Navigation – Plan du site

AccueilNuméros#26Historiciser le format webdocumen...Le webdoc, laboratoire d’une hist...

Historiciser le format webdocumentaire

Le webdoc, laboratoire d’une historiographie connectée

Web documentary as laboratory for a connected historiography
Fanny Lautissier

Résumés

Entre le début des années 2000 et le milieu des années 2010, les productions multimédia identifiées comme « documentaire interactif », « webdocumentaire » ou « webdoc » intègrent progressivement le champ des industries culturelles. Dans le même temps que le webdoc se professionnalise et s’institutionnalise, il se trouve investi d’un certain idéal d’accessibilité et de renouveau. Il devient une source, puis un outil pour la recherche. Toutefois, entre les années 2010 et 2020, différents phénomènes d’obsolescence inhérents à l’économie du web viennent mettre ce développement à l’épreuve, accélérant la mise en œuvre de nécessaires projets de préservation et de patrimonialisation. A travers l’étude d’événements et de webdocs pour la plupart français ou francophones cette analyse propose un bref retour sur les modalités d’un devenir archive comme condition du maintien d’une forme repensée d’accessibilité à ces sources et de leur historicisation.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. notamment Bertrand Legendre, « Les webdocs gagnent du terrain », in Le Monde, 11 décembre 2010 (...)
  • 2 Cf. intervention de David Dufresne in vidéo « L’essor du webdocumetaire », France 24, 2011, rendue (...)

1Entre le début des années 2000 et le milieu des années 2010, les productions multimédia identifiées comme « documentaire interactif », « webdocumentaire » ou « webdoc » intègrent progressivement le champ des industries culturelles. Les codes formels de ces productions innovantes sont peu à peu identifiés jusqu’à constituer selon certains médias et travaux de recherche les caractéristiques d’un véritable « genre »1, situé à l’intersection des pratiques journalistiques, scientifiques, ludiques et créatives, avec ses auteurs, ses règles et principes techniques, son public. La dimension expérimentale des techniques employées est souvent mise en avant et présentée comme l’un des vecteurs de singularité des productions webdocumentaires. Dans le même temps que le webdoc se professionnalise et s’institutionnalise, il se trouve investi d’un certain idéal d’accessibilité et de renouveau, dans un contexte de crise proclamée des médias considérés comme plus traditionnels2. Il fait l’objet de nombreux recensements et devient dans le même temps, au même titre que d’autres productions culturelles, une source, puis un outil pour la recherche. Toutefois, entre les années 2010 et 2020, différents phénomènes d’obsolescence inhérents à l’économie du web viennent mettre ce développement à l’épreuve, accélérant la mise en œuvre de nécessaires projets de préservation et de patrimonialisation. A travers l’étude d’événements et de webdocs pour la plupart français ou francophones et en s’attardant plus longuement sur le cas de What’s up webdoc ? (Planes, Menledez, Assouline, Arnaud, Gomis, 2013), cette analyse propose un bref retour sur les modalités d’un devenir archive comme condition du maintien d’une forme repensée d’accessibilité à ces sources et de leur historicisation.

Une institutionnalisation entre tradition documentaire et narrations singulières

  • 3 Ainsi, au Centre Pompidou, une séance consacrée au webdocumentaire est proposée dans le cadre du cy (...)
  • 4 La série d’événements « Mois du Webdoc » est organisée par Images en bibliothèques en parallèle du (...)
  • 5 Les structures Upian, créée en 1998, Studio Hans Lucas (2006) et Honkytonk Films, (2007), sont ains (...)
  • 6 Par exemple Franck Rondot, « Qu’est-ce qu’un webdocumentaire ? », relayé par Web-documentaire.org, (...)
  • 7 Sophie Beauparlant, « Dieu n’a pas inventé le webdocumentaire » in « L’ontologie du numérique », do (...)
  • 8 Voir également la réflexion de Marie-Anne Chabin, « Peut-on parler de diplomatique numérique ? » :h (...)
  • 9 Cf notamment Sophie Gébeil, La fabrique numérique des mémoires de l’immigration maghrébine sur le w (...)

2Les webdocs publiés à partir des années 2000 sont rapidement présentés comme des formes documentaires porteuses de singularité et d’avenir, tant par le renouvellement des modes de narrativité qu’ils permettent que par la souplesse de leurs conditions de production. En France, des programmations culturelles leur font la part belle dès les premières années de leur diffusion, en les plaçant au cœur d’un rapport dialectique entre « tradition » et « créativité » 3. En quelques années, la place de la catégorie « webdocumentaire » se consolide au sein des sélections effectuées par les instances de valorisation du film et de la photographie documentaires et est confortée par les réseaux institutionnels de diffusion4. La croissante visibilité des pratiques webdocumentaires s’accompagne d’un processus de professionnalisation et de l’émergence de sociétés de production spécialisées5, ainsi que d’une valorisation effectuée avec l’appui des grands médias (Tassé, 2015). Les formes webdocumentaires deviennent dans le même temps de véritables sources et objets d’étude. La nature protéiforme du webdoc suscite de nombreuses tentatives de caractérisation6. Par la multiplicité des pratiques qu’il recouvre, il semble toutefois poser un défi à l’analyse (Mal, Bole, Paris, 2014). En parallèle de ce questionnement, le webdocumentaire et, plus particulièrement le rapport qu’il entretient au réel et à la notion d’indicialité7 devient un objet d’étude en soi. Ces enquêtes en légitimité aboutissent à la nécessité de soumettre les webdocs, comme l’ensemble des sources provenant du web ou des corpus d’archives et de documents étudiés dans le cadre de travaux historiens, à la méthodologie de la critique externe, ou de la « diplomatique », visant à les replacer dans leur contexte (Musiani, Paloque-Bergès, Schafer, Thierry, Marseille, 2019)8. Les formes webdocumentaires gagnent ainsi de fait le champ des sources de la recherche historienne9.

  • 10 Morgane Molé, Le webdocumentaire, une nouvelle forme d'écriture documentaire ? mémoire de Master II (...)
  • 11 Elisa Planes, Gabriel Menlendez, Nathalie Assouline, Eric Arnaud et Rémi Gomis (sous la dir. de Vir (...)

3Dans les années 2010, le champ des Sciences humaines et sociales opère un retour réflexif sur ces pratiques multiples et hybrides, devenues un objet d’étude en elles-mêmes10. On peut à ce titre analyser le cas de la création What’s up webdoc ?. Synthèse et véritable mise en abyme conduite par un groupe de travail de l’Université Paul Valéry Montpellier III11, ce meta-webdoc constitue, tout autant qu’un exercice académique de formalisation pour ses réalisateurs, un précieux travail de compilation de références et d’analyse, effectué dans un temps d’affirmation de la présence et des potentialités d’innovation du webdoc au sein du paysage culturel.

Figure 1 : capture d’écran de What’s up webdoc ?, page donnant accès aux profils des « protagonistes »

Figure 1 : capture d’écran de What’s up webdoc ?, page donnant accès aux profils des « protagonistes »

http://apps.rue89.com/​whats/​protag.html

Université Paul Valéry - Montpellier III - Studio Hans Lucas, 2013

Figure 2 : capture d’écran de What’s up webdoc ?, page permettant la consultation des entretiens

Figure 2 : capture d’écran de What’s up webdoc ?, page permettant la consultation des entretiens

http://apps.rue89.com/​whats/​6p_webdoc.html

Université Paul Valéry - Montpellier III - Studio Hans Lucas, 2013

  • 12 Ces vidéos (dont le contenu semblait avoir été chapitré), insérées au sein des pages de profil de c (...)

4Mis en ligne en 2013 et coproduit par Studio Hans Lucas, il s’agit d’un état des lieux effectué au terme de « sept années de productions webdocumentaires » principalement françaises ou francophones, période considérée comme fondatrice. Ce webdoc repose principalement sur le séquençage d’ entretiens vidéo12 et sonores avec 11 personnes identifiées comme « protagonistes » : Alexandre Brachet (agence Upian), Samuel Bollendorff (photographe et réalisateur de webdocs), Olivier Lambert (journaliste et réalisateur), Eleonore Lamothe (Inflammable Production et Kids Up Hill), Cédric Mal (documentariste et journaliste, directeur de publication du Blog documentaire), Florent Maurin (web-architecte, fondateur de "The Pixel Hunt"), Christine Avel (romancière), Serge Lalou (scénariste, société de production Les films d'ici), Yves Jeuland (réalisateur de documentaires audiovisuels), Youssef Charifi (monteur et producteur de la société Pages et Images), Wilfrid Estève (photographe, studio Hans Lucas). En quasi-totalité, ces « protagonistes » sont directement liés à la production, la réalisation, la diffusion et à la réception de ces formes documentaires émergentes et présentent pour certains un fort ancrage dans le milieu de la photographie ou du film documentaire. Leurs parcours sont présentés comme s’inscrivant dans la transition technologique et méthodologique mise en œuvre par un « genre  nouveau », « en devenir » inscrit dans la multiplicité des moyens d’écriture documentaire préexistants et ayant la capacité de les augmenter. Les entretiens publiés constituent ainsi le webdoc en véritable point de départ vers une démultiplication des écritures interactives, s’affranchissant des temporalités et des formats existants. What’s up webdoc propose ainsi une définition plurielle du webdocumentaire, dont l’élaboration et le visionnage participent d’une expérience inscrite dans la durée.

La difficile historicisation des formes du webdocumentaire

  • 13 Xavier Eutrope, « « Gaza Sderot », un webdoc sauvé de l’oubli », La revue des médias, MAJ 28/06/202 (...)
  • 14 Claude Mussou, « Et le web devint archive », Le Temps des médias, 2012/2, n°19 :

5Pourtant, si on souhaite étudier aujourd’hui certains des webdocs considérés comme emblématiques, par exemple en tentant de visionner ceux dont les équipes de réalisation et de production ont été distinguées par des prix, on constate que beaucoup sont à présent devenus inaccessibles en ligne, ou du moins ne sont plus consultables dans leur format de publication initial. C’est le cas des productions Voyage au bout du charbon (Samuel Bollendorff, Abel Ségrétin, Honkytonk Films, 2008, initialement hébergé par Lemonde.fr), Prison Valley (David Dufresne, Philippe Brault, Upian, 2010, Arte.tv), ou encore GazaSderot, la vie malgré tout (Khalil Al Muzayyen, Ayelet Bachar, Arte France, Bo Travail !, Upian, 2008, diffusé notamment par Arte.tv) 13, dont la lisibilité est aujourd’hui éprouvée par différentes manifestations d’obsolescence, conséquences des contraintes inhérentes aux contenus et productions web et numériques (Brugger, 2012). L’expérience de leur consultation se trouve donc modifiée ou empêchée. L’utilisateur se voir proposer une navigation sous une forme dégradée et/ou « différée »14, même si certaines des équipes de production de ces webdocumentaires ont veillé à donner un aperçu de ce qu’étaient les possibilités de navigation sur les interfaces originelles, en publiant des captures d’écran ou des vidéos simulant une navigation parmi les options autrefois accessibles.

Figure 3 : capture d’écran du message s’affichant sur la page d’accueil du webdoc Gaza/Sderot

Figure 3 : capture d’écran du message s’affichant sur la page d’accueil du webdoc Gaza/Sderot

http://gaza-sderot.arte.tv/​flash/​#fr/​

Upian - Arte.tv

  • 15 https://docubase.mit.edu/
  • 16 Le webdocumentaire : une création interactive et transmédia, libguide mis en ligne par la BNF :

6Dans certains cas, l’impossibilité de continuer à consulter certains webdocs peut être causée par des facteurs liés à l’économie générale de l’environnement web (migration de pages, non renouvellement de noms de domaines), ou à une situation politique (Musiani, Paloque-Bergès, Schafer, Thierry, Marseille, 2019, pp. 45-46 et 50-51). Le plus souvent, les facteurs de cette obsolescence sont technologiques. On constate ainsi qu’une grande partie des webdocumentaires des années 2005-2015 sont rendus inconsultables dans leur forme originelle, en raison de l’arrêt de l’actualisation ou de l’exploitation des logiciels « propriétaires » sur lesquels leur construction reposait. L’un des cas les plus remarqués est celui de l’abandon progressif du plug-in Flash entre 2012 et 2020, alors qu’il s’agissait d’un outil à la base du principe de fonctionnement d’une majorité des webdocs produits jusqu’alors. Illustration concrète de ces problématiques, les notices de 84 des 423 projets recensés par la Docubase internationale alimentée par l’équipe du MIT Open Documentary Lab,15 ont été indexées à l’aide du mot-clé « flash » dans la catégorie « technologie » associée et risquent donc de présenter ces mêmes altérations. De même, si on souhaite consulter la page dédiée au webdoc par la Bibliothèque nationale de France (BNF)16, on constate l’impossibilité ou la difficulté d’accéder à 12 des 18 références répertoriées sous des catégories aux intitulés pourtant évocateurs de leur solide inscription dans un temps long (« les précurseurs », « les incontournables »).

Figure 4 : capture d’écran de la liste de références proposées par la page consacrée au webdocumentaire sur le libguide mis en ligne par la BNF

Figure 4 : capture d’écran de la liste de références proposées par la page consacrée au webdocumentaire sur le libguide mis en ligne par la BNF

https://bnf.libguides.com/​webdocumentaires

Nicolas Lopez, Bibliothèque nationale de France

7Si on reprend l’exemple de What’s up webdoc ?, de nombreuses questions touchant à l’économie des productions webdocumentaires y sont abordées, notamment au travers de la rubrique « Des mots pour le dire », pointant vers une sélection de treize termes (ou blocs de termes), ouvrant chacun sur quelques extraits d’entretiens sonores avec certains des « protagonistes ». Sont notamment évoquées des problématiques liées aux fonctionnement des industries culturelles, à l’inscription dans une forme et une tradition documentaires renouvelées, aux dispositifs technologiques et à la dimension sociologique des webdocs.

Figure 5 : capture d’écran de l’ interface de What’s up webdoc ?, rubrique « Des mots pour le dire », liste des termes liés au concept de webdocumentaire retenus pour l’élaboration du projet

Figure 5 : capture d’écran de l’ interface de What’s up webdoc ?, rubrique « Des mots pour le dire », liste des termes liés au concept de webdocumentaire retenus pour l’élaboration du projet

http://apps.rue89.com/​whats/​Des_mots.html

Université Paul Valéry - Montpellier III - Studio Hans Lucas, 2013

8La thématique de la conservation et de la pérennisation de l’accès aux contenus webdocumentaires est laissée de côté. Consulter les pages de What’s up webdoc? aujourd’hui peut être considéré comme une expérience paradoxale et symptomatique du double mouvement d’émergence et d’obsolescence décrit ci-dessus. La forme même de ce webdoc permet encore une navigation fluide et les différentes pages ou modules qui le constituent sont restés consultables en ligne. Les composantes principales de son interface, ainsi que les effets visuels et sonores associés à la navigation (pastilles sonores se déclenchant au passage de la souris, animations), le fonctionnement des liens hypertextes, l’affichage des images fixes sont pour la plupart inchangés, mais une étude plus approfondie montre que certains contenus sont devenus inactifs et que la plupart des sources vers lesquelles le spectateur est orienté grâce à la « Web-docuthèque », recoupant en grande partie la liste des références identifiées par la BNF, ne sont malheureusement plus consultables en l’état. Sur les 35 liens compilés dans la rubrique « Quelques webdocs qui ont marqué le genre & autres coups de cœur », seuls 5 sont toujours réellement opérants au moment de la rédaction de notre étude.

Figure 6 : capture d’écran de la rubrique « webdocuthèque » de What’s up webdoc ?

Figure 6 : capture d’écran de la rubrique « webdocuthèque » de What’s up webdoc ?

http://apps.rue89.com/​whats/​webdocutheque.html

Université Paul Valéry - Montpellier III - Studio Hans Lucas, 2013

9On observe donc un hiatus entre la raison de la création même de ce webdoc dans un moment de bascule attesté par la réalité contrastée de sa trajectoire historique.

10Dès la deuxième moitié des années 2010, le webdoc semble perdre en visibilité dans le paysage des écritures documentaires et scientifiques, à mesure que les conditions de lisibilité de ses formats se dégradent. Son modèle semble peu à peu délaissé par les structures et événements qui lui étaient consacrés, au profit de nouvelles terminologies, formats et pratiques de webcréation, auxquelles on associe un plus grand potentiel d’appropriation et de liberté par leurs conditions de production et par l’expérience proposée à l’utilisateur. De nombreuses ressources en ligne dédiées au genre et à son actualité ne sont plus mises à jour depuis plusieurs années ou simplement disparaissent, en raison des facteurs technologiques et conjoncturels évoqués, mais peut-être également d’une reformulation des objectifs de veille et des centres d’intérêt de leurs auteur·ices.

Figure 7 : capture d’écran montrant une absence d’actualisation de la page initialement consacrée au genre du webdoc sur le site Arte.tv

Figure 7 : capture d’écran montrant une absence d’actualisation de la page initialement consacrée au genre du webdoc sur le site Arte.tv

https://www.arte.tv/​sites/​fr/​webdocs

ARTE G.E.I.E

  • 17 Par ex. : https://www.web-documentaire.org/
  • 18 Nicolas Bole, « L’actu du webdocu et des narrations web #9 », Le blog documentaire, 22/01/2012 :
  • 19 Rémy Besson, « Une (plate)forme entre les médias », in Bonnard, Paci, 2022.

11Les producteurs diversifient leurs pratiques et offres commerciales. Le webdoc est plus rarement cité comme forme autonome, même si certains sites se posant en référence continuent à les recenser17. Il vient alimenter une liste plus étoffée d’offres et de créations multimédia dépassant les critères qui caractérisaient initialement ce concept et « mot-valise »18. Ainsi, les productions classées dans la catégorie « webdocumentaire » par la société Studio Hans Lucas désignent aujourd’hui plutôt des vidéos documentaires diffusées sur le web, le plus souvent sans être intégrées à un dispositif interactif, et voisinent avec d’autres typologies de productions, aux caractéristiques poreuses (diaporama sonore, Petite œuvre multimédia (POM)). Dans le champ des Sciences humaines et sociales, l’importance qui avait peu à peu été accordée au webdoc comme forme d’écriture semble décroitre, notamment au sein d’événements dédiés aux nouvelles écritures. En 2020-2022, le Salon des écritures alternatives en sciences sociales (devenu ensuite « Focus »), organisé par le Réseau national des écritures alternatives en sciences sociales et accueilli par le Mucem, après lui avoir accordé de l’importance, ne semble plus le compter que parmi un vaste ensemble de webcréations (installations immersives, applications mobiles, webséries, podcasts, expositions virtuelles). Dans le domaine institutionnel, le fonds dédié à ces activités par le CNC, réformé en 2016, devient « Fonds d’aide aux expériences numériques XN » en 2018, puis « Fonds d’aide à la création immersive » en 2022, ce qui est significatif de cette évolution. Le World Press Photo considère de plus en plus le webdoc comme une forme parmi d’autres, pouvant concourir dans des catégories rebaptisées en fonction de cette évolution : « Digital storytelling » (2019-2021), puis « Open format » (2022, 2023). Comme le résume Rémy Besson, « la diminution de l’usage du terme [« webdocumentaire »] depuis 2018 est un symptôme d’un processus d’institutionnalisation qui reste incomplet et d’une innovation technique qui, sans être oubliée, n’est pas devenue un média »19. En raison de la non pérennité de ses formats, le devenir archive du webdoc et, partant, son historicisation se trouvent compromis, ce qui suscite la mise en place de logiques de préservation à différents niveaux.

Le webdoc comme source et outil perenne pour la recherche

12Pour parer aux manifestations d’obsolescence décrites précédemment, les webdocs du début des années 2000 sont parfois l’objet a posteriori d’initiatives de préservation de la part de leurs équipes de production, le plus souvent sous la forme d’une mise à disposition de captations vidéo constituant des démonstrations du mode de navigation existant initialement via ces interfaces20. Plus généralement, les principes internationaux d’une sauvegarde des archives numériques sont posés et institutionnalisée, notamment par la Charte sur la conservation du patrimoine numérique de l’Unesco (2003 et 200921, ou encore par les réflexions menées par l’International Internet Preservation Consortium (IIPC).Les contenus web en général et les webdocs en particulier deviennent l’enjeu de politiques patrimoniales nationales : La BNF est engagée dans un projet de sauvegarde du web depuis 1999, sous formes de collectes automatisée et/ou ciblées, ou par le biais du dépôt légal. Dans ce cadre, elle conserve certains webdocs, rendus consultables au moyen de systèmes d’émulation mis à disposition sur des postes de lecture. Ces initiatives de préservation sont l’objet de plusieurs types de messages qui s’affichent lorsqu’on tente d’accéder en ligne à la page d’accueil d’un contenu webdocumentaire altéré.

Figure 8 : capture d’écran, mentions de projets de patrimonialisation en cours auprès de la BNF pour le webdocs Voyage au bout du charbon

Figure 8 : capture d’écran, mentions de projets de patrimonialisation en cours auprès de la BNF pour le webdocs Voyage au bout du charbon

http://www.samuel-bollendorff.com/​fr/​voyage-au-bout-du-charbon/​

Honkytonk

Figure 9 : capture d’écran, mentions de projets de patrimonialisation en cours auprès de la BNF pour le webdoc Alfred Binet

Figure 9 : capture d’écran, mentions de projets de patrimonialisation en cours auprès de la BNF pour le webdoc Alfred Binet

https://binet.hypotheses.org/​590

Société Binet-Simon - Hypotheses.org - Open Edition

13La BNF archive un premier webdocumentaire en 201222.et, en 2015, l’institution fait état de 124 sites actifs collectés.23 Leur consultation nécessite une adaptation de l’utilisateur à de nouvelles conditions, ainsi qu’un travail d documentation des critères de collecte par les équipes responsables de ces projets24. De son côté, l’Office national du film du Canada (ONF) exprime une volonté similaire à l’égard des précieuses ressources conservées dans ses collections, à la production desquelles il a bien souvent été associé25.

Figure 10 : capture d’écran du message informant que le webdoc Out my window (Katerina Cizek, 2010) « l’un des premiers documentaires interactifs à 360° au monde » n’est plus consultable sur le site internet de l’ONF

Figure 10 : capture d’écran du message informant que le webdoc Out my window (Katerina Cizek, 2010) « l’un des premiers documentaires interactifs à 360° au monde » n’est plus consultable sur le site internet de l’ONF

https://www.onf.ca/​interactif/​highrise_out_my_window_fr/​

Office national du film du Canada

14Les pratiques et les formes webdocumentaires s’inscrivent ainsi dans un faisceau de temporalités, en tension entre l’instantanéité supposée des pratiques numériques et la longue durée de leur devenir archive et de leur appropriation par la recherche.

  • 26 François Bon, « Le webdoc, histoire trop tôt finie », Le Tiers livre, 31/08/2015 :
  • 27 Axelle Brodiez-Dolino, Émilien Ruiz, « Les écritures alternatives : faire de l’histoire « hors les (...)
  • 28 Par ex. Bonnot, Lamassé, Paris, 2019, ou encore Bachimont, Nanterre, 2018 :
  • 29 Par ex. la plate-forme HAL-SHS, créée en 2005 : https://www.ccsd.cnrs.fr/archives-ouvertes/

15A travers cette étude portant sur l’historicité du webdocumentaire et de sa patrimonialisation, la question de la pérennité d’une expérience sensible de la recherche et de sa transmission est posée. Dans ses travaux, Sophie Gébeil analyse « l’instabilité » de l’archive web considérée comme matériau et sa difficile « historicisation » (Gébeil, 2017, 2021) Sommes-nous donc face à une « histoire trop tôt finie »26 ? Si on se place dans une perspective historiographique, le webdocumentaire peut être appréhendé comme un outil pour la conduite de la recherche et pour sa diffusion, en ce qu’il permet de revisiter les formes canoniques de l’entretien et de l’analyse de documents, en constituant de nouvelles formes de narration. Le caractère ludique ou apparemment délinéarisé et aléatoire de la navigation, parfois soulignés, voire « diabolisés » (Mal, Bole, Paris, 2014), peuvent être conditionnés par le travail scientifique nécessaire à l’élaboration des différents contenus proposés, comme dans le cas de toute autre production faisant l’objet d’une démarche éditoriale. Pour toutes ces raisons, les formes webdocumentaires sont à même de produire les supports d’une « écriture alternative de l’histoire »27, au même titre que d’autres pratiques de mise en récit. De manière générale, après 2015, on observe un retour académique sur la pratique du webdocumentaire comme outil scientifique, sur les temporalités et les enjeux épistémologiques dont elles sont porteuses, à travers la publication d’ouvrages et l’organisation d’événements scientifiques28.Au début des années 2020 pour l’historien, par le passage « du linéaire à l’interactif » qu’elles permettent, ces formes semblent être des expressions d’une « recherche création », donnant lieu à des réflexions d’ordre méthodologique (Besson, Tassé, 2021) et à de nouvelles synthèses historiennes et pédagogiques (Bonnard, Paci, 2022). Ces projets intègrent des plus en plus les problématiques liées à la constitution d’archives ouvertes de la recherche, à l’œuvre sur le plan numérique depuis le début des années 200029. Dans le même temps que le recours à l’environnement numérique comme lieu d’archivage de la recherche se consolide, l’enjeu du devenir de la recherche initialement numérique devient central (Besson, 2015) et gagne la fabrique même du webdoc. Les chercheurs et chercheuses s’approprient les outils gratuits et open source à leur disposition (Korsakow, Djehouti, Genial.ly…) avec un souci de pérennisation conscient et formulé dès la conception du projet. Depuis la fin des années 2010, en France, plusieurs webdocs sont ainsi directement produits par des laboratoires de recherche et considérés comme des interfaces de valorisation de projets collectifs et collaboratifs.

Figure 11 : capture d’écran, présentation d’une sélection d’utilisateurs académiques de l’outil Genial.ly sur le site internet de l’application

Figure 11 : capture d’écran, présentation d’une sélection d’utilisateurs académiques de l’outil Genial.ly sur le site internet de l’application

https://genial.ly/​fr/​pour-universite/​

Genially

16Ces changements de paradigmes technologiques sont évoqués par Isabelle-Heullant-Donat et Olivier Lambert31  à propos du webdoc Le cloître et la prison32 et prennent une plus grande importance dans le développement de projets menés ces dernières années (Inoui33, Le Tombeau des enfants de Charles VIII et d’Anne de Bretagne34…), en appui sur différents infrastructures, telles que celle de la Très grande infrastructure de recherche (TGIR) Huma-Num35, bâti en application des principes FAIR (Facile à trouver, Accessible, Interopérable, Réutilisable) ou fair data36. On peut citer également le recours aux instruments mis à disposition dans le cadre du projet ModOAP37ou encore les exemples de l’outil d’humanités numériques PixPlot38 ou de l’entrepôt de données Nakala39, pensés pour pouvoir donner accès dans le même temps à la forme publiée de la recherche et à ses sources, devenues métadonnées, dans un rapport de proximité aux documentations mobilisées40. L’inclusion d’une logique de pérennisation dès la conception d’un projet de webdoc garantit alors son apport en tant qu’outil approprié par la recherche.

Figure 13 : capture d’écran de la mention des enjeux de pérennisation sur la page « le projet » du webdoc Inoui. Musiques du monde de Nanterre

Figure 13 : capture d’écran de la mention des enjeux de pérennisation sur la page « le projet » du webdoc Inoui. Musiques du monde de Nanterre

http://inouiwebdoc.fr/​pages/​projet.html

CAP Films et Université Paris Nanterre

Figure 14 : capture d’écran de la liste des partenaires du projet Le tombeau des enfants de Charles VIII et d’Anne de Bretagne

Figure 14 : capture d’écran de la liste des partenaires du projet Le tombeau des enfants de Charles VIII et d’Anne de Bretagne

https://tombeau-cathedrale-tours.univ-tours.fr/​

Université de Tours - CESR

Figure 15 : capture d’écran, page « A propos » du « récit visuel » Vercors, printemps 44 : les maquisards du C 6

Figure 15 : capture d’écran, page « A propos » du « récit visuel » Vercors, printemps 44 : les maquisards du C 6

https://bibnum.campus-condorcet.fr/​s/​vercors-printemps-44/​page/​a-propos

Campus Condorcet Paris-Aubervilliers

  • 41 Christian Jacob, in podcast Rétroviseur, « Plongée dans la bibliothèque d'Alexandrie, avec Christia (...)
  • 42 Ex de la série de podcasts La recherche à l’œuvre mis en ligne par l’Institut national d’histoire d (...)
  • 43 Boris Pétric, « Le transmédia : une nouvelle opportunité d’articuler son, image et texte », Carnet (...)
  • 44 Romain Bertrand, Patrick Boucheron et Nadège Ragaru, op. cit.

17Au-delà des formes du livre, du colloque ou du séminaire, on assiste au développement de « nouvelles mobilités intellectuelles » et modalités d’accessibilité aux savoirs sur le web 41, encore accéléré par le contexte de la crise sanitaire du début des années 202042. La réflexion concernant la conservation du patrimoine « nativement numérique », se double de celle portant sur les enjeux historiographiques du web (Brügger, 2012). Le webdoc, outil d’écriture permettant de nombreuses formes d’hybridation, devient ainsi tout à la fois la source et la fabrique d’une recherche « nativement numérique », entretenant un rapport informé à la technique. Finalement, la catégorisation de ses formes importe peu, à partir du moment où celles-ci constituent bien plus qu’une « écriture intermédiaire de la recherche » (Brito Fichefeux, 2020), une « écriture à part entière »43, élaborée de manière à expliciter notre rapport au temps et se donnant les moyens d’être le laboratoire d’une historiographie vigilante, pérenne et connectée44.

Haut de page

Bibliographie

BACHIMONT Bruno, Patrimoine et numérique : technique et politique de la mémoire, Bry-sur-Marne, INA, 2017

BESSON Rémy, « Archives visuelles et documentaire interactif : Vers un nouveau mode de médiation du passé ? », Synoptique, vol. 4, numéro 1, été 2015 :

https://synoptiqueblog.files.wordpress.com/2018/07/5-remy-besson-archives-visuelles-et-documentaire-interactif-vers-un-nouveau-mode-de-mecc81diation-du-passecc81.pdf

BESSON Rémy, TASSE Gilles, « Du linéaire à l’interactif, du documentaire historique au webdocumentaire historien », communication présentée lors de la séance Du transfert des connaissances à la recherche création : le webdocumentaire « De la ferme à l’assiette : une histoire en trois temps, trois produits », Congrès Evénement de l’Institut d’histoire d’Amérique française, 22 octobre 2021 : https://www.youtube.com/watch?v=Rh33uiCvjbU

BONNARD Martin, PACI Viva Paci, Parcours « Techniques et tactiques du webdocumentaire », in GAUDREAULT André, LE FORESTIER Laurent, MOUELLIC Gilles, Encyclopédie raisonnée des techniques du cinéma, 2022 : https://encyclo-technes.org/fr/parcours/tous/webdoc

BONNOT Gaëtan, LAMASSE Stéphane, Dans les dédales du Web. Historiens en territoires numériques, Paris, Editions de la Sorbonne, 2019

BRITO FRICHEFEUX Elaine, L’usage scientifique de l’architexte webdocumentaire dans la production d’un « rhizome patrimonial ». Un dispositif méthodologique de représentation documentaire de la recherche, Médiation des savoirs – La mémoire dans la construction documentaire, 2020 : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02493491/document

BRUGGER, Niels, « When the present web is later the past: web historiography, digital history and internet studies », Historical Social Research, 37 (4), 102-117, 2012 https://www.ssoar.info/ssoar/bitstream/handle/document/38378/ssoar-hsr-2012-4-brugger-When_the_present_web_is.pdf?sequence=1

GEBEIL Sophie, « Quand l’historien rencontre les archives du web », Web Corpora. Explorer les archives de l'internet à la BnF, 10/11/2017 : https://webcorpora.hypotheses.org/380#more-380

GEBEIL Sophie, Website story. Histoire, mémoires et archives du web, Bry-sur-Marne, INA, 2021

MAL Cédric, BOLE Nicolas, Le webdoc exite-t-il ?, Paris, Le Blog documentaire, 2014.

MUSIANI Francesca, PALOQUE-BERGES Camille, SCHAFER Valérie THIERRY Benjamin G., Qu’est-ce qu’une archive du web ? Marseille, Open Edition Press, 2019, p. 36 : https://books.openedition.org/oep/8713

SCHAFER Valérie [dir.], Temps et temporalités du web, Nanterre, Presses universitaires de Paris Nanterre, 2018 : https://books.openedition.org/pupo/5988

TASSE Gilles, Du Linéaire au Stellaire, du film au webdocumentaire : un dispositif de réflexion et de communication sur le réel, Mémoire présenté à la Faculté des études supérieures en vue de l’obtention du grade de M.A. en études cinématographiques, juillet 2015 : http://hdl.handle.net/1866/13472

Le webdocumentaire : une création interactive et transmédia, libguide mis en ligne par la BNF :https://bnf.libguides.com/webdocumentaires

MIT Open Documentary Lab

https://docubase.mit.edu/

URL DES WEBDOCS CITES EN REFERENCE

Aartemis, ARTH Adrienne, BER Claude, DENEFLE Sylvette, LAMBERT Karine, DEMANGEAT Isabelle, PITTATORE Irène, Projet SAFé - Sciences Arts Féminicide, 2021 :

https://view.genial.ly/616182b3e934470dca79f72b/presentation-le-projet-safe-sciences-arts-feminicide

ACOSTA DIAZ Paola, AJIRENT-SAGASPE Loré, AMY DE LA BRETEQUE Estelle, CALDERERO Damien, DONATIEN Julie, HIGOROM Thomas, JOBET Philippe, KALANTARI Sara, LASSEAUX Hugo, LEBORGNE Alexandre, POLO Antonio, PREVOT Nicolas, SWIATNICKA Kalina, Inouï. Musiques du monde de Nanterre, Univesité Paris Nanterre, 2017 : http://inouiwebdoc.fr/

AL-MUZAYYEN Khalil Al, BACHAR Ayelet, GazaSderot, la vie malgré tout, Arte France, Bo Travail !, Upian, 2008 : http://gaza-sderot.arte.tv/

BOLLENDORFF Samuel, SEGRETIN Abel, Voyage au bout du charbon, Honkytonk Films, 2008 (initialement hébergé par Lemonde.fr) : https://www.lemonde.fr/asie-pacifique/visuel/2008/11/17/voyage-au-bout-du-charbon_1118477_3216.html

CIZEK Katerina, Out my window, ONF, 2010 :

https://www.onf.ca/interactif/highrise_out_my_window_fr/

BOUDON-MACHUEL Marion, CHARRON Pascale (coordinatrices scientifiques), Université de Tours/CESR, Les enfants de Charles VIII et d’Anne de Bretagne [webdocumentaire]. Réalisation et production : EL HAMMOUTI Saliha (Studio Kulturae’com), 2022 : https://tombeau-cathedrale-tours.univ-tours.fr/

BRETSCHNEIDER Falk, CLAUSTRE Julie Claustre, HEULLANT-DONAT Isabelle, LUSSET Élisabeth, Le cloître et la prison, CNRS, 2018 : http://cloitreprison.fr/

DUFRESNE David, BRAULT Philippe Brault, Prison Valley, Upian, 2010 (Arte.tv) :

http://prisonvalley.arte.tv/?lang=fr

PEROTIN-DUMON Anne, Vercors Printemps 44 : les Maquisards du C 6, 2022 :

https://bibnum.campus-condorcet.fr/s/vercors-printemps-44/page/accueil

PLANES Elisa, MENLEDEZ Gabriel, ASSOULINE Nathalie, ARNAUD Eric, GOMIS, Rémi (sous la dir. de TERRASSE Virginie, ESTEVE Wilfried), What’s up webdoc ?, Université Paul Valéry - Montpellier III, 2013 : http://apps.rue89.com/whats/

RAMPAL Jean-Christophe, FERNANDEZ Marc, La Cité des mortes, Upian, 2005 :

http://www.lacitedesmortes.net/

Haut de page

Notes

1 Cf. notamment Bertrand Legendre, « Les webdocs gagnent du terrain », in Le Monde, 11 décembre 2010 et Isabelle Lassalle, Le webdocumentaire comme nouveau genre de l’audiovisuel. À la croisée des chemins entre documentaire et démarche journalistique, mémoire de Master 2 professionnel Information et communication – Journalisme, École des hautes études en sciences de l'information et de la communication, Université de Paris-Sorbonne (Paris IV), 2012 (dir. Véronique Richard).

2 Cf. intervention de David Dufresne in vidéo « L’essor du webdocumetaire », France 24, 2011, rendue accessible par l’intervenant : https://www.dailymotion.com/video/xhvl6n

3 Ainsi, au Centre Pompidou, une séance consacrée au webdocumentaire est proposée dans le cadre du cycle « Les cinémas de demain », en marge de l’organisation du Festival du Cinéma du réel (21 mars 2002) :

https://www.centrepompidou.fr/fr/programme/agenda/evenement/cibK7r#:~:text=Les%20s%C3%A9ances%20%22Les%20cin%C3%A9mas%20de,s%C3%A9ance%20est%20consacr%C3%A9e%20au%20webdocumentaire

4 La série d’événements « Mois du Webdoc » est organisée par Images en bibliothèques en parallèle du « Mois du film documentaire » à partir de 2012. En 2013, la première édition de la manifestation intitulée « Singulier pluriel » a lieu à la Bibliothèque publique d’information (BPI), autour de la thématique « Le webdoc tisse sa toile ». Les éditions suivantes poursuivent cette exploration des territoires des « webcréations » jusqu’en 2017. Le festival Numok, porté par les Bibliothèques de la Ville de Paris à partir de 2016, prévoit lui aussi plusieurs séances consacrées à l’étude du webdoc. Dans le domaine du photojournalisme, le concours annuel international du World Press Photo intègre ces pratiques aux productions pouvant concourir. Dans le domaine du photojournalisme, le concours annuel international du World Press Photo intègre ces pratiques aux productions pouvant concourir. Alma, une enfant de la violence (Miquel Dewever-Plana et Isabelle Fougère, ARTE France, Upian, Vu, 2012), webdoc remarqué au niveau international, remporte le premier prix dans la catégorie « Documentaire interactif » en 2013. Samuel Bollendorff, dont l’emblématique Voyage au bout du charbon avait reçu le Prix de la Scam Nouvelles écritures en 2009, remporte en 2014 le Visa d'or du meilleur webdocumentaire avec Le Grand incendie (coréalisé par Olivia Colo, Honkytonk Films, France Télévisions - Nouvelles écritures, 2014).

5 Les structures Upian, créée en 1998, Studio Hans Lucas (2006) et Honkytonk Films, (2007), sont ainsi considérées comme pionnières dans ce domaine en France

6 Par exemple Franck Rondot, « Qu’est-ce qu’un webdocumentaire ? », relayé par Web-documentaire.org, 11/03/2013 :

https://www.web-documentaire.org/articles/220-qu-est-ce-qu-un-webdocumentaire.html

7 Sophie Beauparlant, « Dieu n’a pas inventé le webdocumentaire » in « L’ontologie du numérique », dossier coordonnée par Servanne Monjour, Matteo Treleani et Marcello Vitali-Rosati, Sens public.org, 15 décembre 2017 :

http://sens-public.org/articles/1276/?msclkid=793df181c64411ecbc95129b55e52853

dans la continuité de l’étude d’André Gaudreault et Philippe Marion , « Dieu est l’auteur des documentaires…. », Cinémas, 4 (2), hiver 1994, pp. 11–26 : https://www.erudit.org/fr/revues/cine/1994-v4-n2-cine1501965/1001020ar/

8 Voir également la réflexion de Marie-Anne Chabin, « Peut-on parler de diplomatique numérique ? » :https://www.marieannechabin.fr/diplomatique-numerique/(article publié dans Valentine Frey et Matteo Treleani [dir.], Vers un nouvel archiviste numérique, Paris, L’Harmattan, 2013.

9 Cf notamment Sophie Gébeil, La fabrique numérique des mémoires de l’immigration maghrébine sur le web français (1999-2014), thèse de Doctorat en Histoire et humanités, sous la dir. de Maryline Crivello, soutenue le 12/12/2015 à Aix-Marseille, dans le cadre de l’Ecole Doctorale Espaces, Cultures, Sociétés (Aix-en-Provence).

10 Morgane Molé, Le webdocumentaire, une nouvelle forme d'écriture documentaire ? mémoire de Master II Pro Conseil éditorial et gestion des connaissances numériques, soutenu à Paris-IV Sorbonne 2009/2010 : https://fr.slideshare.net/morgane87/mmoire-professionnel-quotle-web-documentaire-une-nouvelle-forme-dcriture-documentaire-quot-6117518

Cécilia Bry, Le web documentaire en France, un genre en voie d’institutionnalisation ? », mémoire de Master II Pro Arts du spectacle et médias, parcours communication audiovisuelle, soutenu à l’Université de Toulouse - Jean Jaurès, juin 2014 : https://issuu.com/cecilia258/docs/memoire_ok_cecilia_bry/7

11 Elisa Planes, Gabriel Menlendez, Nathalie Assouline, Eric Arnaud et Rémi Gomis (sous la dir. de Virginie Terrasse et Wilfried Estève), What’s up webdoc ?, Université Paul Valéry - Montpellier III, 2013 : http://apps.rue89.com/whats/

12 Ces vidéos (dont le contenu semblait avoir été chapitré), insérées au sein des pages de profil de chaque « protagoniste » et initialement publiées sur la plate-forme Youtube, ne sont actuellement plus consultables via l’interface du webdoc.

13 Xavier Eutrope, « « Gaza Sderot », un webdoc sauvé de l’oubli », La revue des médias, MAJ 28/06/2021 :

https://larevuedesmedias.ina.fr/gaza-sderot-conservation-webdocumentaire-memoire-internet-flash

14 Claude Mussou, « Et le web devint archive », Le Temps des médias, 2012/2, n°19 :

https://www.cairn.info/revue-le-temps-des-medias-2012-2-page-259.htm

15 https://docubase.mit.edu/

16 Le webdocumentaire : une création interactive et transmédia, libguide mis en ligne par la BNF :

https://bnf.libguides.com/webdocumentaires

17 Par ex. : https://www.web-documentaire.org/

18 Nicolas Bole, « L’actu du webdocu et des narrations web #9 », Le blog documentaire, 22/01/2012 :

http://leblogdocumentaire.fr/lactu-du-webdocu-9-brother-soldiergoa-hippy-tribe/

19 Rémy Besson, « Une (plate)forme entre les médias », in Bonnard, Paci, 2022.

20 Principe notamment appliqué par l’équipe du Web Design Museum pour l’archivage de sites répertoriés dans sa catégorie « Flash websites » : https://www.webdesignmuseum.org/flash-websites

21 https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000179529_fre#:~:text=Il%20s'ensuit%20que%20l,contre%20toute%20forme%20d'intrusion

22 Elodie Bertrand, « L’archivage des webdocs à la BNF », entretien avec Régine Leturque, Elodie Bertrand et Jean-Philippe Humblot par Nicolas Bole, sept.2013 (Mal, Bole, Paris, 2014, pp. 581-588).

23 https://multimedia-ext.bnf.fr/pdf/charte_doc_integrale.pdf

24 Sophie Derrot. L’archivage des éphémères sur le web : les paradoxes d’une mission patrimoniale. Les éphémères, un patrimoine à construire, Cergy Pontoise, Fondation des Sciences du Patrimoine, 2014 :

https://hal-bnf.archives-ouvertes.fr/hal-01270147/document

25 https://www.canada.ca/fr/office-national-film/nouvelles/2018/12/loffice-national-du-film-du-canada-et-rhizome-collaborent-en-vue-delargir-les-capacites-techniques-et-limpact-de-webrecorder-lensemble-doutils-logi.html

26 François Bon, « Le webdoc, histoire trop tôt finie », Le Tiers livre, 31/08/2015 :

https://www.tierslivre.net/spip/spip.php?article4228

27 Axelle Brodiez-Dolino, Émilien Ruiz, « Les écritures alternatives : faire de l’histoire « hors les murs » ? », Le Mouvement Social, 2019/4 (n° 269-270), p. 5-45 : https://www.cairn.info/revue-le-mouvement-social1-2019-4-page-5.htm

28 Par ex. Bonnot, Lamassé, Paris, 2019, ou encore Bachimont, Nanterre, 2018 :

29 Par ex. la plate-forme HAL-SHS, créée en 2005 : https://www.ccsd.cnrs.fr/archives-ouvertes/

30 https://view.genial.ly/616182b3e934470dca79f72b/presentation-le-projet-safe-sciences-arts-feminicide

31 Podcast Paroles d’histoire, ep. 206 « L’Histoire autrement #5. Un webdoc historique avec Isabelle-Heullant-Donat et Olivier Lambert », 05/072021 :

http://parolesdhistoire.fr/index.php/2021/07/05/206-lhistoire-autrement-5-un-webdoc-historique-avec-isabelle-heullant-donat-et-olivier-lambert/

32 https://www.cnrs.fr/fr/le-cloitre-et-la-prison-un-webdocumentaire-sur-les-espaces-de-lenfermement

33 http://inouiwebdoc.fr/

34 https://tombeau-cathedrale-tours.univ-tours.fr/

35 https://www.huma-num.fr/quest-ce-que-la-tgir-huma-num/

36 Voir notamment la plate-forme Savoirs, élaborée sur la base du projet collectif « Lieux de savoirs » dirigé par Christian Jacob : https://savoirs.app/fr

ou le l’Encyclopédie d’histoire numérique de l’Europe (EHNE) : https://ehne.fr/fr

37 https://modoap.huma-num.fr/

38 https://dhlab.yale.edu/projects/pixplot/

Voir notamment la réalisation effectuée à partir du Fonds d’archives Elie Kagan conservé par La Contemporaine :

https://modoap.huma-num.fr/Kagan_Contemporaine/index.php

39 https://documentation.huma-num.fr/nakala/

40 Romain Bertrand, Patrick Boucheron, débat animé par Nadège Ragaru « Histoire connectée : une histoire au long cours », Sciences Po, 2012 : https://www.sciencespo.fr/ceri/fr/content/histoire-connectee-une-histoire-au-long-cours

41 Christian Jacob, in podcast Rétroviseur, « Plongée dans la bibliothèque d'Alexandrie, avec Christian Jacob », 05/04/2022 : https://entre-temps.net/alexandrie-un-lieu-de-savoir-avec-christian-jacob/

42 Ex de la série de podcasts La recherche à l’œuvre mis en ligne par l’Institut national d’histoire de l’art (INHA)

https://www.inha.fr/fr/ressources/audio-video-2/podcast-de-l-inha.html

ou encore Paroles d’histoire : http://parolesdhistoire.fr/ et Rétroviseur : https://entre-temps.net/rubrique/retroviseur/

43 Boris Pétric, « Le transmédia : une nouvelle opportunité d’articuler son, image et texte », Carnet de recherche en ligne du REAS Réseau des écritures alternatives en sciences sociales, 24/06/2019 : https://gdrecritures.hypotheses.org/1361

44 Romain Bertrand, Patrick Boucheron et Nadège Ragaru, op. cit.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : capture d’écran de What’s up webdoc ?, page donnant accès aux profils des « protagonistes »
Légende http://apps.rue89.com/​whats/​protag.html
Crédits Université Paul Valéry - Montpellier III - Studio Hans Lucas, 2013
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/5786/img-1.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Figure 2 : capture d’écran de What’s up webdoc ?, page permettant la consultation des entretiens
Légende http://apps.rue89.com/​whats/​6p_webdoc.html
Crédits Université Paul Valéry - Montpellier III - Studio Hans Lucas, 2013
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/5786/img-2.png
Fichier image/png, 604k
Titre Figure 3 : capture d’écran du message s’affichant sur la page d’accueil du webdoc Gaza/Sderot
Légende http://gaza-sderot.arte.tv/​flash/​#fr/​
Crédits Upian - Arte.tv
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/5786/img-3.png
Fichier image/png, 293k
Titre Figure 4 : capture d’écran de la liste de références proposées par la page consacrée au webdocumentaire sur le libguide mis en ligne par la BNF
Légende https://bnf.libguides.com/​webdocumentaires
Crédits Nicolas Lopez, Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/5786/img-4.png
Fichier image/png, 143k
Titre Figure 5 : capture d’écran de l’ interface de What’s up webdoc ?, rubrique « Des mots pour le dire », liste des termes liés au concept de webdocumentaire retenus pour l’élaboration du projet
Légende http://apps.rue89.com/​whats/​Des_mots.html
Crédits Université Paul Valéry - Montpellier III - Studio Hans Lucas, 2013
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/5786/img-5.png
Fichier image/png, 640k
Titre Figure 6 : capture d’écran de la rubrique « webdocuthèque » de What’s up webdoc ?
Légende http://apps.rue89.com/​whats/​webdocutheque.html
Crédits Université Paul Valéry - Montpellier III - Studio Hans Lucas, 2013
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/5786/img-6.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Figure 7 : capture d’écran montrant une absence d’actualisation de la page initialement consacrée au genre du webdoc sur le site Arte.tv
Légende https://www.arte.tv/​sites/​fr/​webdocs
Crédits ARTE G.E.I.E
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/5786/img-7.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 8 : capture d’écran, mentions de projets de patrimonialisation en cours auprès de la BNF pour le webdocs Voyage au bout du charbon
Légende http://www.samuel-bollendorff.com/​fr/​voyage-au-bout-du-charbon/​
Crédits Honkytonk
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/5786/img-8.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 9 : capture d’écran, mentions de projets de patrimonialisation en cours auprès de la BNF pour le webdoc Alfred Binet
Légende https://binet.hypotheses.org/​590
Crédits Société Binet-Simon - Hypotheses.org - Open Edition
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/5786/img-9.png
Fichier image/png, 233k
Titre Figure 10 : capture d’écran du message informant que le webdoc Out my window (Katerina Cizek, 2010) « l’un des premiers documentaires interactifs à 360° au monde » n’est plus consultable sur le site internet de l’ONF
Légende https://www.onf.ca/​interactif/​highrise_out_my_window_fr/​
Crédits Office national du film du Canada
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/5786/img-10.png
Fichier image/png, 536k
Titre Figure 11 : capture d’écran, présentation d’une sélection d’utilisateurs académiques de l’outil Genial.ly sur le site internet de l’application
Légende https://genial.ly/​fr/​pour-universite/​
Crédits Genially
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/5786/img-11.png
Fichier image/png, 279k
Titre Figure 12 : capture d’écran de la page de crédits du projet Sciences Arts Féminicides (SAfé)30
Légende https://view.genial.ly/​616182b3e934470dca79f72b/​presentation-le-projet-safe-sciences-arts-feminicide
Crédits Aartemis - Genially
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/5786/img-12.png
Fichier image/png, 288k
Titre Figure 13 : capture d’écran de la mention des enjeux de pérennisation sur la page « le projet » du webdoc Inoui. Musiques du monde de Nanterre
Légende http://inouiwebdoc.fr/​pages/​projet.html
Crédits CAP Films et Université Paris Nanterre
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/5786/img-13.png
Fichier image/png, 315k
Titre Figure 14 : capture d’écran de la liste des partenaires du projet Le tombeau des enfants de Charles VIII et d’Anne de Bretagne
Légende https://tombeau-cathedrale-tours.univ-tours.fr/​
Crédits Université de Tours - CESR
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/5786/img-14.png
Fichier image/png, 886k
Titre Figure 15 : capture d’écran, page « A propos » du « récit visuel » Vercors, printemps 44 : les maquisards du C 6
Légende https://bibnum.campus-condorcet.fr/​s/​vercors-printemps-44/​page/​a-propos
Crédits Campus Condorcet Paris-Aubervilliers
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/5786/img-15.png
Fichier image/png, 221k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fanny Lautissier, « Le webdoc, laboratoire d’une historiographie connectée »Conserveries mémorielles [En ligne], #26 | 2024, mis en ligne le 27 février 2024, consulté le 30 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/cm/5786

Haut de page

Auteur

Fanny Lautissier

Fanny Lautissier a suivi une formation en histoire contemporaine et en archivistique à l’Université de Bourgogne, avant de s’orienter vers un cursus complémentaire de recherche en histoire visuelle à l’EHESS, où elle a soutenu un mémoire de Master 2 intitulé « Les archives photographiques face aux enjeux de la transition numérique » (dir. André Gunthert, 2009). Ses derniers travaux ont été axés sur la mise en récit et en images de l’expérience et des traumatismes de guerre. Elle étudie plus généralement les rapports entre documentaire et fiction, les différentes formes de figuration de l’histoire, ainsi que les modalités de patrimonialisation des ressources visuelles. Elle est actuellement archiviste chargée des fonds photographiques contemporains à la Bibliothèque Kandinsky (Centre Pompidou, Paris).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search