Navigation – Plan du site
Dossier

Du lieu de passage au territoire d’ancrage : les Églises du Caire et les migrants africains chrétiens

From the transit point to the territorial anchorage : the Cairo Churches and Christian African migrants
Julie Picard
p. 133-160

Résumés

L’arrivée de réfugiés, de demandeurs d’asile et d’autres migrants d’origine subsaharienne en Égypte depuis les années 1990 a incité d’anciennes Églises missionnaires à se mobiliser. Investies dans les domaines de l’accueil et de l’assistance, elles ont pris le relais de l’État et des institutions onusiennes, dont les politiques restrictives dépendent désormais de l’Union européenne et de l’Occident en général. Initialement considérées comme lieux de refuge et de passage temporaires, ces Églises ont progressivement réalisé des travaux d’agrandissement puis délocalisé leurs activités vers les quartiers périphériques du Caire, au plus près des migrants : elles sont aujourd’hui des lieux d’ancrage, leviers de processus de territorialisation des migrants. Au-delà, elles sont à l’origine de recompositions urbaines et identitaires originales au Caire.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Lieux cultuels devenus lieux d’accueil des migrants africains : l’histoire missionnaire et coloniale du Caire en partage
Installation durable des migrants au Caire : recompositions et formes évolutives des lieux chrétiens d’accueil de la ville
Réaménagements et agrandissements à l’échelle microlocale
Redéploiements vers les périphéries du Caire et paroisses en réseaux : les Églises à la recherche de nouveaux lieux
Des lieux-ressources : dynamiques croisées, urbaines et identitaires
Sakakini et Maadi, deux centralités africaines chrétiennes
Mobilités religieuses africaines et multiplication des lieux chrétiens au Caire
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Arrivés au Caire dès les années 1970-1980, les premiers demandeurs d’asile somaliens, soudanais et érythréens qui fuyaient la guerre civile dans leur pays d’origine, ont été rejoints durant les décennies suivantes par de nombreux autres migrants subsahariens. Le nombre de réfugiés originaires d’Afrique de l’Est est longtemps resté stable, puisque le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) dénombrait environ 7 000 réfugiés en 1993 (date des premiers recensements), tout comme en 2000. À l’image d’autres États arabes, le gouvernement égyptien ne mène pas de politique d’accueil ou d’asile ; c’est au bureau régional du HCR, basé au Caire depuis 1954, que revient toute la gestion des demandes d’asile et de l’octroi ou non du statut de réfugié. En 2016, sur un total de près de 185 000 personnes prises en charge par le HCR en Égypte (réfugiés et demandeurs d’asile), 117 000 sont des Syriens (plus de 63 %) et près de 7 000 sont des Irakiens (4 %). Ceux origina...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julie Picard, « Du lieu de passage au territoire d’ancrage : les Églises du Caire et les migrants africains chrétiens », Les Cahiers d’Outre-Mer, 274 | 2016, 133-160.

Référence électronique

Julie Picard, « Du lieu de passage au territoire d’ancrage : les Églises du Caire et les migrants africains chrétiens », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 274 | Juillet-Décembre, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 17 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/com/7820 ; DOI : 10.4000/com.7820

Haut de page

Auteur

Julie Picard

MCF en géographie à l’ESPE d’Aquitaine, UMR Passages (5319), mail : julie.picard@u-bordeaux.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • OpenEdition Journals