Navigation – Plan du site

Numéro spécial AFLiCo6 : récits d’expérience

Caroline Rossi

Texte intégral

Innombrables sont les récits du monde. C'est d'abord une variété prodigieuse de genres, eux-mêmes distribués entre des substances différentes, comme si toute matière était bonne à l'homme pour lui confier ses écrits : le récit peut être supporté par le langage articulé, oral ou écrit, par l'image, fixe ou mobile, par le geste et par le mélange ordonné de toutes ces substances.

Roland Barthes (1966) “Introduction à l’analyse structurale du récit”, Communications, 8 : 1-27.

1Le fil conducteur de ce volume est le récit. Très étudié en littérature comme en psycholinguistique, le récit y est avant tout conçu comme une production écrite : il a beaucoup intéressé l’analyse structurale en littérature, et en psycholinguistique il correspond à la prise en compte d’une unité plus large que celle de la phrase, ainsi que des contraintes et compétences requises pour la compréhension et la production de textes (Fayol, 1987 : 223). Les travaux sur l’oral lui ont cependant fait la part belle, notamment à partir du modèle proposé par Labov pour étudier les récits d’expérience de la communauté noire américaine (Labov, 1972 : 354-395).

2De la psycholinguistique à la sociolinguistique, et jusqu’à l’analyse du discours dont le développement est un peu plus tardif, le récit est donc au cœur des préoccupations des linguistes depuis des décennies. Cependant, il n’a véritablement retenu l’attention de la linguistique cognitive que dans le cadre d’un ensemble d’évolutions relativement récentes, qui va de la stylistique cognitive (Semino & Culpeper, 2002 : 155 et sq.) à la sociolinguistique cognitive (Kristiansen & Dirven, 2008) et permet de tenir compte de l’importance du social (traditions culturelles et communautés de pratiques) ainsi que d’analyser, y compris en utilisant des méthodes expérimentales, les variations observées dans des récits socialement situés.

3S. Devylder s’intéresse au récit de soi. Il part d’une définition incarnée du soi (le corps et ses parties), qu’il étudie en tant que thème affecté par des événements liés à l’action de couper et de casser. Il utilise les acquis de la typologie sémantique (notamment Majid et al., 2008) pour éclairer notre compréhension de la conceptualisation du domaine de la personne, et proposer une nouvelle analyse du contraste entre les verbes de type couper et les verbes de type casser dans la langue anglaise. Les données utilisées sont de deux types : elles sont issues de corpus anglais de référence (COCA et BNC), et d’un récit de soi, sous la forme d’un entretien réalisé avec une personne victime d’excision. L’originalité de cette contribution repose sur l’analyse particulièrement éclairante de certaines constructions de la langue anglaise, qui prolonge les acquis de la sémantique cognitive, et sur son application à l’étude d’un témoignage qui fait retour sur le contexte social et culturel d’un événement traumatique.

4A. Barnabé met en avant le caractère fondateur de l’expérience sensori-motrice dans la construction du sens linguistique, à partir d’un dispositif expérimental qui implique le récit d’un parcours observé et/ou vécu en première personne par des locuteurs du français et de l’anglais. L’analyse des données fait ressortir avec force l’un des apports essentiels des théories de l’énaction, qui est de restituer toute l’épaisseur du sujet de l’énonciation. A l’énonciateur observateur et porteur de représentations, elle ajoute le sujet de l’expérience vécue, et les différences observées, par-delà les caractéristiques typologiques des deux langues comparées, nous rappellent que « la cognition, loin d’être la représentation d’un monde prédonné, est l’avènement conjoint d’un monde et d’un esprit à partir de l’histoire des diverses actions qu’accomplit un être dans le monde » (Varela et al., 1993 : 35).

Haut de page

Bibliographie

Fayol, Michel. 1987. Vers une psycholinguistique textuelle génétique : l’acquisition du récit. In Gilberte Pieraut-Le Bonniec (ed.). Connaître et le dire. Bruxelles : Mardaga.

Kristiansen, Gitte & René Dirven (eds.). 2008. Cognitive Sociolinguistics: Language variation, cultural models, social systems. Berlin/New York: Mouton de Gruyter.

Labov, William. 1972. Language in the Inner City. Philadelphia: University of Pennsylvania Press.

Majid, Asifa, James S. Boster & Melissa Bowerman. 2008. The cross-linguistic categorization of everyday events: A study of cutting and breaking. Cognition 109. 235–250.

Semino, Elena & Jonathan Culpeper. 2002. Cognitive Stylistics: Language and cognition in text analysis. Amsterdam/Philadelphia: John Benjamins Publishing Company.

Varela, Francisco, Evan Thompson & Eleanor Rosch. 1993. L’inscription corporelle de l’esprit. Sciences cognitives et expérience humaine. Traduit par Véronique Havelange. Paris : Seuil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Rossi, « Numéro spécial AFLiCo6 : récits d’expérience », CogniTextes [En ligne], Volume 16 | 2017, mis en ligne le 24 décembre 2017, consulté le 25 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/cognitextes/951

Haut de page

Auteur

Caroline Rossi

Institut des Langues et Cultures d’Europe, Amérique, Afrique, Asie et Australie
Université Grenoble Alpes

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Logo AFLiCo – Association française de linguistique cognitive
  • OpenEdition Journals