Navigation – Plan du site
Dossier

La synagogue de la Ghriba à Djerba. Réflexions sur l’inclusivité d’un sanctuaire partagé en Tunisie

The Ghriba Synagogue in Djerba. Reflections on the inclusivity of a shared sanctuary in Tunisia
Dionigi Albera et Manoël Pénicaud
p. 103-132

Résumés

À la fois lieu de culte et lieu saint, la synagogue de la Ghriba sur l’île de Djerba en Tunisie est un sanctuaire fréquenté conjointement par des fidèles juifs et musulmans. Ce type de « partage » relève d’un phénomène attesté dans l’ensemble du Maghreb sur la longue durée, mais qui s’est vu considérablement réduit à la suite de l’émigration progressive des juifs sépharades vers l’Europe et Israël à partir du milieu du xxe siècle. À Djerba toutefois, cette mixité interreligieuse a perduré, car une communauté juive a subsisté localement jusqu’à nos jours. En 2002, un attentat attribué à Al-Qaïda puis les conséquences de la révolution dite « de Jasmin » (2011) ont particulièrement limité cette inclusivité, ainsi que le retour ponctuel de ces juifs tunisiens en quête de racines. Le pèlerinage annuel revêt en effet une forte dimension mémorielle et identitaire valorisée par l’État au nom d’une mythique « convivencia ». Plus largement, cet article vise à appréhender cette hétérogénéité interconfessionnelle en questionnant la problématique de l’ouverture de ce sanctuaire emblématique des croisements dévotionnels entre juifs et musulmans au Maghreb.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Deux récits de fondation divergents
La synagogue aux xixe et xxe siècles
Lieu de culte et lieu saint
Le temps fort du pèlerinage (hiloula)
Pèlerinage du retour et crainte des attentats
Chronique d’un pèlerinage
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Au cours des dernières années, de nombreuses études ont été consacrées à la fréquentation conjointe des mêmes sanctuaires par des fidèles de religions différentes dans l’espace méditerranéen. De cette manière, la vision qui attribue des frontières hermétiquement fermées aux religions monothéistes a été remise en question (Albera et Couroucli, 2009 ; Albera et Pénicaud, 2017 ; Aubin-Boltanski, 2008 ; Barkan et Barkey, 2014 ; Bowman, 2012 ; Depret et Dye, 2012). Ces travaux récents s’inscrivent notamment dans l’héritage intellectuel du savant anglais Frederick William Hasluck (1878-1920), qui dans les premières décennies du xxe siècle avait montré que les relations entre les groupes religieux de l’Empire ottoman tendaient à être symbiotiques. Chrétiens et musulmans étaient prêts à adresser leurs demandes aux sanctuaires administrés par l’autre religion, si ces derniers jouissaient d’une réputation d’efficacité. Même si son travail concernait l’interaction entre chrétiens e...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dionigi Albera et Manoël Pénicaud, « La synagogue de la Ghriba à Djerba. Réflexions sur l’inclusivité d’un sanctuaire partagé en Tunisie », Les Cahiers d’Outre-Mer, 274 | 2016, 103-132.

Référence électronique

Dionigi Albera et Manoël Pénicaud, « La synagogue de la Ghriba à Djerba. Réflexions sur l’inclusivité d’un sanctuaire partagé en Tunisie », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 274 | Juillet-Décembre, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 14 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/com/7881 ; DOI : 10.4000/com.7881

Haut de page

Auteurs

Dionigi Albera

Directeur de recherche au CNRS, Institut d’ethnologie méditerranéenne européenne et comparative (UMR 7307), Aix-Marseille Université, Anthropologue, albera@mmsh.univ-aix.fr

Manoël Pénicaud

Chargé de recherche au CNRS, Institut d’ethnologie méditerranéenne européenne et comparative (UMR 7307), Aix-Marseille Université, Anthropologue, manoel.penicaud@cnrs.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • OpenEdition Journals