Navigation – Plan du site
Dossier

Migrations africaines et christianismes au Maroc. De la théologie des migrations à la théologie de la pluralité religieuse

Sophie Bava
p. 259-288

Résumés

Avec le renforcement des frontières de l’Europe depuis une quinzaine d’années, et faute de réelles politiques migratoires impulsées par les États du Sud mis à part la toute nouvelle politique de régularisation menée par le Maroc depuis 2013, les migrants venus d’Afrique subsaharienne s’installent de manière plus pérenne dans les pays d’Afrique méditerranéenne. De nombreuses instances religieuses ou d’origine confessionnelle s’organisent sur ces routes afin en outre, de faciliter l’accueil, la formation et l’accompagnement social et spirituel des migrants venus d’Afrique subsaharienne, créant un véritable marché religieux. Au Maroc l’arrivée des chrétiens depuis les années 80 a bouleversé le paysage religieux et les églises, dépeuplées depuis la fin du protectorat se sont remplies à nouveau et se sont également multipliées. En effet si le christianisme au Maroc renait et croît il s’est aussi diversifié du côté protestant avec l’arrivée de migrants ne se rattachant pas à des églises historiques européennes comme ce fut le cas durant la colonisation. Une multitude d’églises de maison se sont développées en parallèle, églises informelles mal contenues et parfois prosélytes pour certaines qui ont amenés le Maroc a expulser plus d’une centaine de pasteurs en 2011. Certains acteurs, membres des églises et du milieu dédié au débat interreligieux, se sont mis au défi d’encadrer la formation des responsables religieux, pouvant ainsi maîtriser une partie de l’encadrement théologique de ce christianisme bouillonnant mais aussi ouvrir sur des débats théologiques afférents aux trois religions monothéistes. La création rapide et récente, en 2012, d’un lieu de formation universitaire chrétien à Rabat au Maroc, à destination des futurs leaders religieux originaires d’Afrique subsaharienne, l’institut œcuménique de théologie Al Mowafaqa, sera l’entrée de cette réflexion. L’histoire de ce lieu, de cette espace de formation au cœur de la ville est rattaché à la mémoire chrétienne du Maroc mais ouvre comme nous le verrons sur des publics plus variés, ouverts à pluralité religieuse par un désir de connaître les débats théologiques attachés aux différentes religions. Ce christianisme qui se reconstruit n’est pas celui des colons, ni des croisades, ni celui des églises africaines transnationales, même si le lien n’est pas coupé il est le produit de tout cela. Cette entrée me permettra alors d’aborder une histoire religieuse en écho aux migrations qui innove, réinterprète, réécrit une histoire religieuse plus large, plus cosmopolite que celle des migrants et que celle du pays d’accueil ou de passage. Une histoire qui compose, qui s’adapte par le bas, qui interroge la théologie voire même qui prône une théologie de la migration, du mouvement et de la pluralité religieuse.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Al Mowafaqa, un espace chrétien de formation théologique au cœur de la ville
Migrations africaines, revitalisme chrétien et besoin d’encadrement théologique : de l’Égypte au Maroc
Al Mowafaqa, un accord entre plusieurs mondes religieux pour une théologie humaniste ?
De la socio-théologie des migrations à la formation des responsables d’églises de maison (FOREM)
Conclusion : vers une théologie de la pluralité religieuse

Aperçu du début du texte

Introduction

La création récente d’un lieu de formation chrétien à Rabat au Maroc en 2012, l’Institut œcuménique de théologie Al Mowafaqa à destination notamment des futurs responsables religieux originaires d’Afrique subsaharienne, est à l’origine de cette réflexion. Cette initiative portée par les Églises catholique et protestante pour répondre à leur besoin de formation dans ce pays musulman, s’inscrit dans un contexte particulier où le paysage religieux marocain se transforme en écho aux migrations intra-africaines chrétiennes. Mes recherches au Maroc s’inscrivent dans une anthropologie religieuse du mouvement, construite au fil du temps et des terrains, qui m’a permis d’analyser « les productions religieuses » liées aux migrations, impulsées tant par les migrants, que par les acteurs religieux et les institutions religieuses chrétiennes et musulmanes entre l’Afrique de l’Ouest et la Méditerranée (Bava, 2010, 2011, 2014 et 2017). Elles montrent en outre que la formation religieus...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Bava, « Migrations africaines et christianismes au Maroc. De la théologie des migrations à la théologie de la pluralité religieuse », Les Cahiers d’Outre-Mer, 274 | 2016, 259-288.

Référence électronique

Sophie Bava, « Migrations africaines et christianismes au Maroc. De la théologie des migrations à la théologie de la pluralité religieuse », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 274 | Juillet-Décembre, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 16 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/com/7896 ; DOI : 10.4000/com.7896

Haut de page

Auteur

Sophie Bava

Socio-anthropologue, chargée de recherche à LPED-IRD-AMU, actuellement en accueil à l’Université internationale de Rabat (UIR)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • OpenEdition Journals