Navigation – Plan du site

AccueilNuméros282RubriquesCOM des concoursLe système stato-frontalier. Le c...

Rubriques
COM des concours

Le système stato-frontalier. Le cas kenyan

Bernard Calas
p. 313-330

Résumés

En partant de l’idée que les frontières sont consubstantielles de l’État, dont elles enveloppent le territoire, légitiment le fonctionnement et surtout abondent le budget, cet article, à partir du cas kenyan, esquisse la fertilité de la notion de système stato-frontalier. Celui-ci est constitué de trois éléments : le dispositif frontalier (dyades et points de passage), les acteurs frontaliers qui contribuent à son fonctionnement et, enfin, dessinés par les flux qui traversent les dyades, les horizons frontaliers. Vers l’extérieur, ceux de la puissance, de la responsabilité, de la dépendance, de la coopération et de l’inspiration ; vers l’intérieur, ceux de la peur, du ressentiment, de la stigmatisation et de l’appétit ou de l’espoir.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Le Dispositif Frontalier
Les dyades
Les points de passage frontaliers : « l’État garde barrière » en transition (Cooper 2002)
La capitale cosmopolite, centre du dispositif frontalier
Les Acteurs Frontaliers
Les opérateurs aux frontières
Les straddlers de la capitale : loin des frontières, au cœur du monde
Les Horizons Frontaliers
Vers l’extérieur, les flux transfrontaliers dessinent les horizons géopolitiques de l’État kenyan
Vers l’intérieur, la perception différenciée des bénéfices frontaliers confirme la « géopolitique des passions » kenyanes (Todorov 2008 ; Moisi, 2015)

Aperçu du texte

Les frontières limitent des espaces administrés par des appareils d’État qui y exercent leur souveraineté, notamment en régulant les relations entre l’extérieur et l’intérieur de ces espaces. Les frontières sont donc consubstantielles de l’État, dont elles enveloppent le territoire et légitiment le fonctionnement. Aussi, s’il est un acteur qui affirme haut et clair qu’il fait la frontière, c’est l’appareil d’État. C’est pourquoi dans une réflexion sur les frontières, une approche stato-centrée s’impose. La question des frontières ne saurait être comprise sans recours à cette échelle imposée par les États eux-mêmes, échelle qui détermine leur territorialisation à travers celle des appareils bureaucratiques et des sujets qu’ils contrôlent. La notion de système stato-frontalier rend compte du fonctionnement de la frontière, aux dimensions de l’État et non plus seulement sur sa seule linéarité. Elle rend justice à la pluralité des acteurs qui en assurent le fonctionnement et s’en nourri...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Calas, « Le système stato-frontalier. Le cas kenyan »Les Cahiers d’Outre-Mer, 282 | 2020, 313-330.

Référence électronique

Bernard Calas, « Le système stato-frontalier. Le cas kenyan »Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 282 | Juillet-Décembre, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/com/12413 ; DOI : https://doi.org/10.4000/com.12413

Haut de page

Auteur

Bernard Calas

Professeur de géographie, Université Bordeaux Montaigne, « Les Afriques dans le Monde » UMR 5115 CNRS-IEP-UBM.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • Logo Université Bordeaux Montaigne
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search