Navigation – Plan du site

AccueilNuméros282DossierLes villes nouvelles, bornes témo...

Dossier

Les villes nouvelles, bornes témoins de la mondialisation urbaine

Loïc Vadelorge
p. 153-165

Résumés

Les villes nouvelles produites dans les Sud depuis la fin du xxe siècle présentent des similitudes et des différences majeures avec la génération des villes nouvelles européennes des décennies d’après-guerre. En dépit du contexte économique mondialisé qui sous-tend leur réalisation actuelle, les villes nouvelles du Sud se présentent toujours comme des vecteurs d’un aménagement du territoire porté de manière volontariste par les États issus de la décolonisation. On ne peut que douter de la pertinence de cette approche qui domine pourtant les récits de ville. Dans le même ordre d’idées, les mouvements de population qu’elles engendrent sont moins étudiés que leurs principes de planification, en particulier en ce qui concerne les classes populaires. Elles continuent à apparaître à tort comme le lieu de vie idéal des classes moyennes. Si elles entrent aujourd’hui pleinement dans la formation du capitalisme financier international, les villes nouvelles du Sud ne rompent pas pour autant avec une période idéalisée où les politiques publiques dirigeaient la production urbaine. L’histoire récente des villes nouvelles du Sud suggère de revisiter celle plus ancienne du Nord au prisme des rapports complexes entre secteur public et secteur privé dans la production urbaine.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

La persistance d’une mythologie de l’Aménagement du Territoire
L’angle mort des usages sociaux des villes nouvelles
La résurgence de la thématique du capitalisme monopoliste d’État

Aperçu du texte

Il y a deux manières d’aborder l’histoire mondiale des villes nouvelles. Soit l’on considère que le phénomène a toujours existé, des nea-polis du monde grec antique aux derniers avatars urbains capitalistes (Lusail au Qatar, Valle San Pedro au Mexique, Thu Tièm au Vietnam…) ou socialistes (Samjiyon en Corée du Nord, El Ménéaa en Algérie) du début du xxie siècle ; soit on considère que les villes nouvelles contemporaines ont eu un âge d’or, entre 1945 et 1975. Cette seconde proposition domine la recherche historique, depuis les années 1960. Des travaux comparatifs lancés dans le cadre de l’Institut d’aménagement et d’urbanisme de la région parisienne dans les années 1960 (Grande-Bretagne, Scandinavie, Hongrie, Pologne puis USA puis Argentine, Union soviétique, Japon) jusqu’à la première grande synthèse sur le « mouvement international des villes nouvelles » publiée par l’historienne Rosemary Wakeman en 2016 (Wakeman, 2016) en passant par le premier bilan français de l’âge d’or des « ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Loïc Vadelorge, « Les villes nouvelles, bornes témoins de la mondialisation urbaine »Les Cahiers d’Outre-Mer, 282 | 2020, 153-165.

Référence électronique

Loïc Vadelorge, « Les villes nouvelles, bornes témoins de la mondialisation urbaine »Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 282 | Juillet-Décembre, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/com/12215 ; DOI : https://doi.org/10.4000/com.12215

Haut de page

Auteur

Loïc Vadelorge

Professeur d’histoire contemporaine, Université Gustave Eiffel, laboratoire Analyse Comparée des Pouvoirs (ACP, EA 3350), loic.vadelorge@u-pem.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • Logo Université Bordeaux Montaigne
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search