Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15La construction de la ville occup...

La construction de la ville occupée dans le roman de résistance de Hertha Ligeti. Les Étoiles ne s'éteignent pas (1959)

Hubert Roland
p. 51-65

Texte intégral

1 Le roman Die Sterne verlöschen nicht (Les étoiles ne s’éteignent pas) de l’écrivaine autrichienne “oubliée” Hertha Ligeti, publié en 1959 à Bucarest, constitue indéniablement un témoignage historique rare et de première valeur sur les milieux de l’exil anti­fasciste et de la résistance organisée à la terreur nazie en Belgique occupée. La présente contribution se consacrera, après une né­cessaire contextualisation historique et en continuité directe avec quelques considérations sur les spécificités narratives du roman, à la perception et à la construction d’un espace configuré par les réalités successives de l’exil et de la lutte politique dans le cadre de la ville soumise à l’oppression d’un appareil de répression or­ganisé systématiquement par l’occupant nazi.

Un roman inscrit “dans l’histoire” des réseaux résistants

2 Les circonstances historiques particulières qui ont mené à l’écriture du roman de Ligeti ont suscité l’attention de plusieurs publications ces dernières années et on se contentera ici d’en rappeler les faits saillants. Née le 11 novembre 1920 dans une famille juive de Vienne et inscrite tôt dans les mouvements de jeu­nesse communiste de cette ville, Ligeti prendra le chemin de l’exil vers la Belgique et Bruxelles immédiatement après l’Anschluss et la mise au pas national-socialiste de l’Autriche en 1938. L’exil dont il est question s’organise dans le cadre collectif de réseaux communistes qui se structureront toujours davantage pendant la guerre. En fait notamment partie le futur écrivain et essayiste Hans Mayer (1912-1978), mieux connu sous le nom de Jean Améry pour son ouvrage fonda­mental de la littérature du té­moignage de la Shoah, Jenseits von Schuld und Sühne (Par delà le crime et le châtiment, 1966), qui s’efforça de donner forme à l’expérience de la torture, en référence aussi bien à son vécu dans le camp de concentration (Auffanglager) de Breendonk en Bel­gique qu’à Auschwitz.

  • 1 J’ai rassemblé et commenté les différentes sources historiques relatives à la fois à Ligeti et à l’ (...)

3 L’expérience de vie des exilées et exilés (que l’on désignera dans cet article par le terme épicène mascu­lin), parmi lesquels figure un nombre important de femmes, est corroborée à la fois par les dif­férents témoignages historiques qui nous sont parvenus que par le roman Die Sterne verlöschen nicht, rédigé a posteriori : lutte pour la survie et précarité du quotidien dans le contexte difficile de la Belgique d’avant-guerre ; départ général pour l’étranger au mo­ment du chaos de mai 1940. Les exilés reviennent ensuite à Bruxelles et entrent dans différentes activités de résistance orga­nisée comme la fabrication et diffusion d’un journal clan­destin, Die Wahrheit, ou une action subversive de démotivation des sol­dats au travers de contacts entretenus dans la vie quo­tidienne par les femmes du réseau. Ce périlleux Mädel­arbeit finit par mener Ligeti et plusieurs de ses camarades à l’arrestation et la dépor­tation via le camp de transit de la Caserne Dossin à Malines. Ayant survécu à la “marche de la mort” vers Ra­vensbrück, où elle poursuivit jusqu’à l’intérieur du camp son activisme politique, Ligeti retourna à Vienne en 1945, avant de se marier et de partir pour la Roumanie. Elle quitta ce pays pour Israël en 1975, où elle vécut jusqu’à son décès en 19961.

  • 2 Cf. la publication dirigée par E. Thurner sur base des souvenirs de Susanne Kriss, Hertha Fuchs-Lig (...)
  • 3 Cf. l’article « Hertha Ligetis Roman Die Sterne verlöschen nicht (1959) : Ein vergessenes Werk der (...)
  • 4 J.-C. Bologne, « L’écriture de l’histoire », op. cit., p. 83.
  • 5 Ibid., p. 98.

4 L’imposant roman (670 pages en simple interligne) publié en allemand à Bucarest avec un recul de quelque quinze à vingt années par rapport aux événements historiques ne s’inscrit donc pas en porte-à-faux par rapport aux témoignages de Ligeti et de ses compagnes d’exil, qui ont été collectés entre les années quatre-vingts et le début des années deux mille dans une logique de transmission2. J’ai toutefois tenté d’illustrer par ailleurs à quel point la littérarité du texte présuppose une forme d’appropriation par son autrice, jusqu’à en relativiser le caractère de vérité historique absolue et privilégier une forme d’écriture que Jean-Claude Bologne appelle le « roman dans l’histoire » (plutôt que « roman historique »), se référant à une réalité éminemment « relative, subjective et my­thique »3. La « relativité » évoquée par Bologne ne cherche en aucun cas à avaliser un relativisme historique, mais elle plaide au contraire pour une éthique de la responsabilité du lecteur, censé ne pas avaliser passivement l’interprétation de la réalité que lui suggère la fiction romanesque. Il s’agit d’assumer le caractère re­latif d’une réalité qui se réfère au fictionnel, est fondamentalement ancrée en lui, puisqu’elle « n’a de sens qu’à l’intérieur du récit, qui seul définit sa convention » ; de même la subjectivité de l’œuvre de fiction implique que la réalité historique « n’a d’existence que dans le regard que portent sur elle l’auteur puis le lecteur »4. Le recours au mythe (« immanent à la nature humaine ») enfin s’im­pose selon Bologne comme « une autre manière, plus classique, de désigner le nœud intemporel d’une histoire. C’est une autre façon, pour un nostal­gique de la transcendance, de la retrouver par l’ab­straction »5.

  • 6 H. Roland, « Les femmes autrichiennes de l’exil... », op. cit., p. 63-65.

5 C’est dans cette perspective que la voix certes autobio­graphique de Ligeti, victime directe de la torture et de la dépor­tation, retentit à travers la polyphonie d’une œuvre littéraire dont certains traits génériques méritent une attention particulière par leur littérarité. L’appartenance résolue du roman au genre du réalisme socialiste est claire, tant la vaste fresque des personnages présentés s’articule autour de caractères exemplaires, censés à la fois incarner l’action révolutionnaire, mais également un idéal de confiance dans la vie elle-même et de foi dans l’avenir, au-delà des atrocités vécues par les personnages. À cet égard, une mission par­ticulière des personnages féminins est mise en évi­dence, et ce dans une perspective de genre, car c’est bien à la femme, et peut-être en particulier à la mère (en écho parfait avec la pièce Die Mutter de Bertolt Brecht), qu’il reviendra de perpé­tuer l’éducation au sein d’une communauté, tout en transmettant un impératif vitaliste de foi dans la vie6.

Une conscience de la réalité de l’instabilité

  • 7 Ligeti se plaît ainsi à imaginer la situation d’un Belge germanophone, Joseph Neumayer, volontaire (...)

6 D’autres aspects du roman ayant trait à son rapport « relatif » à la réalité historique relèvent moins de l’idéologie que de la narration proprement littéraire. Ainsi en est-il de la probléma­tique des identités changeantes et trompeuses, qui, à mon sens, a incité l’autrice à imaginer des situations fictives relevant davan­tage du jeu littéraire que du témoignage historique. Certaines situations se réfèrent à un brouillage, un camouflage des identités intrinsèquement lié à la situation de guerre et d’occupation et au sentiment permanent de vivre une réalité non fiable, reflet du vécu des situations concrètes de résistance par exemple7.

7 Les modalités particulières de la configuration de l’espace con­stituent quant à elles une dimension fondamentale de cette réalité qui se dérobe d’un instant à l’autre, en particulier pour les personnages combattants exclus et traqués au sein de la ville fracturée et partagée. Au stade avancé de l’exclusion et de la per­sécution dont il est question, le territoire lui-même est devenu à la fois contrôlé et illicite, de sorte que la question de l’admission à un espace public partagé ne se pose même plus, déstabilisant tout fondement de l’existence humaine et déshumanisant la personne dans son intimité au réel. Le totalitarisme au quotidien vise à transmettre et faire intérioriser à la victime qu’il lui sera impos­sible d’échapper à l’espace contrôlé.

  • 8 « Kat-kat-kat-kat, knatterte es aus diesem unschuldigen Himmelsblau. Ein altes Weiblein steckte sog (...)
  • 9 « Kein Tag im letzten Jahr war vergangen, dass sie dieses Wort nicht im Mund gehabt hätten, es war (...)

8 La situation d’exposition à la persécution dans l’espace illicite prolonge et radicalise une perception du réel faite d’agitation intérieure et d’insécurité qui constituait en réalité déjà la con­dition ontologique de l’exilé. Ce dernier, dès avant la guerre, était forcé de s’adapter en permanence aux conditions dictées par les événements. Une attention particulière est encore portée dans le roman au thème des rumeurs successives, qui, l’espace d’un instant, déstabilisent les conditions de l’existence des exilés. Lors des journées qui marquent le déclenchement de la guerre, ce sentiment s’exporte à l’entièreté de la communauté urbaine. C’est donc une incrédulité généralisée qui caractérise ces journées, au moment où la guerre se matérialise sur le plan sonore à travers une anecdote de la vie quotidienne : « Kat-kat-kat-kat, cela péta­radait dans ce ciel bleu innocent. Une petite vieille passa immédiatement la tête depuis une mansarde du quatrième étage. [...] Elle ne pouvait rien voir de ce qui se passait, ni percevoir qu’un des avions concernés chutait et s’écrasait, laissant derrière lui une trace fumante. Mais ses yeux sortirent toutefois avec effroi de leurs orbites. Tous ces bruits angoissants avaient réveillé dans son cerveau affaibli par l’âge un souvenir particulièrement lointain. Ses lèvres asséchées et vidées de sang marmonnaient un mot incompréhensible, toujours le même, qu’elle se mit alors soudain à hurler d’une voix rauque : “Oorlog” [Guerre]. »8 Il faut dire également que ce mot était devenu depuis longtemps om­niprésent au quotidien, « tout comme on parle de pain, de sucre et d’amour, on avait su qu’il deviendrait un jour réalité, aussi pour eux [les exilés] on savait que chaque heure de paix était donnée comme un cadeau [...] »9.

Hertha Ligeti

(Dossier individuel de la Police des Étrangers, Archives générales du Royaume).

  • 10 « Was war denn wirklich geschehen ? » ; « [...] falls es überhaupt wahr sein sollte […] » ; « Aber (...)
  • 11 « [...] [S]o bricht der Krieg doch nicht aus, an einem heiteren Maimorgen, von einem abstürzenden F (...)

9 Avant de vouloir admettre qu’un retour à la vie ordinaire n’aura cette fois pas lieu, les exilés se bornent dans leurs con­versations à répéter les marques d’incrédulité (« Que s’était-il passé exactement ? » ; « […] au cas où cela s’avérerait tout simplement vrai […] » ; « Mais on ne sait encore rien de précis, peut-être ceci n’est-il pas du tout vrai »10), a fortiori quand on observe le contraste avec le contexte paisible d’une lumineuse journée de printemps : « […], mais une guerre ne se déclenche pas ainsi au milieu d’une joyeuse matinée de mai, proclamée par un avion qui s’écroule et par une vieille femme, la guerre jaillit crachante au beau milieu du feu et du tonnerre, comme dans un tremblement de terre... »11

  • 12 « Nach dem ersten Schreck am Morgen stellten die Menschen sich auf die neue Lage ein : War der Krie (...)
  • 13 « Ils ont vendu la Tchécoslovaquie aux Nazis et tu t’en réjouis, Mère ! » (« Sie haben die Tschecho (...)

10 La situation de l’exilé avait exigé une faculté d’adaptation instantanée et à présent, suivant la perspective engagée des exilés communistes, une capacité de mobilisation immédiate, une fois dépassée l’observation du joyeux ciel de mai : « Après la première crainte de la matinée, les personnes se mettent dans l’état d’esprit de la nouvelle situation : si la guerre avait été déclenchée, alors il fallait juste se battre. »12 Ce constat fait en réalité suite à une période d’incertitude de deux ans, à laquelle il a déjà été fait écho dans le roman plus tôt. À l’occasion des négociations portant sur l’avenir de la Tchécoslovaquie en septembre 1938 à Munich, aussi bien la population belge que les exilés envisageaient la possibilité d’une guerre prochaine. L’accord de Daladier et Chamberlain avec Hitler avait toutefois provisoirement fait croire à la démo­bilisation et à l’imminence de la paix. Ce qu’avaient même pensé certains émigrés, mais au sein des familles de celles-ci, les enfants ne pouvaient se réjouir d’une fragile tranquillité acquise au détriment d’une Tchécoslovaquie délaissée au profit des Nazis13.

  • 14 « Ein Gerücht jagte das andere, die Leute wussten nicht, wohin sie sich wenden sollten » (SVN, p. 2 (...)

11 Le début de l’invasion allemande en Belgique le 10 mai 1940 met officiellement un terme à la « drôle de guerre » et à la si­tuation incertaine depuis l’attaque allemande en Pologne en septembre 1939. Toutefois, aussi bien les exilés que la population locale continuent de subir un climat dans lequel la rumeur demeure le seul fondement de l’existence. Tandis qu’un flot de réfugiés se met en branle pour quitter la ville – sous l’emprise du souvenir traumatisant des atrocités allemandes contre la po­pulation civile lors des premiers mois de la Première Guerre mondiale – d’autres affirment qu’il ne faut pas bouger de la ville, car les Allemands n’y arriveraient jamais. Que faire et où se rendre ? Sur la côte flamande disent certains, où des bateaux anglais recueilleraient les réfugiés : « Une rumeur chassait l’autre et les gens ne savaient plus dans quelle direction s’orienter. »14

  • 15 Cf. SVN, p. 218-219.
  • 16 Cf. SVN, p. 87-88.

12 Pour les émigrés autrichiens de la commune de Molenbeek-Saint-Jean (un quartier cité aussi bien dans les témoignages historiques que dans le roman de Ligeti), voisine du centre de Bruxelles, un lieu-frontière particulier de la ville cristallise la fluidité ou le blocage de la situation, celui des ponts des canaux qui relient les quartiers du centre et ceux de la périphérie et que l’on prétend minés par l’armée anglaise, afin de les faire exploser et d’empêcher une progression allemande15. Une fois encore, le sol se dérobe sous les pieds des exilés, contraints de s’en remettre aux puissances européennes pour endiguer le danger allemand, et ce depuis leur départ d’Autriche en 1938, au moment où la rumeur voulait que les protestations des pays étrangers contre les lois raciales en Allemagne contribueraient à améliorer le sort des populations juives dans ce pays16. Depuis lors, c’est un sentiment de méfiance qui imprègne la relation à toute personne rencontrée dans le quotidien et qui induit la peur d’être trompé par un ami ou un ennemi potentiel. Ceci explique la thématique permanente du mensonge et du camouflage, qui trouve à s’exprimer non seule­ment au niveau des jeux sur les identités, mais qui est également projetée sur toute dimension intériorisée de l’espace.

Camouflage des identités et perception de l’espace

13 Le camouflage se révèle en réalité une pratique courante de tous les camps politiques. Il peut même s’avérer une question de survie pour les activistes de la Résistance, pour qui la pratique du mensonge et de la tromperie s’avère nécessaire dans l’espace public. Ainsi en est-il du travail de démotivation des soldats pra­tiqués par les jeunes femmes de la Résistance, qui ne peuvent montrer leur vrai visage et feignent la naïveté. Au moment où elles choisissent de s’exposer et de distribuer du matériel de propagande antifasciste, elles prennent le risque d’être démasquées et arrêtées, ce qui finira par les mener à leur perte.

14 Depuis le début des hostilités, la question du camouflage des identités a contribué à brouiller en permanence la perception des espaces de danger ou de sécurité. Lors de leur arrivée dans la zone transit entre Aix-la-Chapelle (Aachen) et les forêts de l’Est de la Belgique, Ossi et Kurtl avaient été aidés par un affilié de la Sturmabteilung (SA) lors de leur passage, par simple compassion de ce dernier envers eux (cf. SVN, p. 91 sq). Par ailleurs, il était déjà courant que des membres des réseaux de l’appareil de la Résistance investissent la machinerie de l’administration natio­nale-socialiste pour mieux la pervertir de l’intérieur. Ainsi Hedy travaillait-elle, pour le compte du Parti Communiste, au service de l’industrie d’armement dans un rôle déjà hautement subversif (cf. SVN, p. 131-132). Cette logique sera menée jusqu’au bout des actions de résistance, lorsque Hanna, internée au camp de con­centration de Birkenau, assumera la responsabilité de la fonction d’Oberkapo, à la fois pour tenter de soulager les souffrances de ses camarades de détention et pour tenter encore une fois d’enrayer les mécanismes du système de détention (cf. SVN, p. 589 sq).

  • 17 « Ich lebte in ständiger Furcht, ich lebte dieses U-Boot-Leben wie ein gehetztes Tier – o ja, ich w (...)

15 Le jeu des identités imprègne la conscience de la réalité et de l’agir des personnages, qui s’en retrouvent psychologiquement trau­matisés, également de par leur perception d’un espace en permanence déstabilisé. Seul l’engagement dans l’action contre le totalitarisme permet de compenser le sentiment de mener une vie sous-terraine, comme le confiait Hertha Ligeti dans son entretien avec Erika Thurner, dans lequel elle avait recours à la métaphore du sous-marin : « Je vivais dans un état d’angoisse permanent, je vivais une vie de sous-marin, comme un animal traqué – oh oui, je voulais faire quelque chose et participer à la lutte contre Hitler. Faire quoi ? – Cela m’était égal. »17

  • 18 « Er ist ein Kind beider Nationen, wohnt auf belgischem Gebiete, ist belgischer Staats­bürger, sein (...)

16 L’ambivalence des identités changeantes donne encore lieu à quelques considérations doucement ironiques lorsqu’il est ques­tion de l’espace frontalier entre l’Allemagne et la Belgique, le domaine par exemple des « passeurs de frontière » (Grenz­schmuggler) qui, illicitement, permettent aux exilés de passer la frontière à l’abri des forêts, les uns par idéalisme, les autres contre rémunération en espèces. Au passage, l’autrice rend hommage à l’enfant Henri qui, dans cette région, représente cette population germanophone qui avait brutalement changé de nationalité en 1920. Ainsi Henri grandit-il étranger aux principes de nation et de patrie : « Il est un enfant de deux nations. Grandit sur territoire belge, est citoyen belge, mais sa langue maternelle est l’Allemand. Et comme la première ville belge depuis chez lui est éloignée d’une demi-journée de marche, il se rend à l’école à Aix-la-Chapelle. [...] Quelle est sa patrie ? “Tu es Belge de nationalité allemande”, lui dit son père, mais à l’école on lui enseigne : “Tu es Allemand. Les Belges sont tes ennemis, tu dois les détester”. Mais il ne comprend rien à toutes ces choses. Sa patrie c’est l’Eifel, cette forêt mag­ni­fique avec ses chênes ancestraux, ses tilleuls, ses hêtres. C’est ici qu’il est né. C’est ici que son grand-père et son arrière-grand-père étaient garde-forestiers et c’est ce qu’il deviendra. Le traçage de la frontière au beau milieu de l’enclave de sa patrie ne lui donne aucun mal de tête. »18

  • 19 « So wurden Tag für Tag mit bewundernswürdiger Ausdauer und Geduld feine un­sichtbare Fäden gesponn (...)

17 En contrepoint de la quiétude (relative) d’un espace frontalier qui se confond avec la nature, la même thématique de l’idylle pacifique du « hinterland » (friedliches Hinterland) de la ville dans laquelle on ne se battait pas est devenue pour les milieux de la Résistance un « territoire ennemi » (Feindesland ; SVN, p. 488), où tout n’est que « tromperie et mensonge » (Lug und Trug ; SVN, p. 328). Car le camouflage (Tarnung) du centre de la ville (In­nenstadt) délimité des quartiers extérieurs (Außenbezirke) par les boulevards intérieurs de Bruxelles – un espace sur lequel l’autrice transpose la métaphore du Ring, empruntée à la topographie de Vienne – présente une image trompeuse de la prospérité (« ein trü­gerisches Bild des Wohlstands » ; SVN, p. 389) de la ville, en même temps qu’il ne protège en rien du sentiment issu de l’angoisse permanente d’être traqué par les soldats allemands. Encore une fois, la seule manière de faire face à l’expérience d’un sol en permanence mouvant et de peut-être parvenir à apaiser tem­porairement son caractère oppressant, réside dans les gestes rationnels de l’action politique à travers le quadrillage de l’espace, le fait de tisser avec « endurance et patience » des « fils invisibles » qui, « de caserne en caserne, d’unité à unité, de personne à per­sonne » relient et portent à travers un geste de la main à la main l’objet qui contribue à la lutte, en l’occurrence le journal clandestin hebdomadaire Die Wahrheit (La vérité). Bien que ceci se fasse au péril de leur vie, les résistants se sentent grandis d’une expérience qui fait d’eux, même s’ils ne l’avaient pas souhaité, des « apôtres de la vérité »19. La topographie concrète de leur parcours dans la ville est minutieusement reconstituée comme pour sou­tenir et accompagner le geste : conçus matériellement dans une des mansardes de la ville, les imprimés clandestins et le journal Die Wahrheit descendent littéralement dans l’imprimerie de la cave d’une villa située en bordure de la ville, avant de remonter dans l’es­pace public pour diffusion.

Asymétrie et hétérogénéité de “l’espace sémiotique”

  • 20 Je m’efforce de compenser mon incapacité à lire l’édition originale russe de L’univers de l’esprit (...)
  • 21 M. Lisse, « La sémiosphère... », op. cit., p. 197.

18 En guise de réflexion conclusive, on pourrait suggérer qu’une analyse de la représentation de l’espace ou des espaces de la ville occupée et du pays en guerre dans le roman de Ligeti soit menée dans une comparaison avec d’autres œuvres rédigées dans le même contexte, au sein d’un corpus littéraire finalement très peu connu de la Belgique en guerre. Il ne fait aucun doute qu’un tel « espace sémiotique » – pour s’inspirer de l’appareil conceptuel de la sé­miosphère élaboré par Youri Lotman – se caractériserait par son « hétérogénéité » fondamentale, de même que par les idées de « binarité » et d’« asymétrie »20. Comme c’est le cas à l’intérieur de n’importe quel champ culturel, l’espace de la ville occupée in­clut une diversité, une « palette de langages en constante évolution », dont « la hiérarchie et le classement [...] se modifient sans cesse », une telle hétérogénéité conflictuelle devenant ainsi con­stitutive de la sémiosphère21.

  • 22 Cf. J. M. Lotman, Die Innenwelt..., op. cit., p. 166-167.

19 L’exemple du romantisme européen donné par Lotman pour illustrer son propos n’est pas aussi éloigné de notre cas d’étude qu’on pourrait a priori le penser, car Lotman y fait référence à la comparaison que faisait le poète et général russe des guerres napoléoniennes Denis Davidov entre poésie romantique et théorie tactique de la guerre des Partisans22. De la même manière que la vision de l’espace romantique est traversée par des élans po­litiques, la lutte politique du mouvement résistant est également sous-tendue par une conception romantique de la guerre. Un tel antagonisme est effectivement à l’œuvre au cœur de l’action de résistance décrite par Ligeti, opposant la conception rationnelle et pragmatiquement structurée de la lutte organisée par le réseau communiste d’une part, et de l’autre la concurrence d’un mou­vement Partisan structurant cette action autour de coups d’éclat armés spectaculaires, mais ponctuels, imaginés comme de ju­véniles et « téméraires plans romantiques » (kühne romantische Pläne ; cf. SVN, p. 494-495). Une telle hétérogénéité, déjà in­hérente à un mouvement politique en principe convergent, anticipe des fractures sans doute plus nettes encore qu’une com­paraison avec d’autres ouvrages illustrant des points de vue idéologiques opposés sur la ville occupée permettrait donc cer­tainement de mettre en lumière.

Haut de page

Notes

1 J’ai rassemblé et commenté les différentes sources historiques relatives à la fois à Ligeti et à l’exil autrichien en Belgique entre 1938 et 1945 dans l’article « Les femmes au­tri­chiennes de l’exil antifasciste, vues à travers le roman de Hertha Ligeti Les étoiles ne s’éteignent pas », que j’ai donné dans le numéro de la revue Sextant dirigé par A. Morelli, Femmes exilées politiques. Exhumer leur histoire (Sextant 26, 2009), p. 59-67. Depuis lors, une recherche approfondie est menée à ce sujet par Andrea Hurton et Hans Schafranek sur base de documents inédits provenant du centre d’archives de la Résistance autrichienne (Dokumentationsarchiv des österreichischen Widerstandes, www.doew.at). Andrea Hurton en a publié récemment quelques premiers résultats dans son article « Österreicherinnen in der belgischen Résistance. Eine topographische und archiva­lische Spurensuche in Brüssel und Malines/Mechelen », dans S. Bischoff e.a. (éds.), “Belgium is a beautiful city ?” Resultate und Perspektiven der Historischen Belgien­forschung, Munster-New York, 2018, p. 161-170. Le site internet de la Caserne Dossin a mis en ligne une notice explicative et plusieurs documents portant sur les membres du Front Autrichien de la Liberté, dont Améry et Ligeti. On y reproduit l’ordre d’arrestation de Ligeti pour « démoralisation » (Zersetzung) de soldats de la Wehrmacht, en date du 23 juin 1943 (https://www.kazernedossin.eu/FR/Overzicht-Transporten/ Transport-XXIII/Het-Osterreichische-Freiheitsfront-Joodse-verzets). Voir aussi B. Dickschen, « La ferme-école juive de La Ramée durant l’occupation (avril 1941-août 1942) », Les Cahiers de la Mémoire contemporaine 6, 2005, p. 79-133.

2 Cf. la publication dirigée par E. Thurner sur base des souvenirs de Susanne Kriss, Hertha Fuchs-Ligeti et Gundl Herrnstadt-Steinmetz, Wien-Belgien-Retour ?, Vienne-Salz­bourg, 1991, et celle supervisée par M. Klein dans le cadre d’une enquête menée par la Fondation de la Mémoire contemporaine, « Souvenirs de résistants autrichiens en Belgique », Les Cahiers de la Mémoire contemporaine 3, 2001, p. 73-86.

3 Cf. l’article « Hertha Ligetis Roman Die Sterne verlöschen nicht (1959) : Ein vergessenes Werk der Exilliteratur in Belgien », que j’ai donné dans l’ouvrage H. Bouillon (éd.), Langues à niveaux multiples. Hommage au Professeur Jacques Lerot, Louvain-la-Neuve, 2004, p. 217-227, de même que surtout J.-C. Bologne, « L’écriture de l’histoire », dans G. Michaux (éd.), Histoire et fiction, Morlanwelz, 2001, p. 73-111.

4 J.-C. Bologne, « L’écriture de l’histoire », op. cit., p. 83.

5 Ibid., p. 98.

6 H. Roland, « Les femmes autrichiennes de l’exil... », op. cit., p. 63-65.

7 Ligeti se plaît ainsi à imaginer la situation d’un Belge germanophone, Joseph Neumayer, volontaire dans un camp de travail autrichien mais déçu de cet engagement et désireux de rentrer en Belgique. Il porte en réalité officiellement une autre identité, car, dans le bref intervalle des premiers jours de la guerre, Neumayer avait été quelques jours membre de l’armée belge et s’était procuré la carte d’identité de son compagnon belge Dumont, rapidement décédé dans la guerre. Il change alors d’identité avec le jeune résistant autrichien Ottl, heureux de pouvoir se camoufler sous identité belge dans son propre pays, tandis que le Belge rentre à Eupen avec le statut de réfugié autrichien... (cf. H. Ligeti, Die Sterne verlöschen nicht, Bucarest, 1959, p. 353 sq. ; je cite dorénavant le texte via l’abréviation SVN). On rappellera que l’actuelle Belgique germanophone appartenait à l’Allemagne jusqu’à ce que le Traité de Versailles décide de cette ponction territoriale qui entraîna un changement de nationalité soudain et arbitraire de ses habitants. Les hommes de cette région furent donc soumis à plusieurs ordres de mobilisation contradictoires au service des armées allemande et belge entre 1914 et 1940.

8 « Kat-kat-kat-kat, knatterte es aus diesem unschuldigen Himmelsblau. Ein altes Weiblein steckte sogleich den Kopf aus einem Dachstubefenster im vierten Stockwerk. [...] Das Weiblein sah von alldem nichts, auch als das eine Flugzeug sich überschlug und abstürzte, eine qualmende Rauchspur hinterlassend, nahm sie es nicht wahr. Dennoch quollen ihre Augen vor Schreck noch stärker aus den Höhlen. Die beängstigenden Geräusche hatten in ihrem vom Alter geschwächten Hirn eine weit zurückliegende Erinnerung geweckt, ihre blutleeren, vertrockneten Lippen murmelten unverständlich ein Wort, immer dasselbe, bis sie es plötzlich heiser hinausschrie : “Oorlog” » (SVN, p. 205-206). J’ai traduit toutes les ci­tations de l’allemand.

9 « Kein Tag im letzten Jahr war vergangen, dass sie dieses Wort nicht im Mund gehabt hätten, es war zum Alltagsbegriff geworden, wie Brot, Zucker, Liebe, man hatte gewusst, dass es eines Tages Wirklichkeit werden würde, auch für sie hier, hatte gewusst, dass jede Friedensstunde ein Geschenk sei [...] » (SVN, p. 207).

10 « Was war denn wirklich geschehen ? » ; « [...] falls es überhaupt wahr sein sollte […] » ; « Aber man weiß doch noch nichts Bestimmtes, vielleicht ist es gar nicht wahr » (SVN, p. 207-208).

11 « [...] [S]o bricht der Krieg doch nicht aus, an einem heiteren Maimorgen, von einem abstürzenden Flugzeug und einem alten Weib verkündet, der Krieg bricht donnernd und feuersprühend aus, einem Erdbeben gleich... » (SVN, p. 207).

12 « Nach dem ersten Schreck am Morgen stellten die Menschen sich auf die neue Lage ein : War der Krieg ausgebrochen, dann musste eben gekämpft werden » (SVN, p. 209).

13 « Ils ont vendu la Tchécoslovaquie aux Nazis et tu t’en réjouis, Mère ! » (« Sie haben die Tschechoslowakei an Hitler verkauft, und da freust du dich noch darüber, Mutter ! »), déclare le jeune Ossi (SVN, p. 184).

14 « Ein Gerücht jagte das andere, die Leute wussten nicht, wohin sie sich wenden sollten » (SVN, p. 217).

15 Cf. SVN, p. 218-219.

16 Cf. SVN, p. 87-88.

17 « Ich lebte in ständiger Furcht, ich lebte dieses U-Boot-Leben wie ein gehetztes Tier – o ja, ich wollte etwas tun, mitmachen gegen die Hitlerei. Was ? – Das war mir gleich » (cf. E. Thurner (éd.), Wien-Belgien-Retour ?, op. cit., p. 140).

18 « Er ist ein Kind beider Nationen, wohnt auf belgischem Gebiete, ist belgischer Staats­bürger, seine Muttersprache aber ist Deutsch, und da der nächste Ort eine halbe Tagreise entfernt ist, geht er in Aachen zur Schule. [...] Welches ist sein Heimatland ? “Du bist Belgier deutscher Nationalität”, sagt sein Vater, aber in der Schule lehrt man ihn : “Du bist Deut­scher. Die Belgier sind deine Feinde, du musst sie hassen.” Doch er versteht von diesen Dingen noch nichts. Seine Heimat ist die Eifel, dieser herrliche Wald mit seinen uralten Eichen, Linden und Buchen. Hier ist er geboren, hier waren Großvater und Urgroßvater schon Waldheger, und er wird es auch sein. Dass mitten durch sein Fleckchen Heimatland die Grenze verläuft, verursacht ihm kein Kopfzerbrechen. » (SVN, p. 113)

19 « So wurden Tag für Tag mit bewundernswürdiger Ausdauer und Geduld feine un­sichtbare Fäden gesponnen, von Kaserne zu Kaserne, von Einheit zu Einheit, von Mensch zu Mensch. In einem der üblichen Dachstübchen, deren es in dieser Großstadt so viele gab, liefen diese Fäden zu einem Knoten zusammen, spannen sich von dort in den Kellerraum einer kleinen Villa am Rande der Stadt, wo sich die Druckerei befand, in der die Flugblätter und die regelmäßig wöchentlich erscheinende Soldatenzeitung gedruckt wurden ; “Die Wahr­heit” war die Zeitung betitelt, und diejenigen, die es unter Einsatz ihres Lebens wagten, sie zu verbreiten, glichen, freilich ungewollt, tatsächlich Wahrheitsaposteln. » (SVN, p. 440-441)

20 Je m’efforce de compenser mon incapacité à lire l’édition originale russe de L’univers de l’esprit (1966) en renvoyant à la fois à la traduction française de La sémiosphère (seconde partie éponyme de cet ouvrage) par A. Ledenko (Limoges, 1999, p. 10 sq.) et à la traduction allemande des passages convergents par G. Leupold et O. Radetzkaya dans J. M. Lotman, Die Innenwelt des Denkens. Eine semiotische Theorie der Kultur, Berlin, 2010, p. 163 sq. Voir également l’article très stimulant de M. Lisse, « La sémio­sphère et ses frontières. De l’intérêt de la pensée de Youri Lotman pour une approche de l’histoire littéraire », dans Ch. Drösch – H. Roland – S. Vanasten (éds.), Literarische Mikro­kosmen. Begrenzung und Entgrenzung / Les microcosmes littéraires. Limites et ouvertures. Hommage à Ernst Leonardy, Bruxelles (e.a.), 2006, p. 195-203.

21 M. Lisse, « La sémiosphère... », op. cit., p. 197.

22 Cf. J. M. Lotman, Die Innenwelt..., op. cit., p. 166-167.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Hertha Ligeti
Crédits (Dossier individuel de la Police des Étrangers, Archives générales du Royaume).
URL http://journals.openedition.org/cmc/docannexe/image/1165/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hubert Roland, « La construction de la ville occupée dans le roman de résistance de Hertha Ligeti. Les Étoiles ne s'éteignent pas (1959) »Les Cahiers de la Mémoire Contemporaine, 15 | 2021, 51-65.

Référence électronique

Hubert Roland, « La construction de la ville occupée dans le roman de résistance de Hertha Ligeti. Les Étoiles ne s'éteignent pas (1959) »Les Cahiers de la Mémoire Contemporaine [En ligne], 15 | 2021, mis en ligne le 01 juillet 2022, consulté le 24 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/cmc/1165 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cmc.1165

Haut de page

Auteur

Hubert Roland

Hubert Roland est Maître de Recherches du FNRS et professeur extraordinaire à l’Université catholique de Louvain (UCL). Il est Boursier de la Fondation von Humboldt (Humboldt-Stiftung) grâce à laquelle il a séjourné et enseigné aux Universités de Mar­bourg et de Munster.

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search