Navigation – Plan du site
2. Représentation du passé : les médias télévisuels et cinématographiques

Encodage et décodage des récits historiques. Un cas : la série Le Canada, une histoire populaire

Olivier Côté

Résumés

Fruit de l’investigation du fonds de la division documentaire de la CBC et du fonds Ramsay Cook, cet article étudie la circulation des récits historiques dans la société canadienne à travers l’analyse de la production de la série Le Canada, une histoire populaire (encodage du récit), de la dynamique radio-canadienne entre journalistes et historiens, et du décodage du récit de la série par les téléspectateurs qui ont envoyé des courriels à la CBC. Cette étude montre que, malgré l’articulation de récits minoritaires régionaux, culturels et professionnels, les récits du nation-building canadien et du pluralisme s’imposent à cause de la force persuasive des acteurs sociaux qui les portent et surtout parce qu’ils font davantage consonance avec l’imaginaire social des Canadiens, qu’ils soient producteurs de ce nouveau récit télévisuel ou téléspectateurs.

Haut de page

Texte intégral

1Au cœur de l’étude de l’articulation des représentations historiques, le concept de récit – collectif, minoritaire – reflète la nature dialectique et dialogique des interactions de la mémoire collective, de l’histoire universitaire et de l’histoire publique ou populaire. Le rôle des historiens universitaires, des institutions culturelles et des divers autres sujets sociaux dans la constitution d’une mémoire collective, d’un récit hégémonique se situe au cœur de ce concept. En effet, si les historiens universitaires sont en mesure de se construire une autonomie professionnelle, et ainsi se prémunir contre les pressions externes, il en va tout autrement des autres acteurs sociaux qui modèlent la mémoire collective en fonction d’intérêts particuliers, loin de la démarche historienne dont la prétention est d’en arriver à une histoire qui se rapproche de la vérité du passé et de retracer l’évolution de la mémoire. Il n’empêche qu’entre le champ historien et la mémoire collective existe un rapport de réciprocité. En tant que producteur de sens, le champ historien modèle lui-même la mémoire collective et la mémoire collective alimente nécessairement l’écriture de l’histoire, situant l’historien dans un contexte culturel particulier, d’où l’utilisation du concept englobant de récit.

  • 1  À cet effet, nous emploierons dans le présent texte le terme de « récits historiques » pour qualif (...)

2Selon notre propre définition, le récit collectif constitue une trame narrative cohérente, composée d’événements et de personnages faisant partie d’un même réseau de sens, qui vise à construire l’origine historique et à justifier l’existence de l’ensemble d’une société donnée. Il est souvent hégémonique dans sa diffusion et dans sa conception. Le « récit minoritaire », qui se pose souvent en contre-récit du récit collectif, est souvent moins cohérent et rattache son argumentaire à quelques événements ou figures archétypales historiques qui n’ont aucune relation apparente. Il est rarement hégémonique, puisqu’il est souvent articulé à plus petite échelle par des élites culturelles, régionales ou sociales minoritaires1.

  • 2  Sur les récits de l’Ouest canadien, voir Berton, 1987, Gibbins, 1995 et Friesen, 1984. Sur les réc (...)

3À l’échelle canadienne, la société ne se définit pas à l’aune d’un seul récit collectif, s’éloignant d’une uniformité énonciative de son existence, de son identité. Maints régionalismes, parfois clairement affirmés en références régionales, parfois se résumant à une vision commune des enjeux politiques et sociaux, se sont développés dans la société canadienne. Au Québec, on parle plutôt de la construction d’un nationalisme particulariste ou indépendantiste. On peut identifier, en adéquation, l’émergence de récits collectifs ou minoritaires au Québec, dans l’Ouest canadien, dans les Maritimes, en Colombie-Britannique, à Terre-Neuve et chez des groupements minoritaires (Amérindiens, Acadiens, membres de communautés culturelles)2. Certaines élites québécoises articulent notamment un récit qui se veut collectif et qui cherche à fonder l’existence de la nation québécoise.

4Si certains récits émergent de l’imaginaire collectif de micro-sociétés enclavées, voire marginales, d’autres se réclament le statut de récits collectifs « hégémoniques », représentatifs de la société canadienne dans son ensemble, de son unicité, de sa singularité et de sa pluralité. Deux récits – l’un du nation-building et l’autre pluraliste – possèdent, à notre avis, le statut de récit « hégémonique » au sens que Stuart Hall donne à ce concept :

it […] defines within its terms the mental horizon, the universe of possible meanings of a whole society or culture; and that it carries with it the stamp of legitimacy; it appears coterminous with what is “natural”, “inevitable”, “taken for granted” about the social order [...] It accords the priviliged position to the dominant definition of events, whilst reserving the right to make a more negociated application to ‘local conditions’, to its own more corporate situation (Hall, 1977: 33).

  • 3  Il est à préciser que plusieurs universités emploient « 1850 » comme marqueur de périodisation, la (...)

5Le récit du nation-building, fort d’une diffusion plus que centenaire, a entre autres été relayé par les historiens nationalistes canadiens Arthur Lower (1964) et Frank Underhill (1956). Il insiste sur la marche progressive qui a mené à la création d’un État-nation canadien distinct des États-Unis. Les Minutes du Patrimoine, les publicités de bière (I am Canadian), l’enseignement de l’histoire à l’école, même à l’université où l’offre de cours est structurée selon les périodes « pré » et « post Confédération »3, sont autant de manifestations de la nature hégémonique du récit du nation-building dans la communauté linguistique anglo-canadienne (Stanley, 2000 : 83).

6Ce récit, bonne-ententiste dans son essence, se structure autour de certains événements politicomilitaires fondamentaux qui articulent un passé conciliateur des divergences des deux principaux groupes linguistiques canadiens : la bataille des plaines d’Abraham (1759) est un symbole d’unité liant les éléments français et anglais dans une même nation canadienne (Francis, 1997 : 94-95) ; l’arrivée massive des Loyalistes, persécutés par les révolutionnaires américains, confirme la loyauté canadienne à la couronne d’Angleterre (1775-1783) ; lors de la guerre de 1812, menée par l’héroïque général Brock, les Canadiens repoussent l’invasion américaine et se distinguent ainsi de leurs voisins ; la création de la Confédération (1867), aboutissement logique de l’évolution politique réformiste, entraîne un « consensus » social et politique et cristallise le partenariat Anglais/Français (Berger, 1976 : 155) ; grâce à l’achèvement du chemin de fer transcontinental et malgré les révoltes métisses (1885), le Canada est uni d’un océan à l’autre ; la Première Guerre mondiale (1914-1918), faite d’exploits héroïques canadiens, permet de forger, dans le sang et le sacrifice, une identité et un nationalisme canadiens ; le statut de Westminster crée le Commonwealth et confirme l’indépendance du Canada vis-à-vis de la Grande-Bretagne (1931) ; la Seconde Guerre mondiale montre un Canada fort sur la scène internationale (1939-1945).

7Le récit pluraliste refonde à sa manière le récit du nation-building. Il est tributaire de la politique multiculturelle de l’État canadien et de l’histoire pluraliste des « limited identities » (groupes sociaux, genres, régions, groupes ethnoculturelles) (Cook, 2000 ; Careless, 1969) ; il stipule l’importance cardinale de la tolérance à l’égard des diverses communautés culturelles du Canada, la reconnaissance de leur patrimoine, l’adhésion aux valeurs du pacifisme et de la justice sociale. Dans sa version historiographique, ce récit présente un Canada de moins en moins dualiste, terre d’accueil de nombreux immigrants qui sont, au même titre que les Autochtones, « les bâtisseurs du pays » (Létourneau, 2000 : 93). Séduisant les masses à cause de la rectitude politique ambiante de la société, ce récit s’intègre de manière hégémonique dans l’espace et le discours publics. Dans les manuels scolaires, notamment, le récit présenté est celui de la réconciliation des intérêts divergents des communautés culturelles canadiennes et de leur intégration progressive à la société canadienne (Osborne, 2003 : 598). Plusieurs événements-clés consacrent la fondation narrative d’une société pluraliste canadienne : l’accueil des Loyalistes (1775-1783), aux origines ethniques variées, et l’arrivée de diverses vagues de migrants confirment le caractère précocement multiculturel du Canada ; l’élection du premier ministre canadien Pierre Elliot Trudeau (1968) et l’adoption de la politique du multiculturalisme (1971) ; le rapatriement de la Constitution (1982), qui entérine la création d’une Charte des droits et libertés, réaffirme la souveraineté canadienne et le triomphe des valeurs libérales.

  • 4  La série Le Canada, une histoire populaire couvre l’ensemble de l’histoire canadienne sur 17 épiso (...)
  • 5  La refondation du récit marque « […] le début d’une nouvelle mise en œuvre des aspirations du grou (...)

8Selon notre analyse préliminaire, la série Le Canada, une histoire populaire4, produite conjointement par la CBC et Radio-Canada et dirigée de main de maître par le journaliste Mark Starowicz,fait la synthèse de ces deux récits. En effet, à l’instar des historiens Lyle Dick (2004, 2008) et Patrice Groulx (2001), nous soutenons qu’elle met de l’avant une refondation5 pluraliste du récit du nation-building, voire qu’elle propose un récit collectif qui construit l’origine historique de la communauté linguistique anglo-canadienne, la situe dans le présent, la projette dans l’avenir. Ce faisant, elle échafauderait, à travers des thèmes rassembleurs, des événements et des personnages fondateurs – des mythistoires – (Létourneau, 2006), un univers symbolique « distinctif » (Demers, 2005 : 4).

9L’analyse de la diffusion et de l’institutionnalisation de ces récits à la CBC/Radio-Canada revêt la première importance dans l’appréhension de la production télévisuelle des documentaires et, plus largement, de la circulation dans la société canadienne des discours sur le passé.

  • 6 Nous faisons référence ici aux historiens Arthur Lower, Frank Underhill et Donald Creighton qui ava (...)

10Divers dispositifs de diffusion participent en effet à la circulation des récits historiques. Les manuels scolaires et, dans une moindre mesure, les ouvrages d’histoire populaire et universitaire, sont de significatifs vecteurs de diffusion des récits historiques. Toutefois, leur force communicationnelle est faible comparativement à celle du médium télévisuel : ils ne sont pas dans les faits de véritables médiums de masse. C’est dire que, dans un contexte canadien, les journalistes, qui occupent les postes-clés de la production du documentaire télévisuel (réalisateurs, producteurs, journalistes à la recherche, recherchistes), sont maintenant les gardiens et les diffuseurs d’une version populaire de l’histoire de la « nation », fonction anciennement assumée de manière quasi hégémonique par les historiens anglo-canadiens6.

11Si de nombreux chercheurs se sont intéressés à la structuration identitaire des imaginaires collectifs anglo-canadien (Francis, 1997 ; Dawson, 1998 ; McKay, 1998) et québécois (Beauchemin, 2002 ; Bouchard, 1999 ; Dumont, 1995 ; Létourneau, 2000 ; Thériault, 2002), de même qu’à la question de l’histoire dans les manuels scolaires (Osborne, 2000 ; Forget et Panayotova, 2003 ; Caritey, 1993 ; Couture et Cardin, 1998 ; Létourneau, 1997), peu d’historiens canadiens ont occupé et balisé le terrain de recherche de la représentation du passé à la télévision (Bercuson et Wise, 1994), ces derniers s’attachant le plus souvent à vérifier la véracité des faits. Or, à la différence des historiens canadiens, maints chercheurs étrangers prolifiques (Edgerton et Rollins, 2001 ; Veyrat-Masson, 2000) et quelques chercheurs canadiens en communications (Hodgins, 2003 ; Sloniowski et Nicks, 2002) ont préféré analyser la capacité mythifiante des représentations télévisuelles du passé.

12De la même façon, les études consacrées à la série Le Canada, une histoire populaire n’ont jamais dépassé le stade d’articles intuitifs ou préliminaires. Certains chercheurs ont entrepris le travail de débusquage des schèmes narratifs sous-jacents à la série (Groulx, 2001 ; Dick, 2004 et 2008). D’autres se sont attachés à critiquer, dans une perspective régionaliste, le contenu orienté du récit de la série, son manque d’objectivité historienne (Conrad, 2001 ; Frank, 2003) ; d’autres études encore ont été consacrées aux livres dérivés de la série (Dick, 2004) et à sa forme télévisuelle journalistique (Friesen, 2003 ; Dick, 2008). Par ailleurs, les concepteurs et un historien-conseil de la série ont publié des articles et un livre qui traduisent leur désir d’autojustification et d’autocritique (Allen, 2001 ; Robert, 2003 ; Starowicz, 2003 ; Cardinal, 2005). À cette enseigne, nous ne pouvons considérer ces derniers écrits à titre d’études scientifiques. L’originalité de la présente étude réside donc dans l’analyse du contexte de production de la série, qui est le lieu de lutte du pouvoir interprétatif.

13Mais elle ne se limite pas exclusivement à ce volet. En effet, la pluralité des interprétations historiennes signalent bien la multitude de sens que l’on peut tirer d’un même récit télévisuel. Aussi le chercheur Del Muise et son équipe de collaborateurs de l’Université Carleton ont-ils entrepris de répertorier la réaction des historiens, des médias et du grand public vis-à-vis de cette série télévisée (Muise et al., 2001). Mais leur analyse s’est limitée à la première saison de diffusion, en plus d’isoler la réception du récit de son contexte de production.

14Bien des chercheurs en études des communications se bornentà l’un ou à l’autre des aspects. Maints experts en communications ont consacré leurs recherches à l’économie politique du médium télévisuel (Olivesi, 1998 ; Altschull, 1995 ; Mattelard, 1999 ; Hogarth, 2002 ; Mackey, 2002). D’autres, selon des approches ethnologiques ou communicationnelles, ont étudié la réceptivité des téléspectateurs aux genres télévisuels (Jost, 2004 ; Kozloff, 1992 ; Seiter, 2004).

15L’encodage du récit – déterminé entre autres par l’économie politique du médium télévisuel, le mandat culturel radio-canadien, le code déontologique journalistique, l’individualité des représentations historiques des différents intervenants de la série – et son décodage, entendu comme la capacité interprétative et critique des téléspectateurs, sont pourtant des éléments qui sont indissociables pour la compréhension de la circulation des récits historiques. Le chercheur Stuart Hall a d’ailleurs montré que cette approche était essentielle à l’étude du discours télévisuel : « Production and reception of the television message are not identical, but they are related : they are differentiated moments within the totality formed by the communicative process as a whole » (Hall, 1997 : 28).

  • 7  Nous tenons à cet effet à remercier l’historien Del Muise de la Carleton University (Ottawa) qui n (...)

16À travers l’exemple de la série Le Canada, une histoire populaire, première tentative documentaire et télévisuelle de couverture de l’ensemble de l’histoire canadienne, notre étude portera donc, dans un premier temps, sur la circulation des récits historiques à l’échelle de cette production télévisuelle et sur la lutte interprétative qui anime historiens et journalistes pour la refondation par média interposé d’un récit collectif. Cette partie s’inspire de nos recherches aux archives de la division documentaire de la CBC à Toronto et au fonds Ramsay Cook de l’Université York.Il est à noter toutefois que l’analyse qui en découle possède un caractère partiel à cause des contraintes d’accès imposées par la division des archives de la CBC. Dans un deuxième temps, nous verrons comment ce récit est décodé par les téléspectateurs, dans la sphère privée, à partir des courriels qu’ils ont acheminés au service de l’auditoire de la CBC7.

L’encodage d’un discours historien et journalistique

17À l’échelle de la production de la série, les journalistes de l’équipe éditoriale et les historiens sont porteurs, selon des normes et des pratiques professionnelles bien distinctives, des récits du pluralisme et du nation-building. Ils articulent aussi parfois des récits minoritaires, issus de leur formation professionnelle et de leur région d’origine.

18Des luttes pour le pouvoir interprétatif ont donc nécessairement lieu. La notion d’hégémonie culturelle d’Antonio Gramsci, qui a réinventé le paradigme marxiste des appareils culturels hégémoniques, est pertinente à cet égard. Elle stipule, sur le plan historique, que de puissantes forces idéologiques agissent au sein des institutions pour diffuser et inculquer le point de vue d’un groupe social dominant – à notre avis, cette notion est aussi applicable aux groupes culturels dominants ; elle rappelle aussi que des individus et des groupes sont cependant capables de résister et de lutter, de formuler une vision alternative du monde, c’est-à-dire de concevoir des contre-récits qui sont eux-mêmes réintégrés au point de vue dominant (Lears, 1985). C’est dans ce dernier élément que se situe sa réinvention du marxisme orthodoxe.

Les journalistes

19Coexistent ainsi, à l’intérieur de l’institution radio-canadienne, une pluralité de récits historiques dont le poids relatif est lié à la force persuasive et à la fonction relative de chacun des membres de la production. Au sommet de l’organigramme de la production de la série se trouve le producteur délégué de la série, Mark Starowicz. Il est en quelque sorte le président du conseil d’administration de la série (« l’équipe éditoriale »), composée du directeur de la recherche, Gene Allen, des conseillers éditoriaux, successivement Louis Martin (1997-2000) et Mario Cardinal (2000-2002), des réalisateurs-coordinateurs de la CBC, Gordon Henderson (1997-2001) et Kelly Crichton (2001), et de celui de la SRC, Hubert Gendron (1997-2002). Tous sont journalistes de métier ou de formation, alors que Gene Allen cumule aussi un doctorat en histoire de l’Université de Toronto. Ce sont eux qui ont déterminé la structure historique originale de la série, ses grandes orientations ; ils ont par ailleurs balisé les interprétations historiques, puisqu’ils avaient un droit de regard final sur les scénarios émanant des équipes de production de Toronto et de Montréal. Ce contrôle était d’autant accru lorsque les épisodes furent scénarisés par des membres de l’équipe éditoriale. Il est ici question de six scénarios sur 17.

  • 8  Pour des raisons de confidentialité et par souci d’uniformité, chacun des membres de l’équipe édit (...)
  • 9  Comité éditorial 7, Fonds de la division documentaire de la CBC (a), 25 août 1998.
  • 10  Comité éditorial 7, Fonds Ramsay Cook (a), 7 juin 1999; Comité éditorial 7, Fonds Ramsay Cook (c), (...)
  • 11  Comité éditorial 6, Fonds de la division documentaire de la CBC (a), 23 septembre 2001.

20Certains membres articulent des récits historiques distincts. Comité éditorial 78 défend une histoire sociale à vocation nationale qui s’accommode des « limited identities » canadiennes, de la variété des désirs et des objectifs des groupes sociaux, culturels et sexuels9. Il martèle, dans ses commentaires de scénarios, que les femmes, les ouvriers et certaines régions du pays sont largement absents du récit de certains épisodes. À maintes reprises, il s’inquiète de l’absence d’une perspective véritablement amérindienne dans les ébauches de scénarios10. Comité éditorial 6 défend une vision québécoise ou « postcoloniale » de l’histoire. L’histoire est, selon lui, ponctuée d’abord par la Conquête des Amérindiens, puis celle des Français, et de la constante menace américaine11. Le producteur délégué Mark Starowicz est plutôt partisan d’une perspective politicomilitaire qui retrace le « drame humain » quotidien de l’histoire canadienne, à laquelle sont jouxtées les perspectives autochtone, française, anglaise et migrante (Starowicz, 2003 : 61). À ses yeux, la matrice explicative de l’histoire du Canada est d’ailleurs celle de l’expérience du migrant, projetée sur l’ensemble de la collectivité canadienne : « We are the children of the expelled, the persecuted, the abandoned and the marginal. We are the remnants of empires and the refugees of lost causes. It’s not blood that unites us, it’s the experience of refuge » (Starowicz, 2000). Starowicz considère tout de même que le dualisme canadien, sa capacité conciliatrice, est un gage d’avenir pour la nation canadienne : « The point of studying Canadian history is to examine when that civility and accomodation broke down and when it worked, the better to assure that the eternal equilibrium is maintained and the constant negociation goes forward » (Starowicz, 2003 : 323). Bref, à l’exception peut-être de Comité éditorial 6, les concepteurs de la série privilégient un nation-building pluraliste qui conserve toutefois sa dimension dualiste. D’autres journalistes ont sans doute formulé de nouveaux récits historiques, mais faute d’un plus grand accès aux archives de la CBC, nous ne sommes pas à même de reconstituer pour l’instant leurs discours.

21Ce récit collectif possède des traits apparentés aux objectifs nationalistes de la politique culturelle de l’État canadien, notamment en ce qui a trait à la consolidation identitaire et unitaire du pluralisme canadien. Le chercheur Kevin Dowler a éloquemment montré que la politique culturelle visait à mousser la sécurité et la continuité de l’État canadien :

The Canadian state’s formal entry into the production of culture marks the moment when the government shifted from a preoccupation with sovereignty – that is, territoriality defined through the communications apparatus – to the tactics of governmentality : the use of culture as a disciplinary regime to ensure the development of a distinctive, and therefore defensible, character of the Canadian state (Dowler, 1996 : 338).

22Par extension, le mandat culturel de la télévision publique canadienne fut et demeure de cimenter l’identité canadienne, donc d’articuler un récit qui assure la continuation de son existence historique. Dès la commission Massey, la CBC/SRC fut chargée « […] d’inventer une culture nationale pour une société déchirée par ses intérêts régionaux et menacée par l’américanisation » (Nielsen, 1994 : 158). De manière analogue, le plan de Radio-Canada de 1999 stipule que la société doit jeter « des ponts entre les Canadiens, entre les régions et entre les communautés linguistiques » (cité dans Pâquet, 2006 : 3). Finalement, en 2001, les Normes et pratiques journalistiques de la société d’État indiquent clairement que l’objectif avoué de la CBC/SRC est de « […] contribuer au partage d’une conscience et d’une identité nationales » (SRC, 2001 : 37).

23Nul doute que la politique culturelle de la CBC/SRC tient lieu de discours hégémonique qui teinte, dans la consonance ou dans la dissonance, consciemment ou inconsciemment, les récits historiques des artisans de la série. Le producteur Mark Starowicz ne disait-il pas en 1993 que la télévision publique « […] can help develop a national culture that can buttress Canada independence », la « culture nationale » étant entendue comme la somme des valeurs des groupes ethniques qui la constituent ? (cité dans Smith, 1998 : 206)

  • 12  Selon le sociologue Nielsen, l’existence de deux unités binationales radio-canadiennes va d’ailleu (...)
  • 13  Comité éditorial 7, Fonds de la division documentaire de la CBC (a), 23 octobre 2001.
  • 14  Comité éditorial 6, Fonds de la division documentaire de la CBC (a), section « Épisode 15 ».

24Cela ne signifie toutefois pas que l’ensemble des artisans de la série partage les objectifs de la politique culturelle. De fait, bien que la production des épisodes soit clairement impartie à Radio-Canada et à la CBC – Toronto produit les trois quarts des épisodes –, la structure bilingue de production a été une source sporadique de tension entre les membres de l’équipe éditoriale, illustration de l’inadéquation entre les objectifs de la politique culturelle canadienne et la réalité de la dynamique institutionnelle12. Comité éditorial 7 s’est notamment inquiété de la perspective québécocentriste et particulièrement favorable au mouvement nationaliste de l’épisode 16, réalisé à Montréal, qui portait notamment sur la crise d’octobre et l’élection du Parti Québécois (1964-1976)13. Comité éditorial 6 s’interroge plutôt sur le traitement anglo-canadien de la construction de la voie maritime du Saint-Laurent de la deuxième heure de l’épisode 15, réalisée à Toronto. Il aurait souhaité que soit précisé que sa construction a affecté l’économie montréalaise14.

25La notion d’impartialité journalistique teinte aussi nécessairement les récits historiques des membres de l’équipe éditoriale. Au sein de CBC/Radio-Canada, justement, depuis la fin des années 1960, les règles en matière de production de documentaires sont strictes : les producteurs et les réalisateurs ont l’obligation d’appliquer les règles déontologiques journalistiques de justesse, d’équité et d’accessibilité du propos. Aux yeux du chercheur Stuart Hall, l’impartialité journalistique participerait au maintien de l’hégémonie culturelle des élites, donc, de leur discours :

By operating balance within a given structure, television tacitly maintains the prevailing definition of the political order. It reproduces unwittingly the structure of institutionalized class conflicts on which the system depends. It thereby legitimates the prevailing structure of interests, while scrupulously observing “balance between the parties”. It also, incidentally, offers a favorable image of the system as a system, as open to conflict and to alternative point of view. It is this last twist which keeps the structure flexible and credible (Hall, 1987 : 360).

26Dans le contexte de production de la série Le Canada, une histoire populaire, les concepteurs ne font jamais explicitement référence à cette notion. Il n’empêche que l’impartialité journalistique, en tant qu’outil d’équilibrage symétrique des interprétations historiennes, renforce le statu quo et la présentation d’interprétations consensuelles (Raphael, 2005 : 242 ; Altschull, 1995 : 63).

Les historiens

27À l’extérieur des équipes de production des épisodes, les historiens occupent, à cause de leur prestige universitaire, la fonction de sceau de qualité scientifique et d’intégrité morale de la série (Allen, 2001 : 388), fonction primordiale s’il en est à cause de la nature controversée des productions journalistiques de documentaires dans les années 1990. En effet, depuis la controverse suscitée par The Valour and the Horror en 1992, série au ton pamphlétaire qui n’avait employé que des journalistes à la recherche, la crédibilité de la forme télévisuelle du docudrame avait été fortement entachée (Hogarth, 2002 : 92). Pour éviter toute controverse dans la sphère publique – comme ce fut le cas avec les Anciens combattants qui ont comparu devant le comité sénatorial pour dénoncer la précédente série – et garantir la crédibilité de sa propre production télévisuelle, le producteur Mark Starowicz se devait de faire usage d’historiens chevronnés. 70 historiens ont ainsi été consultés.

  • 15  Il est à préciser que sept des huit historiens nous ont autorisé à analyser leurs commentaires.

28Parmi eux, les historiens principaux et régionaux, sans droit de veto, au nombre de huit, apportent individuellement leurs commentaires sur les ébauches de scénario et de montage, historiens publics qui agissent ici à titre de consultants externes15. Ils sont en contact constant avec le directeur de la recherche de la CBC ou le conseiller éditorial de la SRC ; certains assistent aux séances préliminaires de visionnage ; ils ont même le privilège de s’adresser directement aux réalisateurs et aux membres de l’équipe éditoriale, amplifiant leur capacité d’influence.

  • 16 La raison de leur recrutement est difficile à déterminer. A-t-on affaire ici à un phénomène de repr (...)

29À l’analyse de la composition géographique et de la spécialisation des historiens principaux, qui sont au cœur de notre analyse, deux constats s’imposent. D’abord, sur le plan des champs de spécialisation, les concepteurs de la série ont privilégié l’embauche des historiens praticiens de l’histoire sociale, chacun étant spécialiste d’une « limited identities » (femmes, ouvriers, Amérindiens, Canadiens français, migrants)16.

  • 17 Historien 5, Fonds de la division documentaire de la CBC (a), août 1999 ? ; Historien 7, Fonds de l (...)

30Cette cohésion professionnelle des intervenants constitue une force fédératrice. « Force fédératrice » en ce sens que certains repères « fédérateurs » guident les réflexions des historiens impliqués : la défense de la légitimité des revendications des mouvements ouvriers, agraires et pacifistes ; le concept de capacité d’action (« agency ») des acteurs sociaux (femmes, ouvriers), de leur résistance aux structures oppressantes du patriarcat et du capitalisme ; la sureprésentation des WASP (White Anglo-Saxon Protestant) au sein du récit de la série et la volonté d’intégration de contre-récits marginaux dans l’histoire – un historien défend notamment l’intégration de la « voix » amérindienne17 ; une analyse structurelle et conjoncturelle des forces économiques et politiques en présence.

  • 18  Comité éditorial 7, Fonds de la division documentaire de la CBC (a), 28 janvier 1998.

31L’ensemble des historiens sont clairement insatisfaits de la trame narrative politicomilitaire de la série. Ils se prononcent unanimement en faveur d’une réorientation sociale du récit. Mais leur action persuasive est limitée par l’orientation générale de la série : dès janvier 1998, les concepteurs de la série avaient statué que la teneur sociale des épisodes occuperait le quart de l’espace narratif18.

  • 19  Historien 5, Fonds de la division documentaire de la CBC (a), 5 novembre 2000 ; Historien 7, Fonds (...)
  • 20  Historien 1, Fonds Ramsay Cook (a), 31 décembre 1998 ; Historien 1, Fonds Ramsay Cook (a), septemb (...)
  • 21  Historien 1, Fonds Ramsay Cook (a), 23 décembre 1999 ; Historien 1, Fonds Ramsay Cook (a), 17 août (...)
  • 22  Historien 1, Fonds Ramsay Cook (a) 14 juin 1999 ; Historien 1, Fonds Ramsay Cook (d), 23 mai 2001.

32La défense d’un ethos (Charaudeau, 2005 : 88-89) historien constitue une autre force fédératrice. Les historiens critiquent ouvertement le processus de simplification textuelle de l’histoire télévisuelle. Les historiens 4, 5 et 7 ne cessent de réclamer, sur tous les tons, une meilleure contextualisation des événements et des citations19. Historien 1 reproche à la série, tout au long du processus de scénarisation, sa simplification outrancière des enjeux historiques, voire sa dramatisation romantique et lyrique de la dure réalité historique20. Des personnages historiques grossièrement caricaturaux et unidimentionnels – on pense aux Américains qui sont dépeints comme les ennemis antithétiques de l’idéal canadien – et des événements mal ancrés dans leur contexte d’origine – les rébellions de 1837-1838 sont décrites, au tout début du processus de scénarisation, comme une lutte entre bons patriotes et méchants britanniques – font l’objet de la critique acerbe des historiens qui leur reprochent leur manque de complexité et le présentisme de leur représentation. L’antiaméricanisme des épisodes consacrés à la déportation des Acadiens (épisode 4) et aux invasions américaines successives (épisode 5) est à cet effet vivement dénoncé par les historiens 1, 3 et 721. Historien 1 se plaint particulièrement de l’absence de critique des sources chez les réalisateurs-scénaristes, de leur propension à considérer les témoignages oraux et écrits comme étant exempts d’intérêts sous-jacents, donc, à la source de la vérité historique22.

33Le caractère désuni de la communauté historienne ressort cependant à la lecture des commentaires formulés par les historiens aux réalisateurs et à l’équipe éditoriale. Comme à l’intérieur du système politique canadien, des intervenants, porteurs d’interprétations centripètes qui participent à la construction nationale, affrontent sans le savoir d’autres historiens qui mettent de l’avant des interprétations centrifuges, souvent régionalistes. Il faut dire que l’embauche des historiens visait à refléter la diversité géographique du pays. La série compte ainsi un historien ontarien, un historien québécois, quatre historiens de l’Ouest – dont deux qui enseignaient à cette époque en Colombie-Britannique – et deux historiens des provinces atlantiques, dont un de Terre-Neuve.

  • 23  Historien 6, Fonds de la division documentaire de la CBC (a), 21 janvier 1998.

34Bien que les défenseurs d’une perspective régionale (« interprétants centrifuges ») soient majoritaires parmi les historiens, ils annulent souvent leur force persuasive faute d’une action décentralisatrice concertée, chacun des historiens se prononçant de manière indépendante en fonction de ses intérêts régionalistes. Les historiens 6 et 7 mettent notamment de l’avant un récit de l’expérience canadienne qui tient compte de la position du Québec et de la minorisation progressive des Canadiens français dans le système confédératif canadien. À titre d’exemple, Historien 6, qui commente une version préliminaire d’un scénario de l’épisode 7, se scandalise du fait que l’Acte d’union soit réinterprété comme une avancée politique significative pour les Canadiens français. Cette interprétation est outrageusement révisionniste, clame-t-il23. Les concepteurs de la série lui donneront raison en modifiant l’interprétation du scénario.

  • 24  Historien 5, Fonds de la division documentaire de la CBC (a), 26 avril 2000.
  • 25  Historien 7, Fonds de la division documentaire de la CBC (a), 24 avril 2000.
  • 26 Idem, Fonds Ramsay Cook (b), 29 juillet 2000.
  • 27  Idem, Fonds de la division documentaire de la CBC (a), 21 novembre 2000.
  • 28  Idem, Fonds de la division documentaire de la CBC (a), 8 septembre 2001 ; Intervenant 13, Fonds de (...)

35Les historiens 5 et 7 défendent farouchement l’intégration de l’histoire régionale de la Colombie-Britannique dans la trame narrative de la série. Ils lui reprochent sa focalisation excessive sur le Canada central et son manque de sensibilité à la réalité géographique et démographique de la Colombie-Britannique. Ceux-ci demandent des comptes : où est la Colombie-Britannique dans le récit de la colonisation de l’Ouest (épisode 10) ?24 Pourquoi ne pas contrebalancer l’exemple de Petro Svarish par le récit des nippo-Canadiennes de Colombie-Britannique (épisode 11)25 ? Où sont les femmes britanno-colombiennes (Mary Ellen Smith, Emily Carr) dans le récit, dont l’action a été si bénéfique pour la cause des femmes (épisode 12)26 ? Où est représenté l’apport des « Vancouver Seaforth Highlanders » durant la Seconde Guerre mondiale (épisode 14)27 ? Où sont les acteurs sociopolitiques de Colombie-Britannique dans le récit de l’après-Seconde Guerre mondiale (épisodes 15 et 16)28 ?

  • 29  Historien 2, Fonds de la division documentaire de la CBC (a), janvier 1998 ? ; Intervenant 10, Fon (...)
  • 30 Idem, Fonds de la division documentaire de la CBC (a), 2000 ? ; Ibid., Fonds de la division documen (...)
  • 31  Idem, Fonds de la division documentaire de la CBC (a), 23 avril 2001.

36Un même régionalisme centrifuge anime les commentaires d’un historien de l’Atlantique. En effet, Historien 2 reproche à la série l’absence de l’intégration des événements et phénomènes dans sa trame narrative : l’envoi de troupes de Nouvelle-Écosse lors des rébellions métisses de 1885 ; la migration interne transhistorique des gens de l’Atlantique vers d’autres régions d’emploi29 ; l’industrialisation et la « désindustrialisation » de la région atlantique de 1880 à 1920 ; le rôle militaire de la ville de Halifax dans les deux Guerres mondiales30 ; le difficile redressement économique des Maritimes après la Seconde Guerre mondiale, causé par la politique économique de concentration des industries au Canada central de C. D. Howe31.

  • 32  Historien 3, Fonds de la division documentaire de la CBC (a), 4 décembre 2000.
  • 33  Historien 1, Fonds Ramsay Cook (a), 18 juin 1999.
  • 34  Historien 1, Fonds de la division documentaire de la CBC (a), 28 janvier 1998.

37Les forces interprétatives centripètes, largement minoritaires, trouvent leur force persuasive dans le prestige intellectuel de leurs porteurs. Aucun des historiens principaux n’est véritablement partisan d’une histoire centralisatrice qui gommerait les « limited identities » et les dissensions qui en résultent. Toutefois, les historiens 1 et 3 insistent pour que l’histoire de la série soit recentrée sur les préoccupations nationales canadiennes. Il s’agit de faire état des variations sociales et régionales sur un thème à portée national32 et, plus globalement, de réaliser une trame narrative nationale qui intègre de manière cohérente les différentes régions du pays, soit la synthèse efficace des récits du nation-building et du pluralisme33. Par exemple, la migration des Loyalistes, qui consacre la création du « Canada anglais », représente l’occasion rêvée, de l’avis d’Historien 1, de présenter la colonisation de la Nouvelle-Écosse et de l’Ontario et du caractère multiculturel de ces migrants34.

  • 35  Historien 1, Fonds Ramsay Cook (b), 18 août 2000.

38L’influence des historiens centrifuges sur le contenu final des scénarios de la série est d’autant plus relative que leurs commentaires sont parfois filtrés par ceux d’Historien 135, lequel les met en perspective, les analyse pour le compte des équipes de production des épisodes.

  • 36  Historien 7, Fonds de la division documentaire de la CBC (a), 24 septembre 2001.

39Par ailleurs, malgré la pertinence des commentaires historiens, ceux-ci sont systématiquement réinterprétés par les réalisateurs et les membres de l’équipe éditoriale pour assurer la cohérence et la montée dramatique des épisodes. À titre d’exemple, Historien 7 suggérait d’intégrer l’histoire de Terre-Neuve au scénario de l’épisode 17, qui s’étend des années 1976 à 1990. Un membre de l’équipe éditoriale a alors proposé à la réalisatrice de l’épisode de faire le plus brièvement possible référence à cette histoire de manière à ne pas contrevenir à la force dramatique du scénario36.

40L’ensemble des intervenants de tendance régionaliste se plaignent d’ailleurs, tout au cours du processus de modification des scénarios, du fait que leurs commentaires ne soient pas intégrés aux scénarios. Les historiens 1 et 3, les plus « centristes », font rarement étalage de leurs frustrations et sont satisfaits, dans leur ensemble, des efforts fournis au cours du processus de révision des scénarios, notamment sur les épisodes qui traitent de l’émergence d’un État-nation canadien centralisateur fort (épisodes 8, 12 et 14).

41Le caractère varié et contradictoire des interprétations des historiens, le régionalisme que professe une majorité d’entre eux, de même que leur confinement à l’extérieur des structures de production de la série ont sans doute contribué à la marginalisation de leur force persuasive. Il n’empêche que, à l’échelle individuelle, les historiens 1, 3 et 6, pour n’en nommer que quelques-uns, ont eu une influence certaine sur l’encodage du récit historique de scénarios précis, dans la mesure où leurs commentaires et recommandations faisaient consonance avec l’orientation de la série. Aussi, collectivement, les historiens ont-ils réussi modestement à bonifier la perspective sociale du récit de la série à l’intérieur des barèmes fixés par ses concepteurs. Une analyse du récit final nous convainc toutefois que la présentation de l’histoire régionale a été instrumentalisée en fonction d’une meilleure compréhension des enjeux dits « nationaux », cimentant le pays autour des événements du récit du nation-building. Il s’agit donc d’une victoire interprétative des historiens centristes, qui peut s’expliquer par ailleurs par l’attrait de certains membres du comité éditorial et des réalisateurs pour une trame narrative truffée de guerres et de combats politiques, laquelle se prêterait mieux, de leurs propres aveux (Allen, 2001 ; Starowicz, 2003), aux exigences du médium télévisuel et aux attentes des téléspectateurs.

Le décodage du récit historique télévisuel par les téléspectateurs

42Si, au cours du processus de la scénarisation de cette histoire télévisuelle, une majorité d’historiens critiquent l’encodage d’un récit historique « centripète » et « politicomilitaire » proche du nation-building, qu’en est-il du décodage des téléspectateurs, dont la connaissance de l’histoire n’est pas aussi pointue ?

43Pour répondre à cette question, il est pertinent de se référer à la théorie du décodage et de l’encodage de Stuart Hall. Ce chercheur a largement montré que le positionnement social et culturel des téléspectateurs influait sur leur décodage, cela à partir d’un même discours télévisuel encodé. Toutefois, l’encodage du récit peut aussi orienter leurs perceptions dans des sentiers discursifs prédéterminés (Hall, 1977). Trois types de décodage sont donc envisageables : l’adhésion, la négociation interprétative ou l’opposition au récit collectif encodé.

44Le téléspectateur qui adhère au récit collectif encodé procède, théoriquement, par un décodage qui est en accord avec l’interprétation dominante de la société. Stuart Hall écrit à ce sujet : « When the viewer takes the connoted meaning […] and decodes the message in terms of the reference-code in which it has been decoded, we might say that the viewer is operating inside the dominant code » (Hall, 1977 : 32). Pour ce type de téléspectateur, la redécouverte de l’histoire canadienne alimente son patriotisme et confère une assise historique au sentiment d’appartenance canadien, lui-même au cœur de la fonction culturelle de Radio-Canada. Le récit du nation-building est à ce titre susceptible de favoriser une meilleure compréhension entre les citoyens du pays, la réconciliation et l’unification des différences régionales.

45La négociation interprétative implique une relocalisation du récit à l’échelle locale, sociale et culturelle du téléspectateur. À cet effet, plusieurs téléspectateurs lient leur histoire familiale au récit collectif proposé par la série. D’autres souhaitent intégrer des personnages historiques d’envergure au récit de la série pour mieux illustrer l’héroïsme de la « nation canadienne ».

46Finalement, l’opposition au récit collectif encodé provient des téléspectateurs dont la situation socioculturelle s’inscrit en porte-à-faux du discours hégémonique culturel. Les récits oppositionnels des téléspectateurs de l’Ouest, des provinces de l’Atlantique ou du Québec, notamment, tirent leur source d’un sentiment d’aliénation par rapport au Canada central, lieu du pouvoir politique, ou, pour le Québec, à l’endroit de la communauté linguistique anglophone, le « Rest of Canada ».

47Nous établirons, en tout premier lieu, le profil des téléspectateurs qui émettent leurs commentaires. Puis, nous nous intéresserons à la répartition statistique des courriels selon leur provenance géographique pour ensuite aborder l’articulation qualitative du décodage.

Profil théorique des téléspectateurs qui envoient des courriels à la CBC

48Selon Statistique Canada, le taux d’utilisation d’Internet par des résidants canadiens de 15 ans et plus était de 52,8 % en 2000 tandis que 42,2 % des domiciles étaient branchés à Internet et 46,7 % de la population totale envoyait un courriel (Statistique Canada, 2001(c) : 7). Cette analyse statistique confirme que plus de la moitié de la population est exclue d’emblée de notre échantillon de courriels.

49De manière générale, plus d’hommes que de femmes utilisent Internet (56,1 % contre 49,6 %), ce qui pourrait partiellement expliquer le faible pourcentage de femmes qui envoie des courriels aux concepteurs de la série. De fait, la proportion de femmes ayant envoyé un courriel à la CBC dans notre échantillon est de 37,1 % (343/925). L’écart entre hommes et femmes se creuse davantage au Québec : selon Statistique Canada, à peine 41,8 % des femmes québécoises font usage d’Internet, comparativement à 49,5 % des hommes (Statistique Canada, 2001(c) : 10). Cette statistique se reflète dans le nombre de courriels envoyés par des Québécoises à la CBC : à peine 28,5 % (22/77) des individus québécois sont constitués de femmes.

50Des disparités existent par ailleurs entre migrants et Canadiens appartenant aux deux majorités linguistiques. Ainsi, 47 % des personnes nées à l’extérieur du Canada font usage d’Internet tandis que 55 % des gens nés au pays, ayant souvent intégrés les majorités linguistiques anglophone et francophone, se servent de cet outil électronique (Statistique Canada, 2001 (d) : 12). Bref, notre échantillon de courriels est davantage susceptible de refléter l’opinion des francophones et des anglophones que des migrants fraîchement arrivés au Canada.

  • 37  « Canadian’s interest in history », dans Fonds de la division documentaire de la CBC (b).

51Autre constat : le profil socioéconomique des internautes correspond à celui des téléspectateurs potentiels de la série. Selon une enquête commandée par les concepteurs de la série au printemps 1998, les groupes d’individus les plus susceptibles d’être intéressés par une série télévisée sur l’histoire canadienne étaient les suivants : les ménages gagnant plus de 75 000 $ par année et les personnes ayant un niveau d’éducation supérieur37. De la même façon, selon Statistique Canada, « les personnes dont le revenu et le niveau de scolarité sont plus élevés sont plus susceptibles d’utiliser Internet que ceux qui sont moins favorisés à cet égard ». Ainsi, pas moins de 79,3 % des gens titulaires d’un diplôme universitaire utilisent Internet tandis que 13 % des individus qui n’ont pas terminé leurs études secondaires sont en mesure de le faire (Statistique Canada, 2001 (d) : 2). C’est dire qu’il y a similarité du profil socioéconomique des internautes et des téléspectateurs susceptibles de regarder la série. On pourrait donc formuler l’hypothèse que l’échantillon des courriels reçus est représentatif des téléspectateurs qui ont regardé la série.

  • 38  Il est difficile de déterminer les motivations profondes des téléspectateurs qui écrivent à la CBC (...)

52La nature extrême des commentaires des téléspectateurs cause toutefois une disproportion. Les opinions exprimées se situent de fait dans les antipodes : les commentaires sont soit très positifs, soit très critiques38. Une majorité silencieuse et abstentionniste de téléspectateurs, pour qui la série ne suscitait pas de réaction viscéralement positive ou négative, n’a sans doute pas fait l’effort d’écrire un courriel aux concepteurs. D’autres téléspectateurs ont tout simplement préféré ne pas transmettre leurs commentaires à la CBC/Radio-Canada, favorisant leur entourage immédiat, leurs collègues ou les gardant pour eux-mêmes. Certains encore, maîtrisant mal l’Internet, n’ont pas su remédier à leurs faiblesses en informatique ou à leur analphabétisme numérique.

53Le nombre de commentaires fluctue aussi selon la période de diffusion du docudrame. Les cotes d’écoute constituent un bon indicateur du niveau de succès de la première série (automne 2000-hiver 2001) et de la deuxième série (automne 2001-hiver 2002). Ainsi, l’épisode 1, diffusé lors de la première série, a récolté 3,26 millions de téléspectateurs en combinant les diffusions à la CBC, à Radio-Canada et les rediffusions (Posner, 2000 : A3). En corollaire, l73 téléspectateurs ont envoyé leurs commentaires sur cet épisode. L’épisode 10, diffusé lors de la deuxième série, a attiré 537 000 téléspectateurs (Adilman, 2001 : D07). De manière analogue, seulement cinq téléspectateurs ont fait part de leurs commentaires sur cet épisode. C’est dire que la faible réaction participative des téléspectateurs à la deuxième série pourrait altérer la représentativité de l’échantillon, mais ce problème n’a qu’un faible impact sur notre analyse qualitative privilégiée, celle de l’analyse thématique des courriels des téléspectateurs.

Une sous-représentation statistique des téléspectateurs québécois

  • 39  Nous avons exclu de notre échantillon de 925 courriels ceux provenant de l’extérieur du Canada et (...)

54Si l’on se rapporte à la répartition régionale des commentaires, 67 courriels sur 677 (9,9 %)39 de notre échantillon de courriels pertinents et identifiables proviennent des Maritimes (Nouveau-Brunswick, Nouvelle-Écosse, Île-du-Prince-Édouard), en plus de 13 de Terre-Neuve (1,9 %). Selon le recensement de 2001, la population des Maritimes comptait pour 5,9 % et celle de Terre-Neuve, pour 1,7 % (Statistique Canada, 2001 (a)). C’est dire que l’envoi de courriels émanant de ces provinces demeure légèrement supérieur à sa place démographique dans la Confédération canadienne (rapport de 1,55), cela malgré le faible taux d’utilisation d’Internet dans ces provinces (Statistique Canada, 2001(c) : 10). On peut donc favorablement émettre l’hypothèse que la série suscite un intérêt supérieur dans cette région. De l’Ouest canadien (Colombie-Britannique, Alberta, Saskatchewan, Manitoba), on compte un total de 246 courriels (36,3 %), pourcentage similaire à sa proportion à l’échelle de la population canadienne (30,1 %) (Statistique Canada, 2001 (a)). Cet état de fait pourrait être imputable au taux d’utilisation d’Internet dans cette région, qui est supérieur à la moyenne canadienne, exception faite des provinces du Manitoba (46 %) et de la Saskatchewan (50,1 %) qui comptent peu dans le poids démographique total de cette région. Par ailleurs, 228 courriels viennent de l’Ontario (33,7 %), ce qui correspond aussi à la proportion démographique de la province au sein du cadre canadien (38 % du total) (Statistique Canada, 2001 (a)), malgré un taux d’utilisation d’Internet élevé (54,7 %) (Statistique Canada, 2001 (c) : 7).

55Les courriels des téléspectateurs québécois sont pourtant disproportionnellement sous-représentés. Alors même que la population québécoise représentait 24,1 % de la population canadienne totale en 2001 (Statistique Canada, 2001 (a)), à peine 77 courriels sont issus du Québec, soit 11,4 % du total.

56Plusieurs facteurs pourraient expliquer la faible proportion des Québécois qui ont envoyé un courriel. D’abord, le nombre d’internautes québécois est inférieur à la moyenne canadienne : 45,6 % des Québécois sont allés sur Internet dans les 12 mois de l’année 2000, la moyenne canadienne se situant à 52,8 % (Statistique Canada, 2001 (c) : 7). Ensuite, la représentation des Québécois francophones est loin d’être proportionnelle : 80 % des Québécois possédaient alors le français comme langue maternelle tandis que 7,8 % parlaient l’anglais et 12,2 %, aucune des deux langues officielles (2001(b)). Si l’on se réfère aux courriers électroniques reçus par la CBC/Radio-Canada, à peine 47 courriels sont écrits en français, soit 61 % du total, ce qui pourrait dénoter le faible intérêt ou la faible consonance du récit et de la forme de la série pour le groupe linguistique francophone.

L’adhésion des téléspectateurs au récit encodé

57Pour plus de 50 téléspectateurs, toutefois, la série suscite bien davantage que de l’indifférence : elle entraîne un sentiment d’appartenance et de fierté particulièrement canadien. Elle harnache une hypothétique identité canadienne à son histoire. Un téléspectateur de l’Ontario écrit à cet égard : « This is a great series, and so necessary for building a Canadian identity ». Un téléspectateur franco-québécois est tout aussi enthousiaste : « Merci, merci beaucoup pour cette série fantastique, vous procurez aux Canadiens et Canadiennes une fierté, un sens à notre culture et un sentiment d’appartenance ». Plus simplement, une téléspectatrice est heureuse de connaître son origine historique, laquelle constitue une réappropriation identitaire à la première personne du singulier : « Finally I know who I am and how I got here […] I am proud to be Canadian ».

58Quelques téléspectateurs vantent les potentialités unificatrices du récit de la série, sa capacité à inclure, dans le respect, les régionalismes et les différentes communautés culturelles canadiennes, bref son nation-building pluraliste. Un téléspectateur franco-québécois écrit : « […] nous avons un trait d’union qui favorisera une meilleure compréhension entre les uns et les autres d’une partie du pays à l’autre ». Un téléspectateur évoque le potentiel unificateur d’un récit multiculturel pour le nation-building de la nation canadienne :

I understand that we are now a mulitcultural nation, and I embrace that idea. I have many friendships with new Canadians from all over the world. They are anxious to be shown our history. I can’t tell you how pleased I am that it is being done. The effects of a project such as this can be huge. The history of this nation is great and admirable in the story of the world. Bring it forward for all of us to see and understand, that we may become a greater, more unified, and proud nation.

59Les téléspectateurs supposent d’ailleurs que la connaissance citoyenne de la « vraie » histoire canadienne devrait susciter une thérapie identitaire pour un pays divisé en communautés culturelles et en régions : « I am especially moved at this time of national cultural peril […] When we can articulate the past we can shape the future with conviction and even courage ». Un téléspectateur souhaite que le visionnage de cette histoire télévisuelle soit obligatoire : « We should make viewing this series mandatory for high school kids, citizenship applicants and all the rest of us who thought we had a sense of ourselves and what being Canadian is all about ». La connaissance de la « vraie » histoire canadienne devrait, à la même enseigne, constituer une thérapie efficace contre la menace culturelle américaine : « In a time and culture dominated by all things American, I can say that never have I felt so proud to be a Canadian as I have while watching my own history unfold before my eyes ».

60Ultimement, aux yeux des téléspectateurs anglo-canadiens, la série répond à la politique culturelle canadienne, pour laquelle la CBC/Radio-Canada, en tant qu’institution culturelle, est un « légataire » majeur : « This is what the public broadcaster was created to do : present the nation to itself in ways that enhance understanding and build unity ».

61L’ensemble de ces thèmes se trouve en gestation dans la presse anglo-canadienne, preuve du conditionnement partiel du public par les médias. À travers le Canada, un battage médiatique est mis en branle avant la diffusion de la première et de la deuxième série. En découle une série d’articles publiés faisant suite à des conférences de presse, à des entrevues avec les concepteurs de la série – principalement Starowicz – ou qui reprennent tout simplement, dans leurs grandes lignes, les communiqués de presse émis par la CBC. De l’ensemble de ces articles se dégage un discours promotionnel. Pour faire bref, la presse écrite anglo-canadienne insistait déjà sur le potentiel unificateur de la série, soit à l’échelle de sa production – la série, qui est le fruit du travail harmonieux de la SRC et de la CBC, est donc le reflet d’un Canada biculturel uni –, soit sur le plan de sa diffusion – celle-ci est quasi simultanée dans les deux langues – et de son contenu, lequel est susceptible d’être un remède à l’amnésie collective anglo-canadienne et de son corollaire, la perte de repères identitaires (entre autres : Atherton, 2000 : J ; Brown, 2000 : B05 ; Allemang, 2000 : R5).

La négociation interprétative

62Plutôt que de situer le récit à l’échelle des enjeux nationaux, à la façon de ceux qui adhèrent au récit encodé, une trentaine de téléspectateurs lient leur histoire personnelle, familiale ou régionale au récit du nation-building. Ils effectuent alors une relocalisation locale du récit, soit une négociation interprétative qui ne remet pas en cause la crédibilité de la narration.

63Aux yeux d’une téléspectatrice, notamment, le visionnage de la série de même que son exploration personnelle du territoire canadien participent à un même projet, celui d’entrer en communion avec les ancêtres et l’ » âme sauvage » canadienne. Elle relate comment le récit de la vie du « courageux » explorateur David Thompson, découvreur de la rivière Columbia, a transformé sa vision de cette rivière. La découverte de la « Peace River », en Colombie-Britannique, matérialise, de la même façon, sa réappropriation symbolique du passé : « I also saw Alexander McKenzie and his sons paddling their canoes […] ».

64Pour d’autres téléspectateurs, qui pratiquent la généalogie, la série établit un lien filial avec leurs ancêtres. Cette filiation avec des ancêtres-bâtisseurs et défenseurs du Canada exige une même défense patriotique du Canada. Un téléspectateur écrit : « I so much appreciate this wonderful series. Our great-great-great grandfather, Nicholas Hagerman, of Markham County, fought for our country in the War of 1812. What a wonderful affirmation of our right to nationhood is this series, and to think that it was a first-generation immigrant who gave us the history lesson ! ».

65Par voie de conséquence, lorsque certains ancêtres sont évacués du récit de la série, le lien filial de la défense de la nation est brisé. Par cette posture déshonorante, la série déshérite ainsi ses héritiers de leur patriotisme et de leur culture. C’est selon cette logique discursive que trois téléspectateurs québécois dénoncent l’absence des mercenaires allemands, lesquels, précisent-ils, ont pourtant contribué à la défense du Canada lors de la Révolution américaine.

66D’autres téléspectateurs, originaires de régions circonscrites, souhaitent intégrer des personnages historiques d’envergure au récit de la série pour mieux illustrer l’héroïsme de la « nation canadienne ». Des citoyens du Sud de l’Ontario auraient ainsi aimé voir Laura Secord, personnage héroïque qui aurait sauvé, disent-ils, le Canada lors de l’invasion américaine dans le contexte de la guerre de 1812 (épisode 5). Les concepteurs de la série ont préféré ignorer ce personnage par souci de vérité historique. Trois téléspectateurs y voient pourtant le résultat du machisme des concepteurs. Au Québec, un téléspectateur s’interroge par ailleurs sur l’absence de Dollard-des-Ormeaux dans le deuxième épisode. À son avis, l’intégration de ce personnage aurait servi la cause d’un récit historique unificateur : « It may have helped to move us one step closer to a real united Canadian history instead of the segmented regionalised and often contradictory teachings in our schools today ».

67Des téléspectateurs des provinces atlantiques, minoritaires, cherchent plutôt à intégrer leur région à la trame narrative de la construction nationale. Ainsi, la participation militaire des provinces atlantiques à la guerre de 1812 aurait mérité une plus grande couverture historique, précise l’un d’eux. Plus tard, l’apport de Joseph Howe, le partisan le plus convaincu du principe du gouvernement responsable, est édulcoré, selon les téléspectateurs, dans une histoire résolument consacrée au Canada central. L’un d’eux s’exclame : « Remember in upcoming programs where the confederation began ».

L’opposition discursive des téléspectateurs de l’Atlantique

68Une logique oppositionnelle anime pourtant bon nombre des commentaires des téléspectateurs provenant de l’Atlantique. Un total de 29 courriels sur 80 (36,3 %) contestent ouvertement le récit proposé par la série à l’aune d’un contre-récit atlantique.

69Plusieurs événements font la fierté ou confirment l’aliénation des provinces de l’Atlantique, sans toutefois former un récit collectif en raison notamment de l’absence d’une référence régionale consacrée et de la force du récit de groupes culturels particuliers (Acadiens, Amérindiens, etc.) (Conrad et Hiller, 2001 : 6).

70La fondation de Port-Royal (Annapolis) en 1605 confirme l’antériorité historique des Maritimes par rapport à celle du Québec et la richesse de son histoire. Suivant cette interprétation, Port-Royal est à l’origine même du pays entier. Aussi 17 téléspectateurs dénoncent-ils, avec véhémence ou avec déférence, l’absence de mention de cet événement historique et la focalisation excessivement québécoise des premiers épisodes. À la même enseigne, plusieurs signalent qu’ils auraient apprécié un meilleur traitement de la colonisation des Maritimes (île Sainte-Croix), de la fondation et des différentes prises de Louisbourg (1720), du développement de la culture acadienne, du rôle d’Halifax dans la guerre de Sept ans et de la création des provinces de l’Atlantique.

71La plupart des téléspectateurs anglophones des Maritimes apprécient la justesse du traitement de l’expulsion des Acadiens (1755). Pour certaines élites du groupement acadien, le « grand dérangement » est pourtant plus qu’un événement. Il s’agit de l’événement fondateur du groupement, celui-là même qui consacre sa quête historique (Latour, 2003 :40). Les téléspectateurs acadiens relayent le discours des élites en dénonçant la brièveté du traitement télévisuel de cet événement hautement symbolique. De l’avis même d’une téléspectatrice, ce « génocide », qui a touché plus de la moitié de la population française, est comparable à celui des Juifs en Allemagne lors de la Seconde Guerre mondiale et aurait donc nécessité une narration plus empathique. Un autre téléspectateur lie cette nécessité à un devoir de mémoire, qui commande la plus grande déférence à l’égard des ancêtres acadiens : « The people I descend from deserve better treatment than you gave them and you should be ashamed to have allowed this series to be released with the way you treated that portion of Canadian history ». Dans les faits, cependant, le « grand dérangement » a été mentionné dans les troisième et quatrième épisodes, fait exceptionnel pour un événement lié à un groupe culturel minoritaire.

72Au récit du nation-building, qui célèbre l’intégration des provinces maritimes au nouveau pays, s’oppose le récit atlantique de la résistance passive des néo-Écossais. La création de la Confédération a provoqué l’effondrement de la marine marchande en Nouvelle-Écosse, signale un téléspectateur. Ainsi, le 1er juillet 1867, les édifices néo-écossais furent drapés de noirs en guise de protestation et de deuil. Un autre mentionne que la création du premier parti séparatiste au Canada, le Reform Party de Nouvelle-Écosse, tirait son souffle à même le sentiment d’aliénation des néo-Écossais.

L’opposition discursive des téléspectateurs de l’Ouest canadien

73Pour ce qui est de l’Ouest canadien, on compte 31 courriels protestataires, soit 12,6 % du total des courriels de cette région. Malgré la présence d’une référence régionale forte qui tire sa force d’une vision commune des enjeux politiques et économiques (Gibbins, 1995), aucun récit historique aux potentialités hégémoniques n’émerge de l’analyse des courriels des téléspectateurs. Tout au plus certains d’entre eux ne font-ils qu’évoquer de manière ahistorique, à l’aune du paradigme interprétatif de l’aliénation aux mains de l’Est du pays, l’absence d’historiens de Colombie-Britannique dans la production de la série et les choix télévisuels « biaisés » d’une CBC centripète dans son discours télévisuel.

74Les récits oppositionnels sont surtout le fait des groupes culturels minoritaires originaires de Colombie-Britannique. À titre d’exemple, trois téléspectateurs d’origine chinoise s’attristent du manque de reconnaissance du patrimoine chinois dans la mosaïque canadienne. Ceux-ci citent l’absence de mention de la contribution de la communauté chinoise à la construction du chemin de fer transcontinental, à la Seconde Guerre mondiale et dans la sphère politique. Pourtant, dans le récit encodé, il est question de plusieurs de ces éléments dans l’épisode 11 : la preuve que le décodage des téléspectateurs peut différer de manière radicale de l’encodage même.

75Dans l’Ouest, et particulièrement en Colombie-Britannique, les commentaires de téléspectateurs amérindiens reprochent à l’histoire télévisuelle son européocentrisme : « I can’t believe this biased, one side tale of HIStory.....thats right, ‘his story’.......the white man’s tale of greed and christian conquering....... […] ». Le point de vue contraire est aussi entendu : « Thank you, too, for telling the First Nations contribution to the development of Canada right up to modern times. A neglected aspect of history is finally being told in honest and forthright terms ».

L’opposition discursive des téléspectateurs québécois

76Au Québec, sur un total de 77 courriels expédiés, seulement huit s’opposent au récit encodé (10,4 %) et ce sont tous des courriels de francophones. L’opposition québécoise au récit de la série s’articule autour de certains événements-phares intégrés au sein d’un même récit cohérent, le récit collectif nationaliste québécois (Létourneau 2000 ; Létourneau, 2005 : 2 et 16). Les téléspectateurs reprennent ici la matrice historiale du destin dévié, « qui veut que la condition québécoise reste celle de l’inaccomplissement historique » (Létourneau, 2005 : 16). Pour un téléspectateur, l’histoire du Québec est ainsi faite de défaites, voire elle est une usurpation ; « comment peut-on banaliser tous ces événements dramatiques qui ont façonné l’expérience canadienne-française », s’interroge un autre.

  • 40  Ce récit victimaire circule dans la sphère publique, mais il ne reflète pas nécessairement le poin (...)

77Au sein de ce récit, la Conquête britannique de 1759 est l’événement-fondateur de la condition franco-québécoise. Elle place les Québécois àl’état de victimes perpétuelles et les oblige, en vertu d’un devoir de mémoire, à se faire partisans de l’indépendance du Québec40. C’est à ce titre qu’un téléspectateur dénonce les « nombreux procédés visuels subliminaux » qui visent, selon lui, à étayer la glorieuse conquête des Anglais, figure de l’Autre omniprésente dans l’imaginaire franco-québécois.

78Au sein de ce même récit, la condamnation à mort, par un jury unilingue anglais, de Louis Riel, le chef des Métis qui avait souhaité fonder un territoire politique francophone dans l’Ouest (1885), occupe un pan entier dans la litanie des défaites de la nation québécoise (Demers, 2005). Aussi n’est-il pas surprenant de constater que plusieurs téléspectateurs s’interrogent sur l’absence du récit de la pendaison de Louis Riel dans l’épisode 9. En fait, les concepteurs de la série ont préféré aborder cet événement de l’histoire dans un épisode ultérieur.

79Le récit victimaire de ces téléspectateurs québécois est par ailleurs conditionné par une conjoncture médiatique accablante. De fait, une série d’événements et de circonstances chargent la série d’intentions fédéralistes : la production de la série est annoncé peu après le référendum de 1995 ; le président de Radio-Canada, Robert Rabinovitch, associe la série à la volonté de nation-building de la télévision publique (Cardinal, 2005 : 176) ; l’affaire Scully, sur le financement occulte des Minutes du Patrimoine, qui implique le président de Radio-Canada, éclate au beau milieu de la production et juste avant l’éminente diffusion de la série ; le ministère du Patrimoine ajoute, à sa liste des Initiatives du millénaire, la série Le Canada, une histoire populaire, renforçant la perception qu’il s’agit d’une « propagande » fédéraliste (Cardinal, 2005 : 157).

Bilan

80À l’analyse du processus d’encodage du récit de la série et du décodage des téléspectateurs, un constat s’impose : les récits du nation-building et du pluralisme, véhiculés par la trame narrative de la série Le Canada, une histoire populaire, ne traduisent pas, à eux seuls, la grande variété des récits historiques qui circulent dans les sphères privée et publique de la société canadienne. Plusieurs récits minoritaires régionaux, culturels ou même professionnels, portés par des historiens et des téléspectateurs, s’articulent en marge des récits collectifs dominants.

81L’égalité de la portée effective des récits historiques est toutefois un leurre épistémologique, à cause notamment de l’inégalité de la force persuasive des acteurs sociaux qui les portent. Les luttes internes pour le pouvoir interprétatif entre historiens et journalistes, dans le contexte de production de la série Le Canada, une histoire populaire, ont ainsi mené à une refondation pluraliste partielle du récit du nation-building. Le tout illustre le pouvoir interprétatif de l’équipe éditoriale, appuyée par certains historiens influents, et de sa capacité à intégrer les récits dominants et plus marginalement des groupes minoritaires à l’intérieur d’un seul récit collectif cohérent porteur d’un statu quo social.

82Comment expliquer que cette refondation discursive médiatique s’en tienne aux récits dominants de la société canadienne ? La nature conservatrice du médium télévisuel tendrait à fixer une certaine limite à l’expression des récits historiques, qui ne va pas au-delà des règles du consensus social (Raphael, 2005 : 241-242 ; Hall, 1987 : 363). La télévision serait ainsi davantage une courroie de transmission des discours dominants de la société plutôt qu’un vecteur communicationnel véritablement révolutionnaire. L’adhésion formelle de la télévision publique radio-canadienne à la politique culturelle canadienne, malgré l’absence d’une unité institutionnelle véritable, ne serait pas non plus étrangère à la reproduction intégrale des récits du nation-building et du pluralisme.

83Dans la sphère privée, certains récits historiques sont plus dominants parce qu’ils font davantage consonance avec l’imaginaire social des téléspectateurs. Ces discours trouvent leur sens dans les cadres sociaux de la mémoire, réseaux de production et de diffusion des souvenirs qui participent aussi parfois au développement de récits historiques plus minoritaires (Halbwachs, 1994 : VIII et 279). À l’analyse du décodage des téléspectateurs qui ont regardé la série, on constate que le récit collectif proposé par la série fait aussi majoritairement consonance avec celui des téléspectateurs ou ne suscite pas de suspicion particulière. On n’a qu’à rappeler le faible taux d’opposition au récit qui se situe, selon les régions, de 10,4 % (Québec) à 36,3 % (région atlantique). Ce faible pourcentage pourrait être aussi imputable à un abstentionnisme plus élevé dans certaines régions. Bref, le processus communicationnel d’encodage et de décodage du récit de la série confirme la prévalence sociale des récits collectifs du nation-building et du pluralisme chez les téléspectateurs qui ont envoyé des courriels à la CBC.

84Les potentialités persuasives de l’histoire télévisuelle ont été longtemps sous-estimées par la communauté historienne. À preuve : le peu d’articles et de monographies, rédigés par des historiens, consacrés à l’histoire du médium télévisuel et aux émissions historiques à la télévision.

Haut de page

Bibliographie

Sources

ADILMAN, Sid, 16 octobre 2001, « Compelling story of Struma screens at Princess of Wales », Toronto Star, D07.

ALLEN, Gene, 2001, « The Professionals and the Public : Responses to Canada : A People’s History », Canadian Historical Review, 82, 2, p. 381-391.

ALLEMANG, John, 28 septembre 2000, « After Quiz and Reality Shows, there’s Hope », The Globe and Mail, R5.

ATHERTON, Tony, 21 octobre 2000, « The CBC Has Gone Down this Road Before – A History of History TV », Ottawa Citizen, p. J.

BROWN, Dan, 9 juin 2000, « CBC Looks Cack for its Future », National Post, B05.

CARDINAL, Mario, 2005, Il ne faut pas croire les journalistes, Montréal, Bayard Canada.

CARELESS, J. M., 1969, « Limited Identities in Canada », Canadian Historical Review, 50, p. 1-10.

COOK, Ramsay, 2000, « Identities Are Not Like Hats », Canadian Historical Review, 81, 2, p. 261-265.

Fonds de la division documentaire de la CBC (a), Canada : A People’s History : Series Production Binder 8, Files 7, Historian Comments, Toronto.

Fonds de la division documentaire de la CBC (b), Canada : A People’s History : Series Development 3, Series Production Binder 5 Files 5.

Fonds Ramsay Cook (a), 2003-021/001, dossier 7 (1997-2001), Université York, Toronto, Consulté en août 2007.

Fonds Ramsay Cook (b), 2003-021/001, dossier 9 (1997-2001), Université York, Toronto, Consulté en août 2007.

Fonds Ramsay Cook (c), 2003-021/001, dossier 10 (1997-2001), Université York, Toronto, Consulté en août 2007.

Fonds Ramsay Cook (d), 2003-021/001, dossier 13 (1997-2001). Université York, Toronto, Consulté en août 2007.

LOWER, Arthur R., 1964, A History of Canada : Colony to Nation, Don Mills, Ontario, Longman Canada Limited, 4e edition.

POSNER, Michael, 1er novembre 2000, « CBC’s Take on History Strikes Gold… », Globe and Mail, A3.

ROBERT, Jean-Claude, 2003, « L’histoire et les médias », Revue d’histoire de l’Amérique française, 57, 1, p. 57-68.

SRC, 2001, Normes et pratiques journalistiques.

STATISTIQUE Canada, 2001 (a), Recensement, Consulté le 19 novembre 2007, http ://www12.statcan.ca/francais/census01/products/standard/popdwell/Table-PR.cfm.

STATISTIQUE Canada, 2001 (b), Données sur le Québec (recensement), Consulté le 19 novembre 2007,

http ://www12.statcan.ca/francais/census01/products/standard/prprofile/prprofile.cfm ?G =24.

STATISTIQUE Canada, 2001 (c), Aperçu : accès et utilisation des technologies de l’information et des communications, Ottawa, Ministre de l’Industrie.

STATISTIQUE CANADA, 2001 (d), Les Temps changent : pourquoi et comment les Canadiens utilisent Internet, Ottawa, Ministre de l’Industrie.

STAROWICZ, Mark, 2003, Making History : The Remarkable Story behind Canada : A People’s History, Toronto, McClelland and Stewart.

STAROWICZ, Mark, 20 septembre 2000, « Ignore the Past at your Peril », Globe and Mail, p. A15.

UNDERHILL, Frank, 1956, The British Commonwealth : an Experiment in Co-operation among Nations, Durham, Duke University Press.

Études

ALTSCHULL, J. Herbert, 1995, Agents of Power : The Media and Public Policy, White Plains, New York, Longman.

BARMAN, Jean, 1991, The West Beyond the West : a History of British Columbia, Toronto, University of Toronto Press.

BEAUCHEMIN, Jacques L., 2002, L’Histoire en trop : la mauvaise conscience des souverainistes québécois, Montréal, VLB.

BERCUSON, D. J. et S. F. WISE, 1994, The Valour and the Horror revisited, Montréal, McGill-Queen’s University Press.

BERGER, Carl, 1976, The Writing of Canadian History : Aspects of English-Canadian Historical Writing, 1900-1970, Don Mills, Oxford University Press.

BERTON, Pierre, 1987, Why We Act Like Canadians : a Personal Exploration of our National Character, Markham, Ontario, Penguin Books Canada.

BOUCHARD, Gérard, 1999, La Nation québécoise au futur et au passé, Montréal, VLB.

COUTURE, C. et J.-F. CARDIN, 1998, « L’histoire du Canada et le problème de la narration », Revue d’histoire de l’Amérique française, 51, p. 566-570.

CARITEY, Christophe, 1993, Manuels scolaires : États et sociétés : XIXe-XXe siècles, Numéro spécial de la revue Histoire de l’éducation, 58.

CHARAUDEAU, Patrick, 2005, Le Discours politique : les masques du pouvoir, Paris, Vuibert.

CONRAD, Margaret R. et James K. HILLER, 2001, Atlantic Canada : A Region in the Making, Toronto, Oxford University Press.

CONRAD, Margaret R., 2001, « My Canada Includes the Atlantic Provinces », Histoire sociale, 34, 68, p. 392-402.

DAWSON, Michael, 1998, The Mountie : From Dime Novel to Disney, Toronto, Between The Lines.

DEMERS, Frédéric, 2005, La Mise en scène de l’imaginaire national et historique du Québec francophone dans la télésérie « Les Filles de Caleb », Université Laval, thèse de doctorat.

DICK, Lyle, 2004, « A New History for the New Millenium : Canada : A People’s History », Canadian Historical Review, 85, 1, p. 85-109.

DICK, Lyle, 2008, « Representing National History on Television. The Case of Canada : A People’s History », dans Zoë Druick et Aspa Kotsopoulos (dir.), Programming Reality : Perspectives on English-Canada Television, Waterloo, Ontario, Wilfrid Laurier University Press, p. 32-44.

DOWLER, Kevin, 1996, « The Cultural Industries Policy Apparatus », dans Michael Dorland (dir.), The Cultural Industries in Canada : Problems, Policies and Prospects, Toronto, James Lorimer, p. 328-346.

DUMONT, Fernand, 1995, L’Avenir de la mémoire, Québec, Nuit blanche/CEFAN.

EDGERTON, Gary R. et Peter C. ROLLINS, 2001, Television Histories : Shaping Collective Memory in the Media Age, Lexington, University Press of Kentucky.

FORGET, Danielle et Boriana PANAYOTOVA, 2003, « La diversité culturelle telle que racontée par les manuels scolaires d’histoire du Québec et du Canada », Globe : revue internationale d’études québécoises, 2, 6, p. 99-122.

FRANCIS, Daniel, 1997, National Dreams : Myth, Memory, and Canadian History, Vancouver, Arsenal Pulp Press, UBC Press.

FRANK, David, 2003, « Public History and the People’s History : A View From Atlantic Canada », Acadiensis, 32, 2, p. 120-133.

FRIESEN, Gérald, 1984, The Canadian Prairies : a History, Toronto, University of Toronto Press.

FRIESEN, Joe, 2003, « Canada : A People’s History as ‘Journalists History’ », History Workshop, 56, p. 184-203.

GIBBINS, Roger, 1995, Western Visions : Perspectives on the West in Canada, Peterborough, Ontario, Broadview Press.

GROULX, Patrice, 2001, « La meilleure histoire du monde », Histoire sociale, 34, 68, p. 403-414.

HALBWACHS, Maurice, 1994 [1925], Les Cadres sociaux de la mémoire, Paris, A. Michel.

HALL, Stuart, 1993 [1977], « The Television Discourse : Encoding and Decoding », dans Ann Gray et Jim McGuidan (dir.), Studying Culture : an Introductory Reader, London, New York, E. Arnold, Routledge, Chapman et Hall, p. 28-35.

HALL, Stuart, 1987, « Media Power. The Double Bind », dans Alan Rosenthal (dir.), New Challenges for Documentary, Berkeley, University of California Press, p. 357-365.

HODGINS, Peter, 2003, The Canadian Dream-Work : History, Myth and Nostalgia in the Heritage Minutes, Carleton University, thèse de doctorat.

HOGARTH, David, 2002, Documentary Television in Canada : From National Public Service to Global Marketplace, Montréal, McGill-Queen’s University Press.

JOST, François, 2004, Introduction à l’analyse de la télévision, Paris, Ellipses.

KOZLOFF, Sarah, 1992, « Narrative Theory and Television », dans Robert C. Allen (dir.), Channels of Discourse, Reassembled : Television and Contemporary Criticism, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, p. 67-100.

LATOUR, Kareen, 2003, Quelle histoire pour quel avenir ? Le débat sur la mise en histoire du passé du Canada depuis 1990, Université Laval, mémoire de maîtrise.

LEARS, Jackson T., 1985, « The Concept of Cultural Hegemony : Problems and Possibilities », American Historical Review, 90, 3, p. 567-593.

LE GOFF, Jacques, 1988, Histoire et mémoire, Paris, Gallimard.

LETOURNEAU, Jocelyn, 1997, « Nous autres les Québécois. La voix des manuels d’histoire », dans Laurier Turgeon, Jocelyn Létourneau et Bogumil Koss (dir.), Les Espaces de l’identité, Québec, Presses de l’Université Laval, p. 99-120.

LÉTOURNEAU, Jocelyn, 2000, Passer à l’avenir : histoire, mémoire, identité dans le Québec d’aujourd’hui, Montréal, Boréal.

LÉTOURNEAU, Jocelyn, 2006, « Mythistoires de Losers : introduction au roman historial des Québécois d’héritage canadien-français », Histoire sociale, 34, 77, p. 157-180.

MACKEY, E, 2002, The House of Difference : Cultural Politics and National Identity in Canada, Toronto, University of Toronto Press.

MATTELART, Armand, 1980, Télévision : enjeux sans frontières ; industries culturelles et politique de la communication, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

McKAY, Ian, 1998, « After Canada : On Amnesia and Apocalypse in the Contemporary Crisis », Acadiensis, 28, p. 76-97.

MUISE, Del et al., 2001, Reaction to Canada : A People’s History, Consulté le 19 novembre 2007, http ://www.carleton.ca/historycollaborative/

NIELSEN, Greg Marc, 1994, Le Canada de Radio-Canada : sociologie critique et dialogisme culturel, Toronto, GREF.

OLIVESI, Stéphane, 1998, Histoire politique de la télévision, Paris, L’Harmattan.

OSBORNE, K, 2000, « Our History Syllabus Has us Gasping : History in Canadian School – Past, Present, and the Future », Canadian Historical Review, vol. 80, no 3, p. 404-435.

OSBORNE, K, 2003, « Teaching History in Schools : a Canadian Debate », Journal of Curriculum Studies, 35, 5, p. 585-626.

PÂQUET, Martin, 2006, « Contrat de communication et usages du passé : le cas de Radio-Canada Atlantique », dans M. Beauchamp et T. Watine (dir.), Médias et communautés francophones, Québec, Presses de l’Université Laval, p. 173-200.

RAPHAEL, Chad, 2005, Investigated Reporting : Muckrakers, Regulators, and the Struggle over Television Documentary, Urbana, University of Illinois Press.

SEITER, Ellen, 2004, « Qualitative Audience Research », dans Robert C. Allen et Annette Hill (dir.), The Television Studies Reader, New York, Routledge, p. 461-479.

SLONIOWSKI, Jeanette et Joan NICKS, 2002, Slippery Pastimes : Reading the Popular in Canadian Culture, Waterloo, Ontario, Wilfrid Laurier University Press.

SMITH, Joel, dir., 1998, Media Policy, National Identity and Citizenry in Changing Democratic Societies : The Case of Canada, Durham, Duke University.

STANLEY, T. J., 2000, « Why I Killed Canadian history : Towards an Anti-Racist History in Canada », Histoire sociale, 33, 65, p. 79-103.

THÉRIAULT, Joseph-Yvon, 2002, Critique de l’américanité : mémoire et démocratie au Québec, Montréal, Québec-Amérique.

VEYRAT-MASSON, Isabelle, 2000, Quand la télévision explore le temps : l’histoire au petit écran, 1953-2000, Paris, Fayard.

Haut de page

Notes

1  À cet effet, nous emploierons dans le présent texte le terme de « récits historiques » pour qualifier l’ensemble des récits qui circulent dans la société.

2  Sur les récits de l’Ouest canadien, voir Berton, 1987, Gibbins, 1995 et Friesen, 1984. Sur les récits de la Colombie-Britannique, consulter la synthèse historique de Barman, 1991. Sur les récits des provinces atlantiques, voir la synthèse de Conrad et Hiller, 2001. Sur les récits collectifs québécois, voir les études de Létourneau, 2000 et 2004, de même que la thèse de doctorat de Demers, 2005. Pour une perspective globale sur les récits historiques canadiens et la production historienne récente, consulter Latour, 2003 et Francis, 1997.

3  Il est à préciser que plusieurs universités emploient « 1850 » comme marqueur de périodisation, laquelle est plus économique que politique.

4  La série Le Canada, une histoire populaire couvre l’ensemble de l’histoire canadienne sur 17 épisodes, de l’occupation autochtone « préeuropéenne » du territoire canadien aux années 1990.

5  La refondation du récit marque « […] le début d’une nouvelle mise en œuvre des aspirations du groupe, d’un remodelage qui n’efface pas toute légitimité antérieure à son expression comme le ferait l’idée de révolution ». (Trépanier, 2009 : 3)

6 Nous faisons référence ici aux historiens Arthur Lower, Frank Underhill et Donald Creighton qui avaient l’habitude de faire des interventions médiatiques.

7  Nous tenons à cet effet à remercier l’historien Del Muise de la Carleton University (Ottawa) qui nous a fourni une version électronique des courriels. D’autres moyens d’analyse auraient pu être envisagés pour analyser le décodage des téléspectateurs : lettres aux journaux, lignes ouvertes à la radio, sondages. Mais nous jugeons que les courriels, comme ils sont écrits pour une diffusion privée, sont davantage susceptibles de refléter le décodage réel des téléspectateurs. La présente étude tient compte des courriels acheminés lors des deux séries (épisodes 1 à 17 – 3 septembre 2000 au 5 décembre 2001), à la différence de l’analyse du Public History Group de Del Muise qui n’a eu accès qu’à ceux faisant suite à la diffusion de la première série (épisodes 1 à 9). Nous avons exclu de notre échantillon les courriels provenant de l’extérieur du Canada et non identifiables. Par ailleurs, une plus grande proportion de courriels (plus de 1000) a été exclue d’emblée de notre analyse selon les critères suivants : commentaires courts et sans pertinence pour notre analyse sur le site Internet, sur l’achat de DVD pour les écoles ou les particuliers ; les commentaires sur les heures de diffusion ; les compagnies qui tentent de vendre leurs produits culturels à la CBC ; des courriels qui n’ont aucun lien apparent avec la série ; répétition des mêmes courriels envoyés à divers intervenants de la CBC et pourriels. Nous en sommes donc arrivé à un échantillon de 925 courriels.

8  Pour des raisons de confidentialité et par souci d’uniformité, chacun des membres de l’équipe éditoriale et des historiens s’est vu attribuer un code numérique lorsque leurs commentaires faisaient référence à des documents tirés de fonds d’archives. La codification provient de notre thèse de doctorat.

9  Comité éditorial 7, Fonds de la division documentaire de la CBC (a), 25 août 1998.

10  Comité éditorial 7, Fonds Ramsay Cook (a), 7 juin 1999; Comité éditorial 7, Fonds Ramsay Cook (c), 28 juillet 2000.

11  Comité éditorial 6, Fonds de la division documentaire de la CBC (a), 23 septembre 2001.

12  Selon le sociologue Nielsen, l’existence de deux unités binationales radio-canadiennes va d’ailleurs à l’encontre de la politique culturelle canadienne. (Nielsen, 1994 : 57)

13  Comité éditorial 7, Fonds de la division documentaire de la CBC (a), 23 octobre 2001.

14  Comité éditorial 6, Fonds de la division documentaire de la CBC (a), section « Épisode 15 ».

15  Il est à préciser que sept des huit historiens nous ont autorisé à analyser leurs commentaires.

16 La raison de leur recrutement est difficile à déterminer. A-t-on affaire ici à un phénomène de reproduction sociale, où le recruteur Gene Allen privilégie des historiens qui ont reçu la même formation que lui, partagent un même paradigme de recherche ? Une investigation plus approfondie des archives et la réalisation d’entrevues supplémentaires seraient nécessaires pour en arriver à une hypothèse probante.

17 Historien 5, Fonds de la division documentaire de la CBC (a), août 1999 ? ; Historien 7, Fonds de la division documentaire de la CBC, 26 novembre 2000.

18  Comité éditorial 7, Fonds de la division documentaire de la CBC (a), 28 janvier 1998.

19  Historien 5, Fonds de la division documentaire de la CBC (a), 5 novembre 2000 ; Historien 7, Fonds Ramsay Cook (b), 29 juillet 2000 ; Historien 7, Fonds de la division documentaire de la CBC, août 1999 ?

20  Historien 1, Fonds Ramsay Cook (a), 31 décembre 1998 ; Historien 1, Fonds Ramsay Cook (a), septembre 1998.

21  Historien 1, Fonds Ramsay Cook (a), 23 décembre 1999 ; Historien 1, Fonds Ramsay Cook (a), 17 août 1999 ; Historien 1, Fonds Ramsay Cook (a), 14 décembre 1998 ; Historien 7, Fonds de la division documentaire de la CBC (a), 14 novembre 2000 ; Historien 3, Fonds de la division documentaire de la CBC (a), 12 juillet 2000 ; Historien 3, Fonds de la division documentaire de la CBC (a), 12 avril 2001.

22  Historien 1, Fonds Ramsay Cook (a) 14 juin 1999 ; Historien 1, Fonds Ramsay Cook (d), 23 mai 2001.

23  Historien 6, Fonds de la division documentaire de la CBC (a), 21 janvier 1998.

24  Historien 5, Fonds de la division documentaire de la CBC (a), 26 avril 2000.

25  Historien 7, Fonds de la division documentaire de la CBC (a), 24 avril 2000.

26 Idem, Fonds Ramsay Cook (b), 29 juillet 2000.

27  Idem, Fonds de la division documentaire de la CBC (a), 21 novembre 2000.

28  Idem, Fonds de la division documentaire de la CBC (a), 8 septembre 2001 ; Intervenant 13, Fonds de la division documentaire de la CBC, 27 avril 2000.

29  Historien 2, Fonds de la division documentaire de la CBC (a), janvier 1998 ? ; Intervenant 10, Fonds de la division documentaire de la CBC (a), 4 mai 2000.

30 Idem, Fonds de la division documentaire de la CBC (a), 2000 ? ; Ibid., Fonds de la division documentaire de la CBC (a), 21 novembre 2000.

31  Idem, Fonds de la division documentaire de la CBC (a), 23 avril 2001.

32  Historien 3, Fonds de la division documentaire de la CBC (a), 4 décembre 2000.

33  Historien 1, Fonds Ramsay Cook (a), 18 juin 1999.

34  Historien 1, Fonds de la division documentaire de la CBC (a), 28 janvier 1998.

35  Historien 1, Fonds Ramsay Cook (b), 18 août 2000.

36  Historien 7, Fonds de la division documentaire de la CBC (a), 24 septembre 2001.

37  « Canadian’s interest in history », dans Fonds de la division documentaire de la CBC (b).

38  Il est difficile de déterminer les motivations profondes des téléspectateurs qui écrivent à la CBC/Radio-Canada, au-delà des considérations théoriques. Le tout nécessiterait une étude ethnologique plus approfondie.

39  Nous avons exclu de notre échantillon de 925 courriels ceux provenant de l’extérieur du Canada et dont la région était non identifiable.

40  Ce récit victimaire circule dans la sphère publique, mais il ne reflète pas nécessairement le point de vue de la majorité des historiens québécois, ni la tradition historiographique québécoise ou canadienne-française.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Côté, « Encodage et décodage des récits historiques. Un cas : la série Le Canada, une histoire populaire », Conserveries mémorielles [En ligne], #9 | 2011, mis en ligne le 15 avril 2011, consulté le 23 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/cm/828

Haut de page

Auteur

Olivier Côté

détient un doctorat en histoire de l’Université Laval (Québec, Canada). Il travaille sur les représentations identitaires dans les médias et sa thèse porte sur le contexte de production, l’articulation et la réception populaire et médiatique de la série Le Canada, une histoire populaire. Il est également le coordonnateur général de la revue HistoireEngagee.ca.  

Olivier Côté
holds a PhD in history from Université Laval (Québec, Canada). He works on representations of identities in medias and his dissertation focuses on the TV series Canada. A People’s History, with a particular interest on the context of production, the articulation, the public reception as well as the reception by the media. He is the general coordinator of the journal HistoireEngagee.ca.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals