Navigation – Plan du site

AccueilNuméros281DossierAdaptations agroécologiques et mo...

Dossier

Adaptations agroécologiques et mobilités face aux aléas hydromorphologiques et aux contraintes foncières dans la plaine alluviale du Brahmapoutre (Assam – Inde)

Émilie Cremin
p. 219-248

Résumés

Cet article questionne les processus d’adaptations agroécologiques et les mobilités des communautés paysannes face aux aléas hydro-morphologiques et aux contraintes foncières imposées par l’État dans la plaine alluviale du Brahmapoutre en Assam (Inde). En effet, les États qui ont gouverné successivement la plaine alluviale du Brahmapoutre (royaume Ahom, Britanniques, Inde indépendante) ont aménagé des digues afin de maîtriser le fleuve et d’assurer l’intensification des productions rizicoles. Or, ces aménagements bouleversent les dynamiques fluviales. Les paysans adaptent leurs pratiques agricoles en développant notamment différents types de cultures du riz. Néanmoins, ils doivent aussi faire face aux inondations suite à des ruptures de digues imprévues. Leurs terres disparaissent érodées par le fleuve ou enfouies sous les dépôts de sable. Par conséquent, ils déplacent leurs villages sur les digues, les bourrelets alluviaux et s’approprient des terres agricoles souvent sans droits ni titres. Les contraintes foncières imposées par l’État limitent ces pratiques et la mobilité des jeunes vers les espaces urbains apparaît comme une nouvelle alternative pour les communautés rurales de cette plaine densément peuplée.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Contrairement aux pays les plus riches, la paysannerie est loin d’avoir disparu en Inde, où plus de 60 % de la population dépend toujours des activités agricoles pour sa subsistance (Dorin et Landy, 2009 ; Dev, 2015). En Assam, plus de 80 % des habitants de la plaine alluviale du Brahmapoutre vivent de l’agriculture, et pour la plupart d’une agriculture de subsistance, familiale et paysanne. Ces paysans sont des producteurs agricoles, attachés à un territoire, à une terre, héritiers de savoirs locaux, porteurs de valeurs spécifiques (Wolfer, 2010).

2De sa source au Tibet jusqu’à son delta au Bangladesh, le Brahmapoutre « fils de Brahma », ainsi nommé en Assam, parcourt 2 880 kilomètres, traversant la Chine, l’Inde et le Bangladesh. Il sillonne l’État d’Assam, au nord-est de l’Inde, où vivent de l’agriculture paysanne plus de 25 millions d’habitants (recensement de 2011). Les crues sont bénéfiques, mais elles peuvent également provoquer d’importants dommages lorsque l’eau inonde la plaine rompant les digues, submergeant les bourrelets alluviaux et les terres où vivent les communautés paysannes.

  • 1 Selon le département de l’agriculture et de l’irrigation, la surface cultivée de l’État d’Assam est (...)
  • 2 Le terme anglophone paddy se réfère au grain vêtu (paddy field, an.). Ici nous parlerons de « riz » (...)
  • 3 International Rice Research Institute. Site web http://www.irri.org/

3Que les terres soient exposées aux crues ou mieux drainées, la culture du riz recouvre plus de la moitié de la surface cultivée de l’État d’Assam et emploie 69 % de la population1. Diverses variétés de riz, autrement nommé paddy2, et plusieurs techniques sont utilisées par les cultivateurs suivant les conditions agroécologiques et les dynamiques du milieu. De sa culture à sa consommation, le travail de cette graminée a une importance centrale dans le mode de vie des familles paysannes dont les capacités de subsistance dépendent des récoltes. Mais la riziculture fut aussi un enjeu économique majeur pour le royaume ahom qui domina la plaine. En effet, la riziculture se trouve être au fondement économique d’États prospères et puissants en Asie du Sud-Est ou en Asie du Sud (Bernot, 1975 ; Gourou, 1984 ; Abé, 1995 ; Trébuil et Hossain, 2004), le riz représente toujours la base de l’alimentation de la moitié de l’humanité (cf. IRRI3). Par conséquent, les cultivateurs doivent ajuster leurs pratiques agricoles et leurs modes d’habiter aux conditions du milieu qu’ils exploitent tout en étant soumis aux contraintes foncières imposées par l’État et indirectement à la demande et à l’évolution des marchés (Landy, 1994).

  • 4 Données du BPL Census de 2011. Below Poverty Line (BPL) désigne le seuil de pauvreté. Ce repère éco (...)
  • 5 PDS : public distribution system

4Dans ce contexte, les réformes agraires figurent parmi les instruments majeurs du changement économique et social (Dasgupta, 1991 : 137-143 ; Karna, 2004). Les objectifs des réformes agraires effectuées par le gouvernement indien suite à l’Indépendance furent d’assurer la croissance de la production agricole, mais aussi une justice sociale pour les paysans au travers d’un partage équitable des terres. Or, la pauvreté rurale reste importante, 31,98 % des paysans assamais vivent toujours sous le seuil de pauvreté (BPL Census, 2011)4. Malgré une surface agricole utile de plus de 3 millions d’hectares, la production en riz reste déficitaire par rapport à la consommation de la population de l’État. Celle-ci dépend toujours de l’approvisionnement issu des régions excédentaires du sous-continent pour assurer l’alimentation de sa population grâce au système de distribution publique5 (Landy, 2011). En effet, les paysans de la plaine alluviale du Brahmapoutre produisent encore aujourd’hui essentiellement pour leur consommation quotidienne et peinent à produire davantage pour tirer des revenus complémentaires. L’accès à la modernisation agricole issue de la révolution verte qui encourage l’usage de produits phytosanitaires et la mécanisation depuis les années 1960 est encore loin d’avoir conquis l’ensemble des espaces ruraux (Das et Gogoi, 2020). Bien que peu productive, les pratiques agricoles des paysans d’Assam se fondent encore sur des savoirs écologiques issus de l’expérience locale du milieu particulièrement dynamique du Brahmapoutre. Ces savoirs locaux leur permettent d’adapter leurs pratiques rizicoles aux conditions du milieu (agroécologie), tandis que la mobilité reste nécessaire pour assurer l’adaptation et la résilience des communautés paysannes (Altieri, 2002 ; Erenstein et Thorpe, 2011).

5L’adaptation est définie comme la capacité d’une société à mettre en place des stratégies et des pratiques lui permettant de subvenir à ses besoins de base (Walker et al. 2004 ; Simonet, 2009). La résilience est comprise comme la capacité des systèmes spatiaux et des communautés paysannes à supporter les aléas (crues) et à se réorganiser à la suite de bouleversement tels que des inondations suite à la rupture de digues qui affectent les infrastructures d’encadrement des exploitations agricoles et bouleversent les récoltent au fondement de l’économie locale (Aschan-Leygonie, 2000 ; Adger, 2000 ; Berkes et al. 2003 ; Folke et al. 2010). En d’autres termes, Dauphiné (2007) définit la résilience comme « la capacité d’un groupe à se remettre d’un événement catastrophique qui a causé des dommages réels sur les outils de production et les moyens de subsistance » (Dauphiné 2007 : 120). En outre, l’adaptation aux conditions du milieu est aussi contrainte par les politiques foncières d’accès aux terres cultivées.

6Alors, dans quelles mesures les paysans de la vallée moyenne du Brahmapoutre parviennent-ils à s’adapter aux aléas du milieu fluvial et aux contraintes foncières imposées par l’État ? Pour répondre à cette question, nous allons tout d’abord montrer comment les communautés paysannes peuplant la plaine alluviale du Brahmapoutre en Assam adaptent leurs pratiques agricoles aux aléas hydro-climatiques et aux risques hydromorphologiques (érosion et inondation), suivant le rythme du fleuve. Puis, nous questionnons les effets de l’endiguement sur les dynamiques fluviales et observons les effets de la politique de sédentarisation sur des terres où se conjuguent une forte croissance démographique et une réduction des surfaces agricoles.

7L’étude présentée s’appuie sur plus de 200 entretiens semi-directifs collectés auprès de paysans, hommes et femmes de 20 à 85 ans, au cours d’une enquête de terrain de plus de 18 mois menée dans trois subdivisions administratives de l’État d’Assam, Bokakhat, Majuli et Dhakuakhana, entre 2007 et 2014 (Crémin, 2014).

Des pratiques agricoles adaptées au milieu dynamique de la plaine alluviale

Un milieu dynamique

8Le nord-est de l’Inde, entouré de la chaîne himalayenne au nord et de collines au sud, est une zone sismique active. Les précipitations de mousson, de juin à septembre, y sont particulièrement abondantes (60 % des précipitations annuelles soit 1 500 mm/an – 2 800 mm/an). Le régime du Brahmapoutre reflète les forts contrastes entre saison des pluies et saison sèche ; des crues importantes interviennent pendant la mousson (Goswami et Das, 2003). En amont du fleuve, la tectonique et le cycle de l’eau contribuent à la mise en place du plus grand système d’érosion de la planète. Les fortes précipitations de mousson érodent les versants et produisent des matériaux qui viennent alimenter la charge sédimentaire solide transportée par le réseau hydrographique (France-Lanord et Métévier, 2002 ; Bhaskar et al. 2008). Dans la vallée moyenne du Brahmapoutre, le régime de crue et de sédimentation contribue à l’exhaussement du lit fluvial et au déplacement des lignes de berge (Sarma et Acharjee, 2018). Le régime des crues est à l’origine de la formation de nombreux bras et de cours d’eau qui se déplacent dans la plaine, composant ainsi un réseau de chenaux anastomosés dont la disposition et la configuration varient dans le temps (Amoros et Petts, 1993 ; Goswami et al., 1999 ; Richardson et Thorne, 2001 ; Sarma 2005). Ces processus recomposent continuellement la topographie de la plaine (Sarma et Acharjee, 2018).

Des savoirs et des pratiques agroécologiques pour s’adapter au rythme du fleuve

9Dans les espaces ouverts sur le fleuve où l’endiguement ne produit pas d’obstacles, les chenaux tressés du fleuve divaguent librement et les crues estivales submergent et déposent des limons fertiles sur les terres agricoles. Les communautés paysannes adaptent leurs pratiques agricoles aux rythmes du fleuve et aux aléas de ce milieu dynamique. Elles occupent, exploitent et transforment chacun des écosystèmes (le lit du fleuve, les bras du fleuve et les bancs de sable appelés sapori, les affluents, la plaine alluviale, les bourrelets alluviaux, les marais, les terrasses, les collines) en agro-écosystèmes, c’est-à-dire, en écosystèmes utilisés, cultivés ou aménagés, ajustant ainsi leurs modes de subsistance aux aléas du milieu. Les communautés paysannes disposent ainsi d’un espace de production rythmé par le fleuve : la crue fraye un chemin aux poissons du fleuve vers les marais qui se rechargent alors en ressources halieutiques, tandis que la décrue laisse apparaître les bancs de sable, saporis, qui se couvrent de prairies pendant la saison sèche et offre des pâturages pour le bétail et l’élevage dans le lit mineur. Ces bancs de sable se stabilisent ou sont érodés par le fleuve, submergés et disparaissent au cours du temps. Les communautés déplacent leurs troupeaux et leurs exploitations agricoles (maraîchage) au gré des crues. Ces formes fluviales aux limites incertaines offrent ainsi un espace complémentaire de production.

Figure 1 – Carte du Brahmapoutre en Assam

Figure 1 – Carte du Brahmapoutre en Assam

Source : Réalisé par Emilie Cremin, 2014

Figure 2 – La pêche au filet : une activité collective

Figure 2 – La pêche au filet : une activité collective

Village de Matmora, subdivision de Dhakuakhana, district de North-Lakhimpur Assam. Octobre 2010. Les habitants du village de Ekoria Matmora rassemblent les petits poissons d’un bras mort du fleuve en décrue à l’aide de filets. Tous les membres du village sont invités à contribuer à l’effort collectif

Figure 3 – Un troupeau revient au village après une journée de pâturage sur les bancs de sable au milieu du fleuve. Bokakhat, février 2007

Figure 3 – Un troupeau revient au village après une journée de pâturage sur les bancs de sable au milieu du fleuve. Bokakhat, février 2007

Une diversité d’agroécosystèmes rizicoles pour s’adapter aux aléas hydro-climatiques et à la variabilité des crues

10Face aux aléas hydro-climatiques et à la variabilité des crues, les paysans diversifient leurs pratiques pour assurer un minimum de récoltes.

11La culture du riz est pratiquée sur les terres limoneuses du lit majeur, le plus souvent dans des espaces endigués. Quatre types de rizicultures sont ainsi pratiqués dans la plaine alluviale du Brahmapoutre en Assam :

  • une riziculture pluviale dans les zones les mieux drainées en saison sèche, où les variétés sont résistantes à la sécheresse ;

  • une riziculture à submersion profonde dans les zones les plus basses, où les variétés sont résistantes aux inondations ;

  • une riziculture inondée, où les variétés sont alimentées par les précipitations de mousson ;

  • une riziculture irriguée, avec des variétés à haut rendement accompagné d’intrants (engrais et traitements herbicides, fongicides, etc.)

12Toutes ces techniques rizicoles agroécologiques ainsi que l’usage de variétés appropriées résultent de savoirs écologiques issus d’expériences transmises de génération en génération au sein des communautés paysannes. En effet, les riziculteurs emploient ces différents types de riziculture selon les conditions du milieu. Dans les zones les plus basses, le riz pluvial est semé en janvier-février et récolté en juin, avant les premières crues. Le riz à submersion profonde est semé, lui aussi, en février, mais il est récolté neuf mois plus tard (octobre), après la saison des pluies, une fois la saison sèche revenue. Les variétés de riz à submersion profonde ont la capacité de s’élever avec le niveau de l’eau, ce qui leur donne une bonne capacité d’adaptation aux crues. Le riz inondé et le riz irrigué sont plus sensibles au niveau de l’eau. Ils dépendent de digues et de diguettes aménagées pour contenir une lame d’eau indispensable à ce type de riz. Ces rizières sont alimentées par les précipitations de mousson dont les eaux sont retenues dans des casiers, tandis que le riz irrigué en saison sèche permet d’obtenir une récolte supplémentaire. Les communautés paysannes bénéficient ainsi des services écosystémiques offerts par le milieu fluvial dont l’apport d’alluvions fertiles et l’humidification des sols pendant les crues estivales (MEA, 2005 ; Rana et al., 2018).

Figure 4 – Les quatre types de riziculture pratiqués dans la plaine alluviale du Brahmapoutre

Figure 4 – Les quatre types de riziculture pratiqués dans la plaine alluviale du Brahmapoutre

13Les cultivateurs détiennent des savoirs écologiques traditionnels et des savoir-faire qui leur permettent d’associer les différents types de riziculture et les variétés associées aux conditions hygrométriques (terres hautes drainées/terres basses humides) des écosystèmes. La diversité des techniques et des variétés employées permet ainsi aux habitants de la plaine de préparer leurs stratégies pour surmonter les aléas hydrologiques.

  • 6 Données indiquées dans la brochure du Rice Research Institute de Titabar.

14De nombreuses variétés de riz sont cultivées au nord-est de l’Inde (Catling, 1992). Le centre de recherche sur le riz (RRI) basé à Titabar (subdivision de Jorhat), conserve plus de 3 000 génotypes de riz (Oriza sativa) dont 1 598 cultivars de riz inondé, 274 de riz pluvial et 62 de riz à submersion profonde6. En effet, la grande hétérogénéité des écosystèmes a permis la création et la perpétuation de diverses variétés et écotypes de riz dans la région. Consécutivement, les variétés cultivées dans les zones humides se seraient mélangées à des variétés sauvages et/ou domestiquées, ce qui aurait permis la création de nouvelles variétés. Ainsi, dans la plaine alluviale, et dans la subdivision de Majuli, on en trouve une très grande diversité. Les basses terres des zones endiguées dans le lit majeur sont très fertiles.

Figure 5 – Une femme décortique quelques bottes de paddy après la récolte. Bokakhat, juillet 2014

Figure 5 – Une femme décortique quelques bottes de paddy après la récolte. Bokakhat, juillet 2014

15Jusqu’à la construction des digues en 1954 dans nos trois zones d’étude, les systèmes agraires dépendaient des crues annuelles du Brahmapoutre qui apportaient des limons fertiles, humidifiant les terres et enrichissant les sols cultivés, l’eau des pluies, dépourvue de matières fertilisantes, n’étant pas suffisante pour assurer seule de bons rendements. Les crues ne représentaient guère une perturbation, mais bien au contraire, elles étaient salutaires et faisaient partie du mode de production agricole de la paysannerie. La productivité de la culture des riz de type pluvial et à submersion profonde était bonne lorsqu’il y avait suffisamment de terres disponibles pour pratiquer une riziculture extensive et que les inondations pouvaient déposer des limons fertiles. Or, ces dépôts sont arrêtés par les digues. L’absence de dépôts alluvionnaires fertilisants pénalise les activités productives en affectant les rendements, pendant et après la mousson. Les cultivateurs dépendent donc uniquement des précipitations. Toutefois, comme nous l’avons constaté sur le terrain, l’extrême variabilité des précipitations expose les exploitations à différents risques d’avril à octobre :

  • Des précipitations trop précoces peuvent affecter les récoltes de riz de prémousson ;

  • Des précipitations trop tardives en juillet retardent la saison de culture. Celle-ci ne peut commencer qu’après plusieurs jours de pluie indispensables au labour. Le sol doit être travaillé jusqu’à l’obtention d’une boue dans laquelle s’effectue le repiquage du riz inondé. Dans les parcelles à casiers, le niveau de l’eau est contrôlé à l’aide des diguettes. En outre, des précipitations trop abondantes peuvent submerger et anéantir une récolte entière ;

  • Des précipitations insuffisantes en période de mousson pénalisent le maintien d’une lame d’eau suffisante dans les casiers de riz inondé. Un stress hydrique important, survenant au stade très sensible de la floraison du riz (environ un mois avant la récolte), peut anéantir la production de grain (Trébuil et Hossain, 2004).

16Dans les zones exposées aux inondations soudaines en raison de ruptures de digues, la culture du riz est particulièrement incertaine. La force du courant peut rapidement endommager toutes les exploitations.

17Shri Nobin Doley, enseignant, 35 ans, explique ainsi :

  • 7 Extrait d’un entretien réalisé le 11 octobre 2009, à Kardoïguri, Dhakuakhana.

En janvier, nous avons planté du bao (riz à submersion profonde) et du ahu (riz pluvial), car nous pensions que la digue serait reconstruite et protégerait nos champs au cours de la mousson suivante. Nous avions déjà récolté le ahu en mai, environ 70-80 quintaux pour 10-15 bighas. Nous avons commencé à planter le Sali (riz inondé). Mais, les inondations sont arrivées dès le 1er juillet et nous avons perdu environ cinq bighas de culture.
Afin de réduire le risque de la perte d’une année complète de production, les cultivateurs répartissent et multiplient les types de culture de riz (ahu, sali, bao) au cours de l’année et alternent les variétés de riz sur différents types de sols (composition, fertilité, élévation), ce qui leur permet d’ajuster leur système agraire à la variabilité des précipitations et des risques de rupture de digue ouvrant la voie à aux inondations.7

18Ainsi, les paysans habitant des zones inondables choisissent d’exercer une polyculture en cultivant dans les secteurs exposés aux inondations des cultures de riz pluvial (ahu) au cours de la saison d’étiage, et du riz à submersion profonde (bao) durant la mousson. L’association de ces deux types de culture permet d’assurer, en cas de sinistre, au moins l’une des deux récoltes. Si la saison est clémente, sans inondations imprévues, les deux types de culture peuvent être récoltés, le ahu en juin et le bao, fin novembre.

19La riziculture est particulièrement vulnérable aux trop fortes inondations. En effet, des inondations « éclaires » se produisent fréquemment en raison de brèches dans les digues. Face à l’incertitude, les paysans ont diversifié leurs pratiques culturales pour s’adapter aux différents écosystèmes de la plaine. Néanmoins, les dispositions foncières restent l’une des contraintes les plus fortes.

Des pratiques agricoles contraintes par une gestion figée des territoires et une demande croissante d’intensification des productions

Des exploitations familiales aux surfaces limitées

  • 8 Un petit exploitant agricole dispose de 1,5 à 2 hectares, un très petit exploitant à moins de 1,5 h (...)

20En Assam, les exploitations agricoles sont nombreuses et constituent la part principale de la Surface Agricole Utilisable (SAU) : en 2005, il y avait 2,5 millions d’exploitations agricoles, 3 millions d’hectares cultivés pour une population d’environ 25 millions d’habitants. La majorité des terres de l’État d’Assam appartiennent donc à de petits et très petits exploitants agricoles (small and marginal farmers8) qui pratiquent une agriculture de subsistance et dépendent principalement des conditions écologiques du milieu. En effet, la superficie moyenne des exploitations se réduit progressivement depuis 1970 et se limitait à 1,10 hectare en moyenne en 2011. 25 % de la surface agricole utile (SAU) appartenait à 64 % des exploitants. 64 % des exploitations ont une surface inférieure à 1 ha, tandis que 21 % des exploitations sont supérieures à 10 ha. Les plus grandes exploitations concernent les plantations de thé de type industriel.

Tableau 1 – Taille moyenne des exploitations en hectare de 1970-1971 à 2010-2011

Recensement agricole

Superficie moyenne des exploitations en hectare

1971

1,47

1981

1,36

1991

1,27

2001

1,15

2011

1,10

Source : Recensement agricole de 1970 à 2011

21Concernant la culture du paddy occupant les exploitations familiales, les rendements par hectare et par an s’élèvent en moyenne à 1,9 tonne. Le paddy est décortiqué manuellement à domicile pour donner le riz à cuisiner. Une personne (homme ou femme adulte) a besoin d’environ 500 g de riz par jour pour se nourrir, ce qui représente 15 kg de riz par mois, soit 180 kg de riz (décortiqué) par an, ce qui correspond à environ 28 kg de paddy par mois et 330 kg de paddy par an et par personne. Une famille de 8 à 10 personnes, composée de 4 adultes (parents et grands-parents paternels) ainsi que 4 à 6 enfants disposant de 1,6 ha produit en moyenne 3 tonnes de paddy par an, soit 1,8 tonne de riz, ce qui est tout juste suffisant pour sa consommation.

22La taille des exploitations diminue en raison de la fragmentation des parcelles et du partage des terres entre les fils d’une même famille, tandis que le nombre de bouches à nourrir augmente dans un contexte de forte croissance démographique (+ 17 % entre 2001 et 2011). Les petites exploitations risquent de ne plus permettre d’assurer la subsistance des familles, si elles poursuivent leurs divisions. Les jeunes couples doivent par conséquent trouver de nouvelles terres ce qui reste difficile. La mobilité est donc indispensable pour trouver de nouvelles parcelles. Ainsi, malgré les risques auxquels elles sont soumises, les terres particulièrement instables des sapori (inondées de manière chronique), constituent l’un des derniers fronts pionniers où les paysans « sans terres » sont toujours plus nombreux (Saikia, 2008a, 2008b).

23La productivité agricole est au centre des préoccupations des gouvernements ayant administré la région. L’endiguement fut l’une des premières mesures entreprises dans l’intention de maîtriser le fleuve et de stabiliser les berges pour permettre la mise en valeur des terres avec une sédentarisation plus ou moins contrainte des habitants.

Des productions rizicoles paysannes exposées à la pression du marché

24Les cultures pluviales et à submersion profonde, bien adaptées aux conditions du milieu, furent considérées à toutes les époques comme peu productives par les pouvoirs dominants l’Assam. La politique de la « révolution verte » recommandant l’usage de l’irrigation, de variétés de riz à hauts rendements et de produits phytosanitaires a connu jusqu’à présent une mise en place très partielle en Assam. Pour la Banque mondiale, la faible productivité des activités rizicoles au sein de l’État résulte de la faible qualité des grains, de l’absence de mise en place d’infrastructures d’irrigation et des inondations. En effet, le développement d’une riziculture intensive passe par d’importants investissements pour intégrer des intrants (engrais, fongicides, herbicides, etc.) et une mécanisation de la production. Pour adopter ces modes de production, les communautés paysannes doivent s’organiser en coopératives, ce qui est encore peu développé.

  • 9  Gupta, Dhritman (2012-08-20). “How UP Beats Maharashtra, Gujarat In Agriculture Productivity”. Ind (...)

25Le secteur agricole dispose de peu d’infrastructures d’irrigation par rapport à d’autres États de l’Union indienne, comme celui du Pendjab par exemple. Seules 4,9 % des terres d’Assam sont irriguées tandis que 98,1 % des terres du Pendjab le sont9. Par conséquent, le rendement moyen (tonnes/ha) se limite à 1,8 t/ha en Assam, alors qu’il s’élève à 4,2 t/ha au Pendjab. La moyenne nationale se situe à 2 t/ha (cf. rapport de l’agricultural censusGovernment of Assam 2005). Ce rendement de 1,8 t/ha est issu de deux récoltes par an. La récolte d’hiver, basée principalement sur la culture du riz inondé (Sali) ainsi que sur celle du riz à submersion profonde (bao), contribue pour deux tiers au rendement annuel (1 325 kg/ha). La récolte d’été, basée sur la culture du riz pluvial (ahu) représente un tiers du rendement annuel (500 kg/ha). En outre, la Banque mondiale souligne que les infrastructures de transport vétustes dont disposent les producteurs limitent l’introduction des produits phytosanitaires et l’accès au marché.

26Ainsi, le département de l’agriculture d’Assam soutenu par la Banque mondiale10 encourage la pratique du riz irrigué (boro), associée à des Variétés à Haut Rendement ce qui permettrait d’obtenir une troisième récolte par an. Le riz irrigué est une méthode coûteuse en raison des frais engendrés par l’usage de motopompes alimentées en essence, de l’application de nombreux intrants et du prix élevé de variétés à hauts rendements achetées sur le marché agricole (Kumar, 2018). L’État soutient ce type de productions en offrant des subventions aux exploitants qui s’organisent en coopératives. Néanmoins, cette culture reste encore marginale, bien qu’elle soit une perspective de développement agricole pour 202511. Les productions agricoles sont toujours majoritairement destinées à la consommation familiale et les producteurs ont encore peu de liens avec le marché12. Selon le département de l’agriculture d’Assam, ils disposent de très peu de capital et ne peuvent investir dans le développement de leurs activités. La mécanisation arrive à petit pas. Les tracteurs n’apparaissent dans le paysage de la plaine que depuis quelques années, et ceci, grâce au soutien du département de l’agriculture, car les investissements nécessaires à la mécanisation restent trop élevés pour les paysans. Par conséquent, les communautés villageoises s’organisent toujours pour travailler les terres de manière collective. Néanmoins, tous les efforts investis restent vains aussi longtemps que les terres sont instables et exposées aux inondations du Brahmapoutre.

27Le riz est cultivé à Bokakhat, à Majuli et à Dhakuakhana, mais on peut noter quelques différences entre les zones d’étude :

  • À Bokakhat, la riziculture irriguée s’est plus développée que dans les deux autres sites. Ceci est probablement une conséquence de la politique du département de l’agriculture qui y a investi plus de moyens et des cultivateurs qui concentrent leurs efforts dans ce sens, car ils se sentent moins exposés aux inondations dans cette partie de la plaine ;

  • À Majuli, le riz à submersion profonde est plus développé qu’ailleurs, car les zones humides sont plus nombreuses. Ce système de culture du riz convient aux conditions de la zone menacée chaque année par les inondations (Neog et al., 2016). Les cultivateurs des zones érodées offrent leur force de travail aux propriétaires de terres avec qui ils partagent la moitié des récoltes, ce qui permet d’assurer une partie de leur consommation quotidienne et leur production d’apong. Néanmoins, ils continuent à dépendre des rations de riz distribuées par le PDS (Public distribution system) à des prix subventionnés pour compenser les périodes de soudure.

  • À Dhakuakhana, les inondations et les dépôts de sable récents ont fortement découragé les cultivateurs qui craignent d’investir dans une activité sans résultats. Dans ce secteur, certains paysans tentent de cultiver du riz pluvial pendant la saison sèche et du riz à submersion profonde dans les marais, d’autres travaillent dans les champs de propriétaires terriens, mais la majorité de la population dépend des rations de riz distribuées par le PDS.

28Dans l’ensemble, les paysans préfèrent pratiquer la culture du riz inondé (Sali), car son rendement et sa qualité sont supérieurs à ceux du riz pluvial et du riz à submersion profonde même si ce type de culture est contraignant puisqu’il n’est viable que dans les terres protégées par des digues, dans des casiers entourés de diguettes.

29Les paysans de Bokakhat, de Majuli et de Dhakuakhana rencontrés sont favorables aux digues, ils en dépendent pour assurer leur production de riz. Ils ont en quelque sorte placé leur destin entre les mains de l’État et de l’administration et ce, malgré les ruptures de digues et donc des inondations récurrentes. Par ailleurs, les « progrès » techniques et sociaux de la Révolution Verte n’ont toujours pas conquis la majorité de leurs espaces et la motomécanisation reste très peu employée en raison de son coût élevé et de l’inaptitude du terrain. L’irrigation n’est pratiquée que sur 10 à 20 % des terres cultivées, ce qui est bien inférieur à la moyenne nationale. Les performances agricoles et les rendements restent médiocres malgré un beau potentiel (cf. Étienne, 2005). Les variétés à hauts rendements (VHR), quant à elles, se diffusent de plus en plus et tendent à remplacer les variétés locales cultivées selon la méthode du riz inondé. Pourtant, les variétés locales restent souvent plus résistantes lorsque les conditions des écosystèmes sont trop incertaines. Ainsi, comme l’expliquait Nicholas Georgescu-Roegen en 1995, p. 103 : « Une agriculture hautement mécanisée et lourdement fertilisée permet la survie d’une très grande population, mais au prix d’un épuisement accru des ressources, ce qui, toutes choses égales par ailleurs, signifie une réduction proportionnellement accrue de la quantité de vie future. En outre, […] plusieurs espèces associées à l’agriculture organique traditionnelle pourraient disparaître peu à peu, ce qui risquerait de conduire l’humanité dans un cul-de-sac écologique sans retour possible ».

30Pour assurer l’intensification des productions agricoles, les États successifs ayant dominé la plaine alluviale du Brahmapoutre ont construit un vaste système d’endiguement qui devrait permettre de contrôler les crues du fleuve. Pourtant, le processus d’érosion des berges du fleuve se poursuit.

Une adaptation au travers de nouvelles pratiques pour les communautés paysannes dépossédées de leurs terres par l’érosion du fleuve

Un fleuve contrôlé par l’endiguement ?

31Dès le xiie siècle, des digues furent construites par les autorités administratives du Royaume Ahom pour contrôler le fleuve et stabiliser ses berges. Celles-ci donnèrent aux communautés le sentiment d’être protégées. Néanmoins, les ruptures de digues sont fréquentes. Ces aménagements fluviaux, tout comme les routes, les ponts et les talus supportant les voies ferrées produisent d’importants changements sur le milieu en contraignant le fleuve. Ils interrompent la circulation des eaux et obstruent parfois les tracés fluctuants empruntés par les chenaux du fleuve et ses affluents lors de la mousson. En période de crue, les cours d’eau exercent alors une pression sur les infrastructures qui se rompent subitement laissant passer les eaux. Les inondations consécutives transportent des sédiments sableux qui se déposent dans le lit fluvial et conduisent à son exhaussement et à son élargissement. En changeant de tracé, les chenaux exercent une pression sur les berges, ce qui conduit à un processus d’érosion, toujours plus actif depuis le tremblement de terre de 1950 et les inondations qui s’ensuivirent (Goswami et al., 1999 ; Kotoky et al., 2003). Chaque année pendant la mousson, les fronts d’érosion progressent et emportent les berges aux dépens des terres, tandis que des inondations submergent des villages tout en déposant du sable sur leur passage.

Figure 6 – Carte des villages affectés dans la subdivision de Dhakuakhana, Lakhimpur District, Assam, Inde. Échelle : 1/75 000

Figure 6 – Carte des villages affectés dans la subdivision de Dhakuakhana, Lakhimpur District, Assam, Inde. Échelle : 1/75 000

Source : Image satellite Landsat 7 du 28-11-2000. Réalisation Emilie Cremin, 2014

32Dans une telle situation, l’adaptation au travers de nouvelles pratiques agricoles et la mobilité est indispensable à la survie des communautés paysannes dépossédées de leurs terres par l’érosion du fleuve.

Face à la sédentarisation imposée par l’État, une appropriation illégale des terres

33Les puissances, ayant successivement gouverné l’Assam (les rois Ahoms du xiie au xixe siècle, les Britanniques de 1828 à 1947, puis l’État d’Assam dans l’Inde indépendante), ont, à chaque époque, imposé des limites administratives pour les villages (revenue village) et des limites foncières pour les parcelles agricoles des exploitations familiales. Ces limites administratives furent accompagnées de l’endiguement qui devait contrôler les crues, assurer la protection des terres et la sédentarisation des populations derrières elles.

Figure 7 – Construction de la digue (Dhakuakhana)

Figure 7 – Construction de la digue (Dhakuakhana)

1 et 2 – En 2009, la construction de digue a été interrompue par la crue du 1er juillet au 30 août ; 3 – Le panneau de présentation des caractéristiques de l’aménagement a été emporté par les flots ; 4 – Les travaux ont repris après la décrue ; 5 et 6 – En janvier 2011, la digue construite et le village d’Ekoria Matmora pu se réinstaller en arrière

34Pour l’État, les communautés paysannes devaient ainsi devenir sédentaires. Et pourtant, dans la région étudiée, de nombreux villages furent emportés par l’érosion du fleuve (fig. 6). Ces villages se situaient à une dizaine de kilomètres de leurs emplacements actuels, mais lorsque la digue de la subdivision de Dhakuakhana se rompit en 1998 et de nouveau en 2008, les villages furent de nouveau emportés par le fleuve. Des villages entiers disparurent dans les flots. Une grande partie des familles furent contraintes de quitter leurs habitations pour se déplacer dans l’urgence. Celles qui détenaient des titres de propriété et des baux furent démunies de leurs terres agricoles. Les arbres et les bambous qui entouraient les villages furent étouffés sous le sable, les bosquets et les forêts disparurent, tandis que les marais et les rivières furent comblés. Démunies des ressources essentielles à leur subsistance, les familles ont été contraintes par le fleuve à se déplacer. Une habitante de 80 ans du village de Arkep Baligaon (fig. 6), précise :

Désormais, il ne reste plus rien des villages d’autrefois, toute la terre a été érodée. Le village avait un grand cheptel de vaches et de buffles. Mais, maintenant, il reste très peu de ces bêtes, car il n’y a plus de pâturages disponibles à proximité du village.

35Bien que la digue fût reconstruite en 2000 et en 2010, comme le montre la carte (Fig. 6), les familles n’ont pas acquis de nouveaux titres de propriété pour l’établissement de leur foyer ou pour l’usage de terres agricoles. Or, suite à l’avancé du front d’érosion et d’une brèche dans la digue (construite en 2000), les habitants du village d’Ekoria Matmora furent contraints de prendre refuge sur la digue et des fragments de routes surélevées pendant les inondations de 2009 (Fig. 8). Ces fragments de routes et de digues subsistent et se transforment en zones de refuges temporaires et précaires, surélevées au-dessus de la plaine inondée. Les digues construites par le département des ressources en eau (Water Resources DepartmentWRD) remplacent alors les bourrelets alluviaux où les paysans réimplantaient leurs villages par le passé. Ainsi, en 2008, près de 956 familles de Matmora ont réinstallé leurs maisons sur les talus de ces ouvrages. Les familles ne peuvent toutefois pas rester légalement sur ces emplacements, car l’occupation des digues est considérée comme illégale par l’administration territoriale et les gestionnaires des digues craignent une dégradation des édifices. Après la décrue, ces familles déplacèrent de nouveau leurs maisons sur des terres ensablées.

36Une fois les brèches colmatées par une nouvelle digue en 2010 sous la direction le WRD, le gouvernement ordonna aux communautés de se réinstaller sur les terrains protégés. La mobilité des villages est alors contenue par l’endiguement et le regroupement à l’arrière de celle-ci est plus subi que choisi. Les villageois craignent de nouvelles inondations qui pourraient anéantir de nouveau les investissements dans le développement des parcelles rizicoles. En outre, les familles doivent investir sur des terres dont elles ne détiennent pas les titres de propriété, ce qui les laisse avec un statut d’occupants illégaux.

37Un habitant de Dhakuakhana de 50 ans, explique sa situation :

  • 13 Entretien réalisé en janvier 2011 à Moderguri.

Si le gouvernement préempte la parcelle sur laquelle nous nous sommes installés, nous pourrons rester, toutefois, si le gouvernement ne paie rien, le propriétaire pourrait reprendre ses terres. Le propriétaire, Manuj Doley, habite maintenant à Dhakuakhana (bourg le plus proche). Cette terre est la propriété de sa famille depuis plusieurs générations. Nous avions des terres nous aussi, comme le montre notre bail, mais elles ont été emportées.13

Figure 8 – Carte des déplacements du village d’Ekoria Matmora, Subdivision de Dhakuakhana, district de Lakhimpur

Figure 8 – Carte des déplacements du village d’Ekoria Matmora, Subdivision de Dhakuakhana, district de Lakhimpur

Source : Carte de 1954 pour la localisation des maisons, fond Google Earth janvier 2010 et données collectées lors d'un exercice de cartographie participative sur place en 2010. Réalisation : Emilie Cremin, 2014

38Les villages du Gaon panchayat de Matmora furent ainsi déplacés plusieurs fois depuis l’établissement de la première digue en 1954. Depuis 1998, les activités rizicoles ne sont plus envisageables. La mobilité des établissements villageois et des villages représente un mécanisme d’adaptation qui répond au comportement du fleuve, mais les pertes associées à l’érosion et aux dépôts de sable dépassent les capacités de résilience du groupe.

39Dans les villages inscrits sur les plans cadastraux, l’activité agricole est conditionnée à l’attribution des terres. Ainsi, les contraintes administratives tendent à limiter les stratégies d’adaptation des communautés rurales et les conduisent parfois à opérer une transformation sensible de leurs systèmes socio-écologiques. Dans ces configurations délicates, où la résilience est faible et la précarité importante, les perturbations peuvent conduire à des crises environnementales et sociales. Dans ce contexte, les paysans réajustent leurs stratégies et cherchent de nouvelles opportunités au travers notamment de l’émigration.

Figure 9 – Paysage de Matmora (Dhakuakhana) sinistré par l’érosion et les inondations

Figure 9 – Paysage de Matmora (Dhakuakhana) sinistré par l’érosion et les inondations

1 – Village réfugié sur un fragment de digue ; 2 – Un couple rapporte des jarres du marché. L’eau potable est difficile à trouver et à produire pendant les inondations. 3 – Paysage de Matmora sous les eaux ; 4 – Après la décrue, l’inondation n’a laissé que du sable ; 5 – Le dispensaire est submergé ; 6 – L’Unicef a financé un nouveau poste de soin sur la digue ; 7 – Les rizières sont désormais incultivables ; 8 – Le front d’érosion continue à progresser.

De l’appropriation illégale de terres à l’émigration vers les villes

40À Bokakhat, Majuli et Dhakuakhana, les familles dont les terres ont été emportées par l’érosion des berges cherchent des sites pour reprendre de nouvelles activités rizicoles. Toutefois, les terres agricoles sont de plus en plus rares en raison de la densification de la population dans la plaine (397 hab./km2 en 2011). Les familles rencontrent de grandes difficultés pour trouver des terres vacantes ou pour obtenir des baux. Les couples démunis de toute propriété peuvent soumettre une demande auprès du circle office (administration locale chargée du cadastre), mais peu de terres sont mises à disposition, ce qui complique l’acquisition. Paradoxalement, bien que les propositions de réinstallations soient rares, lorsque les territoires proposés se trouvent sur une autre rive ou loin du fleuve, elles les refusent par attachement à leur territoire d’origine.

41Face aux fortes densités démographiques, les populations sont contraintes à se sédentariser avec ou sans terre. La mobilité contribue à la résilience du système socio-écologique au sein duquel interagissent les communautés paysannes et le fleuve. Or, cette mobilité, pourtant indispensable à la résilience des communautés paysannes peuplant le lit du fleuve est peu envisageable dans la légalité. On assiste alors à des recompositions territoriales dépassant parfois le contrôle de l’État, car les familles paysannes transgressent les réglementations administratives et territoriales en s’appropriant de nouveaux espaces, comme les bancs de sable où l’élevage peut être pratiqué de façon saisonnière (Elahi, 1989 ; Hutton et al., 2004 ; Islam, 2014 ; Ferdous et al., 2019). Cette mobilité est aussi contrainte par les limites des aires protégées, comme celles du parc national de Kaziranga à Bokakhat, où le pâturage du bétail domestiqué est strictement interdit.

42Les occupations illégales des bancs de sable sont marquées par l’incertitude et une forte vulnérabilité, puisque les terres sont submergées en grande partie pendant les crues. Ainsi, en 2010, un jeune paysan, expliquait qu’un grand village composé d’environ deux cents familles s’est installé sur une île au milieu du Brahmapoutre. Ce village n’est pas officiellement enregistré sur les plans cadastraux et cette île fluviale, issue de la régénération d’un banc de sable, sapori, représente un de ces espaces hybrides, entre la terre et l’eau, au statut incertain. La végétation a recolonisé l’espace et les sols se sont reconstitués. Les occupants de cet espace insulaire ont d’abord apporté leur bétail. À présent, ils y cultivent du riz (bao, sali, ahu) et des légumes qu’ils revendent sur le marché de Jorhat, la ville la plus proche. Mais au milieu du fleuve, cet espace est aussi un refuge pour les éléphants sauvages qui viennent souvent piétiner les champs. De plus, l’île risque toujours d’être submergée lors de grandes vagues d’inondations. Le manque de communications routières, la difficulté d’accès, les dangers liés aux inondations et à une érosion incontrôlable rendent l’installation durable d’un village incertaine.

43Dans ce milieu à fortes contraintes démographiques et hydromorphologiques, les familles réorganisent leurs modes de subsistance. Les femmes de Matmora continuent à rassembler les denrées nécessaires à la préparation des repas en prélevant notamment des légumes dans leurs potagers ou dans la forêt, et du bois pour la cuisson. Toutefois, elles expliquent aussi que leur mode de vie a changé, car les habitants de Matmora ne produisent plus de riz. Pour ces dernières, on ne pourrait parler de résilience car elles dépendent des rations de riz subventionnées par l’État et issues du système de distribution publique indien – PDS (Landy 2011). Les familles « sans terres » se nourrissent ainsi du riz du Pendjab, zone de production excédentaire, mais témoignent souvent de leur préférence pour le riz local, s’ils pouvaient en cultiver pour eux-mêmes. Le riz distribué par l’État a, selon eux, peu de goût et peu de valeur par rapport au riz issu de la culture familiale, décortiqué manuellement, dont la saveur est aussi porteuse de l’identité et de l’attachement au terroir (Bonnecase, 2016).

44Depuis que leurs terres furent érodées, de nombreuses familles « sans terres » dépendent d’emplois d’ouvriers agricoles pour obtenir des revenus. Les propriétaires de terres emploient une main-d’œuvre journalière ou saisonnière pour cultiver leurs champs qui reçoit en échange un salaire fixe et une moitié des récoltes. Toutefois, celles qui ne trouvent pas d’embauche régulière sont prolétarisées et paupérisées. Ces paysans sont nombreux à ne pas gagner plus d’un dollar par jour et vivent ainsi sous le seuil de pauvreté (BPL). Pour trouver de nouvelles sources de revenu, beaucoup de jeunes des familles sans terre quittent les villages et partent vers les villes suivant le phénomène de l’exode rural. Ainsi, face au manque d’emplois et de sources de revenus dans les zones sinistrées, des jeunes hommes de 20 à 30 ans quittent leur village pour rejoindre les grandes villes d’Assam ou du reste de l’Inde. Comme l’ont expliqué les habitants de Baligaon (Matmora G.P.), ces jeunes deviennent conducteurs de rickshaw, électriciens ou employés dans des restaurants. Certains se sont rendus à Delhi, ou même jusqu’au Kerala, pour travailler dans des entreprises privées. S’ils arrivent à gagner assez d’argent, les jeunes envoient leurs économies à leurs proches. Mais leur absence représente aussi une perte pour les familles qui manquent d’une aide précieuse dans les champs, lorsqu’il s’agit de relancer des activités agricoles suite aux inondations ou de reconstruire une maison. L’émigration des jeunes vers les zones urbaines ne permet généralement pas d’améliorer la situation de leurs familles dans les villages. En arrivant en ville, ils rencontrent de nombreuses difficultés, trouvent des emplois mal rémunérés et sont souvent contraints d’habiter des logements précaires (Saglio-Yatzimirsky & Landy, 2013). Cette émigration ne réduit pas toujours leur vulnérabilité socio-économique et reste une solution à court terme. Les femmes mariées demeurent avec les enfants chez leurs parents ou leurs beaux-parents dans les villages en attendant le retour de leurs conjoints. Comme l’expliquent les habitants de Baligaon : « les jeunes filles du même âge restent à la maison pour faire du tissage ». Ancrées au village, ces femmes sont surtout chargées de s’occuper du foyer tandis qu’elles espèrent voir les terres se régénérer pour reprendre enfin les activités agricoles et reconstruire le paysage d’une plaine rizicole prospère.

Conclusion

45Dans la plaine alluviale du Brahmapoutre, les communautés paysannes adaptent, si cela leur est possible, leurs pratiques agricoles aux dynamiques et aux rythmes hydro-climatiques de la plaine alluviale du Brahmapoutre. Les savoirs agroécologiques permettent aux cultivateurs de choisir les variétés de riz cultivées en fonction des écosystèmes fluviaux et de bénéficier des services écosystémiques offertes par le milieu (alluvions issues des crues, eau issue des crues, des précipitations ou culture dans les zones humides). Néanmoins, les rendements de ces productions agricoles restent modestes comparées à ceux de l’exploitation intensive soutenue par les techniques de la révolution verte (mécanisation, irrigation par pompage de l’eau souterraine, application d’intrants – engrais et pesticides).

46Outre la demande croissante d’intensification des productions pour satisfaire la demande du marché, ces pratiques agricoles sont contraintes par une gestion figée des territoires. En effet, la surface des parcelles est réglementée par soucis d’égalité, mais leur localisation est imposée pour un bail contractualisé entre l’exploitant et l’État. Pour l’État d’Assam et la banque mondiale, les capacités de production des paysans sont limitées par le faible développement des infrastructures à l’échelle régionale. Ces institutions publiques encouragent les paysans d’Assam à produire plus sur de plus petites exploitations agricoles ou à regrouper les terres dans le cadre de coopératives. Or, les digues aménagées le long des chenaux principaux du fleuve pour contrôler les dynamiques fluviales et assurer la sédentarisation des communautés, sont régulièrement emportées par les crues, causant d’importants dommages sur les exploitations agricoles inondées de façon incontrôlées.

47Par conséquent, les familles paysannes se retrouvent dépossédées de leurs terres et leur mobilité est de plus en plus contrainte par manque de possibilité de réinstallation. La croissance démographique et l’arrivée permanente de nouveaux migrants (Bangladais, Bihari, etc.) exacerbent la demande en terres cultivables et le problème de leur rareté (cf. Hazarika S., 2000 ; Chakraborty, 2006). Dans un territoire densément peuplé, les réglementations administratives, les limites territoriales figées par les plans cadastraux et le manque de terres vacantes réduisent toujours plus les marges de manœuvre des sociétés riveraines du Brahmapoutre pour se déplacer librement dans l’espace de la plaine (Lahiri-Dutt & Gopa, 2013). La mobilité vers les espaces urbains devient un nouvel objectif pour les jeunes en quête d’emplois et de nouvelles perspectives. Ainsi, dans ces espaces de la plaine alluviale du Brahmapoutre, un équilibre reste à trouver entre une amélioration des rendements permettant de nourrir l’ensemble de la population tout en étant durable, et une population croissante et toujours plus mobile.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie

Abé Y., 1995 – Terres à riz en Asie : essai de typologie. Masson. 122 p.

Adger W. N., 2000 – “Social and ecological resilience : are they related?”. In : Progress in Human Geography 24(3) : 347-364. doi :10.1191/030913200701540465

Altieri M.A., 2002 – Agroecology : the science of natural resource management for poor farmers in marginal environments. Agriculture Ecosystems & Environment. DOI : 10.1016/s0167-8809(02)00085-3

Amoros C. et G. E. Petts, 1993 – Hydrosystèmes fluviaux. Coll. « Écologie », n° 24, Paris, Milan, Barcelone : Masson. 290 p.

Aschan-Leygonie C., 2000 – « Vers une analyse de la résilience des systèmes spatiaux ». In : Espace géographique. Tome 29, n° 1, 2000. p. 64-77. DOI : https://doi.org/10.3406/spgeo.2000.1968

Berkes F., Colding J. et Folke C., 2003 – Navigating social–ecological systems : building resilience for complexity and change. Cambridge University Press, Cambridge, UK. http://dx.doi.org/10.1017/CBO9780511541957

Bernot L., 1975 – « Les contraintes de la riziculture et les obligations de l’ethnographe ». In : Cresswell R. (dir.), Éléments d’ethnologie 1 : huit terrains. Paris : A. Colin. « Collection U. », p. 86-127 (Réédition en 2000 : Bernot, Lucien. 2000. « Riziculteurs », Voyage dans les sciences humaines : qui sont les autres ?, Presses Paris Sorbonne. p. 100-127).

Bhaskar B.P., Baruah U., Vadivelu S. et Sarkar D., 2008 – “Characterization of depositional soils in dynamic fluvial landforms of Majuli island for land use related issues”. Agropedology 18, p. 33-43.

Bonnecase V., 2016 – « Le goût du riz. Une valeur sensorielle et politique au Burkina Faso », Genèses, 2016/3 (n° 104), p. 7-29. DOI : 10.3917/gen.104.0007. URL : https://www.cairn.info/revue-geneses-2016-3-page-7.htm

Catling D., 1992 – Rice in deep water. Ed. IRRI. London : Macmillan Press. 542 p.

Chakraborty R.T., 2006 – « Le delta du Bengale et la mise en valeur de terres alluviales depuis le régime colonial ». In : Hérodote 121(2) : 119. En ligne : http://www.cairn.info/revue-herodote-2006-2-page-119.htm.

Cremin E., 2014 – Entre mobilité et sédentarité : les Mising, « peuple du fleuve », face à l’endiguement du Brahmapoutre (Assam, Inde du Nord-Est). Environment and Society. Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis, 2014. French. <tel-01139754>

Dauphiné A. et Provitolo D., 2007« La résilience : un concept pour la gestion des risques ». In Annales de géographie, 2007/2 n° 654, p. 115-125.

Das M. and Gogoi B., 2020 – Agricultural intensification, diversification and migration as livelihood strategies among rural scheduled tribe population of Palasbari revenue circle : a case of India. Asian Journal of Agriculture and Rural Development, vol. 10, n° 2, p. 598-611.

Dasgupta M., 1991 Impact of land reforms in North-east India. New Delhi : Omsons publications, 235 p.

Dev S.M., 2015 – Agriculture, Food Security and Livelihoods in India : Performance, Issues and Challenges, p. 89-112. DOI :10.1007/978-81-322-2101-2_4

Dorin B. et Landy F., 2009 – Agriculture and Food in India A Half-century Review from Independence to Globalization. New Delhi : Manohar publisher-CSH-Quae, 280 p.

Elahi K.M., 1989 – “Population Displacement due to Riverbank Erosion of the Jamuna in Bangladesh.” In : Population and Disaster, ed. J. I. Clarke et Al., eds. Oxford : Basil Blackwell. p. 81-97.

Erenstein O. et Thorpe W., 2011 – “Livelihoods and agro-ecological gradients : A meso-level analysis in the Indo-Gangetic Plains, India”, Agricultural Systems, vol. 104. DOI :10.1016/j.agsy.2010.09.004

Ferdous M.R., Wesselink A., Brandimarte L., Slager K., Zwarteveen M. et Di Baldassarre G., 2019 – “The Costs of Living with Floods in the Jamuna Floodplain in Bangladesh”, Water, vol. 11, n° 6, 1238.

Folke C., Carpenter S., Walker B., Scheffer M. Chapin, T. et Rockström J. 2010 – “Resilience Thinking : Integrating Resilience, Adaptability and Transformability”, in Ecology and Society, vol. 15, n° 4. http://www.jstor.org/stable/26268226.

France-Lanord C. et Métévier F. 2002 – « Le message sédimentaire : un enregistrement des relations entre surrection, érosion et climat ». In Himalaya-Tibet  : Le choc des continents, Paris : CNRS éditions. p. 114-123.

Georgescu-Roegen N., 1995 – La décroissance, Sang de la terre. Paris : Édition électronique, 213 p.

Gourou P., 1984 (réédité en 2000) – Riz et civilisation. Paris : Fayard. 299 p.

Goswami D.C. et Das P.J., 2003 – “The Brahmaputra River, India : The eco-hydrological context of water use in one of world’s most unique river systems”, in The Ecologist Asia. Special edition : Large Dams in the Northeast India : rivers, forests, people and power, vol. 11, n° 1, p. 9-14.

Goswami D.C., Sarma J.N. et Patgiri D., 1999 – “River channel changes of the Subansiri in Assam, India”, Geomorphology vol. 30, n° 3, p. 227-244. http://linkinghub.elsevier.com/retrieve/pii/S0169555X9900032X.

Government of Assam, 2006 – Report on agricultural census 2005-2006 on number and area of operational holdings.

Hazarika S., 2000 – Rites of passage : Border Crossings, Imagined Homelands, India’s East and Bangladesh, Penguin Books India, 347 p.

Hutton D. et Haque C.E., 2004 – “Human vulnerability, dislocation and resettlement : Adaptation processes of river-bank erosion-induced displacees in Bangladesh”, Disasters 2004, vol. 28, n° 1, p. 41-62.

Islam M.S., Hasan T., Chowdhury M.S.I.R., Rahaman M.H. et Tusher T.R., 2013 – “Coping techniques of local people to flood and river erosion in char areas of Bangladesh”. Journal of Environmental Science and Natural Resources, vol. 5, n° 2, p. 251-261.

Karna M. N., 2004 – Agrarian Structure and Land Reforms in Assam. Shillong : North-Eastern Hill University Publications. 103 p.

Kotoky P.D., Bezbaruah J., Baruah et Sarma J.N., 2003 – “Erosion activity on Majuli – the largest river island of the world”, Current science, vol. 84, n° 7.

Kumar M.D., 2018 – “Green Revolution Versus ‘Dream Revolution’ : Agricultural Growth and Poverty Reduction in Eastern India”, in M. Dinesh Kumar (ed.), Water Policy Science and Politics, Elsevier, p. 193-206, ISBN 9780128149034, https://doi.org/10.1016/B978-0-12-814903-4.00012-9.

Lahiri-Dutt K. et Gopa S., 2013 – Dancing with the river : people and life on chars of south asia. New Haven : Yale University Press. 288 p.

Landy F., 1994 – Paysans de l’Inde du Sud : le choix ou la contrainte. Paris : Karthala, 492 p.

Landy F., 2011 – « Représentation du territoire national et circulation des grains : le Système de distribution publique indien », Annales de géographie, n° 677, p. 26-49. URL : www.cairn.info/revue-annales-de-geographie-2011-1-page-26.htm.

Millennium Ecosystem Assessment, 2005 – Ecosystems and Human Well-Being. Synthesis. Island Press, Washington D.C.

Neog P., Sarma P.K., Ravindra Chary G., Dutta S., Rajbongshi R., Sarmah K., Baruah S., Sarma D., Sarma M.K. et Borah P., 2016 – Building climate resilient agriculture through traditional floating rice in flash flood affected areas of the North bank plains zone of Assam, Indian Journal of Traditional Knowledge, vol. 15 (4), October 2016, p. 632-638. http://nopr.niscair.res.in/bitstream/123456789/35245/1/IJTK%2015%284%29%20632-638.pdf

Rana K., Goyal N. et Prakash Sharma G., 2018 – “Staging stewards of agro-ecosystems in the ecosystem services framework”, Ecosystem Services. DOI :10.1016/j.ecoser.2018.08.004.

Richardson W. R. et Thorne C.R., 2001 – “Multiple thread flow and channel bifurcation in a braided river : Brahmaputra–Jamuna River, Bangladesh”, Geomorphology, vol. 38, p. 185-196.

Saglio-Yatzimirsky M.-C. et Landy F. (eds.), 2013 – Megacity Slums : Social Exclusion, Space and Urban Policies in Brazil and India. Londres : Imperial College Press, Urban Challenges series, 446 p.

Saikia A., 2008a. “State, peasants and land reclamation”, The Indian Economic & Social History, vol. 45, n° 1. DOI :10.1177/001946460704500103

Saikia A., 2008b. “Forest land and peasant struggles in Assam, 2002-2007”, The Journal of Peasant Studies, vol. 35, p. 35-59. DOI :10.1080/03066150801983402

Sarma J. N., 2005 – “Fluvial process and morphology of the Brahmaputra River in Assam, India”, Geomorphology, vol. 70, n° 3-4, p. 226-256. En ligne : http://linkinghub.elsevier.com/retrieve/pii/S0169555X05000747.

Sarma J.N. et Acharjee S., 2018 – “A Study on Variation in Channel Width and Braiding Intensity of the Brahmaputra River in Assam, India”, Geosciences (Switzerland), vol. 8, p. 1-19. 10.3390/geosciences8090343.

Simonet G., 2009 – « Le concept d’adaptation : polysémie interdisciplinaire et implication pour les changements climatiques », Natures Sciences Sociétés, vol. 17, p. 392-401. En ligne : https://www.cairn.info/revue-natures-sciences-societes-2009-4-page-392.htm.

Trébuil G. et Hossain M., 2004 – Le riz : enjeux écologiques et économiques. Mappemonde. ed. CIRAD. Paris : Belin. 265 p.

Walker B., Holling C.S., Carpenter S.R. et A. Kinzig, 2004 – “Resilience, adaptability and transformability in social systems”, Ecology and Society, vol. 9, n° 2, article 5. En ligne : http://www.ecologyandsociety.org/vol9/iss2/art5/.

Wolfer B. A., 2010 – « Agricultures et paysanneries du monde – Mondes en mouvement, politiques en transition », Agricultures et paysanneries du monde, Versailles Cedex, Éditions Quæ, « Hors collection », 352 p. En ligne : www.cairn.info/agricultures-et-paysanneries-du-monde--9782759206445-page-7.htm.

Haut de page

Annexe

Tableau 1 – Relation entre caractéristiques des agro-écosystèmes et types de riziculture. Principales variétés de riz pour chaque type de systèmes rizicoles

Tableau 1 – Relation entre caractéristiques des agro-écosystèmes et types de riziculture. Principales variétés de riz pour chaque type de systèmes rizicoles

Source : données collectées sur le terrain de 2007 à 2011, et données adaptées de Catling 1992 ; Singh et al. 2000, Trébuil 2004.

Haut de page

Notes

1 Selon le département de l’agriculture et de l’irrigation, la surface cultivée de l’État d’Assam est de 2 811 000 hectares, dont 1 549 000 hectares occupés par la culture du riz. Données disponibles sur le site web du gouvernement assamais : http://www.rkvyassam.in/?brief

2 Le terme anglophone paddy se réfère au grain vêtu (paddy field, an.). Ici nous parlerons de « riz » pour qualifier le grain décortiqué (rice, an.), poli (husked rice, an.) et bouilli (boiled rice, an.), prêt à la consommation. Le paddy est nommé dhan en assamais et am en mising, tandis que le riz cuit est nommé bhat en assamais et apin en mising.

3 International Rice Research Institute. Site web http://www.irri.org/

4 Données du BPL Census de 2011. Below Poverty Line (BPL) désigne le seuil de pauvreté. Ce repère économique est utilisé par le gouvernement indien pour indiquer un désavantage économique et pour identifier les individus et les ménages ayant besoin d’une aide et d’une assistance de la part du gouvernement. Il est déterminé à l’aide de divers paramètres.

5 PDS : public distribution system

6 Données indiquées dans la brochure du Rice Research Institute de Titabar.

7 Extrait d’un entretien réalisé le 11 octobre 2009, à Kardoïguri, Dhakuakhana.

8 Un petit exploitant agricole dispose de 1,5 à 2 hectares, un très petit exploitant à moins de 1,5 ha.

9  Gupta, Dhritman (2012-08-20). “How UP Beats Maharashtra, Gujarat In Agriculture Productivity”. India Spend. Retrieved 2013-12-27.

10  http://www.worldbank.org/en/news/feature/2011/03/29/india-improved-irrigation-assam-self-sufficient-rice

11  https://agri-horti.assam.gov.in/sites/default/files/swf_utility_folder/departments/agriculture_medhassu_in_oid_3/menu/information_and_services/AGRI VISION 2025.pdf

12 http://www.agriassam.in/etc/state_agriPolicy.htm

13 Entretien réalisé en janvier 2011 à Moderguri.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Carte du Brahmapoutre en Assam
Crédits Source : Réalisé par Emilie Cremin, 2014
URL http://journals.openedition.org/com/docannexe/image/11263/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Figure 2 – La pêche au filet : une activité collective
Crédits Village de Matmora, subdivision de Dhakuakhana, district de North-Lakhimpur Assam. Octobre 2010. Les habitants du village de Ekoria Matmora rassemblent les petits poissons d’un bras mort du fleuve en décrue à l’aide de filets. Tous les membres du village sont invités à contribuer à l’effort collectif
URL http://journals.openedition.org/com/docannexe/image/11263/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 3 – Un troupeau revient au village après une journée de pâturage sur les bancs de sable au milieu du fleuve. Bokakhat, février 2007
URL http://journals.openedition.org/com/docannexe/image/11263/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Figure 4 – Les quatre types de riziculture pratiqués dans la plaine alluviale du Brahmapoutre
URL http://journals.openedition.org/com/docannexe/image/11263/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Figure 5 – Une femme décortique quelques bottes de paddy après la récolte. Bokakhat, juillet 2014
URL http://journals.openedition.org/com/docannexe/image/11263/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Figure 6 – Carte des villages affectés dans la subdivision de Dhakuakhana, Lakhimpur District, Assam, Inde. Échelle : 1/75 000
Crédits Source : Image satellite Landsat 7 du 28-11-2000. Réalisation Emilie Cremin, 2014
URL http://journals.openedition.org/com/docannexe/image/11263/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Figure 7 – Construction de la digue (Dhakuakhana)
Crédits 1 et 2 – En 2009, la construction de digue a été interrompue par la crue du 1er juillet au 30 août ; 3 – Le panneau de présentation des caractéristiques de l’aménagement a été emporté par les flots ; 4 – Les travaux ont repris après la décrue ; 5 et 6 – En janvier 2011, la digue construite et le village d’Ekoria Matmora pu se réinstaller en arrière
URL http://journals.openedition.org/com/docannexe/image/11263/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 5,5M
Titre Figure 8 – Carte des déplacements du village d’Ekoria Matmora, Subdivision de Dhakuakhana, district de Lakhimpur
Crédits Source : Carte de 1954 pour la localisation des maisons, fond Google Earth janvier 2010 et données collectées lors d'un exercice de cartographie participative sur place en 2010. Réalisation : Emilie Cremin, 2014
URL http://journals.openedition.org/com/docannexe/image/11263/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Titre Figure 9 – Paysage de Matmora (Dhakuakhana) sinistré par l’érosion et les inondations
Légende 1 – Village réfugié sur un fragment de digue ; 2 – Un couple rapporte des jarres du marché. L’eau potable est difficile à trouver et à produire pendant les inondations. 3 – Paysage de Matmora sous les eaux ; 4 – Après la décrue, l’inondation n’a laissé que du sable ; 5 – Le dispensaire est submergé ; 6 – L’Unicef a financé un nouveau poste de soin sur la digue ; 7 – Les rizières sont désormais incultivables ; 8 – Le front d’érosion continue à progresser.
URL http://journals.openedition.org/com/docannexe/image/11263/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 3,9M
Titre Tableau 1 – Relation entre caractéristiques des agro-écosystèmes et types de riziculture. Principales variétés de riz pour chaque type de systèmes rizicoles
URL http://journals.openedition.org/com/docannexe/image/11263/img-10.png
Fichier image/png, 226k
URL http://journals.openedition.org/com/docannexe/image/11263/img-11.png
Fichier image/png, 140k
Crédits Source : données collectées sur le terrain de 2007 à 2011, et données adaptées de Catling 1992 ; Singh et al. 2000, Trébuil 2004.
URL http://journals.openedition.org/com/docannexe/image/11263/img-12.png
Fichier image/png, 32k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Émilie Cremin, « Adaptations agroécologiques et mobilités face aux aléas hydromorphologiques et aux contraintes foncières dans la plaine alluviale du Brahmapoutre (Assam – Inde) »Les Cahiers d’Outre-Mer, 281 | 2020, 219-248.

Référence électronique

Émilie Cremin, « Adaptations agroécologiques et mobilités face aux aléas hydromorphologiques et aux contraintes foncières dans la plaine alluviale du Brahmapoutre (Assam – Inde) »Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 281 | Janvier-Juin, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 06 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/com/11263 ; DOI : https://doi.org/10.4000/com.11263

Haut de page

Auteur

Émilie Cremin

Docteur en Géographie de l’Université Paris 8 Saint-Denis. UMR 7533 LADYSS. UPR 299 Centre d’études himalayennes. Post-doctorante à l'Université de Glasgow. Courriel : emilie.cremin(at)gmail.com.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • Logo Université Bordeaux Montaigne
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search