Navigation – Plan du site

AccueilNuméros281DossierEspaces de l’entre-deux dans la r...

Dossier

Espaces de l’entre-deux dans la rivière Koshi (Téraï, Népal) : diversité de dynamiques socio-environnementales

In-between spaces in the Koshi river (Terai, Nepal): diversity of socio-environmental dynamics
Marie-Amélie Candau
p. 191-217

Résumés

Plus grand système hydrographique du Népal, et un des affluents les plus importants du fleuve Gange, la rivière Koshi, est renommée pour son comportement erratique et ses inondations destructrices dans la plaine indo-népalaise. Ce comportement s’explique en partie par sa très forte dénivellation, l’altitude variant en seulement 160 km à vol d’oiseau, de plus de 8 800 m. (Everest) à 90 m. (Chatara). Elle débouche alors brutalement sur une plaine densément peuplée (plus de 500 heures/km2), à très faible relief, en déposant son exceptionnelle charge sédimentaire due à des débits énormes et extrêmement variables, allant de 280 m3/s à 25 878 m3/s, soit une variation de près de 100. La densification de l’occupation humaine dans la plaine gangétique, conjuguée à celle de l’usage de l’espace pour des raisons économiques importantes (agriculture et élevage s’intensifiant rapidement), a poussé à des tentatives d’aménagement dans la seconde partie du xxe siècle fondés sur l’endiguement complet du cours d’eau et le contrôle de sa dynamique au moyen d’un barrage d’écrêtement à la frontière indo-népalaise. Entre ces digues, des terres émergées sont occupées en permanence par de nombreuses populations. Pour mieux comprendre les dynamiques socio-environnementales de cette situation, notre approche s’appuie sur deux sites situés au Népal, de part et d’autre du barrage de Bhantabari. En amont, le site de Srilanka Tappu subit une importante érosion du cours d’eau mais reçoit des charges sédimentaires conséquentes permettant le maintien de ces terres qui se déplacent en îles « vagabondes ». Par contre, en aval, sur le site de Gobargada, le cours d’eau, assagi par l’écrêtage du barrage, offre des contrastes essentiellement érosifs en raison du faible apport sédimentaire en grande partie bloqué par le barrage. Cette dynamique entraîne la disparition programmée de ces territoires, « aux marges de l’extrême ». Ces deux dynamiques conditionnent le vécu des populations implantées, tant dans leurs ressources que dans leur structuration, aux implications politiques fortement inégales.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Introduction
La Koshi : une rivière maîtrisable dans la plaine du Téraï ?
Le Téraï : une région en pleine mutation
Le Téraï, traditionnellement une marge socio-politique
Le Téraï moderne, une région économique de poids en pleine mutation
La Koshi : un énorme torrent capricieux
Une rivière indomptée, aux excès redoutables
Un aménagement coûteux, pour qui ?
Les sites insulaires de Gobargadha et de Srilanka Tappu
Gobargadha, une fin de monde pour les oubliés
Srilanka Tappu, une république autonome sur l’eau
Les sociétés de l’entre-deux : similitudes et différenciations
Un refuge dans un milieu hostile
Insularité ou insularités ?
Conclusion – L’entre-deux ou les réfugiés de l’aménagement

Aperçu du texte

Introduction

En étudiant les relations entre les aménagements hydrauliques et les activités humaines auprès des grandes rivières himalayennes à leur débouché sur la plaine du Téraï (Népal/Inde), j’ai découvert que les îles alluviales situées entre les digues de la Koshi, étaient densément peuplées. Comment et pourquoi des terres aussi dangereuses et instables, dans le lit d’un des plus puissants et capricieux cours d’eau issus de l’Himalaya, peuvent-elles accueillir d’une façon pérenne, des populations ?

Vivre entre des digues sous-tend une forte vulnérabilité à l’inondation, ce qui nous pousse à réfléchir sur la problématique d’une répartition spatiale des populations très inégale… Mais aussi, le terme de « territoire d’entre-deux » désigne des espaces marginalisés, « piégés » entre des digues naturelles ou artificielles. Cette notion inclut le lit mineur de la Koshi. Les divagations des différents bras de la rivière donnent naissance à des îles de dimensions variables et de formes v...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Amélie Candau, « Espaces de l’entre-deux dans la rivière Koshi (Téraï, Népal) : diversité de dynamiques socio-environnementales »Les Cahiers d’Outre-Mer, 281 | 2020, 191-217.

Référence électronique

Marie-Amélie Candau, « Espaces de l’entre-deux dans la rivière Koshi (Téraï, Népal) : diversité de dynamiques socio-environnementales »Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 281 | Janvier-Juin, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 03 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/com/11212 ; DOI : https://doi.org/10.4000/com.11212

Haut de page

Auteur

Marie-Amélie Candau

Chercheure associée au Centre d’Études Himalayennes UPR 299, au laboratoire LADYSS UMR 7533 et à l’UFR eriTES. Courriel : marieameliecandau(at)gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • Logo Université Bordeaux Montaigne
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search