Navigation – Plan du site

AccueilNuméros280VariaOuidah (Bénin) : mettre en touris...

Varia

Ouidah (Bénin) : mettre en tourisme la ville du binôme culture vaudou/mémoire de l’esclavage

Jean Rieucau
p. 599-626

Résumés

Ouidah, ville du sud du Bénin, constitue le pôle spirituel principal du pays et la capitale mondiale du vaudou. Port esclavagiste à partir du xviiie siècle, riche d’un patrimoine matériel et immatériel afro-brésilien, la ville ambitionne, grâce au plan stratégique gouvernemental « Bénin Révélé, 2016-2020 », de devenir un site touristique majeur de la mémoire de l’esclavage et de la traite transatlantique en Afrique de l’Ouest.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Introduction
« Bénin Révélé, 2016-2020 »
Ouidah, capitale spirituelle du Bénin, capitale mondiale du vaudou
Le peuplement du Bénin
Les Afro-brésiliens
Effervescence et cohabitation religieuse au Bénin
Ouidah et la culture vaudou
Les édifices religieux comme affirmation des religions dans le paysage urbain de Ouidah
Ouidah, lieu de mémoire de l’esclavage en Afrique de l’Ouest
Mémorialisation et patrimonialisation de l’histoire coloniale
Le tourisme mémoriel de l’esclavage et de la traite transatlantique
Ouidah, port esclavagiste à partir du xviiie siècle
Les lieux mémoriels de l’esclavage à Ouidah
Ouidah face à la concurrence africaine dans le tourisme de la mémoire de l’esclavage
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Selon l’OMT (Organisation Mondiale du Tourisme), le Bénin, avec une arrivée de 240 000 visiteurs en 2014, (174 000 touristes en 2004) est la cinquième destination touristique de l’Afrique de l’Ouest, derrière le Nigeria (4 millions), le Sénégal (1 million), la Ghana (900 000), le Togo (327 000). Le tourisme est la deuxième source de rentrées de devises du Bénin, derrière l’agriculture depuis 2010 (Pitte, 2011).

Trois destinations ou lieux touristiques majeurs existent au Bénin depuis une vingtaine d’années (Principaud, 2004) : la ville de Ouidah, le site lacustre de Ganvié (bâti sur pilotis au xviiie siècle, sur le plan d’eau lagunaire appelé lac Nokoué) situé au sud-est du pays et le parc de la Pendjari établi dans la partie nord-ouest, au nord de la ville de Natitingou (figure 1).

La ville touristique de Ouidah, selon la typologie des huit lieux touristiques établie par l’Équipe MIT (Équipe MIT, 2002), constitue une catégorie spécifique, dans laquelle, le lieu est préexi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Rieucau, « Ouidah (Bénin) : mettre en tourisme la ville du binôme culture vaudou/mémoire de l’esclavage », Les Cahiers d’Outre-Mer, 280 | 2019, 599-626.

Référence électronique

Jean Rieucau, « Ouidah (Bénin) : mettre en tourisme la ville du binôme culture vaudou/mémoire de l’esclavage », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 280 | Juillet-Décembre, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 24 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/com/10733 ; DOI : https://doi.org/10.4000/com.10733

Haut de page

Auteur

Jean Rieucau

Professeur émérite (géographie), Université de Lyon, Lumière Lyon 2. UMR 5600 (CNRS) Environnement, Ville, Société. Courriel : jean.rieucau(at)orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search