Navigation – Plan du site

Consignes aux auteurs

Les Cahiers de la Mémoire contemporaine – Bijdragen tot de Eigentijdse Herinnering sont publiés annuellement, depuis 1999, par la Fondation de la Mémoire contemporaine – Stichting voor de Eigentijdse Herinnering, Bruxelles (http://www.fmc-seh.be/fr). Ils proposent à leurs lecteurs des travaux originaux et de caractère scientifique portant sur l’histoire des Juifs en Belgique. Les textes adressés au secrétariat des Cahiers – Bijdragen sont soumis à un comité scientifique composé de spécialistes universitaires reconnus. Les Cahiers publient des contributions en français, néerlandais, anglais et allemand.

Remise des textes

Les textes doivent être adressés sur support informatique à info[at]fmc-seh.be. L’auteur précisera brièvement le(s) titre(s) sous le(s)quel(s) il désire être présenté. Il recevra dès publication 1’exemplaire de la revue et une copie sur PDF. Les exigences formelles suivantes doivent être suivies le plus rigoureusement possible :

Politique de publication

Les textes adressés au secrétariat des Cahiers – Bijdragen sont soumis à un comité scientifique composé de spécialistes universitaires reconnus. Les Cahiers publient des contributions en français, néerlandais, anglais et allemand.

Texte

Le texte n’excèdera pas 100 000 caractères, répartis en paragraphes de longueur raisonnable ; on évitera les paragraphes réduits à une phrase. Des intertitres seront régulièrement introduits, sauf en début de texte. Les intertitres sont en Romain gras, les éventuels intertitres de second niveau en italique gras. Évitez dans le corps du texte les subdivisions numérotées (1., 2., etc.) ou alphabétiques (a., b., etc.), les citations pouvant faire exception

Notes de bas de page

Les notes (maximum une seule par phrase) figurent en bas de chaque page. Elles ne comportent que des références aux sources ou à la littérature : les précisions, explicitations ou développements doivent être introduits dans le corps du texte. L’appel de note est placé avant la ponctuation principale, telle que le point-virgule ou le point final. P. ex. : Les bureaux se situaient rue Joseph Dupont, rue de la Régence1. En contexte de citation, la logique suivante doit être respectée : 1) Il dit que « c’est absolument faux »1. 2) Il dit : « C’est absolument faux. »1

Références (bibliographie et archives)

Ouvrages 

J. Bloch, Les inscriptions sanscrites de l’Inde du Sud, Paris, 1888.

Référence à des pages spécifiques : J. Bloch, Les inscriptions sanscrites de l’Inde du Sud, Paris, 1888, pp. 23-45.

Ph. Schreiber – R. Van Doorslaer (éds.), Les curateurs du ghetto. L’Association des Juifs en Belgique sous l’occupation nazie, Bruxelles, 2003

Référence à des pages spécifiques : J.-Ph. Schreiber – R. Van Doorslaer (éds.), Les curateurs du ghetto. L’Association des Juifs en Belgique sous l’occupation nazie, Bruxelles, 2003, pp. 47-49.

Chapitres

J. Nelis, « The situation in Ghent, Flanders », in : J.-Ph. Schreiber – R. Van Doorslaer (éds.), Les curateurs du ghetto. L’Association des Juifs en Belgique sous l’occupation nazie, Bruxelles, 2003, pp. 23-165.

Articles de revues

J. Bloch, « Une inscription sanscrite de Madras », dans Revue asiatique, n° 12, 1889, pp. 23-45.

Archives

Les informations suivantes doivent être listées comme suit : Lieux de conservation (en abrégé après la première occurrence), nom du fonds, nom ou n° du dossier, description du document, date.

P. ex. : Archives générales du Royaume (AGR), Police des Étrangers, 738, lettre de Jacques Kowalski à Gérard Meyer, 25.04.1947.

Pour une note ultérieure : AGR, Police des Étrangers, 739, procès verbal de la réunion du 23.07.1957.

Observations générales

Lorsque l’ouvrage a déjà été cité, on utilise op. cit. (en italiques). P. ex. : J.-Ph. Schreiber – R. Van Doorslaer (éds.), op. cit., pp. 117-123. Lorsque sont reprises dans une note les mêmes références que dans la note la précédant immédiatement, on les remplacera par Ibid. (en italiques) : P. ex. : J.-Ph. Schreiber – R. Van Doorslaer (éds.), Les curateurs du ghetto. L’Association des Juifs en Belgique sous l’occupation nazie, Bruxelles, 2003, pp. 47-49. Note suivante : Ibid., pp. 124-128.

Citations

Dans le corps d’une citation, […] marque une abréviation du texte ; [sic] : crochets droits, sic en italiques, indique que le texte donné est le bon, même s’il surprend. Les citations sont entre « guillemets », les façons de dire, euphémismes, etc., ainsi que les citations dans les citations sont entre “guillemets anglais”. Les citations et termes dans une langue autre que celle du texte sont en italiques, sauf les abréviations.

Acronymes

Les abréviations sont continues (sans points) et en majuscules : AIVG (et non A.I.V.G.).

Majuscules et minuscules

Les majuscules initiales doivent être accentuées : Office des Étrangers. À Bruxelles… Quels cas spécifiques récurrents : Première Guerre mondiale, Seconde Guerre mondiale, le roi Albert, la reine Elisabeth, le rabbin Guigui, le général Joffre, le président Bush… 

Ponctuation

Le : et le ; ainsi que ! et ? sont précédés d’un espace insécable.

Divers

Les années 20 : en chiffres sans apostrophe. Extrême droite, extrême gauche : pas de tiret.

Format

Le corps du texte est en Bodoni MT 12, les notes de bas de page sont en Bodoni MT 10.

Iconographie

L’iconographie éventuelle doit être numérisée et libre de droit, ou les droits doivent avoir été obtenus par l’auteur. Chaque cliché doit être identifié et sa source indiquée.

Merci de votre attention !

  • OpenEdition Journals