Navigation – Plan du site

AccueilNuméros281DossierAgriculture et environnement en I...

Dossier

Agriculture et environnement en Inde : des raisons d’espérer ?

Frédéric Landy
p. 69-78

Résumés

Agriculture et environnement en Inde : l’une et l’autre ont des impacts réciproques négatifs. On traite ici de leurs relations en trois temps. D’abord en évoquant les problèmes écologiques dont souffre l’agriculture, comme les pénuries d’eau ; puis en renversant ensuite la proposition pour montrer combien l’agriculture fait souffrir l’environnement – ainsi de la pollution des sols et des nappes – ; enfin en cherchant une symbiose, à travers l’agroécologie et la reconnaissance des services environnementaux produits par l’agriculture.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En Inde, les relations entre agriculture et problèmes environnementaux ne diffèrent guère à première vue des problématiques discutées dans d’autres pays comme en France. D’un côté, l’agriculture est accusée de dégrader l’environnement ; de l’autre, des propositions fleurissent pour réconcilier ces deux domaines en favorisant ce qu’on appelle désormais « l’agroécologie ». Mais il faut ajouter deux spécificités indiennes, qu’on pouvait connaître dans l’Europe des années 1950 mais qui en ont disparu depuis : le souci de la sécurité alimentaire pour les individus comme pour la nation, et la place des nombreuses petites exploitations. L’Union européenne est autosuffisante en grains depuis plus de quatre décennies, et ses petits paysans ont quasiment disparu. Cela ne veut pas dire que la gestion des problèmes écologiques y soit plus simple, mais du moins les paramètres diffèrent.

2On peut traiter des relations indiennes entre agriculture et environnement en trois temps. D’abord en évoquant les problèmes écologiques dont souffre l’agriculture ; puis en renversant ensuite la proposition pour montrer combien l’agriculture fait souffrir l’environnement ; enfin en cherchant une symbiose, à travers l’agroécologie ou la reconnaissance des services environnementaux produits par l’agriculture.

L’agriculture, victime d’un environnement dégradé

3Un indicateur éloquent est l’évolution des surfaces cultivées. Elles étaient en légère progression jusqu’au Recensement agricole de 1990-91, mais l’on assiste désormais à leur baisse (presque 5 % entre 1990-91 et 2015-16) – et ce, alors même que le nombre d’exploitations continue d’augmenter, du moins selon ce recensement1 ! La superficie cultivée diminue en raison de l’urbanisation et du développement des infrastructures, très gourmandes en terres agricoles, mais aussi d’une certaine stérilisation des sols, comme on le verra plus loin. Dans les régions où les superficies cultivées ne baissent pas, l’agriculture peut cependant être là encore victime du « développement », par exemple dans les zones côtières où les forages pour abreuver les villes à partir des nappes d’eau souterraines créent un « appel d’air » dans les aquifères et laissent entrer de l’eau de mer (« biseau salé »). Partout, en périphérie des grandes agglomérations, la soif urbaine incite les agriculteurs à vendre leur eau à des camions-citernes qui la transporteront dans la ville – et tant pis pour les besoins de l’agriculture irriguée (photographie 1). Des ateliers d’eau embouteillée ont parfois leur propre forage et vendent ensuite leur production en épuisant de même les nappes phréatiques.

Photographie 1 – Le propriétaire d’un forage remplit son camion-citerne pour vendre l’eau à Pondichéry

Photographie 1 – Le propriétaire d’un forage remplit son camion-citerne pour vendre l’eau à Pondichéry

Le puits se trouve au Tamil Nadu, à moins d’un kilomètre du Territoire de Pondichéry où ces pratiques sont interdites…

Sources : F. Landy, 2019

4La pollution des sols ou des nappes par l’industrie et les eaux usées urbaines est un autre problème, de même que les déboisements des bassins-versants qui peuvent aggraver l’érosion ou réduire les pluies. En raison de l’expansion urbaine, dans les zones irriguées par canaux à partir de rivières et barrages, des champs peuvent désormais être bâtis, les voies d’eau peuvent être comblées ou désorganisées (photographie 2). De vastes surfaces peuvent alors se trouver coupées du réseau d’irrigation, condamnées à revenir à l’agriculture pluviale ou à passer à de l’irrigation souterraine.

5Plus récemment, les gouvernements fédéraux et fédérés ont commencé à s’inquiéter des effets du changement climatique. Selon la plupart des experts (Dubash et al., 2018) et le Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat (GIEC), les moyennes pluviométriques annuelles ne devraient guère changer à l’échelle nationale, mais ce n’est pas le cas aux échelles régionales. Surtout, la variabilité des pluies devrait augmenter, avec un calendrier encore plus incertain que celui qui existe aujourd’hui, et les événements catastrophiques (cyclones, sécheresses) seront plus nombreux. L’augmentation des températures est quant à elle un phénomène qui sera propre à toute l’Inde et auquel certains types d’agriculture auront du mal à s’adapter.

Photographie 2 – Ancien canal d’irrigation, devenu drain pour eaux pluviales… ou usées (Pondichéry). L’agriculture a disparu face à la croissance urbaine

Photographie 2 – Ancien canal d’irrigation, devenu drain pour eaux pluviales… ou usées (Pondichéry). L’agriculture a disparu face à la croissance urbaine

Sources : F. Landy, 2019.

6Il reste qu’en Inde comme ailleurs, l’agriculture fait désormais figure d’accusée et non seulement de victime.

L’agriculture, responsable de la dégradation de l’environnement

7Contrairement à la France, on évoque moins les « externalités négatives » produites par l’agriculture (cas des algues vertes) étant donné qu’en Inde ce secteur est le premier à pâtir de ses propres nuisances, bien plus que les citadins ou les autres secteurs.

8Toute agriculture détruit les écosystèmes naturels. Pour créer dans les collines ou montagnes les belles terrasses rizicoles à l’impressionnant étagement, les sociétés paysannes ont cassé les pentes, déboisé, et utilisent souvent des semences sélectionnées et des intrants chimiques. Les deltas aménagés depuis des siècles (Kaveri, Godaveri…) sont aussi des milieux très anthropisés. Mais l’artificialisation de l’agriculture s’est plus récemment renforcée avec la révolution verte, à compter des années 1960. Celle-ci avait les mêmes objectifs – et une part des mêmes outils – que la Politique Agricole Commune européenne dont elle est contemporaine : augmenter la productivité de la terre. Les moyens : des semences à haut rendement, des engrais chimiques et de l’irrigation par forages (la mécanisation et les pesticides se sont diffusés plus tardivement étant donné l’abondance de la main-d’œuvre). En ce qui concerne les semences, le blé puis le riz ont réduit la part des céréales à petits grains plus frustes, résistantes et nutritives ; et les variétés améliorées (qui n’étaient certes pas des hybrides) ont chassé les variétés « traditionnelles ». La perte en matière d’agrobiodiversité fut donc énorme – un prix à payer nécessaire, pensa-t-on longtemps, pour permettre la hausse de la production agricole : entre 1963-64 et 2017-18, la production de grains (céréales et légumineuses) fut multipliée par 3,5, pour une superficie qui n’augmenta que de 9 %. Mais la polémique a rebondi depuis l’essor des OGM pour le coton – seule espèce pour laquelle les semences transgéniques sont officiellement autorisées commercialement. S’il apparaît excessif de leur attribuer la vague de suicides paysans qui frappe l’Inde et notamment la zone productrice de coton, elles apparaissent désormais incapables de lutter contre de nouvelles formes de nuisibles et de résistances et n’empêchent pas les agriculteurs d’utiliser énormément de pesticides (Thomas, De Tavernier, 2017).

  • 2 Projet financé par l’ANR (2017-2020) sur l’adaptation de l’agriculture irriguée au changement clima (...)
  • 3 L’engrais azoté est jugé à tort ou à raison plus essentiel agronomiquement, et surtout il est avant (...)

9En ce qui concerne les engrais chimiques, même si la moyenne nationale d’utilisation reste assez faible, localement les dosages sont excessifs. Au Karnataka, le projet ATCHA2 a trouvé dans les nappes phréatiques des quantités de nitrates de 450 mg/litre (la norme maximale préconisée par l’OMS est de 50) et ce, alors même que les agriculteurs continuent d’épandre des engrais azotés en plus de l’irrigation souterraine ! Les eaux « potables » sont donc durablement polluées, notamment parce que l’engrais azoté (urée) est beaucoup plus subventionné que les autres fertilisants3.

10Enfin, en ce qui concerne l’irrigation, l’Inde a désormais les surfaces irriguées par forage les plus vastes du monde, avec le plus grand nombre de tubewells/borewells de la planète (22 millions en 2014) (CSE, 2019). Bien des terres surarrosées se trouvent stérilisées par un excès de sels (Punjab). D’autres zones retournent à l’agriculture pluviale, quand la multiplication des forages fait baisser la nappe phréatique plus vite que la recharge par les pluies, et que l’aquifère s’épuise, véritable « tragédie des communaux » (Landy et al., 2020). Il s’agit alors d’une crise non seulement écologique mais sociale, puisque seuls les agriculteurs les plus riches arrivent parfois à creuser suffisamment profondément de nouveaux puits pour trouver de l’eau, ce qui va accentuer les clivages dans la société villageoise, surtout si ensuite ces agriculteurs vendent leur eau à ceux qui en sont démunis (photographie 3).

Photographie 3 – Une foreuse pour creuser un bore well entre dans un village du Karnataka

Photographie 3 – Une foreuse pour creuser un bore well entre dans un village du Karnataka

Sources : F. Landy, 2017.

11On le voit, une telle situation devrait obliger à des réformes assez rapides et en profondeur. Hélas, deux impératifs demeurent pour l’Inde du xxie siècle (Landy, Varrel, 2015) : tout d’abord, consolider la sécurité alimentaire d’1,4 milliard d’habitants, qui est loin d’être assurée. Ce n’est pas parce que l’Inde est souvent premier exportateur mondial de riz, ces dernières années, que tout le monde mange à sa faim. Et l’Inde demeure très déficitaire en oléo-protéagineux. Dès lors, on continue à vouloir augmenter la production agricole nationale – et tant pis pour l’environnement. Deuxième impératif : le sort des quelque 120 millions d’exploitations, dont le nombre commence tout juste à baisser légèrement. Non seulement l’Inde n’a pas vraiment connu d’« exode » rural au sens fort du terme (un tiers seulement de la population est officiellement citadin), mais elle n’a pas connu non plus d’exode agricole. Longtemps par attachement sécuritaire et sentimental pour la terre, mais surtout désormais faute de possibilité d’emploi en ville, les exploitations agricoles demeurent très nombreuses, y compris les petites (80 % des exploitations font moins d’un hectare, qui est par ailleurs la taille moyenne en Inde). À tort ou à raison, la puissance publique hésite donc à réduire les subventions aux intrants, ce qui fait que les forages dont les pompes fonctionnent avec de l’électricité gratuite dans beaucoup d’États fédérés continuent à proliférer. Par ailleurs, on a du mal à sortir du paradigme de la révolution verte fondé sur le duo blé-riz et sur une région de pointe autour du Punjab : les prix d’intervention définis par l’État continuent de favoriser ces deux céréales, alors que les achats publics concernent encore très peu les cultures oubliées de la révolution verte, notamment les céréales à petits grains (millets) et les protéagineux.

Vers une révolution doublement verte et une agroécologie ?

12Les critiques du modèle se font cependant de plus en plus virulentes – et pas seulement pour des raisons écologiques (Gulati et al., 2019). Les critiques « de droite » dénoncent le montant des subventions à l’agriculture et l’alimentation ; pourtant celui-ci ne dépasse pas 1 % du PIB. Les critiques « de gauche » soulignent que ces subventions bénéficient surtout aux gros agriculteurs. Les libéraux souhaitent une agriculture plus moderne, et de fait le secteur est touché par la vague de libéralisation propre à toute l’Inde : les plafonds à la propriété foncière sont relevés pour l’horticulture, les droits de douane sont abaissés, les subventions aux engrais réduites… Mais on voit mal en quoi ces processus auraient des effets écologiques positifs – bien au contraire. D’autres experts comme M.S. Swaminathan (à l’origine de la révolution verte mais aujourd’hui critique de la politique d’intensification à tout va) poussent à une voie moyenne, et semblent entendus par les pouvoirs publics : il s’agirait de continuer à encourager la hausse de la productivité de la terre, mais avec des outils moins nocifs pour celle-ci, dans le cadre d’un développement durable économiquement, socialement et écologiquement – ce qui a été appelé la révolution doublement verte (evergreen revolution). Peut-être encore plus profondément, une véritable révolution copernicienne fondée sur l’agroécologie est en train de progresser – certes lentement (Nawn et al., 2018). On redécouvre par exemple les millets comme le sorgho ou l’éleusine : cultures encore largement méprisées pour leurs rendements a priori faibles et associées à un monde paysan sous-développé, elles bénéficient d’une réhabilitation tant agronomique (faibles besoins en eau) que nutritionnelle (lutte contre le diabète). Les semences traditionnelles, dites desi (« du pays »), refont leur apparition dans les champs comme dans les marchés biologiques – fréquentés malheureusement par des consommateurs aisés avant tout.

13Depuis des décennies, l’État avait mis en place des programmes de reboisement, de construction de banquettes anti-érosives ou de mares pour stocker l’eau. Mais ces programmes de « développement des bassins-versants » (watersheds) étaient considérés de façon sectorielle, et servaient même parfois surtout à donner du travail aux chômeurs ruraux. Désormais, il s’agit d’appréhender l’agriculture dans un cadre écosystémique, « holiste », où l’environnement n’est pas un cadre mais un élément à part entière du système agraire. Au lieu de privilégier la productivité d’une culture unique, on va donc rechercher la productivité globale en biomasse du système. Il ne s’agit plus de « forcer » l’environnement et de l’artificialiser, mais de jouer avec ses différentes composantes pour en tirer profit de la façon la plus intégrée possible entre cultures et élevage, et ce, en prenant compte les fortes dimensions sociales (rôle des femmes, savoirs des populations autochtones) et politique (place des communaux, démocratie agraire).

14Bien des associations (appelées « ONG » en Inde) s’y emploient. Elles sont souvent dirigées par des personnes extérieures à la population locale, mais cette dernière se fait de plus en plus entendre également, notamment par des groupes de femmes. Il reste à institutionnaliser toutes ces dynamiques : d’une part par l’État, si important en Inde, qui encourage désormais ces processus (même si une bonne part de l’administration reste encore avec des projets de type révolution verte !). La « Mission Millets » d’Orissa encourage ainsi la production mais aussi la consommation de ces céréales dans les districts à forte population « tribale ». En Andhra Pradesh, un Millet Board vient d’être établi avec le soutien de l’industrie agroalimentaire, qui doit rendre effective l’application d’un prix plancher pour les agriculteurs. Et 2018 fut l’Année Nationale des Millets… D’autre part, des filières appuyées sur le secteur privé doivent être créées. Des certifications « bio » se mettent en place, mais elles sont coûteuses. De plus, les consommateurs ont souvent pour intérêt premier leur propre santé plus que le souci de l’environnement. Il reste que de telles filières se multiplient.

15En Europe, les subventions « agri-environnementales » du deuxième pilier de la PAC ne fonctionnent pas très bien, mais du moins témoignent-elles de l’importance accordée dans les discours aux enjeux environnementaux de l’agriculture. De telles subventions n’existent pas encore en Inde à de très rares exceptions (programme Raitha Siri du Karnataka, qui octroie 10 000 roupies par hectare aux cultivateurs de millets). Elles permettraient non seulement de réduire les nuisances écologiques de l’agriculture, mais même de rendre celle-ci vertueuse : produisant alors des services environnementaux, elle pourrait être rémunérée à ce titre. Tant il est vrai que l’agriculture doit sortir du secteur primaire où elle se trouve encore trop exclusivement considérée en Inde (sa vocation demeure la production de nourriture) pour être considérée une productrice de services : lutte contre l’érosion, protection de la biodiversité si les systèmes de culture sont bien menés, mais aussi production de paysage, accueil de touristes, entretien d’un patrimoine naturel et culturel. L’écotourisme se développe, des chambres d’hôtes à la ferme se multiplient, mais l’éducation des touristes reste à faire en grande part, puisqu’ils ne recherchent guère des paysages agroécologiques : on adore les plantations de café derrière les rizières du Coorg (photographie 4), on fait des selfies dans les champs d’œillets d’Inde riches en pesticides du Karnataka méridional (photographie 5)…

Photographie 4 – Rizières et café sous forêt : publicité pour des homestays dans le Coorg (collines du Karnakata).

Photographie 4 – Rizières et café sous forêt : publicité pour des homestays dans le Coorg (collines du Karnakata).

Source : https://blog.etravelsmart.com/​wp-content/​uploads/​2014/​08/​Coorg-97105_2730.jpg

Photographie 5 : Touristes dans un champ d’œillets d’Inde (Karnataka méridional). Certains propriétaires commencent à faire payer un « droit au paysage »

Photographie 5 : Touristes dans un champ d’œillets d’Inde (Karnataka méridional). Certains propriétaires commencent à faire payer un « droit au paysage »

Sources : F. Landy, 2018.

Conclusion

16Comme l’écrit Dorin (2017), au lieu de continuer à garantir les prix du riz et du blé, ou de financer des subventions aux intrants (électricité, engrais chimiques), ce qui est très discutable écologiquement et socialement, il vaudrait mieux utiliser cet argent à mieux rémunérer les petits paysans pour tous les services qu’ils pourraient fournir : nourriture de qualité, filtration des eaux, puits de carbone, conservation de la biodiversité…

17À moins que l’on préfère payer des climatiseurs, des filtres à eau, voire des hospitalisations ? Il s’agit là d’un choix de société. L’Inde est-elle donc en train de basculer dans un autre paradigme ? La route est encore longue, même si elle apparaît tracée.

Haut de page

Bibliographie

CSE, 2019. State of India’s Environment 2019. Down to Earth, New Delhi, 308 p.

Dubash N.K., Khosla R., Kelkar U. et Lele S, 2018. “India and Climate Change : Evolving Ideas and Increasing Policy Engagement”, Annual Review of Environment and Resources, vol. 43, p.. 395-424, https://doi.org/10.1146/annurev-environ-102017-025809.

Dorin B., 2017. “India and Africa in the Global Agricultural System (1961-2050). Towards a New Sociotechnical Regime ?”, Economic and Political Weekly, vol. 52, 25-26, p.. 5-13.

Gulati A., Kapur D., Bouton M., 2019. Reforming Indian agriculture. CASI Working Paper, Univ. of Pennsylvania, 18 p.

Landy F., Varrel A., 2015. L’Inde. Du développement à l’émergence. Paris, Armand Colin, 288 p.

Landy F., Ruiz L., Jacquet J., Richard-Ferroudji A., Sekhar M., Guétat-Bernard H., Oger-Marengo M., Venkatasubramanian G., 2020. “Commons as Demanding Social Constructions : The Case of Aquifers in Rural Karnataka”, International Journal of Rural Management, En ligne, https://doi.org/10.1177/0973005220945428.

Nawn N., Vasan S., Kotharu A., 2018. “Situating Agroecology in the Environment – Development Matrix”, Economic and Political Weekly, vol. 53, 41, p. 50-51.

Thomas G., De Tavernier J., 2017. “Farmer-suicide in India : debating the role of biotechnology”, Life Sciences, Society and Policy, vol. 13, En ligne, https://lsspjournal.biomedcentral.com/articles/10.1186/s40504-017-0052-z.

Haut de page

Notes

1 http://agcensus.nic.in

2 Projet financé par l’ANR (2017-2020) sur l’adaptation de l’agriculture irriguée au changement climatique et à la baisse des nappes souterraines. Une équipe franco-indienne en sciences biophysiques (hydrologie, agronomie…) mais aussi en sciences sociales étudie et modélise les relations entre climat, disponibilité en eau, systèmes de culture et logiques paysannes dans le bassin-versant de Berambadi (Karnataka méridional) (https://www6.inrae.fr/atcha/).

3 L’engrais azoté est jugé à tort ou à raison plus essentiel agronomiquement, et surtout il est avant tout produit en Inde contrairement aux engrais phosphorés et surtout potassiques dont les composantes sont importées : c’est donc un moyen de soutenir l’industrie pétrochimique nationale (les usines d’urée reçoivent par ailleurs d’autres subventions).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie 1 – Le propriétaire d’un forage remplit son camion-citerne pour vendre l’eau à Pondichéry
Légende Le puits se trouve au Tamil Nadu, à moins d’un kilomètre du Territoire de Pondichéry où ces pratiques sont interdites…
Crédits Sources : F. Landy, 2019
URL http://journals.openedition.org/com/docannexe/image/10927/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Photographie 2 – Ancien canal d’irrigation, devenu drain pour eaux pluviales… ou usées (Pondichéry). L’agriculture a disparu face à la croissance urbaine
Crédits Sources : F. Landy, 2019.
URL http://journals.openedition.org/com/docannexe/image/10927/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Photographie 3 – Une foreuse pour creuser un bore well entre dans un village du Karnataka
Crédits Sources : F. Landy, 2017.
URL http://journals.openedition.org/com/docannexe/image/10927/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Photographie 4 – Rizières et café sous forêt : publicité pour des homestays dans le Coorg (collines du Karnakata).
Crédits Source : https://blog.etravelsmart.com/​wp-content/​uploads/​2014/​08/​Coorg-97105_2730.jpg
URL http://journals.openedition.org/com/docannexe/image/10927/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Photographie 5 : Touristes dans un champ d’œillets d’Inde (Karnataka méridional). Certains propriétaires commencent à faire payer un « droit au paysage »
Crédits Sources : F. Landy, 2018.
URL http://journals.openedition.org/com/docannexe/image/10927/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Landy, « Agriculture et environnement en Inde : des raisons d’espérer ? »Les Cahiers d’Outre-Mer, 281 | 2020, 69-78.

Référence électronique

Frédéric Landy, « Agriculture et environnement en Inde : des raisons d’espérer ? »Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 281 | Janvier-Juin, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 03 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/com/10927 ; DOI : https://doi.org/10.4000/com.10927

Haut de page

Auteur

Frédéric Landy

Institut Français de Pondichéry, Université de Paris Nanterre (UMR LAVUE). Courriel : frederic.landy(at)ifpindia.org

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • Logo Université Bordeaux Montaigne
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search