Navigation – Plan du site

AccueilNuméros279DOSSIERLes espaces haïtiens de Miami : l...

DOSSIER

Les espaces haïtiens de Miami : les défis d’une appropriation territoriale en terre américaine

Pascale Smorag
p. 289-311

Résumés

De par sa proximité géographique avec Haïti et la présence d’une diaspora caribéenne substantielle, Miami est depuis la fin des années 1970 devenue aux États-Unis la terre d’accueil privilégiée des exilés haïtiens, détrônant désormais l’agglomération new-yorkaise (200 000 Haïtiens contre 160 000). Cet article analyse les manifestations d’un tel regroupement territorial et s’interroge sur le sens que les Haïtiens donnent à leurs espaces communautaires, qu’il s’agisse de l’enclave originelle de Little Haiti ou des nouveaux quartiers haïtiens au nord de Miami. Cette réflexion examine la dimension identitaire de la diaspora haïtienne, une communauté en quête de son American dream loin des stigmates associés à « l’île maudite » et désireuse d’affirmer sa singularité vis-à-vis des Afro-Américains. L’importance de l’héritage en lien avec la culture et l’histoire de l’île natale, ainsi que l’inévitabilité de l’attachement affectif à Haïti participent également de cette reconstruction, processus complexe mais facilité par le caractère multi ethnique de la métropole floridienne.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Introduction
La phase d’installation : trouver sa place
La Petite Haïti ou le nom de la discorde
Les multiples facettes d’une diaspora hybride
Quel avenir pour les territoires haïtiens de Miami ?

Aperçu du texte

Introduction

Poussés à l’exil de 1957 à 1986 par la dictature des Duvalier père et fils, plus de 200 000 Haïtiens quittèrent leur île natale pour se réfugier aux États-Unis (Audebert, 2012, chap. 1). Une partie d’entre eux retrouvèrent à New York leurs familles établies dans les années 1920 et 1930 ; d’autres tentèrent de débarquer sur les proches côtes floridiennes avant de s’établir dans une semi clandestinité à proximité des quartiers afro-américains, à La Petite Haïti – Ti Ayiti en créole haïtien –, plus communément connue comme Little Haiti. La constante dégradation de la situation économique d’Haïti et les conséquences dramatiques du séisme de 2010 ne cesseront d’alimenter ces flux migratoires vers la Floride où l’on estime officiellement leur nombre à 305 000, dont 213 000 à Miami (Schulz et Batalova, 2017).

L’espace investi par ces familles est devenu l’enjeu d’ambitions communautaires, transformant l’expérience migratoire en une appropriation territoriale où peuvent être redé...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascale Smorag, « Les espaces haïtiens de Miami : les défis d’une appropriation territoriale en terre américaine »Les Cahiers d’Outre-Mer, 279 | 2019, 289-311.

Référence électronique

Pascale Smorag, « Les espaces haïtiens de Miami : les défis d’une appropriation territoriale en terre américaine »Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 279 | Janvier-Juin, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 05 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/com/10331 ; DOI : https://doi.org/10.4000/com.10331

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • Logo Université Bordeaux Montaigne
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search