Navigation – Plan du site

AccueilNuméros#26En dialogue avec les archives ins...Le webdocumentaire au service de ...

En dialogue avec les archives institutionnelles

Le webdocumentaire au service de l’histoire de la santé mentale.

À propos de Alfred Binet, naissance de la psychologie scientifique (2014), Les infirmières de la folie (2022) et À l’Abri (2024)
The webdocumentary at the service of the history of mental health. About Alfred Binet, naissance de la psychologie scientifique (2014), Les infirmières de la folie (2022) et À l’Abri (2024)
Alexandre Klein

Résumés

Le webdocumentaire est, de par sa nature interactive, immersive et multimédiatique, un outil pédagogique, scientifique et de vulgarisation de choix. Mais il est également un instrument historiographique particulièrement précieux. Il permet en effet de rendre compte, de manière plurielle, accessible et originale, de recherches historiques de niche, et ce, tout en offrant l’opportunité de présenter sur même plateforme, et sans les hiérarchiser d’emblée, une diversité de récits. Le webdocumentaire est ainsi à même de présenter les différentes facettes d’un événement, d’une histoire ou d’un fait historique peu connu, et ce tout en laissant une grande liberté d’investigation comme d’interprétation à l’utilisateur.trice. Il offre en effet la possibilité de donner à voir de manière, si ce n’est égale, du moins équitable, les différents regards ou interprétations historiographiques portés sur un fait ou une situation, créant dès lors, plus qu’un livre ou un article scientifique ne pourront jamais le faire, un espace où la pluralité historiographique peut exister pleinement. C’est ce que je souhaite démontrer dans cet article en partant de trois projets de webdocumentaires sur l’histoire de la santé mentale, deux achevés et l’un en cours, auxquels j’ai eu la chance de contribuer.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France, Québec

Index chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1 On peut notamment penser à l’usage de la bande dessinée pour valoriser la recherche historique, com (...)

1Depuis une cinquantaine d’années maintenant, la discipline historique s’est ouverte à de nouveaux problèmes, de nouveaux objets, de nouvelles approches (Le Goff et Nora et 1974) et par conséquent à de nouveaux récits, contribuant à faire ressortir de l’ombre des actrices et des acteurs jusqu’alors ignorés ou simplement oubliés. Si le regard des historiens et historiennes semble avoir ainsi gagné en ampleur, en précision comme en profondeur, leurs techniques de mises en récit n’ont cependant pas encore évolué à la hauteur de ces bouleversements de perspective. Certes, l’écriture de l’histoire s’est enrichie des apports des sciences sociales comme de son rapprochement avec la littérature (Jablonka, 2014). Elle a su aussi s’ouvrir, plus récemment, à l’occasion de l’usage de nouveaux médias, à des types de narration inédits, favorisant l’atteinte d’un public nouveau1. Pour autant, il reste encore du travail aux historiens et historiennes pour sortir des cadres académiques traditionnels et partager leurs recherches sous des formes renouvelées, et ce afin de toucher un public plus vaste.

  • 2 http://cloitreprison.fr/
  • 3 https://www.plateforme1418.com/introduction
  • 4 https://webdoc.france24.com/grande-guerre-infirmieres-anglaises-poilus-france/
  • 5 https://lederniergaulois.nouvelles-ecritures.francetv.fr/

2C’est dans cette optique que des historiens et historiennes se sont récemment intéressés aux webdocumentaires. Ces plateformes multimédiatiques, en ligne, interactives, souvent ludiques, sont en effet des outils de choix pour partager la connaissance historique, les archives qui en soutiennent la construction ainsi que l’iconographie qui l’accompagne souvent, et ce de manière originale, accessible et particulièrement dynamique. Des projets comme Le cloître et la prison2, la Plateforme 14/183, Femmes en guerre4 ou Le dernier des Gaulois5, ont exemplifié ce potentiel didactique et pédagogique, autant que la diversité des projets possibles. Mais il semble qu’au-delà de leur richesse d’outils numériques innovants au service de l’enseignement, de la recherche et de la valorisation (Klein, 2020), les webdocumentaires soient également, par la variété de leurs formes et de leurs possibilités narratives, des instruments historiographiques de choix. Ils se présentent en effet comme des espaces aptes à déployer, comme rarement ailleurs, des sujets historiques rares et des dimensions historiographiques complexes.

  • 6 Sur la méthodologie spécifique du retour d’expérience, voir Amalberti et Barriquault, 1999, et Gilb (...)
  • 7 https://alfredbinet.univ-lorraine.fr/#Jungle
  • 8 https://www.lesinfirmieresdelafolie.ca/#!/publication?type=desktop

3C’est ce que je me propose de démontrer dans cet article en effectuant un retour d’expériences6 sur trois projets de webdocumentaires - deux réalisés, le troisième envisagé - consacrés à l’histoire de la santé mentale auxquels j’ai participé (ou participe encore) en tant qu’historien, auteur et coordonnateur. Le webdocumentaire Alfred Binet. Naissance de la psychologie scientifique7, mis en ligne en 2014, propose de donner à voir la multiplicité des intérêts et objets de recherche du psychologue français Alfred Binet, tout en dessinant la trame existentielle et épistémologique les unissant. Le webdocumentaire Les infirmières de la folie8, paru en 2022, expose, lui, la diversité de l’expérience infirmière en psychiatrie au Québec au cours du XXe siècle, à partir des parcours de trois soignantes (une réelle et deux fictives) et d’une trentaine de capsules documentaires. Le webdocumentaire À l’Abri, actuellement en projet, entend enfin, pour sa part, rendre compte de la multiplicité des vécus attachés à l’expérience de l’Abri d’Érasme, une commune psychiatrique mise sur pied au début des années 1970 par le médecin québécois Roger Lemieux (1919-1999) pour accueillir et prendre en charge des jeunes femmes diagnostiquées comme schizophrènes. Chacun à leur façon, ces projets permettent de présenter de manière originale une diversité de points de vue et d’expériences attenants à des objets historiques plutôt marginaux, donnant ainsi à voir la pluralité de la réalité historique dont ils se font l’écho, autant que la variété historiographique de ses interprétations.

Un savant touche-à-tout

4Le psychologue français Alfred Binet (1857-1911), mondialement connu pour avoir créé l’échelle métrique de l’intelligence, précurseur des actuels tests de QI, était un savant éclectique (Andrieu et Klein, 2011a). Avocat de formation, médecin jamais diplômé, il s’intéressa à la biologie autant qu’à la psychologie, l’éducation des enfants ou au théâtre. Connu principalement pour ses travaux sur l’intelligence, menés avec son disciple Théodore Simon (1873-1961), ses autres recherches furent longtemps considérées comme des intérêts annexes, témoins d’une personnalité touche-à-tout, pour ne pas dire éparpillée. Pourtant, depuis le début des années 2000, le renouveau des études binetiennes, notamment appuyé sur l’analyse d’archives inédites (Klein, 2008 ; Klein, 2011, Andrieu et Klein, 2011b ; Andrieu, 2013), a permis de mettre en évidence la cohérence des différentes facettes de ce chercheur unique et leur importance pour comprendre son œuvre psychologique. Plusieurs articles sont parus en ce sens (Andrieu, 2002 ; Klein, 2009), mais aucun ne permettait de rendre compte de l’unité de l’œuvre de Binet dans son ensemble, au travers de l’analyse de ses diverses réalisations. C’est pour cette raison que les Archives Alfred Binet, une équipe de recherche liée au CNRS et à l’Université de Lorraine à laquelle j’étais alors rattaché, ont choisi, sur la suggestion du documentariste Philippe Thomine, de produire, à l’occasion du centenaire de la mort du psychologue, un webdocumentaire sur Alfred Binet.

5Il s’agissait alors de profiter de la liberté de présentation offerte par ce type de plateforme pour montrer, à la fois ensemble et côte à côte, la diversité des champs d’intérêt et de recherche du savant, et ce, tout en valorisant les archives nombreuses rassemblées par notre équipe (en particulier une collection de photographies familiales prises par Binet lui-même). J’ai ainsi eu la chance de travailler, pendant près de trois ans, aux côtés de Philippe Thomine, à l’écriture de ce webdocumentaire. Ce dernier, mis en ligne en 2014, s’ouvre sur une courte introduction vidéo, qu’il est possible de passer à tout moment, et qui nous mène au menu principal dans lequel huit photographies illustrent huit entrées thématiques principales, relatives à la vie et l’œuvre de Binet. On peut alors choisir d’en apprendre plus sur sa vie et sa carrière, ses premiers travaux, les liens entre sa vie familiale et professionnelle, ses recherches sur l’échelle métrique de l’intelligence, ses études de pédagogie, ses travaux psychologiques, son réseau scientifique ou encore les échos contemporains de son œuvre. Chaque section, une fois qu’on clique sur la photographie correspondante, est introduite par une courte vidéo qui en résume les grandes lignes en quelques minutes. À la fin de ce segment, l’apparition de vignettes donne accès à 3, 4 ou 5 sous-sections toujours présentées sous la forme de séquences vidéo composées à partir d’images d’archives et d’entrevues de spécialistes.

Figure 1 Capture d’écran du menu thématique de la section « Premiers travaux » du webdocumentaire Alfred Binet. Naissance de la psychologie scientifique.

Figure 1 Capture d’écran du menu thématique de la section « Premiers travaux » du webdocumentaire Alfred Binet. Naissance de la psychologie scientifique.

Université de Lorraine / UOH, 2014

  • 9 Pour plus de détails sur ce webdocumentaire, voir, Klein, 2020.

6Des séquences « en savoir plus », dont le lien d’accès apparait en haut de l’écran à mesure de la lecture des séquences principales ou secondaires, permettent en outre d’approfondir certains points historiques ou des débats historiographiques propres aux études binetiennes ou à l’histoire de la psychologie française9. Il est ainsi possible de découvrir en surface la vie et l’œuvre de Binet ou bien au contraire de plonger en profondeur dans l’un de ses intérêts particuliers. La plateforme, créée au moyen de Klynt, un logiciel de montage permettant de construire des webdocumentaires sans savoir coder, offre ainsi l’opportunité de se plonger, avec de plus en plus de complexité à mesure des niveaux d’arborescence, dans la vie et les réalisations de Binet, et ce, tout en découvrant la France de la fin du XIXe siècle et les coulisses de la création des sciences de l’esprit alors en cours.

  • 10 Sur l’histoire des archives d’Alfred Binet, voir Klein, 2016.

7Le choix du format webdocumentaire a ici été motivé par la capacité de ce type de plateforme à étages multiples et offrant une narration délinéarisée à donner à voir la diversité des intérêts d’un chercheur, sans les hiérarchiser d’emblée, mais tout en explicitant les liens étroits entre ces différentes dimensions. Il s’agissait également de pouvoir présenter, grâce aux différents niveaux d’arborescence de la structure, les débats internes à la recherche binetienne et aux différentes approches historiographiques de l’histoire de la psychologie scientifique. L’œuvre du savant a en effet fait l’objet d’analyses multiples et parfois divergentes que nous souhaitons montrer et confronter. Enfin, ce format permettait d’exposer, comme rarement, la vaste collection iconographique dont disposent les Archives Alfred Binet10 et qui était alors encore en grande partie inédite. Un triple intérêt historiographique donc qui m’a conduit à suggérer à l’équipe de recherche que j’ai rejointe en 2015 autour du projet « Des institutions et des femmes », la production d’un webdocumentaire pour présenter les résultats envisagés de notre recherche, alors encore balbutiante, sur l’histoire des infirmières psychiatriques au Québec.

Émela, Charlotte et Rachel

8L’histoire du nursing psychiatrique dans le Québec du XXe siècle n’a en effet été ni linéaire ni unitaire. La spécialisation infirmière s’est développée à partir de différents pôles géographiques et de manière d’abord spécifique aux modèles de pratique et d’organisation propres aux institutions de soin où elle s’est épanouie. Même si des échanges, des mises en commun et finalement une certaine forme d’unification ont assez rapidement vu le jour, la diversité des parcours de formation et d’exercice a marqué l’histoire de ce champ de pratiques et de savoirs à part entière. Ainsi, entre les religieuses œuvrant dans les grands asiles québécois et les infirmières laïques travaillant à domicile ou dans de petites institutions privées pour malades nerveux, les conditions de travail, les gestes quotidiens, les modèles de soin comme les modalités de formation étaient souvent bien différents. Rendre compte de cette histoire impliquait donc de multiplier les points de vue, de prendre en compte la diversité des situations et la pluralité des expériences.

  • 11 Karine Aubin, Sandra Harrisson, Marie-Claude Thifault, et moi-même.
  • 12 L’Hôpital Saint-Jean-de-Dieu de Montréal était géré par les Sœurs de la Providence de Montréal, tan (...)
  • 13 Il s’agit du sanatorium créé en 1919 par le Dr Albert Prévost (1881-1926). Voir à ce propos : Klein (...)
  • 14 Voir à ce propos : Thifault, 2010.
  • 15 Dont on peut voir un aperçu dans : Klein et Thifault, 2021.

9C’est ce qui a conduit les membres du projet « Des institutions et des femmes : Évolution du nursing psychiatrique au Québec, 1912-1974 »11 à s’intéresser au format webdocumentaire. Ce chantier de recherche, débuté en 2015 grâce à un financement des Instituts de recherche en santé du Canada et dirigé par Marie-Claude Thifault de l’Université d’Ottawa, visait en effet à documenter l’histoire du nursing psychiatrique au Québec tout au long du XXe siècle à partir de l’analyse des fonds d’archives de trois institutions : deux grands asiles (l’un situé à Montréal et l’autre en banlieue de Québec) gérés par des communautés religieuses12 et un petit sanatorium dirigé par des infirmières laïques au nord de l’île de Montréal13. Les archives étudiées - des archives institutionnelles et des dossiers de patient.es dans les deux premiers cas, des archives uniquement institutionnelles dans l’autre - ont permis de retracer l’activité des soignantes de ces établissements depuis le début du XXe siècle (en particulier pour l’Hôpital Saint-Jean-de-Dieu de Montréal qui a ouvert son école de gardes-malades en 191214) jusqu’aux années 1970, voire pour certaines infirmières de l’Hôpital Saint-Michel-Archange jusqu’à leur retraite dans les années 1990. L’analyse combinée des conditions propres à ces lieux distincts, mais aussi des possibles liens qui avaient pu être tissés entre eux, permettait de dresser un portrait contrasté de la naissance puis de l’évolution du nursing psychiatrique comme spécialisation psychiatrique et infirmière à part entière15. Mais comment en rendre compte ? Comment partager cette multiplicité ? Comment donner à voir, sans en hiérarchiser les contenus, la diversité de cette histoire et la pluralité des expériences qui la composèrent ?

10Le choix du webdocumentaire s’est rapidement imposé d’abord parce que la narration non linéaire et les multiples couches inhérentes à la structure en arborescence de ce type de format permettaient, à nos yeux, de rendre compte des différentes expériences, de diverses archives comme des multiples débats historiographiques en jeu. De plus, la possibilité de mélanger personnages réels et personnages fictifs ouvrait la voie à une meilleure représentation des diverses expériences réelles. On pouvait en effet ainsi donner à voir le parcours de plusieurs infirmières réelles, à travers leur combinaison dans le parcours, dès lors plus riche et plus complexe, d’une infirmière fictive. Ainsi, le webdocumentaire s’affirmait, pour ces deux raisons au moins, comme un puissant moyen de (re)présenter la diversité de cette histoire tout en laissant les utilisateurs et utilisatrices l’opportunité d’y naviguer librement, c’est-à-dire de s’y immerger à la hauteur de leur intérêt.

11Nous avons donc choisi d’organiser notre webdocumentaire autour des parcours de trois infirmières, deux fictives et une réelle, rattachées chacune à un des établissements étudiés. La première se nomme Émela. C’est une jeune femme devenue religieuse dont le portrait a été créé sur la base des parcours de véritables religieuses ayant œuvré à l’Hôpital Saint-Jean-de-Dieu de Montréal. Cet usage de la fiction permet à la fois de maximiser, en un seul personnage, des données historiques variées qui se retrouvent normalement dans plusieurs personnages, mais aussi de créer un récit qui tout en gardant sa véracité historique se veut à la fois plus riche, plus dense et donc plus efficace en matière de transmission de connaissances. Dans le cas d’Émela, nous avons pu inscrire son parcours au cœur même de l’institution étudiée en imaginant son enfance passée au sein de l’hôpital où son père travaillait comme boulanger puis en la suivant jusqu’à sa nomination comme directrice de l’école de gardes-malades en passant par son choix d’entrer dans la congrégation des Sœurs de la Providence de Montréal. Ainsi, c’est plus d’un demi-siècle de vie et de dévouement aux soins des malades et à l’organisation de son hôpital que nous revivons au fil des sept courtes capsules cinématographiques qui lui sont consacrées.

Figure 2 Capture d’écran du webdocumentaire Les infirmières de la folie

Figure 2 Capture d’écran du webdocumentaire Les infirmières de la folie

(Université d'Ottawa / URHN, 2022), parcours d'Émela

  • 16 Pour plus de détails sur sa vie et son œuvre, voir : Klein, 2018a.

12La deuxième, Charlotte, est, elle, une véritable infirmière laïque16 ayant travaillé au sanatorium Prévost (une petite institution privée destinée aux riches malades nerveux), avant de le racheter, de le diriger et d’en faire un des centres psychiatriques le plus avant-gardistes de Québec. On découvre aussi, au fil des neuf capsules qui lui sont dédiées, ses efforts pour développer la formation de ses consœurs gardes-malades, son travail d’unification de la profession à travers sa revue La Garde-Malade Canadienne-Française, et finalement son éviction de sa propre institution sous la pression de psychiatres ambitieux soutenus par le gouvernement provincial de Jean Lesage (1912-1980).

Figure 3 Capture d’écran du webdocumentaire Les infirmières de la folie

Figure 3 Capture d’écran du webdocumentaire Les infirmières de la folie

(Université d'Ottawa / URHN, 2022), parcours de Charlotte

13La troisième enfin, Rachel, est aussi une infirmière laïque dont le parcours a, lui, été constitué à partir d’expériences réelles d’infirmières ayant travaillé à l’Hôpital Saint-Michel-Archange de Beauport. L’intérêt du personnage fictionnel était ici à nouveau de rassembler différentes expériences historiques en une seule vie plus dense, mais dès lors plus représentative de l’expérience singulière dont elle entend rendre compte. Originaire de l’Abitibi, Rachel est partie se former à l’École des infirmières du grand asile de Québec avant d’y travailler, puis de se spécialiser en neuropsychiatrie. Après une maîtrise en administration hospitalière à l’Université d’Ottawa, elle revient à Saint-Michel-Archange à titre de directrice des soins infirmiers, avant de prendre sa retraite en 1997.

Figure 4 Capture d’écran du webdocumentaire Les infirmières de la folie

Figure 4 Capture d’écran du webdocumentaire Les infirmières de la folie

(Université d'Ottawa / URHN, 2022), parcours de Rachel

  • 17 https://www.lesinfirmieresdelafolie.ca/#!/publication?type=desktop

14Ces trois parcours de vie sont présentés en cinéma d’animation grâce à la collaboration de notre équipe avec une cohorte du Baccalauréat en art et science de l’animation de l’Université Laval dirigée par la cinéaste Marie-Josée Saint-Pierre. Chaque personnage a sa propre charte graphique (ainsi que sa propre musique créée par Simon Coovi-Sirois), mais toutes les séquences animées ont en commun de laisser une place importante aux archives originales, soit incrustées directement dans les séquences, soit utilisées comme « papier peint » d’arrière-fond, soit encore reprises en format dessiné. Pourtant, ces séquences animées, qui représentent mises à bout à bout une trentaine de minutes, ne sont que la partie émergée de l’iceberg. Elles sont en fait la porte d’entrée, qui se veut ludique et attrayante, vers plus de deux heures de contenu historique, présenté lui sous la forme de 34 courtes capsules documentaires. Accessibles librement depuis la carte ou apparaissant à mesure de la présentation des parcours d’Émela, Charlotte et Rachel, ces dernières sont de courtes vidéos montrant des archives iconographiques s’enchainant le long d’un récit en voix off et présentant des lieux, des personnages ou des événements historiques liés à l’histoire de nos trois infirmières. L’ensemble, intégré par Martin Bonnard grâce à Panda Suite, une plateforme de développement d’applications multiplateformes, constitue Les infirmières de la folie17, un webdocumentaire sur l’histoire du nursing psychiatrique au Québec destiné tant à faire découvrir ce pan oublié de l’histoire québécoise au grand public qu’à servir de support de formation dans les cours de sciences infirmières, mais aussi d’histoire ou de sociologie à travers la francophonie canadienne.

15Le format webdocumentaire s’impose en effet ici d’abord pour son intérêt pédagogique. En combinant habilement plusieurs types de supports médiatiques (ici cinéma d’animation et capsules documentaires), le webdocumentaire permet de parler à différents publics, mais aussi d’amener certains publics vers des contenus plus inhabituels pour eux. Ainsi, la structure arborescente de ce webdocumentaire a ainsi été construite afin d’attirer les utilisateurs.rices, en particulier les étudiant.es, vers des contenus historiques plus classiques, à partir du parcours ludique, parce qu’en cinéma d’animation, des trois personnages principaux. La diversité des accès possibles au contenu, comme la multiplicité des niveaux de complexité présentés, et le fait que le webdocumentaire soit constamment accessible, gratuitement en ligne, renforcent cet intérêt pédagogique du format.

16Le format webdocumentaire a ici aussi l’avantage de servir d’objectif innovant pour assurer le financement d’une recherche sur une thématique historique peu étudiée et peu valorisée. Son inclusion au cœur du projet de recherche de base proposé pour financement a en effet très certainement assuré le succès de ce dernier, nous offrant ainsi la possibilité de travailler sur l’histoire de ces femmes oubliées qui prenaient en charge la folie au Québec avant comme après la Révolution tranquille. En effet, comme objet de vulgarisation numérique et innovant, le webdocumentaire répond à plusieurs des attentes de organismes financeurs canadiens qui souhaitent que la recherche financée puisse être valorisée et partagée autant que possible.

17Enfin, en présentant la diversité des expériences du nursing psychiatrique au Québec au cours du XXe siècle tout en donnant à voir des archives rares, le format webdocumentaire s’impose ici comme une ressource historiographique de choix. D’ailleurs, la mise en parallèle des différentes histoires accroit encore ce potentiel. En effet, c’est en mettant l’histoire de Charlotte en parallèle de celle d’Émela que l’on peut mieux saisir ses propres enjeux. Ce n’est en effet qu’en regard de la mise de côté d’Augustine (dans l’histoire d’Émela) que l’exclusion de Charlotte Tassé de son institution prend tout son sens et révèle que le mouvement de reprise en main des institutions de soins de santé mentale attenant à la Révolution tranquille n’était pas uniquement un mouvement de sécularisation, ainsi qu’il a longtemps été présenté, mais aussi un mouvement de subalternisation des femmes (Klein et Thifault, 2021). L’usage de la fiction permet d’ailleurs de renforcer cet effet de contraste en maximisant le parcours construit d’Émela pour permettre à celui de Charlotte de mieux s’y refléter.

  • 18 Sur la recherche-création et ses différentes formes, voir Poissant, 2015.

18Le format webdocumentaire joue finalement un rôle historiographique plus direct, puisque, contrairement au projet Binet, Les infirmières de la folie, a été d’emblée pensé comme l’un des objectifs, organiquement intégrés, du projet initial, ce qui a eu une incidence sur la manière dont le projet de recherche lui-même a été construit (et présenté aux financeurs), mais aussi réalisé. La recherche historique s’est en effet réalisée avec dès le départ pour objectif de produire un webdocumentaire. Cela nous a conduits à aborder différemment nos archives, avec en tête, d’une part, la possibilité de montrer nombre d’entre elles dans le projet final, et d’autre part, l’idée de devoir raconter l’histoire que nous étions en train de mettre au jour de manière nouvelle et originale, par rapport au support classique de valorisation de la recherche que sont les articles et les livres. Même s’il reste difficile de mesurer concrètement l’impact du projet de webdocumentaire sur le travail de recherche historique réalisé en amont, il est clair que le rapport à la recherche, aux archives qui la soutiennent et aux résultats qu’elle produit est différent quand l’objectif est dès le départ de réaliser un webdocumentaire. Tout comme le webdocumentaire produit est également marqué par le fait qu’il a été envisagé avant même la réalisation de la recherche et qu’il n’est donc pas seulement le lieu d’exposition de résultats de recherche préalablement obtenus. Le webdocumentaire se dessine ici comme un outil de recherche-création18 à part entière, à l’instar du projet intitulé À l’Abri.

L’Abri d’Érasme

  • 19 Pour un aperçu de cette histoire : Klein, 2018 b et c.
  • 20 À cette nuance près que le documentaire de Maheu présente aussi quelques autres voix, comme celle d (...)

19L’enquête que je mène depuis maintenant trois ans avec l’artiste-chercheur·se AM Trépanier autour de l’histoire d’une commune psychiatrique nommée « L’Abri d’Érasme » nous a en effet conduit à découvrir une polyphonie face à laquelle toutes les ressources traditionnelles de la recherche et de sa valorisation semblaient inadaptées. Cet espace à visée thérapeutique, construit non loin de Sainte-Agathe-des-Monts dans les Laurentides au début des années 1970 par le psychiatre québécois Roger Lemieux aidé de quelques « coopérants », visait à accueillir des personnes diagnostiquées comme schizophrènes afin de leur offrir un lieu de vie alternatif, sans médication, où vivre pleinement leur « différence ». Entouré d’une psychologue et d’une infirmière, le psychiatre montréalais y proposait un accompagnement basé sur la psychothérapie, mais aussi sur ce qu’il nommait « l’amour », tout à la fois paternel et physique19. Cette expérience, dont les débuts ont fait l’objet d’un film intitulé L’Interdit et réalisé par Pierre Maheu pour l’ONF, n’a longtemps été narrée que du point de vue de Lemieux. Ses écrits, en particulier ses mémoires (Lemieux, 1995), se sont imposés comme l’unique récit sur cet épisode historique à part entière, notamment du fait de l’absence d’autres sources20.

  • 21 Dont on peut retrouver les premières traces dans une série de billets de blogue publiés sur le carn (...)

20Notre enquête21, débutée en 2019, nous a pourtant permis de mettre en lumière l’existence d’autres récits, d’autres regards, souvent complexes, traumatiques, sur cette histoire. La rencontre avec d’ancien.nes participant.es de cette commune nous a en effet donné accès à des vécus bien différents, qui plus est transmis sous des formes diverses (voix, écriture, photos, récits anonymes), des événements racontés par Lemieux. Pour ajouter à la complexité de la situation narrative, nous avons pu retrouver les lieux de l’ancienne commune et rencontrer la fille de son fondateur, qui vit toujours partiellement là avec le désir poursuivre la tradition d’accueil engagée par son père. Elle nous a également transmis des archives de la commune, dont un journal de bord quotidien rédigé par les principaux membres pendant les premières années, ainsi qu’une entrevue vidéo inédite de son père, filmée plus tardivement sur les lieux de l’Abri. Cette troisième voie narrative a permis d’éviter l’opposition manichéenne des récits entre celui du fondateur et ceux des participant.es, tout en complexifiant leur mise en relation par l’ouverture d’une dimension temporelle nouvelle. Les couches de vécus, de narration, de mise en récits sont se sont ainsi ajoutées, superposées les unes aux autres, de manière à dessiner une expérience contrastée, irréductible à l’une ou l’autre des versions. C’est là que nous est venue l’idée du webdocumentaire.

21La mise en récit de ces histoires, l’organisation narrative de ces expériences allait en effet naturellement tendre, dans un article, un livre ou même un documentaire traditionnel à narration linéaire, soit à hiérarchiser les voix et les vécus de par l’ordre même de leur présentation, soit à nous conduire à juger de leur validité, de leur pertinence et de leurs articulations possibles. Nous refusant à l’une comme l’autre de ces possibilités, nous avons envisagé le webdocumentaire comme une solution propice à l’exposition, autrement dit à la simple mise à disposition, de ces récits, qui plus est portés par des supports médiatiques différents, et ce, afin de laisser le maximum de liberté d’interprétation et de mise en relation aux utilisateurs.rices. La non-linéarité propre à la narration webdocumentaire associée à la liberté de navigation accordée aux usagèr.es permet en effet d’impliquer au maximum les utilisateurs.rices dans la compréhension des événements. Non que nous souhaiterions effacer notre voix en quête d’une quelconque neutralité, illusoire ne serait-ce que parce que la constitution même de la structure du webdocumentaire implique une intention narrative. Au contraire, en accord avec les épistémologies situées (Puig de la Bellacasa, 2014) et en particulier avec l’appel de Sandra Harding pour la constitution d’une objectivité forte par la reconnaissance de son propre point de vue de narrateur.trice (Harding, 1992), nous envisageons de structurer le webdocumentaire autour de notre propre enquête. Il s’agirait ainsi de proposer aux futur.es usager.es de suivre le parcours que nous avons nous-mêmes suivi, de nous accompagner à travers les découvertes successives des différents récits, les discussions, les doutes et les questionnements intenses que nous avons eus, ainsi que les difficultés que nous avons rencontrées. Et cela de manière à renforcer la compréhension de notre situation, tout en laissant aux utilisateurs.rices une liberté d’interprétation importante quant aux événements qui se sont déroulés à l’Abri et dont rendent compte, de diverses manières, les récits présentés. Bref, il s’agirait d’offrir au public une plongée à nos côtés dans cette histoire, sans valoriser un récit ou un autre, sans entièrement trancher non plus sur les conclusions d’une enquête définitivement complexe et qui ouvre plus de questions qu’elle n’apporte de réponses. Une immersion dans notre propre vécu qui permettrait de découvrir l’histoire de l’Abri à travers nos yeux d’abord, pour mieux aborder les récits des participant.es ensuite, avec le plus de précautions possible, de tact aussi, et donc de respect.

22Autrement dit, le format webdocumentaire permettrait ici de maintenir et d’exposer l’incertitude dans laquelle nous errons encore, en tant que chercheur.es, face à cet objet rare et complexe, face à cet épisode historique plurivoque, et ce tout en répondant à l’enjeu éthique fondamental de pouvoir donner à entendre les voies de chacun.e des acteurs.rices historiques impliqué.es, non telles que nous les jugeons importantes (ou non), mais telles qu’elles nous sont parvenues, voire apparues au fil de notre investigation.

Webdocumentaires et historiographies

23Ainsi, à travers ces trois projets, différents bien que touchant tous d’une manière ou d’une autre à l’histoire de la santé mentale dans le monde francophone, se dessinent à la fois les lignes de force historiographiques du format webdocumentaire, et la variété de ses usages possibles.

24D’une part, et il faut commencer par-là, le webdocumentaire permet de présenter à un large public des objets et sujets historiques nichés, marginaux, peu connus parce que peu étudiés. Contrairement à un article, ou même un livre, qui sera lu par quelques dizaines de personnes spécialisées, dans le meilleur des cas, le webdocumentaire, par sa nature même d’objet innovant, en ligne, en partie ludique, et accessible en tout temps, favorise son propre usage. Le grand public, comme les étudiant.es, a en effet plus d’intérêt pour une immersion multimédiatique en ligne dans une histoire singulière que pour la lecture d’un article scientifique. C’est d’ailleurs tout l’intérêt du webdocumentaire et de ses différents niveaux que de jouer sur cette attirance et sur l’attention et l’intérêt des utilisateurs.trices (et comme nous l’avons vu des financeurs). Nous avons ainsi choisi d’organiser notre webdocumentaire sur les infirmières de la folie autour du parcours de trois infirmières, incarnées en cinéma d’animation, car il s’agissait pour nous d’attirer les étudiant.es, notamment en sciences infirmières à l’Université d’Ottawa qui verront ce webdocumentaire intégré à leur cursus de formation, par du contenu ludique et sympathique, en forme de dessin animé, et ce afin de les conduire vers les capsules documentaires, plus traditionnelles dans leur présentation, et dès lors peut-être plus austères pour ce jeune public.

25D’autre part, nous l’avons vu dans les trois projets, la narration non linéaire et les différents niveaux d’arborescence permettent de présenter des contenus historiques de plus en plus complexes, de plus en plus précis, et ainsi d’entrer dans des débats et questionnements historiographiques que le documentaire traditionnel permet rarement d’aborder. Dans ce cas-ci, le format webdocumentaire se rapproche davantage de l’article scientifique en permettant de donner à voir, par ses différents niveaux, les sources mêmes de la recherche historique dont les résultats sont exposés, et avec elles les débats historiographiques qui animent le champ dans lequel s’inscrit le projet. C’est le cas du webdocumentaire Binet qui, par l’ajout de séquences « En savoir plus », permet de présenter des débats entre spécialistes de Binet dont les interprétations sur certains aspects de son œuvre divergent.

26Enfin, et c’est certainement là sa très grande force qu’explicite particulièrement le dernier projet, le format webdocumentaire permet de présenter la pluralité des regards portés sur un même événement historique, pas uniquement par les historien.es spécialistes, mais également par les acteurs et actrices qui l’ont vécu, et cela sans les hiérarchiser et donc sans reproduire une violence que certaines voix plus minoritaires ont déjà pu subir. Les historiens français Jacques Revel et Jean-Pierre Peter nous avaient déjà avertis, dans leur article fondateur sur le corps et l’homme malade comme nouveaux objets d’histoire, de nous prémunir contre la violence vécue que l’historiographie peut tendre à redoubler, « comme un compte qu’on n’en finirait pas de régler » (Revel et Peter, 1974, 182). Ils affirmaient ainsi que l’histoire de la maladie est faite d’effacements et de silences, qu’il « ne faut pas s’empresser de combler, car « ils sont à leur manière, nécessaire, le discours de la maladie » (Revel et Peter, 1974, 186). En permettant de naviguer entre les récits tout en faisant entendre les silences et voir les effacements, le format webdocumentaire se présente comme un outil historiographique de choix. Il est en effet ainsi sensible à l’expérience dont il entend rendre compte, délicat à l’égard de ces acteurs et actrices dont les vécus et perceptions de cette même expérience peuvent être divers, voire contradictoires, et finalement ouvert à la possibilité de faire entendre la subjectivité du.de la chercheur.se dans la mise en récit de l’histoire, ainsi que nous y invitait dès 1971 le regretté Paul Veyne (1971).

Des voi(x)es multiples

27Finalement, par sa nature même, le format webdocumentaire impose à l’historien.ne un retour du récit qui se veut aussi retour aux récits. Il implique une attention autre et renouvelée aux voies (et aux voix) de la narration historique, et donc un questionnement et sur son propre travail de mise en récit et sur ceux et celles à qui ce récit est destiné. En ce sens, il contribue à renouveler une historiographie où les voix multiples et les jeux d’échelle ont la part belle, en la magnifiant sans pour autant invisibiliser les autres approches historiographiques, plus quantitatives par exemple. La multiplicité des voix que le webdocumentaire permet de faire entendre concerne en effet tant celles acteurs et actrices du passé que celles des historiens et historiennes qui s’attachent à en rendre compte.

Haut de page

Bibliographie

Amalberti, René et Cyril Barriquault, « Fondements et limites du retour d’expérience », Annales des Ponts et Chaussées, n° 91, septembre 1999, p. 67-75.

ANDRIEU, Bernard et Alexandre KLEIN, (éd.), Journal de Madeleine Binet, Recherches & éducations, hors série 2, 2011.

ANDRIEU, Bernard et Alexandre KLEIN, « Dans l’intimité d’Alfred Binet », Introduction au Journal de Madeleine Binet, Recherches & éducations, HS 2, 2011, p. 9-31.

ANDRIEU, Bernard, « Alfred Binet, l’épistémologie de L’Intermédiaire des biologistes, organe international de zoologie, botanique et psychologie (5 novembre 1897-20 octobre 1898) », Impacts, 1/2, 2002, p. 97-117.

ANDRIEU, Bernard, « Psychologie des cancres : Une archive inédite d’Alfred Binet », Recherches & éducations, 8, 2013, p. 167-183.

GILBERT, Claude, 2001, “Retours d’expérience : le poids des contraintes », Annales des mines, Avril 2001, p. 9-24.

HARDING, Sandra, 1992, “Rethinking Standpoint Epistemology: What is "Strong Objectivity?"”, The Centennial Review, Vol. 36, No. 3 (FALL 1992), p. 437-470.

JABLONKA Ivan, L’histoire est une littérature contemporaine. Manifeste pour les sciences sociales, Paris, Seuil, 2014.

KLEIN, Alexandre (éd.), Correspondance d’Alfred Binet – Jean Larguier des
Bancels. Nancy, Presses universitaires de Nancy, 2008.

KLEIN, Alexandre (éd.), Correspondance d’Alfred Binet, Volume 2 – L’émergence de la psychologie scientifique (1884-1911). Nancy, Presses universitaires de Nancy, 2011.

KLEIN, Alexandre « La philosophie scientifique d’Alfred Binet », Revue d’histoire des sciences, 62, 2, 2009, p. 29-50.

KLEIN, Alexandre, « À la recherche de l’archive psychiatrique perdue. L’histoire des fonds d’archives d’Alfred Binet (1857-1911) », Santé mentale au Québec, 41(2), 2016, p. 21-32.

KLEIN, Alexandre, « Charlotte Tassé (1893-1974), infatigable promotrice du modèle de la garde-malade canadienne-française », Recherche en soins infirmiers, 134, septembre 2018, p. 78-93.

KLEIN, Alexandre, « L’Abri d’Érasme ou l’utopie de la psychiatrie hors les murs », Cap-aux-Diamants, 2018/4, p. 29-32.

KLEIN, Alexandre, « Une expérience éphémère d’antipsychiatrie au Québec », Le Merle, 5(2), Automne 2018, p. 97-107.

KLEIN, Alexandre, « Charlotte Tassé et Bernadette Lépine, fondatrices à part entière de l’Institut Albert-Prévost », Santé mentale au Québec, Volume XLIV, numéro 2, Automne 2019, p. 39-52.

KLEIN, Alexandre, « De la neurologie à la psychanalyse : le Sanatorium Prévost, un centre psychothérapeutique d’avant-garde », Santé mentale au Québec, Volume XLIV, numéro 2, Automne 2019, p. 53-68.

KLEIN, Alexandre, « Le webdocumentaire : un outil numérique innovant au service de l’enseignement, de la recherche et de la valorisation », Humanités numériques, 2, 2020, https://journals.openedition.org/revuehn/418.

KLEIN, Alexandre et Marie-Claude THIFAULT, « Quelle place pour les femmes francophones dans l’histoire des savoirs infirmiers au Québec ? L’exemple du nursing psychiatrique à Montréal (1912-1963) », Cahiers François Viète, III, 11, 2021, p. 103-125.

LE GOFF, Jacques et Pierre NORA (sous la direction de), Faire de l’histoire, Paris, Gallimard, 1974, 3 vol.

LEMIEUX, Roger, Accueillir la folie, Montréal, Noir sur Blanc, 1995.

POISSANT, Louise, « Méthodologies de la recherche-création », Archée, 2015, http://archee.qc.ca/ar.php?page=article&no=475  

PUIG DE LA BELLACASA, Maria Les savoirs situés de Sandra Harding et Donna Harraway. Science et épistémologies féministes, Paris, L’Harmattan, 2014.

REVEL, Jacques et Jean-Pierre PETER, « Le corps. L’homme malade et son histoire » dans Jacques Le Goff et Pierre Nora (sous la direction de), Faire de l’histoire. III. Nouveaux objets, Paris, Gallimard, 1974, p. 169-191.

THIFAULT, Marie-Claude, « Le nursing psychiatrique à l’École de gardes-malades de l’Hôpital Saint-Jean-de-Dieu : ‟le côté spirituel en tête du côté technique” », Scientia canadensis, vol. 33, n° 1, 2010, p. 95-118.

VEYNE, Paul, Comment on écrit l’histoire. Essai d'épistémologie, Paris, Edition du Seuil, 1971.

Haut de page

Notes

1 On peut notamment penser à l’usage de la bande dessinée pour valoriser la recherche historique, comme l’ont fait Isabelle Perreault, André Cellard et Patrice Corriveau avec Vous avez détruit la beauté du monde (Moëlle Graphique, 2020) ou à celui du podcast, comme l’ont fait Tommy De Ganck, Laura Di Spurio et Valérie Leclercq avec Le Cerveau volé.

2 http://cloitreprison.fr/

3 https://www.plateforme1418.com/introduction

4 https://webdoc.france24.com/grande-guerre-infirmieres-anglaises-poilus-france/

5 https://lederniergaulois.nouvelles-ecritures.francetv.fr/

6 Sur la méthodologie spécifique du retour d’expérience, voir Amalberti et Barriquault, 1999, et Gilbert, 2001.

7 https://alfredbinet.univ-lorraine.fr/#Jungle

8 https://www.lesinfirmieresdelafolie.ca/#!/publication?type=desktop

9 Pour plus de détails sur ce webdocumentaire, voir, Klein, 2020.

10 Sur l’histoire des archives d’Alfred Binet, voir Klein, 2016.

11 Karine Aubin, Sandra Harrisson, Marie-Claude Thifault, et moi-même.

12 L’Hôpital Saint-Jean-de-Dieu de Montréal était géré par les Sœurs de la Providence de Montréal, tandis que l’Hôpital Saint-Michel-Archange de Beauport était dirigé par les Sœurs de la Charité de Québec.

13 Il s’agit du sanatorium créé en 1919 par le Dr Albert Prévost (1881-1926). Voir à ce propos : Klein, 2019 a et b.

14 Voir à ce propos : Thifault, 2010.

15 Dont on peut voir un aperçu dans : Klein et Thifault, 2021.

16 Pour plus de détails sur sa vie et son œuvre, voir : Klein, 2018a.

17 https://www.lesinfirmieresdelafolie.ca/#!/publication?type=desktop

18 Sur la recherche-création et ses différentes formes, voir Poissant, 2015.

19 Pour un aperçu de cette histoire : Klein, 2018 b et c.

20 À cette nuance près que le documentaire de Maheu présente aussi quelques autres voix, comme celle de la psychologue Sylvie Chassin, du coopérant Marc Harvey ou de certaines des « invitées », les jeunes filles accueillies pour des soins.

Figure 5 Roger Lemieux, Capture d'écran du film L'Interdit de Pierre Maheu

21 Dont on peut retrouver les premières traces dans une série de billets de blogue publiés sur le carnet Hypothèses Espaces réflexifs : https://reflexivites.hypotheses.org/category/mars-2022-a-klein-et-a-m-trepanier.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 Capture d’écran du menu thématique de la section « Premiers travaux » du webdocumentaire Alfred Binet. Naissance de la psychologie scientifique.
Crédits Université de Lorraine / UOH, 2014
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/5756/img-1.png
Fichier image/png, 438k
Titre Figure 2 Capture d’écran du webdocumentaire Les infirmières de la folie
Crédits (Université d'Ottawa / URHN, 2022), parcours d'Émela
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/5756/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Titre Figure 3 Capture d’écran du webdocumentaire Les infirmières de la folie
Crédits (Université d'Ottawa / URHN, 2022), parcours de Charlotte
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/5756/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Titre Figure 4 Capture d’écran du webdocumentaire Les infirmières de la folie
Crédits (Université d'Ottawa / URHN, 2022), parcours de Rachel
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/5756/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Crédits ONF, 1976
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/5756/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Klein, « Le webdocumentaire au service de l’histoire de la santé mentale. »Conserveries mémorielles [En ligne], #26 | 2024, mis en ligne le 29 février 2024, consulté le 21 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/cm/5756

Haut de page

Auteur

Alexandre Klein

Philosophe et historien des sciences, Alexandre Klein est actuellement professeur auxiliaire à la Faculté des sciences de la santé de l’Université d’Ottawa et coordonnateur de son Unité de recherche sur l’histoire du nursing. Ses travaux portent sur l’histoire de la santé à l’époque contemporaine, mais aussi sur les moyens, notamment numériques, de sa diffusion. Il a ainsi réalisé plusieurs webdocumentaires, mais aussi un documentaire sur les archives de la psychiatrie. Il est en outre le fondateur du réseau Historien.nes de la santé.  
Philosopher and historian of science, Alexandre Klein is currently an adjunct professor at the Faculty of Health Sciences at the University of Ottawa and coordinator of its Nursing History Research Unit. His work focuses on the history of health in contemporary times, but also on the means, particularly digital, of its dissemination. He has thus produced several webdocumentaries, but also a documentary on psychiatry archives. He is also the founder of the network Historien.nes de la santé.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search