Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Les deux articles présentés dans ce numéro de Cognitextes, ainsi que la note de lecture qui leur est associée, mettent en lumière de manière évidente le lien présent entre langage et cognition et, plus particulièrement, la relation qui existe entre langage et conceptualisation. Ils s’appuient sur l’un des postulats essentiels de la Linguistique Cognitive selon lequel le langage serait une capacité intégrée dans la cognition générale, la capacité linguistique ne pouvant être dissociée des capacités cognitives générales. Ce postulat implique également que les expressions linguistiques sont conçues comme des éléments en lien étroit avec la manière dont l’être humain comprend et organise la réalité qui l’entoure, plutôt que comme une sorte de reflet du monde réel, soumis à des conditions de vérité, ou comme de simples construits mentaux de configuration spécifique et arbitraire. D’un point de vue individuel, chaque intervention linguistique amènerait ainsi à la structuration inconsciente de chacun des aspects de l’expérience que nous communiquons, représentant de ce fait une conceptualisation particulière de la scène ou de l’expérience que l’on veut transmettre. Par ailleurs, d’un point de vue plus collectif, cela impliquerait également que les expériences de l’être humain ne seraient pas seulement filtrées selon une perspective individuelle, mais également médiatisées et influencées par la langue utilisée pour réfléchir et s’exprimer (Slobin 1996). Ces fondements théoriques permettent donc d’affirmer que toute manifestation langagière est porteuse de la perspective sélectionnée par les locuteurs parmi les possibilités offertes par la/les langue(s) dans la(les)quelle(s) ils réfléchissent et s’expriment.

2Cependant, s’il est vrai que les deux articles présentés dans ce numéro partent de ces fondements communs, ils se focalisent sur des aspects distincts du phénomène de conceptualisation, et ils font écho à plusieurs thématiques clés de la Linguistique Cognitive et ceci, depuis la naissance de cette approche.

3La première de ces thématiques est l’étude de la manière dont les langues organisent conceptuellement un événement donné. Talmy (1985), pionnier dans l’étude de ce sujet, partait du postulat que le langage est une fenêtre qui permet de contempler comment les locuteurs d’une langue conceptualisent ou comprennent la réalité. Il avait pour objectif d’analyser si l’expression d’un événement reflétait un patron universel ou, au contraire, une série de patrons distincts pour les différentes langues. Talmy (1985, 1991, 2000) arrive à la conclusion de l’inexistence d’un patron universel pour l’expression des événements de mouvement et propose une typologie binaire. Cette typologie différencie les langues qui tendent à codifier la trajectoire au sein du verbe (1), comme par exemple les langues romanes, des langues qui expriment la trajectoire au sein d’un préfixe ou d’une particule verbale que Talmy nomme ‘satellite’ (2), comme par exemple, l’anglais.

(1)

La botella salió flotando

(2)

The bottle floated out

La bouteille est sortie en flottant

4Les travaux de Talmy ont, depuis, inspiré de nombreuses études. Efstathia Soroli et Annemarie Verkerk réalisent dans leur article un bilan exhaustif de ces recherches et, grâce à l’analyse de deux bases de données issues de méthodes expérimentales et de corpus, comparent la langue grecque, qui est traditionnellement considérée comme ayant des caractéristiques des deux typologies de langues  (cadrage verbal et satellitaire) au français (cadrage verbal) et à l’anglais (cadrage satellitaire). Elles arrivent à la conclusion que la variabilité qui se manifeste au sein des trois langues ne dépend pas seulement de la manière dont les composants sémantiques de manière et de trajectoire sont lexicalisés, mais également des propriétés des inventaires lexicaux et des ressources morphosyntaxiques du système. Pour cette raison, elles défendent la nécessité d’une approche multi-niveau (sémantique, lexical, morphologique et syntaxique), et proposent un nouveau cadre méthodologique valable pour analyser la variation linguistique.

5Par ailleurs, en lien également avec cette thématique, l’ouvrage recensé rend compte d’un intérêt récent pour la variation et le changement linguistique au sein des travaux s’appuyant sur la typologie talmienne.

6La deuxième thématique abordée dans ce numéro est l’organisation de la structure conceptuelle. Pour l’analyse de la structure conceptuelle, il faut partir du principe que tout élément conceptuel doit être solidement ancré dans une structure cohérente de connaissances basée sur notre expérience humaine. Ainsi, selon Fillmore (1982), pour caractériser de manière appropriée la signification des éléments linguistiques, on ne peut se contenter de les décrire grâce à des traits sémantiques fonctionnant comme des conditions suffisantes et nécessaires mais on doit plutôt connaître et tenir compte des structures conceptuelles sous-jacentes qui leur servent de base, et qui donnent un contexte minimal et nécessaire à leur compréhension. Il nomme ces structures ‘cadres’ (frames). Ainsi, par exemple, le mot orphelin, défini par le Larousse comme ‘enfant qui a perdu son père et/ou sa mère’ pourrait être rattaché au cadre suivant : un monde dans lequel les enfants dépendent de leurs parents pour leur soin et leur éducation, et dans lequel les parents acceptent cette responsabilité sans objection. L’inclusion dans ce cadre permet de comprendre d’une manière plus complète la réalité du terme ‘orphelin’, comme par exemple la difficulté pour l’enfant de subir cette situation ou encore le regard d’autrui (sentiment de pitié).

7Un autre modèle clé pour la compréhension de la structure conceptuelle est celui de l’Intégration Conceptuelle (blending) (Fauconnier & Turner 2002). Ce modèle permet d’expliquer l’interaction qui existe entre plusieurs structures conceptuelles, elles-mêmes évolutives et construites on-line (au moment de l’énonciation). Ainsi, par exemple, si lors d’une conversation l’on prononce une phrase telle que ‘ce chirurgien est un boucher’, la notion d’incompétence qui se dégage ne provient pas de notre compréhension du terme ‘chirurgien’, ni de notre conceptualisation du terme ‘boucher’, mais plutôt de l’interaction de ces deux concepts dans ce contexte précis, ce qui permet de créer une nouvelle structure conceptuelle émergente (Ibarretxe-Antuñano & Valenzuela 2012: 34).

8Patricia Hernández, grâce à l’observation d’un corpus d’énoncés relevés sur le web et à l’application des outils théoriques comme les Modèles Cognitifs Idéalisés (Lakoff 1987), les frames (Fillmore 2006) ou encore le dispositif d’Intégration Conceptuelle (Fauconnier & Turner 2002), propose une analyse de l’emploi discursif des analogies proportionnelles (A est à B ce que C est à D) au sujet de l’automobile (Le delineator est au soutien-gorge ce que la Rolls est à la voiture). Cette analyse montre que l’analogie est le moteur d’un puissant travail cognitif qui désactive d’éventuelles disparités ontologiques entre ses composants (soutien-gorge – voiture) et permet également de mettre en avant la valeur heuristique de ce phénomène, ainsi que sa portée argumentative et explicative. D’autre part, l’auteure propose une taxonomie des types de correspondances conceptuelles créées par ces analogies (parangon, rôle télique, partie-tout et agent).

Haut de page

Bibliographie

Croft, William & D. Alan Cruse. 2004. Cognitive Linguistics. Cambridge: Cambridge University Press.

Fauconnier, Gilles. 1984. Espaces mentaux. Aspects de la construction du sens dans les langues. Paris: Éditions de Minuit.

Fauconnier, Gilles & Mark Turner. 2002. The Way We Think. Conceptual Blending and the Mind’s hidden complexities. New York: Basic Books.

Ibarretxe-Antuñano, Iraide & Javier Valenzuela (eds.). 2012. Lingüística Cognitiva. Barcelona: Anthropos

Langacker, Ronald W. 1987. Foundations of Cognitive Grammar. Volume 1: Theoretical Prerequisites. Stanford: Stanford University Press.

Slobin, Dan I. 1996. Two ways to travel: Verbs of motion in English and Spanish. In Masayoshi Shibitani & Sandra A. Thompson (eds.), Grammatical constructions: Their form and meaning, 195-219. Oxford: Clarendon Press.

Talmy, L. 2000. Toward a cognitive semantics. Cambridge, MA: MIT Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucía Gómez Vicente, « Introduction », CogniTextes [En ligne], Volume 15 | 2017, mis en ligne le 30 octobre 2017, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/cognitextes/899

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Logo AFLiCo – Association française de linguistique cognitive
  • OpenEdition Journals