Navigation – Plan du site

AccueilNuméros281DossierÊtre végétarien et en bonne santé...

Dossier

Être végétarien et en bonne santé : un luxe ! Impacts de la politique alimentaire et de la politisation des habitudes alimentaires en Inde

To be a vegetarian and healthy: a luxury! Impact of the food policy and of the politisation of food culture in India
Brigitte Sébastia
p. 79-103

Résumés

Cet article mène une réflexion sur l’état de malnutrition en Inde (carences en micronutriments et anémies ferriprives) à partir de l’exploration de catégories d’aliments riches en protéines dont la consommation s’est fragilisée ces dernières années. Les premières catégories, de type végétal, concernent les légumineuses (pois, lentilles, haricots secs) dont le prix d’achat a subi une forte augmentation dans les années 2015-2016, et quelques variétés de céréales (mil, millets et sorgho) dont l’accès est devenu des plus précaires à cause du manque de soutien gouvernemental. La seconde catégorie concerne les produits carnés dont la consommation fait l’objet d’une politisation par les nationalistes au pouvoir qui cherchent à imposer le végétarisme comme modèle alimentaire de l’Inde. Ces catégories alimentaires seront explorées dans les programmes alimentaires destinés aux enfants de crèches (anganwadi) et des écoles publiques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 « Stunted » s’applique à une personne de taille insuffisante par rapport à l’âge, « wasted » de poi (...)
  • 2 La malnutrition implique deux catégories morbides : les maladies qui résultent d’un déficit en alim (...)
  • 3 Concernant le PDS, voir Frédéric Landy (2009 et 2016).

1L’Inde se classe parmi les pays présentant une prévalence de la malnutrition très élevée, en termes de défaut de croissance chez les enfants (stunted, wasted and underweight children)1 et d’anémies ferriprives chez les enfants et les femmes non enceintes, très élevée (Global Nutrition Reports, Global Hunger Index, 2016)2. La comparaison des enquêtes décennales du National Family Survey (NFS), notamment celles réalisées en 2005-2006 (NFS-3) et en 2015-2016 (NFS-4) ne montre qu’une faible amélioration des indicateurs de malnutrition de la population. Le Global Nutrition Report 2020 souligne l’incapacité de l’Inde à atteindre, en 2025, les objectifs en matière de lutte contre la malnutrition que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) avait définis lors de son assemblée en 2012. L’état de malnutrition dans ce pays persiste en dépit de programmes alimentaires développés sur tout le territoire. En 1965, la Food Corporation of India (FCI) a été créée pour alimenter le Public Distribution System (PDS)3 en ingrédients achetés auprès des agriculteurs à prix fixe et revendus à prix subventionné à travers un vaste réseau d’échoppes, les Fair Price Shops (FPS). Le Department of Food, Civic Supplies, and Consumers Affairs de chaque État a pour fonctions d’identifier les foyers bénéficiaires du PDS et de leur attribuer la carte (ration card), de stocker les grains de la FCI et les fournir aux FPS, d’approvisionner ces échoppes en sucre, sel iodé, kérosène/bouteille de gaz, et selon la politique sociale des États, en ingrédients supplémentaires (épices, légumineuses) vendus à prix subventionné, et aussi de gérer l’alimentation des écoles publiques, des crèches et des personnes nécessitant une assistance supplémentaire (personnes âgées, sans domicile fixe, victimes de catastrophe). Depuis 2013, ces programmes alimentaires sont encadrés par la loi du National Food Security Act.

  • 4 Le National Institution for Transforming India (NITI Aayog) remplace et joue le rôle de Commissaria (...)
  • 5 « Deficiencies of key vitamins and minerals such as Vitamin A, Iron, Iodine and Zinc continue to co (...)
  • 6 Les ASHAs ou Accredited Social Health Activists sont des femmes formées pour éduquer et sensibilise (...)
  • 7 « Stabilize prices of cereals, pulses, and high value foods such as dairy, eggs, vegetables and fru (...)

2Le National Nutrition Strategy (NNS) a été initié en 2017 par le National Institution for Transforming India (NITI Aayog)4 pour proposer un programme visant à remédier aux déficiences sanitaires et nutritionnelles identifiées par les enquêtes NFS. Partant du constat que « les carences en vitamines et minéraux essentiels tels que la vitamine A, le fer, l’iode et le zinc continuent de coexister et d’interagir avec les déficits en protéines et en énergie »5 (NNS 1917 : 14), le NNS est défini dans une approche synergique prenant en compte l’allaitement, la vaccination, l’hygiène et l’alimentation. Concernant l’alimentation, les objectifs ont pointé la nécessité d’optimiser le fonctionnement des programmes alimentaires (accès aux repas et aliments fortifiés pour tous les bénéficiaires, évaluation du statut nutritionnel des bénéficiaires) et de renforcer les fonctions des employées de crèche (anganwadi) et des Accredited Social Health Activists (ASHAs)6. Ils recommandent une implication plus soutenue des États régionaux dans l’approvisionnement des échoppes FPS (Fair Price Shops) en ingrédients subventionnés et dans le développement des programmes agricoles de manière à « stabiliser les prix des céréales, des légumineuses et des aliments de haute valeur nutritive telles que les produits laitiers, les œufs, les légumes et les fruits »7 (ibid. : 64).

  • 8 Selon la définition de la Déclaration de Rome en 1996, adoptée par la FAO (Food and Agriculture Org (...)

3Les objectifs dessinés par le NNS sont-ils suffisamment ambitieux et explicites pour améliorer la situation nutritionnelle du pays ? Sont-ils en cohérence avec la définition de la sécurité alimentaire qui accorde à la qualité nutritionnelle un rôle essentiel pour mener une vie active en bonne santé ?8 Si le NNS présente l’intérêt de se donner comme objectifs de stabiliser les prix des aliments, faisant écho à la forte inflation qui frappe périodiquement les légumineuses, les légumes et fruits et les produits d’origine animale, il ne recommande aucune augmentation d’aliments riches en protéines et oligoéléments dans les repas distribués dans les crèches et les écoles, ni même ne sollicite un plus grand contrôle de leur qualité nutritionnelle. En revanche, il insiste sur la mise en œuvre des programmes de distribution d’aliments fortifiés et de compléments vitaminiques. En d’autres termes, ses objectifs renforcent les programmes d’interventions déjà existants mais ne remettent aucunement en question la politique alimentaire suivie depuis l’Indépendance.

4Cet article vise à mener une réflexion sur l’état de malnutrition en Inde (carences en micronutriments et anémies ferriprives) à partir de l’analyse de la place allouée aux aliments riches en protéines et en vitamines dans les politiques alimentaires postcoloniales. Se focalisant sur les catégories alimentaires végétales de millet et de légumineuses, et sur les catégories animales, il entend démontrer leur marginalisation dans les programmes alimentaires, au profit des céréales. Cette marginalisation s’articule selon deux facteurs : un facteur économique qui favorise les céréales à haut rendement (riz, blé), et un facteur idéologique qui promeut les céréales et le végétarisme. Pour développer le sujet, l’article présentera brièvement en première partie le modèle alimentaire indien, plus précisément, celui des États du sud, du fait de la prédominance du riz dans les repas. La seconde partie argumentera sur les deux facteurs de marginalisation des aliments riches en protéines et oligo-éléments. En se basant sur les travaux de nutritionnistes qui ont exploré les raisons de la malnutrition et ont proposé des clés pour y remédier, elle montrera l’importance allouée à l’économie agricole ainsi qu’aux idéologies en matière de culture alimentaire qui mine les efforts gouvernementaux pour développer des programmes visant à améliorer le statut nutritionnel. Le contenu des programmes alimentaires ainsi que leur application seront abordés dans la troisième partie, avec une attention toute particulière aux aliments distribués aux enfants, dans les crèches et les écoles publiques.

5Mon intérêt pour les catégories alimentaires qui font l’objet de cette contribution s’inscrit dans le programme « Food and nutrition in Indian contexts » que j’avais initié au sein du département de sciences sociales de l’Institut Français de Pondichéry en 2010. Un des axes de recherche s’est intéressé aux cultures alimentaires selon les catégories sociales et géographiques, et au rapport entre changement alimentaire et santé avec l’objectif de revaloriser des aliments nutritifs délaissés par les politiques agricoles. De multiples enquêtes ethnographiques ont été réalisées en milieux rural et urbain dans les États du Tamil Nadu, de Pondichéry, d’Andhra Pradesh et du Telangana. Utilisant les outils anthropologiques combinant entretiens et observations, certaines de ces enquêtes ont investigué la question alimentaire et nutritionnelle dans les institutions fonctionnant sur des programmes alimentaires, les FPS, crèches et écoles publiques, et également auprès de nutritionnistes et d’Organisations Non Gouvernementales (ONG) impliquées dans des programmes agricoles, nutritionnels et sanitaires. Ces sources ethnographiques ont été complétées par une large documentation incluant des documents administratifs, des enquêtes alimentaires, des études de nutritionnistes, des articles scientifiques et de presse.

Le modèle alimentaire en Inde du Sud : un régime peu diversifié, basé sur les céréales

  • 9 Par millets, les Indiens entendent 7 variétés de poacées qui sont commercialisées au Tamil Nadu sou (...)
  • 10 Les grains de riz et d’une légumineuse appelée uḷuntu (Vigna mungo) sont trempés une douzaine d’heu (...)

6Le modèle alimentaire de l’Inde est largement basé sur les céréales : le blé au nord et à l’ouest du pays et le riz au nord-est et au sud, auxquels s’ajoutent selon les régions et les populations, quelques variétés de millets et le sorgho (photo 1)9. Selon l’enquête nationale de 2011-2012 (NSS 2011-2012), les céréales contribuent à l’apport énergique à hauteur de 57 % en milieu rural et 48 % en milieu urbain. À l’exception des classes moyennes et supérieures affectées par le diabète ou sensibilisées aux problèmes de santé, le riz fait partie de la composition des trois principaux repas des foyers du sud de l’Inde. À midi, il est consommé bouilli accompagné de sambar, sauce épicée à base de légumes et de dhal (Cajanus canjan), et quelques accompagnements dont la variété et la quantité dépendent des moyens économiques : un plat de légumes ; yaourt ou mōr (petit lait aromatisé ; dans le Sud : yaourt allongé d’eau) ; bouillon épicé considéré comme digestif (racam) ; pickles. Au petit-déjeuner et au souper, le riz est consommé sous forme de crêpes (dosai) ou de gâteaux cuits à la vapeur (idli) réalisés à partir d’une pâte fermentée10, accompagné de sambar et éventuellement de catṇi, condiment à base de tomate, de menthe ou de noix de coco. Dans les foyers pauvres, le riz bouilli relevé de pickles, et éventuellement humidifié d’un sambar peu consistant, compose le régime alimentaire ordinaire.

Photographie 1 – Sorgho et les sept variétés de millets disponibles en Inde

Photographie 1 – Sorgho et les sept variétés de millets disponibles en Inde

Sources : Composition réalisée à partir de photographies puisées du site web de Deccan Development Society en 2008

  • 11 Concernant le relâchement des brahmanes/hautes castes par rapport aux règles inférant à l’alimentat (...)

7En reflet de la hiérarchisation de la société, le modèle alimentaire de l’Inde est stratifié selon les qualités définies par l’École Sāṃkya (viiie siècle), satvik, rajasik et tamasik, attribuées aux aliments. Les repas se composant d’aliments satvik (purs, blancs, faciles à digérer) représentent la culture alimentaire des catégories brahmaniques végétariennes. Ils privilégient le blé et le riz blanc, ainsi que les produits laitiers. Au pôle opposé, s’inscrivent les aliments tamasik (sombres, grossiers, impurs) consommés par les dalits (intouchables), les villageois pauvres et les tribaux. Les millets et les viandes de porc et de bœuf sont emblématiques de cette catégorie. Enfin, les viandes de chèvre et de mouton sont classées rajasik (rouges, associées à la force et au pouvoir), elles sont consommées par la catégorie brahmanique non végétarienne de statut le plus élevé (kṣatriya) ; le poulet détient également cette position. Le statut du poisson et des œufs est plus lâche ; ces aliments peuvent se retrouver dans l’assiette de végétariens, et même de brahmanes qui se sont distanciés de leurs règles communautaires11.

8Bien que la culture alimentaire communément attribuée à l’Inde soit le végétarisme, les statistiques du dernier recensement national attestent que les deux tiers de la population (femmes : 70.7 % ; hommes : 71.6 %) déclarent consommer la catégorie viande/poisson/œuf12. Les populations des États du sud (Andhra Pradesh, Telangana, Kerala, Tamil Nadu, Pondichéry), l’Orissa et le Bengale sont les plus grandes consommatrices de viande/poisson/œuf (95 % et plus) tandis que cela ne représente pour celles des États du nord (Rajasthan, Pendjab, Haryana et Gujerat) que 25 à 39 %. Si dans la culture alimentaire indienne, le végétarisme ne prédomine pas, cela ne signifie pas pour autant que la catégorie viande/poisson/œuf s’invite quotidiennement dans les assiettes. D’une part, sa consommation est extrêmement faible en termes de fréquence et de quantité à cause du pouvoir d’achat, et de l’autre, elle est proscrite les jours de la semaine dédiés à certaines divinités ou saints (mardi, jeudi, vendredi, dimanche), durant les fêtes religieuses impliquant un jeûne, et les cérémonies domestiques pouvant rassembler une grande diversité de personnes.

Les politiques alimentaires indiennes : sécurité alimentaire sans sécurité nutritionnelle

  • 13 « The RDA (recommended dietary allowance) was calculated in laboratories by well-meaning, nationali (...)

9Dans son Dietary guidelines for Indians. A manuel (2011 [1998]), le National Institute of Nutrition (NIN) recommande une augmentation de la consommation de produits d’apport calorique très élevé (céréales, sucre) alors même que l’enquête menée par son département, le National Nutrition Monitoring Bureau, a révélé une insuffisance en consommation d’ingrédients riches en protéines et en oligoéléments de l’ordre de 40 à 45 % (NNMB 2006 : 13-24, 60-74). La focalisation des nutritionnistes sur les céréales pour compenser les déficiences énergétiques n’est pas nouvelle. Veena Shatrugna (2010), ancienne sous-directrice du NIN, critiquant un article de Coluthur Gopalan, ex-directeur du NIN (1963-1973), qui recommande l’augmentation de la consommation en céréales pour améliorer les indices de malnutrition, argue que l’importance qui leur est donnée plonge ses racines dans les années 1950-1960. L’Inde, confrontée à une carence alimentaire, et pressée par les pays occidentaux d’accepter leur aide alimentaire, avait alors développé un programme de révolution verte priorisant les céréales (Landy, 2009). La focalisation sur les céréales comme « adequate calories » as « solution to the country’s food problem » (Shatrugna, 2010 : 131) a donc été influencée par la politique agricole, mais également par la culture alimentaire des scientifiques qui ont défini les programmes nutritionnels. Ainsi que le souligne Shatrugna, « l’ANR [apport nutritionnel recommandé] a été calculé en laboratoire par des scientifiques et des économistes nationalistes bien intentionnés. […]. Ils étaient tous de classes/castes supérieures - brahmanes, pour la plupart - et se sont basés sur leur propre préférence pour les régimes végétariens pour proposer des solutions simples et modulables visant à fournir des calories “en adéquation avec l’ANR” au grand nombre de pauvres du pays »13 (cité dans Jishnu, 2014 : 43).

  • 14 Le document Household Consumption of Various Goods and Services, 2011-2012 du NSS précise que la co (...)

10Le document Nutritional Intake in India, 2011-2012, du NSS est explicite sur la forte prévalence des céréales dans le régime alimentaire puisqu’il rapporte qu’elles constituent 50 à 60 % de l’apport journalier en acides aminés, les légumineuses et la catégorie viande/poisson/œuf ne participant respectivement qu’à hauteur de 10.5 % et de 8 % à l’apport protéique14. En plus de ce déséquilibre entre les sources protéiques, la qualité des protéines provenant de céréales est jugée inférieure par les nutritionnistes en termes de quantité, qualité, diversité et digestibilité (Swaminathan et al. 2011), à celle des protéines de légumineuses et de produits carnés. La qualité protéique des céréales varie néanmoins selon la variété consommée, celle du riz blanc étant particulièrement médiocre car les grains sont dépouillés de leur enveloppe et de leur germe.

Déficits en «  grains » riches en protéines dans les programmes alimentaires : mise en cause de la politique agricole

  • 15 À la suite d’une dénonciation d’une gestion déficiente des céréales par la FCI et dans 6 États alor (...)

11Quand le gouvernement indien fut acculé à légiférer sur le droit à l’alimentation15, son texte a été soumis à débat auprès du National Advocacy Council (NAC), un conseil formé de membres provenant du monde universitaire, politique et de la société civile et présidé à l’époque par Sonia Gandhi. Après maints débats visant à améliorer ses propositions, le texte a été adopté en 2013. Ce texte, le National Food Security Act (NFSA 2013), redéfinit les programmes alimentaires, dont le Public Distribution System, la composition des repas distribués aux enfants des écoles publiques (Mid Day Meals, MDM) et des crèches et aux personnes en situation de précarité (personnes sans domicile, souffrant d’un fort handicap physique ou mental, victimes d’une catastrophe naturelle, etc.)

  • 16 Les anganwadi relèvent du programme Integrated Child Development Services (ICDS) qui vise à amélior (...)

12Les pressions exercées par le NAC, soucieux d’augmenter le statut nutritionnel des bénéficiaires, ont conduit le NFSA 2013 à inscrire des céréales nutritives, notamment les millets, parmi les food grains, c’est-à-dire avec le blé et le riz fournis par la FCI, et à assurer la distribution et la qualité nutritive des repas (hot cooked meals) définis dans les autres programmes (MDM, crèches ou anganwadi16, personnes vulnérables). Cependant, excepté dans quelques États tels que le Gujerat et le Karnataka, où ces dernières sont communément cultivées et consommées, les céréales nutritives mentionnées dans la loi sont rarement accessibles dans les FPS. L’incapacité de la FCI à fournir le PDS en ces céréales résulte de la politique de la révolution verte qui a négligé leur production (Dorin et Landy, 2002 ; Hopper, 1999).

  • 17 Prix relevés en 2017.

13Le NFSA 2013 n’inclut pas dans sa définition de food grains, les légumineuses. Seuls quelques États les ont intégrées dans leur PDS : l’Andhra Pradesh et le Telangana les proposent aux détenteurs de cartes BPL (Below Poverty Level) et AAY (Antyodaya Anna Yogana ; programme alimentaire pour les plus pauvres) au prix subventionné de 50 roupies/kg, le Tamil Nadu à 30 roupies/kg pour tous les bénéficiaires, et le Chhattisgarh pour la modique somme de 5 à 10 roupies/kg également pour tous les bénéficiaires17. Ces aliments riches en protéines sont, en revanche, inscrits au menu des MDM dont la quantité minimale par enfant a été définie par la NFSA 2013 entre 25 à 30 grammes par repas selon l’âge. Cependant, la disponibilité de ces ingrédients dans les FPS, variable sur l’année, se précarise en périodes de forte inflation.

Les millets dans les recherches sur la nutrition en Inde

14L’impact sur le développement de carences nutritionnelles intrinsèques à la variété de céréale consommée a fait l’objet de nombreuses recherches que Robert McCarrison (1878-1960) dirigea au sein du Nutrition Research Laboratories devenu, en 1969, le National Institute of Nutrition. Il s’est intéressé tout particulièrement à l’alimentation de l’Inde du sud qui avait subi un grand changement avec le remplacement de millets locaux par le riz blanc (traité par polissage) que les Britanniques importaient de Birmanie vers les villes indiennes. En comparant l’état de santé et la mortalité d’animaux de laboratoires nourris avec ce riz et avec diverses variétés de millet, il démontra l’effet délétère du riz poli. Dès lors, il recommanda la consommation de millets pour suppléer le riz et la collaboration soutenue entre les recherches agricole, médicale et nutritionnelle (McCarrison, 1926, 1945). Sa voix n’a cependant pas été entendue et ses efforts et ceux de ses collègues pour démontrer les conséquences morbides d’un régime trop riche en riz (Ranganathan, 1935 ; Verghese, 1929) ont été balayés par le programme de révolution verte. Ainsi, de la mise en place de ce programme en 1955-1956 jusqu’en 2011-2012, la production de riz a quadruplé (105,3 contre 27,56 millions de tonnes) alors que celle des millets n’a que faiblement augmenté de 14,1 à 18,6 millions de tonnes, et ceci uniquement grâce à une meilleure productivité des plantes (Ministry of Agriculture, 2015 : 72-73).

15Les millets se sont retrouvés pris dans un cercle vicieux : le manque de soutien gouvernemental en leur faveur a accéléré le désintérêt des agriculteurs qui, n’étant pas soutenus économiquement, ont abandonné leur culture. Le déclin de leur culture s’est doublé du désintérêt grandissant des consommateurs, les millets étant associés aux famine-food, considérés au mieux comme la céréale des villageois. Aujourd’hui, les millets sont promus pour leurs qualités agriculturales et environnementales (faibles exigences en eau et nutriments ; peu attaqués par les parasites) et leurs qualités nutritionnelles (riches en protéines, minéraux et fibres ; faible index glycémique). Ils font l’objet d’un récent mouvement de revitalisation sous l’impulsion d’ONG œuvrant dans le champ du développement, de sorte qu’une partie de leur production alimente l’industrie agroalimentaire (Sébastia, 2012). La valorisation des millets a incité le ministère de l’agriculture à lancer le programme Initiative for Nutritional Security through Intensive Millet Promotion (INSIMP) en 2011-12 pour répondre aux besoins du PDS en millets, mais ses effets restent faibles. Ainsi, le manque de production des millets et l’essor de leur commercialisation nuisent aux bénéficiaires du PDS qui, faute de ne pouvoir s’en procurer dans les FPS, ne peuvent les acheter sur le marché à cause de leur prix devenu deux à quatre fois plus élevé que celui du riz ou du blé.

Les légumineuses dans les recherches sur la nutrition en Inde

16La qualité nutritionnelle des légumineuses a été également étudiée par Mc Carrison et ses collègues (Gangulee, 1939 ; Niyogi et Desai, 1931, 1932 ; Niyogi et al., 1931). N. Gangulee les définit comme « […] un supplément de grande valeur au régime de céréale comme moyen à bon marché pour les enrichir en augmentant leur apport en protéines » (ibid. : 181)18. Il déplore « qu’aucune attention sérieuse n’a été accordée aux variétés de millet qui entrent dans le régime alimentaire de millions de personnes, et rien n’a été fait pour améliorer les légumineuses qui sont, comme nous l’avons vu, importantes en tant que sources de protéines végétales » (ibid. : 280)19. Ces travaux ont également été ignorés et l’accessibilité des légumineuses n’a cessé de décliner depuis la révolution verte. Entre 1950-1951 et 2012-2013, leur production n’a évolué que de 53 %, passant de 11,96 à 18,34 millions de tonnes (Ministry of Agriculture ibid. : 95), alors que la population a triplé. Ce déficit en production oblige à recourir au marché international, ce qui induit la volatilité de leur prix et des épisodes de forte inflation (voir Dev, 2012 pour la période 2007-2012). Une telle situation inflationniste est survenue en 2014-201620 : le prix des légumineuses de base, le dhal (Cajanus cajan) et les haricots mungo (Vigna mungo) avait atteint 200 roupies par kilogramme (ordinairement, 60-80 roupies), contraignant le gouvernement à augmenter leur importation et à les subventionner. L’inflation du prix des légumineuses a évidemment de sérieuses conséquences sur la santé des populations qui se trouvent ainsi privées de protéines de qualité.Dans certains États, les rations de légumineuses composant les MDM avaient été drastiquement réduites21, fragilisant l’équilibre nutritionnel des enfants.

La catégorie viande/poisson/œuf ignorée par les programmes alimentaires : la politisation de l'alimentation

  • 22 Voir la carte de V. Venkatesan, « Legal Farce », dans Frontline, 32 (21), Octobre 30, 2015.

17La promotion du végétarisme en Inde a une longue et complexe histoire. Elle a commencé sous l’influence du jainisme et du bouddhisme qui dénoncèrent les excès des brahmanes à abattre les animaux pour accomplir les rituels, honorer leurs dieux et leurs invités (Jhā, 2009 ; Shah, 1967). L’abstinence de chair animale fut progressivement conseillée dans les textes brahmaniques pour améliorer le karma. Cette recommandation n’a pas abouti à la prohibition d’abattre et de consommer les animaux, mais plutôt, à la stratification des viandes, basée sur les qualités rajasik et tamasik. Alors que le végétarisme était devenu le modèle alimentaire des brahmanes, la campagne en sa faveur vit le jour au début du xixe siècle. Les nationalistes s’acharnèrent à réinjecter dans le pays les « vraies valeurs » de l’hindouisme, et brandirent la vache comme fer de lance de leur combat. Définie comme mère de la nation hindoue, la vache s’est trouvée instrumentalisée pour combattre les musulmans accusés de l’abattre et d’avoir introduit la consommation de sa chair en Inde (Jaffrelot, 1996 ; Van der Veer, 1994). La consommation de viande bovine a progressivement décliné sous la pression des nationalistes et ne perdure qu’au sein des communautés les plus pauvres et/ou marginalisées (musulmans, chrétiens, dalits), le Kerala faisant exception. Mis à part les petits États du nord-est (Arunachal Pradesh, Meghalaya, Mizoram, Nagaland, Sikkim et Tripura), du Bengale et du Kerala, les autres se sont dotés à diverses périodes d’une loi plus ou moins restrictive pour réglementer le transport ainsi que l’abattage du bétail classé selon l’espèce (bœuf/buffle), le genre, l’âge et le statut biologique des femelles (productrice de lait/non-productive). L’élection du premier ministre Narendra Modi, en 2014, qui a permis au BJP (Bharatiya Janata Party ou parti du peuple indien) et aux mouvements fondamentalistes tels que le Rashtriya Swayamsevak Sangh et le Shiv Sena de revenir au pouvoir (Jaffrelot et Verniers, 2020), a immanquablement encouragé les États dominés par les nationalistes à durcir leurs lois sur le transport, l’abattage et la consommation de viande de bovins. Les États de Jammu-Kashmir, Chandigarh, Madhya Pradesh, Jharkhand et Chhattisgarh possèdent les lois les plus draconiennes qui interdisent non seulement le transport et l’abattage des bovins, mais aussi le stockage et la consommation de leur viande (Bruckert, 2016 ; 2018 ; Sebastia 2017). En 2015, l’Haryana a rejoint le club des États les plus prohibitifs (Rajalakshmi, 2015), suivi du Maharastra (Katakam, 2015) qui possédait le plus gros abattoir de l’Inde (Saglio-Yatzimirsky, 2010)22. Outre les pertes d’emploi dans l’industrie de la viande, des centaines de milliers d’Indiens se sont trouvées privées de viande de bœuf, sans pouvoir accéder à d’autres ressources animales car leur prix s’est envolé.

18Les interdictions sur le transport, l’abattage et la consommation des bovins ont ouvert la voie à une situation de terreur orchestrée par des groupes qui, se présentant comme des protecteurs de la vache, mènent des raids contre les camions transportant des bovins ou des carcasses, lynchant ou extorquant les transporteurs, sans s’enquérir de la provenance des animaux ni de leur finalité (Brucker, 2016 ; Singh, 2016 ; Trivedi, 2017)23. Ces groupes sèment également la terreur dans les maisons, accusant des dalits de consommer du bœuf ou de dérober des carcasses24. Prasya Singh qualifie ces attaques d’« un insidieux mélange de commerce et de religiosité »25 (ibid. : 33) qui, selon Divya Trivedi, bénéficierait du soutien de la police et de deux organisations de protection des animaux dont le Sanjay Gandhi Animal Care Centre qui est présidé par la Ministre chargée du développement pour la mère et l’enfant, Madame Maneka Gandhi. Une notification intitulée Prevention of Cruelty to Animals (Regulation of Livestock Markets) Rules, a été inscrite sous la loi Prevention of Cruelty to Animals Act, 1960, par le Ministre de l’Environnement et des Forêts pour interdire, sur tout le territoire indien, la vente de bovins dans les marchés à bestiaux pour tout usage autre que la production de lait et l’agriculture, et aux seuls agriculteurs munis d’un certificat de propriété. Cette notification qui devait être mentionnée dans la nouvelle loi Cruelty to Animals Act de 201826, fut ardemment contestée par plusieurs États dont le Kerala, le Tamil Nadu et le Bengale, pour ses conséquences économiques sur la vie des agriculteurs, les employés de l’industrie de la viande et sa dérive par rapport au droit à l’alimentation inscrit dans la Constitution. Elle fut finalement récusée par la magistrature de la Madras High Court (Panwar, 2017)27.

19Bien que la politisation de la viande se soit concentrée sur les bovins, l’idée de faire de l’Inde un pays libre d’abattoirs et de mangeurs de viande était également présente dès l’époque coloniale. Depuis l’élection de Modi, elle refait surface régulièrement, soit dans les discours de politiciens d’extrême droite tels que Yogi Adityanath, Ministre en Chef de l’État d’Uttar, Pradesh, ou dans les décisions d’imposer les repas végétariens dans les trains, les avions d’Air India, les cantines d’entreprises et durant la période du festival Jain (Sharma 2018).

La place des aliments riches en protéines et micronutriments dans les programmes alimentaires

20Les programmes alimentaires sont définis dans leurs grandes lignes par le gouvernement central de New Delhi, qui en recommande l’application à chaque État et Territoire de l’Union. De ce fait, il peut y avoir de fortes disparités entre les États s’agissant des denrées subventionnées par le PDS et du contenu des repas qui sont distribués dans les anganwadi et les écoles publiques. Les disparités peuvent être d’ordre économique, certains États étant moins riches ou ayant une population de bénéficiaires très importante, ou progressistes, d’autres se montrant plus généreux (quelquefois à des fins électorales). Les deux exemples qui vont être présentés illustrent les lignes idéologiques qui structurent la variabilité des programmes alimentaires selon l’État du point de vue de la composition des repas et les aliments distribués dans les crèches et les écoles.

Nourrir les enfants des crèches : repas cuisinés versus aliments enrichis

  • 28 Kitchdi, un plat ancien à base de riz et de légumineuses cuits avec des épices et du beurre clarifi (...)

21L’alimentation des anganwadi inclut les légumineuses mais d’une manière discutable. Bien que le NFSA 2013 stipule explicitement la distribution de « hot cooked meals » aux enfants de 3 à 6 ans, de nombreux États distribuent uniquement des paquets d’ingrédients dénommés nutritious food, ready-to food ou take home ration. À Pondichéry et au Tamil Nadu, ces paquets contiennent une farine à base de blé, millet et légumineuses germées appelée cattumāvu (pouvoir/force-farine), ou selon les États, de la semoule (upma) ou du riz (kitchdi)28, fortifiée en fer, acide folique, zinc et vitamine A.

22Dans le territoire de Pondichéry, où j’ai visité plusieurs anganwadi entre 2013 et 2016, les repas chauds ne sont plus servis ; ils sont remplacés par cattumāvu. Selon les employées des anganwadi, le menu des repas préparés dans ces petites structures était établi sur la base des cinq jours ouvrables et comportait des légumes, du riz ou des millets et des légumineuses ou des œufs. La farine fortifiée ayant été jugée plus nutritive et sûre (pas de risque d’intoxication alimentaire) que les repas, le gouvernement avait décidé de l’imposer ; cette justification a été confirmée par une responsable locale des anganwadi de Pondichéry et le programme officer de l’ICDS du gouvernement de Pondichéry. Le choix de la farine présente de nombreux avantages qui ont certainement influencé la décision : un coût de préparation bien moins élevé puisqu’une cuisine, des ustensiles de cuisine, une connexion de gaz et une employée préposée aux repas ne sont plus nécessaires ; un approvisionnement en produits nettement simplifié ; le lobbying sur la commercialisation de la farine. Les employées des anganwadi déplorent cette situation qui a induit une forte baisse de la fréquentation des centres, et une dégradation de l’alimentation des enfants. Depuis la cessation des repas, les enfants arrivent le matin avec des biscuits et des snacks qu’ils grignotent dans la matinée, et repartent chez eux pour le repas du midi préparé en principe avec cattumāvu ; peu d’entre eux reviennent l’après-midi. Les employées des anganwadi insistent sur la dépréciation de cattumāvu tant par les enfants que par les mères, et sur leur incapacité à vérifier que cette farine est consommée par les enfants. Pour encourager son utilisation, elles organisent des compétitions culinaires durant lesquelles les mères échangent des recettes qu’elles ont créées à partir de ce produit.

  • 29 Sur l’introduction des œufs dans les anganwadi du Tamil Nadu, voir The Hindu 2014 ; The times of In (...)

23L’alimentation servie dans les crèches au Tamil Nadu, en revanche, est conforme au NFSA 2013 qui précise qu’un repas (cooked food) doit y être distribué. Le midi, les enfants reçoivent un plat composé de riz, de légumes, de légumineuses et un œuf29, et le matin, un verre de gruau et une boule (laddu) tous deux préparés avec du cattumāvu, la taille du laddu étant plus grosse pour les enfants souffrant de dénutrition. Les enfants ne montrent aucune réticence à manger le repas du midi et à boire la bouillie, mais peinent à avaler leur boule à cause de son goût et sa densité. Pour éviter ce petit-déjeuner, des parents amènent tardivement leurs enfants à la crèche.

  • 30 Poha consiste en grains de riz aplatis.
  • 31 “We can put iron or folic acids into these regular foods like poha, so that children can get hygien (...)

24Les nutritious foods sont régulièrement dénoncés dans la presse pour leurs mauvaises qualités gustatives ainsi que pour leurs méfaits sur la santé dus aux oligoéléments ajoutés qui peuvent provoquer des vomissements, des douleurs d’estomac ou des diarrhées (Krishnan, 2011 ; Misra, 2008 ; Nagaraj, 2010 ; Shahina, 2011). Une enquête menée dans l’État du Maharashtra (Marathe 2015) démontre que dans les anganwadi où sont distribués des repas et des paquets de ready-to-eat food, les enfants rejettent ces derniers alors qu’ils mangent leur plat chaud avec aisance. De nombreux articles soulignent le gaspillage de ces paquets qui sont jetés à la poubelle ou donnés aux vaches, et réclament que des repas chauds soient fournis dans tous les anganwadi. En dépit de ces enquêtes et critiques ainsi que de la loi NSFA 2013, Maneka Gandhi reste une fervente défenseuse des ready-to-eat food et propose : « Nous pouvons ajouter du fer ou de l’acide folique à ces aliments basiques tels que le poha30, de sorte que les enfants puissent avoir une alimentation hygiénique et nutritive. »31

Photographie 2 – Dans un anganwadi de Chennai : gruau et laddu de cattumāvu

Photographie 2 – Dans un anganwadi de Chennai : gruau et laddu de cattumāvu

Cliché : Christian Sebastia juillet 2016

Photographie 3 – Paquet de cattumāvu, composition de la farine

Photographie 3 – Paquet de cattumāvu, composition de la farine

Cliché : Christian Sebastia (juillet 2016)

  • 32 Un récent rapport de l’OMS informe que : « les aliments fortifiés donnés systématiquement aux enfan (...)

25La position de Madame Gandhi adhère à la politique des Nations Unies et des associations internationales telles que l’UNICEF, l’OMS ou la Global Alliance for Improved Nutrition qui recommandent l’alimentation fortifiée (formulated supplementary food) aux enfants wasted et stunted32. La fortification des aliments est appropriée pour traiter rapidement les enfants sévèrement dénutris, mais des études affirment que sa prise à long terme ne permet pas d’augmenter le poids et la taille des enfants (Greiner, 2014 ; McLellan, 2014). Plus grave, la longue exposition à ces oligoéléments, précisément le fer et le zinc, peut provoquer diarrhées, vomissements, crampes et distensions intestinales, ou favoriser le développement de germes pathogènes, endommager des organes tels que les reins, les intestins, le foie et le pancréas (Driscollet al., 2010 ; Nriagu, 2007 ; Schümann et al., 2007). Ajoutons que le choix des ready-to-eat food est contre-productif en ce qu’il prive les enfants d’une alimentation variée, limite la diversification des apports en micronutriments et acides aminés, et empêche l’éducation du goût, formatrice du comportement alimentaire. Cette politique alimentaire est en contradiction avec une des fonctions attribuées aux anganwadi, celle d’éduquer les enfants et les mères sur la nutrition.

Déficiences en produits d’origine animale dans les repas scolaires et les crèches

26L’Indian National Health Mission a lancé, en 2013, le programme « Weekly Iron Folic Acid Supplementation » visant à distribuer chaque semaine un comprimé vermifuge contenant 100 mg de fer et 500 μg d’acide folique à tous les enfants et adolescents entre 10 et 19 ans, et ce, quel que soit leur taux d’hémoglobine. Ce programme a publié deux manuels destinés à la formation des employées des anganwadi et des ASHAs. Un chapitre de ces manuels liste les aliments riches en fer qu’il classe en quatre catégories : 1- légumes verts et fruits ; 2- blé, sorgho, millets, légumineuses germées, arachides, fruits secs et graines ; 3- foie, œuf, poisson et viande ; 4- fruits très riches en vitamine C. Une note ajoutée à la liste précise : « Cependant, étant donné que beaucoup de ces sources en fer ne sont pas souvent présentes dans l’alimentation de base de la plupart des gens de notre pays, on devrait insister sur la consommation de légumes verts »33. Parmi les nombreuses photographies illustrant les aliments riches en fer34, une seule représente la catégorie viande/poisson/œuf ; celle-ci est symbolisée par un morceau de viande de chèvre ou de mouton. Le choix de cette viande est particulièrement discutable du fait que ce programme est avant tout destiné aux enfants de foyers qui ont peu ou pas les moyens économiques pour la consommer35. Il reflète l’idéologie des responsables qui ont élaboré ce programme puisque, appartenant majoritairement aux castes brahmaniques, ils sont d’autant plus enclins à choisir l’image de la viande de chèvre ou de mouton que celle-ci est la moins déconsidérée. Pour mentionner Shatrugna (citée par Jishnu, 2014), « Ils (les scientifiques responsables des programmes alimentaires) ne comprennent pas la culture alimentaire des pauvres qui consomment diverses sortes de viande de la chèvre/mouton au porc, lapins, tortues, bœuf, and oiseaux, en plus d’un ensemble de fruits, de baies, de tubercules et d’œufs »36. Ainsi que je l’ai maintes fois noté37, les diététiciens indiens, qui appartiennent majoritairement aux castes/classes statutairement élevées, tendent à promouvoir leur propre modèle alimentaire en valorisant les aliments satvik. Ils justifient la proscription de viande en s’appuyant sur les études épidémiologiques menées dans les pays développés qui rapportent une forte corrélation entre l’apport de viande et le développement de maladies cardio-vasculaires, et ce, sans prendre en considération la consommation de viande en Inde, dix fois inférieure par rapport à celle des pays comparés (Sébastia, 2010).

  • 38 “The resistance to the introduction of eggs in the midday meal appears to be part of a larger polic (...)

27L’œuf représente la seule source protéique d’origine animale inscrite dans les menus d’écoles publiques et d’anganwadi (lorsqu’un repas chaud est servi) localisés dans certains États (entre deux et trois œufs par semaine à Pondichéry et en Andhra Pradesh, jusqu’à cinq au Tamil Nadu). Dix-neuf États et Territoires d’Union sur 36, soit un peu plus de la moitié ne fournissent pas d’œufs. En s’appuyant sur les résultats de l’enquête menée par Reetika Khera en 2013, Project Evaluation of Entitlement Programmes, Sagnik Dutta (2015) dénonce : « la résistance à l’introduction des œufs dans le repas de midi semble s’inscrire dans le cadre d’un contrôle plus large des habitudes alimentaires des écoliers, appuyé par le vigilantisme des castes supérieures, des entrepreneurs privés ainsi que des enseignants »38. Les 19 États et Territoires qui s’abstiennent d’introduire les œufs dans les repas sont tous sous l’influence de partis nationalistes. La relation entre la mouvance nationaliste et l’absence de distribution d’œufs transparaît clairement sur la carte qui accompagne l’article de Gaurav Vivek Bhatnagar (2018).

  • 39 Précisons que seules les familles les plus pauvres envoient leurs enfants dans les écoles publiques (...)

28Aucun État n’a tenté d’introduire la viande ou le poisson dans les repas des enfants, pas même ceux avec une forte population non-végétarienne comme le Kerala ou les États du nord-est, ou même le Tamil Nadu, fondateur des repas scolaires (1925), qui a initié l’introduction des œufs dans les MDM (1982). Le prix de la viande/poisson, et les contraintes d’approvisionnement quotidien et le temps de préparation constituent d’importantes entraves à leur introduction dans les menus. Mais la véritable raison est politique : ne pas heurter la sensibilité des végétariens, implicitement, des Hindous. Bien que les enfants accueillis dans les écoles publiques soient très majoritairement non végétariens39, le végétarisme leur est imposé. En revanche, les enfants végétariens reçoivent une banane les jours où les œufs sont servis. De plus, l’idéologie du végétarisme peut être insufflée par des ONG sélectionnées par le gouvernement central ou les États pro-nationalistes pour fournir les repas scolaires. Le programme Annamrita, développé dans sept États par ISKCON (ISKCON Food Relief Fondation), organisation connue pour promouvoir la dévotion au dieu Krishna qui associe le strict végétarisme et le culte de la vache, et favorise des accointances avec les nationalistes, ainsi que le programme Adamya Chetana présidé par l’épouse de Sri Anand Kumar, politicien et ex-ministre du parti BJP, en sont deux illustrations.

Conclusion

29De nombreux facteurs sont régulièrement convoqués pour interpréter les faibles avancées dans le combat contre la malnutrition (déficiences nutritionnelles) en Inde : dysfonctionnements des programmes alimentaires en termes d’inclusion et d’exclusion des foyers, occasionnés par la corruption et l’apathie de l’administration pour identifier les bénéficiaires ; limitations des aliments subventionnés de quantité, accessibilité et qualité ; désaffection des bénéficiaires due à la mauvaise qualité des aliments subventionnés et des repas servis dans les anganwadi ; problèmes de caste relatifs au partage et à la préparation et au partage des repas distribués dans les écoles publiques ; détournement d’aliments subventionnés ; etc. (Balani, 2013 ; Pellissery, 2016). Si ces facteurs ne peuvent être ignorés, la persistance de la malnutrition doit être également imputée au peu de considération accordée aux aliments riches en protéines et en micronutriments dans les programmes alimentaires. Le prix des légumineuses est aujourd’hui redescendu grâce à une augmentation des récoltes stimulée par les prix exorbitants des années 2015-2016. Néanmoins, l'absence d’une politique gouvernementale énergique pour assurer aux producteurs un prix minimum de production et les protéger des stratégies spéculatives des grossistes, a conduit à de lourdes pertes pour de nombreux agriculteurs (Katakam, 2017). Sans implication du gouvernement, cette augmentation de production pourrait être de court terme. Ainsi, l’orientation idéologique du gouvernement, visant à promouvoir le végétarisme sans offrir aux populations bénéficiaires les moyens d’augmenter la consommation en végétaux riches en protéines et en micronutriments, pourrait être contre-productive pour atteindre l’objectif de 2030 qui est de mettre fin à la malnutrition (Global Nutrition Report, 2016).

Haut de page

Bibliographie

Achaya K.T., 1998 – A Historical Dictionary of Indian Food. Delhi, Oxford University Press, 343 p.

Agricultural Census, 2014 – Directorate of Economics and Statistics, Department of Agriculture and Cooperation, Government of India.

Barker D.J.P., 1995. « Fetal origins of coronary heart disease ». British Medical Journal, 31, p. 171-174.

Balani S., 2013 – Functioning of the Public Distribution System. An Analytic Report. PRS Legislative Research. Consulté le 13.09.2017. http://www.prsindia.org/administrator/uploads/general/1388728622~~TPDS %20Thematic %20Note.pdf

Bhatnagar G.V., 2018 – « Despite nutrition benefits, most BJP states keep eggs out of Mid-Day Meals ». The Wire. Consulté le 16.07.2019. https://thewire.in/health/bjp-states-health-children-eggs-mid-day-meal-nutrition

Birchfield L.et Corsi J., 2010 – « The Right to Life Is the Right to Food : People’s Union for Civil Liberties v. Union of India & Others ». Human Rights Brief, 17, 3, p. 15-18.

Brucker M., 2017 – La chair, les hommes et les dieux. La viande en Inde. Paris, Éditions du CNRS, 406 p.

Brucker M., 2016 – « Viande, vache et nationalisme dans l’Inde contemporaine. Un contrôle politique par l’alimentation ? ». Les Cahiers d’Outre-Mer, 274, 315-336.

Dev S. M., 2012 – Agriculture-Nutrition Linkages and Policies in India. Working Paper 2012-006, Mumbai, Indira Gandhi Institute of Development Research, 25 p.

Dietary guidelines for Indians-A manual (2011 [1998]), Hyderabad, National Institute of Nutrition, 127 p.

Driscoll M.S., Kwon Eun-Kyung M., Skupsky H., Kwon Soon-You et Grant-Kels J.M., 2010 – « Nutrition and the deleterious side effects of nutritional supplements ». Clinics in Dermatology, 28, p. 371-379.

Dorin B. et Landy F., 2002 – Agriculture et Alimentation de l’Inde. Les Vertes Années (1947-2001). Paris, INRA Éditions, 248 p.

Dutta S., 2015 – « Noon meal without egg ». Frontline, 3 avril. Consulté le 19.09.2016 http://www.frontline.in/the-nation/noon-meal-without-egg/article7002995.ece

Gangulee N., 1939 – Health and Nutrition in India. London, Faber and Faber, 337 p.

Global Nutrition Report, 2016 – From promise to impact. Ending malnutrition by 2030. Washington, International Food Policy Research Institute.

Global Hunger Index, 2016 – Global Hunger Index. Getting to Zero Hunger. Washington, DC/Dublin/Bonn, International Food Policy Research Institute.

Greiner T., 2014 – « The advantages, disadvantages and risks of ready-to-use foods ». Breastfeeding Briefs, 56/57, Septembre, Geneva : IBFAN. http://ibfan.org/breastfeedingbreafs/BB%2056-57-The%20advantages-disadvantages-and-risks-of-ready-to-use%20foods.pdf

Hopper G.R., 1999 – « Changing Food Production and Quality of Diet in India, 1947-98 ». Population and Development Review, 25, 3, p. 443-477.

Jaffrelot C., 1996 – The Hindu Nationalist Movement and Indian Politics 1925 to the 1990s.

Strategies of Identity-Building, Implantation and Mobilisation. New Delhi, Viking Penguin India, 592 p.

Jaffrelot C. et Verniers G., 2020 – « A new party system or a new political system ». Contemporary South Asia, 28, 2, p. 141-154.

Jhā D.N., 2009 – The Myth of the Holy Cow. New Delhi, Navayana, 207 p.

Jishnu L., 2014 – « Meaty tales of vegetarian India ». Down To Earth, 31, p. 36-44. Décembre. http://www.downtoearth.org.in/coverage/meaty-tales-of-vegetarian-india-47830. Consulté le 19.09.2016.

Katakam A. (2017) – « Distress in abundance ». Frontline, 26 mai, p. 108-109.

Katakam A., 2015 – « Beef ban », Frontline, 3 avril, p. 118-121.

Khera R., 2013 – Public Evaluation of Entitlement Programmes (PEEP Survey 2013). Delhi, IIT. Consulté le19.09.2016. https://www.unil.ch/international/files/live/sites/international/files/Indo-Swiss/2014_Seminar/Presentations/Reetika_Khera.pdf

Krishnan V.G., 2011 – « Malnutrition kills 2,600 kids in Raichur ». The Sunday Guardian, 30 octobre. Consulté le 18.09.2016. http://www.sunday-guardian.com/investigation/malnutrition-kills-2600-kids-in-raichur

Landy F., 2016 – « Rescaling the public distribution system in India : Mapping the uneven transition from spacialization to territorialization ». Environment and Planning C : Government and Policy, 0, 0, 1-17.

Landy F., 2009 – Feeding India. The Spatial Parameters of Food Grain Policy. New Delhi, Manohar.

Marathe S., Yakkundi D. et Abhay S., 2015 – « Is "take home ration" really improving the nutritional status of children ? A study of supplementary nutrition for under 3 children in four districts of Maharashtra ». Journal of Community Nutrition and Health, 4, 1, p. 15-18.

McCarrison R., 1926 – « The nutritive value of wheat, paddy, and certain other foodgrains ». Indian Journal of Medical Research, 14, 3, p. 631-639.

McCarrison R., 1945 – Studies in deficiency disease. London, Henry Frowde and Hodder and Stoughton, Oxford Medical Publications, 294 p.

McLellan A., 2014 – « Does the distribution of ready to use food products for the prevention of undernutrition meet the ultimate needs of the beneficiaries ? ». AJFAND, 14, 3, p. 8956-8962.

Ministry of Agriculture, Government of India, 2015. Agricultural statistics at a glance, 2014. New Delhi, Oxford University Press.

Misra S.S., 2008 – « ICDS gets packaged food for the malnourished ». Down To Earth, 15 Mars. Consulté le 17.09.2016. http://www.downtoearth.org.in/news/icds-gets-packaged-food-for-the-malnourished-4301

Nagaraj N.M., 2010 – « Anganwadi food plan a flop among kids ». Times of India, 10 Juillet. Consulté le 19.09.2016. http://timesofindia.indiatimes.com/city/bengaluru/Anganwadi-food-plan-a-flop-among-kids/articleshow/6238828.cms

NCAER 1956-2014, n.d. An Analysis of Changing Food Consumption Pattern in India. A research paper prepared under the project Agricultural Outlook and Situation Analysis Reports. Delhi, National Council of Applied Economic Research.

National Food Security Act, 2013 (NFSA 2013). New Delhi, Ministry of Law and Justice, The gazette of India, 10 septembre 2013. Consulté le 25.08.2016. http://indiacode.nic.in/acts-in-pdf/202013.pdf

National Simple Survey (NSS 68th round), 2014 – Nutritional Intake in India, 2011-2012. Government of India, Ministry of Statistics and Programme Implementation.

National Simple Survey (NSS 68th round), 2014 – Household Consumption of Various Goods and Services, 2011-2012. Government of India, Ministry of Statistics and Programme Implementation.

National Institute of Public Cooperation and Child Development (NIPCCD), 2016 – Facilitators guide book on food, food safety and hygiene measures in ICDS. New Delhi, NIPCCD. http://nipccd.nic.in/elearn/manual/efshm.pdf Consulté le 18.09.2017

National Nutrition Monitoring Bureau (NNMB), 2006 – Diet and nutritional status of population and prevalence of hypertension among adults in rural areas, NNMB Technical report n° 22. Hyderabad, National Institute of Nutrition-Indian Council of Medical Research, 158 p.

National Nutrition Strategy NNS, 2017 – Nourishing India. NITI Aayog, Government of India. http://niti.gov.in/writereaddata/files/document_publication/Nutrition_Strategy_Booklet.pdf

Niyogi S.P. et Desai B.G., 1931 – « Studies in the nutritive value of Indian vegetable food-stuffs ; Part I, nutritive value of pigeon pea (Cajanus Indicus) and field pea (Pisum Arvense Linn.) ». Indian Journal of Medical Research, 18, 4, p. 1217-1229.

Niyogi S.P., Narayana N. et Desai B.G., 1931 – « Studies in the nutritive value of Indian vegetable food-stuffs ; Part II, nutritive value of Bengal gram (Cicer arietinum), horse gram (Dolichos biflorus), lablab pea (Dolichos Lablab) ». Indian Journal of Medical Research, 19, 2, p. 475-483.

Niyogi S.P. et Desai B.G., 1932 – « Studies in the nutritive value of Indian vegetable food-stuffs ; Part III, nutritive value of Lentil, Lens esculenta, moench., cow pea, Vigna catjang, Walp., and aconite bean, Phaseolus aconitifolius, Jacq. ». Indian Journal of Medical Research, 19, 3, p. 859-865.

Nriagu J., 2007 – « Zinc Toxicity in Humans ». Elsevier. http://www.extranet.elsevier.com/homepage_about/mrwd/nvrn/zinc%20toxicity%20in%20humans.pdf

Panwar S., 2017 – « Running roughshod over livelihood ». Frontline, 10 novembre, 34, 22, p. 48.

Pellissery S., Biswas S., Dey et Biju A., 2016. « A Dignified Meal. Negotiated Spaces in India’s School Meal Program ». International Journal of Social Quality, 6, 2, p. 35-51.

Rajalakshmi T.K., 2015 – « Burden of a ban ». Frontline, 17 avril, p. 38-42.

Ranganathan S., 1935 – « Influence of cereals on calcium, magnesium and phosphorus assimilation ». Indian Journal of Medical Research, 23, 1, p. 229-236.

Saglio-Yatzimirsky, M.-C., 2010 – « Caste as a political tool. The case of the Camakars of Dharavi (Mumbai) », in M. Aktor and R. Deliège (eds.), From the Stigma to Assertion. Untouchability, Identity and Politics in Early and Modern India, Copenhagen, Museum Tusculanum Press, p. 201-230.

Schumann K., Ettle T., Szegner B., Elsenhans B. et Solomons N.W., 2007 – « On risks and benefits of iron supplementation recommendations for iron intake revisited ». Journal of Trace Elements in Medicine and Biology, 21, p. 147-168.

Sebastia B., 2017 – « "Beef is our secret of life". Controversial consumption of beef in Andhra Pradesh, India », in B. Sebastia (ed.), Eating Traditional Food : Policies, Identities and Practices, London, Routledge, “Studies in Food, Society and the Environment”, p. 105-129.

Sébastia B., 2012 – « Revaloriser les millets en Inde. Les produits biologiques et écologiques au bénéfice de l’environnement et de la santé ». Food & History, 9, 2, p. 239-260.

Sébastia B., 2010 – « Be a vegetarian. Discours en Inde sur les bienfaits du végétarisme pour un corps pur et sain ».lemangeur-ocha.com. http://www.lemangeur-ocha.com/sciences-humaines/textes-exclusifs/detail/auteur-texte/0/be-a-vegetarian-discours-en-inde-sur-les-bienfaits-du-vegetarisme-pour-un-corps-pur-et-sain/disp/

Shah A.B., 1967 Cow-Slaughter Horns of a Dilemma. Bombay, Lalvani Publishing House, Indian Renaissance Institute, 82 p.

Shahina K.K., 2011 – « The underfed and the unscrupulous ». Open, 10 December. Consulté le 18.09.2016. http://www.openthemagazine.com/article/india/the-underfed-and-the-unscrupulous

Sharma S., 2018 – « Virulent vegetarianism ». Hardnews, July 2. Consulté le 21.10.2018. http://www.hardnewsmedia.com/2018/01/virulent-vegetarianism

Shatrugna V., 2010 – « The career of hunger. Critical reflections on the history of nutrition science and policy », in A. Zachariah, R. Srivatsan and S. Tharu (eds.), Towards a Critical Medical Practice : Reflections on the Dilemmas of Medical Culture Today. New Delhi, Orient BlackSwan, p. 116-135.

Singh P., 2016 – « Four stomach to fill ». Outlook, 15 Août.

Strümpell C., 2008 – « "We work together, we eat together" : Conviviality and modernity in a company settlement in south Orissa ». Contributions to Indian Sociology, 42, 3, p. 351-381.

Swaminathan S., Vaz M. et Kurpad A.V., 2011 – « Protein intakes in India ». British Journal of Nutrition, 108, 2, p. 550-58.

The Hindu, 2014 – « Anganwadi children get new lunch menu ». 2 septembre.

http://www.thehindu.com/news/cities/Madurai/anganwadi-children-get-new-lunch-menu/article6372329.ece. Consulté le 18.09.2016.

The Times of India, 2014. « Mixed dishes for anganwadi kids aims at providing nutrition ». 2 septembre. http://timesofindia.indiatimes.com/city/trichy/Mixed-dishes-for-anganwadi-kids-aims-at-providing-nutrition/articleshow/41477193.cms. Consulté le 18.09.2016.

Trivedi D., 2017 – « Tricks of a trade ». Frontline, 26 mai : 40-42.

Van der Veer P., 1994 – Religious Nationalism. Hindus and Muslims in India. Berkeley-Los Angeles-London, University of California, 247 p.

Venkatesan V., 2015 – « Legal Farce ». Frontline, 32 (21), October 30 : 29-31.

Verghese G., 1929 – « An investigation of samples of rice believed to have been the cause of beri-beri in Burma ». Indian Journal of Medical Research, 17, 3, p. 929-944.

World Health Organization, 2010 – Nutrition Landscape Information System (NLIS). Country profile indicators : interpretation guide. Geneva. Consulté 12.11.2017. http://www.who.int/nutrition/nlis_interpretation_guide.pdf

World Health Organization, 2017 – Guideline : assessing and managing children at primary health-care facilities to prevent overweight and obesity in the context of the double burden of malnutrition. Updates for the Integrated Management of Childhood Illness (IMCI). Geneva. Consulté le 15.10.2017. http://apps.who.int/iris/bitstream/10665/259133/1/9789241550123-eng.pdf

Haut de page

Notes

1 « Stunted » s’applique à une personne de taille insuffisante par rapport à l’âge, « wasted » de poids insuffisant par rapport à la taille, et « underweight » de poids insuffisant par rapport à l’âge. Les états « stunting » et « wasting » résultent d’une longue privation nutritionnelle (plus importante dans le second cas) due à la sous-alimentation et/ou aux infections récurrentes ; l’état « underweighting », d’interprétation complexe, est un reflet de l’état stunting et/ou wasting (WHO, 2010).

2 La malnutrition implique deux catégories morbides : les maladies qui résultent d’un déficit en aliments nutritifs (anémie, déficiences en micronutriments) et celles qui relèvent d’un excès ou déséquilibre en nutriments et en calories (Diabète Mellitus de type2, obésité, maladies cardiovasculaires et certains cancers). Le présent article concerne spécifiquement la première catégorie.

3 Concernant le PDS, voir Frédéric Landy (2009 et 2016).

4 Le National Institution for Transforming India (NITI Aayog) remplace et joue le rôle de Commissariat au Plan (Planning Commission).

5 « Deficiencies of key vitamins and minerals such as Vitamin A, Iron, Iodine and Zinc continue to coexist and interact with protein and energy deficits. »

6 Les ASHAs ou Accredited Social Health Activists sont des femmes formées pour éduquer et sensibiliser les communautés auxquelles elles appartiennent sur divers aspects de la santé : reproduction, immunisation, et planning familial. Elles sont chargées de rapporter les évènements démographiques et morbides qui ont affecté leurs communautés, et d’assurer les premiers soins en cas de blessures ou de maladies mineures.

7 « Stabilize prices of cereals, pulses, and high value foods such as dairy, eggs, vegetables and fruits. »

8 Selon la définition de la Déclaration de Rome en 1996, adoptée par la FAO (Food and Agriculture Organization) : « Food security exists when all people, at all times, have physical and economic access to sufficient, safe andnutritious food that meets their dietary needs and food preferences for an active and healthy life. » http://www.fao.org/docrep/003/w3613e/w3613e00.htm (Consulté le 15.08.2016).

9 Par millets, les Indiens entendent 7 variétés de poacées qui sont commercialisées au Tamil Nadu sous les noms de kēḻvaraku (Eleusine coracana), kampu (Pennisetum glaucum), tiṉai (Setaria italica), paṉivaraku (Panicum miliaceum), varaku (Paspalum scrobiculatum), kutiraivāli (Echinochloa frumentacae) et cāmai (Panicum sumatrens), auxquelles ils incluent le cōlam (Sorghum bicolor).

10 Les grains de riz et d’une légumineuse appelée uḷuntu (Vigna mungo) sont trempés une douzaine d’heures pour induire la fermentation, puis broyés mécaniquement jusqu’à obtention d’une pâte. L’absence du broyeur dans les foyers pauvres est une entrave pour préparer les dosai et idli. Aujourd’hui, cette pâte est couramment vendue en ville.

11 Concernant le relâchement des brahmanes/hautes castes par rapport aux règles inférant à l’alimentation, voir Strümpell, 2008.

12 http://www.censusindia.gov.in/vital_statistics/BASELINE%20TABLES07062016.pdf. Consulté le 15.08.2016

L’Inde détient le taux de végétariens est le plus élevé dans le monde.

13 « The RDA (recommended dietary allowance) was calculated in laboratories by well-meaning, nationalist scientists and economists. […]. These were all upper class, upper caste – Brahmins, for the most part – who used their own preference for vegetarian diets to offer simple, scalable solutions to provide “adequate” calories to the vast numbers of the poor of the country ».

14 Le document Household Consumption of Various Goods and Services, 2011-2012 du NSS précise que la consommation mensuelle par habitant en milieu rural et urbain est respectivement de 269 g et 382 g de viande (chèvre-mouton/poulet/bœuf), de 266 g et 252 g de poisson et de 1.92 et 3.18 œufs.

15 À la suite d’une dénonciation d’une gestion déficiente des céréales par la FCI et dans 6 États alors que la sous-alimentation touchait quelque 50 millions d’individus, une association des droits de l’homme, People’s Union for Civil Liberties, présenta une requête auprès de la Cour Suprême, en 2011, pour ajouter au droit à la vie (right to life) établi par l’article 21 de la Constitution, le droit à l’alimentation. Durant l’instruction de ce procès, la Cour a publié des décrets intermédiaires, parmi lesquels, l’obligation faite au gouvernement et aux États d’assurer le bon fonctionnement des programmes alimentaires (Birchfield and Corsi, 2010).

16 Les anganwadi relèvent du programme Integrated Child Development Services (ICDS) qui vise à améliorer la santé de l’enfant et de la mère en prenant en charge les enfants préscolarisés (de moins de 6 ans), les futures et jeunes mères et les adolescentes, et en sensibilisant les femmes aux questions de santé (vaccination, nutrition, allaitement, etc.) Les enfants sont accueillis dans les anganwadi où ils sont nourris, en principe, le matin et le midi, et vaccinés ; les femmes enceintes reçoivent une aide incitative pour accoucher en milieu hospitalier de 1 000 roupies par mois, et ce jusqu’au 6e mois après l’accouchement, et bénéficient d’un suivi de grossesse incluant les vaccinations et un apport en fer et acide folique, ainsi que d’un repas de midi ou d’aliments nutritifs (nutritious food) également distribués aux adolescentes.

17 Prix relevés en 2017.

18 “[…] A valuable supplement to cereal diets as a cheap means of enriching them with an increased amount of protein.”

19 “No serious attention has been given to the varieties of millet which enter into the dietaries of millions, and nothing has been done for the improvement of pulses which are, as we have seen, important as sources of vegetable protein.”

20 L’inflation du prix des légumineuses débuta à la mi-2014 pour atteindre 56 % en novembre 2015. Elle déclina les mois suivants, mais repartit exponentiellement en mars 2016, et ce, jusqu’à une intervention gouvernementale en juillet 2016.

21  http://www.thehansindia.com/posts/index/Telangana/2015-11-07/Pricey-pulses-dilute-mid-day-meal/185139 ; http://www.thespeedpost.com/2016/07/22/soaring-prices-of-pulse-vegetables-affecting-quality-of-midday-meals-in-bhojpur-schools. Consultés le 20/09/2016.

22 Voir la carte de V. Venkatesan, « Legal Farce », dans Frontline, 32 (21), Octobre 30, 2015.

23 Voir également Sébastia, 2017, pour les violences générées par l’organisation de beef festivals au sein des universités.

24 Une des fonctions traditionnelles des dalits est de débarrasser le quartier ou le village du bétail mort considéré par les castes supérieures comme polluant.

25 “An insidious cocktail of business and religion”.

26  www.firstpost.com/india/centre-drops-slaughter-references-from-new-version-of-prevention-of-cruelty-to-animals-rules-move-further-dilutes-original-notification-4368721.html. Consulté le 21.10.2018

27  www.livelaw.in/order-extending-madras-hcs-stay-cattle-rules-sc-hear-clarification-petition. Consulté le 21.10.2018.

28 Kitchdi, un plat ancien à base de riz et de légumineuses cuits avec des épices et du beurre clarifié (Achaya, 1998).

29 Sur l’introduction des œufs dans les anganwadi du Tamil Nadu, voir The Hindu 2014 ; The times of India 2014.

30 Poha consiste en grains de riz aplatis.

31 “We can put iron or folic acids into these regular foods like poha, so that children can get hygienic and nutritious food.” see http://indiatoday.intoday.in/story/maneka-favours-providing-packaged-food-to-anganwadi-children/1/543843.html Consulté le 18.09.2016.

32 Un récent rapport de l’OMS informe que : « les aliments fortifiés donnés systématiquement aux enfants et bébés modérément wasted (c’est-à-dire avec une importante sous-alimentation) qui sont présents dans les dispensaires ne sont pas recommandés » (Routinely providing supplementary foods to moderately wasted infants and children (i.e. with acute undernutrition) presenting to primary health-care facilities is not recommended) […] « le don d’aliments fortifiés pour traiter les états stunting (sous-alimentation chronique) chez les enfants et les bébés qui se présentent dans les dispensaires n’est pas recommandé » (The provision of supplementary foods for treating stunting (chronic undernutrition) among infants and children who present to primary health-care facilities is not recommended) (2017 : 4). La raison évoquée dans ce rapport concerne l’hypothèse de Baker (1995) : le risque pour les nouveau-nés en sous-poids de développer le diabète et l’obésité à l’état adulte s’ils sont exposés à une alimentation riche. Le texte n’évoque pas les effets iatrogènes des oligoéléments ajoutés.

33 “However given that many of these sources of iron are often not available on a regular basis to most people in our country, eating green vegetables should be emphasised.” http://www.nhm.gov.in/images/pdf/programmes/wifs/guidelines/guide_for_training_master_trainers_on_wifs.pdf Consulté le 10.08.2016.

34 http://www.nrhm.gov.in/images/pdf/programmes/wifs/guidelines/edu_school_operational_guidelines_for_wifs.pdf Consulté le 10.08.2016. http://www.nrhm.gov.in/images/pdf/programmes/wifs/guidelines/edu_school_operational_guidelines_for_wifs.pdf

35 En 2016, le prix de la viande de chèvre oscillait entre 400 et 600 roupies/kg selon les parties de l’animal et les États. Ce coût affecte également les classes moyennes qui tendent à se tourner vers le poulet (130-200 Roupies/kg) et à ne consommer la chèvre qu’au moment des périodes festives. Le document NCAER (NCAER 1956-2014, n.d.), basé sur les données des NSS (calculées sur les dépenses par consommateur et par foyer) confirme le déclin de la consommation de cette viande à partir des années 1990 et l’augmentation exponentielle de celle de poulet.

36 “They did not understand the food culture of the poor people who ate a variety of meats from mutton to pork, rabbits, tortoises, beef, and birds, apart from a whole lot fruits, berries, tubers and eggs.”

37 Lors des consultations de diététiciens, dans les propos d’intervenants dans les conférences organisées par les institutions de sciences de la nutrition (Nutrition Society of India ; départements universitaires de diététique et de nutrition), dans les articles de presse, sur les sites Internet et les guides diététiques publiés par des centres spécialisés en diabète.

38 “The resistance to the introduction of eggs in the midday meal appears to be part of a larger policing of the dietary habits of school children aided by upper-caste vigilantism, private contractors as well as school teachers.”

39 Précisons que seules les familles les plus pauvres envoient leurs enfants dans les écoles publiques, donc plutôt des familles issues des basses castes et des minorités religieuses (chrétiennes et musulmanes).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie 1 – Sorgho et les sept variétés de millets disponibles en Inde
Crédits Sources : Composition réalisée à partir de photographies puisées du site web de Deccan Development Society en 2008
URL http://journals.openedition.org/com/docannexe/image/10933/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Photographie 2 – Dans un anganwadi de Chennai : gruau et laddu de cattumāvu
Crédits Cliché : Christian Sebastia juillet 2016
URL http://journals.openedition.org/com/docannexe/image/10933/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Photographie 3 – Paquet de cattumāvu, composition de la farine
Crédits Cliché : Christian Sebastia (juillet 2016)
URL http://journals.openedition.org/com/docannexe/image/10933/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brigitte Sébastia, « Être végétarien et en bonne santé : un luxe ! Impacts de la politique alimentaire et de la politisation des habitudes alimentaires en Inde »Les Cahiers d’Outre-Mer, 281 | 2020, 79-103.

Référence électronique

Brigitte Sébastia, « Être végétarien et en bonne santé : un luxe ! Impacts de la politique alimentaire et de la politisation des habitudes alimentaires en Inde »Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 281 | Janvier-Juin, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 03 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/com/10933 ; DOI : https://doi.org/10.4000/com.10933

Haut de page

Auteur

Brigitte Sébastia

Anthropologue médicale affiliée à l’Institut Français de Pondichéry (IFP UMIFRE 21 CNRS MEAE) et au CEIAS (UMR 8564), EHESS, Paris. Courriel : brigitte.sebastia(at)ifpindia.org

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • Logo Université Bordeaux Montaigne
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search