Navigation – Plan du site

Espaces Mentaux et Intégration Conceptuelle : Retour sur la Constitution de Théories Soeurs

Jean-Michel Fortis et Gilles Col

Résumés

Cet article tente de décrire les origines et l’évolution des théories des espaces mentaux et de l’amalgame conceptuel. La première partie expose le contexte théorique qui entourait Fauconnier, et le type de problèmes que son nouvel outil, les espaces mentaux, était appelé à résoudre. Des questions relatives à l’identité référentielle et à la présupposition avaient été mises en exergue, notamment par les sémanticiens générativistes ; les espaces mentaux apparurent comme un outil flexible permettant de les traiter. Dans la période qui suivit, la perspective fut élargie et en vint à embrasser des questions qui, dans d’autres approches, étaient liées aux notions d’analogie et de cadre et métaphore conceptuels. La théorie de l’amalgame conceptuel absorba pour ainsi dire son aînée, et prit de plus en plus le caractère d’une théorie générale de la cognition humaine et de la créativité. La formation et la nature de cette théorie, qui fut l’œuvre commune de Fauconnier et Turner, et les sources dont elle tira profit, sont le sujet de la seconde partie. En conclusion, l’histoire des espaces mentaux et de l’amalgame conceptuel reflète une évolution que l’on rencontre chez des linguistes affiliés à la linguistique cognitive. Sur le plan linguistique, elle a tissé des liens avec des approches qui mettent au premier plan la fusion de constructions morphosyntaxiques, que ces approches soient d’origine récente ou plus lointaine.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Au sein du conglomérat théorique qu’il est convenu d’appeler linguistique cognitive, les espaces mentaux et l’intégration conceptuelle ont une position originale. A l’instar de la grammaire cognitive de Langacker, ils prennent leur origine dans le contexte générativiste. Mais comme la théorie des métaphores conceptuelles, ils s’émancipent d’applications étroitement linguistiques, ou plutôt renégocient la frontière du linguistique.

2Le protagoniste de notre histoire, Gilles Fauconnier, appartient à la génération des fondateurs de la linguistique cognitive, Lakoff, Langacker et Talmy. Comme eux, il a travaillé d’abord dans le cadre générativiste, et comme eux a rompu avec ce cadre. Sa collaboration avec Mark Turner, qui vient des études littéraires, débouche sur la notion d’intégration conceptuelle, théorie très ambitieuse qui absorbe des travaux de provenances diverses. L’intégration conceptuelle s’élève ainsi au statut de processus cognitif général, impliqué par exemple dans la créativité et la résolution de problèmes.

3Comme nous le verrons, le germe de ces théories a été le traitement de questions débattues dans les années 1960-1980, et qui touchaient des problèmes d’identité et d’ambiguïté référentielles, de contrefactualité et de pragmatique. La première-née, c’est-à-dire la théorie des espaces mentaux, analysait à nouveaux frais ces questions, et en proposait une synthèse séduisante. Cette théorie sera l’objet de notre première partie. La théorie de l’intégration conceptuelle, qui prend la suite de son aînée, sera traitée en seconde partie.

4Nous nous efforcerons ici d’établir une généalogie historique, suivie d’une présentation des théories dans leur forme stabilisée. Le présent article, nous devons y insister, vise à reconstruire de manière aussi neutre que possible le contexte historique de formation des théories en question et leur évolution. Il ne s’agira pas de faire œuvre critique. Nous espérons qu’en accomplissant cette contextualisation, le travail qu’on va lire servira non seulement à l’histoire de la linguistique cognitive mais aussi à sa compréhension, dans la mesure où le contexte d’introduction des théories peut servir à comprendre leur raison d’être et les concepts qu’elles emploient.

1. Les espaces mentaux

1.1. Les “ caprices de la référence ”

5Dans les années 1970, des linguistes générativistes tentent de donner un traitement linguistique à des distinctions héritées de la philosophie. Ces distinctions regardent l’opposition entre énoncé de dicto et énoncé de re (surtout à la suite de Quine 1956 et d’abord chez McCawley 1976 [1970]), entre position opaque et référentielle (à la suite de Quine 1960), entre description attributive et référentielle (à la suite de Donnellan 1966).

6Reprenant la distinction quinienne entre position opaque et position transparente, Jackendoff (1975) met en parallèle l’énoncé d’une croyance (et autres contenus d’attitudes propositionnelles) et les expressions renvoyant à des images. En fin de compte, les contextes d’attitudes propositionnelles (par ex. ‘X croit que p’) illustrent un phénomène général, celui d’une double lecture possible des expressions renvoyant à des représentations, en comprenant sous ce dernier terme les contenus d’attitudes propositionnelles et les images.

7Dans Jean a peint une fille aux yeux bleus, l’expression fille aux yeux bleus peut renvoyer à l’image (lecture opaque), c’est-à-dire au portrait dont les yeux sont peints en bleu, ou à l’original (lecture transparente). La lecture transparente de la fille aux yeux bleus permet qu’un énoncé comme dans le tableau de Jean, la fille aux yeux bleus a les yeux verts puisse être interprété comme non-contradictoire.

8Jackendoff suggère que la distinction entre opaque et transparent soit étendue à tous les cas où une expression est susceptible de désigner une représentation qui vise un référent, que cette représentation soit mentale ou externe. Il appelle Image l’objet que décrit l’interprétation opaque, et Réel le référent visé. Pour rendre compte des contextes où cette distinction entre l’Image et le Réel est pertinente, Jackendoff assigne à ces contextes (par ex. les verbes de croyance, ou bien les termes renvoyant à des représentations comme peindre / peinture) un opérateur abstrait qui permet d’interpréter une expression référentielle comme visant un référent Image, dès lors que cette expression figure dans la portée de l’opérateur. Cet opérateur permet d’interpréter une fille comme une Image dans dans cette peinture, il y a une fille. Un opérateur d’opacité force l’interprétation opaque d’une expression si besoin est. Pour éviter une contradiction, un énoncé comme Charles pense que le livre qui a été brûlé n’a pas été brûlé tend à bloquer cet opérateur et à favoriser une interprétation transparente de le livre qui a été brûlé.

1.2. Les “ espaces référentiels ”

9De Jackendoff, Fauconnier (1978) retient l’idée d’Image comme entité qui peut renvoyer à elle-même en tant que représentation. Comme chez Jackendoff, Image est un terme générique qui renvoie aussi bien à des représentations mentales qu’à des images “externes” (des photographies par exemple). Envisagée comme un ensemble dont les éléments sont en correspondance avec des référents visés, l’Image définit pour ces éléments un espace dit référentiel. Les référents visés appartiennent quant à eux à un espace qui peut être, mais n’est pas nécessairement, l’espace de la “réalité”. Autrement dit, le Réel de Jackendoff n’est plus qu’un espace d’ancrage, celui des référents visés hors de l’image, et les espaces en relation peuvent ainsi se concaténer (par ex. Dans “Autant en emporte le vent”, Rhett a fait un dessin, dans lequel la fille aux yeux verts était à cheval ; Fauconnier 1978).

10Comme chez Jackendoff, la discussion traite, en plus des contextes intensionnels et des Images, de questions relatives aux contrefactuels, à l’anaphore, et aux énoncés pseudo-contradictoires (Sur la photo, elle est plus grande qu’elle n’est). Les contextes susceptibles d’introduire les espaces référentiels sont, par rapport à Jackendoff, encore élargis: ainsi, le groupe prépositionnel en 1929 dans En 1929, le président était un enfant fonctionne comme l’introducteur d’un espace “temporel” dont le référent d’un enfant est membre.

11Dès cet article, les espaces servent à décrire les interprétations spécifique ou non-spécifique d’une expression référentielle. Dans David veut rencontrer une fille aux yeux verts, les deux interprétations possibles de une fille aux yeux verts (‘une certaine fille’ / ‘toute fille qui ait les yeux verts’) sont rapportées à l’existence, respectivement à l’absence, d’un correspondant de l’image (la fille désirée) dans le monde réel. L’idée de définir la spécificité par le fait de pointer vers un référent extérieur à l’espace de la représentation (image, croyance etc.) sera reprise et développée ensuite (1984b).

12Un des leitmotivs de Fauconnier (1981, 1984b, 1994) est que l’interprétation d’expressions référentielles procède au-delà des marques linguistiques: bien souvent, les interprétations sont multiples, et les marques de désambiguïsation font défaut. La construction du sens est mentale et s’élabore avec un appareil linguistique qui la sous-détermine. C’est ce qui motivera principalement le nouveau nom des espaces référentiels, qualifiés désormais d’espaces mentaux (Fauconnier 1979, 1981). Mais avant d’en venir à la nouvelle version de la théorie, il convient de dire quelques mots d’une autre thématique explorée dans les mêmes années.

1.3. Coréférence et polysémie

13La coréférence était en grammaire générative une condition d’application de certaines transformations : pronominalisation, réflexivisation, effacement de SN référentiels dans certaines positions. Maintenant, certains phénomènes laissaient penser que ces transformations pouvaient s’appliquer sous des conditions lâches de coréférence. Borkin (1972) remarquait que dans les exemples suivants les expressions traitées comme coréférentielles par les transformations indiquées ne partageaient pas stricto sensu le même référent :

14Réflexivisation :

(1) Max is playing with himself again. (au sens ‘Max se masturbe’ ; sont traités comme identiques l’individu Max et ses parties génitales)

15Effacement (“Equi-NP deletion”) :

(2) Norman Mailer doesn’t mind <N. M.> being read under the influence of drugs.

16(sont traités comme identiques Mailer l’homme et les textes de Mailer; <…> est un constituant effacé)

17Pronominalisation :

(3) Because Boston is so dirty, it will soon enact a new anti-litter law.

(Boston comme espace urbain / la mairie de Boston comme institution)

18Postal et Borkin proposaient de paraphraser en structure profonde les SN transformés comme respectivement, ‘les parties génitales de Max’, ‘les écrits de Norman Mailer’, ‘la mairie de Boston’. Une transformation dite de décapitation (beheading) supprimait ensuite les têtes de ces SN profonds et générait les SN Max, Norman Mailer, Boston. Les transformations susdites pouvaient alors s’appliquer.

19Le problème est de déterminer quelles têtes admettent quelles transformations. La tête ‘les écrits de…’, observe Borkin, semble par exemple tolérer l’effacement mais non la réflexivisation :

(4) Norman Mailer wants to be read on a nationwide TV broadcast.

(5) *Norman Mailer is reading himself on a nationwide TV broadcast.

20Borkin ne résout pas le problème, mais elle met en relief des aspects sémantiques et syntaxiques suggestifs. Ces problèmes liés à des transformations syntaxiques concourent à faire de la polysémie des expressions référentielles une question à traiter. Dans la linguistique américaine de l’époque, la syntaxe est ainsi une brèche par laquelle la sémantique est introduite. La section qui suit en donne un autre exemple.

1.4. Lakoff et la notion de correspondant (counterpart)

21Lakoff (1968) montre que certaines transformations conditionnées par la coréférentialité sont associées à des effets sémantiques propres. Soient par exemple (6) et (7), illustrant respectivement l’effacement et la réflexivisation :

(6) I imagined robbing the bank. [effet sémantique selon Lakoff: sujet participant]

(7) I imagined myself robbing the bank. [effet sémantique: sujet observateur]

22Alors qu’en (6) le sujet s’incarne mentalement dans le voleur, dans (7) il paraît s’observer de l’extérieur. Cette différence de statut entre un sujet agentif et un objet coréférentiel mais distancié est associée par Lakoff à une frontière entre deux mondes : celui de l’agent (le monde réel) et celui de son double distancié (le monde imaginé). Pour Lakoff, si l’effet sémantique mis en évidence relève bien de l’intention du locuteur, il constitue alors une condition de l’emploi de la forme en question (Ø contre pronom réflexif).

23L’indexation d’un référent à un monde est formalisée par la notion de correspondant (counterpart), que Lakoff emprunte au philosophe David Lewis. Dans un article publié la même année, Lewis (1968) suggérait d’éliminer les opérateurs modaux grâce au concept de monde possible et à la relation ‘être le correspondant de x dans un monde possible m’, où un ‘correspondant de x’ était défini comme l’objet le plus ressemblant de x dans un monde possible. L’énoncé modal NEC φa (‘il est nécessaire que la proposition φ soit vraie de aétait glosé comme ‘φ est vraie de chaque correspondant γ de a dans un monde β’.

24Lakoff suggère que des phénomènes grammaticaux réagissent à cette indexation d’un référent sur un monde. Il explique ainsi la différence d’acceptabilité entre (8) et (9) par l’hypothèse que la pronominalisation doit s’effectuer dans un même monde (le monde du désir de John dans (8)) :

(8) John wants to catch a fish and he wants to eat it. [un seul monde]

(9) * John wants to catch a fish and he will eat it. [deux mondes : le monde souhaité et le monde réel, signalé par le futur]

25Enfin, en plus de servir au traitement de phénomènes grammaticaux (réflexivisation, pronominalisation, “Equi-NP deletion”), les notions de correspondant et de monde possible permettent à Lakoff de rendre compte de ces cas de dédoublement référentiel qui seront ensuite discutés par Fauconnier, et que (10) peut illustrer :

  • 1 L’exemple a été suggéré par McCawley.

(10) I dreamed that I was Brigitte Bardot and that I kissed me.1

26Pour représenter ce dédoublement, Lakoff propose un petit schéma où le démiurge est au sommet:

27Cette représentation annonce, sous une forme assurément rudimentaire, les diagrammes de Fauconnier.

28Enfin, les notions de monde et de correspondant sont reprises par Morgan (1969, 1970), toujours dans le but principal de comprendre sous quelles conditions l’effacement est possible. Notons que Morgan innove en introduisant incidemment la question des présuppositions incluses dans le complément de ce qu’il appelle des “world-creating verbs”, comme rêver. Nous verrons plus loin que cette question aura un grand avenir.

1.5. Nunberg: la pragmatique de la référenciation

29Dans sa thèse (The Pragmatics of Reference, 1978) Nunberg prend le problème des ambiguïtés référentielles par un autre bout. Au lieu de s’interroger sur les conditions à satisfaire pour que des SN fonctionnent comme s’ils étaient coréférentiels, il demande comment les locuteurs identifient la référence du groupe nominal décapité. Selon Nunberg, c’est à la pragmatique qu’incombe la tâche, pour la raison suivante : si je dis, en montrant un exemplaire, C’est le journal que Hearst a acheté, j’identifie le même référent que lorsque je dis, en employant un démonstratif, C’est ça que Hearst a acheté. Pour Nunberg, le démonstratif est sémantiquement univoque, mais pragmatiquement susceptible d’identifier des référents différents, et ce dans un même contexte où un seul et même objet est montré. Si les démonstratifs suggèrent une forte contribution des inférences pragmatiques, journal le devrait aussi.

30L’identification du référent consiste à construire la fonction qui a pour antécédent le designatum, c’est-à-dire ce qui est désigné par le démonstratif ou signifié par le lexème, et pour image le référent visé. Cette fonction est dite “fonction de référenciation” (referring function). Donnons-en quelques exemples : ‘la taille de x’ dans Nicolas fait un mètre soixante cinq, ‘mention de x’ dans “Platon”a six lettres, ‘vin produit en x’ dans le Bourgogne accompagne bien les viandes rouges, ‘effet produit par la source x’ dans la lampe est brillante, ‘instance de x’ dans Jean s’est acheté la montre à calendrier, ‘substance de x’ dans le fruit est bon pour vous etc. Des fonctions peuvent être associées: l’énoncé IBM a grimpé de trois points la semaine dernière requiert une fonction composée pour être interprété, soit ‘(le prix de (l’action de la société x)FR1)FR2’. Ces fonctions supposent un designatum de base, que Nunberg détermine ou glose comme il peut (‘type’ pour montre à calendrier, ‘chose’ pour fruit). Si le designatum est raisonnablement clair pour le nom Platon, dont on a des raisons de penser qu’il renvoie fondamentalement à la personne et dérivativement aux œuvres, Nunberg souligne que ce genre de cas ne doit pas masquer l’indétermination qui affecte d’autres descriptions: quel est le sens central de cellule ? Peut-on identifier un sens abstrait couvrant les acceptions de cellule dans cellule biologique, cellule photoélectrique, cellule clandestine ? Le sens central de livre est-il ‘artefact contenant des inscriptions’ ou ‘contenu d’un texte’ ? Sa conclusion est qu’il faut prendre acte de cette indétermination et que, selon ses mots, “we do not have to know what a word names to be able to say what it is being used to refer to” (Nunberg 1979: 177). Le choix des fonctions de référenciation et donc l’identification du référent est plutôt affaire d’hypothèses réciproques que font les interlocuteurs sur leurs croyances et les interprétations les plus vraisemblables qui découlent de ces hypothèses (Nunberg 1978).

1.6. Espaces mentaux et fonctions pragmatiques

  • 2 Sauf peut-être dans le cas du contrefactuel.

31Dans Espaces Mentaux (1984b), Fauconnier absorbe dans sa théorie la fonction de référenciation, qu’il rebaptise connecteur, tout en centrant la discussion sur les cas d’ambiguïté référentielle. Un connecteur exprime un type de relation entre des entités référentielles contextuelles, par exemple entre une chose et son image (voir l’exemple ci-après), qui sont des éléments d’espaces mentaux. Un espace mental peut être un contenu d’attitude propositionnelle ou d’image (le monde d’un tableau, par ex.), un espace tout court (En Moldavie, le président est un tyran; 1984b: 50), un espace temporel (En 1929, le président était un bébé; 1984b: 49), un univers contrefactuel ouvert par un irréel (Si j’étais millionnaire, ma 2CV serait une Rolls; 1984b: 51), un “domaine” (Dans cette nouvelle religion, le diable est un ange; 1984b: 51). Dans les exemples cités, les compléments adverbiaux et la protase du contrefactuel servent à introduire des espaces, raison pour laquelle Fauconnier les appelle des introducteurs (ou space-builders in Fauconnier 1994). En outre, les expressions référentielles peuvent être interprétées relativement à l’espace introduit ou à l’espace de la réalité du locuteur2. Enfin, est employée la représentation ensembliste sous forme de “patates”, représentation mobilisée depuis le texte sur les espaces référentiels (notons que Fauconnier a une formation de mathématicien).

32Soit l’exemple:

(11) Si tu étais un bon peintre, la fille aux yeux verts aurait les yeux verts.

33L’énoncé met en relation l’espace de la réalité R (telle qu’assumée par le locuteur), où la désignation du modèle (x1, la fille aux yeux verts) renvoie à son portrait peint (x2 dans le sous-espace de la peinture M), et l’espace hypothétique H, introduit par si, où le correspondant du modèle est associé à un portrait plus fidèle (M´).

34Le terminus a quo de la relation (le modèle) est nommé son déclencheur (1994: trigger) et son terminus ad quem sa cible (1994: target). F est un connecteur inter-espaces, et Fi assigne comme référent d’une expression e une image du référent de e. Que la désignation d’un déclencheur serve à identifier une cible suit d’un principe général que Fauconnier nomme “Principe d’Identification” (Fauconnier 1984b: 38).

D’après Fauconnier (1994 : 32 ; 1ère version in 1984b : 52).

D’après Fauconnier (1994 : 32 ; 1ère version in 1984b : 52).

35La concaténation des connecteurs Fi et F a pour effet que la désignation du modèle (la fille aux yeux verts) finit par identifier le portrait de ce modèle dans un monde hypothétique.

1.7. Rôles et valeurs

36Il est une autre distinction à laquelle Fauconnier confère une nouvelle dimension, nous voulons parler ici de la distinction entre le rôle et la valeur des expressions référentielles. Une expression vise le rôle du référent quand elle désigne le x, quel qu’il soit, qui satisfait sa description, comme par exemple dans le président est élu tous les cinq ans. Une description renvoie à la valeur quand elle sert à identifier tel référent particulier : le président a pour maîtresse une actrice.

37Il semble que cette distinction ait pour origine le traitement d’un cas particulier de description définie, caractérisé par le fait de présupposer une dépendance entre deux ensembles de référents, (Fauconnier 1984b : 60), du type de celle qu’on rencontre dans les anaphores associatives. Soit par exemple le texte suivant, qui fournirait les premières instructions d’un jeu (Fauconner 1978 : 40):

(12)

a. Chaque joueur choisit un mot.

b. Il écrit le mot devant lui.

c. Il l’épelle à haute voix.

d. Le mot a rarement plus de dix lettres.

e. Dans ce cas, le mot en a trois.

38La description définie le mot renvoie à un mot qui est à chaque fois propre à un joueur donné. Elle présuppose qu’il existe une correspondance fonctionnelle (au sens mathématique) associant l’ensemble des joueurs à l’ensemble des mots, telle que f(joueuri) = motj. C’est cette fonction qui permet d’interpréter la phrase d, qui quantifie (rarement) sur l’ensemble des mots qui sont les images des joueurs par f. Fauconnier dit que la fonction sert de cadre de référence (reference frame) à l’interprétation. Quand une instance particulière de la fonction est visée, comme dans e, il parle de sous-cadre (subframe).

39Dans Espaces Mentaux, le traitement d’un exemple homologue montre que l’idée demeure mais que la terminologie évolue: le mot désigne alors un rôle qui a comme domaine d’application les joueurs et prend ses valeurs dans l’ensemble des mots (cf. 1984b : 62). Une instance est dite établir un sous-domaine (et non plus un sous-cadre). La notion de domaine semble alors être élargie à la structure de connaissances par rapport à laquelle est définie une propriété donnée d’un espace donné, par exemple le système républicain français pour la propriété président. C’est en somme l’acception du terme qu’on retrouve dans des travaux postérieurs (Fauconnier 1990).

40Un des aspects originaux de l’analyse consiste à combiner cette distinction du rôle et de la valeur avec la dichotomie opposant interprétation opaque et interprétation transparente, modélisée au moyen des espaces. Les expressions référentielles pouvant varier sur ces deux dimensions, l’analyse gagne en puissance. Reprenons pour l’illustrer un exemple d’Espaces Mentaux. Supposons que Georges, qui connaît le régime républicain, soit un royaliste endurci qui dénie au président le statut de chef d’Etat. Le locuteur peut décrire une croyance de Georges en affirmant :

  • 3 L’exemple original dit cinq ans, mais à l’époque le mandat présidentiel durait sept ans. Nous avons (...)

(13) Georges croit que le chef de l’état change tous les quatre ans.3

41Dans un tel cas, la description définie a deux caractéristiques : elle est interprétée de façon transparente (elle pointe en dehors du monde de la croyance de Georges), et elle renvoie à un rôle, en servant de déclencheur à une cible (‘le président’), qui est elle-même un rôle. Selon les termes employés par Fauconnier lui-même pour un autre exemple, l’interprétation est transparente et attributive (Fauconnier 1984b : 72).

1.8. Rôle / valeur et attributif / référentiel

42Dans la première version d’Espaces Mentaux, le terme d’attributif, qui fonctionne en tandem avec référentiel, est introduit sans que soit mentionnée sa source, et il semble être interchangeable avec la notion de rôle. Il nous faut donc revenir à cette source, la philosophie analytique, pour comprendre l’allusion.

43Dans la perspective de Russell (1905), si aucun objet ne satisfait une description définie, cette description est fausse et échoue à référer à quelque objet que ce soit. Cette dernière conséquence peut paraître plausible mais est-elle sans exceptions ? Donnellan (1966) suggère que non. Un locuteur, souligne-t-il, peut identifier un référent et en affirmer quelque chose de vrai sans que le référent satisfasse cette description. Lors d’un procès, le procureur désigne bien l’accusé en l’appelant par exemple l’assassin de Smith, et peut affirmer avec raison que cet accusé est fou, même si d’assassin il n’y a pas et que la victime est morte par accident. Dans de tels cas la description définie est dite employée référentiellement et fonctionne à la manière d’un nom propre ; elle n’exige pas que le référent satisfasse des propriétés pour pouvoir l’identifier. L’existence d’emplois référentiels n’empêche pas que l’approche de Russell ne vaille par ailleurs, pour des emplois que Donnellan appelle attributifs. Dans de tels cas, si aucun objet ne satisfait la description, elle échoue à référer : si, constatant l’atrocité de la mort de Smith, et sans en connaître les circonstances, je déclare “l’assassin de Smith est un fou”, ma description définie ne peut identifier un référent que si celui-ci la satisfait effectivement ; à défaut d’assassin, elle ne réfère à rien et l’assertion n’est pas vraie. Il serait même loisible de considérer, suivant en cela Strawson, que l’assertion n’est ni vraie ni fausse (Donnellan 1966 : 295). Mais selon Donnellan, il semble nécessaire de conclure qu’une assertion sur le mode attributif est vraie seulement si le référent de la description existe.

44D’un autre côté, Donnellan prévoit le cas où un locuteur ignore si sa description identifie bien un référent unique ; dans un tel cas, explique-t-il, le locuteur peut fort bien parler sur le mode attributif sans référer, au sens où le locuteur ne vise pas un référent particulier. Une façon de résoudre cette apparente contradiction serait de considérer qu’une assertion peut être faite sur le mode attributif tout en étant dépourvue de référent, et donc fausse ou dépourvue de valeur de vérité. De ce point de vue, est décrit attributivement comme P le x, quel qu’il soit, qui satisfait P, que ce x existe ou non. En ce sens, la dichotomie référentiel / attributif de Donnellan anticipe sur la dualité du rôle et de la valeur chez Fauconnier, ainsi qu’il l’explique dans la version anglaise d’Espaces Mentaux (1994 : 159-60).

45Nous pourrions dire que si une description est prise référentiellement, elle identifie une valeur, et qu’un rôle suppose que la description soit prise attributivement. La dichotomie attributif / référentiel ne coïncide pourtant pas avec l’opposition rôle / valeur, car une description attributive peut servir à identifier une valeur. Inversement, Fauconnier montre qu’une description que Donnellan considérerait comme référentielle (un nom propre) peut être employée pour identifier un rôle (Fauconnier 1994 : 65).

1.9. Le problème des présuppositions

46La théorie des espaces mentaux ayant été conçue, entre autres phénomènes, pour traiter les énoncés d’attitude propositionnelle, elle offrait la possibilité de prolonger les réflexions menées dans les années 1970 sur les présuppositions de ces énoncés complexes, à la suite, semble-t-il, de Langendoen et Savin (1971).

47Dans un article désormais classique, Karttunen (1973) explore les conditions dans lesquelles les présuppositions de propositions enchâssées peuvent être héritées par la proposition complexe. Cet héritage étant plus ou moins possible selon les prédicats et conjonctions étudiés, il suggère une classification et des principes de fonctionnnement de ces éléments en fonction de leur capacité à bloquer ou non l’héritage des présuppositions. A titre d’illustration, la valeur de vérité de (14) ne dépend pas de la la vérité de ce que stop beating présuppose (à savoir que Fred battait Zelda). En revanche (15) présuppose que Fred battait Zelda, et hérite ainsi de la présupposition de ‘stop beating’.

(14) Bill ordered Fred to stop beating Zelda.

(15) Bill forced Fred to stop beating Zelda.

48Karttunen conclut que order et force appartiennent à deux classes distinctes (respectivement, les “bouchons”, plugs, qui bloquent l’héritage, et les “trous”, holes). En ce qui concerne les verbes d’attitude propositionnelle comme croire, remarque Karttunen, les intuitions des sujets sur des phrases comme (16) varient. La proposition ‘Fred battait Zelda’ est-elle présupposée ou non par (14) ?

(16) Bill believes that Fred has stopped beating Zelda.

49L’hésitation de Karttunen reflète son intention, qui est de marquer les prédicats introducteurs de présupposition une bonne fois pour toutes. La notion de monde ou d’espace n’est pas employée, et Karttunen se montre critique à l’égard de Morgan (1969) et de ses world-creating verbs (1973: 190).

  • 4 Dinsmore (1981) a été l’étudiant de Fauconnier entre 1975 et 1979. Dinsmore (1981) et Fauconnier (1 (...)

50Cette dernière notion est au contraire centrale dans l’étude de Dinsmore (1981), où l’héritage des présuppositions est décrit au moyen de mondes connectés par des fonctions “ligatrices” (world-binding functions)4. Des principes relativement formalisés permettent de propager ou bloquer les présuppositions d’une proposition enchâssée, par exemple de propager la présupposition (17)b de (17)a, posée comme vraie dans le monde de la croyance de Fred, vers sa contrepartie dans le monde dit “de base” (base world), et ainsi de conclure que (18)a présuppose (18)b.

(17)

a George has stopped smoking.

b George used to smoke.

(18)

a Fred believes that George has stopped smoking.

b Fred believes that George used to smoke.

51La définition de la fonction ligatrice f(p) = ‘Fred believes that p’, à laquelle Dinsmore impose de préserver l’implication logique, jointe à un principe corollaire, assurent que si p est valide dans son monde, par exemple le monde de la croyance de Fred, f(p) l’est dans le monde de base.

52La conception de Dinsmore est flexible : il insiste sur le rôle des inférences contextuelles dans l’établissement de présuppositions locales. Ces inférences peuvent par exemple conduire à tenir pour vrai dans le monde de base une proposition qui devrait être relativisée à un monde lié. C’est le cas dans (19), d’où il est possible que soit intuitivement inféré, à titre de présupposition, la proposition (20) (Dinsmore 1981: 77):

(19) Alma believes that it was Katy who left in disgust.

(20) Someone left in disgust. [au lieu de ‘Alma believes that someone left in disgust’]

53Cette souplesse pragmatique le distingue de Karttunen. Sauf annulation contextuelle de la présupposition dans le monde de base, une présupposition d’un monde lié tendra à valoir dans le monde de base. Dinsmore parle du parasitisme général des mondes liés sur leur monde de base.

  • 5 Ce dernier principe est repris sous le nom de Presupposition Float dans Mappings (1997) : “une stru (...)

54Dans son modèle, Fauconnier souligne également les facteurs pragmatiques et contextuels, proposant des principes flexibles qui peuvent par exemple enjoindre de maximiser l’accord avec l’espace de la réalité, et donc d’autoriser l’héritage de la présupposition par le monde de la réalité, sauf indication contraire dans le contexte5. Sa théorie est d’autant plus souple qu’elle n’impose pas à un connecteur d’espace de préserver des relations logiques, comme chez Dinsmore (voir Fauconnier 1984a) ; en outre, la migration d’un contenu d’énoncé dans l’espace de réalité du locuteur peut être modulée, par exemple en fonction de la crédibilité de l’énonciateur (ibid.: 31), ce qui évite les problèmes rencontrés par Karttunen. Bref, la théorie des espaces mentaux, qui a pris pour objet des prédicats et des constructions discutées en pragmatique (verbes d’attitude propositionnelle, modalités etc.), permet de reprendre à nouveaux frais des questions qui y étaient débattues, et même de soumettre des solutions à certaines apories.

1.10. La construction discursive des espaces : Dinsmore et Fauconnier

55L’autre influence de Dinsmore sur le travail de Fauconnier concerne la question de la répartition des structures sémantiques dans les différents espaces mentaux. Dans Mappings in Thought and Language (1997), Fauconnier introduit une notion qui s’avère centrale dans la théorie : celle d’espace focus. Cette notion est définie dans un chapitre consacré aux connexions entre espaces (chapitre 2 : Mental-Space Connections) à l’occasion d’une typologie relativement simple des espaces mentaux. Sont distingués trois types d’espaces : les espaces de base, les espaces points de vue et les espaces focus. Les premiers représentent le point de départ de la construction du réseau d’espaces ; ce sont aussi des espaces vers lesquels on peut toujours revenir car ils servent d’ancrage à la configuration générale des espaces. Les seconds sont les espaces à partir desquels les autres espaces sont mis en place et structurés ; plus généralement les espaces points de vue servent à accéder aux autres dans un réseau. Les espaces focus enfin sont les espaces en cours de structuration interne et sur lesquels se porte l’attention. Fauconnier précise (1997 : 49 et 73) que les trois types d’espaces ne sont pas toujours distingués et qu’un espace de base peut aussi servir d’espace focus ou de point de vue, surtout lorsqu’une configuration d’espaces se met en place (voir l’exemple donné p. 73 et suivantes).

  • 6 Voir l’explication complète : 1991 : 194.

56La notion d’espace focus est attribuée par Fauconnier à Dinsmore qui la développe dans Partitioned Representations (1991). Globalement, l’espace focus est l’espace dans lequel est ajouté du contenu au cours du développement du réseau d’espaces. Chez Dinsmore, la notion d’espace focus est liée à celle de contextualisation. Par contextualisation Dinsmore entend le processus qui consiste à ajouter un énoncé dans le contexte et à le projeter sur l’espace focus (1991 : 194). Ce processus vise à reconstruire le contenu des structures discursives. Ainsi une fois l’énoncé “The turtle bit Sherlock” contextualisé, c’est-à-dire une fois plongé dans un espace focus, ce dernier nous donnera des informations sur le caractère réel, fictionnel, hypothétique etc. de ce que l’énoncé décrit6. Dinsmore distingue sa conception de l’espace focus de celle utilisée dans les travaux sur la référence anaphorique par exemple, notamment chez Grosz (1981) pour qui l’espace focus ne contribue pas au sens du discours mais sert à la désambiguïsation des pronoms (entre autres). Pour Dinsmore, un espace focus est un espace actif (par exemple l’espace représentant la situation de parole en cours), conforme à ce qu’indiquent les indices fournis par l’énoncé (formes verbales, certains adverbes, etc. qui réduisent l’ensemble des espaces sur lesquels l’énoncé est projeté) et dans lequel l’énoncé est fonctionnel sur le plan communicatif, c’est-à-dire interprétable, minimalement ambigu, ainsi que pertinent (au sens de Grice) par rapport au contenu de cet espace. Dinsmore (1991 : 128) considère du reste que les maximes conversationnelles de Grice sont fondamentales pour le choix d’un espace focus, ce qui constitue un point de rapprochement entre Fauconnier et lui (ibid. : 35, note 2).

  • 7 Fauconnier (1984 : 118) définit l’optimalisation des espaces comme la recherche maximale de similit (...)

57La notion de partition (partitioning) des connaissances en différents espaces a été introduite dans une étude antérieure à Partitioned Representations, à partir de l’hypothèse que le contenu des espaces simule ou modélise une réalité possible ou une partie d’une réalité possible, les espaces eux-mêmes constituant des domaines sur lesquels s’effectuent des processus de raisonnement (1987 : 3). L’objectif est d’étendre l’approche de Fauconnier à d’autres phénomènes que les phénomènes linguistiques et de proposer un type de formalisation utilisable en intelligence artificielle. L’idée force est que la fonction première des espaces mentaux est de permettre la modélisation du raisonnement à travers la description d’une série de contraintes à l’œuvre dans la distribution des connaissances sur un réseau d’espaces mentaux (simulative reasoning). On peut retenir trois grandes contraintes décrites par Dinsmore, et un principe régulatoire. La première contrainte concerne le recours aux contextes pour avoir accès aux connaissances distribuées sur un réseau d’espaces mentaux. Dinsmore parle alors de “ remontée dans le contexte ” ou context climbing (1987 : 7). Ainsi, en reprenant l’exemple de Dinsmore, si q est établi dans l’espace de croyance de Georges respectivement au mondée réel, et que q est donc représenté comme vrai, alors, par remontée dans le contexte, la proposition que Georges croit que q est disponible comme proposition vraie dans le monde réel. La seconde contrainte concerne la relation d’implication : pour Dinsmore, les inférences sont fréquemment faites par défaut quand manque la preuve du contraire : “Any context is entailment preserving, or nearly entailment preserving” (1987 : 8). Si un contexte arrive à préserver l’implication d’une proposition, alors les inférences se font par défaut : “ ”George believes that____ ” is a legal context, because it is nearly entailment preserving, since when George believes that p entails q and that p is true, it is at least plausible that George believes q. ” (idem). Ce type de contrainte permet de rendre implicite dans la partition des connaissances un ensemble de postulats de sens présents dans d’autres réseaux de connaissances. La troisième contrainte a trait à la distribution des connaissances elle-même. Dans la partition des connaissances, certains contextes relient des espaces uniques et d’autres contextes en relient plusieurs. Certains contextes sont alors définis comme “ distributifs ” et d’autres non. Le principe est le suivant : “ For any distributive context f and for any space s, there is no more than one space with the context f relative to s. ” (idem, p. 10). Des contextes comme “In 1982,___” ou “all paleontologists believe that___” sont distributifs, alors que des contextes comme “there was a time when___” ou “some paleontologists believe that___” ne le sont pas car ils peuvent être utilisés pour définir plusieurs espaces mentaux (propriété due dans les deux exemples au caractère indéfini de l’article “ a ” et du déterminant “ some ”). Une dernière propriété liée aux contextes est celle d’“héritage” (inheritance). Dinsmore se démarque ici du principe d’optimalisation développé chez Fauconnier7 et propose plutôt deux types d’héritage : héritage absolu quand l’ensemble des propositions vraies d’un espace s1 est un sous-ensemble des propositions vraies d’un espace s2 et héritage par défaut quand les informations d’un espace s1 ne sont pas toutes transmises à un autre espace s2.

58Les trois contraintes décrites plus haut (mais aussi le principe d’héritage) rendent fondamentale la notion de contexte pour le traitement du discours ; elles en régulent le fonctionnement à travers la distribution des connaissances. C’est dans cette perspective que Dinsmore introduit la notion d’espace focus : “I will call the space with respect to which a discourse is understood the focus space for that discourse” (1987 : 13). Ainsi dans l’exemple suivant (Dinsmore 1987 : 14) :

(21) Last month I attended the 23rd Annual Conference on Shoe Technology. Someone gave a wonderful paper on tie awareness. An exhibition on… 

59L’espace focus est celui introduit par le contexte “ at the 23rd Annual Conference on Shoe Technology_____ ”, qui contraint la vérité de chaque proposition temporellement et localement. Les temps et les modes sont par ailleurs d’excellents candidats pour introduire des espaces focus dans le déroulement du discours car ils permettent de créer des balises qui facilitent la compréhension du discours en cours de traitement en gardant la trace des glissements d’un focus à une autre. Cette proposition concernant le rôle des marques modo-temporelles est largement développée par Dinsmore (1991 ; chapitre 8 notamment) et reprise par Fauconnier (1997 ; chapitre 3). Le concept d’espace focus permet par exemple de proposer une explication pour des impossibilités grammaticales comme (Fauconnier 1997 : 82) :

(22) *Last year, he has lived in Venice.

60par rapport à :

(23)

a. He has lived in Venice.

b. He lived in Venice.

  • 8 Fauconnier donne une explication légèrement différente (et peut-être circulaire ?) de cette impossi (...)

61Le constructeur d’espace “ last year ” apparaissant en début d’énoncé, il introduit d’après Fauconnier un espace focus qui se définit comme passé ; en revanche, la marque aspectuelle “ has lived ” nous indique un espace qui se définit comme parfait, c’est-à-dire comme étant pertinent pour le présent, d’où un conflit. On remarquera que s’applique une contrainte : il ne peut y avoir qu’un seul espace focus à la fois au moment de locution (ainsi qu’un seul espace de base). Seul un changement de rôle de ces espaces est permis : un espace focus peut devenir une base pour une nouvelle configuration par exemple. Mais ce n’est pas le cas dans l’exemple (20) où les marques temporelles et aspectuelles codent respectivement deux espaces différents et où surtout l’énoncé commence par une expression qui fait émerger un espace focus dont la reconstruction serait remise en cause si la marque de parfait apparaissait dans la suite de l’énoncé8.

2. L’intégration conceptuelle

Introduction

  • 9 Ce terme traduit blending. Dans les travaux plus récents, Fauconnier et Turner parlent d’integratio (...)

62La notion d’intégration conceptuelle (conceptual integration), encore appelée blending (traduit ici par amalgame)9, fait partie des développements finaux de la théorie des espaces mentaux. Située dans le prolongement de celle-ci, elle vise à rendre compte de phénomènes comme la production de sens nouveaux, la vision d’ensemble (global insight) et la compression conceptuelle. Elle est globalement définie comme une capacité mentale de première importance, à l’origine de l’évolution de nos ancêtres vers ce que nous sommes aujourd’hui, ainsi que Fauconnier et Turner l’affirment dans la préface de The Way We Think (2002).

63Cette notion a d’abord été introduite dans un rapport de recherche (Fauconnier & Turner 1994), puis analysée dans diverses publications (notamment Fauconnier 1996 ; Fauconnier et Turner 1994, 1996 ; Turner et Fauconnier 1995 ; Coulson 1995) qui seront reprises dans un chapitre spécialement dédié de Mappings in Thought and Language (1997). The Way We Think (2002) lui est largement consacré.

64De manière générale, l’intégration conceptuelle est une opération cognitive simple, générale et puissante qui, explique Fauconnier, “ plays a fundamental role in the construction of meaning in everyday life, in the arts and sciences, in technical development, and in religious thinking ” (Fauconnier 2001 : 1). Elle consiste en la projection sélective d’éléments de deux espaces mentaux (au minimum), projection faisant émerger une nouvelle structure sémantique propre dans un troisième espace qui intègre ces éléments. Les éléments projetés peuvent avoir des origines différentes : provenir du contexte, ou hors de celui-ci – stockés en mémoire par exemple. Alors que Fauconnier (1997) ne développe pas particulièrement l’aspect cognitif, Fauconnier et Turner précisent que la définition des espaces mentaux repose sur la réactivation de structures présentes dans la mémoire à long terme (2002 : 102). Ce recours aux processus cognitifs est d’autant plus intéressant à relever que dans la préface de Fauconnier ([1985] 1994), celui-ci insiste sur la nécessité de distinguer les modèles mentaux issus du discours (les espaces mentaux) des autres modèles mentaux étudiés dans le domaine de la psychologie : les modèles mentaux discursifs ne sont pas référentiels et ne décrivent ni ne font référence au monde : “ mental space configurations are mental models, but of course they are mental models of discourse, not mental models of the world ” ([1985] 1994 : xxxix). Fauconnier veut dire que les espaces mentaux ne sont pas des représentations mentales d’états de choses possibles du monde référentiel (des modèles au sens quasi-logique du terme, mais internalisés) ; les espaces mentaux sont des simulations, éventuellement d’états de choses impossibles. Au premier sens, il n’y a pas de modèle mental référentiel d’un état de choses contradictoire ; au second sens, il est possible de construire une simulation mentale d’une reductio ad absurdum, par exemple.

65Dans ce qui suit, nous reviendrons tout d’abord sur la première formulation des amalgames conceptuels (Fauconnier & Turner 1994), avant d’en venir aux sources historiques de la notion et aux motivations qui, aux yeux de nos auteurs, ont pu présider à leur introduction. Cet exposé sera suivi d’une présentation plus étoffée de la théorie.

2.1. Dans la continuité des espaces mentaux : les amalgames conceptuels

2.1.1. L’introduction des espaces amalgamés

  • 10 C’est le cas de l’énigme du moine bouddhiste (Fauconnier et Turner 1994). Voir la description de ce (...)

66Comme dit plus haut, la théorie des amalgames est introduite dans un rapport de recherche de 1994 (Fauconnier et Turner 1994), où est établi le dispositif fondamental en quatre espaces. Les espaces de départ sont dénommés “espace source” et “espace cible”, probablement sur le modèle des source et cible métaphoriques, équivalents, chez Lakoff et Turner (1989) des désormais démodés “véhicule” et “teneur”. Ce que la source et la cible partagent est versé à un espace médian (middle space) dit générique (generic). L’espace amalgamé (blended space) combine des éléments de la source et de la cible mais en créant une structure émergente qui peut être plus riche que la structure générique, rompre l’analogie avec la source, ou renvoyer à une situation hybride contrefactuelle voire impossible. On peut remarquer que les termes de source et cible ne sont pas idéalement adaptés aux exemples qui sortent du champ métaphorique et pour lesquels l’identification d’un espace comme cadre de référence privilégié n’est pas évidente10. Ces termes seront d’ailleurs abandonnés ensuite, au profit de ceux d’espaces d’entrée (input spaces ; voir infra, section 2.2.1).

67L’exemple initial du texte de 1994 est une allégorie où Dante dépeint le sort de Bertran de Born, troubadour célèbre que le narrateur voit en enfer brandissant sa tête arrachée. Châtié symboliquement pour avoir contribué à séparer le roi Henri II Plantagenêt de son fils, Henri le Jeune, Bertran de Born incarne ici un amalgame du corps physique (la source) et du pécheur (la cible). Cet amalgame a une portée transparente : le péché de division est figuré symboliquement par la séparation du corps physique. Comme le notent les auteurs, l’amalgame entre en conflit avec notre compréhension du corps humain, puisque Dante fait parler la tête de Bertran, séparée de son corps. En outre le châtiment physique implique une valuation négative de la division, valuation qui, selon les auteurs, a lieu dans l’espace amalgamé. Enfin, dans cet espace, le diviseur et le divisé ne font qu’un et l’agent n’est plus séparé de son effet. Par tous ces aspects, l’amalgame se distingue des espaces source et cible tout en les combinant et, en ce sens, constitue une structure émergente. Quant à l’espace générique, il correspond à la projection métaphorique qui structure la division affective au moyen de la séparation physique. Avant d’en venir à l’aperçu historique, il convient de dire un mot sur ce quatrième comparse. Il nous suggère en effet une relation entre la théorie de l’intégration et d’autres travaux.

2.1.2. L’espace générique

68A l’époque où l’espace générique est introduit, des notions voisines sont employées dans deux types de recherches. Nous avons d’une part des travaux qui, prenant pour objet le raisonnement analogique, s’efforcent d’en expliquer le fonctionnement par le biais de schémas coiffant les analoga. D’autre part, des représentations de niveau générique sont invoquées chez Lakoff et Turner (1989), dans le cadre de leur théorie des métaphores. Voyons ces deux filières tour à tour (le fonctionnement de l’espace générique sera précisé plus bas, section 2.2.1).

2.1.2.1. Contrefactuels et analogie

69La notion d’espace générique est étroitement liée au traitement du contrefactuel. Après s’être libéré, dans Espaces Mentaux, de l’approche analytico-logique, Fauconnier établit dans un article de 1990 un premier rapprochement entre contrefactualité et analogie, entendue ici comme la projection d’une structure depuis une situation ou domaine dans un(e) autre. Un de ses exemples fétiches, le Watergate français, permet de saisir le rapprochement.

70Soit

(24) In France, Watergate wouldn’t have done Nixon any harm.

71Dans l’analyse de 1990, (24) donne lieu à la construction de trois espaces. Le premier espace est l’espace de la réalité assumée par le locuteur. Le deuxième espace correspond à une situation contrefactuelle où le Watergate n’affecte pas Nixon. Le troisième espace est la transposition de ce dernier dans la société française. Selon l’interprétation où Nixon tient lieu du chef de l’état français, les trois espaces partagent une structure commune qu’on peut gloser comme ‘dans l’état x, l’individu occupant la fonction de chef d’état est impliqué dans un scandale’. C’est le partage de cette structure commune qui sous-tend le terme d’analogie. Plus précisément, c’est le fait qu’une interprétation entraîne une conservation de rapports (entre état et chef d’état, entre chef d’état et scandale), indépendamment de l’identité référentielle des éléments, qui suggère à Fauconnier (1996: 59-60) le rapprochement avec des idées avancées par plusieurs auteurs : Gentner (1983), Gick et Holoyak (1983), Hofstadter (1985), et Turner (1991). Nous dirons quelques mots des trois premières études en commençant par celle de Hofstadter. L’ouvrage de Turner sera évoqué plus loin.

2.1.2.2. Hofstadter et l’analogie

72Assez insolite, sans doute, est le détour qui a conduit Hofstadter (1985) à se pencher sur l’analogie et à la loi générique qui se dégage du rapport analogique. A l’origine, Hofstadter et un groupe d’étudiants avaient pour projet le développement d’un programme d’intelligence artificielle (“Copycat”) qui résoudrait des problèmes du type suivant :

(25) Qu’est pour B ce que 4 est pour A ?’

A : 1234554321

B : 12344321

73La solution est exprimée, chez Hofstadter, en une “loi” procédurale, qui coiffe les analoga. Dans notre exemple, cette loi pourrait être ‘prendre l’élément gauche d’un plateau d’une série ascendante-descendante’ (4 pour A, 3 pour B). Une telle formulation procédurale pourrait tout aussi bien se traduire en termes structurels: ‘A et B sont des séries ascendantes-descendantes avec un élément gauche antérieur à un plateau’. La généricité s’incarne donc dans une loi procédurale, dont on peut fournir un équivalent structurel.

74Autre point commun avec Fauconnier, les éléments partagés par les analoga sont des rôles mais aussi des valeurs (Hofstadter parle, respectivement, de role vs part). Les conditions initiales peuvent en effet conduire à recourir à la valeur d’un élément pour résoudre une analogie. Soit le problème :

(26) Si abc est changé en abd, en quoi est changé xyz?

75La réponse “xyd” fournit pour l’élément à changer une valeur, non un rôle, alors que les réponses “xya” ou “zyw” prennent en compte des rôles (‘successeur dans une série ascendante ou descendante’). Enfin, Hofstadter rapporte explicitement ces exemples artificiels aux rapports de proportion complexes et fluides qu’illustrent des problèmes plus naturels comme ceux de trouver un équivalent de la Première Dame ou du Watergate (encore lui) dans la société anglaise. De proche en proche, chez Hofstadter, l’analogie devient un processus plus général que l’abstraction, dès lors qu’elle connaît tous les degrés de fluidité, depuis la comparaison la plus univoque jusqu’à la plus boiteuse, depuis la comparaion servile (“xyd”) jusqu’à des formes plus créatives (“zyw”), depuis la transposition simple jusqu’à l’insight. Et de même, au fil des années, nous verrons Fauconnier et Turner conférer à leurs espaces mentaux et à leurs amalgames une portée conceptuelle extrêmement large.

2.1.2.3 L’analogie chez Gentner, Gick et Holyoak

76Gentner (1983) propose de caractériser la pensée scientifique comme l’abstraction de rapports entre domaines dont l’un sert à modéliser l’autre. En tant que mouvement qui désubstantialise les éléments à comparer au profit des rapports entre éléments, la science se démarque par le type d’analogie qu’elle met en jeu. Alors que l’analogie expressive invoque des traits substantiels des éléments comparés, par exemple sensoriels dans la métaphore poétique, l’analogie explicative, par excellence l’analogie scientifique, est la transposition d’un système de rapports d’une réalité à une autre, l’exemple rebattu en épistémologie étant celui de l’analogie entre l’atome et le système solaire. Sur ce point la discussion de Gentner n’est pas franchement innovante (cf. Hesse 1970). Pour notre propos, retenons cette idée d’une analogie “systémique”.

77Gick et Holyoak (1983) partent de l’hypothèse que la résolution de problèmes procède au moins dans certains cas par la découverte d’une homologie entre une situation et une autre. C’est cette extraction qu’ils nomment analogie. Leur approche est psychologique et passe par l’expérimentation: ils se sont efforcés d’abord de vérifier l’efficacité d’un analogon, fourni par les expérimentateurs, sur la résolution d’un problème ; en second lieu, les tests ont porté sur la manipulation des conditions permettant d’induire une homologie. Nous ne nous attarderons par sur ces tests et leurs résultats. Soulignons seulement que chez Gick et Holoyak l’homologie passe par l’élaboration d’une structure commune à au moins deux analoga et qu’ils appellent schéma, que ce schéma facilite la résolution de problèmes, et que des traits substantiels (relevant par exemple de caractéristiques visuelles communes à la source et à la cible) peuvent jouer un rôle dans l’application de tel schéma.

78L’exemple choisi par Fauconnier, emprunté à Gick et Holyoak, et plus lointainement à Duncker (1945), permet d’illustrer l’idée de schéma. Soit le problème suivant : comment détruire une tumeur par des rayons sans endommager les tissus ? Il est résolu plus facilement si l’on fournit aux sujets des exemples homologues, tel celui d’un général prenant une place forte en l’attaquant de plusieurs côtés. Le schéma commun aux deux situations suggère la solution, qui est de bombarder la tumeur de plusieurs côtés au moyen de rayons assez faibles pour ne pas nuire aux tissus.

79Chez Gentner, comme chez Gick et Holoyak, le schéma a une fonction heuristique : en servant de médiation généralisante entre deux cas particuliers, il permet de modéliser un domaine ou de résoudre un problème. Chez Fauconnier, le schéma joue aussi ce rôle de médiation, mais au service d’une visée argumentative. Le contrefactuel du Watergate français en appelle au général (ce que partagent les systèmes politiques français et américain) pour mettre en relief leur contraste.

80Cette visée argumentative varie avec le contexte discursif. Fauconnier insiste sur le fait qu’un contrefactuel est justiciable de multiples interprétations, ou que sa portée peut être négociée dans la discussion (Fauconnier 1985 : 161). En plus de l’interprétation proposée plus haut, l’exemple du Watergate pourrait tout aussi bien viser les points suivants, entre autres (Fauconnier 1990 : 157):

‘vu la mentalité de Nixon, il se serait mieux sorti du Watergate s’il avait été président en France’

81ou bien :

‘en France, Nixon n’aurait pas été élu, et le scandale n’aurait pas eu lieu.’

82De cette variation contextuelle, Fauconnier tire argument pour rejeter l’idée que des conditions de vérité univoques constituent le sens d’un énoncé.

83Dans cet article de 1990 la structure schématique concernait les arguments explicites du contrefactuel, c’est-à-dire des paires rôles-individus (p.ex. chef d’état-Nixon) ; elle répondait ainsi à la préoccupation historiquement première de représenter le contenu des expressions référentielles et leurs relations. Dans un second temps, la structure partagée devient plus complexe et se trouve pour ainsi dire externalisée dans un espace spécialement dédié, dit générique (Fauconnier & Turner 1994 ; Fauconnier 1996). L’espace de base lui-même est constitué d’un ensemble de structures, p.ex. le système politique américain, et de scénarios, p.ex. le cambriolage, dont celui intervenu dans l’immeuble du Watergate est un cas particulier. Ces structures et scénarios sont englobés dans un même vocable, cadres (frames), très probablement emprunté à Fillmore (par ex., Fillmore 1982). Intégrant des connaissances d’arrière-plan communes à l’espace source et à l’espace cible (la France contrefactuelle, dans l’exemple du Watergate), l’espace générique hérite de leur complexité, complexité à géométrie variable, puisque l’héritage peut inclure plus ou moins de la source et de la cible. La théorie s’oriente vers une représentation des connaissances d’arrière-plan et de leur application contextuelle.

84Après avoir présenté le fruit de la rencontre entre analogie, schéma et contrefactuel, nous pouvons maintenant aborder notre seconde source, les représentations génériques chez les théoriciens des métaphores conceptuelles.

2.1.2.4. Représentations génériques et métaphores

85Chez Lakoff et Turner (1989), une métaphore de niveau générique est une projection subsumant plusieurs métaphores spécifiques: les métaphores assimilant la mort à un agent personnifié sont par exemple subsumées sous une “métaphore” très générale, celle projetant une structure agentive sur un événement. En termes plus simples, les métaphores personnifiantes sont considérées comme des instances de la projection LES EVENEMENTS SONT DES ACTIONS. La conception “actionnelle” d’un événement a ainsi pour effet de lui ajouter un agent.

  • 11 Pour donner un équivalent français, nous n’avons pas repris les exemples de Lakoff et Turner (1989) (...)

86La notion de schéma générique est employée dans l’analyse des proverbes où seule la source est lexicalisée, comme dans Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage. Dans de tels cas, l’application du proverbe à une cible étrangère au domaine source passe entièrement par une interprétation généralisante sans être soutenue par des indices de surface (ici cette généralisation serait: ‘imputer des torts à quelqu’un pour justifier qu’on veuille lui nuire’)11. C’est cette interprétation abstraite du sens du proverbe qui est précisément appelée schéma générique. Quant à l’impulsion à généraliser à partir de cas spécifiques, elle est elle-même caractérisée comme une nouvelle métaphore, LE GENERIQUE EST LE SPECIFIQUE. Remarquons que c’est là résoudre en faveur de la métaphore le problème de classification que pouvait poser le proverbe à la théorie des tropes: Dumarsais (1988 [1730]) en fait une métaphore continuée, ou allégorie, mais d’un autre côté le rapport du spécifique au générique, témoignant d’une connexité étroite en source et cible, relève de la synecdoque, non de la métaphore. Le fait de considérer la généralisation proverbiale comme métaphorisation a l’avantage d’être conforme à la perspective selon laquelle la métaphore est créatrice de similarités entre domaines bien plus qu’elle ne dépend de la reconnaissance préalable de similarités (Lakoff & Johnson 1980; Turner 1987).

87Enfin, autre figure de la généricité chez Lakoff et Turner (1989), le schéma par recouvrement (overlapping schema). Il s’agit d’un schéma obtenu par recouvrement d’images qui partagent une même structure perceptive ou topologique. Selon les auteurs, c’est cette communauté de structure qui permet de saisir les figures employées par Auden dans les vers suivants :

And the crack in the tea-cup opens

A lane to the land of the dead.

  • 12 La notion d’image générique par recouvrement a connu son hypostase technique, nous voulons parler d (...)

88La vie comme fluide s’échappant d’un contenant partage une structure topologique avec l’image de la mort comme départ d’un lieu. Cette généricité par recouvrement d’images a pour caractéristique d’être quasi-perceptive ; on peut dire aussi que son caractère imagé s’exprime dans le fait que son résultat est une image qui, à l’égard de sa cible, est dans le même rapport que les images sources initiales avec leur cible12. Elle est en ce sens une forme sui generis de généricité, même si la topologie joue un grand rôle par ailleurs dans les espaces génériques moins immédiatement perceptifs (Fauconnier et Turner 1998).

89En résumé, la théorie des amalgames conceptuels prolonge celle des espaces mentaux, mais en instituant un nouveau type de structure à quatre espaces. Sa terminologie initiale, certains exemples, et le rôle de l’espace générique semblent indiquer une influence de, ou une convergence avec la théorie des métaphores conceptuelles. Néanmoins, la structure en quatre espaces et l’espace amalgamé sont une innovation. Il est temps, désormais, d’explorer les origines de la notion d’amalgame.

2.1.3. La notion d’amalgame : retour historique

90La structure en quatre espaces témoigne du pouvoir intégratif de la théorie de Fauconnier et Turner: l’espace générique, nous l’avons vu, absorbe des aspects des notions de métaphore et d’analogie, entendues en un sens très large, à portée cognitive. Il en va de même pour l’espace amalgamé. Notre tentative de reconstruire la formation de cette notion bénéficiera de l’assistance de Fauconnier lui-même, qui s’est exprimé en plusieurs endroits sur les influences qui se sont exercées sur lui. Il nous faudra aussi retracer l’évolution, interne à la théorie elle-même, de cette même notion. Mais auparavant, nous dirons quelques mots de l’histoire de la notion d’amalgame. Ce préambule entend signaler la profondeur historique de cette notion, et indiquer le rapport très indirect que Fauconnier et Turner semblent avoir à la tradition de l’amalgame linguistique.

2.1.3.1. L’amalgame: aperçu historique

91Que l’amalgame soit un principe de création de formes est une idée que l’on peut faire remonter aux Présocratiques. Nous trouvons chez eux des théories de l’ontogénie (décomposition ou engendrement des réalités) reposant sur le mélange de réalités contraires, par exemple chez Anaxagore. Cette idée de mélange ontogénétique est thématisée par les Pythagoriciens quand ils pensent l’engendrement des nombres, fondements du réel, à partir du mélange du limité et de l’illimité. Dans leur arithmologie, le mélange produit la “numérosité” par arrêts successifs de l’illimité au moyen d’une limite (cf. le témoignage d’Aristote, 1981, en Métaph. A, 5 et les notes du traducteur). Des vues similaires sont reprises par Platon dans le Philèbe, où le Mixte est posé comme l’un des genres suprêmes du réel, issu en toutes choses d’un mélange de caractères illimités et limités, caractères qui instancient eux-mêmes deux autres genres suprêmes (le Limité et l’Illimité) ; ainsi par exemple en va-t-il de l’octave musicale, produite par l’introduction d’un rapport de un à deux dans la dyade illimitée de l’aigu et du grave (Philèbe, 23c-29c). Certes, nous sommes encore loin du sujet qui nous occupe ici, mais est déjà présente l’intuition fondamentale d’une génération par mélange de formes, lesquelles sont posées comme conditions d’intelligibilité du réel.

92En linguistique, l’idée que des formes nouvelles sont créées par amalgame semble véritablement théorisée chez les Néogrammairiens, et suit, en tant que corollaire, de la nouvelle importance attribuée à la notion d’analogie (Fortis, 2015). Dans le contexte de l’époque, l’analogie vient expliquer les exceptions aux lois phonétiques, en particulier les “anomalies” des sons finaux, par excellence porteurs des flexions et dérivations. Pour le dire brièvement, l’analogie rétablit ou maintient dans les paradigmes des régularités que les changements phonétiques ont ou auraient pu altérer. L’analogie est un phénomène cognitif au cours duquel un paradigme active une forme analogique, lui fait franchir le seuil du conscient en la désinhibant, et finalement évince la forme existante ou en crée une nouvelle.

  • 13 Le terme de contamination semble être emprunté aux classicistes, qui l’emploient en particulier lor (...)

93A l’analogie s’apparente ce que H. Paul (18801-19205) nomme contamination13, qui consiste en la fusion de formes co-présentes à la conscience. Paul la définit ainsi : “Par contamination j’entends le processus par lequel deux synonymes ou expressions apparentées de quelque manière affluent conjointement à la conscience de telle façon qu’aucune ne se détache mais qu’une nouvelle forme émerge où voisinent des éléments de l’une et de l’autre” (Paul 19205: 160). A titre d’exemple, Paul analyse l’allemand doppelt (‘double’) comme la contamination de doppel (‘double’) et de gedoppelt (‘doublé’). Au-delà de la morphologie lexicale, la contamination affecte syntagmes et constructions. Ce sont même ces amalgames qui semblent intéresser Paul au premier chef, et Paul (1919, 1920) en donne de nombreuses illustrations.

94Définie psychologiquement par Paul, dans un environnement intellectuel où l’approche psychologisante est prégnante, la contamination est étudiée en tant que processus psychologique par Meringer et Mayer (1895). Elle y est définie comme un des types majeurs de production de formes déviantes ou non-intentionnelles. Leur perspective proprement cognitive les distingue de Freud (1901) qui, vers la même époque, élabore le concept de condensation (Verdichtung), applicable lui aussi à des amalgames linguistiques. Quoi qu’il en soit, envisagée à la fois comme processus de renouvellement des formes conventionnelles, chez Paul, et comme source de lapsus, chez Meringer et Mayer, la contamination s’inscrit dans une vision dynamique et ouverte de la langue qui exclut de réduire le possible à l’attestable.

95La notion de contamination s’exporte et parfois, au cours de ce transfert, change de nom. C’est ainsi qu’en anglais elle devient blending, une traduction, semble-t-il, due à Henry Sweet (1892-1903 ; selon Bergström 1906). La contamination fait partie de l’outillage de base de l’analyse diachronique et de fait, les linguistes de l’époque et jusque chez Sturtevant (1947) et Hockett (1954) considéreront la contamination comme un phénomène linguistique généralisé, c’est-à-dire non réductible à des productions déviantes marginales. Dans la diachronie, ce processus est un facteur “normal” de changement morphologique et d’innovation syntaxique, voire même le facteur décisif ayant embrayé la double articulation du langage au cours du développement de l’espèce humaine (Hockett 1954). La formation par analogie, et donc aussi la contamination, subissent ensuite une éclipse sous l’effet de la grammaire générative. Rappelons que les thèses nativistes de Chomsky ont en particulier pour cible l’apprentissage par analogie (Chomsky 1986).

96À la période récente et jusqu’à la vogue récente des grammaires de construction, les études sur l’amalgame concernent d’abord la néologie, donc les amalgames intentionnels, et la morphologie lexicale. L’amalgame est généralement appréhendé comme un processus “extra-grammatical” (ce qui n’était pas l’opinion des néogrammairiens) avec le souci premier d’en classifier les différentes formes, selon des paramètres morphologiques et sémantiques (Fortis, 2015).

97Bref, la notion d’amalgame, en tant que principe ontogénétique et processus linguistique, parfois défini en termes cognitifs, a une longue histoire. Le paradoxe auquel nous confrontent Fauconnier et Turner est alors le suivant : linguistes, ils ne traiteront pas de l’amalgame en partant de phénomènes d’hybridation formelle, mais plutôt dans la perspective d’une théorie sémantico-cognitive de l’interprétation d’énoncés. Leurs réflexions n’en ont pas moins nourri, comme nous le verrons, une réintroduction de l’amalgame syntaxique au sens traditionnel, mais elles l’ont fait par un détour, et plutôt à titre d’effet collatéral. C’est ce détour qu’il nous faudra expliquer, en remontant aux sources que nous conviendrons d’appeler internes et externes. Par sources internes, nous entendrons les motivations propres à un stade de l’évolution théorique des auteurs, motivations qui pouvaient justifier le besoin d’appliquer le concept d’amalgame à des phénomènes qui tombaient sous leur regard. Par sources (ou inspirations) externes, nous comprendrons les études d’autres auteurs où cette notion se trouvait déjà employée pour rendre compte de phénomènes qui ne relevaient pas du champ d’investigation de Fauconnier et Turner.

2.1.3.2. Source interne : les amalgames figuratifs

98Dans l’article de 1994, nous l’avons vu, Fauconnier et Turner introduisent le concept d’amalgame pour analyser, entre autres choses, certaines métaphores. Cette introduction peut se comprendre mieux quand on l’envisage comme un moyen de pallier les insuffisances de la théorie des métaphores conceptuelles de Lakoff et Johnson. Non que cette théorie soit prise en défaut pour ce qui concerne son champ propre, les métaphores. Il s’agit plutôt de montrer que d’autres modes de comparaison, de l’ordre de l’allégorie ou de l’analogie, ne peuvent être traités par elle. Nous appellerons ces modes des “amalgames figuratifs”.

99Chez Lakoff et Johnson, pour résumer, la métaphore conceptuelle est un procédé cognitif permettant de structurer un domaine cible au moyen d’un domaine source. Cette structuration est illustrée d’autant plus clairement que le domaine cible est peu structuré ; sa structure lui est alors en grande partie ou même totalement conférée par la source. Un exemple simple de ce dernier cas est la structuration du temps en relations temporelles exprimables au moyen de lexèmes et marqueurs spatiaux (les semaines qui sont devant nous, tout ceci est maintenant derrière nous etc. ; 1980 : 41s ; Lakoff 1990). La perspective, dans ce dernier cas, est donc localiste. Elle s’inscrit plus généralement dans une vision de la cognition qu’on pourrait qualifier d’empiriste et selon laquelle “we typically conceptualize the nonphysical in terms of the physical” (1980 : 59). Cette vision empiriste ne peut que favoriser l’idée que la structure de la cible n’est pas seulement conférée par mais dépend de l’appréhension d’entités et de relations plus fondamentales, associées à l’expérience du monde concret. Etant donné cette asymétrie, il semble difficile d’imaginer comment un domaine cible peut rétroagir sur la structure d’un domaine source. De fait, l’hypothèse dite d’invariance suggère que la structure (dite “topologique”, en un sens étendu du terme) de la source est préservée lors de la projection sur le domaine cible (Lakoff 1990).

100En mettant en évidence des cas d’action réciproque entre source et cible, Turner (1987, 1991) pose des jalons vers une conception non unidirectionnelle de la métaphore. De fait, Turner (1987) a affaire à des textes littéraires où apparaissent des facteurs relevant de la doxa culturelle, facteurs qui peuvent s’exercer de la cible vers la source. C’est par exemple la connotation péjorative associée à l’hébétude et à l’oubli qui motive le choix de la métaphore de la marâtre quand un auteur dit : “My dul wit is hindred by stepmother of foryeting” (Turner 1987 : 30). De même, lorsque Milton dépeint la Faute (Sin) comme la fille sortie tout armée de la tête de Satan, il adapte, sur le modèle d’Hésiode, la métaphore de la parenté à la cible de l’allégorie : le mal étant la cause unique du péché, c’est un géniteur sans génitrice dans l’allégorie (Turner 1987 82-3). Peut-être sous l’influence de Turner, Lakoff et Turner (1989) injectent à leur version renouvelée de la théorie des métaphores conceptuelles une dose d’interaction entre source et cible, sous la forme très modérée d’une non-contradiction entre la source et la structure générale de la cible (1989 : 82), ce qui revient à accepter que la cible puisse apporter de sa structure propre à la métaphore résultante, comme on le voit dans le cas de l’allégorie de Milton. L’interactionnisme de Black (1955) et de Richards (1936) n’en est pas moins répudié, parce qu’il impliquerait une indistinction du véhicule et de la teneur (Lakoff et Turner 1989 : 131-3). Ainsi, Lakoff et Turner (1989 : 131-3) objectent-ils que l’interactionnisme ne peut prendre en compte la directionnalité des métaphores, et donc ne peut distinguer des métaphores comme LES PERSONNES SONT DES MACHINES / LES MACHINES SONT DES PERSONNES. Ce reproche semble injuste, au moins dans le cas de Max Black, pour qui la métaphore est un prisme permettant de voir la cible à travers la source, et non l’inverse.

  • 14 Poétique (57b16) : “Il y a analogie lorsque le second terme est au premier ce que le quatrième est (...)

101Nous avons vu plus haut que, dans l’article fondateur de 1994, l’allégorie de Bertran de Born était l’exemple princeps de la notion d’amalgame. La prise en compte des allégories par Turner a donc joué un rôle. Chez Fauconnier (1994), l’origine revendiquée de l’amalgame figuratif est autre, cependant. Pour Fauconnier (1994 : xliii-xliv), l’amalgame figuratif semble exiger une redéfinition (ou recatégorisation) de la cible en fonction de la source plutôt qu’une application de l’une à l’autre, ce qui serait une façon de considérer, par exemple, l’allégorie allant de père-fille à mal-faute. Dans language is fossil poetry (l’exemple est emprunté à Turner), explique Fauconnier, la poésie est vue comme un organisme vivant ; elle est recatégorisée dans un espace amalgamé où l’extension de la classe des organismes a été modifiée. Notons que l’expression peut être vue aussi comme relevant de la métaphore analogique telle que décrite par Aristote: la poésie est au langage ce que l’organisme vivant est au fossile14 ; et c’est bien ainsi que Turner analyse de semblables cas, dits “analogies xyz” (1991 : 198-200). En outre, dans Reading Minds, Turner ne parle pas d’amalgame et défend une version du principe d’invariance.

102Un autre exemple de Turner nous rapproche de la notion d’amalgame, telle qu’elle est développée ensuite chez Fauconnier et Turner (1994) puis Fauconnier (1996). Dans l’analogie xyz Las Vegas est le Monte Carlo américain, nous sommes invités, nous dit Turner, à américaniser Monte Carlo. L’opération exploite des lieux communs sur ce qu’il y a lieu de considérer comme ‘américain’, raison pour laquelle Turner la dénomme “commonplace transformation” (Turner 1991 : 212). Il y a là une anticipation des amalgames de situations complexes illustrés plus tard par des confrefactuels comme In France, Watergate wouldn’t have done Nixon any harm (cf. infra).

2.1.3.3. Sources externes

  • 15 A notre connaissance, Goffman (1974) lui-même n’emploie pas l’expression de frame mixing.

103Fauconnier et Turner eux-mêmes ont pris la peine de nous renseigner sur des sources externes (Fauconnier & Turner 1994, Fauconnier 1999). Ces sources sont les suivantes (par ordre de date) : Koestler (1964) et sa notion de bisociation ; Hofstadter et Moser (Moser & Hofstadter, sd ; Hofstadter & Moser 1989) sur l’erreur, et peut-être aussi sur l’humour ; le concept de cadre, plus spécifiquement de mélange des cadres (frame mixing), dans la sociologie d’Erving Goffmann15 ; enfin, de brèves remarques de Talmy (1977) sur les conceptualisations d’états de choses induites par des amalgames syntaxiques.

Koestler et la bisociation
  • 16 One morning, exactly at sunrise, a Buddhist monk began to climb a tall mountain. The narrow path, (...)

104En plusieurs endroits, le livre de Koestler, The Act of Creation (1964) est cité comme une source de la notion d’amalgame (1994, Fauconnier 1997), et même distingué comme le précurseur le plus pénétrant (Fauconnier & Turner 2002 : 37). Fauconnier et Turner lui empruntent par ailleurs un de leurs exemples favoris (le problème du moine bouddhiste16). De fait, cet ouvrage (fort lu) est celui qu’inspire le projet le plus similaire à celui de Fauconnier et Turner dans leur ouvrage de 2002, c’est-à-dire une théorie du fonctionnement mental humain.

105Chez Koestler, l’équivalent de l’amalgame est une forme spéciale de ce que lui-même appelle la bisociation. Est bisociée une idée qui appartient à deux plans d’idées distincts, nommés matrices. Par excellence, la bisociation “intégrative” est celle qui caractérise la résolution de problème et la découverte scientifique. L’exemple archi-fameux des singes de Köhler sert à l’illustrer (1964 : ch. 5) : lorsqu’un chimpanzé connecte la préhension (matrice 1) au schéma d’action consistant à gratter la terre avec un bâton (matrice 2), il découvre la solution au problème que lui posait l’expérimentateur, c’est-à-dire comment attraper le fruit hors de portée. La préhension prolongée par le bâton fusionne ainsi deux matrices autour d’un objet bisocié, le bâton.

106Dans des problèmes beaucoup plus sophistiqués, ce même processus de bisociation “intégrative” sous-tend la créativité. Deux exemples: chez un Kepler, la bisociation préside à l’intégration de la géométrie des orbites et de la physique de l’attraction ; chez Darwin, le fait de la variation des espèces est bisocié à l’idée d’une évolution à partir d’embranchements communs et au principe de sélection naturelle. Enfin, la bisociation sous-tend toute pénétration d’une forme perceptive par une signification, depuis les inférences inconscientes à la Helmholtz jusqu’au cadre culturel guidant la vision esthétique d’une société à une époque donnée. Dégénérant en convention ou en routine, la bisociation, même intégrative, peut donc être non-créative.

107De cette bisociation intégrative se distingue celle faisant entrer en collision deux plans de référence, ce que Koestler considère comme caractéristique de l’humour, et celle maintenant juxtaposés des plans de référence, apanage de l’art comme producteur d’illusions, c’est-à-dire de modes d’existence où le sujet se projette empathiquement dans un univers sans s’y perdre (d’où l’idée de juxtaposition). Le traitement réservé à l’humour suggère une inspiration vraisemblable du concept de bisociation, l’analyse bergsonienne de certains effets comiques comme surgissant du croisement de séries d’événements indépendantes (Bergson 1900).

108Quel que soit le domaine où opère une bisociation (humour, résolution de problème et découverte scientifique, art), celle-ci fait l’objet d’un investissement affectif et donne lieu à diverses attitudes existentielles du sujet : pulsion d’affirmation du moi dans la moquerie, abandon empathique dans le drame, sublimation dans la pensée scientifique etc. Cette importance de l’affect est à relier à l’idée que l’activité créatrice exploite les strates “primitives” de la psyché, en particulier l’imagerie non-verbale et des formes de pensée magique. Bref, Koestler combine une théorie des affects et des formes “primitives” de pensée (une économique et une topique faites maison, pourrait-on dire) avec une explication plus cognitive (en termes de schémas d’actions ou de représentations) de l’activité créatrice. C’est le versant cognitif qui intéresse Fauconnier et Turner, non la théorie des affects.

Hofstadter & Moser : une transmission lacunaire

109Une des sources de la notion d’amalgame citées par Fauconnier et Turner, les travaux de Hofstadter et Moser, nous permet jusqu’à un certain point de renouer avec la tradition linguistique évoquée plus haut, celle de la contamination et du blending.

110Le point de départ de Hofstadter et Moser est une analyse de l’erreur qui se propose d’en construire une typologie et tente d’en clarifier les principes cognitifs de fonctionnement (Moser & Hofstadter, sd ; Hofstadter & Moser 1989). L’erreur n’est pas réduite à la faute linguistique et l’acte manqué est pris en considération, mais sans aucun égard pour des facteurs affectifs, donc sans allusion à des processus comme la condensation freudienne.

111Plusieurs types de phénomènes nous intéressent ici. Nous avons par exemple les métaphores “emberlificotées” (mixed metaphors), comme “No matter which fork in the road we take, it’s not going to be clear sailing”, ou les “malaphores” (un mot-valise formé sur malapropism et metaphor) qui sont des amalgames lexicaux ou syntagmatiques. Les autres types d’erreurs pertinents pour notre discussion regroupent les cas où une action prévue active un autre schéma d’action qui interfère avec la première ou s’y substitue. Un exemple : je suis en voiture, le passager me parle mais le bruit m’empêche de le comprendre ; au lieu de lui demander de hausser la voix, je monte le son de la radio (l’exemple est repris dans Fauconnier & Turner 1994).

112Hofstadter et Moser emploient bien, pour désigner les amalgames lexicaux et syntagmatiques, le terme consacré de blend. Mais ils ne font nulle mention de la tradition, ni surtout de la typologie classique des lapsus proposée par Meringer et Mayer (1895) bien que cet ouvrage soit connu d’une de leurs sources, Fromkin (1973).

113Il convient de mentionner un autre aspect des travaux de Hofstadter : son étude de l’humour (Hofstadter & Gabora 1989), où apparaît explicitement la notion de frame blend, que Fauconnier revendique par ailleurs (Fauconnier 1999). Comme Koestler (qu’il connaît), Hofstadter envisage l’humour comme le fruit d’une rencontre entre univers ou situations, rencontre qu’il dénomme frame blend. Sa perspective remonte en fin de compte à l’analogie d’Aristote : un frame blend est une espèce d’analogie entre situations, mais dans l’humour cette analogie est incomplète. Dans l’histoire qu’on lit ci-après, c’est précisément le caractère incomplet de l’analogie qui suscite l’amusement :

114Un Américain à un Russe : “Voyez comme nous sommes libres, nous, les Américains. Rien ne nous empêche de manifester devant la Maison Blanche et de crier “A bas Reagan !”.”

115Le Russe : “Nous, en Russie, nous sommes tout aussi libres que vous. Rien ne nous empêche de manifester devant le Kremlin et de crier “A bas Reagan !”.”

  • 17 Exemple symétrique chez Fauconnier et Turner (1994) : “consider the cartoon “Momma”, in which Momma (...)

116L’analogie complète aurait exigé “A bas Gorbachev !” (ibid.).17

117Bref, chez Hofstadter et ses co-auteurs, la transmission est en partie interrompue, et la portée linguistique de l’amalgame n’est plus reconnue dans l’ampleur qu’elle avait autrefois. En revanche, l’amalgame est reconnecté à l’étude des laspsus, comme chez Meringer et Mayer, à l’humour (comme chez Koestler), et à l’analogie (comme chez les néogrammairiens). Il est envisagé comme un processus cognitif, sans prise en compte des affects, et opérant au-delà du domaine des formes linguistiques. C’est une perspective que partagent Fauconnier et Turner.

Goffman et les cadres de l’expérience

118Le renvoi à Goffman signalé plus haut nous entraîne vers d’autres rivages, ceux d’une sociologie tournée vers l’expérience individuelle du monde et de la vie sociale. Chez Goffman, le terme même de “cadre” (frame) semble provenir de Bateson (1955).

119Chez Goffman, l’expérience humaine est faite de modes spécifiques d’interaction sociale et d’appréhension des situations, modes qui sont relativement isolables les uns des autres et qui tous ensemble forment une texture complexe, parfois au sein d’une même situation (comme la conversation ordinaire). Un cadre peut être défini comme un mode d’interprétation de l’expérience, mode construit socialement et instituant un rapport réglé aux événements du monde naturel et social. En permettant au sujet de catégoriser “ce qui se passe” et de réguler en conséquence son intelligence de la situation et l’action qu’elle peut appeler, les cadres constituent l’instance qui, pour l’expérience humaine du monde naturel et social, est donatrice de sens, ou rend cette expérience, dit Goffman, meaningful. De tels modes ou cadres sont par exemple une partie de bridge, une cérémonie, un rituel de politesse, une représentation théâtrale, une visite médicale, la répétition simulée d’une activité aux fins d’entraînement, ou encore le montage d’une opération d’infiltration ou d’espionnage.

  • 18 Goffman parle de keying, au sens de clé musicale : la modalisation rejoue l’air original sur une au (...)

120Suivant en cela Bateson, Goffman distingue les cadres primaires, très vaguement définis et caractérisés comme “immédiatement” signifiants, et d’autre part les cadres qui n’ont de sens que si on les rapporte à une activité réalisée dans un cadre primaire. De cette dernière catégorie relèvent deux sous-classes : les modalisations18, qui consistent à rejouer une activité sous un autre mode, par ex. les jeux de simulation, les répétitions d’entraînement, les représentations théâtrales etc. ; les coups montés (fabrications), où des participants font en sorte d’induire des croyances fausses chez au moins l’un des participants.

121A chaque cadre correspond une certaine structure mettant en forme un type d’activités. Soit par exemple la pièce de théâtre. Elle fait partie d’un événement social complexe délimité dans le temps et l’espace au moyen de marqueurs spécifiques (lever de rideau, rampe etc.) ; ses participants ont deux statuts différents, acteurs et publics, ils savent qu’une altération systématique de cadres primaires est en jeu, et que l’événement auquel ils prennent part est apparenté à d’autres modalisations (le jeu, le canular…) ; les acteurs connaissent le script mais font comme si leur personnage l’ignorait ; il est entendu que le public isole la narration de ses supports techniques (accessoiristes, marionettistes…), de même que les acteurs feignent d’ignorer le public, tout en facilitant par de multiples artifices la compréhension de la pièce (décor ouvert, soliloques, gestes explicites, etc.) ; dans la narration, toute action d’un personnage a, dit Goffman, une “valeur syntaxique”, et les actes discursifs ou autres des personnages ont une finalité narrative et revêtent, dit Goffman, une fateful significance que n’ont pas les actions de la vie ordinaire, etc.

122Ce cadre prévoit ce que notre culture voit plutôt comme des écarts réintégrables, comme l’adresse au public d’un acteur, ou les cas familiers de contamination entre la personne, le rôle et le personnage. Certains écarts rompent clairement le cadre : ainsi quand le public outragé monte sur scène, ou quand l’actrice, jouant un évanouissement, s’évanouit pour de bon.

123L’exemple de la pièce de théâtre permet de comprendre en quel sens Fauconnier entend parler du mélange ou de l’interpénétration des cadres. Dans Mental Spaces (1994), il est fait allusion aux différents statuts du spectateur, comme spectateur de l’action que construisent les personnages et comme “fâcheux”, dont les réactions portent directement sur l’acteur, et non plus sur le personnage ; il est fait allusion aussi à un coup monté, où les spectateurs d’une pièce sont filmés sans le savoir, et sont intégrés à la narration du film. Dans le premier cas, nous sommes en présence d’une rupture de cadre, et dans le second de la modalisation d’un coup monté non volontairement reconnu de tous, coup monté qui contient lui-même la modalisation d’un coup monté (c’est-à-dire la pièce) ; il s’agit d’une variation de la pièce dans la pièce. Ce qui est en jeu est ici l’alternance des statuts d’un ou de plusieurs participants au sein d’une séquence d’activités dominée par un cadre donné. Plutôt que de mélange de cadres, peut-être serait-il plus approprié de parler de statuts alternant au sein de cadres successifs.

124Du point de vue de l’expression linguistique, nous pouvons, en un certain sens, “mélanger” les statuts. Comme l’a montré Mental Spaces, nous pouvons employer par exemple le nom de l’acteur dans un contexte où l’on parle de l’action de son personnage, ou le nom du personnage pour parler de l’acteur dans la représentation, comme dans (27).

(27) Dans la représentation de ce soir [= espace de la représentation], Golda Meir [= nom désignant un personnage de la pièce représentée] a oublié trois lignes [prédicat renvoyant à la personne réelle participant au spectacle].

125En ce sens donc, ce sont les statuts qui sont mêlés, plutôt que les cadres.

126Bref, chez Goffman, on trouve une analyse sophistiquée de ces différents statuts et de leur interpénétration dans une séquence d’activités. Par comparaison avec Goffman, Fauconnier s’est concentré sur les relations inter-espaces qui lient les différents statuts des participants de cadres fictionnels, non sur la régulation des attitudes et des comportements des participants d’un cadre.

Talmy (1977) et l’amalgame

127Dans ses remarques sur l’amalgame (blending) syntaxique, Talmy (1977), nous disent Fauconnier et Turner (1994), a fait preuve d’une “grande pénétration” (great insight). L’emploi du terme par Talmy, dans le contexte de sa propre théorie, semble pourtant assez paradoxal.

128Depuis sa thèse (Talmy 1972), Talmy défend l’idée que les structures syntaxiques peuvent être dérivées d’une seule structure syntaxico-sémantique fondamentale, dite, dans la thèse, “situation translatoire” (translatory situation). Cette situation est, au plan sémantique, un patron à quatre termes : FIGURE MOTEUR DIRECTIONNEL FOND (nous nous en tenons ici à la terminologie de 1972 et faisons abstraction des différentes variations qu’a connues la théorie par la suite ; MOTEUR traduit motive, le composant processif de la situation). Cette structure exprime une situation que Talmy regarde comme cognitivement fondamentale, celle où une figure se situe ou se meut dans une direction déterminée par rapport à un fond. Deux procédés permettent de dériver les structures complexes : l’adjonction et ce que Talmy appelle la fusion (conflation). Dans The bottle floated into the bedroom, un mode de mouvement (glosé comme un adverbe externe AFLOAT) a été adjoint à la structure [FIG MOT INTO BEDROOM], puis a été fusionné avec le composant MOT. Cette fusion produit le verbe float. La notion de fusion (conflation) est proche du procédé de montée du prédicat (predicate raising) en sémantique générative.

129Dans l’article de 1977, Talmy qualifie d’amalgame (blending) deux cas de fusion qu’il appelle superposition et introjection. Il y a superposition, semble-t-il, quand une propriété non relative au mouvement est fusionnée dans une situation translatoire. Dans She wafted through the party, la réception (party) est superposée au déplacement spatial, d’où résulte un “virevoltement” hybride, mi-physique mi-interactionnel. Quant à l’introjection, elle force une coréférence, faisant d’une structure à deux arguments distincts une structure réflexive : He threw himself off the cliff, qu’on comparera à sa contrepartie à deux arguments : He threw her off the cliff.

130Le point commun de ces deux types d’amalgames semble résider dans le fait de mêler des ordres de réalité et de déformer l’image mentale d’une structure de départ ou d’une structure considérée comme basique. Conformément aux analyses développées dans Talmy (1976), dans He threw her off the cliff, il ne peut être question ici que d’un dédoublement entre un soi intentionnel et un soi corporel, relevant de deux ordres de réalité, non d’une image scindant deux corps. Ainsi, dans He threw himself off the cliff, nous ne voyons pas deux corps, pas même deux corps identiques.

131Le rôle marginal que joue et jouera par la suite le terme de blending provient du fait que la fusion est chez Talmy un processus extrêmement productif. La notion d’amalgame fait une apparition d’autant plus brève que la théorie faisait un très large emploi d’un outil voisin, la fusion. Probablement déconnectée de la notion traditionnelle d’amalgame syntaxique, cette notion de fusion n’en permet pas moins d’orienter la notion d’amalgame vers des applications syntaxiques, applications qui bénéficieront ensuite du renfort des grammaires de construction. On notera ainsi qu’un des exemples favoris de Goldberg (He sneezed the napkin off the table) évoque les situations translatoires analysées par Talmy, et que cet exemple sera repris par Fauconnier et Turner (1994) pour illustrer une application syntaxique de leur concept d’amalgame, en l’occurrence la coercion d’un verbe intransitif par une construction exprimant un déplacement causé.

2.2. L’intégration conceptuelle : description formelle

132Nous l’avons vu, l’intégration conceptuelle a été appliquée en particulier au figuratif et au contrefactuel. Ce dernier domaine d’application permet de souligner que l’intégration conceptuelle se pose en alternative à des approches analytico-logiques.

  • 19 Sa discussion suit Brée (1982).

133Dès Espaces Mentaux (1985), Fauconnier redirige ainsi l’attention vers des considérations linguistiques, c’est-à-dire les divers modes d’expression de la contrefactualité, par exemple l’expression de l’irréel, et des foncteurs discursifs qui modulent ou annulent le lien logique, comme l’adverbial quand même (‘si P, Q quand même’). Il souligne parallèlement les insuffisances de l’approche philosophique dans le champ du discours. Cette approche, surtout depuis Goodman (1947), s’était focalisée sur la détermination des propositions qui devaient constituer les conditions de validité du contrefactuel ; des procédures pour circonscrire cet ensemble de propositions avaient été proposées, dont celle de Goldstick (1978), que Fauconnier discute et reformule en termes de partition de l’espace de base.19 Sans pouvoir ici détailler cette procédure, nous remarquerons seulement que l’approche “analytico-logique” n’est pas répudiée, mais limitée aux contrefactuels nomologiques, ou, plus largement, aux contrefactuels tels que le conséquent suit de prémisses bien déterminées dans le discours.

134Le ton se radicalise quand Fauconnier (1990) commence à construire le générique comme un aspect structurel d’une interprétation qui est en elle-même spécifique et soumise à une visée discursive. Nous l’avons plus haut, Fauconnier pense que la multiplicité des visées discursives possibles d’un même contrefactuel analogique implique qu’on ne puisse en isoler un sens univoque servant de base à des inférences pragmatiques. Et de fait, Fauconnier (1996) défend ainsi l’idée que les contrefactuels ne s’analysent pas de manière vériconditionnelle mais de manière analogique. Plus largement, Fauconnier rejette les approches abstraites et algorithmiques qu’il juge “ désincarnées ” et qui ont dominé les travaux en sémantique structuraliste et générative. Il défend plutôt une forme de conceptualisation et de construction du sens qui repose sur la perception, les sensations et la corporéité, dans la lignée des travaux de Lakoff et Johnson sur la métaphore. Ainsi, parler de “ description formelle ” de l’intégration conceptuelle doit s’entendre comme la description du mécanisme et de ses principes. Fondamentalement, “ expressions of natural languages are best viewed as maximally economical means of triggering complex projection of structures across discourse domains (here, mental spaces) ” (1996 : 59).

2.2.1. Un modèle à quatre espaces

135On trouve plusieurs descriptions du processus dans plusieurs publications, mais l’essentiel se trouve dans Fauconnier (1997) et Fauconnier et Turner (2002). L’opération peut se ramener à un schéma dans lequel deux espaces mentaux d’entrée (au minimum) en partie structurés contiennent des éléments dont certains vont être projetés d’un espace à un autre. Cette projection permet l’émergence d’une structure plus riche et plus élaborée, l’amalgame (blend), qui, en fonction de son degré de spécification, va entretenir des liens plus ou moins distants avec les deux espaces mentaux d’origine (Fauconnier 1997 : 149). La projection d’éléments (mapping), sélective, est conditionnée par un mapping plus général à partir de l’espace générique. Ce dernier est, comme on l’a vu, une structure généralement plus abstraite, commune et partagée par les deux espaces d’entrée. Dans l’exemple de la course entre les deux navires Northern Light et Great America II (cf. Fauconnier et Turner 2002), à plus d’un siècle d’écart mais sur le même parcours (San Francisco – Boston), l’espace générique va donner le cadre général (lieu, parcours, déroulement, participants, etc) qui permet la projection d’un espace sur l’autre et la construction du sens d’un énoncé comme : “At this point, Great America II is 4.5 days ahead of Northern Lightalors que les deux navires ne sont pas réellement en course, plus de 150 ans séparant les deux navigations. L’espace générique joue en définitive le rôle d’un cadre, ou frame dans la tradition de la sémantique des cadres ; c’est lui qui réunit les éléments qui permettent de comprendre l’énoncé. Fauconnier et Turner (1994) précisent par ailleurs qu’il est le lieu de la rencontre entre les informations contextuelles et les connaissances d’arrière-plan (background knowledge). De ce fait, l’espace générique n’est finalement pas réorganisé par les projections d’éléments et l’émergence du blend, comme les espaces d’entrée peuvent l’être.

136Les schémas suivants devraient permettre de visualiser l’opération entière et sa dynamique. Une comparaison entre deux versions s’avère par ailleurs suggestive.

Figure 1: le modèle de l’intégration conceptuelle à quatre espaces, d’après G. Fauconnier et M. Turner 1994

Figure 1: le modèle de l’intégration conceptuelle à quatre espaces, d’après G. Fauconnier et M. Turner 1994

137Ce premier schéma ne représente pas la projection entre l’espace “ source ” (source) et l’espace “ cible ” (target), projection qui apparaît dans la version de 1997 et après. La dénomination de ces espaces (“ source ” / “ cible ”) suggère par ailleurs une directionnalité que l’on ne retrouvera plus au niveau général (à partir de 1997 ; cf. la section 2.1.2.2).

138Le schéma de 1994 ne représente pas non plus les projections de l’espace générique vers les espaces “ source ” et “ cible ”. Il propose malgré tout la visualisation du “ retour ” vers les espaces “ source ” et “ cible ” à partir de l’amalgame. Dans Fauconnier (1997 : 23), l’auteur mentionne rapidement cette “ réorganisation ” mais celle-ci disparaît du schéma définitif que l’on trouve dans l’ouvrage de 1997 et dans Fauconnier et Turner (2002) et (2003) (Figure 2) :

Figure 2 : le modèle de l’intégration conceptuelle à quatre espaces,d’après G. Fauconnier et M. Turner 2003.

Image 2000000900003B8700002A90A5BE8AE6.wmf

  • 20 Selon l’expression que l’on trouve dans Fauconnier et Turner (2002 : 46).

139De son côté, le schéma dit “ diagramme basique ”20 donne plus de détails sur le processus gobal :

Figure 3 : le diagramme basique de l’intégration conceptuelle,d’après G. Fauconnier 1997

Figure 3 : le diagramme basique de l’intégration conceptuelle,d’après G. Fauconnier 1997

140Dans ce diagramme (comme dans celui de 2003) sont envisagées les projections entre espaces (traits pleins) et les projections sélectives (pointillés). Il est aussi envisagé que certains éléments des espaces d’entrée ne soient pas projetés d’un espace à un autre, qu’ils n’aient donc pas de corrrespondants (counterparts). Enfin, des relations de projection des espaces d’entrée vers l’espace intégrant et l’amalgame sont aussi prises en compte.

2.2.2. Les différentes formes d’amalgamation

  • 21 Exemple suggéré par Fauconnier et Turner 2002 : 49.

141Si Fauconnier (1997) propose des définitions succintes des différentes formes d’émergence dans l’espace intégrant, on trouve dans Fauconnier et Turner (2002 : 48-49) davantage de détails. Cet ouvrage, suite à une publication de 1998 (cette dernière enrichie dans une version pour l’internet en 2001), décrit différentes formes d’intégration : par composition, par achèvement (completion), et par élaboration (elaboration). Le premier cas (composition) correspond à la création de relations nouvelles entre éléments, relations qui n’existent pas ou qui ne sont pas possibles dans les inputs, comme par exemple la course des deux bateaux à 150 ans d’écart. Fauconnier et Turner parlent dans ce cas de “ fusion ” ([1998] 2001 : 11). Dans le second cas (achèvement), entrent en jeu des informations d’arrière-plan qui viennent compléter l’amalgame. Sur le plan cognitif, on est proche de la situation où l’on reconstruit les éléments manquants d’une figure géométrique comme dans le cas suivant où l’on perçoit par inférence une ligne droite derrière le rectangle (dans l’interprétation du phénomène par Fauconnier et Turner, qui est ici conforme à la tradition non-gestaltiste)21 :

142On est aussi proche du cas où on construit une forme suggérée par d’autres formes mais non représentée en tant que telle, comme dans le cas du rectangle de Kanizsa :

Image 200000090000117700000F621D2E13F7.wmf

143Dans ces deux cas, on “achève” une forme géométrique, de manière irrépressible, mais en tenant compte des éléments mis en relation par projection dans une forme plus grande et générale. Sur le plan linguistique, l’achèvement se rapproche du cas du discours rapporté dans lequel est reconstruite une situation d’interlocution par recours aux informations caractérisant une telle situation, alors que la forme est celle du récit :

(28) Jean-Pierre annonça à sa femme qu’il partait pour le Brésil le lendemain.

144Dans ce type de cas, on reconstruit l’interlocutrice (la femme de Jean-Pierre) dont le rôle n’est pas exprimé dans l’énoncé sauf sous forme d’” auditrice ” pour ainsi dire. Comme le précise Coulson dans une présentation du cas d’achèvement (2001 : 122), c’est par recours à des informations stockées en mémoire à long terme que l’on effectue l’achèvement de la structure émergente qui correspond, dans notre exemple, à une situation de dialogue simulée.

145Le troisième cas d’intégration (élaboration) implique aussi le recours à la simulation, mais en donnant une place importante à ce que l’espace intégrant peut produire avec ses propres éléments : “Elaboration develops the blend through imaginative mental simulation according to principles and logic in the blend” (Fauconnier et Turner [1998] 2002 : 11). Le cas le plus célèbre d’élaboration développé par Fauconnier et Turner est celui de la métaphore qui rapproche des domaines plus ou moins étrangers via les espaces d’entrée, mais qui a recours à la créativité et à l’imagination davantage que les deux autres types d’intégration, et donc implique un effort cognitif plus grand. Si on prend un exemple comme le “ gel des salaires ”, en dehors de l’espace intégrant, donc dans les espaces d’entrée, “ gel ” et “ salaire ” partagent très peu de points communs. Ceci étant, l’espace générique contient, à un niveau très général, la capacité de pouvoir organiser ces deux espaces et de contenir des éléments qui leur sont communs, comme par exemple la croissance et sa restriction. Un autre point commun pourrait être leur caractère fluide : l’eau peut geler et l’argent peut “ couler à flot ”. Les aspects négatifs du gel d’un côté et l’aspect numérique de l’argent sont cependant spécifiques à chaque espace d’entrée, et donc non partagés en dehors de leur projection dans l’espace intégrant. L’amalgame se développe ainsi selon ses propres principes : la rencontre peu motivée entre les éléments projetés des espaces d’entrée va malgré tout produire un sens qui n’est pas donné d’emblée. Le sens est élaboré par recours non seulement aux connaissances d’arrière-plan, comme dans les autres cas d’intégration, mais en ayant recours aussi à l’imagination. Le point commun est bien sûr le caractère émergent de l’amalgame.

2.2.3. Intégration et réseaux d’espaces

146Fauconnier et Turner ([1998] 2001, 2003) insistent sur le fait que le sens n’est pas contenu dans l’espace intrégrant, ni dans un espace particulier, mais dans le réseau que forment les espaces ainsi que leurs connexions. Ces réseaux se répartissent sur un continuum de complexité avec quatre prototypes essentiels allant du réseau simple (simplex) au réseau d’intégration bilatérale (double-scope network). Un exemple de réseau simple pourrait être un énoncé comme le suivant :

(29) Jean-Pierre est le père d’Anne-Marie.

147Sont associées ici des valeurs (Jean-Pierre, Anne-Marie) avec des rôles (père, fille) issus du cadre “ famille ” (espace générique). Le cadre et leurs valeurs sont intégrés sans conflit dans l’espace intégrant, de manière compositionnelle (mais pas de manière vériconditionnelle pour autant) dans la mesure où toutes les informations pertinentes contenues dans les inputs sont transférées dans l’espace intégrant ; l’amalgame, produit par composition, est constitué de nouvelles relations qui n’existent pas dans les inputs séparément.

148L’exemple de la course entre les deux navires à 150 ans d’écart que l’on a vu plus haut est un cas de réseau-mirroir (mirror-network) ; sur le continuum de Fauconnier et Turner, il constitue un degré de complexité supplémentaire. Soit l’exemple suivant :

(30) “ Idec [Joyon] fonce vers la ligne au moment où Sodebo [Coville] est contraint de tirer des bords dans un vent mollissant. “ (revue “ Bateaux “, août 2013)

149Deux voiliers sont en course, Idec et Sodebo, sur le même parcours (record de la traversée de l’Atlantique nord en solitaire, de New-York au cap Lizard) à quatre ans d’intervalle. Deux temporalités sont ramenées à une seule et compressées, comme si une seule course avait lieu, ce qui fait émerger l’impression d’une régate entre les deux marins. Les deux espaces d’entrée correspondent aux informations concernant les deux bateaux, et ils sont structurés par deux cadres organisationnels identiques : un bateau, un skipper, un sponsor officiel qui donne le nom au bateau, etc. De la même façon, le cadre organisationnel des entrées va structurer l’espace générique et on va retrouver les mêmes informations que celles présentes dans ces espaces. Comme le rôle du cadre organisationnel est de fournir la topologie des espaces, cette topologie sera identique entre les espaces dans ce type de réseau. À un niveau spécifique, on notera cependant des différences plus fines, simplement parce qu’on a affaire à deux voiliers au nom différent et au skipper différent. Par ailleurs, la forme que prend cet amalgame dans l’espace intégrant est celle d’un achèvement : une régate unique est reconstituée dans l’amalgame par projection des deux courses organisées de manière identique.

150C’est la différence de cadre organisationnel entre les deux espaces d’entrée qui caractérise le type de réseau correspondant au niveau de complexité suivant. Dans le cas du réseau d’intégration unilatérale (single-scope network), l’amalgame est formé à partir du cadre organisationnel d’un seul input (Fauconnier et Turner 2002 : 126). Revient alors l’idée, pour un type de réseau, d’une projection asymétrique d’un espace-source sur un espace-cible. Ce type de réseau correspond souvent aux métaphores conventionnelles. Dans

(31) Microsoft has finally delivered the knock-out punch to its rival Netscape.

151le cadre d’un des inputs, le cadre de la boxe, est projeté sur l’autre espace d’entrée (organisé par le cadre du monde de l’entreprise), et lui donne une topologie que l’on retrouve dans l’amalgame. La structure émergente est donc le fruit de la projection d’un input sur l’autre, asymétriquement et par composition.

152Dans le type de réseau dit d’intégration bilatérale (double-scope network), les deux inputs ont un cadre organisationnel différent, et le cadre qui organise l’amalgame tient d’une partie de chacun des cadres, ce qui donne à l’amalgame la possibilité de s’organiser par élaboration. Le cas typique est celui de certaines métaphores, comme par exemple celle, très productive, du bureau virtuel dans le domaine de l’informatique (Fauconnier et Turner 2002 : 131). Dans ce cas, l’amalgame s’organise à partir des cadres du travail “ classique ” de bureau et de celui, plus technique, des commandes informatiques. En dehors du champ des métaphores, on peut aussi citer le cas du discours indirect libre qui présente une situation de narration mêlée à une situation de discours (au sens de Benveniste) et qui ensemble produisent une énonciation qui intègre récit et discours (voir aussi Col 2003) :

(32) Je l’imaginais confier au gérant son admiration sans bornes pour Curtis Mayfield, Malcom X, lui glisser ensuite qu’il jouait dans le Round Up, mais que malheureusement, tout cela n’allait pas durer longtemps; oui, il était gravement malade; non, il préférait ne pas parler de tout cela; il n’avait qu’un regret: ne pas avoir pu jouer au moins une fois au Blue Note avant de quitter ce monde. Quoi ? C’était possible? Il fallait voir ? Vraiment ? Je savais Hector assez timbré et tordu pour se lancer dans de telles manœuvres… (J.-P. Dubois, Une vie française, 2004, p.103)

153Dans cet exemple, la reconstitution du dialogue imaginé par le narrateur se fait dans l’amalgame à partir du cadre propre au récit (à travers des déclencheurs comme “confier”, “il”, l’imparfait) et à partir du cadre propre au discours direct (entre autres “oui”, “non”, “quoi”, ponctuation des interrogatives directes). Tous les éléments de chacun des inputs ne sont pas projetés dans l’espace intégrant (comme par exemple la consécutivité déclenchée par “ensuite” dans l’input propre au récit) mais celui-ci fait émerger un amalgame à partir d’eux, donc à partir de deux cadres organisationnels possiblement conflictuels et projetés de manière asymétrique malgré tout (le cadre du récit structure en grande partie l’amalgame).

Conclusion

154Au lecteur qui aura eu la patience de nous lire jusqu’à ce point nous demanderons de regarder en arrière et de considérer le chemin parcouru. Rappelons donc que nous sommes partis d’un contexte intellectuel où des questions d’ambiguïté référentielle et de pragmatique sont intégrées à la grammaire générative. Cette intégration est l’œuvre de jeunes linguistes qui concourent à ouvrir la linguistique à ces aspects longtemps refoulés en contexte américain. Rétrospectivement, le mouvement qui a particulièrement contribué à cette ouverture, la sémantique générative, apparaît comme un chaînon intermédiaire entre la grammaire transformationnelle et cet ensemble d’approches qu’on dénomme “linguistique cognitive”, et auquel la théorie des espaces mentaux et des amalgames est généralement affiliée.

155Au terme de l’évolution que nous nous sommes efforcés de décrire, nous sommes parvenus à une théorie ambitieuse des processus cognitifs qui, en plus de porter sur des questions liées à la référence, traite à la fois de la métaphore, des contrefactuels, de la créativité et de la résolution de problèmes. Cette réorientation cognitive a agrégé des influences diverses, nous l’avons vu, mais elle correspond à une visée caractéristique de Fauconnier: montrer que le travail sémantique des locuteurs est très partiellement manifesté par ses marques formelles, engage la création et la mise en relation de structures de données, et répond à une intention argumentative. Chez Turner, il s’agit de donner un soubassement cognitif à la production et à la compréhension du langage figuré, de contester l’entre-soi herméneutique des études littéraires et de les raccrocher ainsi aux disciplines qui ont maintenu un contact avec la totalité du monde humain, en particulier les sciences de la cognition (Turner 1991). L’ampleur donnée à la théorie a parfois été jugée excessive, et on a pu lui reprocher de tout expliquer à bon compte (Gibbs 2000).

156D’autres sémanticiens générativistes ont aussi réorienté leur perspective vers une théorie des processus cognitifs. Nous avons déjà évoqué les échanges qui ont eu lieu entre la théorie de l’intégration et celle des métaphores conceptuelles ; cette dernière réactivait une vision empiriste de l’origine des connaissances qui tendait la main à la tradition pragmatiste et, au-delà, aux empiristes anglo-saxons. Comme Locke par exemple, Lakoff et Johnson (1980) expliquaient que la conceptualisation de domaines abstraits se fondait sur la saisie de domaines concrets. De même, alors que dans ses premiers travaux Talmy (1972, 1975, 1976) réinventait une nouvelle forme de localisme, c’est-à-dire une perspective associée à l’empirisme (Fortis 2014), il réorientait une partie de sa réflexion vers une théorie de la conceptualisation de l’espace et de l’appréhension des relations dynamiques entre objets du monde, une sorte de phénoménologie antérieure à la prédication linguistique (Talmy 1983, 1988). Langacker, dont le centre d’intérêt a toujours été l’analyse morphosyntaxique, a lui aussi fourni une théorie psychologique, celle de processus qui rendent possible la catégorisation, l’abstraction, l’appréhension des événements en termes statiques ou dynamiques, en termes de possibilité ou de nécessité etc. C’est cette théorie qui entend procurer les fondations de la linguistique (Langacker 1986, 1987).

157En plus de ce glissement de la linguistique vers une théorie des processus cognitifs, nous voyons les différentes approches mentionnées à l’instant se solidariser par la circulation d’outils conceptuels, comme les métaphores conceptuelles ou le prototype. Il est fascinant de constater qu’au sein du réseau théorique collectif ainsi constitué se trouvent réinstallées des problématiques qui enjambent la grammaire générative et tendent la main à une période antérieure. La métaphore conceptuelle nous reconnecte avec le temps où l’on affirmait que la connaissance des langues et singulièrement l’étymologie était une forme de “métaphysique expérimentale” qui permettait de faire l’histoire de l’esprit humain (Turgot 1913 [1756]). La notion de prototype, quant à elle, a servi à réactiver le thème de la formation par analogie (cf. par exemple Bybee & Slobin 1982), si présent à l’époque des néogrammairiens, mais contingenté par la linguistique générative.

158Quel est alors le statut historique des espaces mentaux et de l’intégration conceptuelle dans ce renouvellement théorique global ? Nous avons vu que nous ne sommes pas dans le cas de la métaphore conceptuelle, qui est clairement un outil traditionnel (mais des questions traitées par la métaphore conceptuelle ont été absorbées dans la théorie de l’intégration); nous ne sommes pas non plus dans le cas du prototype, notion dont la formation a été collective et dont des prodromes existent bien avant l’époque contemporaine (Fortis 2010, 2015). Nous sommes plutôt en présence d’une création originale synthétisant plusieurs problématiques et analyses, et connectée assez indirectement à la tradition. L’intégration conceptuelle a par exemple permis de réintroduire, sur le versant sémantique, les amalgames syntaxiques (p. ex. Kemmer 2003) auxquels Paul s’intéressait tant (Paul 1917). D’autre part, dans une grammaire constructionnelle comme celle de Goldberg (1995, 2006), le mécanisme de fusion entre schéma constructionnel et des items lexicaux peut être réanalysé sous la forme d’une intégration (Fauconnier & Turner 1996), ce qui donne à l’amalgame une portée qui l’étend au-delà des phénomènes que Paul avait en vue. Par ce biais, la théorie de l’intégration conceptuelle se rattache aux grammaires de construction, en particulier à la grammaire cognitive de construction non formaliste de Goldberg.

Haut de page

Bibliographie

Antonopoulou, A. & K. Nikiforidou. 2011. Construction grammar and conventional discourse: A construction-based approach to discoursal incongruity. Journal of Pragmatics 43: 2594-2609.

Aristote. 1980. La Poétique. Paris : Le Seuil.

Bateson, Gregory. 1955. A theory of play and fantasy. Psychiatric Research Reports 2. 39-51. Repris dans Gregory Bateson, G. 1972, Steps to an ecology of mind: Collected essays in anthropology, psychiatry, evolution, and epistemology, 183-198. Chicago: The University of Chicago Press.

Bergson, Henri. 1981 [1899]. Le rire. Essai sur la signification du comique. Paris: Presses Universitaires de France.

Bergström, Gustaf Adolf. 1906. On blendings of synonymous or cognate expressions in English. A contribution to the study of contamination. Lund : Håkan Ohlsson.

Black, Max. 1954-1955. Metaphor. Proceedings of the Aristotelian Society, New Series 55. 273-294.

Bloomfield, Leonard. 1926. A set of postulates for the science of language. Language 2(3). 153-164.

Bolzano, Bernard. 1837. Wissenschaftslehre. Versuch einer ausführlichen und grösstentheils neuen Darstellung der Logik mit steter Rücksicht auf deren bisherige Bearbeiter. Sulzbach: J. E. v. Seidel.

Borkin, Ann. 1972. Co-reference and beheaded NPs. Papers in Linguistics 5. 28-45.

Brée, David S. 1982. Counterfactuals and causality. Journal of Semantics. 1(2): 147-185.

Bühler Karl. 2009 [1934]. Théorie du langage. La fonction représentationnelle, trad. par D. Samain. Marseille : Agone.

Bybee Joan L. & Slobin Dan I. 1982. Rules and schemas in the development and use of the English past tense. Language 58(2). 265-289.

Carroll, Lewis. 1971 [1871]. Through the looking glass. De l’autre côté du miroir (tr. fr. par Henri Parisot). Paris : Aubier-Flammarion.

Chomsky, Noam. 1986. Knowledge of language: Its nature, origin and use. Westport: Praeger.

Col, Gilles. 2003. « Style indirect libre et intégration conceptuelle », Bulletin de la Société de Stylistique Anglaise, « Stylistique et énonciation : le cas du discours indirect libre ». 185-204.

Coulson, Seana. 1995. Analogic and metaphoric mapping in blended spaces. Center for Research in Language Newsletter 9(1). 2-12.

Dinsmore, John. 1981. The inheritance of presupposition. Amsterdam: John Benjamins.

Dinsmore, John. 1987. Mental spaces from a functional perspective. Cognitive Science 11. 1-21.

Dinsmore, John. 1991. Partitioned representations. A study in mental representation, language understanding and linguistic structure. Dordrecht / Boston / Londres: Kluwer Academic Publishers.

Donnellan, Keith. 1966. Reference and descriptions. The Philosophical Review 75. 281-304.

Duckworth, George E. 1952. Nature of Roman comedy. A study in popular entertainment. Princeton : Princeton University Press.

Dumarsais, César Chesneau. 1988 [1730]. Des tropes ou des différents sens. Figure et vingt autres articles de l’Encyclopédie, suivis de L’Abrégé des Tropes de l’abbé Ducros, textes édités par F. Douay-Soublin. Paris : Flammarion.

Fauconnier, Gilles. 1978. Espaces référentiels. In Sull'anafora, 129-146. Florence : Academia della Cruzca.

Fauconnier, Gilles. 1979. Mental spaces: A discourse-processing approach to natural language logic. Non publié, Université de Paris VIII.

Fauconnier, G. 1981. Pragmatic functions and mental spaces. Cognition 10. 85-88.

Fauconnier, Gilles. 1984a. Projection de présuppositions et application à la négation. Langue Française 62. 12-36.

Fauconnier, Gilles. 1984b. Espaces mentaux. Aspects de la construction du sens dans les langues naturelles. Paris : Minuit.

Fauconnier, Gilles. 1990. Domains and connections. Cognitive Linguistics 1-1. 151-174.

Fauconnier, Gilles. 1994. Mental spaces. Aspects of meaning construction in natural language. Cambridge: Cambridge University Press.

Fauconnier, Gilles. 1996. Analogical counterfactuals. In Gilles Fauconnier & Eve Sweetser (ed.). Spaces, worlds, and grammar, 57-90 Chicago: The University of Chicago Press.

Fauconnier, Gilles. 1997. Mappings in thought and language. Cambridge: Cambridge University Press.

Fauconnier, Gilles & Turner, Mark. 1994. Conceptual projection and middle spaces. Report 9401, Department of Cognitive Science. University of California (San Diego La Jolla).

Fauconnier, Gilles & Turner, Mark. 1996. Blending as a central process of grammar. In Adele Goldberg (ed.), Conceptual Structure, Discourse, and Language, 113-129. Stanford: Center for the Study of Language and Information.

Fauconnier, Gilles & Turner, Mark. 1998. Conceptual integration networks. Cognitive Science 22(2). 133-187.

Fauconnier, Gilles and Turner, Mark. 2002. The way we think: Conceptual blending and the mind's hidden complexities. New York: Basic Books.

Fillmore, Charles J. 1982. Frame semantics. In The Linguistic Society of Korea (ed.), Linguistics in the Morning Calm, 111-37. Seoul : Hanshin.

Fortis, Jean-Michel. 2014. Localisme et théorie des cas. In Sylvie Archaimbault, Jean-Marie Fournier & Valérie Raby (dir.). Penser l’histoire des savoirs linguistiques. Études épistémologiques, historiques et linguistiques en hommage à Sylvain Auroux, 75-85. Lyon : ENS Editions,. 

Fortis, Jean-Michel. 2015a. Generative grammar and cognitive linguistics: On the grounds of a theoretical split in American linguistics. In Viviane Arigne, & Christiane Migette (ed.), Metalinguistic Discourses, 53-88. Newcastle: Cambridge Scholars Publishing. 

Fortis, Jean-Michel. 2015b. L'amalgame : un aperçu historique. Neologica 9. 15-34. 

Frank, Tibor. 2004. George Pólya and the heuristic tradition. Revista Brasileira de História da Matemática 4(7). 19 -36.

Gentner, Dedre. 1983. Structure-mapping : A theoretical framework for analogy. Cognitive Science 7. 155-170.

Gibbs, Jr., Raymond W. 2000. Making good psychology out of blending theory. Cognitive Linguistics 11. 347-358.

Gick, Mary L. & Holyoak, Keith J. 1983. Schema induction and analogical transfer. Cognitive Psychology 15. 1-38.

Goffman, Erving. 1974. Frame Analysis. An essay on the organization of experience. Boston: Northeastern University Press.

Goldberg, Adele E. 1995. Constructions : A construction grammar approach to argument structure. Chicago: The University of Chicago Press.

Goldberg, Adele E. 2006. Constructions at work: The nature of generalization in language. Oxford: Oxford University Press.

Grosz, Barbara J. 1981. Focusing and description in natural language dialogues. In A. Joshi, B. Webber & I. Sag (ed.), Elements of discourse understanding, 84-105. New York: Cambridge University Press.

Hockett, Charles F. & Asher, Robert. 1964. The human revolution. Current Anthropology 5(3). 135-168.

Hofstadter, Douglas R. 1985. Metamagical themas: Questing for the essence of mind and pattern, chap. 24, 547-603. New York: Basic Books.

Hofstadter, Douglas R. & Gabora, Liane. 1989. Synopsis of the workshop on humor and cognition. Humor 2(4). 417-440.

Hofstadter, Douglas R. & Moser, David J. 1989. To err is human; to study error-making is cognitive science. Michigan Quarterly Review vol. 28, no. 2. 185-215.

Jackendoff, Ray. 1975. On belief-contexts. Linguistic Inquiry 6(1). 53-93.

Jacob, Pierre. 1980. L’empirisme logique. Ses antécédents, ses critiques. Paris: Editions de Minuit.

Karttunen, Lauri. 1973. Presuppositions of compound sentences. Linguistic Inquiry 4(2). 169-193.

Kemmer, Suzanne. 2003. Schemas and lexical blends. In Hubert Cuyckens, Thomas Berg, René Dirven & Klaus-Uwe Panther (ed.), Motivation in language, 69-97. Amsterdam / Philadelphie : John Benjamins.

Koestler, Arthur. 1964. The act of creation. New York: Penguin Books (tr. fr. 2011. Le cri d’Archimède, Paris, Les Belles Lettres).

Lakoff, George. 1968. Counterparts, or the problem of coreference in transformational grammar. Paper delivered at the summer meeting of the Linguistic Society of America, July 1968, 13 p.

Lakoff, George. 1990. The Invariance Hypothesis : is abstract reason based on image-schemas ? Cognitive Linguistics 1(1). 39-74.

Lakoff, George & Johnson, Mark. 1980. Metaphors We Live By. Chicago: University of Chicago Press (tr. fr. 1985. Les Métaphores dans la Vie Quotidienne, Paris, Minuit).

Lakoff, George & Turner, Mark. 1989. More than cool reason. Chicago / Londres: The University of Chicago Press.

Langacker, Ronald W. 1986. An introduction to cognitive grammar. Cognitive Science 10. 1-40.

Langacker Ronald W. 1987. Foundations of cognitive grammar, vol.1: Theoretical prerequisites. Stanford: Stanford University Press.

Langendoen, D. Terence & Savin, Harris B. 1971. The projection problem for Presuppositions. In Charles J. Fillmore & D. Terence Langendoen (ed.), Studies in Linguistic Semantics, 54-60. New York: Holt, Rinehart and Winston.

Lewis, David. 1968. Counterpart theory and quantified modal logic. Journal of Philosophy 65(5). 113-126.

Lyons, John. 1977. Semantics, 2 vol. Cambridge: Cambridge University Press.

McCawley, James D. 1976 [1968]. Lexical insertion in a transformational grammar without deep structure. Papers from the Fourth Regional Meeting of the Chicago Linguistic Society, 71-80 [repris dans McCawley 1976. 155-166]

McCawley, James D., 1976 [1970]. Where do noun phrases come from? In Roderick A. Jacobs & Peter S. Rosenbaum, Readings in English transformational grammar, 166-183. Waltham (Mass.): Ginn & Co (repris dans McCawley 1976. 133-54).

McCawley, James D. 1976. Grammar and meaning. Papers on syntactic and semantic topics. New York: Academic Press.

Meringer, Rudolf & Mayer, Karl. 1895. Versprechen und Verlesen : Eine psychologisch-linguistische Studie. Stuttgart: G. J. Göschensche Verlagshandlung.

Morgan, Jerry L. 1969. On the Treatment of presupposition in transformational grammar. Papers from the Fifth Regional Meeting, Chicago Linguistic Society. 167-177.

Morgan, Jerry L. 1970. On the criterion of identity for noun phrase deletion. Papers from the Sixth Regional Meeting, Chicago Linguistic Society. 380-389.

Moser, David I. & Hofstadter, Douglas R. (sd) Errors: A royal road to the mind. Center for Research on Concepts and Cognition. Indiana University (manuscrit).

Nunberg, Geoffrey D. 1978. The pragmatics of reference. Bloomington: The Indiana University Linguistics Club.

Nunberg, Geoffrey D. 1979. The non-uniqueness of semantic solutions : polysemy. Linguistics and Philosophy 3. 143-184.

Paul, Hermann. 1880-1920. Prinzipien der Sprachgeschichte. Halle : Niemeyer.

Paul, Hermann. 1919. Über Kontamination auf syntaktischem Gebiete. Sitzungsberichte der philosophisch-philologischen und der historischen Klasse der Bayerischen Akademie der Wissenschaften III, 1-71. München : Verlag der Bayerischen Akademie der Wissenschaften.

Platon. 1978. Philèbe. Paris: Les Belles Lettres.

Pólya, George. 1945. How to solve it. A new aspect of mathematical method. Princeton (NJ): Princeton University Press.

Quine, Willard V.O. 1956. Quantifiers and propositional attitudes. The Journal of Philosophy 53(5). 177-187.

Quine, Willard V.O. 1960. Word and object. Cambridge (Mass.): The M.I.T. Press.

Russell, Bertrand. 1905. On denoting. Mind 14(56). 479-493.

Sturtevant, Edgar H. 1947. Introduction to linguistic science. New Haven: Yale University Press.

Sweet, Henry. 1892-1903. New English grammar. Oxford: The Clarendon Press.

Talmy, Leonard. 1972. Semantic structures in English and Atsugewi. Dissertation. Berkeley: University of California.

Talmy, Leonard. 1975. Semantics and syntax of motion. In John P. Kimball (ed.), Syntax and semantics, vol. 4, 181-238. New York: Academic Press.

Talmy, Leonard. 1976. Semantic causative types. In Masayoshi Shibatani (ed.), Syntax and semantics, vol. 6. The grammar of causative constructions, 43-116. New York: Academic Press.

Talmy, Leonard. 1977. Rubber-sheet cognition in language. In Woodforth A. Beach, Samuel E. Fox & Shulamith Philosoph (ed.), Proceedings from the Thirteenth Regional Meeting of the Chicago Linguistic Society, 612-628. Chicago: Chicago Linguistic Society.

Talmy, Leonard, 1983. How language structures space. In Herbert L. Pick & Linda P. Acredolo (ed.), Spatial Orientation : Theory, Research and Application, 225-282. New York, Plenum Press [repris dans Talmy, 2000. Tome 1, 177-254].

Talmy, Leonard. 1985. Lexicalization patterns: Semantic structure in lexical form. In T. Shopen, Language Typology and Syntactic Description, vol. 3., 57-149. Cambridge: Cambridge University Press [repris et modifié dans Talmy, 2000. Tome 2, 21-146].

Talmy, Leonard. 1988. Force dynamics in language and cognition. Cognitive Science 12. 49-100 [repris et modifié dans Talmy, 2000. Tome 1, 409-470].

Turgot, Anne Robert Jacques. 1756. Etymologie. Encyclopédie VI.98a-111b (repris dans Œuvres de Turgot, éd. par G. Schelle. Tome I, 473-516).

Turner, Mark. 1991. Reading minds. The study of English in the age of cognitive science. Princeton: Princeton University Press.

Turner, Mark. 2000) [1987]. Death is the mother of beauty. Christchurch (New Zealand): Cybereditions (1ère édition University of Chicago Press).

Turner, Mark & Fauconnier, Gilles. 1995. Conceptual integration and formal expression. Journal of Metaphor and Symbolic Activity 10(3). 183-204.

Haut de page

Notes

1 L’exemple a été suggéré par McCawley.

2 Sauf peut-être dans le cas du contrefactuel.

3 L’exemple original dit cinq ans, mais à l’époque le mandat présidentiel durait sept ans. Nous avons modifié l’exemple pour en tenir compte.

4 Dinsmore (1981) a été l’étudiant de Fauconnier entre 1975 et 1979. Dinsmore (1981) et Fauconnier (1984) connaissent donc leurs travaux respectifs et se citent l’un l’autre. Dinsmore (1981) renvoie à un version préliminaire miméographiée d’Espaces Mentaux (Fauconnier 1979).

5 Ce dernier principe est repris sous le nom de Presupposition Float dans Mappings (1997) : “une structure 𝛱 présupposée dans un espace mental M se propage à l’espace supérieur N [espace à partir duquel M est introduit], sauf si une structure qui se trouve déjà dans M ou N est incompatible avec 𝛱, ou entraîne 𝛱.” Dans (14), la présupposition que Fred battait Zelda peut se propager car le locuteur ne la contredit pas ni ne la relativise explicitement à l’univers de croyances de Bill.

6 Voir l’explication complète : 1991 : 194.

7 Fauconnier (1984 : 118) définit l’optimalisation des espaces comme la recherche maximale de similitude entre un espace parent R et son fils M selon trois hypothèses : les éléments de R ont des correspondants dans M, les relations satisfaites dans R le sont aussi pour les éléments correspondants dans M, l’arrière-plan de R sert d’arrière-plan à M.

8 Fauconnier donne une explication légèrement différente (et peut-être circulaire ?) de cette impossibilité grammaticale ; pour lui, le fait que l’espace marqué par le parfait soit parfait lui enlève la possibilité d’être en focus (Fauconnier 1997 : 82).

9 Ce terme traduit blending. Dans les travaux plus récents, Fauconnier et Turner parlent d’integration, que nous avons rendu par intégration. Le terme d’amalgame s’applique, comme celui de blend, aux phénomènes connus aussi sous le nom de mots-valises. Il a aussi l’avantage d’aller au-delà du palier lexical, et de rendre donc la notion de syntactic blend. En outre, son usage est plus communément reçu qu’un terme de sens voisin, mais aujourd’hui délaissé chez les linguistes français, celui de contamination (voir sur ces points ci-après la section 2.1.3). Lorsque nous voudrons parler de l’amalgame comme processus, nous parlerons occasionnellement d’amalgamation.

10 C’est le cas de l’énigme du moine bouddhiste (Fauconnier et Turner 1994). Voir la description de cette énigme infra, note 16, section 2.1.3.3.

11 Pour donner un équivalent français, nous n’avons pas repris les exemples de Lakoff et Turner (1989). En outre, pour simplifier la discussion, nous avons esquivé le rôle des connaissances d’arrière-plan qui permettent par exemple de passer du sens “physique” au sens “moral”, ou de transposer à l’animé ce qui vaut pour l’inanimé, comme dans Petite pluie abat grand vent (‘un peu de conciliation fait cesser une grande querelle’ etc.). Ces liens symboliques entre réalités situées sur une échelle des êtres exploitent une connaissance d’arrière-plan dite “Grande Chaîne des Etres” chez Lakoff et Turner (1989).

12 La notion d’image générique par recouvrement a connu son hypostase technique, nous voulons parler du procédé photographique de composite portraiture, mis en œuvre par Galton ; cf. Galton 18831-19072). Bühler (2009 [1934] : 504-514) se sert de cette technique pour penser ce qu’il regarde comme le plus simple procédé d’abstraction, et qu’il appelle mélange des sphères (Sphärenmischung). Ce procédé, impliqué aussi dans la métaphore, paraît proche du schéma par recouvrement de Lakoff et Turner (1989).

13 Le terme de contamination semble être emprunté aux classicistes, qui l’emploient en particulier lorsqu’ils discutent des sources de Térence et Plaute. Une contamination désigne alors le fait d’emprunter des éléments, personnages ou intrigues à plusieurs originaux grecs afin d’en tirer une comédie latine (Duckworth 1952 : 203s).

14 Poétique (57b16) : “Il y a analogie lorsque le second terme est au premier ce que le quatrième est au troisième; on remplacera alors le second par le quatrième ou le quatrième par le second, et parfois on ajoute le terme auquel se rapporte celui qu’on a remplacé. Par exemple, la coupe est à Dionysos ce que le bouclier est à Arès ; on appellera donc la coupe bouclier de Dionysos, et le bouclier coupe d’Arès.” Turner cite un passage analogue (Turner 1991 : 198).

15 A notre connaissance, Goffman (1974) lui-même n’emploie pas l’expression de frame mixing.

16 One morning, exactly at sunrise, a Buddhist monk began to climb a tall mountain. The narrow path, no more than a foot or two wide, spiralled around the mountain to a glittering temple at the summit.

The monk ascended the path at varying rates of speed, stopping many times along the way to rest and to eat the dried fruit he carried with him. He reached the temple shortly before sunset. After several days of fasting and meditation he began his journey back along the same path, starting at sunrise and again walking at variable speeds with many pauses along the way. His average speed descending was, of course, greater than his average climbing speed.

Prove that there is a spot along the path that the monk will occupy on both trips at precisely the same time of day. (…) I tried this and that, until I got fed up with the whole thing, but the image of that monk in his saffron robe walking up the hill kept persisting in my mind. Then a moment came when, super-imposed on this image, I saw another, more transparent one, of the monk walking down the hill, and I realized in a flash that the two figures must meet at some point some time — regardless at what speed they walk and how often each of them stops.” (Koestler 1964 : 183-4)

17 Exemple symétrique chez Fauconnier et Turner (1994) : “consider the cartoon “Momma”, in which Momma's son, Francis, prompts his friend Jack to report to “Momma” that Jack's mother, Victoria, pays all of Jack's credit card charges, so he never has to bother her for money. Francis asks her, “Can't I do that, too?” Momma replies, “It's fine with me. Check with Jack's mother.” ” Francis et sa mère, expliquent les auteurs, construisent deux espaces génériques différents, respectivement, un espace où les mères paient pour leurs fils, un autre où la mère de Jack paie pour tous les enfants.

18 Goffman parle de keying, au sens de clé musicale : la modalisation rejoue l’air original sur une autre clé.

19 Sa discussion suit Brée (1982).

20 Selon l’expression que l’on trouve dans Fauconnier et Turner (2002 : 46).

21 Exemple suggéré par Fauconnier et Turner 2002 : 49.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Schéma Lakoff
URL http://journals.openedition.org/cognitextes/docannexe/image/1111/img-1.png
Fichier image/png, 18k
Titre D’après Fauconnier (1994 : 32 ; 1ère version in 1984b : 52).
URL http://journals.openedition.org/cognitextes/docannexe/image/1111/img-2.png
Fichier image/png, 83k
Titre Figure 1: le modèle de l’intégration conceptuelle à quatre espaces, d’après G. Fauconnier et M. Turner 1994
URL http://journals.openedition.org/cognitextes/docannexe/image/1111/img-3.png
Fichier image/png, 32k
Titre Figure 3 : le diagramme basique de l’intégration conceptuelle,d’après G. Fauconnier 1997
URL http://journals.openedition.org/cognitextes/docannexe/image/1111/img-5.png
Fichier image/png, 22k
URL http://journals.openedition.org/cognitextes/docannexe/image/1111/img-6.png
Fichier image/png, 6,4k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Michel Fortis et Gilles Col, « Espaces Mentaux et Intégration Conceptuelle : Retour sur la Constitution de Théories Soeurs », CogniTextes [En ligne], Volume 18 | 2018, mis en ligne le 04 novembre 2018, consulté le 09 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/cognitextes/1111 ; DOI : 10.4000/cognitextes.1111

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Fortis et Gilles Col

HTL, UMR 7597, CNRS, Université Paris Diderot, Université Sorbonne Nouvelle et Université de Poitiers, FORELLIS, EA 3816 Laboratoire Dynamique Du Langage, UMR 5596 (Université Lyon2 & CNRS), France

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Logo AFLiCo – Association française de linguistique cognitive
  • OpenEdition Journals