Navigation – Plan du site

AccueilNuméros281Dossier« Nettoyer l’Inde », la marginali...

Dossier

« Nettoyer l’Inde », la marginalisation des récupérateurs de déchets à Delhi

Rémi de Bercegol et Shankare Gowda
p. 41-68

Résumés

Des filières de récupération des déchets existent depuis longtemps en Inde mais, frappés du stigma de l’impureté, les individus qui y participent restent généralement marginalisés par la société et cantonnés à l’informalité. À Delhi, ceux qui s’adonnent à la récupération sont ainsi symboliquement associés à la saleté des ordures, et comme celles-ci, sont relégués aux marges de la société, dans les bidonvilles où cette activité occupe une place centrale pour assurer la survie des populations. L’analyse des modes de collecte de récupérateurs issus d’un quartier pauvre au sud de la ville révèle pourtant des pratiques très organisées qui, à travers tout un continuum d’intermédiaires et d’activités professionnelles, permettent efficacement d’assurer le recyclage du déchet en un intrant industriel destiné à l’économie formelle. Alors que cette récupération permet donc de réduire la masse des ordures à enfouir en décharge, la municipalité de Delhi s’est engagée dans des réformes de modernisation du service de ramassage des déchets qui privilégient des solutions technologiques, comme l’incinération énergétique, pour traiter la masse des effluents évacués. Cette négligence du secteur du recyclage, qui accentue encore la marginalisation des récupérateurs, provoque la résistance de ces derniers qui, arguant de leur contribution environnementale, s’organisent pour réclamer la reconnaissance de leur travail et un droit d’accès aux déchets.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

« Pour ma famille, ta poubelle, c’est de l’or »
Vivre de la récupération des déchets à Delhi
Des vies marginalisées spatialement et socialement
Des statuts différenciés selon l’activité et la matière récupérée
Une collecte quotidienne très organisée
Une chaîne de valorisation proto-industrielle
Un continuum dans la transformation des matériaux
Une professionnalisation du secteur
« Nettoyer l’Inde » de ses déchets… ou de ses recycleurs ?
Des réformes publiques ambivalentes et peu efficaces
La privatisation du secteur à Delhi, révélatrice des convoitises autour des déchets
Des solutions technologiques comme l’incinération peu adaptées
Résistances et contre-discours
La revendication d’une contribution environnementale
La revendication d’un droit au travail
Conclusion

Aperçu du texte

« “Swachh Bharat Abiyan” c’est ce que nous faisons depuis longtemps. Je ne suis pas né pour collecter vos ordures, mais je le fais tous les jours, et avec fierté ». Jai Prakash Chaudhuri, Secrétaire général de la Safai Sena (l’Armée des Balayeurs) Discours lors de l’inauguration l’exposition City of Waste à Delhi, 13 février 2019

En Inde, le 2 octobre 2019 se clôturait la première phase de la mission « Nettoyer l’Inde » (Swachh Bhârat Abhiyan), lancée 5 années auparavant avec l’ambition d’améliorer la gestion des déchets. La date choisie du 2 octobre n’est pas anodine car elle correspond au 150e anniversaire de la date de naissance de Gandhi, figure tutélaire de la nation indienne, afin d’inscrire symboliquement la question de la pollution comme une priorité nationale. Puissance désormais incontournable sur la scène internationale, l’Inde peine à contrôler les effets pervers d’un développement économique, certes rapide, mais qui génère toujours plus de déchets et de pollution. Moteur...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rémi de Bercegol et Shankare Gowda, « « Nettoyer l’Inde », la marginalisation des récupérateurs de déchets à Delhi »Les Cahiers d’Outre-Mer, 281 | 2020, 41-68.

Référence électronique

Rémi de Bercegol et Shankare Gowda, « « Nettoyer l’Inde », la marginalisation des récupérateurs de déchets à Delhi »Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 281 | Janvier-Juin, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 03 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/com/10887 ; DOI : https://doi.org/10.4000/com.10887

Haut de page

Auteurs

Rémi de Bercegol

CNRS, Dr. Rémi de Bercegol ; CNRS – USR 3330 « Savoirs et Mondes indiens ». Courriel : remi.debercegol(at)cnrs.fr

Shankare Gowda

Centre de Sciences Humaines (CSH), 2 Dr. APJ Abdul Kalam Road, 110011, Delhi, India. Courriel : mmsgowda(at)gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • Logo Université Bordeaux Montaigne
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search