Navigation – Plan du site

« Les palmiers sont à Marrakech ce que les roues sont à la voiture » : Enoncés analogiques et modèles cognitifs

Patricia C. Hernández

Résumés

Cet article aborde les analogies proportionnelles du type A est à B ce que C est à D. Dans cette étude, une telle projection est vue comme un cas d’intégration conceptuelle qui fusionne en une seule structure des configurations partielles à partir de deux domaines distincts. Une telle fusion est sous-tendue par l’existence de Modèles Cognitifs Idéalisés et de frames partagés par les sujets parlants. L’objectif de cette recherche est de caractériser les MCI au sujet de l’automobile en tant qu’objet culturel et de proposer une taxonomie des relations connectées par ces projections analogiques. Une étude qualitative de 268 énoncés relevés sur le web nous permet de décrire ces relations en termes de parangon, rôle télique, relations partie-tout, rôle agentif et inférences pragmatiques ad hoc activées par les connaissances d’arrière-plan au sujet de la réalité intersubjectivement partagée.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Le présent travail propose une caractérisation de l’emploi en discours d’énoncés symétriques du type A est à B ce que C est à D au sujet du domaine, culturellement marqué, de l’automobile. Notre objectif est de décrire ces prédications qui laissent transparaître des modèles cognitifs partagés, identifier les domaines le plus fréquemment concernés par ces formulations et relever les relations typiques corrélées par ces connexions analogiques.

2Du point de vue théorique, l’analogie est conçue ici comme un système orienté de correspondances sélectives (Gentner 1983) sur la base de modèles cognitifs (Lakoff 1987) et de frames (Fillmore 2006 [1982]) culturellement construits et socialement partagés. Pour la modélisation de ce puissant travail cognitif, omniprésent et souvent inconscient, nous nous servirons du dispositif de l’intégration conceptuelle (Fauconnier & Turner 2002, 2006 [1998]) permettant d’expliquer la fusion d’éléments distincts provenant d’inputs aux cadres organisationnels divergents.

3Cette étude, qui prend comme observable langagier un ensemble d’énoncés effectifs relevés sur le web (Google France, 03-11-2014), nous permettra non seulement de mettre en lumière la multiplicité de modèles cognitifs instanciés par les lexèmes voiture(s) et auto(s) mais aussi de systématiser les relations connectées par les prédicats analogiques.

4Après une introduction théorique au sujet de la relation d’analogie en tant que mécanisme cognitif, nous aborderons plus particulièrement les analogies de proportion (section 2). La description des observables langagiers retenus pour notre étude (section 3), sera suivie d’une première approche de l’intégration de ces formulations dans leur environnement linguistique (section 4). Dans la section 5, seront systématisées les relations corrélées par les connexions analogiques. En fin de parcours, nous livrerons les conclusions provisoires de cette première approche.

2. L’analogie comme mécanisme cognitif

5Selon les définitions dictionnairiques (Le Robert, le Trésor de la langue française), l’analogie relève le défi de trouver la ressemblance existant entre des réalités essentiellement différentes, opération de pensée qui, à première vue, semblerait braver le ‘bon sens’.

  • 1 Nous verrons en 2.3 que le comportement pragmatique des énoncés analogiques n’est pas exclusivement (...)
  • 2 La page indiquée correspond à la version en ligne.

6Longtemps associée au ‘raisonnement analogique’ ou à la résolution de problèmes, cette capacité humaine à dégager des similitudes est revalorisée par les études actuelles qui y voient un mécanisme cognitif puissant et omniprésent (entre autres, Hofstadter 2001, Hofstadter & Sander 2013). En effet, la perception des traits ‘familiers’ d’une entité inconnue rend possibles la catégorisation, par l’identification d’une entité comme similaire aux autres membres d’une classe (Hofstadter 2001: 504), la conceptualisation, c’est-à-dire la reconnaissance des instanciations d’un objet (Hofstadter 2001: 500, Itkonen 2005: 5, 23), et, bien entendu, le raisonnement par inférence qui permet des généralisations (Itkonen 2005: 11) et s’avère crucial comme moteur de la découverte scientifique. L’analogie, avec son pouvoir de prédiction, possède donc une valeur heuristique intrinsèque qui lui assure une place de choix dans l’enseignement-apprentissage – d’où son emploi à des fins explicatives tel le cas de l’analogie entre l’hydrogène et le système solaire (Gentner 1983: 159-160) ou le rapprochement entre le système cardio-vasculaire et un système hydraulique alimenté par une pompe1 (Monneret 2014: 13).2

  • 3 Développant en profondeur le concept d’iconicité, Monneret (2014: 2) plaide en faveur d’une exploit (...)

7Il va de soi qu’une telle puissance de représentation sous-tend naturellement nos pratiques langagières : « analogy pervades language to such an extent that is difficult for us to imagine a language not governed by analogy » (Itkonen 2005: 8). Ainsi, le lien sémiotique entre langage et réalité intersubjective (Itkonen 2005: 7), les connexions entre le langage et d’autres domaines de la cognition (Itkonen 2005: 10), l’iconicité entre formes et significations3 (Itkonen 2005: 7, Monneret 2014: 1-3), la traduction (Hofstadter 2001: 528; Itkonen 2005: 6) et aussi le changement linguistique (Itkonen 2005: 10) apparaissent comme autant de manifestations de l’analogie qui se trouve « au cœur de la pensée », pour reprendre le titre de l’ouvrage d’Hofstadter & Sander (2013).

  • 4 L’auteur cite les principales conclusions du projet « Humans. The Analogy-Making Species », disponi (...)

8Or il faut signaler qu’un tel mécanisme cognitif doit être compris non pas comme un dispositif indépendant mais comme un phénomène émergent (Monneret 2014: 14-15)4 mettant en jeu et faisant interagir de manière dynamique des opérations élémentaires propres à l’architecture conceptuelle, notamment les projections partielles entre deux ou plusieurs structures que nous aborderons dans la section qui suit.

2.1 L’analogie comme système de projections

9L’approche cognitive de l’analogie caractérise ce processus en termes de projections entre deux ou plusieurs structures. Ainsi, la structure-mapping theory (Gentner 1983: 157) suppose un alignement structurel entre une source (l’entité ou la situation la plus familière) et une cible (l’entité ou la situation la moins bien connue) permettant d’effectuer des inférences. Sur la base d’une représentation structurée des deux domaines corrélés ainsi que du système de relations régissant les composants de ces domaines, cette théorie pose l’existence d’un ensemble de projections qui permettent de dégager une structure relationnelle commune. Cet alignement obéit à des contraintes de ‘consistance structurelle’ (structural consistency) déterminant (i) une bijection entre les éléments constitutifs de la source et ceux de la cible et (ii) une connexion parallèle entre les prédicats des arguments des deux domaines mis en correspondance (Gentner et al. 2001: 200). Dans ce processus, joue un rôle central le ‘principe de systématicité’ (systematicity principle) : un ensemble de relations structurées est plus facilement connecté qu’une multiplicité de correspondances non structurées : « a predicate that belongs to a mappable system of mutually interconnecting relationships is more likely to be imported into the target than is an isolated predicate » (Gentner 1983: 162-163).

  • 5 Nous ne prétendons pas à l’exhaustivité : ces phénomènes sont évoqués pour une meilleure compréhens (...)

10Il faut noter que, dans les descriptions actuelles, cette caractérisation ‘réticulaire’ modélise non seulement les opérations à l’œuvre dans le traitement d’énoncés dits analogiques – notamment les analogies proportionnelles à quatre termes que nous aborderons en 2.3 – mais aussi la production et la compréhension d’expressions métaphoriques et, plus généralement, de formulations relevant de processus d’intégration conceptuelle. C’est pourquoi, dans les lignes qui suivent, nous mettrons en regard, très sommairement, analogie et métaphore, analogie et intégration conceptuelle.5

  • 6 Ainsi, pour le philosophe grec, ce ‘transport’ de signification peut se justifier par un rapport d’(...)

11Liée à l’analogie dans la définition aristotélicienne ainsi que dans la description de Fontanier (1977 [1830]),6 la métaphore acquiert, dans l’ouvrage de Lakoff & Johnson (1985 [1980]), le statut de processus cognitif mettant en relation deux domaines. Par exemple, dans un contexte de rupture amoureuse, l’expression métaphorique « désormais chacun suivra son propre chemin » dévoile l’existence de la métaphore conceptuelle L’amour est un voyage où le domaine familier du voyage permet de conceptualiser le domaine, plus abstrait, des relations amoureuses. Cette correspondance inter-domaniale (cross-domain mapping) est fortement structurée par un ensemble de « correspondances ontologiques » (Lakoff 2006 [1993]: 190) : les amoureux sont corrélés à des voyageurs, leur objectif commun à la destination de leur voyage, etc.

  • 7 L’analogie n’exige qu’une similarité de relations. Nous reviendrons sur cette notion en 2.3.

12Ainsi, le fonctionnement de base de la métaphore conceptuelle affiche, on le voit, des ressemblances frappantes avec l’alignement structurel qui organise les correspondances analogiques. Ceci n’échappe pas aux spécialistes qui portent sur ce sujet des regards divers. Pour Hofstadter (2001: 526), l’analogie et la métaphore constituent un même phénomène. En revanche, d’autres chercheurs traitent les deux processus sans les fusionner. Parfois l’analogie, en tant que mécanisme général, est censée intégrer la métaphore ; dans ce cas, celle-ci est vue comme un sous-type d’analogie : toutes les métaphores sont des analogies mais, inversement, toutes les analogies ne sont pas nécessairement des métaphores (Itkonen 2005: 41). Parfois, c’est la métaphore qui semble déborder le cadre de l’analogie : elle peut jouer librement sur les coïncidences non seulement des relations mais aussi des attributs,7 enfreindre la consistance structurelle et être le résultat de blends complexes (tels que ceux décrits par Fauconnier & Turner (2006 [1998]) qui combinent structure-mapping avec des métonymies ou autres processus (Gentner et al. 2001: 243).

13Or, quel que soit l’inclusion catégorielle ou le rapport hiérarchique entre analogie et métaphore – que nous n’entendons pas élucider ici –, il ressort de ce qui précède que l’identification de coïncidences entre deux (ou plusieurs) structures disjointes constitue un mécanisme central de la cognition humaine.

14Un recouvrement similaire à celui que nous venons d’évoquer semble exister entre l’analogie (ainsi que la métaphore) et les opérations d’intégration conceptuelle décrites par Fauconnier & Turner (2002, 2006 [1998]). En effet, l’intégration conceptuelle ou blending a en commun avec les deux processus cités une projection sélective entre deux structures quoique, dans ce dispositif, il ne s’agisse plus de domaines mais d’espaces mentaux i.e. des structures conceptuelles partielles et évolutives construites au fil de la pensée et du discours (Fauconnier 1984: 9 ; Fauconnier & Turner 2006 [1998]: 307). Or, ce cross-space structure mapping entre les inputs de base donne lieu à un réseau d’intégration conceptuelle (R.I.C.) qui ajoute à la correspondance d’origine, souvent binaire, des projections partielles vers deux nouveaux espaces : (i) un espace générique où s’élabore un schéma abstrait commun aux deux inputs et (ii) un espace intégrant où s’effectue le travail imaginatif de fusion conceptuelle, le blend, structure émergente originale, résultat d’une intégration sélective. Ce dispositif comporte donc un réseau complexe d’espaces connectés de manière dynamique. Ainsi constituée, la modélisation proposée par Fauconnier & Turner (2002, 2006 [1998]) enrichit sensiblement la description des projections (mapping) et met en lumière le travail créatif, omniprésent et souvent inconscient, qui sous-tend, entre autres, phénomènes de référence, images insolites, jeux de mots, constructions grammaticales, énoncés contrefactuels, mouvement fictif ainsi que, bien sûr, métaphores et analogies. En effet, analogie et intégration conceptuelle sont, affirme Fauconnier (2001: 256), étroitement liées ; qui plus est, des exemples typiques d’analogie et de métaphore sont souvent des cas d’intégration conceptuelle.

  • 8 Suivant Lakoff & Johnson (1985 [1980]: 44-49), nous considérons ici les synecdoques comme un type d (...)

15Ici aussi les vues divergent. Ainsi Itkonen (2005: 43) considère le blending comme une notion qui ne se trouve en rapport avec l’analogie que de manière ‘contingente’, étant à peine un exemple d’analogie parmi d’autres. En ce qui nous concerne, suivant Fauconnier (2001), nous assumons, au contraire, que c’est l’analogie qui représente un cas particulier d’intégration conceptuelle : effectivement cette dernière comporte une structuration plus complexe sous-tendue par des correspondances fondées sur des perceptions de similitude, certes, mais aussi sur des connexions non analogiques, de type métonymique, telles que, selon les cas, des projections auteur-œuvre ou partie-tout,8 par exemple. Pour le dire autrement, si tous les blendings ne construisent pas nécessairement des analogies, tous les processus analogiques présupposent un réseau d’intégration conceptuelle (nous y reviendrons en 2.3).

16Adoptant donc cette perspective théorique, nous analyserons un peu plus en détail le fonctionnement de l’analogie à partir d’un exemple proposé par Fauconnier (1997: 19-22).

17L’analogie permet, on l’a dit, de connecter deux domaines apparemment éloignés comme ceux de la biologie et de l’informatique. En effet, des projections à partir du domaine-source de la santé humaine sont susceptibles de caractériser des entités du domaine-cible des ordinateurs. Cruciales pour la construction du sens, ces projections inter-domaniales permettent, par exemple, de raisonner et de parler des logiciels auto-réplicatifs et malveillants (codes parasites autopropageables ou CPA) en termes de virus, sur la base d’une certaine similitude dans leur mode de propagation. Pour cette analogie entre virus biologiques et virus informatiques, le linguiste distingue plusieurs stades :

  • 9 L’induced schema, selon la formule employée dans Fauconnier (1997), correspond à ce qui est désigné (...)
  • 10 Suivant Fauconnier (1997: 11-12), nous employons ici le terme frame pour désigner des routines rela (...)

18(i) l’identification, dans le cadre d’un schéma abstrait (induced schema),9 d’une relation basée sur une ressemblance non pas substantielle mais structurelle (pour l’exemple des virus, une entité non désirée, intruse, nocive, dont il faut se protéger, etc.). Ce schéma comporte un frame10 avec des rôles et des relations instanciés par les deux inputs. Et c’est justement parce que domaine-source et domaine-cible instancient un schéma abstrait commun que ces projections sont possibles ;

19(ii) la projection d’une façon de penser, d’agir et de parler à propos du domaine-cible : les projections à partir du domaine de la médecine ‘construisent’ particulièrement le domaine de l’informatique et laissent des traces dans le langage : contamination, ordinateur infecté, anti-virus, etc. ;

20(iii) le début de fixation, dans le système conceptuel, des projections qui deviennent moins visibles et s’adaptent au domaine-cible. Ainsi, certaines entités caractéristiques du domaine médical deviennent propres au domaine informatique et s’y conforment progressivement : le virus informatique affiche des qualités singulières, absentes du domaine-source et de la structure générique ;

  • 11 Dans la mesure où une expression, quelle que soit son étrangeté originelle, devient courante, elle (...)

21(iv) l’émergence, à partir de l’analogie entre les inputs de base, d’un concept unique et original, celui du virus informatique, fruit d’une intégration conceptuelle ou blending (Fauconnier & Turner 2002, 2006 [1998]), dispositif cognitif qui permet la fusion d’éléments disjoints pour créer une nouvelle structure. Au fil du temps (et du discours), ces structures deviennent entrenched, c’est-à-dire atteignent un niveau de fixation conceptuelle et linguistique qui rend de moins en moins conscientes les projections d’origine.11

  • 12 En effet, pour le cas qui nous occupe, quoiqu’il existe des différences de structure entre virus bi (...)

22L’analogie est donc un processus complexe reposant sur un système de correspondances sélectives qui ne sont pas préexistantes à la perception de l’interprétant mais construites par un travail cognitif où sont inhibées les dissemblances non pertinentes12 pour aboutir à une production originale sur la base de trois opérations : composition, c’est-à-dire sélection des éléments qui donneront lieu au rapport d’analogie ; complémentation autrement dit enrichissement par une structure modélisante venant de notre connaissance du monde et élaboration i.e. production d’une construction émergente sur la base de la structure composée à partir des inputs et complétée par un modèle cognitif (Fauconnier & Turner 2002: 48, 2006 [1998]: 314-315).

23Il faut noter que ces opérations sont effectuées inconsciemment : nous ne sommes conscients, affirment Fauconnier & Turner (2002: 44) que du ‘flash’ de compréhension qui couronne ce travail spontané. En effet, précisent les auteurs (2002: 18-19), de même que nous sentons, devant une tasse de café, qu’elle est là, qu’elle s’offre à nos yeux, simplement, précédant notre regard, nous avons tendance à croire que les analogies que nous établissons sont offertes au regard et perçues de manière immédiate. Or, les analogies ne sont pas préexistantes à la perception de l’interprétant mais conceptuellement construites : aligner des éléments appartenant à deux domaines sur la base d’un patron commun constitue un puissant travail imaginatif que nous réalisons sans nous en apercevoir.

24Or, ce puissant travail de construction se trouve sous-tendu par des modèles cognitifs socialement partagés qui activent des inférences pragmatiques.

2.2 Les modèles cognitifs sous-tendant l’analogie

25Comme il a été signalé supra, le travail d’intégration conceptuelle est rendu possible par des modèles cognitifs (Lakoff 1987) construits par l’expérience physique, sociale et culturelle. Ces structures organisationnelles de l’information supposent des interactions typiques (frames) dans le cadre d’une structure où toute connaissance sur une entité suppose la compréhension du tout dans lequel elle se trouve intégrée :

26By the term ‘frame’ I have in mind any system of concepts related in such a way that to understand any one of them you have to understand the whole structure in which it fits; when one of the things in such a structure is introduced into a text, or into a conversation, all of the others are automatically made available. (Fillmore 2006 [1982]: 111)

  • 13 Comme nous l’avons signalé, nous considérons ici les relations synecdochiques comme un type de tran (...)

27Cette organisation de la connaissance est soumise à des transferts métonymiques : ainsi, une partie d’une entité peut être appréhendée comme étant représentative du tout.13 Parmi ces modèles métonymiques, Lakoff (1987: 84-90) identifie les stéréotypes sociaux, les exemples typiques, les cas idéels, les parangons, les générateurs, les sous-modèles et les exemples saillants, mécanismes métonymiques qui produisent des effets de prototypie.

28Or, fournissant un arrière-plan de connaissances sur le monde, MCI et frames permettent non seulement de tirer du domaine-source des inférences applicables au domaine-cible mais aussi, dans la structure schématique générale, d’anticiper et de compléter les informations sur la base de scénarios connus. On l’a dit, ces modèles sont culturellement construits et reposent sur des expériences communes et des stéréotypes partagés par une communauté plus ou moins étendue. Ainsi, par exemple, dans les forums des passionnés de moto, marques et modèles font l’objet de catégorisations, se situent les uns par rapport aux autres dans des hiérarchies subjectivement établies et sont dépositaires de valeurs qui leur sont attribuées par le groupe (celles-ci pouvant évoluer et faire l’objet d’un débat). À ce propos, notons que, pour le cas qui nous occupe, lorsque nous nous proposons d’observer les modèles cognitifs sous-tendant certaines analogies actives dans la vie quotidienne, nous entendons mettre au jour des représentations partiellement stabilisées dans la réalité intersubjective. Ces représentations – et non pas les objets avec leurs attributs proprement ontologiques – sont investies de valeurs culturellement construites et socialement négociables.

29Enfin, il faut souligner que certains concepts présupposent plus d’un domaine (par exemple, pour un être humain, le domaine physique, celui des êtres vivants, des agents volitifs, etc.). Ces domaines sont, eux, organisés de manière systémique dans des matrices de domaines (domain matrix) au sein desquelles peuvent se produire des connexions et des mises en saillance (highlighting) d’un domaine particulier (Croft 2006 [1993]: 274, 281). C’est donc dans ce tissu complexe des connaissances sur le monde qu’aura lieu la construction des relations d’analogie.

30Dans les pages qui suivent, nous nous intéressons à une forme particulière d’analogie, proche du sens étymologique de ‘proportion’ ou ‘égalité de rapports’ (toujours usité en mathématiques) : les prédicats symétriques du type A est à B ce que C est à D, appelés justement analogies de proportion.

2.3 Les analogies de proportion

31Comme signalé en 2.1, l’analogie, au sens large, repose sur la capacité à reconnaître des récurrences et à identifier des modèles organisationnels en dépit des variations des éléments qui les composent ; autrement dit, à découvrir des patrons relationnels (Holyoak et al. 2001: 1) dans un réseau de connaissances connectées selon un principe de systématicité (Gentner 1983: 162-163).

32Dans ce cadre, les énoncés symétriques du type A est à B ce que C est à D mettent en rapport des prédicats relationnels supposant deux ou plusieurs arguments reliés par des correspondances (mapping) d’une source vers une cible sans que cela suppose la similarité des attributs (Gentner 1983: 159). Autrement dit, l’analogie n’exige pas l’existence d’une ressemblance matérielle entre la source et la cible mais celle d’une similarité structurelle, souvent associée à une similarité fonctionnelle (Itkonen 2005: 1).

  • 14 Brown (1989: 162) distingue les analogies proportionnelles des analogies prédictives où le fait que (...)

33Il s’agit donc d’analogies dites de proportion ou analogies proportionnelles à quatre termes du type « As Porsche is to Volkswagen, so is Cadillac to Chevrolet » (Brown 1989: 162-163).14 Nous parlerons, dans ces cas, de méta-relation en ce sens que les relations, quelle que soit leur nature, liant A à B et C à D, font l’objet, à leur tour, d’une mise en relation, tel le cas de la proportion établie entre le positionnement respectif de Porsche et de Cadillac (A et C) vis-à-vis de Volkswagen et de Chevrolet (B et D).

34Or, si, prise au sens large, l’analogie peut être comprise comme une ressemblance, l’analogie proportionnelle, au sens strict, indique un rapport identique, fruit d’un calcul en parallèle où ce qui est vrai pour l’un des rapports l’est corrélativement pour l’autre.

  • 15 Monneret (2014: 1) rapproche analogie de proportion et iconicité diagrammatique. Ainsi, dans l’exem (...)

35Ainsi, ces structures prédicatives, comportant ce que Plantin (2011) considère comme connecteurs d’analogie (A est à B ce que C est à D), se caractérisent par une égalité de rapports : la méta-relation d’analogie suppose que les deux binômes sont régis par une seule et même relation.15

36Comme nous l’avons anticipé en 2.1, nous considérons que de telles analogies proportionnelles, nécessitant l’activation d’un réseau de projections et un travail cognitif de fusion, se laissent modéliser d’après le dispositif développé par Fauconnier & Turner (2002, 2006 [1998]).

37Ainsi, les binômes A-B et C-D sont sélectionnés dans l’ensemble des entités qui peuplent les deux domaines mis en regard (fonctionnant, ici, comme inputs) en vertu non pas de leurs attributs ontologiques mais de leur relation – relation qui est non seulement duelle mais évoque, en halo, un positionnement par rapport aux autres entités du domaine vis-à-vis desquelles elles se trouvent dans une disposition particulière –. Ainsi, la relation volant-voiture suppose une position canonique du composant non seulement par rapport à la configuration totale du véhicule mais aussi par rapport à d’autres composants comme par exemple le tableau de bord.

38Ces segments A-B et C-D prélevés dans les inputs 1 et 2 sont en correspondance et coïncident dans un espace générique en vertu de leurs frames relationnels communs. Pour la construction de l’analogie, les relations corrélées sont projetées vers un espace d’intégration, donnant lieu à une nouvelle structure, où elles sont fusionnés comme étant une même relation et ce en dépit de la disparité entre les entités ou les domaines comparés. Ainsi, à coté d’énoncés du type

  • 16 Tous les exemples sont transcrits suivant leur syntaxe, ponctuation et orthographe d’origine.

(1)

Les bateaux d’occasions sont aux bateaux neufs ce que les voitures d’occasions sont aux voitures neuves16 (https://foils.wordpress.com/​2014/​02/​)

(2)

Considérant que le chauffage électrique est au chauffage au fioul ce que la voiture électrique est à la voiture à essence, j’ai fait remplacer mon chauffage au fioul par un chauffage électrique à briques réfractaires. (http://www.apel-lycee-stemarie-cholet-org/​lycees-sans-tabac/​pollution.htm)

39on trouve

(3)

L’expertise bretonne de la crêpe : Il faut reconnaître, tout de même, que la culture Bigoudenne est aux crêpes, ce que Ferrari est aux voitures de sport. Plus qu’une référence, c’est une genèse unique et une passion ! (http://www.plus-que-bien.fr/​?p=1536)

(4)

La confiture de groseilles épépinées à la plume d’oie de Bar-le-Duc (Meuse, 55) est à la confiture ce que la Rolls est à la voiture. (http://stef180676.skyrock.com/​4.html)

(5)

Venez vous offrir le soutien-gorge sur mesure idéal que toute femme devrait avoir. Le delineator est au soutien-gorge ce que la Rolls est à la voiture. (http://www.pageglimpse.com/​delineator.fr)

40La complexité des exemples (1)-(5) mérite que l’on s’y arrête. Une première lecture fait apparaître une différence sensible entre les exemples (1)-(2) et (3)-(5) : les deux premiers énoncés sont considérés immédiatement comme étant analogiques alors que les trois derniers semblent nécessiter un travail de rapprochement de la part de l’interprétant. Dans ces conditions, il serait tentant de considérer que les exemples supra ne relèvent pas tous du même mécanisme conceptuel : l’interprétation de (3)-(5) déclencherait un effort cognitif (plus ou moins conscient) d’assemblage alors que l’intelligibilité de (1)-(2) épargnerait au lecteur une telle opération. Ainsi, pourrait-on se demander si effectivement l’intégration conceptuelle opère dans tous ces cas d’analogie. La réponse à cette question est, sans conteste, affirmative.

41En (3)-(5), la mise en relation entre deux domaines matériellement disparates (la voiture et les crêpes, la confiture ou les soutiens-gorge) impose d’emblée la recherche d’une similarité structurelle qui permette un jugement d’analogie. Le travail cognitif se trouve ainsi visibilisé par la discordance des inputs qui impose des projections sélectives et une fusion conceptuelle. En revanche, en (1) et (2), le parallèle, plus apparent entre deux dispositifs servant au transport (la voiture, le bateau) et deux mécanismes consommant de l’énergie (la voiture, le chauffage) rend ce travail cognitif beaucoup moins manifeste : effectuées sans effort évident, ces analogies de proportion semblent naître d’elles-mêmes. Or, ces énoncés analogiques – comme d’ailleurs tout énoncé analogique – sont le résultat d’un blending. Et ce par deux procédés cognitifs d’intégration effectués simultanément :

  • 17 Ces principes de construction et de préservation du blend ont été signalés, en note, en 2.2 pour l’ (...)

42(i) Le blocage automatique des discordances relationnelles : en (1), la similarité relationnelle entre, d’une part, bateaux d’occasion et bateaux neufs et, d’autre part, voitures d’occasion et voitures neuves provient de la désactivation d’éventuelles dés-analogies entre les éléments en cause (entre autres, l’usure relative, la durée de vie utile, le calcul de la dépréciation, la fréquence d’achat-vente, l’ampleur du marché, l’obtention de pièces détachées). Cela devient encore plus clair en (2) pour l’analogie entre la voiture et le chauffage où des variables telles que la fonction des mécanismes (production de chaleur vs locomotion) et les principes de fonctionnement sont spontanément écartés pour éviter les interférences dans la construction du blend17 ;

43(ii) La compression des similarités relationnelles en unicité (Fauconnier & Turner 2002: 95-96, 101; Fauconnier 2003: 421-422) : la ressemblance des rapports respectifs entre entités neuves et d’occasion dans le domaine des bateaux et des voitures ainsi que celle existant au sujet de la consommation énergétique des voitures et des dispositifs de chauffage font l’objet, dans l’espace d’intégration, d’une double compression. La similarité (construite par le blocage des dés-analogies) est comprimée d’abord en identité et ensuite en unicité. Une structure émergente distincte des inputs est dégagée inconsciemment dans le blend : les relations similaires entre les composants de chacune des deux structures projetées à partir des espaces d’entrée sont fusionnées comme étant une seule et même relation. Ainsi, les analogies de proportion, supposant l’existence d’un seul et même rapport pour les deux binômes corrélés résultent d’un travail cognitif de fusion des relations particulières propres à chacun des domaines mis en rapport. On le voit, loin d’être un mécanisme exclusif pour les rapprochements jugés laborieux, le blending est une opération, souvent inconsciente, inhérente aux processus de construction du sens, en l’occurrence aux analogies de proportion.

  • 18 An organizing frame for a mental space is one that specifies the nature of the relevant activity, e (...)

44Les différents degrés de complexité des réseaux d’intégration conceptuelle font l’objet d’une typologie, établie selon les frames organisationnels (organizing frames)18 actifs dans chaque configuration (Fauconnier & Turner 2002: 120-135, 2006 [1998]: 341-347). Les schémas tels que (1) et (2) sont considérés comme des configurations en miroir (mirror network) où les espaces partagent une même topologie (shared topology network) et un même frame organisationnel, les exemples emblématiques étant, dans la caractérisation due à Fauconnier & Turner, la régate, l’énigme du moine bouddhiste et le débat avec Kant (2006 [1998]: 341). Or, dans certains cas, les espaces mis en relation sont régis par des cadres organisationnels différents (double scope network) : cette discordance n’empêche pas la fusion dans le blend qui hérite du frame de l’un des deux inputs d’entrée, comme par exemple dans le cas du dessin humoristique du Pape boxeur analysée par les auteurs (2006 [1998]: 346). Ainsi, dans

(6)

On dira que ARO est au 4x4… ce que la Méhari est aux voitures classiques ! C’est vrai que c’est pas cher, mais c’est une véritable cochonerie du point de vue qualité de la carrosserie. Nous avions 2 connaissances qui en avaient des ARO (club des 4x4), un perfortaion de rouilles au bout de 4 ans, et l’autre au bout de 5… et poutants ils dormaient au garage les engins. De plus la qualité des plastiques… je me rappelle d’une manivelle de montée de fenêtre restée dans la main d’un des deux gars… (forum.321auto.com/viewtopic.php?pid=3396946)

le frame organisationnel du domaine des véhicules est partagé (ARO-4x4 et Méhari-voitures classiques), alors que dans le cas de

  • 19 Cavagnolo Exagone est un synthétiseur analogique.

(7)

C’est trouvable ? –forum Cavagnolo Exagone19 (11/12) – Audiofanzine […] L’exagone est vraiment aux synthés ce que la méhari est aux voitures : mdr : avec des possibilités sonores plus étendues quand même : bravo. (http://fr-audiofanzine.com/​synthe-analogique/​cavgnolo/​Exagone/​forums/​t.74104,c-est-trouvable,p.11.html)

les frames organisationnels sont divergents, les univers étant sensiblement différents. En effet, (6) permet des projections en miroir (la ARO et la Méhari se présentant comme analogues non seulement en ce qui concerne le type d’entité mais aussi dans leurs éléments constitutifs et associés : carrosserie, qualité des plastiques, prix). En revanche, en (7), l’intégration entre les deux entités (un synthétiseur et un véhicule avec des composants différents et une configuration dissemblable) se fera sur des estimations moins précises (qualité en général et prix sans une corrélation entre les composants de l’entité et leurs fonctions). L’hétérogénéité est mise en évidence et semble faire partie du jeu : « avec des possibilités sonores plus étendues quand même ».

45Dans ce type d’élaborations jouent aussi certains transferts métonymiques qui rapprochent les analogies de proportion des analogies prédictives : ainsi, pour (6), à partir de la mauvaise qualité des plastiques (anecdote de la manivelle), on pourrait conclure à la qualité médiocre des parties métalliques. Ces extensions métonymiques auront également un rôle non négligeable dans la sélection des composants pour les rapports méronymiques (partie-tout) selon la saillance des parties par rapport au tout. Nous y reviendrons dans la section 5.3.

46Notons finalement que la fusion émergeant dans l’espace d’intégration opère comme un prédicat méta-relationnel des deux prédicats relationnels prélevés dans les inputs : la relation comparative établie entre les qualités de la Jeep ARO et celles des autres 4x4 ainsi que celles de l’Exagone et celles d’autres synthétiseurs sont comprimées et fusionnées avec la relation existant entre la Méhari et les voitures classiques.

47Il faut signaler, en outre, qu’il existe une directionnalité pour les projections entre les deux binômes corrélés. En effet, les prédicats relationnels C-D sont projetés d’un domaine-source connu vers un domaine-cible que le sujet parlant cherche à expliquer. Selon ce critère, dans les deux derniers exemples supra, le positionnement de la Méhari par rapport aux voitures classiques permet de décrire la relation entre la ARO et les 4x4, Cavagnolo Exagone et les autres synthétiseurs. On peut donc identifier, comme cela a été signalé en 2, une valeur heuristique attachée à ce dispositif : l’analogie est souvent un procédé explicatif.

48Or, à cette valeur heuristique s’ajoute souvent une visée argumentative : en invitant son allocutaire à voir la relation A-B comme similaire à C-D, le sujet parlant considère cette dernière relation comme acquise et partant non sujette à débat. Il octroie ainsi à la relation C-D établie dans le domaine-source un rôle légitimant et modélisant. Il s’agit donc, dans ce cas, d’analogies argumentatives (Plantin 2011). Par exemple, en (6) et (7), la description s’accompagne d’un jugement appréciatif sur la qualité de la Méhari, qui sert de mètre-étalon pour évaluer la ARO et l’Exagone, jugement qui n’est pas soumis à discussion.

49La symétrie entre A-B et C-D n’est donc qu’apparente. La paire relationnelle A-B (celle qui est à expliquer, à caractériser, à ‘voir comme’) est appelée à s’aligner sur la paire relationnelle C-D non sujette à débat (donc, à forte valeur modélisante). De ce fait, le binôme relationnel A-B (occupant la place du comparé) instancie les concepts au sujet desquels la relation analogique permet d’asserter alors que C-D (comparant) renvoie à l’ensemble des concepts pris comme base pour élaborer cette assertion (Shelley 2004: 226) – assertion présentée par les marqueurs analogiques comme faisant partie de la connaissance commune –.

50Qu’en est-il en discours ? Partant de la base que toute réflexion linguistique se doit d’aborder les éléments à examiner selon l’usage qui en est fait, nous avons entamé une étude sur des énoncés attestés. Dans la section suivante, nous donnons plus de précisions sur le corpus retenu et la méthodologie suivie pour notre analyse.

3. Un ensemble d’observables langagiers culturellement marqués

51Notre analyse prend comme observables langagiers des formulations attestées dans un domaine, celui de la voiture, résultat d’une construction culturelle fondamentale. En effet, objet de consommation de masse omniprésent dans la vie quotidienne, l’automobile n’en est pas moins un instrument de positionnement social, de valorisation personnelle, de séduction, de rêve. D’où l’existence d’un univers culturel enraciné dans notre existence collective où se mêlent fonction utilitaire, esthétisme, représentations, jugements de goût, voire construction des identités. C’est à ce titre que le domaine des véhicules automobiles a été choisi comme objet d’étude pour y déceler des modèles cognitifs sous-tendant les représentations partagées par les sujets parlants.

  • 20 Pour une recherche de formulations spontanées, le terme auto, d’emploi plus courant, a été préféré (...)
  • 21 Notons l’emploi minoritaire du terme auto, largement dépassé par la fréquence du lexème voiture.

52Pour constituer notre corpus d’étude, ont été relevées sur Google France (03-11-2014) les occurrences disponibles des séquences est / sont à la voiture / aux voitures, est / sont à l’auto20 / aux autos. Après élimination des résultats non pertinents ou répétés dans le même contexte, nous avons rassemblé un corpus de 268 emplois effectifs – 237 avec le lexème voiture(s) et 31 avec le lexème auto(s)21 – que nous avons soumis à une analyse qualitative. L’observation des entités comparées, du type de relation activée et des modèles cognitifs mobilisés nous a permis d’ébaucher une caractérisation des principales tendances révélées par cette première approche.

53Nous avons distingué deux positions pour les séquences étudiées : (i) une position de comparant (segment C-D) ; (ii) une position de comparé (segment A-B). Notre corpus met au jour une nette prédominance des segments C-D qui, comme nous l’avons noté, jouissent d’une force persuasive accrue dans la mesure où ils sont présentés comme faisant l’objet d’un consensus (comme une vérité doxique). C’est ce que montrent les fréquences ci-dessous (Table 1) :

Table 1. Occurrences relevées pour les segments A-B (comparé) et C-D (comparant)

Séquence

Comparé (A-B)

Comparant (C-D)

Total

Est à la voiture

35

94

129

Est aux voitures

5

37

42

Sont à la voiture

10

22

32

Sont aux voitures

3

31

34

Est à l’auto

10

8

18

Est aux autos

0

1

1

Sont à l’auto

1

7

8

Sont aux autos

0

4

4

Total

64

204

268

54Étant donnée la prédominance des comparants (204 cas pour le segment comparant contre 64 pour le comparé), nous sommes en mesure d’affirmer que, dans notre corpus, le domaine de la voiture renferme une valeur modélisante plus qu’il n’est modélisé par des domaines autres.

55Quels sont les domaines appréhendés suivant la modélisation de la relation C-D établie dans le domaine source ?

56Voici les principales tendances enregistrées dans l’ensemble des données analysées.

57Le domaine de la voiture sert de domaine-source pour (dans un ordre décroissant) : les véhicules en général, avec différents niveaux de spécification (camions, 4x4, remorques), notamment la moto (23 cas) suivie du vélo (16). Apparaissent également le bateau (7) et l’avion (4). Figurent aussi des domaines moins proches de celui de la voiture mais conservant certaines affinités en tant qu’artefacts liés à la technique : l’ordinateur, l’informatique (13), la sono (5), la musique (7), le cinéma (2), la photo (2), la maison, la domotique (3), les montres (2). On peut y ajouter le fonctionnement des entreprises (3). D’autres domaines moins représentés sont le corps humain (6), la chaussure (4), la haute couture (2), les sous-vêtements (2).

58Les domaines-cibles mis en rapport d’analogie avec le domaine-source voiture coïncident, en général, avec les domaines évoqués ci-dessus, à savoir (toujours en ordre décroissant) : les véhicules, particulièrement la moto (6), le vélo (5), et aussi l’ordinateur, l’informatique (3), la maison (2), le cinéma (2), la télévision (2), l’homme (2), la mode (le prêt à porter, la haute couture) (4), les chaussures (2). Les quelques exemples qui s’écartent de cette tendance rendent visible un puissant travail imaginatif : ils concernent un pays dans l’énoncé (8), l’euro en (9) et les produits éthiques en (10) :

(8)

Parmi les millions de voitures construites dans le monde, une est différente : c’est la Triumph Stag. TRIUMPH est aux voitures ce qu’une capitale est à un pays. La capitale, c’est l’énergie, le rythme de vie, le prestige, les gouts élaborés. Ainsi en est-il de TRIUMPH. Et c’est là la différence. (http://www.triumph-stag.ch/​cms/​joomla/​documents/​public/​werbung/​stag-advertising_prospekt_british_leyland_fr_1972.pdf)

(9)

Car General Motors est déjà largement présent sur le vieux continent. Et ce depuis 1929, avec l’allemand Opel. Un constructeur fort mal en point depuis une bonne décennie. Dix ans au cours duquel cette marque n’a pas gagné le moindre centime. Opel est un peu à l’auto ce que la Grèce est à l’euro : un puits sans fond dans lequel la maison mère injecte régulièrement des liquidités. (http://leblogdugarage.blogspot.com.ar/​)

(10)

Je crois que nous ne sommes pas si loin que ça de la révolution électrique. Il ne manque pas grand-chose. Peut-être un autre joueur sérieux comme Tesla. Peut-être un gouvernement avec des c….lles Je ne sais pas. Mais ce qui est sûr pour moi, c’est qu’une compagnie comme GM est aux voitures électriques ce que Wallmart est aux produits éthiques : ce n’est pas parce qu’ils en vendent qu’ils y croient. (http://roulezelectrique.com/​la-voiture-electrique-en-danger-de-mort-une-seconde-fois/​)

59Il faut souligner que, dans cette étude, nous entendons le domaine voiture, fortement marqué du point de vue culturel, comme une structure complexe, une matrice de domaines (domain matrix) (Croft 2006 [1993]: 274). Ainsi, la voiture, l’auto apparaissent comme étiquettes pour des ensembles qui regroupent des entités et des relations diverses telles que celles que nous relevons ci-dessous (sans prétention d’exhaustivité) :

60La représentation conceptuelle d’une voiture en tant qu’engin mécanique utilisé dans la vie quotidienne, avec des parties constitutives et des éléments caractéristiques, notamment dans le cas des relations partie-tout et des fonctions spécifiques (rôle télique selon Pustejovsky 1995) :

(11)

Le guidon est aux véhicules à deux roues ce que le volant est à la voiture. Il sert à orienter la roue avant du deux roues et par là même, à contrôler la trajectoire. (fr.wikipedia.org/wiki/Guidon_(vehicule))

(12)

Le casque est au vélo ce que la ceinture de sécurité est à la voiture : indispensable en cas d’accident. (www.bromptonforum.net/6960-itinerance-a-velo)

61La voiture en tant qu’artefact résultant d’un travail intellectuel de conception et de création, dans le cas, par exemple, du concept car :

(13)

Le bâtiment de la bibliothèque de Vennesla montré plus haut est aux bibliothèques ce que les concept cars sont aux voitures. Il n’a aucune modularité, aucune flexibilité, on ne peut apparemment rien y déplacer du tout, sauf, peut-être une tablette de rayonnage. C’est ce qui arrive habituellement quand on laisse faire les architectes, et encore plus quand ils sont chargés de l’équipement intérieur, comme ce n’est que trop souvent le cas. (http://www.agorabib.fr/​index.php/​topic/​211-biblioth%C3%A8ques-du-projet-au-chantier/​page2)

(14)

Mais ce 15 000 m2 où Carrefour a dépensé sans compter (le montant est confidentiel) n’est pas loin d’être à l’hyper ce que le concept car est à l’auto… Qu’en restera-t-il lors du passage à l’échelle industrielle ? La question est d’autant plus légitime que Carrefour s’est déjà cassé le nez à Carré-Sénart en 2001 et à Collégien en 2003, deux flagship très séducteurs mais trop coûteux pour être dupliqués. (http://www.lineaires.com/​LES-MAGASINS/​Les-visites-guidees/​Carrefour-sur-une-autre-planet-27872)

62L’ensemble des types de véhicule, gammes, modèles, etc. avec des critères d’appartenance catégorielle ainsi qu’une organisation hiérarchique selon des niveaux de spécificité (niveau superordonné comme ‘véhicule’, de base, ‘voiture’, et subordonné, ‘berline’) où l’on peut voir des rapports synecdochiques genre-espèce :

(15)

La Versys a l’air d’un trail, mais elle n’est guère douée pour le tout terrain. Elle se comporte comme une routière, mais demeure tout de même bien haute pour faire partie de cette catégorie. Alors ? Elle représente une nouvelle espèce en voie d’apparition, qui est à la moto ce que les crossover sont à la voiture. Un mélange de genres orienté vers le confort et la facilité de rouler plus que vers la performance pure. (http://www.lefigaro.fr/​automobile/​2011/​12/​05/​03001-20111205ARTIFIG00748-la-kawasaki-versys-1000-ou-le-syndrometherese.php)

(16)

Java est aux langages de programmation ce que les 4x4 sont aux voitures. Java est le 4x4 des langages de développement : ultra puissant, tout-terrain (sauf lorsqu’il s’agit de faire un Paris-Dakar), énorme consommateur (de temps de développement et de ressource machine). Comme les conductrices de 4x4 en centre ville, certaines sociétés utilisent Java à contre-emploi. JSP est la technologie Java de loin la plus simple au sein de la spécification J2EE. (http://www.akasig.org/​2003/​10/​07/​java-est-aux-langages-de-programmation-ce-que-les-4x4-sont-aux-voitures/​)

63Le panthéon des marques avec des valeurs culturellement et affectivement attachées à chaque enseigne. C’est le cas des parangons (Lakoff 1987), comme, par exemple, Ferrari :

(17)

La Mk2 est à la platine ce que Ferrari est à la voiture : indémodable, incassable et so chic ! Elle vous permettra de scratcher grâce à son moteur à entrainement direct. Simple d’utilisation, elle permet quand même de pitcher le disque (accélérer ou baisser le rythme). En plus de son design ultra-sobre, elle absorbe tous les chocs grâce à son socle en caoutchouc. Comme toutes les voitures de luxe elle coûte un bras (de platine) : comptez 1 300 euros neuf. Attention aux pièces de rechange qui se font de plus en plus rares ! (http://www.riffx.fr/​en-pratique/​2012/​10/​03/​comment-choisir-sa-platine-vinyle)

64Une communauté de pratiques (frames) liée à la conduite automobile comprenant des gestes des usagers, des habitudes, des rapports de force dans les espaces partagés, par exemple, le rapport entre piétons et conducteurs :

(18)

C’est vrai qu’en tant que cycliste j’ai souvent eu des near miss avec des piétons, vous êtes aux cyclistes ce que les cyclistes sont aux autos. (http://www.reddit.com/​r/​montreal/​comments/​26883j/​bient%C3%B4_des_v%C3%A9lorues_%C3%A

0_montr%C3%al_le_plateau/)

(19)

Il est exact que parfois les vtt font pas mal de dégâts aux chemins du bois de meudon, les rendant ensuite difficilement praticables pour les piétons. Les joggers sont aux piétons ce que les 4x4 sont aux voitures et les vtt aux vélos. Je me sens agressé quand je croise un jogger qui coure alors que je marche normalement : On a l’impression que vous le génez : Quand je fais du jogging et que j’aperçois un piéton je fais un détour pour ne pas passer à sa proximité. Et les poids lourds sont aux 4x4 ce que les 4x4 sont aux voitures. Mais le monde serait très triste si nous étions tous des clones strictement identiques, s’il n’y avait que des gros ou que des petits, que des forts ou que des faibles ! (http://cyclurba.fr/​forum/​143/​vtt-4x4-vulgaritn.html?discussionID=53&from=20)

65Un mode de fonctionnement propre à l’engin mécanique donnant lieu à des analogies d’ordre systémique. C’est le cas du fonctionnement d’une entreprise vu comme le fonctionnement d’une voiture :

(20)

Les économistes et gestionnaires sont unanimes : le financement est au fonctionnement de la PME ce que l’essence est à la voiture. (pdf. Solutions Pratiques au Probleme de Financement des PME. www.trustafrica.org/en/)

66Un univers événementiel lié à l’industrie ou au sport automobile avec des rendez-vous rituels tels que des salons (le Mondial de l’auto) et certaines compétitions (la F1) :

(21)

Le Bol d’Or est à la moto ce que les 24 heures du Mans sont à la voiture. (http://tvmag.le.figaro.fr/​programme-tv/​fiche/​sport+/​sport/​109092769/​moto.html)

67On peut également constater l’existence d’une fourchette assez étendue en ce qui concerne les différents degrés d’abstraction des entités et des domaines comparés. À côté de domaines affins à celui de la voiture, tel le cas de l’informatique (partageant le fait de dénoter des entités conçues comme des ‘appareils’), on trouve – ce qui fait aussi partie de l’univers culturel partagé – des analogies entre l’automobile et l’être humain. En effet, certaines correspondances anthropomorphisent la voiture, modélisée par l’humain comme en (22), ou, au contraire, réifient l’homme, l’assimilant à une machine comme en (23) :

(22)

L’entretien est à la voiture ce que la nourriture est au corps. Pour un véhicule à moteur pour fonctionner correctement, il nécessite un entretien constant. (http://www.garage-autoguy.fr/​depannage-2/​new-vs-voiture-doccasion-performance-parts-ou-aller/​)

(23)

En clair, la V02 max est au corps ce que la cylindrée est à la voiture : plus votre corps peut oxygéner vos muscles, plus vous allez vite. Un homme a une valeur moyenne de 45-50 ml min-1 kg, une femme 35-40 et Lance Armstrong est à … 85… (http://www3.unil.ch/​wpmu/​allezsavoir/​courir-dans-la-bonne-zone/​)

68Lorsque la voiture est modélisée par l’humain transparaissent parfois des stéréotypes sociaux. C’est le cas des spécificités souvent attribuées à l’univers féminin, par exemple. Comparons, à ce propos, l’emploi ‘neutre’ du prédicat analogique basé sur la fonction de base des chaussures, en (24), et l’analogie en version ‘féminine’, avec un soupçon d’esthétisme et de coquetterie présentée en (25) :

(24)

Les roues sont à la voiture ce que les chaussures sont à l’homme : le lien direct avec le sol. Que ce lien joue un rôle absolument décisif sur une Porsche se conçoit aisément. (http://www.porsche.com/​all/​media/​flash/​tequipment/​cayenne-2ndgeneration/​catalogue/​fr/​index.htm)

(25)

Ben oui, la jante alu est à la voiture ce que la chaussure est à la femme ; c’est pas un scoop çà, tout de même !! (http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/​article/​2010/​11/​13/​2303481_la-mini-cooper-nous-fait-tourner-la-tete.html)

69On le voit, domaine modélisant (et quelquefois modélisé), aussi bien pour des artefacts que pour de nombreux aspects de la vie quotidienne, de la maison à la mode ou à la santé, la voiture instancie une multiplicité de modèles cognitifs partagés – modèles que l’on pourrait associer, dans l’emploi du lexème voiture, à une diversité de facettes (Cruse 2000: 114-117) : [véhicule], [industrie], [sport], [circulation], [conduite], etc.

70Dans la section qui suit, sera abordée l’intégration de ces prédicats d’analogie dans leur cotexte par le biais d’éléments isotopiques à droite et à gauche des occurrences relevées.

4. Interaction entre les prédicats proportionnels et leur environnement linguistique

71Nous avons observé l’environnement linguistique des prédicats relationnels pour relever des isotopies contextuelles, c’est-à-dire la récurrence d’éléments sémantiques homogènes, notamment la coprésence d’anticipations en cotexte gauche ou d’explicitations en cotexte droit.

72Seules 64 occurrences sur un total de 268 se présentent sans isotopie contextuelle comme dans :

(26)

Parce que gestion efficace de ce contenu est aux sites Internet ce que la roue est à la voiture, j’ai décidé de mettre toutes mes compétences et mon expérience – acquises et enrichies depuis plus de 6 ans – au service des acteurs du Web intéressés par autre chose qu’être simplement sur Internet parce qu’il faut être sur Internet ! (https://www.linkedin.com/​pub/​j%C3%B4me-garbarino/​33/​439/​4)

73À l’exception donc d’une minorité d’emplois sans accompagnement cotextuel, les prédicats analogiques sont généralement insérés dans un environnement censé accompagner et guider le parcours interprétatif. Des énoncés explicatifs sont fréquemment placés à droite, justifiant l’analogie et souvent explicitant la fonction commune aux entités désignées par A et C, autrement dit leur rôle télique (Pustejovsky 1995) (souligné en italiques) :

(27)

D’une façon générale, mieux vaut retenir que les synthétiques sont à l’arc ce que les pneumatiques sont à la voiture. Ils contribuent à sa performance au même titre que vos pneus. (http://archasse.com/​forum/​index.php?/​best-content/​)

(28)

Les chakras sont au corps ce que la batterie est à la voiture. Ils génèrent toute l’énergie essentielle à l’homme pour assurer son existence physique, mentale et spirituelle et la survivance de son âme dans l’au-delà.(http://relaxationcharlesheder.jimdo.com/​l-energie-essentielle/​)

74Parfois la fonction de A et C est rendue plus explicite par des indications de résultat, comme en :

(29)

De façon imagée, celui-ci explique que le Botox est à l’entretien du visage ce que l’antirouille ou la vidange d’huile est à la voiture. « Après ces soins, la voiture ne sera pas nécessairement plus belle, mais ne se détériorera pas et conservera un bon état plus longtemps ! ». (http://www.pratico-pratiques.com/​mode-et-beaute/​beaute/​trucs-et-conseils/​oui-ou-non-le-botox/​)

75Précisons que, dans bon nombre de cas, ces analogies argumentatives, qui véhiculent une appréciation subjective avec des marques explicites de jugement, semblent convoquer ouvertement des inférences et se doubler d’une dimension ludique : l’interprétant est appelé à résoudre une énigme, par exemple en (30), dont la solution est souvent présentée à l’aide d’une formule courte et percutante comme en (31) et (32) (nous soulignons en italiques):

(30)

A mes yeux, Johnny Depp est à la gent masculine ce que la Peugeot 206 est à la voiture : sans goût, pêchant par manque d’originalité, cheap et qu’on peut trouver à tous les coins de rue. (http :www.madmoizelle.com/pourquoi-je-naime-pas-johnny-depp-68060)

(31)

« Fast and furious 2 » est à l’histoire du cinéma, ce que les néons sont à la voiture : inutile. (http://www.vodkaster.com/​films/​2-fast-2-furious/​4142)

(32)

Ducati est à la moto ce que Ferrari est à la voiture : Hors de prix et inutilisable au quotidien. (http://www.lerepairedesmotards.com/​actualites/​2014/​actu_140509-ducati-sondage-revendeurs-satisfaction.php)

76Parfois, le parcours interprétatif est induit par le cotexte gauche qui génère des attentes et avance des pistes:

  • 22 Il s’agit de pianos de cuisine, terme employé pour désigner de grands fourneaux.

(33)

Les pianos La Cornue.22 Un look rétro mais une merveille de technologie: les pianos La Cornue sont à la cuisine ce que Rolls est à la voiture. (www.tv5mondeplus.com/video/27-10-2014/les-pianos-la-cornue-730223)

(34)

Les complications dans une montre c’est un petit mécanisme supplémentaire qui va se surajouter à la partie qui donne simplement l’heure… Du chronographe à la répétition minutes en passant par la phase de lune, l’indication de réserve de marche, le triple quantième… les complications sont à la montre ce que les options haut de gamme sont à la voiture. (http://forumamontres.forumactif.com/​t36-s-offrir-une-montre-a-complication)

(35)

Cependant, cet agenda n’est pas un agenda comme les autres, c’est un Smythson ! Et Smythson, marque fondée en 1887 et adoubée de quatre labels royaux simultanément, c’est le chic intemporel à l’anglaise, synonyme de luxe raffiné et sans ostentation. Un Diary Smythson est à l’agenda ce qu’une Bentley est à la voiture, reléguant loin derrière lui les carnets Moleskine chers au cœur des blogueuses parisiennes. (http://www.koyangi.me/​article-no-6-mayfair-diary-purple-smythson-98856980.html)

77Enfin, dans un faible nombre d’occurrences, la séquence analogique se trouve hébergée par un environnement linguistique affin avec une anticipation à gauche et une formule explicative à droite:

(36)

Le processeur est en quelque sorte le moteur de votre mobile (ou de votre tablette ou de votre ordinateur). Quand vous donnez un ordre bien clair à votre terminal, c’est lui qui se retrouve être, au final, le tâcheron qui exécute l’ordre. Le processeur est au device ce que le moteur est à la voiture ou ce que le stagiaire est au monde de l’entreprise: l’exécutant final. (http://quolibets.fr/​un-mobile-a-double-processeur-pour-quoi-faire)

78Comme nous venons de le voir, la grande majorité des énoncés relevés s’insèrent dans un cotexte qui, en général, justifie ou permet d’anticiper la relation analogique souvent appuyée d’un clin d’œil. Il s’agit fréquemment d’énoncés appréciatifs, à valeur argumentative, qui, sur la base d’une relation C-D posée comme étalon, entendent modéliser la relation A-B. Dans la section suivante, nous examinons quelles sont, d’après notre corpus, les relations corrélées par cette méta-relation d’analogie.

5. Relations corrélées par la méta-relation d’analogie

79Comme signalé en 2.3, une méta-relation d’analogie associe le rapport existant entre deux binômes A-B et C-D où la relation établie dans le dernier binôme (C-D) acquiert une valeur modélisante pour le premier. Or, quelles sont les relations récurrentes détectées dans notre corpus ? Le plus grand nombre d’emplois effectifs instancie un parangon (60 occurrences), suivi d’une indication du rôle télique (40 cas) et d’une spécification du rapport partie-tout (20 énoncés). Viennent ensuite le rôle agentif, assez faiblement représenté, et les connexions pragmatiques ad hoc basées sur la connaissance commune et hautement dépendantes du contexte. Pour le reste, le faible nombre de coïncidences interdit toute ébauche de systématisation.

5.1 Le parangon (entité modèle désignée par C dans le segment C-D)

80De manière congruente avec la modalité appréciative relevée dans un nombre important d’énoncés, le modèle relationnel le plus fréquent est celui du parangon où un individu représente l’idéal pour une catégorie (Lakoff 1987 : 87-88). En effet, nous avons pu constater que, pour le segment C-D posé comme modèle, C joue le rôle d’un parangon qui, par la méta-relation d’analogie, se reflète sur A, investi dans le prédicat relationnel des mêmes qualités par rapport à la catégorie instanciée en B en vertu de la compression effectuée dans le blend.

81De par sa composante culturelle, ce phénomène est essentiellement évolutif, relevant d’une construction continue de modèles cognitifs communs au sujet de la réalité intersubjectivement partagée. Selon le degré de fixation cognitive et de lexicalisation du parangon, l’interprétant devra reconstruire, sur la base de ses connaissances, les traits du comparant susceptibles de s’appliquer au comparé, sachant que ces attributs font l’objet d’une appréhension hyperbolique, l’antonomase s’accompagnant toujours d’un effet d’exagération (Flaux 1991: 32, 39).

  • 23 Lorsqu’elles font l’objet d’intégrations entrenched, ces marques peuvent apparaître, sans référence (...)

82Ainsi, dans le cas qui nous occupe, des marques considérées comme mythiques, investies de valeurs culturelles et sociales sont tenues pour référence selon des attributs plus ou moins stabilisés.23 Par exemple, la désignation métonymique Rolls-Royce (l’entité étant désignée par la marque) est associée à des qualités telles que l’excellence, la fiabilité, la robustesse, le prestige, la tradition, le raffinement, le luxe et l’esthétisme. Concernant les domaines corrélés, des objets liés à la technologie (comme les jumelles, les armes ou les stylos de luxe) côtoient des analogies beaucoup plus imaginatives, principalement axées sur l’excellence. C’est le cas de la confiture de groseilles et du soutien-gorge évoqués en (4) et (5), des pianos de cuisine figurant en (33) (cf. supra) ainsi que du jambon ibérique vanté en (37) :

(37)

La jamón iberico Joselito est aux jambons iberico Bellota ce que Rolls Royce est aux voitures : tradition et excellence. (http://lafrancesaauxfourneaux.blogspot.com.ar/​2011/​11/​le-risotto-joselito-dadria-glamour-et.html)

  • 24 Littéralement ‘voiture musclée’, ce terme désigne couramment des voitures américaines dotées d’un m (...)

83La marque se trouve donc instituée comme parangon de l’excellence pour des domaines variés. Ce type d’abstraction n’est pas exceptionnel : il en va de même pour Ferrari et les crêpes bretonnes en (3) (cf. supra), par exemple, même si, dans le cas de la marque italienne, il existe, en général, plus d’affinité entre les domaines corrélés (muscle car,24 moto, vélo, avion, voiliers, platine, photo). Cette marque est, elle aussi, associée au luxe, à la qualité et au prix élevé, par exemple, très explicitement en (17) (cf. supra). Le luxe raffiné, sans ostentation est attribué, nommément, à la marque anglaise Bentley en (35) (cf. supra).

84Parfois, c’est seulement la notion de prestige qui est évoquée sans qu’il y ait explicitation des particularités d’une marque ou l’autre, par exemple dans le cas d’Aston Martin, Lamborghini, Maserati ou Porsche. À noter, parfois, le cumul de caractérisations hyperboliques, tel le cas de l’Everest en (39) ou du caviar en (40) :

  • 25 Klipsch est une marque de casques pour la sono.

(38)

Je suis un vrai psychopathe du son, et encore une fois, à mes yeux, Klipsch25 est au son ce que Lamborghini est aux voitures : une référence absolue. (http://www.elchikito.com/​tag/​headphones/​)

(39)

De toutes les marques capillaires vendues dans le monde, Aveda suscite un niveau d’hystérie conséquent chez les rédactrices de mode. Même effet sur les coiffeurs. J’en ai interviewé des dizaines – en studio ou en salon – et ils sont tous d’accord : Aveda est aux cheveux ce que l’Aston Martin est à la voiture. L’Everest. (http://www.ma-recreation.com/​beauty/​adresses/​cheveux/​article/​joel-villard?lang=fr)

(40)

Esprit-nordique, c’est un peu le caviar de la chaussettes. […] Et sincèrement, les essayer, c’est les adopter. Surtout celles en laine mérinos, qui sont à la chaussette ce que la Porsche est à la voiture. (http://www.benoitchauvet.fr/​2013/​12/​esprit-nordique.html)

85Pourtant, quoique l’excellence de l’individu considéré comme idéal soit très souvent associée à la qualité et surtout au luxe, parfois le parangon fait référence explicite à la dimension mythique de certains objets, sur la base d’autres attributs, souvent émotionnels, tel le cas de la 2CV :

(41)

En matière de camion, il n’y a qu’un roi. C’est ce Berliet-là. Il est pour les camions, ce que la 2CV est aux voitures, un mythe. Tous les routiers aujourd’hui à la retraite ont commencé à conduire avec ce camion. (http://www.lasemaine.fr/​2012/​07/​19/​francois-macaire-top-modele-reduit)

86Or, il convient de signaler que l’ensemble des qualités normalement attribuées au parangon se prête à plusieurs lectures plus ou moins codifiées. Ainsi, le sujet parlant peut choisir de mettre en lumière certains traits au détriment d’autres dans la mesure où il les juge comme étant suffisamment connus pour faire l’objet d’un consensus. C’est le cas, en (32) (cf. supra), de Ferrari, marque qui apparaît comme « hors de prix » et « inutilisable au quotidien ». Il va de soi qu’une telle sélection d’attributs constitue une entorse aux emplois ‘classiques’ ou normalement attendus du parangon et met en lumière la dimension argumentative d’un tel choix. Cela montre aussi que l’individu parangonique peut aussi représenter un anti-modèle indiquant, éventuellement, l’extrême de ce qui serait considéré comme non valeur. C’est le cas de la Méhari, évoquée en (6) et (7) (cf. supra), pas chère mais de qualité médiocre. Il en va de même pour Lada en :

(42)

Quel prix pour Clavier bontempi az 8500 ? […] je vais être franc avec toi, Bontempi a la réputation d’être aux instruments de musique ce que Lada est aux voitures perso j’ai le meme avis. (www.commentcamarche.net/forum/affich-26018963-quel-prix-pour-clavier-bontempi-az-8500)

87Ici, les procédés discursifs d’atténuation (je vais être franc avec toi, … a la réputation d’être…, j’ai le même avis) laissent immédiatement deviner que C (Lada) incarne le contraire des valeurs d’excellence.

88On peut donc percevoir à quel point la fixation des analogies récurrentes et la ‘sédimentation’ des jugements partagés au sujet de certains individus d’une classe leur confère une valeur qualifiante et les intègre à des modèles cognitifs partagés. En ce sens, la méta-relation d’analogie basée sur le modèle relationnel du parangon met en lumière la dimension argumentative de ces prédicats, souvent employés dans des énoncés appréciatifs.

89Observons, dans la section suivante, le modèle relationnel fondé sur le rôle télique des entités connectées.

5.2 Le rôle télique des entités A et C

  • 26 L’importance de la fonction des objets pour la conceptualisation du monde n’est plus à démontrer. U (...)

90Traduisant un certain ‘mode d’appréhension’ de l’univers environnant, la connaissance de la fonction des entités s’avère centrale pour la identification et la catégorisation des objets qui nous entourent. C’est sur cette sur la base que s’établissent des frames ou interactions typiques organisant notre connaissance du monde.26

  • 27 Cette systématisation de la manière dont les prédicats sont reliés aux noms selon quatre rôles (con (...)

91Nous avons enregistré des occurrences où la relation instanciée par A et C vis-à-vis de B et D marque le but et la fonction de l’objet désigné, autrement dit son rôle télique selon la structure en qualia de Pustejovsky (1995: 86)27: la fonction de A se trouve ainsi modélisée par celle de C, par exemple dans les énoncés suivants (en italiques, les éléments cotextuels orientant l’interprétation) :

(43)

Comme nous le verrons dans les pages qui suivent, une des principales fonctions des macronutriments est de fournir à l’organisme l’énergie dont il a besoin pour fonctionner ; autrement dit, ils sont au corps humain ce que l’essence est aux voitures. Leur contribution ne se limite toutefois pas à la fonction de combustible ; les macronutriments remplissent en effet plusieurs autres fonctions essentielles au bon fonctionnement du corps humain. (http://books.google.com.ar/​books?id=OdoEIUFYzQC&pg=PA31&dq=%22)

(44)

Sujet : Des clous sur ses pneus. Pour ceux et celles qui sont dans les régions ou la neige tombe, il y a cette solution qui est au vélo ce que les chaînes sont à la voiture. (http://velorizontal.bbfr.net/​t18705p30-mon-azub-tricon)

(45)

Superbike à Lédenon (Gard). Cette compétition est à la moto ce que les courses de promotion sont à la voiture. Elle sert de vitrine sportive aux constructeurs recherchant la reconnaissance au plan national. (http://motardsenbalade.net/​spip.php?artice580)

92En (43), la fonction de ‘carburant’ remplie prototypiquement par l’essence modélise (bien qu’avec certaines adaptations pour éviter les dés-analogies) le rôle des macronutriments. De même, en (44), la connaissance commune sur la fonction des chaînes pour la conduite sur la neige permet d’illustrer l’utilité des clous sur les pneus des vélos. En (45), l’impact des courses de promotion sur la notoriété des constructeurs automobiles aide à comprendre l’importance du superbike. Dans les trois cas, A et C sont surtout connectés à B et C par leur fonctionnalité : ni l’essence ni les chaînes ni les courses automobiles ne sont normalement considérées, au sens strict, comme composants essentiels des véhicules.

93Or, dans la plupart des énoncés relevés, on voit se cumuler rôle télique et rapport méronymique i.e. relation partie-tout. C’est le sujet de notre prochaine section.

5.3 La relation partie-tout entre A et B modélisée par le segment C-D

  • 28 Parmi les six types de relations méronymiques identifiées par Winston et al. (1987) à savoir les ra (...)

94Toute évocation de la fonction des objets intègre ceux-ci dans un frame partagé où souvent un élément convoque l’appréhension de la totalité (cf. 2.2). Cette intégration devient encore plus manifeste dans le cas des relations méronymiques où la reconnaissance d’une entité comme partie d’un tout est souvent associée à la connaissance de sa fonction. En effet, les composants d’un objet perçu comme une totalité se trouvent dans une disposition spécifique et remplissent un rôle fonctionnel par rapport au tout (Winston et al. 1987: 421).28 Ainsi, en (46), A (fuselage) et C (carrosserie) sont liés à B (avion) et D (auto) non seulement en vertu de leur rôle télique mais aussi en tant que composants du tout représenté par B et C.

(46)

Pourquoi y a-t-il autant de voitures gris clair métal ? Une des raisons principales est que le « silver » rappelle la couleur des carlingues d’avion. Le fuselage est à l’avion ce que la carrosserie est à l’auto, et les deux cherchent (théoriquement !) à aller plus loin, plus vite. (http://www.autotitre.com/​forum/​pourquoi-y-a-t-il-autant-de-voiture-gris-clair-metal-57916p1_htm)

95Précisons que, selon Cruse (1986: 160-164), certaines parties sont appréhendées comme étant canoniques alors que d’autres sont perçues comme facultatives (nécessaires vs optionnelles pour Lyons 1977: 311-317, intrinsèques vs extrinsèques pour Croft & Cruse 2004: 159-160). Dans le domaine de la voiture, parmi les parties que l’on pourrait considérer comme étant canoniques, d’après la fréquence d’emploi et le type de prédication où elles sont intégrées, on peut citer le moteur (générateur du mouvement), avec dix occurrences dont celle de l’énoncé (36) (cf. supra) ainsi que (47) et (48) :

(47)

Le compresseur est à la pompe à chaleur ce que le moteur est à la voiture. Il est essentiel pour l’efficacité énergétique de l’ensemble de la pompe à chaleur. (http://fr.rotex-heating.com/​produits/​pompe-a-chaleur/​pompe-a-chaleur-aireau/​economique-et-silencieux.html)

(48)

La batterie de votre voiture électrique est ce que le moteur est à la voiture thermique : elle lui permet d’avancer. (http://www.euro-assurance.com/​actualites-assurance/​location-batterie-voiture-electrique.html)

96Outre le moteur qui assure l’énergie mécanique nécessaire au fonctionnement de la voiture, ainsi que la batterie citée en (28) (cf. supra), d’autres parties de la voiture apparaissent comme indispensables pour le mouvement, essentiel à la définition même de l’automobile : les roues (organes de déplacement), nommées cinq fois dans notre corpus, par exemple (57) et (58) infra, ainsi que les pneus (indispensables au roulement) cités dans quatre occasions, par exemple en (27) supra.

97Or, de même que le choix du parangon et de ses attributs dépend de la manière de donner à voir les objets sur lesquels porte la prédication, les parties du tout évoquées par le sujet parlant font l’objet d’une sélection chargée de sens. En effet, d’autres composants, considérés a priori comme moins saillants, peuvent devenir plus significatifs selon leur adéquation aux visées informationnelles de l’énoncé, tel le cas des amortisseurs (pour rouler confortablement), des phares (pour éclairer la route) ou de la plaque d’immatriculation (pour identifier la voiture) :

(49)

La thibaude est à la moquette ce que l’amortisseur est à la voiture : un élément essentiel de confort et de durée. Imaginez une voiture sans amortisseurs ! (http://www.moquette-bouvy.fr/​nos-services)

(50)

Des solutions pour pérenniser son entreprise : La fonction contrôle de gestion dans l’entreprise permet de répondre à ces deux objectifs avec la mise en place entre autre de processus budgétaire, d’indicateurs de gestion, de prévision de trésorerie et d’outils de suivi et d’analyse d’écarts. La fonction contrôle de gestion est à l’entreprise, ce que les phares sont à la voiture la nuit ! (http://fr.viadeo.com/​fr/​groups/​detaildiscussion/​?containerld=00229itwvaa4mct&forumld=0)

(51)

Pour utiliser une comparaison, l’ISBN est au livre ce que la plaque d’immatriculation est à la voiture. (http://www.bookelis.com/​content/​37-isbn-et-code-barres-ean-comment-publier-un-livre)

98On le voit, la prégnance de la fonction peut déterminer la valeur attribuée aux composants. Et ce même dans le cas d’éléments jugés fréquemment comme moins essentiels au fonctionnement de l’objet voiture, tel le cas de la plaque d’immatriculation. Voilà de quoi nuancer la distinction entre parties canoniques et facultatives, tributaire des modèles cognitifs activés selon les enjeux de la communication.

99Cela est particulièrement visible dans le cas de la ceinture de sécurité. Dispositif de sécurité obligatoire – qui ne l’a pas toujours été et dont l’absence n’empêche pas matériellement une voiture de rouler –, la ceinture de sécurité est pourtant un élément cité de manière récurrente dans notre corpus en vertu de la proéminence de son rôle télique. À ce sujet, il faut signaler que si, dans le cas du rapport méronymique, l’appréhension de l’entité dénotée par le terme voiture passe souvent par la matérialité de l’objet – ce n’est qu’à ce titre que l’on peut affirmer qu’une voiture peut rouler sans ceinture de sécurité dans l’habitacle –, lorsque c’est la facette [conduite] qui est activée, cet accessoire devient vital indépendamment de ses caractéristiques strictement ontologiques. Pour une telle interprétation, il faut donc se reporter, dans la matrice de domaines conceptuels correspondant à la voiture, au domaine spécifique activé par la connexion analogique, en l’occurrence, celui de la conduite automobile avec ses risques et ses préceptes pour la sauvegarde de la vie. C’est ce qui joue dans l’interprétation de :

  • 29 Vêtements de travail à flottabilité intégrée.

(52)

Le VFI29 est au bateau ce que la ceinture de sécurité est à la voiture. Un petit accessoire qui peut sauver des vies…. (http://www.imp-lorient.com/​wp/​wp-content/​uploads/​2013/​04/​CulturePrevention_9_WEB.pdf)

(53)

En scooter comme sur une grosse cylindrée, le casque est aux deux roues ce que la ceinture de sécurité est à la voiture : Indispensable ! (http://www.maaf-prevention.com/​web/​maafprevention.nsf/​hea_id/​admn-5y2jvg)

  • 30 C’est ce qui permet des fusions telles que « Quant à l’équipement, le casque, le blouson et les gan (...)

100Notons que, dans les exemples ci-dessus, la ceinture de sécurité (C), solidement fixée à l’intérieur de l’habitacle, est prise comme modèle pour l’appréhension de l’équipement du marin et du motard (gilet de sauvetage, casque), instances de A matériellement détachées du bateau et de la moto (B). Car plus que le rattachement matériel ou que les attributs ontologiques, c’est le rôle télique qui permet cette fusion entre deux frames organisationnels hétérogènes.30

101On peut conclure à la plasticité des relations méronymiques (Fiorini et al. 2014) dans la mesure où le même tout est susceptible de différentes appréhensions selon les modèles activés, la saillance des parties objet de ségrégation, l’information sur leurs fonctions, etc.

102Finalement, ajoutons que dans la conceptualisation de la voiture et de ses constituants (essentiels ou accessoires), assez subjectivement, certains éléments sont explicitement considérés comme peu significatifs, tel le cas des néons en (31). Cet emploi se rapproche, ainsi qu’on l’a vu pour le parangon, des non valeurs : l’inutilité étant en (31) le pendant négatif du rôle télique. En (54), l’accessoire comparant, et partant l’entité comparée, sont explicitement décriés :

(54)

Nickelback est à la musique ce que le néon autour de la plaque d’immatriculation est à la voiture : une atteinte au bon goût. (http://unjouravec.net/​page/​42/​)

103Bref, les exemples analysés semblent confirmer l’empreinte culturelle des appréciations au sujet des relations partie-tout, fortement déterminées par le rôle fonctionnel des composants, ainsi que, encore une fois, le rôle argumentatif de l’analogie.

104Passons maintenant à un autre type de relation instanciée par les deux segments prédicatifs.

5.4 La relation marquée par le rôle agentif des entités A et C

105Le rôle agentif (Pustejovsky 1995: 86), spécifiant ce ou celui qui se trouve à l’origine de l’entité en question (life-story way-of-seeing selon Croft & Cruse 2004: 137), est peu fréquent dans notre corpus, ce qui relativise la portée des conclusions à ce sujet. Examinons quand même deux cas :

(55)

Nos vélos sont des vélos essentiellement de marques hollandaises. Des marques souvent centenaires, connues pour leurs vélos de grande qualité (les fabriquants hollandais sont au vélo ce que l’Allemagne ou la France sont à la voiture), beaux et confortables à la fois, et surtout spécialement conçus pour une utilisation en ville grâce à des équipements ingénieux et innovants. (http://www.hollandbikes.com/​qui-sommes-nous.htm)

(56)

Arrivé en 2010, Monster est devenue l’attraction de référence du parc Lorrain, avec même une réputation nationale auprès des passionnés de parcs d’attractions et en particulier des montagnes russes, car Monster est le premier B&M sur sol français. Le constructeur B&M (Bolliger & Mabillard) est aux montagnes russes ce que Rolls Royce est aux voitures. (http://walygatorparc.free.fr/​attractions/​monster/​)

106Comme on peut l’observer dans les exemples ci-dessus, surtout en (56), étant donnée la visée laudative de ces prédications, le rôle agentif se trouve ici magnifié se rapprochant du parangon. Dans ces deux cas, ce n’est pas le produit (comme en 5.1) mais le producteur qui se trouve élevé au niveau de modèle idéal de sa catégorie.

107Parangon, rapport méronymique, rôle télique ou agentif n’épuisent pas les relations que, pragmatiquement, l’interprétant est prêt à construire sur une base inférentielle à partir de projections sélectives fusionnées dans le blend. Parfois, ce travail imaginatif recrute des frames et des modèles cognitifs ad hoc.

5.5 Les relations induites pragmatiquement par la connaissance commune

108Dans le cas de certaines intégrations caractérisées par l’hétérogénéité des frames organisationnels, la méta-relation entre A-B et C-D est induite à partir de la connaissance partagée sur la base d’inférences pragmatiques particulières, renforcées, dans la suite du discours, à droite de la prédication analogique :

(57)

les livres sont à la civilisation ce que les roues sont à la voiture : sans eux l’homme n’avance pa. (http://s1.wonaruto.com/​fanarts/​view/​30422/​)

(58)

Les palmiers sont à Marrakech ce que les roues sont à la voiture, indissociables. A tel point que le respect de ce patrimoine conduit souvent à ce que ces arbres se retrouvent plantés au milieu de la route. (http://www.madein-marrakech.com/​fr/​article-votre-avis-sur-les-palmiers-marrakchis-630.html)

109Dans les exemples ci-dessus, les inputs ont des frames organisationnels sensiblement différents (double scope network), ce qui appelle souvent une explication pour justifier ce rapprochement, parfois inattendu. Ainsi, en (57), c’est la lecture métaphorique du verbe avancer qui déclenche l’interprétation de l’analogie en termes de rôle fonctionnel (contribution au progrès de l’humanité). En (58) où des inférences spontanées telles que celles de support ou de fonctionnement frôlent l’impertinence, l’analogie se trouve justifiée dans la suite du discours : de même qu’on ne peut pas concevoir une voiture sans roues (ce qui reste, bien évidemment, sujet à une évolution technologique et culturelle), on ne peut pas imaginer Marrakech sans palmiers. Ce qui revient à écarter des options basées sur le rôle télique, par exemple ‘ainsi qu’une voiture avance grâce aux roues, Marrakech progresse grâce aux palmiers’.

110Il est donc évident, ici, que l’activation de certaines projections en vue de l’intégration conceptuelle et le blocage d’autres connexions, restent étroitement dépendants, soit de la connivence entre les interlocuteurs sur la base d’un arrière-plan de connaissances partagées, soit des indications fournies par le co(n)texte pour éviter les équivoques. Ce qui souligne encore une fois le rôle crucial des modèles cognitifs partagés par une communauté socioculturelle et le puissant travail cognitif qui sous-tend les connexions analogiques.

6. Conclusion

111Ce bref parcours nous a permis d’ébaucher une caractérisation sommaire de l’emploi des analogies proportionnelles du type A est à B ce que C est à D dans le discours ordinaire au sujet d’un ‘objet culturel’, la voiture.

112Du point de vue théorique, nous avons décrit ces analogies comme des cas d’intégration conceptuelle à partir de projections partielles où le blocage des dés-analogies et la compression des similitudes relationnelles donne lieu à l’émergence d’une seule et même relation censée organiser source et cible quel que soit le frame organisationnel de chacun des deux domaines. Ainsi, la méta-relation d’analogie résulte d’un puissant travail cognitif qui désactive d’éventuelles disparités ontologiques entre les entités ou les domaines comparés dans le cas de frames organisationnels différents.

113Sur la base de l’analyse d’emplois en discours, notre travail visait autant les inputs corrélés que les relations activées lors de la construction de telles analogies.

114Pour ce qui est des inputs mis en rapport, notre étude a mis en lumière la multiplicité de domaines associés dans la matrice de domaines correspondant à l’automobile ainsi que la valeur modélisante de cette matrice, évoquée majoritairement en position de comparant, pour d’autres segments de la réalité extra-linguistique.

115Concernant les relations mises en correspondance, nous avons proposé une première systématisation de ces rapports. Parmi les relations corrélées par les connexions analogiques ont été relevés, dans un ordre décroissant, les parangons, le rôle télique, la relation méronymique et le rôle agentif, dans certains emplois minoritaires. S’ajoutent à ce classement liminaire, des connexions pragmatiques ad hoc sous-tendues par des modèles cognitifs communs et des cadres typiques d’interaction qui organisent notre vision de la réalité intersubjectivement partagée.

116L’observation des données empiriques a aussi confirmé non seulement la valeur heuristique de l’emploi de telles fusions mais aussi leur visée argumentative. En effet, les analogies proportionnelles basées sur le parangon rendent particulièrement visible la dimension argumentative de certaines prédications analogiques. Quant au rôle télique et à la relation méronymique, quoique ces relations semblent généralement convoquées à des fins explicatives, les énoncés relevés sont souvent empreints d’une nuance appréciative ce qui met en évidence le lien existant entre explication et argumentation.

117Bien entendu, il ne s’agit, ici, que d’une première approche qui appelle des approfondissements ainsi que des élargissements vers d’autres domaines affins marqués par la culture et les habitudes sociales.

Haut de page

Bibliographie

Aristote. 1874. Poétique, trad. par Ch. Batteux. Paris: Imprimerie et Librairie Classique de Jules Delalain et fils. Disponible sur http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k70607g/f4.image

Brown, William. 1989. Two traditions of Analogy. Informal Logic XI(3). 161-172.

Cienki, Alan. 2007. Frames, Idealized Cognitive Models, and Domains. In Dirk Geeraerts & Hubert Cuyckens (eds.), The Oxford Handbook of Cognitive Linguistics, 170-187. Oxford: Oxford University Press.

Croft, William. 2006 [1993]. The role of domains in the interpretation of metaphors and metonymies. Cognitive Linguistics 4(4). 335-370. Repris dans Dirk Geeraerts (ed.). Cognitive Linguistics: Basic Readings, 269-302. Berlin: de Gruyter.

Croft, William & Cruse, D. Alan. 2004. Cognitive Linguistics. Cambridge: Cambridge University Press.

Cruse, D. Alan. 1986. Lexical Semantics. Cambridge: Cambridge University Press.

Cruse, D. Alan. 2000. Meaning in Language. An Introduction to Semantics and Pragmatics. Oxford: Oxford University Press.

Fauconnier, Gilles. 1984. Espaces mentaux. Aspects de la construction du sens dans les langues. Paris: Éditions de Minuit.

Fauconnier, Gilles. 1997. Mappings in Thought and Language. Cambridge: Cambridge University Press.

Fauconnier, Gilles. 2001. Conceptual blending and analogy. In Derdre Gentner, Keith J. Holyoak & Boicho N. Kokinov (eds.), The Analogical Mind. Perspectives from Cognitive Science, 255-285. Cambridge, MA: The MIT Press.

Fauconnier, Gilles. 2003. Compressions de relations vitales dans les réseaux d’intégration conceptuelle. In Jean-Louis Aroui (ed.). Le Sens et la Mesure. De la pragmatique à la métrique: hommages à Benoît de Cornulier, 419-427. Paris: Honoré Champion.

Fauconnier, Gilles & Mark Turner. 2002. The Way We Think. Conceptual Blending and the Mind’s hidden complexities. New York: Basic Books.

Fauconnier, Gilles & Mark Turner. 2006 [1998]. Conceptual Integration Networks. Cognitive Science 22(2). 133-187. Repris dans Dirk Geeraerts (ed.). Cognitive Linguistics: Basic Readings, 303-371. Berlin: de Gruyter.

Fillmore, Charles. 2006 [1982]. Frame semantics. In Linguistic Society of Korea (ed.), Linguistics in the Morning Calm. Seoul: Hanshin Publishing Company, 111-137. Repris dans Dirk Geeraerts (ed.). Cognitive Linguistics: Basic Readings, 373-400. Berlin: de Gruyter.

Fiorini, Sandro Rama, Peter Gärdenfors & Mara Abel. 2014. Representing part-whole relations in conceptual spaces. Cognitive Processing 15(2). 127-142.

Flaux, Nelly. 1991. L’antonomase du nom propre ou la mémoire du référent. Langue Française 92(1.) 26-45.

Fontanier, Pierre. 1977 [1830]. Les figures du discours. Paris: Flammarion.

Gentner, Derdre 1983. Structure-Mapping: A Theoretical Framework for Analogy. Cognitive Science 7(2). 155-170.

Dedre Gentner, Brian F. Bowdle, Phillip Wolff & Consuelo Boronat. 2001. Metaphor Is Like Analogy. In Derdre Gentner, Keith J. Holyoak & Boicho N. Kokinov (eds.), The Analogical Mind. Perspectives from Cognitive Science, 196-253. Cambridge, MA: The MIT Press.

Holyoak, Keith J., Dedre Gentner & Boicho N. Kokinov. 2001. Introduction: The Place of Analogy in Cognition. In Derdre Gentner, Keith J. Holyoak & Boicho N. Kokinov (eds.), The Analogical Mind. Perspectives from Cognitive Science, 1-19. Cambridge, MA: The MIT Press.

Hofstadter, Douglas R. 2001. Epilogue: Analogy as the Core of Cognition. In Derdre Gentner, Keith J. Holyoak & Boicho N. Kokinov (eds.), The Analogical Mind. Perspectives from Cognitive Science, 499-538. Cambridge, MA: The MIT Press.

Hofstadter, Douglas R. & Sander, Emmanuel. 2013. L’analogie. Cœur de la pensée. Paris: Éditions Odile Jacob.

Lakoff, George. 1987. Women, Fire and Dangerous Things. What Categories Reveal about the Mind. Chicago/London: University of Chicago Press.

Lakoff, George. 2006 [1993]. The contemporary theory of metaphor. In Andrew Ortony (ed.), Metaphor and Thought. Cambridge: Cambridge University Press, 202-251. Repris dans Dirk Geeraerts (ed.), Cognitive Linguistics: Basic Readings, 185-238. Berlin: de Gruyter.

Lakoff, George & Mark Johnson. 1985 [1980]. Les métaphores de la vie quotidienne, trad. par M. Defornel. Paris: Éditions de Minuit.

Langacker, Ronald W. 1987. Foundations of Cognitive Grammar. Volume 1: Theoretical Prerequisites. Stanford: Stanford University Press.

Lyons, John. 1977. Semantics. London: Cambridge University Press.

Monneret, Philippe. 2014. L’iconicité comme un problème analogique. Le Français Moderne - Revue de Linguistique Française 1. 46-77.

Plantin, Christian. 2011. Analogie et métaphore argumentatives. A contrario 16. 110-130.

Pustejovsky, James. 1995. The Generative Lexicon. Cambridge, MA: The MIT Press.

Ricoeur, Paul. 1975. La métaphore vive. Paris: Éditions du Seuil.

Shelley, Cameron. 2004. Analogy Counterarguments: A Taxonomy for Critical Thinking. Argumentation 18(2). 223-238.

Vandeloise, Claude. 1996. La méronomie, l’inclusion topologique et la préposition dans. Faits de Langues 7. 81-90.

Winston, Morton E., Roger Chaffin & Douglas Herrmann. 1987. A Taxonomy of Part-Whole Relations. Cognitive Science 11(4). 417-444.

Haut de page

Notes

1 Nous verrons en 2.3 que le comportement pragmatique des énoncés analogiques n’est pas exclusivement orienté par un objectif ‘didactique’ : les analogies peuvent avoir aussi une forte valeur argumentative.

2 La page indiquée correspond à la version en ligne.

3 Développant en profondeur le concept d’iconicité, Monneret (2014: 2) plaide en faveur d’une exploitation linguistique du concept d’analogie et prône une « linguistique analogique » spécifiquement consacrée à l’étude des contreparties linguistiques des processus analogiques (2014 : 13).

4 L’auteur cite les principales conclusions du projet « Humans. The Analogy-Making Species », disponible sur : http://cordis.europa.eu/search/index.cfm?fuseaction=proj.document&PJ_RCN=10456257

5 Nous ne prétendons pas à l’exhaustivité : ces phénomènes sont évoqués pour une meilleure compréhension du sujet sans qu’il soit envisageable de régler ici les nombreuses questions que pourrait susciter cette mise en relation.

6 Ainsi, pour le philosophe grec, ce ‘transport’ de signification peut se justifier par un rapport d’analogie (Aristote 1874: 33-34). Pour Fontanier (1977 [1830]: 99), entre les deux idées mises en rapport par la métaphore, le lien est celui d’une « certaine conformité ou analogie ».

7 L’analogie n’exige qu’une similarité de relations. Nous reviendrons sur cette notion en 2.3.

8 Suivant Lakoff & Johnson (1985 [1980]: 44-49), nous considérons ici les synecdoques comme un type de connexion métonymique.

9 L’induced schema, selon la formule employée dans Fauconnier (1997), correspond à ce qui est désigné plus tard comme espace générique dans la description usuelle du réseau d’intégration conceptuelle (Fauconnier & Turner 2006 [1998]).

10 Suivant Fauconnier (1997: 11-12), nous employons ici le terme frame pour désigner des routines relationnelles entre des entités remplissant des rôles déterminés (par exemple acheter et vendre, être amoureux, etc.) alors que, par modèle cognitif ou modèle cognitif idéalisé (MCI), nous entendons renvoyer à des structures qui fournissent un arrière-plan de connaissances au sujet de la réalité extra-linguistique (intersubjectivement partagée). Le terme domaine (employé supra dans la description de la métaphore conceptuelle) est utilisé dans une acception générale (par exemple, la médecine, l’informatique, etc.). Les concepts de frame (Fillmore 2006 [1982]), MCI (Lakoff 1987), et domaine (Langacker 1987), présentent des points de contact, souvent évoqués dans la littérature. Pour un recueil détaillé, voir Cienki (2007).

11 Dans la mesure où une expression, quelle que soit son étrangeté originelle, devient courante, elle tend à se lexicaliser : conventionnalisée, elle n’est plus ressentie comme résultat d’un travail créatif. C’est pourquoi, dans le cas des métaphores, en général, les sujets parlants ne réservent ce statut que pour les métaphores créatives (Gentner et al. 2001: 231). On voit pointer ici la distinction traditionnelle entre métaphores vives et métaphores mortes ou éteintes (Ricoeur 1975: 127). Cette ‘décoloration’ n’est pas l’apanage des métaphores : elle permet d’expliquer aussi l’invisibilisation d’analogies ou de réseaux d’intégration conceptuelle devenus habituels.

12 En effet, pour le cas qui nous occupe, quoiqu’il existe des différences de structure entre virus biologiques et informatiques (génome viral, capside, etc. vs structure binaire) ainsi que des principes divergents pour la prévention (injection de virus atténués pour stimuler le système immunitaire vs recherche de signature et de commandes suspectes et mises à jour des logiciels), ces dissemblances sont bloquées pour éviter toute interférence : les traits relevés et comparés dans ce processus cognitif sont donc sélectionnés selon leur pertinence pour aboutir à un jugement d’analogie – cela fait partie de ce que Fauconnier & Turner (2006 [1998]: 355-358) considèrent comme governing pressures pour la construction du blend : non désintégration (non desintegration) pour bloquer les relations discordantes, non déplacement (non displacement) pour conserver les connexions indispensables vers les inputs, non interférence (non interference) pour désactiver les dés-analogies, non ambiguïté (non ambiguity) pour éviter les équivoques, blocage des rétroprojections non souhaitées (backward projection) susceptibles d’empêcher l’intégration conceptuelle.

13 Comme nous l’avons signalé, nous considérons ici les relations synecdochiques comme un type de transfert métonymique.

14 Brown (1989: 162) distingue les analogies proportionnelles des analogies prédictives où le fait que deux entités partagent une caractéristique (ou plus) laisse supposer qu’elles peuvent avoir d’autres qualités en commun. Ainsi, lorsque deux voitures ont le même prix, on a tendance à considérer qu’elles sont, probablement, de qualité équivalente. Bien entendu, ce mécanisme d’extension affiche toutes les caractéristiques d’une connexion métonymique où un élément saillant semble atteindre une portée générale. Nous retrouvons, dans ce transfert, le ‘pouvoir prédictif’ de l’analogie détaillé en 2.

15 Monneret (2014: 1) rapproche analogie de proportion et iconicité diagrammatique. Ainsi, dans l’exemple classique d’iconicité diagrammatique « veni, vidi, vici » où une séquence temporelle d’actions est reflétée par une série de trois verbes, « il n’y a pas similarité entre la succession des formes et celle des rapports – affirme-t-il – mais bien identité d’une seule et même relation de succession » (2014: 3, italiques d’origine). Or, percevoir l’enchaînement d’événements prélevés dans le flux continu du temps comme étant régis par, exactement, la même relation de succession que la suite ordonnée de trois verbes (qu’il s’agisse du défilement temporel de la profération des trois termes ou du parcours d’écriture/lecture de cette contiguïté spatiale orientée) tient, nous semble-t-il, d’un travail cognitif plus ou moins conscient.

16 Tous les exemples sont transcrits suivant leur syntaxe, ponctuation et orthographe d’origine.

17 Ces principes de construction et de préservation du blend ont été signalés, en note, en 2.2 pour l’analogie entre virus biologiques et virus informatiques.

18 An organizing frame for a mental space is one that specifies the nature of the relevant activity, events and participants (Fauconnier & Turner 2002: 104).

19 Cavagnolo Exagone est un synthétiseur analogique.

20 Pour une recherche de formulations spontanées, le terme auto, d’emploi plus courant, a été préféré à automobile.

21 Notons l’emploi minoritaire du terme auto, largement dépassé par la fréquence du lexème voiture.

22 Il s’agit de pianos de cuisine, terme employé pour désigner de grands fourneaux.

23 Lorsqu’elles font l’objet d’intégrations entrenched, ces marques peuvent apparaître, sans référence à leur domaine d’origine, dans des constructions ayant valeur de superlatif pour toute entité, tel le cas de « The Cadillac of vacuum cleaners » (Lakoff 1987: 87). Ce type d’emploi (par exemple, pour (4), « Bar-le-Duc, la Rolls des confitures ») exige un arrière-plan culturel partagé au sujet de la saillance de chaque marque. Ainsi, dans notre corpus Google France, nous n’avons pas relevé d’emploi de la marque américaine.

24 Littéralement ‘voiture musclée’, ce terme désigne couramment des voitures américaines dotées d’un moteur surdimensionné.

25 Klipsch est une marque de casques pour la sono.

26 L’importance de la fonction des objets pour la conceptualisation du monde n’est plus à démontrer. Un exemple en est la saillance de l’appréhension ‘fonctionnelle’ des objets dans l’interprétation des métaphores. Ainsi, Gentner et al. (2001: 208) signalent la préférence des informateurs pour les interprétations relationnelles : interrogés sur la similitude entre les tiges des plantes et les pailles pour boire sous-tendant la métaphore Plant stems are drinking straws, les enquêtés invoquent majoritairement l’existence de systèmes relationnels communs (They both convey liquids to nourish living things) plutôt que celle d’attributs formels (Both are long and thin).

27 Cette systématisation de la manière dont les prédicats sont reliés aux noms selon quatre rôles (constitutif, formel, télique et agentif) s’est révélée productive en sémantique lexicale : elle a été reprise par Cruse (2000: 117-119) sous la dénomination perspectives et ensuite par Croft & Cruse (2004: 137) sous la formule ‘manières de voir’ (ways-of-seeing) où le rôle télique est désigné comme functionnal WOS.

28 Parmi les six types de relations méronymiques identifiées par Winston et al. (1987) à savoir les rapports lieu/région (Les Everglades/La Floride), membre/collection (les arbres/la forêt), composant/assemblage (l’anse/la tasse), objet/matière (la bicyclette/l’acier), portion/masse (la tranche de tarte/la tarte), caractéristique/activité (payer/acheter), nous ne considérons, ici, que le rapport entre composant et objet : l’anse/la tasse, le guidon/le vélo, le moteur/la voiture. Pour la formulation française de cette typologie, nous suivons Vandeloise (1996: 82).

29 Vêtements de travail à flottabilité intégrée.

30 C’est ce qui permet des fusions telles que « Quant à l’équipement, le casque, le blouson et les gants sont au conducteur du 2 roues, ce que la carrosserie est à la voiture… (http://www.gazetteinfo.fr/2012/01/05/telephoner-au-volant-cest-desormais-3-points-et-135-euros/), exclusivement sur le rôle télique des entités A et C, comme cela a été exposé en 5.2.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patricia C. Hernández, « « Les palmiers sont à Marrakech ce que les roues sont à la voiture » : Enoncés analogiques et modèles cognitifs », CogniTextes [En ligne], Volume 15 | 2017, mis en ligne le 30 octobre 2017, consulté le 17 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/cognitextes/904 ; DOI : 10.4000/cognitextes.904

Haut de page

Auteur

Patricia C. Hernández

Instituto de Lingüística, Universidad de Buenos AiresAssociée au Laboratoire LLL, Université d’OrléansAssociée au Laboratoire DyLis, Université de Rouen

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Logo AFLiCo – Association française de linguistique cognitive
  • OpenEdition Journals