Navigation – Plan du site
Dossier

Les centres de démonstration agricoles chinois en Afrique : étude de cas en Côte d’Ivoire

Chinese agricultural demonstration centers in Africa : case study in Ivory Coast
Xavier Aurégan
p. 63-91

Résumés

Cet article se propose d’analyser les symboles de l’aide agricole chinoise en Afrique : les centres de démonstration. Intégrés dans le secteur prioritairement défini par Pékin, soit l’agriculture, ils figurent toujours en tête des plans d’action des Forums de coopération Chine-Afrique (FOCAC). Effectivement, ils représentent a priori cette expertise chinoise au sein de plusieurs filières, dont la riziculture. Dans ce cadre, ils entrent pleinement dans l’aide au développement octroyée par Pékin qu’elle nomme plus fréquemment « coopération ». Néanmoins, les effets d’annonce ne sont pas toujours suivis de faits tangibles sur le terrain. Ces projets et les acteurs chinois y opérant sont ainsi confrontés à des contextes locaux où des fortes densités rurales, conflits fonciers et bureaucratisation peuvent freiner l’avancement des centres et de leurs implantations. L’étude de cas de Guiguigou, centre situé à proximité de Divo dans le Sud de la Côte d’Ivoire, peut contribuer à une meilleure compréhension de l’aide agricole chinoise. Cette « solidarité » chinoise, qui est liée, comporte finalement ses propres stratégies commerciales, véritables pierres angulaires de la récente relation sino-africaine.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Les relations sino-africaines mises en perspective à travers le secteur agricole
Les centres de démonstration agricole chinois en Afrique
Le centre de Guiguidou : symbole agricole sino-ivoirien et premier retour d’expérience à l’échelle africaine
Genèse et objectifs du projet Guiguidou
Impacts socio-économiques et bilan du centre agricole Guiguidou
Conclusion

Aperçu du début du texte

À partir des années 1950 (Aurégan, 2016c), la République populaire de Chine (RPC) a développé des relations hétérogènes et complexes avec les États africains. En concurrence ouverte avec l’Union des républiques socialistes soviétiques (URSS), l’Inde et les – anciennes – puissances coloniales européennes notamment, Pékin a tenté de mettre en œuvre une coopération divergente qui a eu plus ou moins de succès selon les domaines. Parmi eux (soutien militaire, santé, infrastructures, etc.) il en est un qui fait figure de porte d’entrée chinoise en Afrique subsaharienne : l’agriculture. En compagnie des « médecins aux pieds nus » envoyés dans certaines missions médicales, les techniciens agricoles ont, durant de longues années, représenté la Chine populaire maoïste et communiste. Souhaitant reproduire les fermes traditionnelles chinoises, les « coopérants » chinois des décennies 1960 à 1980 ont largement échoué à contribuer, d’une manière significative, à l’essor de ce secteur primaire afr...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Aurégan, « Les centres de démonstration agricoles chinois en Afrique : étude de cas en Côte d’Ivoire », Les Cahiers d’Outre-Mer, 275 | 2017, 63-91.

Référence électronique

Xavier Aurégan, « Les centres de démonstration agricoles chinois en Afrique : étude de cas en Côte d’Ivoire », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 275 | Janvier-Juin, mis en ligne le 01 janvier 2020, consulté le 19 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/com/8036 ; DOI : 10.4000/com.8036

Haut de page

Auteur

Xavier Aurégan

Ingénieur de recherche à Mobis-NEOMA BS ; chercheur associé au Centre de recherches et d’analyses géopolitiques (CRAG) de l’Institut français de géopolitique et au Conseil québécois d’études géopolitiques (CQEG) de l’université Laval (Québec, Canada), 40 avenue Henri Ginoux – 92120 – MONTROUGE. xavierauregan@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • OpenEdition Journals