Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVolume 18Construction cognitive d’un motif...

Construction cognitive d’un motif : cooccurrences textuelles et associations mémorielles

Frédéric Lavigne, Dominique Longrée et Sylvie Mellet

Résumés

Depuis Sinclair (1991), il est reconnu que tout locuteur use d’un « prêt-à-parler », ensemble d’expressions toutes faites dont la source et le stockage ne se situent pas seulement dans la mémoire individuelle de chaque locuteur particulier, mais relèvent des ressources linguistiques partagées par une communauté de locuteurs. Depuis un peu plus d’une dizaine d’années, diverses recherches ont montré que ces ressources incluaient des structures textuelles qui n’entraient pas dans le champ de la phraséologie au sens strict, d’où la proposition d’étendre le domaine de celle-ci (Legallois & Tutin 2013). Longrée & Mellet (2013) ont montré que ces structures textuelles et les formes phraséologiques pouvaient l’une et l’autre être décrites comme les occurrences d’une nouvelle unité linguistique, le motif. On s’intéresse ici aux modes de stabilisation, de mémorisation et de reconnaissance des motifs textuels, à travers une double approche : d’abord par le biais d’une expérience de psychologie cognitive basée sur l’effet d’amorçage sémantique, ensuite par une étude statistique cooccurrentielle en corpus. Les objets choisis pour l’étude sont des motifs textuels latins composés de trois éléments lexicaux. La convergence remarquable des résultats de l’étude expérimentale et du traitement quantitatif des données textuelles apporte un enrichissement original et très prometteur aux modèles qui tentent de rendre compte du processus d’association sémantique.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Depuis Sinclair (1991), il est reconnu que tout locuteur use d’un « prêt-à-parler », ensemble d’expressions toutes faites dont la source et le stockage ne se situent pas seulement dans la mémoire individuelle de chaque locuteur particulier, mais relèvent des ressources linguistiques partagées par une communauté de locuteurs et alimentent, notamment, le lexique d’une langue. C’est le fameux « principe idiomatique » dont l’étude a trouvé deux champs d’application principaux : la phraséologie (champ lexical) et les grammaires de construction (champ lexico-syntaxique). Longrée & Mellet (2013) ont proposé d’étendre l’analyse du principe idiomatique au champ discursif en étudiant des expressions complexes significativement récurrentes, qui sollicitent simultanément le niveau lexical et le niveau grammatical, et auxquelles une fonction discursive stable confère le statut de véritables marqueurs de structuration des discours. Ces expressions, appelées « motifs » textuels, élargissent le champ d’application de la phraséologie. En dépit de quelques variations de surface qui rendent difficile leur extraction automatique, les motifs sont immédiatement reconnaissables comme tels par un locuteur natif et, assez rapidement, par un apprenant langue seconde, ce qui oblige à s’interroger sur leurs modes de stabilisation, de mémorisation et de reconnaissance.

2D’un point de vue linguistique, il s’agit de comprendre le fonctionnement du langage dans sa dimension idiomatique la plus complexe, celle qui associe la dimension syntagmatique textuelle à la dimension paradigmatique (Longrée & Mellet 2018). L’impact de cette analyse sur les études et pratiques en acquisition des langues secondes pourrait être important. Or plusieurs questions se posent sur le rôle, dans la mémorisation, de la fréquence du motif et de la force de l’association entre les termes qui le composent. L’apparition du premier élément du motif déclenche-t-elle l’attente des termes suivants sur la simple base de phénomènes statistiques de cooccurrences des mots deux à deux (probabilité conditionnelle d’apparition du troisième terme sachant chacun des deux précédents indépendamment l’un de l’autre) ? Ou, au contraire, le schème abstrait sous-jacent au motif textuel, sa structure grammaticale profonde et la fonction discursive qui le caractérise confèrent-ils aux premiers termes du motif le statut d’une amorce complexe spécifique induisant une attente forte des termes suivants (probabilité conditionnelle d’apparition du troisième terme sachant la combinaison préalable des deux précédents) ? Et, dans le cas où le schème abstrait sous-jacent joue un rôle important, tous les types de segments phraséologiques (idiomes, motifs ; lexicaux, lexico-grammaticaux ; strictement figés, avec variations) présentent-ils les mêmes propriétés au regard de la mémorisation et de la reconnaissance ?

3D’un point de vue cognitif, les psychologues sont intéressés à l’analyse et à la modélisation de ces motifs à deux titres au moins : il s’agit pour eux de compléter le modèle selon lequel l’amplitude de l’effet d’amorçage sémantique peut être prédit par la force d’association entre l’amorce et la cible (voir Brunel & Lavigne 2009 pour une revue des questions sur le sujet), d’une part en y introduisant la linéarité d’un motif textuel (ou d’une formule idiomatique) et d’autre part en allant au-delà de la simple association entre deux mots. En dépassant le niveau de l’association binaire, qui est à la base de la plupart des modèles actuels, la prise en compte des motifs permet de mieux cerner les processus dynamiques d’amorçage sémantique et, par là-même, les mécanismes de la compréhension discursive ; en effet, le processus de décodage sémantique dépend du contexte lexical antérieur (Hagoort, Hald, Bastiaansen & Peterson 2004 ; Hald, Steenbeek-Planting & Hagoort 2007 ; Menenti, Petersson, Scheeringa & Hagoort 2009) en raison du processus d’activation prélexicale ou prédictive déclenché par les mots présentés antérieurement (priming). Contextualiser ce processus et, par là-même, intégrer de nouveaux paramètres à son analyse, devraient permettre un enrichissement des modèles d’amorçage sémantique en considérant que l’amorçage d’un troisième mot (la cible) dépend de la combinaison des deux mots amorces précédents et pas seulement de la somme des deux activations que ces amorces génèrent indépendamment l’une de l’autre.

4Dans le cadre de ce double intérêt du linguiste et du psychologue cognitiviste, cette étude consiste à confronter les données statistiques extraites d’un grand corpus textuel et les résultats d’une expérience psycholinguistique d’amorçage sémantique d’un mot cible par deux mots amorces, avec pour objectif de formuler une hypothèse sur la forme prise en mémoire par l’association récurrente de trois éléments formant un motif discursif ; ce faisant, on pourra approfondir le lien entre l’exposition du sujet parlant à la récurrence observée de certains termes cooccurrents dans les textes – phénomène que la statistique descriptive tend à présenter comme statique –, et du fonctionnement de réseaux associatifs en mémoire, qui relève du processus (donc d’une dynamique) et dont l’activation permet de faire fonctionner le « prêt-à-parler ».

  • 1  La plus connue est sans doute celle de Chausserie-Laprée (1969) sur les « clichés de liaison ».
  • 2  Corpus du Laboratoire d’Analyse Statistique des Langues Anciennes de l’Université de Liège. Voir s (...)
  • 3  Logiciel développé par Étienne Brunet au sein du laboratoire BCL (http://www.unice.fr/bcl/) ; vers (...)

5L’étude portera sur des données latines. Le choix d’une langue morte peut paraître paradoxal. Il a été motivé par le fait que l’existence de formules récurrentes et structurantes dans les textes latins est depuis longtemps attestée par la philologie classique ; certains de ces motifs ont donné lieu à des études approfondies1 ; les apprentis latinistes les rencontrent régulièrement dans leur cursus de lettres classiques et leur apprentissage du latin repose pour une bonne part sur cette exposition récurrente et sur la maîtrise des conditions d’emploi (y compris génériques) de telles formules. Une expérience de psychologie cognitive avec des participants ayant suivi ce cursus jusqu’à un niveau avancé peut donc présenter un certain intérêt. En outre, la confrontation entre les résultats de celle-ci et les données statistiques textuelles peut s’appuyer sur un corpus représentatif de textes latins classiques lemmatisés et étiquetés2, corpus disponible et exploitable par le logiciel d’exploration et de traitement statistique Hyperbase3.

2. Motifs vs segments répétés

6Le motif est une construction lexico-grammaticale (Gledhill & Frath 2007) associée à un nombre restreint de formes, et dont la fonction sémantique et discursive reste comparable d’une réalisation à l’autre.

7Sur le plan formel, un motif se définit par l’association récurrente de n éléments du texte muni de sa structure linéaire (Legallois 2006), laquelle donne une pertinence aux relations de successivité et de contiguïté (Longrée, Luong & Mellet 2008 ; Mellet & Longrée 2009). Ainsi, si le texte est formé d’un certain nombre d’occurrences des éléments A, B, C, D, E, un motif pourra être la micro-structure récurrente ACD ou bien encore AAA, etc., sans qu’on préjuge ici de la nature des éléments A, B, C, D, E en question. En effet, la notion de motif est conçue comme un moyen de conceptualiser le caractère multi-niveau de certaines formes récurrentes qui sollicitent à la fois le lexique, les catégories grammaticales et la syntaxe, éventuellement la prosodie, la métrique.

8Outre cette caractéristique formelle, certains motifs ont un rôle fonctionnel : ces motifs offrent alors un cadre collocationnel accueillant un ensemble de paramètres susceptibles d’accompagner la structuration textuelle et/ou de caractériser des textes de genres divers. La stabilité de cette fonction textuelle permet la reconnaissance du motif en dépit des éventuelles variations de forme qui peuvent l’affecter jusqu’à un certain point. Ces variations, en nombre limité, sont la permutation dans l’ordre de deux termes, la commutation d’un terme avec un autre terme au sein d’une liste paradigmatique restreinte, la suppression ou l’ajout d’un terme facultatif, ou encore la variation morphologique telle que l’alternance singulier / pluriel ou présent / passé (Longrée & Mellet 2013). Voici un exemple de motif latin transitionnel narratif ; ce motif textuel, qui ne se rencontre que chez les historiens, permet au narrateur de changer de décor, de passer d’un lieu à un autre et d’ouvrir ainsi un nouvel espace narratif. Il associe la conjonction dum (« pendant que »), un démonstratif neutre pluriel sujet en fonction anaphorique « ces choses, ces événements », un complément circonstanciel locatif « à tel endroit » et la forme verbale geruntur (« se déroulent ») ; le prototype en est :

(1)

Dum haec Romae geruntur (Sall., Cat., 32, 3)

« Tandis que ces événements se déroulent à Rome »

9et voici quelques exemples de variantes :

10- permutation dans l’ordre de deux termes

(1)

a.

Haec dum Romae geruntur (Cic., Pro Q.C., 28, 1)

11- commutation au sein d’un paradigme lexico-sémantique :

(1)

b.

Dum ea Romae geruntur (Sall., Cat., 32, 3) (anaphorique ea au lieu du démonstratif haec)

Dum haec … aguntur (Sall., Cat., 50, 1) (verbe ago au lieu de gero)

12- suppression du circonstanciel 

(1)

c.

Haec dum [Ø] geruntur (Nep., Datames, 15, 5)

13- variante morphologique sur le circonstanciel (au cas locatif ou à l’ablatif prépositionnel ou à l’accusatif prépositionnel)

(1)

d.

Dum haec Romae geruntur (Sall., Cat., 32, 3)

« Tandis que ces événements se déroulent à Rome »

(1)

e

Dum haec in Hispania geruntur (Caes., Civ., 2, 1)

« Tandis que ces événements se déroulent en Espagne »

(1)

f

Dum haec ad Ilerdam geruntur (Caes., Civ., 1, 56)

« Tandis que ces événements se déroulent aux portes d’Ilerda »

14La micro-structure d’un motif combine donc à la fois des éléments de stabilité assurant sa mémorisation et sa reconnaissance et des éléments de transformation assurant le jeu inhérent aux divers usages en discours.

15Par son aptitude à développer des variantes, par son sémantisme et sa fonction stables, le motif textuel est une structure plus complexe, plus ouverte et plus souple que les « segments répétés » (Salem 1987) qui se définissent de manière purement formelle par la stricte récurrence à l’identique d’une série de formes contiguës, série qui n’est pas toujours porteuse de sens.

16Néanmoins, pour l’expérience réalisée en psycholinguistique, nous avons sélectionné des motifs relativement simples, à savoir des motifs de trois termes contigus, à fonction de structuration textuelle ou pas. Il s’agit donc d’associations ternaires qui, concrètement, coïncident avec des segments répétés à trois éléments (ou trigrammes) – porteurs de sens, néanmoins. Ce choix a été guidé, d’une part, par la nécessité de trouver en corpus un nombre suffisant d’occurrences attestées des formes soumises au sujet lors de l’expérience psycho-cognitive et, d’autre part, par l’état de l’art sur les associations sémantiques et le priming, par rapport auquel le passage à des associations ternaires et l’intégration de la linéarité textuelle constituent déjà une complexification suffisante des paramètres étudiés. Les trigrammes sont donc constitués de deux termes initiaux, A1 et A2, qui servent d’amorce au motif et qui entraînent l’apparition du troisième terme appelé cible (C) par référence à la théorie psycholinguistique du priming (voir Lavigne et al. 2011, 2012, 2013 pour des revues de questions).

3. Présentation du matériel d’étude et de ses propriétés cooccurrentielles dans le corpus

  • 4  La base « Latin » du DVD Hyperbase rassemble des textes allant de Plaute à Tacite, soit un ensembl (...)

17Sur la base de nos compétences de latinistes et grâce à une recherche automatique avec Hyperbase dans le corpus du LASLA4, appliquée aussi bien aux formes lexicales qu’aux étiquettes grammaticales associées à chaque forme des textes, nous avons sélectionné une liste de trigrammes qui répondent donc aux critères suivants : (i) être composés de seulement trois termes (A1-A2-C) ; (ii) être porteurs d’un sémantisme complet et reconnaissable ; (iii) offrir un nombre suffisant d’occurrences dans le corpus pour permettre le traitement statistique et notamment le calcul de la force d’attraction cooccurrentielle entre chacun des termes deux à deux ainsi qu’entre le dernier terme et le couple formé par les deux premiers.

18La liste ainsi obtenue comprend 72 trigrammes (voir annexe 1).

19Les relevés d’occurrences ont donné lieu à un tableau récapitulatif dont un extrait, concernant les trigrammes suivants, est présenté ci-dessous (tableau 1) :

Tableau 1 : extrait du tableau des 72 trigrammes latins sélectionnés avec analyse morphosyntaxique et traduction standard

(2)

a.

Quibus

rebus

cognitis 

Relatif de liaison ABL.PL.

‘Choses’ ABL.PL.

‘Connaître » Participe passé passif ABL.PL.

« Ayant appris ces choses »

(2)

b.

Quod

cum

auditum [est] 

Relatif de liaison NOM.SG.

CONJ. ‘quand’

‘Entendre’ PARF.PASSIF 3SG.

« Quand on eut appris cela »

(2)

c.

Eo

cum

uenisset 

Adverbe lieu anaphorique.

CONJ. ‘quand’

‘Venir’ SUBJ. PQP 3SG.

« Alors qu’il en était arrivé là »

(2)

d.

Vt

ita

dicam 

CONJ COMP.

ADV. ‘ainsi’

‘Dire’ SUBJ. PST. 1SG.

« Pour ainsi dire »

(2)

e.

Si

eis

uideatur 

CONJ ‘si’

Pr. anaphorique DAT.PL.

‘Sembler’ SUBJ. PST. 3SG.

« S’il leur semble bon, s’ils en jugent ainsi »

(2)

f.

Si

Ita

feceris

CONJ ‘si’.

ADV. ‘ainsi’

‘Faire’ FUT.ANT.ACT 2SG.

« Si tu fais ainsi »

20Pour chacun de ces motifs, le tableau 2 affiche le nombre d’occurrences de chaque terme pris séparément (A1 ; A2 ; C), le nombre d’occurrences de la séquence contiguë des deux premiers termes (A1-A2), puis de la séquence du premier et troisième termes séparés par autre chose que l’élément attendu dans le motif (A1-X-C), et enfin le nombre d’occurrences du motif complet (A1-A2-C). Ces données quantitatives donnent des premières indications intéressantes sur la force d’association entre chacun des termes pris séparément ainsi qu’entre le couple A1-A2 et le dernier terme C.

Tableau 2 : extrait du tableau des 72 tri-grammes soumis à l’expérimentation

A1

A2

C

A1-A2

A1-X-C

A2-C

A1-A2-C

Quibus

Rebus

Cognitis

Quibus rebus

Quibus X cognitis

Rebus cognitis

Quibus rebus cognitis

2566

1426

82

91

17

27

16

Quod

Vbi

Auditum

Quod ubi

Quod X auditum

Vbi auditum

Quod ubi auditum

11662

2162

36

54

6

4

4

Eo

Cum

Venisset

Eo cum

Eo X uenisset

Cum uenisset

Eo cum uenisset

2296

13894

141

20

9

21

9

His

Paratis

rebus

His paratis

His X rebus

Paratis rebus

His paratis rebus

1718

34

1426

2

43

4

2

Vt

Ita

Dicam

Vt ita

Vt X dicam

Ita dicam

Vt ita dicam

14876

2862

556

59

61

48

45

Si

Eis

Videatur

Si eis

Si X uideatur

Eis uideatur

Si eis uideatur

11327

387

303

8

3

2

2

Si

Ita

Feceris

Si ita

Si X feceris

Ita feceris

Si ita feceris

11327

2862

77

74

8

5

5

21La lecture de ce tableau partiel et du tableau général présenté en annexe 1 suggère deux remarques préliminaires.

  • 5  Sur l’asymétrie de la cooccurrence et le lien avec le figement, voir (Luong et al. 2010).

22Première remarque : les motifs commencent le plus souvent par une forme très fréquente ; le terme C est plus fréquent que le terme A1 seulement dans 13 motifs sur les 72 motifs retenus. Par voie de conséquence, au sein de la majorité des motifs la cooccurrence est asymétrique entre les éléments A1 et C, en ce sens que l’élément A1 ne consacre qu’une faible part de ses effectifs globaux à la cooccurrence avec les termes A2 et C pour former le motif. Au contraire, la proportion des effectifs de l’élément C consacrée à cette cooccurrence formant motif est généralement bien plus importante. Ce type d’asymétrie caractérise les formules en voie de figement5.

23Deuxième remarque : parmi les associations ternaires que nous avons retenues pour cette étude, certaines semblent relativement figées. Les occurrences du motif complet épuisent alors une grande partie, voire la totalité du potentiel d’enchaînement de la séquence A1-A2 (que nous appellerons désormais « double amorce ») : ainsi, pour une double amorce en his paratis (2 occurrences), on a 2 occurrences du motif complet (his paratis rebus) ; ou encore sur 59 doubles amorces en ut ita, 45 produisent le motif ut ita dicam. En revanche, la marge de liberté après une double amorce en quod ubi est beaucoup plus grande (4 occurrences du motif seulement pour 54 de la double amorce). C’est cette plus ou moins grande liberté d’enchaînement après les amorces que nous avons tenté d’évaluer par deux méthodes complémentaires ; nous commençons par présenter l’expérimentation psycholinguistique d’amorçage sémantique multiple (avec double amorce).

4. Etude expérimentale

4.1 Protocole expérimental

24Il s’agit de vérifier l’impact cognitif des associations attestées en corpus textuel et de voir si une convergence se dessine – ou pas – entre les résultats fournis respectivement par l’approche textométrique et par une approche expérimentale. Le focus de cette étude sera de déterminer si l’effet d’amorçage sur le troisième terme du motif, la cible C, est explicable à partir du schéma classique d’activation par chacune des amorces (A1, A2) considérées séparément (via des associations A1-C et A2-C) ou s’il est nécessaire d’introduire dans le modèle la notion de double amorce (A1-A2), dont les effets ne se réduiraient pas à la composition des effets de A1 et de A2. Il y aurait là un effet spécifique lié non seulement à la fréquence des associations A1-C et A2-C mais aussi à la fréquence du motif ternaire A1-A2-C en tant que motif textuel ou segment phraséologique.

25La méthode utilisée est celle d’une tâche de décision lexicale permettant de mesurer l’effet d’amorçage sémantique (semantic priming). Le participant, après avoir été exposé à une double amorce, doit décider si une suite de lettres qui lui est présentée ensuite (la cible) est ou non un mot latin. Le temps nécessaire à cette prise de décision est classiquement plus rapide si la force d’association entre les deux mots amorces et la cible est grande. Dans notre cas d’étude, par exemple, après un amorçage par le groupe dum haec, le temps nécessaire pour reconnaître que geruntur est un mot latin devrait être plus court que pour reconnaître nuntiata, puisque, pour ce dernier mot, la force d’association avec la double amorce est quasi nulle dans le corpus des textes latins. L’expérience se situe donc dans le paradigme de la chronométrie mentale selon lequel plus un traitement cognitif est facile, plus la tâche est effectuée rapidement. L’hypothèse est ici que si la cible fait partie d’un motif avec les deux amorces, alors l’amorçage (son activation) devrait être plus fort que si l’association de la cible à chaque amorce ne forme pas motif. Un tel résultat enrichirait les modèles d’amorçage sémantique en ajoutant un mécanisme d’amorçage combinatoire (entre les trois mots) supplémentaire à l’amorçage entre paires de mots.

26Les participants à l’expérience, au nombre de 30, sont des étudiants de master en Langues et Lettres classiques de l’Université de Liège et de l’Université de Bruxelles. Ils ont tous la même formation en latin (s’appuyant sur des cours de langue latine et d’auteurs latins de niveau approfondi, pendant au minimum 4 ans) et une pratique comparable des textes de référence.

27Chaque participant a été exposé au même nombre de triplets constitués d’une double amorce et d’une cible, à savoir 72 triplets répartis en deux types : ceux avec association forte et ceux association faible entre les paires constituées de la double amorce et de la cible (la force d’association a été estimée en fonction du taux de cooccurrence de ces paires en corpus : les motifs dont la fréquence en corpus est supérieur ou égal à 25 % des effectifs de la double amorce relèvent d’une association forte). La comparaison des temps de décision lexicale sur des cibles associées fréquemment vs rarement avec les amorces permet de mesurer l’amorçage sémantique multiple (Lavigne et al., 2011).

28Pour chaque force d’association entre paires (i.e. entre la cible et la double amorce), forte ou faible, la même proportion de cibles formant motif avec la double amorce (comme geruntur après dum haec) et de cibles ne faisant pas motif (car empruntées à un autre motif, comme rebus de his paratis rebus après dum haec) a été présentée aux participants.

29Enfin, pour que les sujets aient une vraie tâche de décision lexicale à effectuer, des leurres (pseudo-mots latins) leur ont également été présentés en guise de cibles. Ces leurres ont été construits à partir de mots latins attestés dont on a modifié au minimum deux ou trois lettres selon la longueur du mot, dans le respect toutefois des règles phonologiques propres à la langue latine

4.2 Résultat principal

30Le principal résultat de cette expérience fait apparaître une interaction entre la fréquence du motif (A1-A2-C) et la fréquence des associations par paires (i.e. A1-C, A2-C), avec un impact sur le temps de reconnaissance des mots cibles. Autrement dit, la cible est activée lorsque les deux amorces lui sont associées, formant une paire avec la cible et que les trois mots constituent un motif ; il s’agit là d’un effet d’amorçage spécifique au motif de trois mots, non réductible aux seules activations entre paires de mots deux à deux. La fréquence du motif global est donc une variable statistiquement pertinente qui amplifie l’activation de la cible (C) par les deux amorces. L’expérience prouve ainsi que la fréquence des paires A1-C et A2-C n’a d’impact sur l’activation de la cible C que lorsque ces trois termes sont inclus dans un motif stabilisé ; aucun impact significatif n’est observé lorsque les trois termes ne forment pas motif. Il s’agit donc d’un nouvel effet d’amorçage, propre aux structures récurrentes de type motif, qui se superpose à l’effet d’amorçage classique par association par paires de mots et qui fait intervenir aussi la fréquence du trigramme.

31Ces résultats expérimentaux enrichissent les modèles de l’amorçage sémantique et nous incitent à reprendre de manière plus précise et approfondie une recherche cooccurrentielle et quantitative en corpus pour valider par des outils de linguistique textuelle quantitative les résultats de notre expérience psycholinguistique. Ce retour au texte nous permettra de réintégrer dans l’étude du fonctionnement des motifs leur aptitude à développer des variantes, propriété fondamentale que les contraintes de l’expérience psycholinguistique nous ont obligés à laisser momentanément de côté.

5. Les cooccurrents spécifiques des amorces

5.1 Prise en compte des variantes de chaque motif

32Comme on l’a dit précédemment, un motif est une structure stable dont divers éléments assurent la mémorisation et la reconnaissance tandis que d’autres éléments, variables, assurent le jeu inhérent aux divers usages en discours.

33Voici les éléments de variation relevés en corpus pour les motifs présentés à la section 2 et qui nous servent d’échantillon.

34Quibus rebus cognitis :

  • anaphorique au lieu du relatif de liaison : his rebus cognitis ;

  • singulier au lieu du pluriel : qua re cognita, ha re cognita ;

  • absence de l’anaphorique : Ø re cognita ;

  • variation lexicale sur le participe : nuntiata « annoncée » ou animaduersa « remarquée » au lieu de cognita « apprise, connue » : ha re nuntiata, ha re animaduersa ;

35Quod ubi cognitum [est] :

  • variation lexicale sur le verbe : audio « entendre dire » au lieu de cognosco « apprendre » : quod ubi auditum est

36Eo cum uenisset :

  • relatif de liaison quo au lieu de l’anaphorique eo : quo cum uenisset ;

  • variation lexicale sur le verbe : préfixé peruenisset au lieu du simple uenisset

37Vt supra memoraui :

  • variation lexicale sur le verbe : demonstro « montrer » et dico « dire » au lieu de memoro « rappeler » : ut supra demonstravimus / diximus ;

  • variation sur la personne verbale : première du singulier au lieu de la première du pluriel : ut supra memoraui, demonstraui, dixi ; ou passif impersonnel « comme il a été montré plus haut » : ut supra demonstratum [est], dictum [est]

  • variation sur le subordonnant : relatif à la place de ut : quem supra demonstrauimus, de quibus supra diximus.

38Si eis uideatur :

  • Variation sur le temps verbal : imparfait uideret au lieu du présent uideatur, en contexte passé.

39Pour chacun des motifs, nous reproduisons les valeurs chiffrées du tableau 2 en y ajoutant les occurrences de leurs variantes attestées.

40Ces données quantitatives seront exploitées pour évaluer le lien cooccurrentiel entre chacun des termes pris séparément ainsi qu’entre la cible et les amorces du motif. La prise en compte des variantes, outre qu’elle fait sens linguistiquement, permet d’atteindre des effectifs suffisants pour autoriser l’usage de tests statistiques.

5.2 Tableau récapitulatif : nombre d’occurrences en valeurs absolues6

  • 6  On rappelle que le corpus de référence comporte 1 709 956 mots.

Tableau 3 : extrait du tableau des 72 trigrammes soumis à l’expérimentation, augmenté des principales variantes des motifs

Tableau 3 : extrait du tableau des 72 trigrammes soumis à l’expérimentation, augmenté des principales variantes des motifs

5.3 Exploitation par le test des cooccurrents spécifiques

41Il s’agit ici de déterminer quels sont les mots qui, dans le corpus, se trouvent significativement attirés dans la sphère de l’amorce du motif (d’abord de A1 seul, puis de la double amorce A1-A2). La méthode utilisée pour ce faire est d’extraire du corpus tous les paragraphes contenant l’amorce, de dénombrer les effectifs de tous les mots cooccurrents de cette amorce qui apparaissent dans les paragraphes en question et de comparer les effectifs ainsi observés en corpus aux effectifs théoriquement attendus dans le cadre d’une distribution aléatoire. La significativité de l’écart entre les effectifs calculés et les effectifs observés est mesurée par un écart réduit (Muller 1973 : 69). On estime que lorsque cet écart est supérieur à 2.5 (+ 2.5 pour les excédents et – 2.5 pour les déficits), il est significatif et mérite d’être pris en compte par l’analyste.

42Les excédents significatifs mettent en évidence les mots spécifiquement attirés par l’amorce et donc remarquablement présents dans son contexte immédiat. Il est à noter que, dans cette méthode, les termes dont on étudie la cooccurrence ne sont pas nécessairement contigus – ce qui n’est pas gênant pour des motifs qui, par définition, acceptent des expansions en leur sein (dum haec geruntur / dum haec in Gallia geruntur).

43On va voir que cette liste de termes spécifiques inclut toujours la cible du motif.

44Mais on va constater aussi que la différence entre la liste des cooccurrents privilégiés du seul mot A1 et ceux de la double amorce A1-A2 est parfois remarquable.

5.3.1 Dum haec geruntur (« tandis que ces événements se déroulent »)

45La forme geruntur est le premier cooccurrent spécifique de la double amorce dum haec (A1-A2) avec un écart de 14.37. C’est aussi le premier cooccurrent de la variante dum ea avec un écart de 4.22 et même du syntagme dum + démonstratif avec un écart de 13.88.

46Après l’amorce simple par la conjonction dum (A1), geruntur est rétrogradé en deuxième position dans la liste des cooccurrents spécifiques (ce qui atteste cependant d’une force d’association toujours très importante avec un écart de 11.52 très significatif). Réciproquement – et c’est là un point tout à fait remarquable – les cooccurrents privilégiés de la cible geruntur intègrent en très bonne position les termes dum, haec et ea ; il en va de même pour la cible aguntur : nous observons donc une réversibilité de la force d’association qui atteste du caractère fortement phraséologique de la formule.

47Revenons aux cooccurrents spécifiques des amorces : si la variante aguntur est bien le deuxième cooccurrent spécifique de la double amorce dum haec, avec un écart de 7.09, elle est rétrogradée au 23ème rang de la liste des cooccurrents de l’amorce simple dum.

48La conclusion est que la double amorce dum haec initie un motif quasi figé et enclenche par là-même non seulement le choix du lexème verbal qui sera prédicat de la subordonnée, mais aussi celui de la voix verbale, du mode, du temps et de la personne : geruntur principalement, aguntur secondairement.

5.3.2 Quibus rebus cognitis (« ayant appris ces choses »)

49Le terme C (cognitis) est le premier cooccurrent spécifique de la double amorce A1-A2 avec un fort écart réduit de 9.72 (le second cooccurrent de la liste offre un écart sensiblement plus faible de 7.81). En revanche, C n’est que le 15ème cooccurrent spécifique de A1 (quibus) considéré seul, avec un écart réduit de 6.52.

50La cible cognitis a pour premiers cooccurrents rebus (13.52), his (7.19), Caesar et quibus (6.20). L’attraction est là aussi réciproque.

51La variante his rebus a également pour premier cooccurrent cognitis (8.43).

52Au singulier, la double amorce qua re a pour premiers cooccurrents spécifiques animaduersa (« ayant remarqué », avec un écart de 9.99), nuntiata (« ayant reçu la nouvelle de », 9.52), Caesar et cognita (« ayant appris », 5.77). Après la variante hac re, on trouve cognita en 3ème position.

53En revanche, la liste des cooccurrents spécifiques du mot qua (A1) considéré isolément contient la forme animaduersa (6.0) au 15ème rang seulement ; la forme nuntiata se trouve au 52ème rang (4.58) et la liste ne contient pas la forme cognita.

5.3.3 Quod ubi cognitum [est] (« quand il eut appris cela »)

54La liste des cooccurrents spécifiques de quod ubi (A1-A2) est très parlante ; dans l’ordre d’importance des écarts réduits, on relève : auditum (« quand il eut entendu », 5.79), cognitum (5.5), animaduertit (« quand il eut remarqué », 3.94), conspexit (« quand il eut perçu », 3.51). En revanche, aucune forme de ces verbes AVDIO, COGNOSCO, ANIMADVERTO et CONSPICIO ne se trouve dans la liste des cooccurrents spécifiques associés au seul quod (A1).

5.3.4 Eo cum uenisset (« alors qu’il en était arrivé là »)

55La forme uenisset est le premier cooccurrent spécifique de eo cum avec un écart réduit de 10.08 et le treizième cooccurrent après la variante quo cum avec un écart de 4.17. Il est rétrogradé à la 32ème place dans la liste des cooccurrents spécifiques du seul eo (6.23) et il ne figure pas dans celle de quo (3.78).

5.3.5 Vt ita dicam (« pour ainsi dire »)

56La forme dicam est le premier cooccurrent du syntagme ut ita, avec un écart réduit record de 17.52. Il tombe à la 60ème place après le seul ut (écart de 8.02). Le figement très marqué de cette formule, que nous avions déjà signalé plus haut, se confirme ici. Cela explique sans doute l’absence de variantes.

5.3.6 Vt supra memoraui (« comme je l’ai rappelé plus haut »)

57Ni memoraui, ni les variantes memorauimus (« nous l’avons rappelé »), demonstraui (« je l’ai montré »), demonstrauimus (« nous l’avons montré »), demonstratum [est] (« il a été montré »), diximus (« nous l’avons dit »), dictum [est] (« il a été dit ») ne sont des formes présentes dans la liste des cooccurrents spécifiques de la seule conjonction ut. En revanche, les cinq premiers cooccurrents spécifiques de la double amorce ut supra sont les suivants : dictum (8.28), demonstratum (7.76), demonstrauimus (7.40), dixi (7.29), memorauimus (5.44). Diximus est en 8ème position avec un écart réduit de 4.17. La double amorce joue donc ici pleinement son rôle d’amorçage. Memoraui, memorauimus, demonstrauimus, demonstratum ont comme premier cooccurrent supra (A2) alors que ut (A1) n’apparaît pas ou n’apparaît que très loin dans les listes. Et réciproquement supra (« plus haut ») a comme cooccurrents spécifiques l’ensemble de ces formes verbales (avec cependant des scores d’écarts réduits moindres que pour la double amorce) ; il est à noter cependant que ce motif implique nécessairement son intégration dans une subordonnée, soit relative, soit introduite par ut. L’adverbe supra et la construction syntaxique jouent donc un rôle pivot dans la construction de ce motif, sans pour autant que la force d’association qui lit les trois termes du motif soit la somme des forces d’association des paires.

5.3.6 Si ita feceris (« si tu fais ainsi »)

58La forme feceris, qui est seulement au 73ème rang dans la liste des cooccurrents spécifiques de si considéré isolément, se trouve au 1er rang dans celle de si ita. Réciproquement, si est le premier cooccurrent de feceris (8.63).

5.3.7 Si eis uideatur (« s’il leur semble bon »)

59Ce motif présente une particularité intéressante : sans doute en raison d’un moindre figement du motif, la forme verbale uideatur n’est qu’au 9ème rang (3.98) de la liste des cooccurrents spécifiques de la double amorce si eis. La variante uideretur (imparfait au lieu du présent) est au 6ème rang dans la liste de si eis (5.2). Ni l’une ni l’autre ne figurent dans celle de si considéré isolément (A1). La différence d’amorçage reste donc importante, mais il est indéniable que la force d’association cooccurrentielle entre la double amorce et la cible est ici moins forte que dans d’autres motifs.

60Cet ensemble de données chiffrées semblent indiquer que les forces d’association sont aussi importantes dans les principales variantes textuelles d’un motif que dans la forme standard qui a été retenue pour l’expérimentation. Considérer l’ensemble des variantes d’un motif conforte les conclusions sur l’existence d’une micro-structure sous-jacente dont la stabilisation repose sur des forces d’association intégrant moins les effets d’amorçage classique entre paires de mots, que les effets spécifiques liés à l’existence du motif ternaire. Ces constats tendent à faire penser que l’existence de variantes, loin de nuire à la mémorisation et la reconnaissance du motif, contribue au contraire à les consolider.

Conclusion

61Les résultats expérimentaux convergent avec les données en corpus : ce résultat est tout à fait remarquable. Il tend à prouver les éléments suivants.

62Les textes et les discours donnent à voir, sous forme de réseaux cooccurrentiels, les associations sémantiques enregistrées en mémoire et contribuent simultanément à construire ces associations, à les enrichir, à les stabiliser ; conjoindre les deux sources d’information – corpus et expérimentation cognitive – pour mieux appréhender le fonctionnement de ces réseaux se révèle particulièrement pertinent ; cela est particulièrement vrai dans le cas d’une langue morte et seconde dont l’apprentissage se fait par exposition aux textes transmis. De plus, l’amorçage sémantique en langue maternelle est lui aussi proportionnel à la fréquence d’occurrence des paires amorce-cible (voir par exemple Van Petten 2014). On peut donc penser que l’exposition d’un enfant aux discours qui le font baigner dans sa langue maternelle produit ce même effet.

63Ces réseaux cooccurrentiels reposent sur des associations lexicales qui s’organisent selon des micro-systèmes phraséologiques fortement structurés et structurants. Ainsi, nous avons prouvé que certains motifs à trois termes (A1-A2-C) affichent des propriétés telles que, tant sur le plan textuel que cognitif, ils doivent être analysés comme des paires associant, selon des modalités propres, une double amorce [A1-A2] avec une cible C, plutôt que comme des tri-grammes A-B-C constitués uniquement de relations entre chacun des termes pris deux à deux. Sur le plan de la linguistique textuelle, ce résultat confirme a posteriori le bien-fondé de la notion de « motif », définie au sens strict, et dont nous pensons utile de faire une nouvelle unité textométrique.

64Enfin, l’effet d’amorçage caractéristique des motifs ternaires enrichit les modèles cognitifs des psychologues en montrant que les motifs sont traités en temps réel lors de la lecture des mots (Lavigne et al., 2014, 2016). Il serait donc utile que les linguistes l’intègrent davantage dans leurs propres modèles, notamment pour analyser les effets d’attente ou d’attente déçue dans la dynamique phrastique et textuelle, en lien avec les processus de réception et de décodage et le sentiment de complétude phrastique.

Haut de page

Bibliographie

Brunel, N. & F. Lavigne. 2009. Semantic priming in a cortical network model. J Cogn Neurosci 21(12). 2300–2319.

Chausserie-Laprée, J.-P. 1969. L'expression narrative chez les historiens latins, Histoire d'un style. Paris: E. de Boccard.

Gledhill, C. & P. Frath. 2007. Collocation, phrasème, dénomination : vers une théorie de la créativité phraséologique. La Linguistique 43(1). 63-88.

Hagoort, P., L. Hald, M. Bastiaansen & K.M. Petersson. 2004. Integration of word meaning and world knowledge in language comprehension. Science 304(5669). 438–441.

Hald, L.A., E.G. Steenbeek-Planting & P. Hagoort. 2007. The interaction of discourse context and world knowledge in online sentence comprehension. Evidence from the N400. Brain Res 1146. 210.

Lavigne, F., L. Dumercy & N. Darmon. 2011. Determinants of multiple semantic priming: a meta-analysis and spike frequency adaptive model of a cortical network. J Cogn Neurosci 23(6). 1447-1474.

Lavigne, F., L. Dumercy, L. Chanquoy, B. Mercier & F. Vitu-Thibault. 2012. Dynamics of the semantic priming shift: behavioral experiments and cortical network model. Cogn Neurodyn 6(6). 467-483.

Lavigne, F., L. Chanquoy, L. Dumercy, & F. Vitu-Thibault, F. 2013. .Early dynamics of the semantic priming shift ». Adv Cogn Psychol 9(1). 1-14.

Lavigne, F., F. Avnaïm & L. Dumercy. 2014. Inter-synaptic learning of combination rules in a cortical network model. Front Psychol 5. 842. doi:10.3389/fpsyg.2014.00842

Lavigne, F., D. Longrée, D. Mayaffre & S. Mellet. 2016 : Semantic integration by pattern priming: experiment and cortical network model. Cognitive Neurodynamics 10(6). Springer Verlag, doi:10.1007/s11571-016-9410-4.

Legallois, D. 2006. Des phrases entre elles à l’unité réticulaire de textes. Langages 163. 56-70.

Legallois, D. & A. Tutin (eds). 2013. Vers une extension du domaine de la phraséologie. Langages 189.

Longrée, D., X. Luong & S. Mellet. 2008. Les motifs : un outil pour la caractérisation topologique des textes. In S. Heiden & B. Pincemin (eds), JADT 2008, Actes des 9èmes Journées internationales d’Analyse statistique des Données Textuelles, vol. 2, 733-744. Lyon: Presses universitaires de Lyon. http://lexicometrica.univ-paris3.fr/jadt/jadt2008/pdf/longree-luong-mellet.pdf

Longrée, D. & S. Mellet. 2013. Le motif : une unité phraséologique englobante ? Etendre le champ de la phraséologie de la langue au discours. Langages 189. 65-79.

Longrée, D. & S. Mellet. 2018. Towards a topological Grammar of Genres and Styles: a way to combine paradigmatic quantitative analysis with a syntagmatic approach. In D. Legallois et al. (eds), Grammar of Genres and Styles, 141-163. Bruxelles: de Gruyter. https://doi.org/10.1515/9783110595864-007

Luong, X., E. Brunet, D. Longrée, D. Mayaffre, S. Mellet & C. Poudat. 2010. La cooccurrence, une relation asymétrique ? ». In S. Bolasco et al. (eds), JADT 10, Actes des 10èmes Journées internationales en Analyse statistique des Données Textuelles, vol 1, 321-332. Milan: LED. http://lexicometrica.univ-paris3.fr/jadt/jadt2010/allegati/JADT-2010-0321-0332_028-Luong.pdf

Mellet, S. & D. Longrée. 2009. Syntactical Motifs and Textual Structures. Belgian Journal of Linguistics 23 (‘New Approaches in Textual Linguistics’). 161-173.

Menenti, L., K.M. Petersson, R. Scheeringa, & P. Hagoort. 2009. When elephants fly: differential sensitivity of right and left inferior frontal gyri to discourse and world knowledge. J Cogn Neurosci 21(12). 2358-68. doi: 10.1162/jocn.2008.21163

Muller, C. 1973. Initiation aux méthodes de la statistique linguistique. Paris: Hachette Université.

Salem, A. 1987. Pratique des segments répétés. Paris: Klincksieck.

Sinclair, J. 1991. Corpus, Concordance, Collocation. Oxford: Oxford University Press.

Van Petten, C. 2014. Examining the N400 semantic context effect item-by-item: relationship to corpus-based measures of word co-occurrence. Int J Psychophysiol 94. 407–419.

Haut de page

Annexe

Annexe 1 : Liste des 72 tri-grammes soumis à l’expérimentation

Amorce A1-A2

Cible C

A1

A2

C

A1-A2

A1-X-C

A2-C

A1-A2-C

 

 

 

 

 

 

 

 

 

a maioribus

nostris

5958

232

596

86

24

35

18

a tribuno

plebis

5958

89

265

20

13

41

10

ab utroque

latere

4087

117

117

32

19

14

13

aequo animo

ferre

226

1071

456

75

4

7

4

bene rem

gerere

991

1766

79

10

2

3

2

bono animo

es

214

1071

759

11

5

4

4

cedant arma

togae

18

959

23

4

4

4

4

cuius aduentu

cognito

1348

172

65

12

4

4

3

de pecuniis

repetundis

6150

67

39

40

37

37

37

di omen

auertant

471

67

4

4

2

4

2

dum haec

geruntur

1563

3809

42

43

7

3

3

ego sum

ille

3813

859

2970

89

7

4

4

eo cum

uenisset

2296

13894

141

20

9

21

9

eodem que

tempore

738

27642

1014

45

28

25

19

etiam atque

etiam

4889

7046

4889

46

46

187

41

ex loco

superiore

6926

1081

111

30

14

26

14

ex senatus

consulto

6926

914

129

44

34

86

34

excessit e

uita

33

1094

767

3

4

21

3

hac oratione

habita

1101

178

50

11

3

5

3

haec ubi

dixit

3809

2162

544

42

7

2

2

his litteris

recitatis

1718

295

9

9

1

2

1

his paratis

rebus

1718

34

1426

2

43

4

2

his rebus

gestis

1718

1426

75

137

9

49

9

id ne

accidat

3275

4894

27

12

2

6

2

in fidem

accepit

30229

576

185

31

8

2

2

in illis

locis

30229

1050

372

103

44

8

6

in malam

crucem

30229

56

44

12

5

6

4

in omnes

partes

30229

1725

268

38

43

22

18

iter facere

coepit

537

955

399

17

10

13

8

magna ex

parte

1058

6926

706

24

29

100

23

nec defuere

qui

6750

13

11481

8

46

10

8

nec multo

post

6750

590

1286

25

28

48

21

nihil aliud

nisi

3256

714

2330

93

72

23

11

nihil est

quod

3256

19682

11662

216

138

659

53

non dubito

quin

21963

75

844

31

57

30

19

non magis

quam

21963

1681

9247

88

219

273

39

non potest

fieri

21963

1609

820

339

22

22

8

non secus

ac

21963

97

5361

24

58

18

17

non sine

causa

21963

2165

1940

112

37

55

17

nullo modo

potest

509

2726

1609

109

24

19

15

ob eam

causam

833

810

798

63

42

31

25

ob rem

publicam

833

1766

604

215

11

553

11

oderint dum

metuant

16

1563

10

6

6

6

6

paucis ante

diebus

339

1955

292

21

32

13

11

paucis diebus

interpositis

339

292

10

41

1

4

1

pectore ab

imo

267

4087

77

4

5

28

4

pedibus in

sententiam

168

30229

253

4

2

8

2

per deos

immortalis

4689

627

80

59

53

68

52

per idem

tempus

4689

1308

820

20

31

37

19

populus que

Romanus

469

27642

350

21

19

17

16

propterea fit

ut

155

519

14876

10

2

55

2

qua re

nuntiata

2456

1564

34

189

6

10

6

quae cum

ita

8828

13894

2862

147

47

64

34

quibus rebus

cognitis

2566

1426

82

91

17

27

16

quid enim

si

7148

4897

11327

286

74

38

9

quid ergo

inquis

7148

1464

125

250

21

15

13

quid nunc

uis

7148

3183

890

51

22

4

3

quod cum

animaduertisset

11662

13894

15

164

3

7

3

quod si

quis

11662

11327

2350

461

18

396

15

quod si

forte

11662

11327

586

461

21

103

19

quod ubi

auditum

11662

2162

36

54

6

4

4

quos ante

dixi

1945

1955

354

13

3

39

3

si eis

uideatur

11327

387

303

8

3

2

2

si ita

feceris

11327

2862

77

74

8

5

5

sicut ante

dictum

327

1955

176

2

2

16

1

sine ulla

dubitatione

2165

479

27

81

14

13

13

terra mari

que

502

284

27642

29

44

39

28

uenit in

mentem

712

30229

261

68

26

88

26

uentum erat

ad

127

2956

12136

14

9

23

5

ut ego

opinor

14876

3813

185

81

5

5

5

ut ita

dicam

14876

2862

556

59

61

48

45

uti supra

demonstrauimus

908

339

43

4

1

20

1

Haut de page

Notes

1  La plus connue est sans doute celle de Chausserie-Laprée (1969) sur les « clichés de liaison ».

2  Corpus du Laboratoire d’Analyse Statistique des Langues Anciennes de l’Université de Liège. Voir sa présentation à l’adresse http://www.cipl.ulg.ac.be/Lasla/tlatins.html

3  Logiciel développé par Étienne Brunet au sein du laboratoire BCL (http://www.unice.fr/bcl/) ; version web à l’adresse www.hyperbase.unice.fr

4  La base « Latin » du DVD Hyperbase rassemble des textes allant de Plaute à Tacite, soit un ensemble de 18 auteurs différents et un total de 1 709 956 occurrences correspondant à 24 288 vocables différents.

5  Sur l’asymétrie de la cooccurrence et le lien avec le figement, voir (Luong et al. 2010).

6  On rappelle que le corpus de référence comporte 1 709 956 mots.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 3 : extrait du tableau des 72 trigrammes soumis à l’expérimentation, augmenté des principales variantes des motifs
URL http://journals.openedition.org/cognitextes/docannexe/image/1202/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Lavigne, Dominique Longrée et Sylvie Mellet, « Construction cognitive d’un motif : cooccurrences textuelles et associations mémorielles »CogniTextes [En ligne], Volume 18 | 2018, mis en ligne le 21 juin 2019, consulté le 30 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/cognitextes/1202 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cognitextes.1202

Haut de page

Auteurs

Frédéric Lavigne

Université Côte d’Azur, CNRS, BCL, France

Dominique Longrée

Université de Liège, UR Mondes Anciens, LASLA, Belgique

Sylvie Mellet

Université de Liège, UR Mondes Anciens, LASLA, Belgique

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Logo AFLiCo – Association française de linguistique cognitive
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search