Navigation – Plan du site
Addressing representativeness through case studies

Énonciation, corpus et representativité : le cas de « along »

Graham Ranger

Résumés

La représentativité d’un corpus est largement tributaire du rapport entre le corpus et la langue, ou variété de langue, dont le corpus représente un échantillon. Ce rapport ne peut s’évaluer de manière satisfaisante, car la langue cible ne peut être saisie que via un ensemble fini d’occurrences, en d’autres mots, un corpus. Nous préconisons par conséquent d’évaluer la représentativité selon les objectifs spécifiques que l’on se fixe. Dans le cadre énonciatif, les marqueurs d’une langue sont décrits en termes d’un invariant, ou forme schématique (FS), qui est configurée par les opérations des marqueurs associés, pour aboutir à des valeurs situées en contexte. L’élaboration de la FS se fait sur la base d’exemples authentiques, étudiés en contexte et soumis par le linguiste aux manipulations, jugements d’acceptabilité, etc. avec la part d’intuition que ce processus implique. Cet article défend l’utilisation des méthodologies de la linguistique de corpus dans un cadre énonciatif, afin de vérifier et d’orienter la modélisation théorique du langage. Cette méthode sera exposée par une étude de cas du marqueur “along” qui s’appuie sur des données issues du British National Corpus, mettant en évidence différentes valeurs contextuelles du marqueur, dérivables d’une FS, sur la base de mesures d’associativité.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction : la représentativité du corpus vue du côté de la linguistique énonciative

1Le chercheur qui souhaite travailler sur le langage est confronté au choix difficile entre deux chemins également hasardeux, dès lors qu’il souhaite définir précisément son objet d’étude. Soit, il s’appuie sur de l’introspection, puisant dans ses propres compétences langagières les données sur lesquelles il va ensuite théoriser, soit, il se base sur des données attestées, rassemblées le plus souvent sous forme de corpus. Les écueils des deux démarches sont bien connus. Le recours aux « données introspectives » – la formulation relève déjà de l’oxymore – suppose chez le linguiste une forme de compétence universelle qui lui permettrait, à partir d’énoncés et de situations imaginés, avec plus ou moins de vraisemblance, par un seul sujet, de théoriser sur des contraintes d’ordre générique, s’appliquant à tout sujet, et de faire abstraction des fâcheuses « erreurs de performance »… Il est difficile de voir comment une telle méthode pourrait représenter autre chose que la compétence langagière d’un sujet unique, s’exerçant sans ancrage situationnel authentique.

2Le recours à des corpus extérieurs à la psychologie du linguiste-chercheur présente déjà l’avantage de l’objectivation des données, mais comporte d’autres inconvénients. Considérons d’abord la constitution d’un corpus généraliste, qui vise à fournir d’une langue donnée une image aussi fidèle, et aussi variée que possible. En admettant qu’il n’y ait pas un seul registre qui soit représentatif de l’ensemble d’une langue, on procédera par échantillonnage, retenant une quantité déterminée de mots dans un éventail de registres préalablement défini. La question qui se pose alors est celle de l’importance relative de chaque échantillon. Admettons qu’on retient un million de mots, par exemple, pour chaque registre : conversation familière, entretien, récits littéraires, contrats juridiques, science-fiction, poésie… On pourra objecter que la conversation familière, qui occupe une partie très significative de notre activité langagière au quotidien, se trouve sous-représentée par rapport à la poésie, ou par rapport aux contrats juridiques. Une telle objection se place du côté de la réception, en prônant l’utilisation d’un corpus qui soit représentatif de la langue telle qu’on y est exposé, ou plutôt telle qu’y est exposé un sujet locuteur lambda. Le problème de la représentativité se trouve ainsi déplacé de la langue-type vers le locuteur-type. Les choses ne sont pas plus satisfaisantes si l’on se place du côté de la production, cependant. En effet, si on veut bien admettre que le registre le plus présent quantitativement est celui de la conversation familière, faut-il pour autant baser un modèle du langage sur ce seul mode énonciatif ?

3Le recours à des corpus spécialisés, limités à la représentation d’un registre linguistique, permet de sortir des problèmes qu’implique la tentative de représenter toute une langue, mais se heurte à d’autres obstacles. En effet, travailler sur un corpus spécialisé (le langage des contrats juridiques, des articles de médecine, des tweets…) restreint nécessairement les conclusions que l’on pourra tirer de sa recherche au seul registre étudié. On peut essayer de caractériser les spécificités d’un corpus spécialisé vis-à-vis d’un corpus généraliste, mais on retrouve alors les problèmes déjà mentionnés dans la définition de celui-ci.

  • 1 Cf. par exemple Biber (1993) ou Habert (2010).

4Ce sont là des problèmes bien connus auquel le présent travail ne prétend pas apporter de réponses1. Plutôt, nous proposons de considérer la représentativité du corpus du point de vue des objectifs que se fixe le linguiste, en fonction de son cadre théorique.

  • 2 Par exemple, dans Culioli (2002: 131 et sq).
  • 3 On pourrait également considérer que la démarche favorise l’étude de cas d’usage exceptionnels, car (...)
  • 4 « Dès qu’on travaille de façon fine, on se heurte à cette question de la collecte des données fiabl (...)

5On peut considérer que la Théorie des Opérations Prédicatives et Énonciatives (TOPÉ) n’a pas mené de véritable réflexion de fond sur le statut du corpus. Culioli insiste à de nombreuses reprises sur la nécessité de travailler sur des énoncés authentiques en contexte, dont la situation d’énonciation est explicitée2. Et cependant les études s’inscrivant dans le cadre de la TOPÉ continuent de s’inspirer pour l’essentiel de corpus littéraires, exploités comme vivier d’exemples authentiques, mais sans réflexion épistémologique sur les écarts possibles entre les spécificités textuelles du récit littéraire et le phénomène linguistique qu’on voudrait décrire, au-delà des frontières d’un seul genre. C’est une approche qui s’explique par des raisons techniques (le corpus littéraire est souvent disponible sous forme numérisée) et sociologiques (le corpus littéraire est une variété de langue valorisée, à la fois par la société, et par les linguistes, souvent issus eux-mêmes de formations littéraires). Il n’empêche qu’une telle approche privilégie, la plupart du temps sans mise en perspective, un mode énonciatif historiquement et culturellement très spécifique (le récit de fiction réaliste)3. Par ailleurs, la Théorie des Observables, préconisée par la TOPÉ, implique de travailler sur des énoncés authentiques, mais aussi de les manipuler, de manière contrôlée, afin d’en tester les limites d’acceptabilité, de mise en contexte, etc.4 Là encore, on pourra interroger la pertinence, ou du moins la compatibilité de la démarche avec une approche basée sur corpus, car travailler sur un énoncé manipulé revient, nécessairement, à travailler sur une fabrication de linguiste. La difficulté, c’est que le corpus ne peut nous renseigner que sur ce qui existe, tandis que la description d’un phénomène linguistique, d’un marqueur, etc. nécessite la recherche des limites aux emplois. Les impossibilités sont, dans cette optique, aussi révélatrices que les possibilités.

6Culioli définit les objectifs de la linguistique de la manière suivante : « Je dirai que la linguistique a pour objet l’activité du langage appréhendée à travers la diversité des langues naturelles (et à travers la diversité des textes, oraux ou écrits) » (1991 : 14). La TOPÉ, élaborée par Culioli et des chercheurs associés, décrit la langue à l’aide d’un appareil métalinguistique robuste, composé d’un nombre réduit d’opérations et d’opérandes. Les marqueurs d’une langue sont caractérisés en termes d’une forme schématique (FS). Les différentes valeurs situées des marqueurs sont le résultat d’un calcul de paramétrage de cette forme schématique, en fonction du contexte, selon un processus qui est représenté grossièrement en Figure 1.

Figure 1 : Paramétrage de la forme schématique en contexte.

Figure 1 : Paramétrage de la forme schématique en contexte.

7Nous estimons que le travail sur « la diversité des textes, oraux ou écrits » et sur les différentes valeurs contextualisées des marqueurs linguistiques, oblige à faire appel à des corpus multi-genres. Par ailleurs, dès lors que le corpus en question est suffisamment étendu, suffisamment varié et suffisamment bien annoté, il devient possible de quantifier, par le biais des mesures d’associativité, les paramétrages contextuels des marqueurs, ce qui informe, et oriente l’élaboration d’une forme schématique, obviant en partie aux inconvénients que peuvent présenter les manipulations.

8La suite de cet article est consacrée à une étude énonciative du marqueur along basée sur des données issues du British National Corpus, interrogé via l’interface BNCweb5.

2. Etude de cas : along et alongside

  • 6 On pourra mentionner à ce titre les travaux fondateurs de Lakoff (1987) ou de Vandeloise (1986), ai (...)

9La linguistique cognitive a souvent accordé une place privilégiée à l’étude des prépositions, aux rapports entre repérages spatiaux et autres types de relations, etc.6 Le marqueur along est caractérisable comme préposition, et comme particule, mais n’a pas, à notre connaissance, fait l’objet de travaux conséquents, quel que soit le cadre théorique. Notre choix de travailler sur le marqueur along s’est présenté à l’occasion de difficultés constatées lors d’ateliers de traduction, dans la traduction de la forme française le long de. Le texte source à traduire est donné dans (1).

1) Une jeune femme apparaissait, dans le cadre étroit de sa vision. Deux, plutôt : deux femmes. Aussitôt après la première, qui marchait sur la chaussée, le long des voitures en stationnement vers Zapata, une deuxième jeune femme se montrait, en effet, s’avançant sur le trottoir, elle. [Source : Jorge Semprun, Netchaïev est de retour (1987).]

  • 7 Nous concédons que d’autres traductions, éventuellement meilleures, sont possibles; il s’agit ici s (...)

10Ici il s’agit donc du passage « qui marchait sur la chaussée, le long des voitures en stationnement », qui a donné lieu à au moins trois traductions (1a), (1b), (1c)7.

1a) → ? ? who was walking … along the parked cars

1b) → who was walking … alongside the parked cars

1c) → who was walking … along the row of parked cars

  • 8 La requête est relativement simple sur l’interface BNCweb: on recherche la forme (along ou alongsid (...)

11Si la traduction de le long de par alongside, ou encore l’étoffement par along the row of, aboutissent à des textes cibles idiomatiques, il n’en va pas de même pour la traduction par calque, along the parked cars, qui se caractérise par une forme d’incompatibilité entre la préposition along et son complément the parked cars. Afin de vérifier l’intuition d’inacceptabilité que matérialisent les points d’interrogation, et de cerner la différence entre along et le composé alongside, d’abord, nous choisissons d’interroger le BNC, à la recherche de lemmes verbaux à gauche et de lemmes nominaux à droite des deux prépositions. Les résultats sont présentés dans les tableaux (1) et (2)8.

Tableau 1 : Résultats d’une requête BNCweb pour les lemmes verbaux de along et alongside dans une fenêtre de trois mots à gauche.

Tableau 1 : Résultats d’une requête BNCweb pour les lemmes verbaux de along et alongside dans une fenêtre de trois mots à gauche.

Tableau 2 : Résultats d’une requête BNCweb pour les lemmes nominaux de along et alongside dans une fenêtre de trois mots à droite

Tableau 2 : Résultats d’une requête BNCweb pour les lemmes nominaux de along et alongside dans une fenêtre de trois mots à droite
  • 9 La probabilité logarithmique n’est sans doute pas l’indice le plus indiqué pour une comparaison de (...)

12Ces premiers résultats appellent plusieurs commentaires. D’abord, on relève une différence de nature entre les collocations nominales et verbales de along et alongside : pour ce qui est des verbes, seuls come et walk figurent parmi les dix premières collocations des deux marqueurs ; pour ce qui est des noms, seuls road et river figurent parmi les dix premières collocations. Ensuite, on relève une différence de degré dans l’indice de probabilité logarithmique entre les deux marqueurs9. Enfin, on note une différence de degré également entre les indices de probabilité logarithmique pour les contextes droite ou gauche des deux marqueurs. On peut déjà formuler quelques hypothèses :

  • 10 Il est difficile de savoir comment formuler ce constat; on pourra considérer que tout objet concret (...)

13Along semble imposer de fortes contraintes de sélection sur les termes susceptibles de le précéder ou de le suivre, favorisant des verbes de déplacement, à gauche, et des noms possédant une propriété saillante de /LONGUEUR/ à droite10.

14Alongside semble autoriser aussi bien des verbes d’état que des verbes de déplacement, et ne pas imposer de contraintes de sélection très caractérisées sur son contexte droit.

15Ces hypothèses s’alignent sur nos premières intuitions concernant l’acceptabilité respective des traductions (1)-(3). Concrètement, l’impossibilité de ? ? along the parked cars vient de ce que la /LONGUEUR/ n’est pas a priori une propriété saillante des voitures en stationnement. La traduction alongside the parked cars est en revanche possible, car alongside n’impose pas des contraintes de sélection a priori mais construit pour sa cible la propriété /LONGUEUR/. Quant à the row of parked cars, le terme row permet à la fois de délimiter une certaine quantité de voitures en stationnement, mais de manière plus critique, il fournit une cible en longueur pour la préposition along.

3. La modélisation des prépositions et des particules dans la TOPÉ

16Jusqu’à présent, nous avons simplement utilisé les requêtes sur corpus pour vérifier, par le biais de probabilités d’associativité, notre intuition concernant les possibilités de traduction de le long de dans le texte de Semprun. Nous allons, dans cette section, mettre en rapport ce type de constat essentiellement quantitatif, avec la modélisation de la forme schématique telle que la TOPÉ la pratique.

  • 11 Cf. Culioli 1991: 76 et sq. pour la symbolique formelle.

17Posons tout d’abord qu’une préposition est la trace d’une opération de localisation entre deux termes, tel que le premier terme gagne en détermination du fait de sa localisation relativement au second. En d’autres mots, l’on a affaire à une opération de repérage entre un repéré à gauche et un repère à droite. En symbolisant le repéré par x, le repère par y et l’opération de repérage par le métaopérateur ∈, on admettra que l’énoncé Jane walked along the road, correspond à une suite repéréopérationrepère (2)11.

  • 12 Les références alphanumériques sont celles du BNC: l’identifiant du texte suivi de l’identifiant du (...)

2) Jane [came out of the tube station and] walked along the road. ABW 48112

2a) Jane walked (x) along (préposition) the road (y)

2b) < xy > or « x is located relative to y »

  • 13 Cette formule fait usage de , l’image-miroir de , qui indique une relation où le repère est à gau (...)

18Nous avons ainsi défini une relation selon laquelle x est déterminé par sa relation avec y. En même temps, le choix de y n’est pas libre ; il est contraint par la relation qui relie y à x. Ainsi, dans Jane walked along the road, le repère the road est membre d’une classe de repères possibles, contrainte par la séquence à sa gauche Jane walked along… On peut représenter cette relation de présélection par la formule en (3), où les parenthèses vides représentent une classe de termes repères potentiels pour x et où les indices rendent compte de l’imbrication complexe des relations13.

3) <1 y ∈ <2 ( )y >1 ∋ x >2

  • 14 On trouvera une schématisation similaire dans Ashino, Franckel et Paillard (2017) par exemple. Le l (...)

19En combinant les deux formules, (2b) et (3), on aboutit à une formule complexe (4) qui représente à la fois la localisation de x relativement à y et la présélection de y en fonction de la nature de sa relation avec x14.

4° <1 x ∈ <2 y >1 ∈ < 3 ( )y >2 ∋ x >3

  • 15 Cf. Ranger (2014) pour une étude de away qui adopte le même type de modélisation.

20Ceci représente le cas des prépositions, mais lorsque le repère y est implicite, alors along est dit « particule », ce qui veut dire qu’il représente à la fois la relation de repérage et le repère15. Ainsi, dans (5), when he’s walking along le repère, non spécifié, est déterminé de façon circulaire : when he’s walking along where he’s walking.

5) He trips up quite a bit anyway when he’s walking along. ASH 849

21La forme schématique d’un marqueur est étroitement liée aux latitudes de variation qui lui sont associées. Comme l’écrit Paillard : « L’identité du mot est […] indissociable de la prise en compte de la séquence […] où il apparaît, et il importe dès lors, pour un mot donné, de définir les différents contextes où ce mot s’inscrit. Cela revient à dire que le mot se définit par ses usages (nés de l’interaction entre le mot et ses contextes) : l’identité du mot est dans sa variation. » (1998 : 16). S’agissant de along les latitudes de variation sont, comme nous l’avons observé, des processus de déplacement (x) et des repères évoquant la propriété /LONGUEUR/.

22Nous proposons alors la forme schématique suivante, pour along :

23Le marqueur along localise un terme x dynamiquement relativement à un espace non borné séquentiel y de telle façon qu’à T0, x est à Y0, à T1, x est à Y1, etc.

  • 16 La schématisation se heurte comme toujours à la difficulté qui consiste à représenter par des figur (...)

24La Figure 2 représente une tentative de visualiser les spécificités de along ou l’espace séquentiel non borné y est représenté par un trait fléché, tandis que le repérage dynamique de x par rapport à y est représenté par un trait avec une flèche finale. Le terme x est mobile, le terme y est statique16.

Figure 2 : Représentation graphique de la forme schématique postulée pour along

Figure 2 : Représentation graphique de la forme schématique postulée pour along

25Il s’agit là d’un dispositif topologique abstrait qui doit être compatible avec la diversité des valeurs situées en contexte. Nous n’entrerons pas ici dans la représentation de alongside. Notons cependant qu’à la différence de along, 1) alongside n’est pas nécessairement dynamique et ne requiert par conséquent pas de processus de déplacement ; 2) alongside construit chez le repère y une propriété de longitudinalité tandis que celle-ci est un prérequis notionnel pour along.

26Le paramètre le plus critique, dans la modélisation des différentes valeurs en contexte de along est la configuration du terme repère y et, dans une moindre mesure, celle du terme repéré x. Ce sont ces deux latitudes de variation qui permettent à along de construire des valeurs spatiales, temporelles ou argumentatives / subjectives, comme nous allons le montrer, dans les sections suivantes, à nouveau à la lumière de requêtes ciblées sur le BNC.

4. Configurations spatiales de along

  • 17 Voici l’ensemble des catégories employées avec les fréquences relevées: préposition (spatiale: 473, (...)

27Les configurations spatiales sont, sans surprise, les mieux représentées dans le BNC. Parmi un échantillon aléatoire de 1000 occurrences de along, 63,5 % ont été catégorisées comme « spatial ».17 Dans ce cas de figure, le terme x renvoie à un déplacement spatial, et, surtout, y renvoie, ou bien à une entité concrète dotée de /LONGUEUR/ dans le cas où y est instancié, ou bien à une trajectoire reconstruite, dans le cas où y n’est pas instancié et où along revêt un fonctionnement dit de « particule ».

28(5) et (6) représentent le cas de along préposition, où y est représenté respectivement par the coast et the train of fish vans.

5) At first, sailors used to sail along the coast […] G25 899

6) He slowly made his way along the train of fish vans. CE9 705

29Dans (7) along est « particule », et y doit être reconstruit, ici à partir des indices dans le contexte gauche accompany him… fell in beside him… :

7) Hoomey was not anxious for Nails to accompany him, but Nails fell in beside him, slouching along with his hands in his pockets, his face sullen. AT4 1808

30Dans de nombreux cas, la particule along est complétée d’une expansion prépositionnelle qui lui sert de repère à son tour comme dans (8), où la trajectoire à laquelle renvoie along est déterminée par to Ballechin, etc.

8) They tramped along to Ballechin among the ferns and sheltering oaks, smelling the cheesey smell of cows among the mist. A0N 903

5. Configurations temporelles de along

314,6 % de notre échantillon de along relève de configurations temporelles, où l’espace séquentiel défini par ce marqueur évoque un mouvement temporel, une série d’étapes, etc. Ainsi en (9) et (10) les déterminations contextuelles de three years ago de step ou de it takes a long time… consequences respectivement permettent de considérer qu’on a affaire à un passage à travers le temps.

7) Forest envisage the return of Webb, who left them in a £ 1.5 million deal three years ago, as a crucial step along the road to safety. CEP 5006

8) The problem with weight loss is that it takes a long time to get what you want. It is necessary, therefore, to arrange additional, pleasing consequences along the way. AD0 1282-1283

  • 18 Cf. Dufaye (2014) pour une comparaison des approches cognitiviste et énonciativiste de la polysémie (...)

32En opposition à la thèse d’une configuration temporelle de along opérée par le contexte, on pourrait objecter que, dans le cas de (7) et (8), c’est le terme y, road et way, respectivement qui est employé de manière non littérale. C’est, de fait, une démarche typique en linguistique cognitive que de privilégier une catégorie d’emplois concrets qui s’étend par métaphore vers d’autres, plus abstraits. Un inconvénient d’une telle approche réside en la difficulté à contrôler le recours à la métaphore. Dans la TOPÉ une valeur peut être plus fréquente, plus saillante, sans pour autant qu’elle soit intrinsèquement prioritaire sur d’autres. La description d’un marqueur est ainsi sous-déterminée, les valeurs en contexte résultant à chaque fois d’un paramétrage calculable18.

33Un argument en faveur de cette approche est fourni par les valeurs temporelles de along en tant que particule en (9) et (10).

9) Theories and explanations must emerge from the work as it goes along. CMF 892

10) This is an excellent interactive tutorial as you can try each of the described commands as you go along. HAC 7833

  • 19 L’exemple suivant, cité par le Oxford English Dictionary, suggère que cet emploi temporel n’est pas (...)

34Dans ces occurrences, along figure dans une circonstancielle de temps. Le terme repère y n’est pas explicite et se reconstruit comme renvoyant à l’espace temporel non borné constitué par le contexte gauche, the work et tutorial respectivement. En l’absence d’un terme y métaphorisable on doit considérer qu’il s’agit bel et bien d’un paramétrage temporel de along19.

6. Configurations argumentatives et subjectives de along

35Comparons les exemples (11) et (12).

11) Join up and fold along lines. A70 1871

12) By now my mind was working along similar lines. A89 605

36Dans le (11), les lignes évoquées sont des entités concrètes, matérialisées, et l’emploi fait de along relève par conséquent d’une configuration spatiale. Dans le (12), en revanche, le terme lines renvoie à un cheminement de pensée. Il s’agit d’une illustration de la possibilité de configuration argumentative du marqueur, où l’espace séquentiel défini par y correspond à un mouvement argumentatif ordonné, tel que cause et conséquence, prémisse et conclusion, etc. qui fonctionne comme repère pour x.

37Si on veut bien reconnaître l’existence de ce cas de figure, on peut supposer qu’il est associé à certaines configurations textuelles, potentiellement observables dans le corpus. On se souviendra que le lemme line figurait en première position parmi les lemmes nominaux dans le contexte droit de along (Tableau 2) avec une probabilité logarithmique particulièrement élevée. La construction along… lines n’est pas nécessairement argumentative, comme le montre (11), mais elle paraît fortement orientée vers ce type d’interprétation. Pour vérifier cette hypothèse, nous pouvons rechercher les lemmes verbaux dans une fenêtre de trois mots à gauche du terme along suivi dans les trois mots à droite du lemme line. Les résultats de cette requête sont présentés dans le tableau 3.

Tableau 3 : Résultats d’une requête pour les lemmes verbaux à trois mots à gauche de la suite along suivi du lemme line dans une fenêtre de trois mots

Tableau 3 : Résultats d’une requête pour les lemmes verbaux à trois mots à gauche de la suite along suivi du lemme line dans une fenêtre de trois mots

38Les probabilités logarithmiques sont relativement faibles, si on les considère lemme par lemme. On remarque cependant une parenté sémantique tout à fait frappante entre les dix premiers verbes, dont une majorité renvoie à un processus de structuration cognitive. Ceci suggère donc une co-configuration de along par un certain type de procès x et un certain type de repère y qui aboutit à la valeur que nous avons appelée argumentative.

  • 20 Nous précisons au moins car la prochaine configuration, la locution along with, est souvent argumen (...)

39Dans l’échantillon de 1000 occurrences extraites du BNC, ce type de valeur recouvre au moins 10 % du total20.

  • 21 La suite go along with apparaît au total 483 fois dans le BNC. Le tableau ne comporte que quatre it (...)

40Une autre séquence typiquement argumentative est constituée du lemme go suivi de along with. Le tableau 4 montre les résultats d’une requête portant cette fois-ci sur les lemmes nominaux dans une fenêtre de trois mots à droite de cette construction21.

Tableau 4 : Résultats d’une requête portant sur les lemmes nominaux dans une fenêtre de trois mots à droite après la construction go along with…

Tableau 4 : Résultats d’une requête portant sur les lemmes nominaux dans une fenêtre de trois mots à droite après la construction go along with…

41À nouveau, les probabilités sont, en termes purement quantitatives, peu significatives, mais la parenté sémantique est remarquable entre ces termes, qui renvoient autant à la conation qu’à la cognition.

42Nous avons regroupé sous un seul chapeau les configurations argumentatives et subjectives de along car il est effectivement parfois délicat de les séparer : souvent, l’alignement d’un sujet avec un mouvement argumentatif implique un alignement subjectif avec le porteur de l’argument. On peut estimer que la différence se trouve dans la nature de l’espace séquentiel défini par y qui, dans le cas des configurations subjectives, renvoie à une trajectoire subjective menant du projet, de l’intention ou du désir, vers la réalisation.

43On peut citer à ce titre les exemples (13) et (14), qui renvoient tous deux à ce schéma d’alignement subjectif go along with somebody dans (13) et simplement go along dans (14), interprétable subjectivement comme go along with her ou spatialement, de manière moins immédiate, comme go along to the south coast, etc.

13) He was still not sure that he believed that story, but in her misery was prepared to go along with her. HGE 2991

14) ‘I know, but my mother liked the south coast and London for holidays, and Dad just went along ; if it suited Mother it suited him.’ H8J 1139

44Le procès come renvoie de manière déictique à un déplacement en direction d’une source subjective. L’association de ce mouvement déictique et coorienté, aboutit typiquement à des valeurs de persuasion, de conciliation, etc. où un sujet tente de ramener un deuxième sujet vers sa trajectoire personnelle.

15) Now, Maire, enough of this whining. It’s not a bit nice. Benny has said she was sorry. You know it was an accident. Come along now and be a big girl. CCM 498-502

16) Richard Up up this arm in. Put this little arm in. […] No. Come along now. There we go. That’s it. KDP 2600-2605

45Quant au procès inessif get, dans get along, il construit l’espace séquentiel y définit par along comme un objectif à atteindre, aboutissant sur une continuité subjective et spatio-temporelle avec une trajectoire privilégiée (17), éventuellement de façon réciproque (18).

17) You can’t get along without it. HR7 3536

18) ‘Tessa’s fine, we still get along together fine,’ he said. K35 139

7. Remarques sur quelques expressions polylexicales comportant along22

  • 22 Par « expressions polylexicales » nous entendons l’équivalent de l’anglais « multi-word expressions (...)
  • 23 L’approche peut présenter des similitudes avec la grammaire des constructions, à ce détail près que (...)

46L’exploration du corpus par le genre de requête que nous avons présenté permet de mettre à jour des constructions complexes, qui relèvent, dans le modèle que nous revendiquons, d’opérations de co-configuration entre marqueurs23. La suite along with, classée par Quirk et al (1985 : 669 ; 761) comme une préposition complexe ou quasi-coordonnant, se caractérise non seulement comme comitatif mais également comme l’indice d’un mouvement coorienté dans le cadre d’un projet partagé ou d’un phénomène commun. Cette caractérisation se vérifie dans une requête portant sur les lemmes nominaux dans une fenêtre de trois mots à droite de along with (tableau 5). Les collocations évoquent, pour la plupart, l’appartenance à un ensemble défini par une finalité partagée (colleague, team-mate, etc.).

Tableau 5 : Résultats d’une requête portant sur les collocations par lemme dans une fenêtre de trois mots à droite de la séquence along with

47Les exemples (19) et (20) fournissent une illustration de cette valeur complexe, d’abord avec l’association de host DNA à l’intérieur d’un virus (19), puis de manière sans doute plus intuitive, avec l’association d’un membre de Manchester United Moran avec d’autres co-équipiers David Platt et Peter Beardsley (20).

19) As the virus DNA multiplies, the piece of host DNA multiplies along with it. ANX 1513

20) But Moran — along with ex-United men David Platt and Peter Beardsley — would disagree. HAE 252

  • 24 La collocations « i », Rang 8, est le pronom personnel, transcrit en minuscule puisque lemmatisé.

48Un cas intéressant concerne la séquence all along. Ce bloc, qui associe un marqueur de fermeture, ou de bornage all, et le marqueur along, qui construit une séquence non bornée, est interprété comme un intensif. Il s’agit d’un procédé bien connu que l’on retrouve en anglais dans l’association de la forme BE + ING et always ou encore de each et every. L’interprétation intensive bloque les valeurs spatio-temporelles, pour ne laisser que des valeurs subjectives ou argumentatives. Les collocations de all along, indiquées dans le tableau 6, impliquent un certain nombre de termes qu’on pourrait qualifier d’épistémiques24.

Tableau 6 : Résultats d’une requête portant sur les lemmes dans une fenêtre de trois mots à gauche de la séquence all along

Tableau 6 : Résultats d’une requête portant sur les lemmes dans une fenêtre de trois mots à gauche de la séquence all along

49Les exemples en contexte évoquent typiquement la révélation de discrépances subjectives (21) et (22).

21) Everyone except Robson knew all along he was world class ACN 555

22) She wanted to be alone for a minute, away from Hepzibah’s kindness and Albert’s triumphant look. Of course, he’d been right all along ! EFJ 3105-3106

50Un dernier cas de figure, problématique, et qu’il serait intéressant d’explorer davantage, concerne la suite be along, telle qu’on la voit dans les exemples (23) et (24).

23) My sisters have been along to a couple of events BMM 2262

24) ‘I told you, she’ll be along in a minute.’ FP0 1831

  • 25 Nous écartons de cette discussion des exemples tels que The journey to Reykjavik […] is along a ver (...)
  • 26 La formule est maladroite: nous pensons à will / would be along, et d’autres cas similaires.

51Cette configuration pose problème dans la mesure où on ne s’attend pas à l’association du dynamisme de along avec le statisme de be25. La clé, qui demande vérification, est sans doute à chercher dans le fait que cette configuration semble ne se trouver qu’à l’accompli (have been along dans le (24)) ou à une forme modale de projection vers l’avenir (‘ll be along dans le (25))26. Dans le cas de l’accompli, be paraît équivalent de come ou go, situation analogue à celle de be to dans Mr Lewis had been to Spain A1B 342, par exemple. Dans le cas du renvoi à l’avenir, nous faisons l’hypothèse que c’est le passage dynamique de la situation repère vers la situation visée qui permet de reconstruire l’espace séquentiel déterminé par along.

8. Discussion et conclusion

52Au terme de l’introduction consacrée aux possibilités de représentativité d’un corpus, nous avons choisi de reformuler la question, en quelque sorte, en nous interrogeant sur la question de la représentativité du corpus selon le cadre théorique on l’on se situe et les objectifs que l’on se fixe. Les rapports entre les méthodologies de la TOPÉ et celles de la linguistique de corpus peuvent sembler bien lointains. Les linguistes de corpus auraient parfois raison de reprocher aux linguistes énonciativistes leur tendance au « cherry-picking » : l’utilisation du corpus comme vivier d’exemples seulement, où l’on peut puiser à sa guise ceux qui servent le mieux la thèse défendue. Et les énonciativistes auraient parfois raison de reprocher aux linguistes de corpus une trop grande dépendance à l’égard des données quantitatives et une tendance concomitante à privilégier l’outillage mobilisé (taille du corpus, visualisations sophistiquées) sur la théorisation.

  • 27 C’est une approche que nous défendons depuis plusieurs années, le plus récemment dans notre ouvrage (...)

53Dans le présent article nous avons voulu défendre la modélisation énonciative du langage prônée par Culioli, tout en nous appuyant sur les résultats de requêtes ciblées sur corpus. La TOPÉ insiste sur la nécessaire prise en compte du contexte, dans la description des valeurs d’un marqueur, et sur la façon dont les opérations auxquelles renvoie une forme schématique sont paramétrées par les opérations d’autres marqueurs contextuellement présents. Lorsqu’on travaille sur des corpus suffisamment étendus et suffisamment bien annotés (lemmes et parties du discours, notamment) l’utilisation raisonnée de méthodologies de corpus permet, à notre avis, de quantifier l’apport qualitatif du contexte, et de mettre ainsi à l’épreuve l’heuristique de jugement du linguiste énonciativiste27.

  • 28 On se contente souvent de mentionner les paramètres S et T de la situation d’énonciation, sans cons (...)
  • 29 Les textes qui composent le BNC sont effectivement indexés selon leur « text-type », ce qui permet (...)

54Nous avons voulu démontrer la pertinence de cette démarche par une analyse du marqueur along qui confronte tour à tour les analyses qualitatives menées en contexte aux résultats d’analyses quantitatives sur corpus. Nous avons ainsi mis en lumière la polyvalence du marqueur along, en posant que l’espace séquentiel non borné, dont along indique le statut de repère, peut, selon des éléments contextuellement localisables, porter sur les différents paramètres de la situation d’énonciation que sont l’espace, le temps, le sujet ou encore le discours (l’argumentation)28. Nous sommes loin d’avoir épuisé l’exploration du marqueur, qui pourrait par exemple étendre l’analyse à la distribution des types de along en fonction des registres, ou encore à l’étude des possibilités de composition qui aboutissent à des lexèmes tels que sing-along, roll-along, jog-along…29, tâche que nous envisageons d’entreprendre dans le cadre d’une prochaine étude.

Haut de page

Bibliographie

Ashino, Fumitake, Jean-Jacques Franckel & Denis Paillard. 2017. Prépositions et rection verbale : étude des prépositions “avec”, “contre”, “en”, “par”, “parmi”, “pour.” GRAMM-R 39. Frankfurt am Main : Peter Lang.

Barcelona, Antonio. 2003. Introduction The cognitive theory of metaphor and metonymy. In Antonio Barcelona (ed.), Metaphor and Metonymy at the Crossroads, 1–28. Berlin, Boston : De Gruyter.

Biber, Douglas (1993). “Representativeness in Corpus Design.” In : Literary and Linguistic Computing 8.4, pp. 241–257.

Col, Gilles. 2017. Construction du sens : un modèle instructionnel pour la sémantique (Linguistic Insights Volume 224). Berne  ; New York : Peter Lang.

Dufaye, Lionel. 2014. Over  : A Comparative Study of Polysemy in Enunciative and Cognitive Approaches. Faits de langues. https://hal-upec-upem.archives-ouvertes.fr/hal-01689395.

Franckel, Jean-Jacques & Denis Paillard. 2007. Grammaire des prépositions. Paris : Ophrys.

Habert, Benoît. (2010). Des corpus représentatifs : de quoi, pourquoi, comment ? In M. Bilger (ed.), Linguistique sur corpus – études et réflexions, Perpignan : Presses Universitaires de Perpignan.

Hoffmann, Sebastian, Stefan Evert, Nicholas Smith & David Lee. 2008. Corpus linguistics with BNCweb : a practical guide. English Corpus Linguistics v. 6. Frankfurt am Main : Peter Lang.

Langacker, Ronald W. 2010. Reflections on the Functional Characterization of Spatial Prepositions. Corela HS-7. doi :10.4000/corela.999. http://journals.openedition.org/corela/999 (10 February, 2019).

Quirk, Randolph, Sidney Greenbaum, Geoffrey N Leech & Jan Svartik. 1985. A Comprehensive grammar of the English language. (Ed.) Randolph Quirk. India : Longman / Dorling Kindersley.

Ranger, Graham. 2014. « Fire away » Suggestions pour une caractérisation énonciative de la particule adverbiale anglaise AWAY. In J.-M. Merle (ed.), Faits de langues. Prépositions et aspectualité. Bern : Peter Lang. pp. 147-158.

Ranger, Graham. 2018. Discourse markers : an enunciative approach. New York, NY : Springer Berlin Heidelberg.

Stefanowitsch, Anatol & Stefan Th. Gries. 2003. Collostructions : Investigating the interaction of words and constructions. International Journal of Corpus Linguistics 8(2). 209–243. doi :10.1075/ijcl.8.2.03ste.

Tyler, Andrea & Vyvyan Evans. 2007. The semantics of English prepositions : spatial scenes, embodied meaning and cognition. Digitally printed version (with corr.). Cambridge [u.a] : Cambridge Univ. Press.

Vandeloise, Claude. 1987. Les Prépositions en français. Paris : Seuil.

Van der Gucht, Fieke, Klaas Willems & Ludovic De Cuypere. 2007. The iconicity of embodied meaning. Polysemy of spatial prepositions in the cognitive framework. Language Sciences 29(6). 733–754. doi :10.1016/j.langsci.2006.12.027.

Haut de page

Notes

1 Cf. par exemple Biber (1993) ou Habert (2010).

2 Par exemple, dans Culioli (2002: 131 et sq).

3 On pourrait également considérer que la démarche favorise l’étude de cas d’usage exceptionnels, car le récit littéraire se distingue à la fois par le respect et, ponctuellement, le non-respect, des formes canoniques du genre.

4 « Dès qu’on travaille de façon fine, on se heurte à cette question de la collecte des données fiables. Une fois de plus, surgit la nécessité du travail théorique: il s’agit cette fois de construire une théorie des observables » (Culioli 1991: 17).

5 Cf. Hoffmann et al. (2008). L’interface de requête se trouve au lien suivant: http://bncweb.lancs.ac.uk/

6 On pourra mentionner à ce titre les travaux fondateurs de Lakoff (1987) ou de Vandeloise (1986), ainsi que les travaux plus récents de Barcelona (2003), Tyler & Evans (2007), Van der Grucht et al (2007), Langacker (2010) ou encore la monographie innovatrice de Col (2017).

7 Nous concédons que d’autres traductions, éventuellement meilleures, sont possibles; il s’agit ici simplement de présenter le problème par le biais particulier de la traduction.

8 La requête est relativement simple sur l’interface BNCweb: on recherche la forme (along ou alongside) puis on calcule les collocations, en incluant les annotations de lemmes, on choisit ensuite « collocations on lemma », en limitant la fenêtre et en précisant la classe de lemme VERB ou SUBST. Le calcul se fait par défaut sur la probabilité logarithmique.

9 La probabilité logarithmique n’est sans doute pas l’indice le plus indiqué pour une comparaison de ce type, mais nous avons pu constater que d’autres mesures statistiques aboutissent à des constats largement similaires.

10 Il est difficile de savoir comment formuler ce constat; on pourra considérer que tout objet concret possède une longitudinalité, dès lors qu’il ne s’agit ni de polygones réguliers, ni de cercles. Cela dit, on admettra facilement que la longitudinalité, ou la propriété /LONGUEUR/ paraît plus saillante pour une route, un couloir ou une rivière, que pour un parking, une salle ou un lac, par exemple. Noter que les propriétés s’écrivent par convention entre barres obliques.

11 Cf. Culioli 1991: 76 et sq. pour la symbolique formelle.

12 Les références alphanumériques sont celles du BNC: l’identifiant du texte suivi de l’identifiant du segment.

13 Cette formule fait usage de , l’image-miroir de , qui indique une relation où le repère est à gauche, et le repéré à droite.

14 On trouvera une schématisation similaire dans Ashino, Franckel et Paillard (2017) par exemple. Le lecteur consultera également avec profit les travaux antérieurs de Franckel et Paillard (2007).

15 Cf. Ranger (2014) pour une étude de away qui adopte le même type de modélisation.

16 La schématisation se heurte comme toujours à la difficulté qui consiste à représenter par des figures statiques ce qui est par nature dynamique.

17 Voici l’ensemble des catégories employées avec les fréquences relevées: préposition (spatiale: 473, argumentative: 44, temporelle: 14), particule (spatiale: 162, argumentative: 56, temporelle: 32), locution along with: 202, unclear: 13, other: 4. Le chiffre de 63,5% regroupe les prépositions et les particules à référence spatiale (635 occurrences sur 1000).

18 Cf. Dufaye (2014) pour une comparaison des approches cognitiviste et énonciativiste de la polysémie portant sur le marqueur over.

19 L’exemple suivant, cité par le Oxford English Dictionary, suggère que cet emploi temporel n’est pas une innovation récente: Wuldres scima, æþele ymb æþelne, ondlonge niht scan scirwered Guthlac B 1287 (A ray of glory, noble around the noble one, all night long, shone clearly).

20 Nous précisons au moins car la prochaine configuration, la locution along with, est souvent argumentative, elle aussi.

21 La suite go along with apparaît au total 483 fois dans le BNC. Le tableau ne comporte que quatre items, puisque la requête sur collocations était formulée avec une fréquence d’occurrence minimale imposée de cinq occurrences. En baissant celle-ci à trois occurrences, on retrouve charade, view, theory ou system, entre autres.

22 Par « expressions polylexicales » nous entendons l’équivalent de l’anglais « multi-word expressions ».

23 L’approche peut présenter des similitudes avec la grammaire des constructions, à ce détail près que dans le cadre qui est le nôtre, la valeur d’une construction de ce type reste globalement calculable à partir des opérations dont ses éléments constitutifs sont la trace.

24 La collocations « i », Rang 8, est le pronom personnel, transcrit en minuscule puisque lemmatisé.

25 Nous écartons de cette discussion des exemples tels que The journey to Reykjavik […] is along a very reasonable road A6T 173 ou The practice is along the following lines. B07 948 qui se ramènent aux cas déjà étudiés.

26 La formule est maladroite: nous pensons à will / would be along, et d’autres cas similaires.

27 C’est une approche que nous défendons depuis plusieurs années, le plus récemment dans notre ouvrage consacré aux marqueurs de discours en anglais (Ranger 2018). Elle partage un certain nombre de points communs avec l’approche des « collostructions » décrite en Stefanowitsch & Gries (2003).

28 On se contente souvent de mentionner les paramètres S et T de la situation d’énonciation, sans considérer le paramètre E, qui renvoie au rapport entre un énoncé donné et le discours avoisinant. Or, celui-ci est d’une importance capitale dès lors qu’on se penche sur des phénomènes d’argumentation, de connectivité inter-énoncés, etc.

29 Les textes qui composent le BNC sont effectivement indexés selon leur « text-type », ce qui permet de revenir vers le corpus spécialisé dont on peut étudier les spécificités en comparaison à un corpus multi-genre.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Paramétrage de la forme schématique en contexte.
URL http://journals.openedition.org/cognitextes/docannexe/image/1517/img-1.png
Fichier image/, 19k
Titre Tableau 1 : Résultats d’une requête BNCweb pour les lemmes verbaux de along et alongside dans une fenêtre de trois mots à gauche.
URL http://journals.openedition.org/cognitextes/docannexe/image/1517/img-2.png
Fichier image/, 20k
Titre Tableau 2 : Résultats d’une requête BNCweb pour les lemmes nominaux de along et alongside dans une fenêtre de trois mots à droite
URL http://journals.openedition.org/cognitextes/docannexe/image/1517/img-3.png
Fichier image/, 21k
Titre Figure 2 : Représentation graphique de la forme schématique postulée pour along
URL http://journals.openedition.org/cognitextes/docannexe/image/1517/img-4.gif
Fichier image/, 288k
Titre Tableau 3 : Résultats d’une requête pour les lemmes verbaux à trois mots à gauche de la suite along suivi du lemme line dans une fenêtre de trois mots
URL http://journals.openedition.org/cognitextes/docannexe/image/1517/img-5.png
Fichier image/, 17k
Titre Tableau 4 : Résultats d’une requête portant sur les lemmes nominaux dans une fenêtre de trois mots à droite après la construction go along with…
URL http://journals.openedition.org/cognitextes/docannexe/image/1517/img-6.png
Fichier image/, 15k
Titre Tableau 6 : Résultats d’une requête portant sur les lemmes dans une fenêtre de trois mots à gauche de la séquence all along
URL http://journals.openedition.org/cognitextes/docannexe/image/1517/img-7.png
Fichier image/, 17k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Graham Ranger, « Énonciation, corpus et representativité : le cas de « along » », CogniTextes [En ligne], Volume 19 | 2019, mis en ligne le 31 juillet 2019, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/cognitextes/1517 ; DOI : 10.4000/cognitextes.1517

Haut de page

Auteur

Graham Ranger

EA 4277 ICTT, Avignon Université

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Logo AFLiCo – Association française de linguistique cognitive
  • OpenEdition Journals