03.1997), Le juge, le psy et l’accusé (Temps Présent, TSR, 31.05.2007) et Drogue, la fin de la prohibition (Temps Présent, RTS, 24.04.2014).

12 Temps Présent 40 ans déjà! (13 mai 2009), consulté le 16 août 2022, https://pages.rts.ch/emissions/temps-present/544086-temps-present-40-ans-deja.html?anchor=544088#544088 ; Temps Présent : 30ème anniversaire (6 mai 1999), consulté le 16 août 2022, https://pages.rts.ch/emissions/temps-present/542119-emission-speciale-30-ans.html?anchor=542121#542121 ; 4 roues, 4 pays, 4 équipes (20 avril 1989), consulté le 16 août 2022, https://pages.rts.ch/emissions/temps-present/540393-emission-speciale-20-ans-tp.html?anchor=540395#540395.

13 Notrehistoire.ch, 2009, consulté le 16 août 2022, https://notrehistoire.ch/.

14 Charlotte Roy, « TEMPS PRESENT. un magazine de reportages au travail de l’identité et de l’altérité en Suisse », Mémoire de master, sous la direction du Prof. Alain Clavien, Fribourg : Université de Fribourg, 2017; Renato Diaz, « La couverture géographique des reportages de "Temps Présent" : apport des archives numériques et des visualisations de données à une histoire des magazines de grands reportages », Mémoire de master, sous la direction du Prof. Davide Picca Prof. François Vallotton, Lausanne : Université de Lausanne, 2019.

15 Voir ici le projet “How Television used to be made?” dirigé par John Ellis https://www.adapttvhistory.org.uk/about/project-team/john-ellis/

16 Sous l’onglet “Rechercher un sujet” sur la page Temps Présent, s. d., consulté le 16 août 2022, https://pages.rts.ch/emissions/temps-present/

17 L’accès aux archives audiovisuelles ne se fait toutefois pas sans contraintes, voir à ce sujet : François Vallotton et Felix Rauh, « Der Zugang zu den audiovisuellen Archiven oder die Kehrseite des Scharaffenlandes », Traverse : Zeitschrift für Geschichte, no 1, 2023, p. 80‑97.

18 Le webdocumentaire cumule plusieurs caractéristiques formelles : il s’agit d’un format conçu pour être à la fois numérique et interactif et associant du texte, des photos, des vidéos, des sons et des animations. Sa réalisation requiert donc du contenu multimédia, l’introduction dans le récit de procédés interactifs et une écriture spécifique permettant un récit non linéaire.

19 Les journalistes ont également compilé les différents génériques de l’émission.

20 François Bardet, Gilbert Bovay, Jean-Claude Diserens, Claude Goretta et Jean-Jacques Lagrange.

21 Ces arguments ont été soulevés dans les interviews des journalistes et réalisateur·ice·s.

22 Ces constats sur le parcours professionnel des femmes à Temps Présent a été analysé tant en s’appuyant sur les listes des collaborateur·ice·s que lors d’entretiens avec les membres de la production. Seules Béatrice Barton et Anne-Frédérique Widmann, toutes deux journalistes, ont été productrice de Temps Présent, respectivement entre 1992-1999 et 2005-2009.

23 Dans le cadre de ce mandat d’histoire appliquée, l’équipe historienne ne disposait pas des moyens et du temps nécessaires pour identifier et réunir un groupe de témoins qui permettrait une analyse intersectionnelle. Le webdocumentaire avait pour objectif premier de sensibiliser le grand public à cette histoire oubliée de la télévision.

24 Voir la série d’articles “50 ans de Temps Présent”, Au-delà du service public. Pour une histoire élargie de la télévision en Suisse, 1969-2000, consultés le 03 septembre 2022, https://wp.unil.ch/tvelargie/nos-articles/50-ans-de-temps-present-i/ et https://wp.unil.ch/tvelargie/nos-articles/50-ans-de-temps-present-ii/

25 Voir par exemple la plateforme “Grand Format” de la RTS et ses dernières productions en ligne : La guerre d’Algérie et les accords d’Evian sur les ondes de la Radio romande et L’Évangile sur les ondes, consultés le 23 juillet 2023, https://www.rts.ch/archives/grands-formats/12904416-la-guerre-dalgerie-et-les-accords-devian-sur-les-ondes-de-la-radio-romande.html et https://www.rts.ch/archives/grands-formats/13897697-levangile-sur-les-ondes-100-ans-de-cultes-radiophoniques-19232023.html#chap01

26 Bienvenue dans notre futur bâtiment RTS à Lausanne, consulté le 15 septembre 2022, https://www.rts.ch/entreprise/a-propos/10470236-bienvenue-dans-notre-futur-batiment-rts-a-lausanne.html

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : La salle de réunion de Temps Présent qui accueille les archives de production
Crédits RTS Radio Télévision Suisse – Emission Temps Présent
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/5708/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre Figure 2 : “Les grands témoins” du webdocumentaire
Crédits RTS Radio Télévision Suisse – Emission Temps Présent
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/5708/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Figure 3 : Le parcours au sein de la thématique « Les femmes devant et derrière l’écran »
Crédits RTS Radio Télévision Suisse – Emission Temps Présent
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/5708/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre Figure 4 : Les génériques de Temps Présent sous la forme d’une mosaïque
Crédits RTS Radio Télévision Suisse – Emission Temps Présent
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/5708/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Figure 5 : “Un hommage moderne” par l’UNIL, Faculté des Lettres et l’UNINE, Académie de journalisme et des médias
Crédits RTS Radio Télévision Suisse – Emission Temps Présent
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/5708/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 6 Les armoires remplies de classeurs d’archives dans la salle de réunion de l’équipe de Temps Présent
Crédits RTS Radio Télévision Suisse – Emission Temps Présent
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/5708/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 7 : Deux lettres de téléspectatrices adressées à l’équipe de production de Temps Présent
Crédits RTS Radio Télévision Suisse – Emission Temps Présent
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/5708/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roxane Gray et Gabrielle Duboux, « Webdocumentaire et histoire de la télévision suisse  »Conserveries mémorielles [En ligne], #26 | 2024, mis en ligne le 06 mars 2024, consulté le 21 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/cm/5708

Haut de page

Auteurs

Roxane Gray

Roxane Gray est doctorante à l’Université de Lausanne sous la direction du Prof. François Vallotton et consacre sa thèse à l’histoire des réalisateurs et des réalisatrices de télévision en Suisse romande de 1954 à 1996. Actuellement chercheuse FNS à la section d’histoire et esthétique du cinéma de l’UNIL, elle réalise sous la direction de la Prof. Anne-Katrin Weber une campagne d’histoire orale sur les professionnelles de la Télévision suisse Romande. Roxane Gray explore également d’autres formes de médiation du savoir et investit les nouveaux médias. Elle a dirigé l’équipe historienne du webdocumentaire réalisé par la RTS pour les 50 ans de Temps Présent et co-réalisé le Grand Format Archives RTS en collaboration avec Médias-Pro pour le centenaire des cultes radiophoniques en Suisse romande.

Roxane Gray is a PhD candidate at the University of Lausanne under the supervision of Prof. François Vallotton. Her thesis focuses on the history of television directors in French-speaking Switzerland from 1954 to 1996. Currently an SNSF researcher in the History and Aesthetics of Cinema Section at the University of Lausanne, she is working under the supervision of Prof. Anne-Katrin Weber on an oral history campaign on female professionals working for Télévision Suisse Romande. Roxane Gray also explores other forms of knowledge mediation and invests in new media. She led the historical team on the web documentary produced by RTS for the 50th anniversary of Temps Présent and co-directed the Grand Format Archives RTS in collaboration with Médias-Pro for the centenary of radio worship services in French-speaking Switzerland.

Gabrielle Duboux

est doctorante en histoire contemporaine à l'Université de Lausanne. Sous la direction du Prof. François Vallotton, Gabrielle Duboux réalise sa thèse sur les politiques audiovisuelles des firmes pharmaceutiques bâloises (1945-1975). Elle a participé à l’élaboration du webdocumentaire pour le cinquantenaire du magazine de grand reportage Temps présent et a également entrepris de nombreuses activités de médiation scientifique. Assistante diplômée au Centre des sciences historiques de la culture, elle est également responsable de l'iconographie pour la revue d'histoire de la photographie Transbordeur et est chargée de recherche pour le Centre interdisciplinaire de recherche en éthique.

Gabrielle Duboux is a PhD candidate in contemporary history at the University of Lausanne. Under the supervision of Prof. François Vallotton, Gabrielle Duboux is writing her thesis on the audiovisual policies of pharmaceutical companies in Basel (1945-1975). She took part in the creation of the webdocumentary for the fiftieth anniversary of the feature magazine Temps présent, and has also undertaken a number of scientific mediation activities. Graduate assistant at the Centre des sciences historiques de la culture, she is also responsible for the iconographic follow-up of the history of photography journal Transbordeur and is Research Officer for the Centre interdisciplinaire de recherche en éthique.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search