Navigation – Plan du site
DOSSIER

Haïti : des collectivités territoriales écartées de la reconstruction

Antoine Rivière
p. 245-266

Résumés

Dix ans après, la reconstruction de Port-au-Prince est à l’opposé des objectifs initiaux de durabilité du build back better. La métropole haïtienne continue sa croissance dynamique et incontrôlée, sans qu’une gouvernance claire n’ait pu être établie, sans qu’aucune amélioration notable dans l’accessibilité aux services urbains ou dans le respect des normes de construction, ne puisse être observée. Au sein des espaces périphériques et marginaux, la coopération externe est devenue incontournable. Grâce à des opérations localisées d’aménagement ou de construction d’infrastructures, elle est devenue un acteur essentiel de la fabrique de la ville au détriment des collectivités locales, qui n’étaient pas assez structurées pour s’imposer comme des partenaires.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Les collectivités territoriales haïtiennes
Des collectivités parfois mises à l’écart du processus de reconstruction : les cas de Sarasin et de Canaan
Un processus de décentralisation à l’arrêt
Les impacts de l’instabilité politique
Un cadre légal parcellaire et imprécis
Un découpage territorial hétérogène
Une autonomie relative face à l’État
Une absence de soutien de l’État
Du territoire multipolaire à la macrocéphalie territoriale (1804-2010)
Des logiques d’intervention exclusives
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince (ZMPAP), le lourd bilan humain et matériel du séisme du 12 janvier 2010 s’explique par une occupation désordonnée de l’espace urbain et l’abondance de constructions inadaptées (Jabouin, 2012), conséquences directes d’un processus d’urbanisation sauvage et depuis longtemps incontrôlé. En 2008, le géographe Georges Anglade estimait que les bidonvilles accueillaient plus de 90 % des 2,7 millions d’habitants (Anglade, 2008 ; IHSI, 2009). En 2010, l’agglomération concentrait près de 30 % de la population nationale, soit 53 % de l’ensemble des urbains. Les cas de macrocéphalie territoriale sont communs dans la région (Jaffe, 2007 ; Potter, 2014), mais toutefois moins exacerbés.

Pour les opérations de reconstructions, le build back better s’est imposé naturellement comme fil conducteur (Kijewski-Correa & Taflanidis, 2012), afin de transformer la catastrophe en opportunité d’améliorer l’environnement physique, économique et social des...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Rivière, « Haïti : des collectivités territoriales écartées de la reconstruction », Les Cahiers d’Outre-Mer, 279 | 2019, 245-266.

Référence électronique

Antoine Rivière, « Haïti : des collectivités territoriales écartées de la reconstruction », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 279 | Janvier-Juin, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 04 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/com/10204 ; DOI : https://doi.org/10.4000/com.10204

Haut de page

Auteur

Antoine Rivière

Doctorant. Université Paris 8. Laboratoire LADYSS. Courriel : riv.antoine(at)gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • OpenEdition Journals