Navigation – Plan du site

AccueilNuméros281RubriquesEntretiens de COMEntretien avec Christian Tarpin. ...

Rubriques
Entretiens de COM

Entretien avec Christian Tarpin. Ferme AuroOrchard, 12 décembre 2019

Propos recueillis par Emilie Ponceaud-Goreau et Anthony Goreau-Ponceaud
Emilie Ponceaud-Goreau et Anthony Goreau-Ponceaud
p. 271-288

Texte intégral

Photographie 1 – Christian Tarpin à AuroOrchard

Photographie 1 – Christian Tarpin à AuroOrchard

Photographie 2 – La ferme AuroOrchard en 1969

Photographie 2 – La ferme AuroOrchard en 1969

Le « groundnut field » (ou champ d’arachides) et la première étable de la ferme d’AuroOrchard.

Cliché : auteur inconnu

Christian Tarpin, ingénieur des ponts et chaussées de formation, urbaniste dans le domaine des mobilités est aujourd’hui fermier à AuroOrchard, la ferme historique de la communauté d’Auroville, créée par Gérard et Bithi en 1969. Quelles ont été vos impressions en arrivant ici ?

  • 1 Gérard est le fondateur de la ferme en 1969, d’origine suisse romande, né en 1931, il réside en Ind (...)

J’ai découvert la ferme le 15 février 2012, peu après le passage du cyclone Thane (31 décembre 2011). Elle était dévastée, pourtant j’en suis tombé amoureux. Quarante années d’agriculture conventionnelle l’avaient abîmée, les pratiques culturales – maintenir le sol nu et propre, prêt à accueillir de nouvelles cultures – avaient détruit la fertilité. C’est vrai en général mais encore plus dans ce climat. Par ailleurs le cyclone était passé par là et il y avait de gros dégâts. Je vois encore Gérard1 debout devant les 4 hectares où il y a quand même 300 gros manguiers, tendant la main et disant « et là, le verger des mangues »… et je ne voyais rien, tellement les arbres étaient enchevêtrés, cassés… La route qui y pénétrait n’était même pas visible ! Mais j’ai aussi vu que Gérard avait fait un sacré boulot !

Dans quelle mesure la ferme d’AuroOrchard s’inscrit-elle dans l’évolution du paysage local ?

Hum… Pour le comprendre il va falloir faire pas mal de détours…

  • 2 La « TDEF », pour Tropical Dry Evergreen Forest, est une formation végétale particulière qui se man (...)

En fait, l’écosystème climax de cette zone c’est la forêt2. Ce pays connaît un soleil intense et des pluies intenses, seuls les arbres sont assez forts pour tenir et protéger le sol de ces agressions. La zone est aussi qualifiée d’aride, parce que l’évaporation surpasse les précipitations. Elle est en fait bistable : soit on dénude, on abîme et on va vers le désert, soit on protège, on soigne et on va vers la forêt. L’agroforesterie est donc incontournable… l’agriculture doit louvoyer, osciller entre ces deux « tentations », le désert ou la forêt.

L’histoire de l’endroit est liée à celle de Pondichéry. La ville a été construite essentiellement en bois, et cela explique pourquoi il y a eu des déboisements. Elle a aussi été brûlée et reconstruite plusieurs fois à cause des chamailleries entre Anglais et Français. Aussi, au xviiie siècle, les habitants ont déboisé une « buffer zone » (ou zone tampon) de 10 km tout autour de la ville pour se protéger des léopards et des éléphants. Auroville est implanté dans cet endroit, désertifié intentionnellement par l’homme. Le paysage a évolué vers le désert, d’autant plus que le bétail est laissé libre d’aller et de venir, c’est une tradition ici.

Au début d’Auroville dans les années 1970, le plateau était désertique mais il était néanmoins verdoyant pendant la saison des pluies… Les habitants avaient développé un système d’agriculture pluviale qui consistait à enclore les champs à la fin du printemps pour les protéger des vaches ; ils semaient dès les premières pluies de la petite mousson en juin, et faisaient une ou deux récoltes. Après, ils ouvraient les champs, les bêtes mangeaient les chaumes, piétinaient, retournaient le sol, déposaient leurs excréments… Cet écosystème était fragile, les vieux Aurovilliens ont connu des tempêtes de sable.

Il ne reste aujourd’hui plus que 2 % de la forêt d’origine qui couvrait la bande côtière orientale du continent indien. La plupart du temps, seuls subsistent les bois sacrés autour des temples ; en y pénétrant, la présence de ces vieux arbres impressionne, ça respire… Il faudrait des siècles pour recréer cette forêt ! L’histoire du paysage est ici très marquée par l’homme. C’était un paysage extrêmement riche, boisé, mais aujourd’hui nous continuons à tendre vers le désert. Quand je suis arrivé à AuroOrchard il y a 8 ans, j’ai eu du mal à délimiter la ferme dans Google Maps car l’environnement était encore vert. Aujourd’hui la forme verte d’AuroOrchard émerge comme un îlot de résistance, en vert au milieu du rouge de la terre mise à nu ! On pousse encore le curseur vers le désert car c’est une zone de développement « économique », très convoitée, le long de l’autoroute…

Comment en êtes-vous venu à prendre la responsabilité de la ferme ?

  • 3 Bois Raméal Fragmenté, une méthode de régénération des sols lancée au Québec qui consiste à introdu (...)
  • 4 Bernard Declercq est belge flamand, il a été à l’initiative de plusieurs fermes et lieux de Nature (...)

J’ai toujours eu des jardins, j’ai été autosuffisant en légumes, cultivant plus de 1 000 m2 de terrain pour nourrir ma famille. C’était dans ma vie, mais je n’ai pas de formation de fermier et encore moins en tropical. Au début, je me suis considéré comme stagiaire, j’ai écouté Gérard, fait de petits essais et continué le BRF3 qu’il avait démarré en 2011. Très bonne piste que j’ai beaucoup développée. Bernard et Deepika4, les créateurs de Pebble Garden, le potager conservatoire de graines où j’étais bénévole, m’ont encouragé. J’ai commencé ici en février 2012, à raison au début d’un jour par semaine. Je regardais ce qui se faisait, j’apprenais leurs méthodes, et puis je me suis investi de plus en plus. En octobre 2012 j’étais à plein temps, responsable des légumes… par excès de potasse, un jour un champ a fleuri d’algues vertes, gluantes et puantes, comme une marée verte en Bretagne, et j’ai vraiment piqué ma colère : « on passe en bio ou je m’en vais ». Gérard a accueilli ça très positivement et il m’a dit « je suis trop vieux pour me lancer là-dedans, je n’y connais rien et n’y crois pas » – d’ailleurs il n’y croit toujours pas ! – « mais si tu le fais on est avec toi ». C’est comme ça que cela a démarré.

Vous expliquez comment notre monde se construit sur le concept de la rareté… Il serait nécessaire de soigner la planète et de s’orienter vers la régénération des écosystèmes, alors que le « bio » reste extractif. Mais comment recrée-t-on un cycle d’agriculture régénérative ?

Vu l’état de la planète, on devrait régénérer partout en fait. Les humains, en tant qu’individus et collectivement, se comportent aujourd’hui sur Terre de manière extrêmement égoïste, immature et extractive… comme un gamin qui pique dans le frigo la cuisse de poulet que maman a gardé pour le lendemain et qui ne se préoccupe pas de remplir le frigo. L’approche extractive, c’est de « taper » dans une ressource en la considérant comme gratuite et/ou illimitée, en tout cas sans en prendre responsabilité.

  • 5 https://www.pnas.org/content/115/25/6506
  • 6 C’est le rapport entre la biomasse humaine et commensale (tous les animaux que nous élevons pour no (...)

Cette tradition a fondé la science économique grâce à Jean-Baptiste Say, qui a prononcé en 1803, dans son Traité d’économie politique, cette phrase terrible : « Les ressources naturelles sont inépuisables, car sans cela nous ne les obtiendrions pas gratuitement. Ne pouvant être ni multipliées ni épuisées, elles ne sont pas l’objet des sciences économiques ». À cette époque la ressource Terre semblait inépuisable, cela pouvait se comprendre : quand il disait cela, l’Homme et tous les animaux liés à l’Homme représentaient peut-être 5 % de la biomasse vertébrée terrestre mais en 1900, c’était sans doute déjà 10 %, en 2000 90 %, et en 2018, chiffre publié au sein d’un article universitaire5, c’est 96 % de ce qui court sur Terre6… Le problème c’est que nous n’avons pas changé de mentalité !

Le modèle extractif postule toujours que la planète est un gigantesque frigo nourri par une hypothétique Mère Nature et qu’il y aura toujours dedans un poulet dont on pourra chiper une cuisse. Le problème est que Mère Nature ne peut plus assumer la charge de l’empreinte écologique imposée par l’homme. Il faut absolument changer la règle du jeu, devenir les jardiniers de la Terre et recréer l’abondance. Dire « recréer l’abondance » c’est déjà terriblement orgueilleux parce que nous n’avons pas le pouvoir de créer l’abondance… elle est là ! Nous devons juste la respecter, l’aider à fleurir. Et lui rendre grâce ; je pense que c’est le mouvement fondamental. Il s’agit de passer de l’extractif au contributif, du parasitisme à la symbiose, de l’adolescence à la maturité, de la destruction à la régénération, de la rareté à l’abondance.

Mais à partir de quoi régénérer, où est l’abondance ?

Dans la vision que nous ouvre la thermodynamique des systèmes ouverts, développée par Ilya Prigogine dans les années 1970. La vie sur Terre, la biosphère est ce qu’on appelle une « forme dissipative » qui se déploie parce qu’elle est nourrie par un flux d’énergie, alimenté par le point chaud qu’est le soleil et qui s’évacue vers le point froid qu’est le fond du cosmos. J’insiste sur l’importance des deux : sans le soleil il n’y aurait pas de vie mais sans le fond froid du cosmos, on serait cramés. Et cette énergie est incommensurable. Je cite souvent ce chiffre car il fait vraiment réfléchir : la consommation électrique de l’humanité pendant un an c’est 5 minutes d’éclairement de la Terre par le soleil, et le budget énergétique annuel global… 1 heure ! Sans énergie, pas de vie, mais qu’on ne me dise pas que l’énergie est rare, en fait nous nageons dans une abondance d’énergie. Et cette abondance vient à peu près exclusivement du soleil.

Ensuite, qui sait utiliser l’énergie du soleil et la transformer en énergie chimique utilisable par le vivant, qui sait « créer quelque chose là où il n’y avait rien » ? Fondamentalement, les plantes, et QUE les plantes, par le mécanisme de la photosynthèse… Voyons ça de près :

Il faut revenir au fait que tous les êtres vivants, plantes comprises, ont un métabolisme qui « oxyde » des sucres, ou plus généralement des chaînes de carbone C, au moyen de l’oxygène O2 (« oxyder » vient de « oxygène ») et rejette du dioxyde de carbone CO2. Celui-là même qui nous pose problème avec l’effet de serre. Cette réaction d’oxydation libère de l’énergie. C’est pour ça qu’elle est plus ou moins universellement utilisée comme base de nos métabolismes, parce que ça permet aux êtres vivants de s’activer sur Terre. Mais la contrepartie, c’est que la forme oxydée est plus stable que la forme non oxydée. On dit aussi que l’énergie potentielle de la forme oxydée est « basse », car on en a libéré l’énergie utile. C’est comme laisser rouler une bille au fond d’un bol, ou une voiture en bas de la pente… On récupère de l’énergie et on peut en faire quelque chose, mais le problème, c’est que la bille ne remonte pas spontanément en haut du bol, ni la voiture en haut de la pente. C’est à sens unique. Au passage, cela explique pourquoi le CO2 ne va pas se résorber spontanément, il est stable, et c’est pour ça que l’effet de serre que nous avons créé est une affaire qui va nous poursuivre longtemps, quelques dizaines ou centaines de milliers d’années…

Comment remonter le ressort du réveil, comment reconstituer l’énergie chimique potentielle ? Eh bien par la réaction inverse, dite de réduction. Et pour mener à bien une telle réaction, il faut être capable de capter et de réinjecter de l’énergie… Or, seules les plantes savent le faire, par le mécanisme de la photosynthèse, qui à partir de dioxyde de carbone CO2, d’eau et d’énergie lumineuse, sait reconstituer les sucres et dégage de l’oxygène O2. Et chez les plantes, cette activité dépasse de loin en importance leur métabolisme, ce qui fait qu’en bilan net, les plantes sont réductrices, ce sont elles qui sur Terre reconstituent l’énergie primaire de la Vie et nourrissent TOUTE la chaîne alimentaire. Elles sont la source de la fertilité.

  • 7 Actuellement 0,4 ‰, ou 415 ppm, pour « parties par million ».

Et tous les ingrédients de cette réaction sont abondants ! On a vu que l’énergie est abondante, grâce au soleil. Le CO2 aussi est abondant ; il est très minoritaire dans l’atmosphère7 mais plus que suffisant pour les plantes, surtout maintenant que nous en avons émis de trop ! L’eau, H2O, paradoxalement n’est pas limitée dans ce pays où il tombe en moyenne 1,27 m par an. Récupérée et gérée en bon père de famille, l’eau est abondante.

La dernière abondance est celle de l’azote N. C’est le point de stress des agriculteurs conventionnels auxquels les industriels ont réussi à faire croire que l’azote était rare… Ce serait un gag si ce n’était tragique, car l’azote représente 78 % de l’atmosphère ; le phosphore est un vrai problème mais pas l’azote ! Les plantes ne savent pas absorber l’azote de l’atmosphère par contre un sol vivant le fait très bien. Dès lors que la vie du sol est restaurée, l’azote de l’atmosphère est rendu disponible aux plantes.

CHON, carbone, hydrogène, oxygène et azote, c’est la recette de base de la vie sur Terre. Ensemble, ils représentent 96 à 98 % du corps des êtres vivant. Tous sont abondants, et tous nous tombent du ciel ! C’est amusant, d’ailleurs, parce qu’on peut dire, en poussant à peine le bouchon, que plantes et animaux, nous sommes tous faits d’air. On se sent plus légers, non ? Et l’air, Dieu merci, c’est encore abondant et gratuit…

Donc, la régénération ce n’est pas très compliqué, cela commence par faire pousser des plantes. C’est cadeau ! C’est ce que j’appelle, ici à la ferme, le « grow something principle » ! Et à chaque fois qu’on fait pousser des plantes on recrée des possibilités de vie. Parce que c’est de la nourriture pour nous les animaux, certes, mais avant tout parce que c’est de la nourriture pour le sol. La méthode que l’on suit ici et qu’on devrait suivre partout, c’est de faire pousser des plantes et de retourner ces plantes au sol pour le nourrir et le protéger.

J’ai l’impression que l’homme, disons le masculin… a à un moment choisi de s’intéresser au monde sous l’angle de comment il pouvait en tirer profit, il s’est focalisé sur le couple « plante – animal ». Ce faisant, il a mis le féminin sous le boisseau. Dans le cycle de vie, le féminin, c’est plutôt le couple « plante – sol ». Le sol c’est ce métabolisme obscur, discret, très Yin, qui est capable de tout pardonner, de tout accueillir, de tout recycler et de remettre à disposition les éléments qui permettent la réémergence d’une vie nouvelle. Ce que je te décris là ce sont les qualités que l’on prête à l’archétype féminin. L’agriculture conventionnelle s’est, sous le regard de l’homme, focalisée sur le Yang, sur « je fais pousser des récoltes parce que je veux manger ». C’est une approche instrumentale, comme pour faire rouler une voiture, tu mets du carburant dans le réservoir ; pour faire pousser les plantes, tu mets du NPK, des engrais dans les racines. Magique ! Mais nous oublions le sol, nous oublions la fertilité !

Alors comment arrive-t-on à une aggradation des sols ?

C’est très simple : le sol est un être vivant. On apprend aux enfants à l’école que le vivant comprend les plantes et les animaux, mais c’est faux, ou tout au moins trompeur. Il y a les plantes, les animaux ET le sol et encore il ne faudrait pas dire les choses dans cet ordre mais plutôt : les plantes, le sol et les animaux. La Vie est apparue sur Terre dans cet ordre-là et c’est dans cet ordre-là que la fertilité se reconstitue. La Vie, pour démarrer sur Terre, avait besoin de la photosynthèse, de cette capacité à créer quelque chose juste avec du soleil et du CO2. Il a fallu un support aux premiers êtres vivants, ils trouvèrent d’abord l’eau, le medium universel de la vie sur Terre, puis ce fut le sol. Ce sont les stromatolithes, les cyanobactéries, prochlorococcus… Ils sont toujours là d’ailleurs, un peu oubliés de l’homme qui ne s’intéresse pas trop à eux, sauf quand par effet de mode il se met à vouloir bouffer de la spiruline. La première vie, elle vient de la plante, puis du sol et ensuite de l’animal. Le rôle de l’animal ne se conçoit que si le plancher est là, la pyramide ne se construit pas par la pointe.

  • 8 Christian Tarpin souhaite rappeler que « c’est, par définition, un chiffre sur lequel il y a une gr (...)
  • 9 Claude et Lydia Bourguignon, qui ont fondé le Laboratoire d’analyse microbiologique des sols (LAMS) (...)
  • 10 Regenerative organic, défini par le Rodale Institute dans les années 1980, voir rodaleinstitute.org (...)

Le mouvement de base c’est de laisser pousser les plantes. Ensuite on peut être astucieux… planter un peu pour avoir à manger mais surtout beaucoup pour nourrir le sol. Dès que le sol est nourri, il recrée les bases de fertilité. S’il n’est pas nourri, il meurt, comme tout être vivant. C’est fou de voir à quel point le sol est mal connu : nous ne connaissons que 2 ou 3 % des êtres vivants du sol8 alors que la survie de l’humanité en dépend9. J’aime ce mouvement en France du « jardinage sur sol vivant » qui exprime cela. En disant « c’est la plante qui fait le sol » ils rappellent que l’attention ne devrait pas être de faire pousser des plantes mais d’abord de faire pousser du sol pour que tout le reste arrive. Pour la ferme j’utilise le mot bio-régénératif10. Les mots « permaculture » et « agroécologie » m’embêtent un peu parce qu’ils ne disent pas ce qu’ils font… Nous n’avons pas besoin d’incantations, mais de pratiques.

  • 11 Pour être parfaitement rigoureux, « localement » néguentropique.

Je dis souvent que seule la plante crée de la valeur… Elle est fondamentalement néguentropique11, c’est-à-dire qu’elle crée de l’information. Là où il n’y avait rien, et sans rien prendre quasiment des ressources de son milieu, pousse une plante… Tout autre métabolisme ou activité est nécessairement oxydant, entropique, consomme de l’énergie et dégrade des ressources… L’industrie dit qu’elle « crée de la valeur », parce qu’elle fait des bénéfices… C’est ridicule car en fait, du point de vue du vivant, au niveau fondamental, elle est TOUJOURS destructrice ! Un smartphone est un miracle d’organisation, mais son coût en termes de désorganisation du milieu est insoutenable. Cela apparaît brutalement quand on se pose la question de son recyclage !

On comprend bien ce premier cycle liant plantes et sol, maintenant nous nous questionnons sur la présence des animaux à la ferme… Faut-il introduire des animaux comme ici, pourquoi ? Comment se construisent les relations aux animaux sauvages comme les oiseaux, les papillons ou les insectes ?

Les animaux ont un rôle à jouer pour les autres éléments, phosphores P, potassium K… ces éléments-là, contrairement à l’azote et au carbone qui ont des cycles assez rapides et atmosphériques, sont des éléments minéraux plutôt stables, très terrestres.

L’agriculture conventionnelle s’est mise sous perfusion de phosphore extrait de mines situées dans 5 pays du monde. Le phosphore va atteindre son pic dans les 30 ans qui viennent et son approvisionnement sera tendu dès 2040. Ce phosphore extrait des mines est dispersé dans les champs, lessivé, emporté par les nappes et les rivières, et il finit – perdu pour nous – dilué dans les mers à qui il cause du tort. Le phosphore est pourtant mis à disposition à travers deux voies principales dans un jardin ou une ferme : le travail des racines et des animaux.

Les racines des arbres et les grandes plantes ont la capacité d’aller extraire de la roche-mère les éléments minéraux qu’elle contient grâce à leurs sécrétions acides qui la dissolvent et permettent l’absorption de tous ces éléments. Ces éléments terriens, très minoritaires (ils représentent 2-3 % du corps des plantes) forment le « goût du terroir ». Un écosystème qui se porte bien puise des ressources dans l’atmosphère, mais aussi dans la lithosphère. Cela fonctionne très bien dans la plupart des environnements… pas trop ici : c’est un très vieux pays sédimentaire dont les roches-mères sont à peu près inaccessibles aux racines.

  • 12 Beaucoup de Fabacées mais pas exclusivement : Gliricidia sepium, Senna siamea, Tithonia diversifoli (...)

L’arbre, et la plante en général, est structuré autour d’un axe vertical : des racines sous terre lui permettent de capter les éléments, de les dissoudre, de les remonter dans sa sève et de les rendre disponibles dans une structure aérienne. Les feuilles vont tomber, les branches se casser, la plante mourir… et donc se recycler sur le sol, rendant à nouveau disponibles les éléments qu’elle contient. Les plantes fonctionnent donc comme un ascenseur, elles sont des « vertical movers ». Si nous ne pouvons pas atteindre la roche-mère qui est très profonde ici, nous pouvons néanmoins remonter les éléments lessivés par les pluies. Ces grandes plantes, arbustes et arbres que vous voyez12 ne sont absolument pas plantés pour des récoltes mais parce qu’ils ont leur rôle à jouer, comme ombrage, dans la percolation de l’eau et dans la remontée verticale des éléments.

De leur côté, les animaux ont une bouche devant, un anus derrière, et des membres qui leur permettent d’aller dans la direction de la bouche et de s’éloigner de la direction de l’anus. On est TOUS programmés pour aller vers la nourriture et s’éloigner de nos déjections. Le contraire serait d’ailleurs gênant (ce sont ces évidences qu’on devrait raconter aux enfants, ça les ferait rigoler et ça les éclairerait sur la nature du monde !). Donc, les animaux sont des « horizontal movers », dispersant les graines et les matériaux. Je dois ces concepts fondamentaux au botaniste Francis Hallé. Il ne faut pas oublier que la vie, c’est une affaire de flux de matières ! Sans la coopération des animaux, je pense que la physionomie de la Terre serait très différente. Les animaux sont des jardiniers par le fait qu’ils bougent… et pas seulement l’homme. L’animal trace ses chemins préférés dans la forêt, les plantes n’y pousseront plus au bout d’un moment et quelque part il jardine. En s’alimentant, il brasse, il fertilise… L’homme aime la pomme, il cultivera des pommiers, en plantera partout. Nous favorisons l’animal et le retour de la biodiversité à AuroOrchard aussi parce que c’est un gage de retour de la fertilité.

Dès lors que nous avons laissé les plantes s’exprimer, le retour à la biodiversité a été impressionnant. De mémoire, il n’a fallu que 3 mois pour que les lézards réapparaissent, 9 mois pour qu’un rapace vienne les attraper ! Au début je râlais, puis j’ai vite compris que c’était bon signe… la pyramide écologique, la chaîne alimentaire se reconstituait. Maintenant nous avons des porcs-épics, des cochons sauvages, et même un sanglier ! Pour plaisanter, nous disons que nous attendons maintenant le tigre et l’ours ! Le porc-épic nous embête car rien que pour boire il couperait 3 papayers dans la nuit ; nous avons donc organisé la perméabilité de la ferme pour laisser la faune sauvage entrer, mais nous l’arrêtons devant les jardins avec une clôture électrique. Quand le sanglier est arrivé l’année dernière, trois travailleuses l’ont croisé sur le chemin… elles ont eu une peur bleue.

Voyez comme les choses sont bien faites… nous les animaux vivons au-dessus du sol, la vie du sol se déroule en dessous, et la plante qui a ses racines en dessous et ses feuilles au-dessus, fait le lien. On a besoin de tout le monde pour habiter la biosphère !

Nous avons une question fondamentale pour l’Inde qui est celle de l’eau, surtout dans cette région où l’agriculture est basée sur l’usage des motopompes et l’extraction des eaux souterraines. Comment cela se passe-t-il à la ferme ? D’où vient l’eau ? Existe-t-il une gestion coopérative de l’eau ?

  • 13 Selon www.gktoday.in/gk/rainfed-agriculture-in-india/, les cultures pluviales représentent 60 % des (...)

L’Inde commence à se mobiliser sur la question de l’eau. Mais pour le moment, les politiques publiques encouragent toujours l’épuisement des nappes phréatiques : dans plusieurs États, dont le Tamil Nadu où nous sommes, les dirigeants maintiennent la gratuité de l’énergie de pompage agricole. C’est clairement une mesure électoraliste, une façon d’acheter des votes dans un pays où les paysans représentent 55-60 % de la population. Tout est fait pour encourager une agriculture basée sur l’eau de pompage au détriment de l’ancienne agriculture basée sur les pluies, dite « rainfed agriculture13 ».

Tous les systèmes d’eau de surface qui existaient, les étangs, les chenaux… disparaissent. Si l’on regarde la zone sur Google maps, elle est mouchetée d’étangs. Il n’y a pas de rivières ici, pas d’eau de surface naturelle, les anciens ont dû aménager le paysage. Mais depuis 50-70 ans, le réseau d’eau de surface se dégrade, pourrit, au bénéfice des forages et des pompages. La nappe principale sous nos pieds, qui s’appelle Vanur, est en voie d’épuisement. Descendue assez largement sous le niveau de la mer, elle est peu à peu envahie par l’eau salée. Le phénomène est prédit depuis les années 1980 mais personne ne bouge. Au début, les gens installés près du littoral étaient inquiets parce que les puits descendaient, mais depuis 10 ans, ils redoublent d’inquiétude parce que les puits ne descendent plus, c’est la salinité qui monte. Je n’ai pas le chiffre récent, mais je me souviens qu’en 2012 Vanur était 4 fois plus pompée qu’on ne l’alimentait, et ce rapport explose exponentiellement, alors qu’il faudrait des milliers d’années pour qu’elle se régénère.

Auroville peut-elle être considérée comme un laboratoire sur cette question ?

Auroville est globalement plus vertueuse que la moyenne. Mais puisque notre territoire représente seulement 1 % de la surface de la bio-région (PondicherryVillupuramAurovilleCuddalore), nos efforts ne pèsent pas lourd face au délire ambiant. Il y a parmi nous quelques courageux, des passionnés, très engagés, mais en tant qu’institution Auroville ne s’est pas saisie sérieusement du problème de l’eau.

Faire pousser de la nourriture, recréer de la fertilité, nous savons faire. Récupérer l’eau est aussi très simple : on fait des diguettes qui arrêtent le ruissellement, des chenaux pour guider l’eau vers des fosses de percolation. On a juste besoin de bons outils. J’appelle ça de la technologie néanderthalienne… Et une fois qu’on a fait ça, l’eau se retrouve disponible… dans les aquifères, 20 m sous nos pieds !

Et c’est là qu’on a un problème : c’est que l’eau, il faut l’extraire du puits et pour cela il faut de l’énergie. Donc, eau et énergie sont liées… Ce volet énergétique de la régénération n’est pas facile. Même si on sait quoi faire techniquement c’est beaucoup d’argent. Or, des roupies, nous n’en avons pas beaucoup ici. Grâce à un donateur, nous avons pu basculer notre puits principal en solaire. Comme ça, au moins, il y a une base vitale de la ferme qui est sécurisée grâce au solaire et qui ne dépend plus du réseau électrique. La gratuité de l’énergie de pompage fait paraître idiot notre effort ; c’est un investissement en « pure perte », comme dirait un économiste, puisque nous ne payions pas l’électricité. Nous l’avons fait pour être plus résilients. Trop peu d’acteurs Aurovilliens ont fait ce choix d’investir dans des installations solaires et de pomper l’eau au solaire, du moins en partie. L’énergie pourrait bien manquer. Si, parce que le réseau tombe, on meurt de faim, ce n’est pas malin ni régénérateur !

A Auroville, nous sommes trop peu à penser et agir dans ce sens de la résilience et de la régénération. Je pensais pourtant que quand Mère a dit « Auroville, la ville dont la Terre a besoin », cela devait éveiller une conscience de ces enjeux. Aujourd’hui, en 2019, on sait ce dont la Terre a besoin ! C’est dans tous les journaux… Mais apparemment ce n’est toujours pas évident pour la communauté.

Photographie 3 – La ferme AuroOrchard en 2019 (au moment où ce cliché a été pris, la ferme comptait 14 salariés indiens)

Photographie 3 – La ferme AuroOrchard en 2019 (au moment où ce cliché a été pris, la ferme comptait 14 salariés indiens)

Cliché : Anthony Goreau-Ponceaud, AuroOrchard, 12/12/2019

Justement, nous avions une question : quel est votre regard sur les modèles communautaires et surtout, en choisissant le point de vue du collapsologue ? Quel est votre regard plus personnel sur le fait de se regrouper en petites communautés pour travailler sur des choses plus concrètes et plus fédératrices ?

  • 14 Abraham Maslow est un psychologue qui a proposé une hiérarchie des besoins, ou plutôt des motivatio (...)

Je pense que la communauté (opposée ici à l’individu, sur lequel le consumérisme s’est construit) doit être revalorisée pour une raison toute simple : le monde vit une contraction de la disponibilité de l’énergie. Nos civilisations, si l’on excepte quelques Bushmens et Indiens d’Amazonie, dévorent de l’énergie fossile et détruisent les ressources naturelles pour produire du PIB. Les deux « carburants » de cette folie viennent à manquer. Il va falloir ralentir, décroître. 80 % du transport repose sur l’énergie fossile. La distance moyenne que parcourent les aliments jusqu’à l’assiette est de plusieurs milliers de km aux USA. Ce n’est pas soutenable. On ne peut pas se passer d’eau et de nourriture, à la base de la pyramide de Maslow14. Pour l’eau, il faut rebasculer sur un schéma d’eau de surface, moins demandeuse en énergie, et il faut faire pousser la nourriture en local. Le resserrement de l’échelle autour de la communauté me semble donc une nécessité énergétique, qui impactera le paysage.

Au passage, relocaliser la nourriture nécessite aussi – nous le faisons à Auroorchard – de ré-apprivoiser des variétés locales et oubliées. C’est le travail que fait Pebble Garden, nous le faisons aussi avec notamment la réhabilitation de racines comme le Taro, le Manioc, l’Elephant Foot, etc., qui poussent en santé et prospèrent dans cet environnement sans aucun traitement. Elles sont pérennes, généreuses, et pourraient constituer la base de notre alimentation future. Et cela aussi fait évoluer le paysage !

Par contre je sens que le monde n’est pas mûr pour le virage communautaire tel que certains le rêvent à Auroville. J’en ai fait l’expérience… Nous vivons sur le mythe de la décision par consensus, mais c’est un principe qui est inopérant dans l’état actuel de l’être humain. Je sais par ailleurs que la hiérarchisation des pouvoirs qui accompagne l’appropriation par des individus ou firmes est en échec, et nous n’en voulons plus pour des raisons de justice sociale.

Faut-il plus modestement travailler déjà aux « communs » ? Il ne s’agit plus de former communauté ; il y a des gens avec qui je peux faire communauté mais il y en a surtout beaucoup avec qui je n’en ai pas envie. C’est comme avec mes voisins ; je ne suis pas forcé de les aimer pour coopérer avec eux, nous pouvons nous mettre d’accord pour gérer des communs, car nous savons que nous en avons tous besoin pour vivre… il va falloir s’attaquer au problème de la propriété, s’entendre pour gérer en bonne intelligence, fixer des règles. Peut-être que la sociocratie peut nous aider, avec le principe de la décision par consentement… Pour moi, là peut émerger une nouvelle Politique, un nouvel art de vivre ensemble. Ma motivation, aujourd’hui, c’est de « recréer des communs nourriciers ».

Revenons sur une question plus générale pour conclure. La capacité de résilience de l’Inde est souvent mise en avant, la voyez-vous plus grande qu’ailleurs ? Quelles réponses pourraient être apportées aux grands enjeux environnementaux de l’Inde contemporaine ?

  • 15 Voir l’entretien avec Mithra dans ce même numéro.

Avec encore 55 à 60 % de la population qui vit de la terre, plus ceux qui sont certes à la ville mais qui restent liés à une famille au village15, il y a une capacité de résilience importante. Le jour où vraiment nous serons pris à la gorge et où les pompes ne donneront plus, les gens se remonteront les manches, prendront leurs outils et cultiveront… Je pense que l’Inde a une capacité de résilience extraordinaire comme tous les pays qui sont encore structurés autour de petites exploitations agricoles familiales.

  • 16 Voir notamment le rapport d’Olivier de Schutter pour l’ONU en 2014.

On nous montre toujours des photos d’agriculture « glorieuse » avec 10 moissonneuses-batteuses étagées à perte de vue dans un champ immense aux USA… mais cette agriculture représente juste 25 % de la production mondiale. Les autres 75 % ce sont des petits agriculteurs qui ont souvent moins de 1 hectare de surface et qui cultivent au mieux avec un bœuf et la majorité, cultivent avec leurs bras16. Ce sont ceux-là qui vont nous sauver. Par ailleurs l’Inde a de forts atouts : il y a encore des tigres et des léopards en Inde… des éléphants à 4 heures de route d’ici. Au niveau climatique, la tropicalité et la chaleur permettent la croissance des végétaux et du sol 12 mois de l’année. Il n’y a pas grand-chose à faire pour que la forêt repousse ici : protéger son terrain des intrusions et de la dégradation par les bêtes et l’humain ; et de l’érosion lorsqu’il y a de la pente. Vous pouvez suspendre votre hamac et regarder la forêt pousser. Sans rien semer, en trois ans déjà les arbres sont plus grands que nous !

Dans le verger de citrons qui est juste là derrière nous, nous avons découvert qu’en deux ans seulement, un pouce de sol avait été créé, environ 2,5 cm. Les tuyaux qui amènent l’eau avaient été posés sur l’herbe en 2014. Lorsque nous les avons cherchés en 2016, ils avaient disparu ! On les a retrouvés enterrés à un pouce de profondeur… et ils ne s’étaient pas enfouis, évidemment, c’est le sol qui avait poussé. Quand Darwin a découvert ce phénomène de l’aggradation du sol, en Angleterre au xixe siècle, il avait mesuré une croissance de 1 cm par siècle ! Donc, oui… la capacité de régénération ici est absolument dingue.

Pour moi, l’Inde est un pays qui a une très grosse capacité de résilience mais qui est face à de terribles défis. Ce pays devra prendre certains virages de manière sans doute assez brutale, et sera sans doute touché dans ses chairs autour du climat, de l’eau et de l’empoisonnement des milieux naturels. Malheureusement ça va passer aussi par un ajustement de la population un peu drastique. Mais l’écosystème Inde est prêt à digérer tout ça et à recréer un paradis. J’ai confiance en ce pays. Son slogan est « incredible India ! », n’est-ce pas ?

Est-ce qu’il peut y avoir un lien entre le fait que vous avez travaillé en tant qu’urbaniste et le souci actuel d’une agriculture régénératrice ou cela dépend-il plus de la personne que de sa trajectoire ?

Je pense que ça dépend plus de la personne, de sa sensibilité. Ses compétences, connaissances… font partie du puzzle personnel mais si le puzzle est orienté régénération, la personne fera quelque chose avec ce qu’elle a, quoi que ce soit ; et si elle ne l’est pas, elle ne le fera pas. Moi j’ai eu le sentiment très étrange que tout ce que j’avais fait jusque-là m’avait préparé à ce que je faisais en arrivant à la ferme, c’était mon chemin de vie. « M’engager en régénération », c’était plus une urgence spirituelle qu’autre chose. Les technologies font rêver, mais elles nous leurrent, je me suis perdu pendant 25 ans à espérer résoudre les contradictions du Monde à coups de technologies. Il suffisait de faire pousser des plantes…

Photographie 4 – Au 1er plan des jeunes plants de salade, la haie au second plan est plantée d’Indigofera, avec quelques Senna (Cassia) siamea, derrière, une plantation de Taro puis la deuxième haie plantée de Gliricidia, et dans le fond on voit des bambous devant une haie de Cusurina (Filao)

Photographie 4 – Au 1er plan des jeunes plants de salade, la haie au second plan est plantée d’Indigofera, avec quelques Senna (Cassia) siamea, derrière, une plantation de Taro puis la deuxième haie plantée de Gliricidia, et dans le fond on voit des bambous devant une haie de Cusurina (Filao)

Photographie 5 – Champ de patate douce, encadré par des haies de Gliricidia

Photographie 5 – Champ de patate douce, encadré par des haies de Gliricidia

Photographie 6 – Deux cultures grimpantes, menées sur des filets de pêche : à gauche du concombre, à droite l’épinard de Malabar, Basella alba

Photographie 6 – Deux cultures grimpantes, menées sur des filets de pêche : à gauche du concombre, à droite l’épinard de Malabar, Basella alba

Photographie 7 – Association de trois plantes : au premier plan et au Nord, des ananas…

Photographie 7 – Association de trois plantes : au premier plan et au Nord, des ananas…

Derrière et au Sud, des papayers sur lesquels grimpent des Jicama. Christian a découvert que Jicama et papayers s’appréciaient, et par ailleurs, les papayers donnent aux ananas l’ombre nécessaire dont ils ont besoin pour pousser pendant le plus gros de l’année avant de finir par mûrir au soleil l’été. Car en été, Auroville se trouvant à 12° de latitude, le soleil bascule au Nord !

Haut de page

Notes

1 Gérard est le fondateur de la ferme en 1969, d’origine suisse romande, né en 1931, il réside en Inde depuis 1955. Bithi est indienne, originaire du Bengale Occidental. Elle est née en 1938 et a rejoint l’Ashram de Sri Aurobindo en 1951. Elle seconde Gérard à AuroOrchard depuis le milieu des années 1970.

2 La « TDEF », pour Tropical Dry Evergreen Forest, est une formation végétale particulière qui se manifeste sous forme de plaques le long de la côte de Coromandel au sein de la péninsule indienne. Cette formation végétale a été désignée ainsi par Champion et Seth (1968) comme l’un des sept groupes de forêts tropicales en Inde, et définie comme celle où prédominent les arbres à feuilles persistantes dures avec quelques émergences caduques, souvent denses, mais généralement d’une hauteur inférieure à 20 m. Sa présence a également été définie de façon plus générale comme étant liée aux précipitations estivales faibles et irrégulières. Champion, H. G. and Seth, V. K. (1968) A Revised Survey of the Forest Types of India. Government of India.

3 Bois Raméal Fragmenté, une méthode de régénération des sols lancée au Québec qui consiste à introduire du broyat dans la couche supérieure du sol ou en paillis afin de favoriser la pédogenèse nécessaire à la création de l’humus.

4 Bernard Declercq est belge flamand, il a été à l’initiative de plusieurs fermes et lieux de Nature à Auroville ; Deepika Kundaji est indienne, originaire du Karnataka, elle a été distinguée par un Nari Shakti Award en 2017 (qui constitue la plus haute récompense civile indienne pour la reconnaissance des réalisations et des contributions des femmes. Les prix sont remis par le président de l’Inde chaque année le 8 mars, Journée internationale de la femme, au Rashtrapati Bhavan à New Delhi). Ensemble ils ont fondé Pebble Garden, un potager conservatoire de graines créé il y a une vingtaine d’années sur un terrain stérile, sans recours à des intrants, ni aux énergies fossiles, avec leur propre force de travail, juste en mobilisant les processus de régénération naturels (pour plus de renseignements voir les sites suivants : https://blog.nationalgeographic.org/2017/05/25/holding-the-cosmos-in-our-hands/ et wiki.auroville.org.in/wiki/Pebble_Garden)

5 https://www.pnas.org/content/115/25/6506

6 C’est le rapport entre la biomasse humaine et commensale (tous les animaux que nous élevons pour notre bénéfice) et la biomasse terrestre vertébrée totale (oiseaux compris), les chiffres complets sont accessibles au sein d’un article écrit disponible en ligne écrit par Pascal Combemorel : https://planet-vie.ens.fr/thematiques/ecologie/relations-trophiques/la-repartition-de-la-biomasse-sur-terre.

7 Actuellement 0,4 ‰, ou 415 ppm, pour « parties par million ».

8 Christian Tarpin souhaite rappeler que « c’est, par définition, un chiffre sur lequel il y a une grosse incertitude ! Si on en était à 60 %, on saurait mieux où on en est, mais le sol, c’est à proprement parler une « terra incognita ». Et comme l’industrie agroalimentaire a réussi à faire supprimer les chaires de pédologie en France, c’est difficile… Cette estimation est donnée, de manière assez convergente, par tous les gens qui s’intéressent au sol, comme les Bourguignons, Christophe Gatineau, Marc Dufumier, Gilles Domenech, etc. ».

9 Claude et Lydia Bourguignon, qui ont fondé le Laboratoire d’analyse microbiologique des sols (LAMS), sont des pionniers dans ce domaine, voir fr.wikipedia.org/wiki/Biodiversité_du_sol

10 Regenerative organic, défini par le Rodale Institute dans les années 1980, voir rodaleinstitute.org/why-organic/organic-basics/regenerative-organic-agriculture/

11 Pour être parfaitement rigoureux, « localement » néguentropique.

12 Beaucoup de Fabacées mais pas exclusivement : Gliricidia sepium, Senna siamea, Tithonia diversifolia, plusieurs Acacia, Sesbania, Crotalaria, Indigofera, etc.

13 Selon www.gktoday.in/gk/rainfed-agriculture-in-india/, les cultures pluviales représentent 60 % des superficies et produisent 48 % des cultures vivrières et 68 % des cultures non vivrières. L’Inde se classe au premier rang des pays du monde en matière d’agriculture pluviale, tant en termes d’étendue que de valeur des produits. En raison de la pression démographique sur les terres agricoles, la pauvreté se concentre dans les régions d’agriculture pluviale. Les agriculteurs des zones pluviales perçoivent en effet un revenu qui est de 40 % inférieur à celui perçu par les agriculteurs des zones irriguées. Selon un article de The Hindu publié le 17 février 2019 (https://www.thehindu.com/news/national/policy-bias-against-rainfed-agriculture/article26297830.ece), en Inde, trois agriculteurs sur cinq font pousser leurs cultures en utilisant l’eau de pluie au lieu de l’irrigation. Pourtant, l’investissement gouvernemental par hectare y est 20 fois inférieur à celui injecté dans les zones irriguées et les principaux programmes agricoles du gouvernement ne sont pas conçus pour leur profiter.

14 Abraham Maslow est un psychologue qui a proposé une hiérarchie des besoins, ou plutôt des motivations, nommée depuis « pyramide de Maslow ».

15 Voir l’entretien avec Mithra dans ce même numéro.

16 Voir notamment le rapport d’Olivier de Schutter pour l’ONU en 2014.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie 1 – Christian Tarpin à AuroOrchard
URL http://journals.openedition.org/com/docannexe/image/11323/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Photographie 2 – La ferme AuroOrchard en 1969
Légende Le « groundnut field » (ou champ d’arachides) et la première étable de la ferme d’AuroOrchard.
Crédits Cliché : auteur inconnu
URL http://journals.openedition.org/com/docannexe/image/11323/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1010k
Titre Photographie 3 – La ferme AuroOrchard en 2019 (au moment où ce cliché a été pris, la ferme comptait 14 salariés indiens)
Crédits Cliché : Anthony Goreau-Ponceaud, AuroOrchard, 12/12/2019
URL http://journals.openedition.org/com/docannexe/image/11323/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 10M
Titre Photographie 4 – Au 1er plan des jeunes plants de salade, la haie au second plan est plantée d’Indigofera, avec quelques Senna (Cassia) siamea, derrière, une plantation de Taro puis la deuxième haie plantée de Gliricidia, et dans le fond on voit des bambous devant une haie de Cusurina (Filao)
URL http://journals.openedition.org/com/docannexe/image/11323/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 9,4M
Titre Photographie 5 – Champ de patate douce, encadré par des haies de Gliricidia
URL http://journals.openedition.org/com/docannexe/image/11323/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 8,4M
Titre Photographie 6 – Deux cultures grimpantes, menées sur des filets de pêche : à gauche du concombre, à droite l’épinard de Malabar, Basella alba
URL http://journals.openedition.org/com/docannexe/image/11323/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 4,1M
Titre Photographie 7 – Association de trois plantes : au premier plan et au Nord, des ananas…
Légende Derrière et au Sud, des papayers sur lesquels grimpent des Jicama. Christian a découvert que Jicama et papayers s’appréciaient, et par ailleurs, les papayers donnent aux ananas l’ombre nécessaire dont ils ont besoin pour pousser pendant le plus gros de l’année avant de finir par mûrir au soleil l’été. Car en été, Auroville se trouvant à 12° de latitude, le soleil bascule au Nord !
URL http://journals.openedition.org/com/docannexe/image/11323/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 4,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emilie Ponceaud-Goreau et Anthony Goreau-Ponceaud, « Entretien avec Christian Tarpin. Ferme AuroOrchard, 12 décembre 2019 »Les Cahiers d’Outre-Mer, 281 | 2020, 271-288.

Référence électronique

Emilie Ponceaud-Goreau et Anthony Goreau-Ponceaud, « Entretien avec Christian Tarpin. Ferme AuroOrchard, 12 décembre 2019 »Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 281 | Janvier-Juin, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 03 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/com/11323 ; DOI : https://doi.org/10.4000/com.11323

Haut de page

Auteurs

Emilie Ponceaud-Goreau

Articles du même auteur

Anthony Goreau-Ponceaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • Logo Université Bordeaux Montaigne
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search