Navigation – Plan du site

AccueilNuméros#26Regards sur les archives mineuresTerritoires de la mémoire en deux...

Regards sur les archives mineures

Territoires de la mémoire en deux webdocumentaires : EntreVilas et Híbridos

Julia Salles, Daniela Zanetti et Tatiana Levin

Résumés

À partir du concept de « territorialisation » (Deleuze & Guattari, 1980), nous analysons deux webdocumentaires brésiliens (Híbridos, 2018, de Priscilla Telmon et Vincent Moon, et EntreVilas, 2018, de Márcia Mansur et Marina Tomé) qui ont comme point de départ une démarche de recherche historique (afin d'observer différentes stratégies d'articulation des mémoires collectives avec les territoires, qu'il s'agisse des rituels et des rythmes du Brésil (Híbridos), ou des quartiers ouvriers de Sao Paulo (EntreVilas). Considérant la perspective processuelle de la territorialisation, nous analysons les webdocumentaires brésiliens mentionnés comme vecteurs de construction et d'écriture de la mémoire sur les territoires.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 En janvier 2021, Adobe recommande à tous les utilisateurs du programme Flash de désinstaller le pro (...)
  • 2 Il est à noter que dans son mémoire pour l’habilitation à diriger des recherches Rousso utilise cet (...)
  • 3 HYPERLINK "about:blank" https://hibridos.cc, consulté le 14 octobre 2022.
  • 4 HYPERLINK "about:blank" \t "_blank" http://www.entrevilasdoc.com.br,

1Le webdocumentaire, ou documentaire interactif (i-doc), est un format médiatique natif du numérique qui contribue, depuis les années 2000, à élargir la pratique du documentaire audiovisuel, notamment grâce à l’agencement interactif d’images, vidéos, textes, base de données et autres types de média. Il s’agit d’un format utilisé amplement dans les dernières années comme outil de mobilisation des connaissances, souvent pour communiquer des résultats de recherche, en particulier dans les sciences sociales (Alexandre, 2020; Casella, 2018). D’une part, les possibilités narratives interactives et la nature multimédiatique du webdocumentaire permettent la récupération, la réorganisation et la diffusion de documents et contenus historiques de divers formats, faisant du webdocumentaire un vecteur de mémoire. Par ailleurs, le format numérique donne au webdocumentaire un caractère éphémère, peu propice à un archivage pérenne. La fin du plugin Adobe Flash Player fournit un bon exemple1. La question de la pérennité et de la permanence des contenus dans les fichiers numériques et la relation entre mémoire, archive et supports numériques font l'objet de réflexions depuis les débuts de la popularisation d'Internet (Lee et al., 2002). Pour aborder cette apparente contradiction dans le webdocumentaire entre son action en tant que vecteur de mémoire et son aspect éphémère, nous proposons une approche non dualiste et processuelle qui décrit le webdocumentaire en tant qu’agencement de territorialité symbolique. Afin de réfléchir à la façon dont ces nouveaux récits audiovisuels diffusés sur le Web peuvent créer et recréer des territorialités symboliques - fonctionnant toujours comme des dispositifs de mémoire et d'archivage -, nous proposons l'analyse de deux webdocumentaires brésiliens qui ont pour point de départ une démarche de recherche socio-historique : Híbridos (2018), de Priscilla Telmon et Vincent Moon, et EntreVilas (2018), de Márcia Mansur et Marina Tomé. Nous analysons les différentes stratégies de médiation utilisées dans ces deux webdocumentaires que nous considérons comme des vecteurs de mémoire, soit « un producteur et un diffuseur de représentations sociales du passé » (Rousso, 2000 : 902) dans le but d’envisager différents types d’articulations entre les notions de mémoire partagée par les membres des communautés concernées et les territoires, entendus ici dans une perspective processuelle et symbolique. Cela passe par l’étude de formes audiovisuelles et numériques telles qu’une cartographie des rituels traditionnels et de leurs rythmes (Híbridos3), ou des témoignages filmés portant sur la vie quotidienne dans les quartiers ouvriers d'un grand centre urbain comme São Paulo (EntreVilas4).

  • 5 Disponible sur HYPERLINK "about:blank" https://hibridos.cc/fr/a-propos/vision/, consulté le 14 octo (...)

2Híbridos est un projet multiplateforme qui aborde la diversité des rituels et des rythmes musicaux brésiliens. Le projet a démarré par une étude de terrain menée par les réalisateurs pendant cinq ans. Tel que décrit dans la présentation de l'œuvre, « Ce qui devait être un film sur quelques rituels au Brésil a évolué vers l’exploration des différentes formes de cinéma contemporain à l'ère numérique, parallèlement à une collection de plus de 100 films sur les rituels spirituels du plus grand pays d’Amérique du Sud »5. Le webdocumentaire est composé d’un agencement de textes, de vidéos et de photographies. Des contenus dans d’autres formats accompagnent le webdocumentaire, comme un long-métrage, des performances, des installations immersives, une collection d'albums musicaux, entre autres. Au regard de l’agencement proposé par Híbridos, le concept de territorialisation ouvre une nouvelle voie de compréhension car il permet l’analyse des expressions territoriales processuelles (physique, virtuelle et symbolique), à partir des mémoires collectives organisées dans le webdocumentaire. Les différentes formes d’« entrée » dans le webdoc pointent également vers une multiplicité d'articulations entre territoires physiques et symboliques.

3EntreVilas propose une plongée dans l'histoire des quartiers ouvriers de la ville de São Paulo au Brésil. Recréant un quartier ouvrier imaginaire, le webdocumentaire articule une variété de formats de contenu documentaire : des entrevues, des documents historiques, des photos et des vidéos. Un documentaire linéaire a également été réalisé à partir de la recherche historique. Le parcours imaginaire à travers les quartiers ouvriers de São Paulo proposé par le webdocumentaire met en lumière une partie de la mémoire des personnes vivant dans ces territoires. Comme Híbridos, EntreVilas permet de comprendre comment le processus de reconstruction des mémoires collectives autour de différents enjeux historiques peut renvoyer à des processus de territorialisation. Dans notre analyse, nous discutons des formes d'expression des processus de territorialisation que l'on retrouve dans les deux récits numériques interactifs, et nous voyons comment ces expressions agissent comme vecteurs d'occupation et de construction de territoires en s’appuyant sur l’agencement de mémoires collectives. Ce sont les relations des personnes avec les espaces, avec les autres personnes qui habitent le territoire et avec l'univers symbolique partagé qui contribuent à construire une mémoire commune organisée et mise en récit sous forme de webdocumentaire. Celui-ci peut d’ailleurs rassembler des contenus originaux tels que des entretiens filmés ou des documents et des archives préexistantes.

4Dans un premier temps, nous abordons les concepts de territorialité et de territorialisation comme des processus qui représentent les stratégies d'appropriation et de construction des espaces, organisant et donnant un nouveau sens aux territoires, notamment dans leur dimension symbolique. À partir des concepts de territorialité (Haesbaert, 2011) et de territorialisation (Deleuze & Guattari, 1980), nous allons élaborer la notion de territoire dans une perspective processuelle et dans sa dimension symbolique. Une réflexion sur les temporalités est également nécessaire afin de comprendre les articulations entre histoire et mémoire, notamment dans le cadre des médiations numériques. Ensuite, nous allons mobiliser les concepts étudiés pour analyser les deux webdocumentaires Híbridos et EntreVilas afin de comprendre les modalités d'agencement des territoires dans « l'espace-temps vécu ».

Territorialités symboliques et processus de territorialisation

5Pour Gilles Deleuze et Félix Guattari (1980), le territoire se construit dans un geste d’affirmation ou d’organisation lorsqu'un sujet établit un rythme. Dans le texte « De la ritournelle » (Deleuze & Guattari, 1980), les auteurs décrivent des processus d’organisation et d’expression de territoires, auxquels ils attribuent l’image d’une ritournelle. Les auteurs soulèvent trois aspects de la ritournelle, le premier étant le chaos, ou un trop plein de forces désorganisées. Dans ce chaos, une répétition commence à établir un centre, et autour de ce centre, un milieu s’organise (deuxième aspect). Le troisième aspect de la ritournelle est l’ouverture. Des lignes d’erre ou des forces ouvrent le milieu formé dans le deuxième moment :

La ritournelle a les trois aspects, elle les rend simultanés, ou les mélange: tantôt, tantôt, tantôt. Tantôt, le chaos est un immense trou noir, et l’on s’efforce d’y fixer un point fragile comme centre. Tantôt l’on organise autour du point une « allure » (plutôt qu’une forme) calme et stable: le trou est devenu un chez-soi. Tantôt on greffe une échappée sur cette allure, hors du trou noir. (Deleuze & Guattari, 1980, p. 383)

6Ces trois moments de la ritournelle décrivent ce que Deleuze et Guattari nomment la territorialisation. L’acte d’organiser un rythme, telle qu’une ritournelle, est un agencement territorial: « [i]l y a territoire dès qu’il y a expressivité de rythme. C’est l’émergence de matières d’expression (qualités) qui va définir le territoire » (Deleuze & Guattari, 1980, p. 387). Les ritournelles opèrent ensemble de sorte à créer une organisation collective émergente, un territoire. Le territoire devient ainsi un ensemble de processus expressifs qui organisent des milieux et des rythmes. Cela nous importe dans le contexte de cet article puisque nous proposons de discuter deux œuvres qui portent sur des questions liées à des territoires précis, et qui expriment elles-mêmes des territoires immatériels. Or, si le territoire ne préexiste pas à son expression, le geste des créateurs des webdocumentaires, au moment où ils organisent leurs récits, est un générateur de territoire. En ce sens, il s’agit dans cet article d’identifier et discuter les conditions proposées pour faire émerger des expressions du territoire, ou des formes de “territorialisation”, par le biais de récits audiovisuels construits à partir de l’agencement des souvenirs des personnes concernées.

7Il faut noter cependant que les processus de territorialisation sont impliqués dans une multitude d’autres processus de reterritorialisation et déterritorialisation. La territorialisation ne s’affirme jamais dans le vide, mais sur la base des processus qui la précèdent, et dans ce sens elle est en partie aussi reterritorialisation. Par ailleurs, la territorialisation ouvre toujours des lignes d'erre, souvent imprévues, vers l’extériorité du territoire, la déterritorialisation. Il est important de souligner que la déterritorialisation, dans cette analyse, ne renvoie pas proprement aux conséquences des processus migratoires ou des déplacements forcés dans des territoires physiques, par exemple, puisque les thèmes et événements traités dans les deux webdocumentaires étudiés sont au contraire territorialisés, liés à leurs territoires d'origine. Ainsi, penser l’aspect processuel du territoire implique de composer avec ces différents aspects de l’agencement territorial. La composition complexe, temporelle et processuelle dont il est question dans la territorialisation est remarquée également par des auteurs contemporains tels que Brian Massumi (2011), Erin Manning (2016; 2014) et Nigel Thrift (2008). Ce dernier, dans son livre « Non-Representational Theory: Space, Politics, Affect » (2008), affirme le principe suivant pour les theories de l’espace : « Time and process are increasingly seen as crucial to explanation because they offer a direct challenge to fixed categories which, in a previous phase of social and cultural theory, still survived though complicated by the idea that one considered their workings in more detail. » (Thrift, 2008, p. 174) Or, selon Thrift, pour comprendre le territoire, il ne s’agit pas de tenter de trouver des structures ou des catégories figées, mais plutôt d’identifier les processus d’agencement et d’organisation de rythmes à partir d’un ensemble chaotique, ainsi que les lignes d’erre.

8Par ailleurs, comme le souligne Rogerio Haesbaert, les concepts de territoire et de territorialité concernent aussi la spatialité humaine et doivent alors intégrer des dimensions politiques, culturelles et économiques. Dans une approche culturelle, les dimensions symboliques et subjectives sont privilégiées : « [l]e territoire est vu, avant tout, comme le produit de l'appropriation/valorisation symbolique d'un groupe par rapport à son espace vécu » (Haesbaert, 2004, p. 40). La territorialité est le concept utilisé pour souligner « le caractère symbolique, même s'il n'est pas l'élément dominant et qu’il n’épuise pas non plus les caractéristiques du territoire » (Haesbaert, 2004, pages 73-74). Or, si la territorialisation permet d’inscrire le territoire dans une perspective processuelle, la territorialité permet à son tour d’aborder les questions symboliques-culturelles. Face aux frontières et aux limites du territoire, les démarcations représentent aussi des formes de communication qui informent sur ce qui est dedans ou dehors, inclus ou exclu, ce qui peut ou non entrer et sortir, instaurant différentes formes d'occupation des espaces, d'appropriation ou de domination, mais aussi façons de parler de ces pratiques et de les démontrer. Pour Raffestin (1993), l'information est l'un des atouts du pouvoir. « La communication se nourrit de la circulation : le territoire concret se transforme en information et devient un territoire abstrait et représenté, c'est-à-dire qu'il laisse voir tous les phénomènes particuliers et confus et cache l'essentiel qui s'organise » (Raffestin, 1993, p. 203). Nous nous intéressons à mobiliser ces concepts dans leur dimension territoriale, et aussi symbolique et immatérielle, dans la mesure où les médias fonctionnent aussi comme des marqueurs temporels et spatiaux, établissant des réseaux informationnels et favorisant des expériences d’agencement de mémoires collectives, d’archives, de documents multimédia.

Temps, histoire, mémoire

9Dans la territorialisation, de nouvelles mémoires collectives se constituent également. Cela indique que la perspective processuelle peut aussi contribuer à la compréhension du concept de mémoire collective et sociale. Comme constatent Tardy et Dobedei (2015) dans un ouvrage qui établit un dialogue franco-brésilien autour de la mémoire sociale et de la patrimonialisation, « La mémoire sociale n’est pas abordée comme un simple fait social mais comme un processus qui s’analyse à partir du rapport de la société au temps, à l’espace, au langage, à la création. » (Tardy & Dodebei, 2015, p. 1) Ainsi, nous appréhendons le binôme espace-temps comme un vecteur important pour penser les processus de territorialisation.

10Selon Haesbaert (2004), l'espace-temps contribue à appréhender la notion de territoire tant dans son caractère absolu ou relationnel – intégrant ou non des dynamiques temporelles – qu'au sens de son histoire et de sa géographie. Les transformations de la mémoire au cours de l'histoire sont aussi discutées par Jacques Le Goff (1988), et il souligne que l'ordinateur peut apporter une nouvelle périodisation dans la mémoire historique. Les développements de la cybernétique, ainsi que de la biologie, ont donné de nouveaux contours à la notion de mémoire. Lorsque la mémoire électronique s’ajoute à ce spectre et, plus tard, la mémoire numérique, les dimensions individuelles et collectives de la mémoire se trouvent fortement affectées. À ce titre, il faut relever que ces deux œuvres proposent des manières de perpétuer les cultures et savoirs populaires de différents territoires à l'aide de supports technologiques numériques et de formats médiatiques contemporains, qui constituent en eux-mêmes des expérimentations narratives interactives. Dans cette perspective, les œuvres analysées sont des exemples de la façon dont l'articulation entre le webdoducmentaire et les territoires peut permettre de recréer de nouvelles mémoires collectives contemporaines.

11Pierre Nora remarque que la notion de mémoire collective a grandement évolué depuis la fin des années 1970, notamment grâce à « un nouveau type de rapport au passé que ne suffit plus à définir le mot traditionnel ‘d’histoire’ » (Nora, 2020, p. 232). Il observe la naissance d’une « mémoire ouvrière » parmi d’autres mémoires de minorités, dans un mouvement d’affirmation : « Cette mémoire était, en fait, leur propre histoire, dont elles réclamaient la reconnaissance et l’intégration à l’histoire générale, à l’histoire officielle » (Nora, 2020, p. 233). Ce mouvement intègre la mémoire au domaine de l’histoire et fait de la mémoire une entreprise collective. José van Dijck (2007) introduit le concept de mémoires médiatisées pour réfléchir aux modèles d'organisation de la mémoire constitués à partir de différents types de matériaux, tels que des bandes vidéo, des photographies, des fichiers multimédias, en format numérique ou non. Au-delà de leurs valeurs personnelles, les collections de mémoires médiatisées soulèvent des questions intéressantes sur l'identité des personnes dans une culture spécifique et à un certain moment de l'histoire. L'auteur nous rappelle que la mémoire est essentielle pour construire un sentiment de continuité entre nous et les autres.

12Citant la psychologue américaine Susan Bluck, Van Dijck affirme que la mémoire aurait trois fonctions : la continuité de soi, la fonction communicative et la fonction directive, considérant la deuxième plus importante, puisqu'elle sert de matériau pour partager des expériences avec d'autres personnes et développer l'intimité et les liens sociaux. La mémoire collective renvoie à notre capacité à construire un réservoir commun d’histoires pertinentes sur notre passé et notre avenir, aussi bien qu’à la tendance humaine à oublier des choses - comme l'amnésie liée à des traumatismes collectifs ou à des épisodes honteux de notre histoire. Pour elle, les médias et la mémoire sont des entités qui s'articulent, mais les médias façonnent invariablement et intrinsèquement nos souvenirs personnels, d’où l’importance du terme « médiation ». Les médias ont été considérés comme des extensions de l'être humain, dans le sens où ils servent de support aux souvenirs, mais de manière paradoxale, comme nous l’avons remarqué dans l’introduction du présent article, ils sont aussi sujets à la corruption des données et l’effacement de la mémoire des personnes concernées. Nous verrons comment la mémoire médiatisée est mobilisée et construite au sein de processus de territorialisation, ceci dans les deux webdocumentaires analysés, Hibridos et EntreVilas.

Webdocs : culture numérique, base de données et interactivité

13Le webdocumentaire est un format audiovisuel numérique qui propose au public des possibilités d’engagement, des options d’interactivité, de diffusion et de catégorisation d’un ensemble de contenus. Le récit est présenté de manière non linéaire à travers une organisation hypertextuelle, souvent en sections d’informations reliées entre elles, parfois de manière participative (lorsque le public contribue à la création du contenu). Les webdocs Híbridos et EntreVilas organisent les contenus et les rendent visibles et compréhensibles dans un récit où sont proposés certains paramètres de sens et indicateurs de temps et d’espace. Du point de vue de leur structure, ces œuvres constituent des bases de données et des archives audiovisuelles et textuelles qui mettent en relation territoire et mémoire sous forme de récits. Les concepts de territoire et mémoire sont ainsi essentiels pour analyser les deux documentaires interactifs, dans la mesure où nous essayons d'identifier les différents processus de territorialisation à partir de l’étude des œuvres. Dans le cas d’Híbridos, les traditions rituelles cartographiées sont, non seulement liées aux lieux où elles se manifestent, mais aussi identifiées selon leurs origines et leurs influences culturelles. EntreVilas est, à son tour, recréé à partir des archives et de l’histoire orale d’un ensemble de quartiers ouvriers de São Paulo, la plus grande et la plus peuplée des métropoles brésiliennes.

Híbridos, une conversation avec la théorie documentaire

  • 6 HYPERLINK "about:blank" https://hibridos.cc/fr/a-propos/vision/, consulté le 14 octobre 2022

14Híbridos : Espíritos do Brasil est décrit, dans la page d’accueil de son site web, comme « Une recherche poétique et cinématographique sur la spiritualité et ses musiques au Brésil »6. Deux options se présentent à l’interacteur dans cette page d’accueil : « le long métrage » ou « la collection ». Dans la première option, le public a accès à la bande-annonce du long métrage, sorti en 2018, des informations générales sur le film, le générique de l’œuvre, la répercussion dans la presse et sa trajectoire dans les festivals. Dans cette section, il est important de souligner la thèse défendue par les cinéastes : le Brésil est l’épicentre de la spiritualité dans le monde contemporain. C’est ce que souhaite démontrer le matériel recueilli et la diversité des manifestations abordées au cours des cinq années de recherche d’Híbridos. L’interface principale de la section « collection » affiche la carte du territoire brésilien délimité par des frontières claires, et met en évidence, grâce à l’usage d’icônes, l’occupation du territoire brésilien par différentes manifestations de croyances et par des rituels de célébration spirituelle. La spiritualité n'est pas régionalement délimitée, elle est répartie dans l’espace sur tout le territoire, et peut se manifester dans plus d’une région géographique du pays (figure 1).

Figure 1 : Interface de Híbridos avec la carte du Brésil et les manifestations accessibles par icône ou région géographique

Figure 1 : Interface de Híbridos avec la carte du Brésil et les manifestations accessibles par icône ou région géographique

Híbridos, 2018, Capture d’écran

Priscilla Telmon, Vincent Moon, Adrien Goua

15Sur la page d’accueil, on trouve des icônes qui fonctionnent comme des filtres de recherche et des marqueurs territoriaux. Elles sont liées aux éléments physiques et symboliques de chaque rituel cartographié par les chercheurs : Afro, Européen, Indigène, Ville, Montagnes, Forêt, Mer, Chrétiens, Transe, Soins, Procession, Médiums, Plantes. L’interacteur peut cliquer directement sur les symboles pour que les points avec les manifestations apparaissent sur la carte, donnant une idée de la quantité de rituels disponible ou de leur localisation géographique sur le territoire. L’interacteur peut également cliquer à l’intérieur de la carte sur des points précis qui conduiront à des catégories, un même rituel peut ainsi être catégorisé, par exemple, sous « guérison » et « plantes » en même temps (figure 2). Nous constatons que, comme dans la ritournelle de Deleuze et Guattari, Híbridos organise le territoire en fonction des rythmes et des rituels présentés et met en place un processus de territorialisation et de création de nouvelles mémoires collectives.

Figure 2 : Interface de Híbridos avec l’apparence d’un album photographique, mais qui dirige l’accès vers d’autres albuns sonores et documentaires audiovisuels

Figure 2 : Interface de Híbridos avec l’apparence d’un album photographique, mais qui dirige l’accès vers d’autres albuns sonores et documentaires audiovisuels

Híbridos, 2018, Capture d’écran

Priscilla Telmon, Vincent Moon, Adrien Goua

16Híbridos peut être considéré comme un produit transmédia (Jenkins, 2006) du fait qu’il rassemble différents formats médiatiques au sein d’un même univers narratif. On notera en particulier les films publiés sur la plateforme Vimeo, les albums sonores trouvés sur la plateforme Bandcamp et le webdocumentaire. Ce dernier consiste en un agencement multimédia de photos, de vidéos et de liens externes, tous présentés sur une même page de défilement vertical. Le tout est lié ensemble par des textes informatifs qui offrent des informations sur chaque rituel, son espace géographique, son histoire et ses coutumes (figure 3).

Figure 3 : Interface de Híbridos pour le contenu du Peuple Mehinako, composé de différents matériels audiovisuels et textes informatifs

Figure 3 : Interface de Híbridos pour le contenu du Peuple Mehinako, composé de différents matériels audiovisuels et textes informatifs

Híbridos, 2018, Capture d’écran

Priscilla Telmon, Vincent Moon, Adrien Goua

17Dans la plupart des rituels présentés dans le webdoc, on retrouve cinq couches de contenu : une vidéo dédiée à l’expérience du rituel; une autre vidéo qui contient des entretiens avec une figure d’autorité représentant de la communauté concernée; des textes informatifs et des photographies; un album sonore sur la plateforme Bandcamp (figure 4) et des liens externes vers d’autres références et documents, tels que des travaux académiques ou des travaux artistiques d’autres auteurs. La diversité de formats et de récits constatée dans Híbridos l’inscrit dans ce que nous avons nommé précédemment, d’après van Dijck (2007), la mémoire médiatisée, dans le sens où le webdocumentaire propose un agencement de différents fragments médiatiques pour construire et organiser des vecteurs de mémoire.

Figure 4 : Album disponible dans la plateforme Bandcamp avec différents morceaux d’audio enregistrés lors des rituels du Peuple Mehinako

Figure 4 : Album disponible dans la plateforme Bandcamp avec différents morceaux d’audio enregistrés lors des rituels du Peuple Mehinako

Híbridos, ME•HI•NA•KO, 2017

Vincent Moon / Petites Planètes

18Dans les enregistrements audiovisuels qui composent la mosaïque de matériaux multimédias disponibles dans les différentes interfaces du projet, on observe une intention de placer l’interacteur au sein d’un rituel. L’interacteur accompagnera les préparations et les expériences des rituels à travers des danses, des chants, des prières, des cérémonies de transcendance spirituelle, comme s’il s’agissait d’activer la perception sensorielle du public. Les vidéos de Híbridos n’ont pas de commentaire en voix off, ce qui évite une certaine imposition d’organisation rhétorique à propos de la réalité montrée dans les vidéos. Dans les entrevues, les témoignages sont parfois dirigés vers la caméra, et il n’y a aucune manifestation de jugement ni aucun moyen de qualifier les aspects religieux. En ce sens, Híbridos cartographie le terrain, mais ne formule pas une réflexion explicite sur les processus de menace culturelle, les tentatives d’annihiler certains groupes ou religions, comme dans le cas du candomblé ou des populations autochtones, par exemple.

19Híbridos a été réalisé de manière indépendante à la logique commerciale de production et de distribution, et les cinéastes ont cherché à dépasser les circuits commerciaux et festivaliers pour toucher les acteurs sociaux impliqués dans les rituels (Vincent & Priscilla, 2019). Dans cette volonté de diffuser l’œuvre auprès des personnes impliquées dans les rituels filmés, nous constatons que les réalisateurs considèrent aussi Híbridos comme un matériau pour la construction sur le territoire brésilien d’une mémoire partagée des peuples et des participants à la recherche. Prenons l’exemple de la section du webdocumentaire dédiée au rituel du Peuple Mehinako. Dans cette section, les processus de territorialisation sont mis en évidence par certains éléments touchant aux notions de territoire spatial et identitaire. Un texte explique comment le territoire physique a été officialisé par le gouvernement brésilien, mais le témoignage d’un membre du peuple Mehinako révèle que, pour lui, c’est la langue qui définit le territoire identitaire. Le rituel choisi dans le webdocumentaire présente les étapes d’un enterrement selon un arc temporel. Chaque rituel forme un microcosme, même s’il existe des relations entre certains d’entre eux, et l’expérience du webdocumentaire est celle d’un agencement narratif de différentes parties, composant un territoire symbolique multiforme, qui s’articule également à partir des territorialités physiques et qui délimitent différentes formes d’action dans le temps et l’espace. L’élément symbolique qui relie toutes les parties est la carte, cette frontière, qui façonne le projet et construit un territoire à parcourir par chaque interacteur.

Les voix multiples du quartier ouvrier EntreVilas

  • 7 La coordination du Laboratoire a été réalisé par Estúdio Crua, en collaboration avec Sesc. Disponív (...)

20Le webdocumentaire EntreVilas propose des dispositifs de mémoire construits à partir d’enregistrements d’histoires orales des habitants des quartiers ouvriers de São Paulo, des témoins de l’occupation du territoire urbain liée au processus d’industrialisation de la plus grande ville sudaméricaine. L’une des interfaces du webdocumentaire montre la carte de São Paulo avec des hotspots (des points cliquables) qui indiquent le positionnement des quartiers, accompagnés des textes informatifs sur chacun d’eux, activés par le curseur (figure 5). Cinq quartiers sont répertoriés : Vila Itororó, Vila Economizadora, Vila Maria Zélia, Vila Cerealina, Vila Triângulo. L’œuvre resignifie des archives originellement en format analogique, en les insérant dans un récit numérique interactif. Le processus de création qui a abouti dans le documentaire interactif EntreVilas a été réalisé de façon collective, par un groupe de 14 personnes réunies pendant trois mois dans le cadre d’un laboratoire de documentaire et de cartographies mémorielles autour des quartiers populaires de São Paulo7.

Figure 5 : Interface de EntreVilas avec la carte de la ville de São Paulo et les indications des quartiers ouvriers qui ont été composés dans le quartier fictionnel

Figure 5 : Interface de EntreVilas avec la carte de la ville de São Paulo et les indications des quartiers ouvriers qui ont été composés dans le quartier fictionnel

Entre-Vilas, 2018, Capture d’écran

Estúdio Crua / SESC São Paulo

21EntreVilas raconte l’histoire d’un quartier ouvrier imaginaire qui s’étend de Vila Maria Zélia (Zone Est de la ville de São Paulo) à la cimenterie traditionnelle Perus (Zone Nord). Cela se voit dans l’une des interfaces du webdocumentaire qui reproduit le plan de la ville, avec l’indication des différents quartiers réels disséminés dans la ville, et qui sont réunis dans un seul univers symbolique représenté dans EntreVilas (figure 6).

Figure 6 : Interface de EntreVilas avec le quartier imaginaire fictionnel et les différentes zones cliquables

Figure 6 : Interface de EntreVilas avec le quartier imaginaire fictionnel et les différentes zones cliquables

Entre-Vilas, 2018, Capture d’écran

Estúdio Crua / SESC São Paulo

22Ce quartier imaginaire est construit de manière fictionnelle à partir de la fusion d’expériences d’habitants de différents quartiers ouvriers réels, qui ont émergé dans le contexte de l’établissement des premières industries à São Paulo, vers la fin du 19ème siècle jusqu’à la moitié du 20ème siècle. Un quartier ouvrier, dans son contexte original, était lié à une unité industrielle et comprenait différentes activités qui organisaient la vie du travailleur-résident, des écoles et des entrepôts aux services médicaux et aux espaces de loisirs. Le contenu narratif d’EntreVilas est composé de nombreux témoignages et de matériel d’archives, comme des photos et des documents officiels qui réglementent l’utilisation de l’espace (FIGURE 7).

Figure 7 : Photo d’archive des ouvriers qui ont fondé un des quartiers présentés dans EntreVilas

Figure 7 : Photo d’archive des ouvriers qui ont fondé un des quartiers présentés dans EntreVilas

Entre-Vilas, 2018, Capture d’écran

Estúdio Crua / SESC São Paulo

23EntreVilas porte un regard sur ce territoire aujourd’hui menacé par l’altération de sa nature architecturale et par l’anéantissement des ceux qui vivent au-delà des façades, qui habitent réellement ces maisons et qui ont des besoins spécifiques. L’une des questions centrales mises en évidence dans le webdocumentaire est le problème de la conservation de l’espace, en tant que patrimoine historique et culturel, et sa dégradation. Tardy et Dodebei (2015) constatent que la patrimonialisation est souvent un processus complexe : « Ce processus de construction sociale n’est pas sans tension et requiert l’identification des types de discours patrimoniaux et des jeux complexes et dynamiques par lesquels se définit la légitimité des énoncés. Au Brésil, surtout après la promulgation de la Constitution de 1988, de nouveaux sujets de droits collectifs se posent avec des discours singuliers sur la patrimonialisation. » (Tardy & Dodebei, 2015, p. 8) Les tensions évoquées par les auteurs sont aussi constatées dans EntreVilas. L’œuvre parvient à assembler différentes voix et expériences à travers des témoignages qui incarnent l’idée que l’espace géographique en tant que lieu de mémoire va au-delà de ce que l’on voit dans les façades architecturales et autres vestiges physiques, l’espace est aussi lié à l’usage réel et affectif par les communautés impliquées qui l’habitent. En ce sens, passé et présent peuvent être unis dans des reconfigurations de ce même espace.

24Taís Schiavon (2019), dans une analyse d’EntreVilas, aborde la question du classement au patrimoine des quartiers ouvriers de São Paulo, un thème qui traverse le webdocumentaire. L’autrice travaille avec la notion de patrimoine pour comprendre la configuration des différents territoires basée sur la dualité entre ce qui est matériel ou immatériel. Selon elle, le territoire à préserver doit se constituer à partir de ce qui relève de la mémoire et de l’identité, selon les axes qui organisent une certaine culture. Schiavon part d’une analyse du repérage historique du patrimoine industriel formé par les usines et les quartiers d’EntreVilas pour souligner l’importance de réfléchir concrètement à des mesures d’identification et de valorisation de ce territoire en tant que « paysage culturel ». Ainsi, elle réitère l’importance de l’analyse géographique non seulement en termes de construction, mais d’appropriation d’un territoire donné à des fins communautaires, tout au long de l’évolution de la société dans ce milieu, c’est-à-dire au cours de sa reterritorialisation. En ce sens, l’autrice avance que le patrimoine ne représente pas seulement une condition historique qui aide à préserver la mémoire, mais qu’il contemple le dynamisme de la vie sociale et reconnaît le caractère processuel du territoire, pris dans des processus simultanés de re-dé-territorialisation.

L’enjeu est de faire du patrimoine non seulement un synonyme de quelque chose de dégradé ou dépassé, mais aussi quelque chose qui représente le contexte dans lequel il se trouve, à la fois pour son biais l’histoire, ainsi que son contexte actuel, dont les composantes peuvent ou non subir des modifications selon les nouvelles dynamiques dans lesquelles elles s’insèrent. C’est le point fondamental où les aspects matériels et immatériels doivent coexister afin de perpétuer les souvenirs, même dans les cas où la dégradation ou la mauvaise caractérisation démontre le domaine de la propriété classée. (Schiavon, 2019, p. 119, traduction des autrices)

25L’interface principale d’EntreVilas affiche une mosaïque contenant différents points cliquables qui déclenchent l’histoire des personnages (figure 8). Il faut souligner la diversité des habitants qui occupent actuellement ces territoires. Appartenant à de différentes tranches d’âge et avec d’origines diverses, les habitants de ces quartiers ouvriers sont des immigrants arrivés dans la première moitié du 20ème siècle – les premiers habitants des quartiers – ou des habitants qui ont occupé le territoire plus tard, sans lien avec l’activité industrielle à l’origine de l’organisation du quartier. Dans une section de l’interface, par exemple, il est possible de consulter des documents d’archives tels que des journaux, des textes et des photographies, des images de monuments du patrimoine culturel classés. La question posée clairement dans cette section et qui traverse tout l’univers d’EntreVilas est celle du contrôle territorial des habitations par les habitants des différents quartiers ouvriers visités, autrement dit, quelles sont finalement les conditions nécessaires à la territorialisation de ces espaces ?

Discussion

26EntreVilas et Híbridos invitent l’interacteur à parcourir les territoires composés dans les deux œuvres: d’une part, un pays caractérisé par la spiritualité et une relation forte avec les rythmes; de l’autre, un pays urbain, dont les marques des processus d’industrialisation révèlent les modes d’appropriation et de domination territoriale des villes brésiliennes. Dans les deux cas, les mémoires collectives et médiatiques se reconstituent dans les processus de territorialisation et de reterritorialisation symbolique dans l’espace numérique et à partir de la dynamique hypermédia. Face à une grande quantité de matériel disposé dans différentes interfaces et catégorisations, il n’est pas nécessaire de parcourir tout le matériel pour avoir une expérience significative dans les deux œuvres, qui, chacune à sa manière, reterritorialise les images, les expériences et les histoires contenues dans les espaces physiques dont elles sont issues lorsqu’elles les reconstituent dans un territoire numérique et immatériel. EntreVilas propose une cartographie des souvenirs et, en ce sens, revisite et met en récit les mémoires collectives, avec les archives personnelles des habitants des journaux et autres documents officiels pour construire un nouveau territoire imaginaire. Híbridos fait une archéologie des rituels spirituels basée sur un contenu original, mais qui est aussi un vecteur important de préservation de la mémoire. Híbridos montre le Brésil comme un territoire occupé par le sacré et par la pluralité des manifestations religieuses et spirituelles. Or, de nouvelles territorialités symboliques se forgent dans le processus d’élaboration de ces œuvres interactives, dès lors que l’on comprend que les pratiques de production audiovisuelle – en tant que production symbolique – fonctionnent aussi comme des dispositifs capables d’établir des territorialités, voire de les rendre visibles et identifiables, au-delà des frontières concrètes.

Figure 8 : Interface de EntreVilas avec les différents personnages du webdocumentaire. Chaque personnage raconte l’histoire de sa perspective

Figure 8 : Interface de EntreVilas avec les différents personnages du webdocumentaire. Chaque personnage raconte l’histoire de sa perspective

Entre-Vilas, 2018, Capture d’écran

Estúdio Crua / SESC São Paulo

27Dans le cas d’Híbridos, en créant une carte stylisée du Brésil, en y insérant des points indicatifs et en les reliant aux origines des traditions cartographiées (qu’elles soient ibériques, indigènes ou africaines) et, aussi, aux lieux où ces manifestations se produisent habituellement (que ce soit dans la forêt, en montagne ou près de la mer, par exemple), une nouvelle territorialité se configure en fonction des chemins choisis lors de la navigation dans l’œuvre. De même, l’illustration initiale du webdoc EntreVilas nous permet de plonger dans l’univers des villages populaires de São Paulo à partir d’indicateurs territoriaux qui délimitent des espaces de coexistence, de travail et de loisirs (l’usine, l’école, etc.), représentés à partir des témoignages des habitants interrogés, des archives et des documents, c’est-à-dire dans un réseau complexe de mémoires. Ainsi, les manières dont les espaces sont territorialisés par leurs habitants à travers leurs pratiques culturelles et sociales sont réorganisés dans les documentaires interactifs, permettant à l’interacteur de faire l’expérience de ces territoires sur une plateforme numérique. Enfin, nous constatons que la perspective processuelle proposée dans le regard posé sur les deux webdocumentaires, EntreVilas et Híbridos, nous permet de résoudre certaines contradictions apparentes qui ont traversé ce texte. À la manière des enjeux soulevés par la disparition de plusieurs webdocumentaires avec l’arrêt du plugin Adobe Flash, il existe une complexité inhérente au potentiel du format numérique et multimédia de servir d’outil de préservation, d’organisation et de diffusion des mémoires et des archives. Si le webdocumentaire offre de nombreuses possibilités de réorganisation et de diffusion des archives et de documents de différents formats, les risques liés à l’obsolescence de ces mêmes formats numériques ne sont pas négligeables. Or, la perspective processuelle nous permet de comprendre que le webdocumentaire est aussi un agencement de différentes forces de territorialisation, de reterritorialisation et de déterritorialisation.

Haut de page

Bibliographie

Alexandre, K. (2020). Le webdocumentaire : un outil numérique innovant au service de l’enseignement, de la recherche et de la valorisation. 2.

Casella, G. (2018). Remixing the archive. The use of webdoc format as a medium for science communication. Doc On-line(2017SI).

Deleuze, G., & Guattari, F. (1980). De la ritournelle. In Mille plateaux (pp. 382-397). PUF.

Dijck, J. V. (2007). Mediated memories in the digital ages. Stanford University Press.

Haesbaert, R. (2004). Dos múltiplos territórios à multiterritorialidade Porto Alegre.

Haesbaert, R. (2011). O mito da desterritorialização: Do “fim dos territórios” à multiterritorialização. Bertrand Brasil.

Jenkins, H. (2006). Convergence Culture – Where Old and New Media Collide, New York University Press, NY, 2006. New York University Press.

Le Goff, J. (1988). Histoire et mémoire. Gallimard. HYPERLINK "about:blank" http ://catalogue.bnf.fr/ark :/12148/cb361482538

Lee, K. H., Slattery, O., Lu, R., Tang, X., & McCrary, V. (2002). The State of the Art and Practice in Digital Preservation. Journal of Research- National Institute of Standards and Technology, 107(Part 1), 93-106.

Manning, E. (2016). The Minor Gesture. Duke University Press.

Manning, E., & Massumi, B. (2014). Thought in the Act: Passages in the Ecology of Experience. University Of Minnesota Press.

Massumi, B. (2011). Semblance and Event. The MIT Press.

Nora, P. (2020). L’avènement de la mémoire. Le Débat, 210, 232-234. https://doi.org/10.3917/deba.210.0232

Rafestin, C. (1993). Por uma geografia do poder. Ática.

Rousso, H. (1987). Le syndrome de Vichy, Seuil.

Rousso, H. (2000). Histoire et mémoire des années noires. Institut d’études politiques de Paris - Sciences Po.

Schiavon, T. (2019). EntreVilas. Um traçado imaginário pelas vilas operárias de São Paulo. Arq.Urb, 24, 94-125.

Tardy, C., & Dodebei, V. (2015). Introduction. In C. Tardy & V. Dodebei (Eds.), Mémoire et nouveaux patrimoines. OpenEdition Press. https://doi.org/10.4000/books.oep.441

Thrift, Nigel. (2008). Non-Representational Theory: Space, Politics, Affect. London: Routledge.

Vincent, M., & Priscilla, T. (2019). Spirituality and the Creation of Reality: Poetry in collective rituals. Sur: International Journal on Human Rights, 16(29), 202-223.

Haut de page

Notes

1 En janvier 2021, Adobe recommande à tous les utilisateurs du programme Flash de désinstaller le programme et tous les contenus réalisés en langage Flash sont devenus indisponibles sur le Web. Une multitude de créations numériques, y compris un grand nombre de webdocumentaires, deviennent alors inaccessibles. Annonce officielle de la compagnie Adobe : « Dans la mesure où Adobe ne prend plus en charge Flash Player depuis le 31 décembre 2020 et empêche le contenu Flash de s'exécuter dans Flash Player depuis le 12 janvier 2021, nous recommandons vivement à tous les utilisateurs de désinstaller Flash Player au plus tôt afin de sécuriser leurs systèmes. ». Disponible sur HYPERLINK "https://www.adobe.com/ca_fr/products/flashplayer/end-of-life.html" https://www.adobe.com/ca_fr/products/flashplayer/end-of-life.html. Consulté le 14 octobre 2022

2 Il est à noter que dans son mémoire pour l’habilitation à diriger des recherches Rousso utilise cette expression à propos de l’instance judiciaire. Le chercheur a aussi utilisé cette expression à propos du cinéma (1987).

3 HYPERLINK "about:blank" https://hibridos.cc, consulté le 14 octobre 2022.

4 HYPERLINK "about:blank" \t "_blank" http://www.entrevilasdoc.com.br,

5 Disponible sur HYPERLINK "about:blank" https://hibridos.cc/fr/a-propos/vision/, consulté le 14 octobre 2022.

6 HYPERLINK "about:blank" https://hibridos.cc/fr/a-propos/vision/, consulté le 14 octobre 2022

7 La coordination du Laboratoire a été réalisé par Estúdio Crua, en collaboration avec Sesc. Disponível em:

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Interface de Híbridos avec la carte du Brésil et les manifestations accessibles par icône ou région géographique
Légende Híbridos, 2018, Capture d’écran
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/5812/img-1.png
Fichier image/png, 561k
Titre Figure 2 : Interface de Híbridos avec l’apparence d’un album photographique, mais qui dirige l’accès vers d’autres albuns sonores et documentaires audiovisuels
Légende Híbridos, 2018, Capture d’écran
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/5812/img-2.png
Fichier image/png, 977k
Titre Figure 3 : Interface de Híbridos pour le contenu du Peuple Mehinako, composé de différents matériels audiovisuels et textes informatifs
Légende Híbridos, 2018, Capture d’écran
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/5812/img-3.png
Fichier image/png, 627k
Titre Figure 4 : Album disponible dans la plateforme Bandcamp avec différents morceaux d’audio enregistrés lors des rituels du Peuple Mehinako
Légende Híbridos, ME•HI•NA•KO, 2017
Crédits Vincent Moon / Petites Planètes
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/5812/img-4.png
Fichier image/png, 286k
Titre Figure 5 : Interface de EntreVilas avec la carte de la ville de São Paulo et les indications des quartiers ouvriers qui ont été composés dans le quartier fictionnel
Légende Entre-Vilas, 2018, Capture d’écran
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/5812/img-5.png
Fichier image/png, 529k
Titre Figure 6 : Interface de EntreVilas avec le quartier imaginaire fictionnel et les différentes zones cliquables
Légende Entre-Vilas, 2018, Capture d’écran
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/5812/img-6.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Figure 7 : Photo d’archive des ouvriers qui ont fondé un des quartiers présentés dans EntreVilas
Légende Entre-Vilas, 2018, Capture d’écran
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/5812/img-7.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Figure 8 : Interface de EntreVilas avec les différents personnages du webdocumentaire. Chaque personnage raconte l’histoire de sa perspective
Légende Entre-Vilas, 2018, Capture d’écran
URL http://journals.openedition.org/cm/docannexe/image/5812/img-8.png
Fichier image/png, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julia Salles, Daniela Zanetti et Tatiana Levin, « Territoires de la mémoire en deux webdocumentaires : EntreVilas et Híbridos »Conserveries mémorielles [En ligne], #26 | 2024, mis en ligne le 08 mars 2024, consulté le 20 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/cm/5812

Haut de page

Auteurs

Julia Salles

est conseillère en recherche et chargée de cours à l'Université de Montréal. Elle a un doctorat en communication du programme conjoint de l’Université du Québec à Montréal, Université de Montréal et Concordia University

Julia Salles is a research associate and lecturer at Université de Montréal. She holds a doctorate in communication studies from the Université du Québec à Montréal, Université de Montréal and Concordia University joint program.

Daniela Zanetti

est professeure associée au Département de communication sociale de l'Université Fédérale d'Espírito Santo (UFES). Elle est titulaire d'un doctorat en communication et culture contemporaine et coordonne le groupe de recherche Culture et technologies audiovisuelles (CAT/UFES).

Daniela Zanetti is an associate professor in the Social Communication department at the Federal University of Espírito Santo (UFES). She holds a PhD in Contemporary Communication and Culture and coordinates the Audiovisual Culture and Technology research group (CAT/UFES).

Tatiana Levin

est postdoctorante à l'Université Fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ), dans le programme avancé de culture contemporaine (PACC), où elle développe des recherches créatives interactives sur le vieillissement féminin. Elle est titulaire d'un doctorat en communication et culture contemporaines de l'Université fédérale de Bahia (UFBA). Elle s'est spécialisée en réalisation cinématographique à l'Université de New York (NYU).

Tatiana Levin is a postdoctoral student at Federal University of Rio de Janeiro (UFRJ), in the Advanced Contemporary Culture Program (PACC), where she develops interactive creative research on female aging. She has a PhD in Contemporary Communication and Culture from the Federal University of Bahia (UFBA). She specialized in filmmaking at New York University (NYU).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search