Navigation – Plan du site

AccueilNuméros275RubriquesEntretien de COMEntretien avec Eugénie Hébrard

Rubriques
Entretien de COM

Entretien avec Eugénie Hébrard

Propos recueillis par Sylvain Racaud et Bernard Calas, février 2018
Sylvain Racaud et Bernard Calas
p. 217-230

Texte intégral

  • 1 Chargée de recherche IRD, UMR IPME (IRD, Cirad, U. Montpellier).

1Eugénie Hébrard1 est phytovirologue, elle est responsable de l’équipe Emergence et Adaptation des Virus du riz dans l’UMR Interactions Plantes – Microorganismes – Environnement. Elle travaille principalement sur le virus de la panachure jaune du riz en partenariat avec des scientifiques de plusieurs instituts de recherche africains du Burkina-Faso, de Côte d’Ivoire, de Madagascar et de Tanzanie.

Qu’est-ce que c’est que la phytovirologie ?

  • 2 NB Une contrainte biotique majeure c’est une contrainte à l’augmentation des rendements. Elle se di (...)

La phytovirologie est l’étude des virus de plantes. Les virus sont des microorganismes prépondérants dans l’environnement qui peuvent avoir des effets très importants sur la santé humaine, animale mais aussi végétale. Je m’intéresse surtout aux virus de plantes cultivées. Comme les autres maladies de plantes, telles que celles provoquées par les bactéries ou les champignons, les maladies à virus constituent une contrainte biotique majeure pour l’agriculture2. Cependant, il n’y a que très peu de solutions pour lutter contre ces virus. Contrairement aux maladies humaines, on ne dispose pas d’antiviraux.

La lutte contre les maladies virales des plantes repose d’abord sur l’utilisation de pratiques culturales susceptibles de diminuer les plantes réservoirs, de diminuer les insectes vecteurs et de diminuer les probabilités de rencontre entre les virus et les plantes. Cependant, le mode de lutte préférentielle consiste à utiliser des variétés de plantes résistantes aux virus. Pour obtenir de telles variétés, on croise des variétés de plantes résistantes aux virus et des variétés de plantes à rendement élevé avec l’objectif de cumuler ces différentes caractéristiques. C’est un processus assez long effectué par les généticiens, les améliorateurs, les sélectionneurs. Le problème que nous posent ces virus est qu’ils évoluent très vite. Cela on le sait pour les maladies humaines mais peu pour les plantes, comment les virus peuvent-ils évoluer ? Leur patrimoine génétique, c’est-à-dire l’ensemble de leurs gènes, à tendance à générer plus vite des mutations dont certaines leur permettent de se multiplier plus efficacement ou d’attaquer de nouvelles plantes. Ils peuvent aussi recombiner, de nouvelles souches apparaissent ainsi par combinaison de gènes ou partie de gènes de différentes espèces de virus. Ils peuvent aussi changer d’hôtes, c’est-à-dire infecter de nouvelles variétés ou espèces. C’est pourquoi la lutte contre les virus est une véritable course entre les chercheurs pour trouver des sources de résistance et les virus pour contourner ou « casser » ces résistances.

Notre mission dans l’équipe est de travailler sur les facteurs d’adaptation et d’émergence des virus. Comment les virus émergent dans une région sur de nouvelles plantes, comment ils s’adaptent à ces nouvelles conditions et notamment comment ils s’adaptent aux résistances qu’on déploie pour les bloquer. Les facteurs impliqués dans l’émergence peuvent être soit des facteurs intrinsèques (dus au virus eux-mêmes, à leur patrimoine génétique et à leur histoire naturelle), soit des facteurs extrinsèques (non dus aux virus mais qui ont un effet sur la maladie elle-même). Par exemple, il y a des variétés de riz qui sont plus sensibles que d’autres aux virus et aux maladies. Il y a des plantes sauvages comme les graminées qui sont présentes à côté des parcelles de riz et qui vont permettre au virus de rester près des champs même quand il n’y a pas de riz et donc ainsi servir de réservoir de la maladie. Il y a des vecteurs, pour le virus de la panachure jaune, c’est principalement des insectes coléoptères.

Il y a aussi la question des pratiques agricoles. En effet, le virus sur lequel on travaille peut se transmettre par contact direct entre une plante infectée et une plante saine. Aussi les pratiques agricoles peuvent augmenter les possibilités de contacts entre ces plantes malades et les plantes saines. Ainsi la transplantation utilisée dans pas mal de pays d’Afrique au lieu du semis direct favorise-t-elle les contacts de plante à plante et augmente la propagation de la maladie.

Photo 1 - Symptômes provoqués par le virus de la panachure jaune

Photo 1 - Symptômes provoqués par le virus de la panachure jaune

Cliché : E. Hébrard

L’homme peut donc être, ou pas, facteur de propagation de la maladie par ses pratiques culturales. Le facteur de propagation peut également être l’environnement, le sol, l’eau. On cherche à savoir si le virus est capable de rester dans le sol pendant qu’il n’y a pas de riz, si le virus peut être transmis par l’eau d’irrigation. On devrait aussi travailler sur le rôle du climat dans la propagation des maladies mais pour le moment nous n’avons pas d’éléments en faveur de cette piste. Mais tout cela dépend de chaque pathosystème, de la biologie du virus, qui explique que tel ou tel facteur a une importance plus ou moins grande dans l’émergence et la propagation de la maladie.

L’objectif principal de l’équipe est de contribuer à la définition et à l’optimisation de stratégies de contrôle adaptées et durables face aux maladies virales. Il faut trouver les moyens, en lien avec la biologie du virus et avec les pratiques culturales pour dessiner une stratégie de lutte durable. La question de la durabilité est importante à cause de la capacité du virus à contourner les résistances et à évoluer rapidement.

En matière de méthodologie, on fait de la caractérisation génétique : on détermine les séquences des gènes du virus, et de la caractérisation pathogénique : on regarde le nombre de plantes infectées, la quantité de symptômes, la sévérité des symptômes. Cela peut être observé sur le terrain ou en labo ; donc là on fait de l’évolution expérimentale en infectant différentes variétés de plantes avec différents virus pour observer comment ceux-ci évoluent, accumulent ou non des mutations et changent ou pas leurs comportements et leurs propriétés pathogéniques. On essaye aussi d’aller plus loin dans la caractérisation moléculaire pour voir comment la plante et le virus interagissent et quels sont les facteurs importants de ces interactions.

Photo 2 - Coléoptères sur riz

Photo 2 - Coléoptères sur riz

Cliché : N. Poulicard

  • 3 Ndikumana I., Pinel-Galzi A., Fargette D., Hébrard E. (2017) Complete Genome Sequence of a New Stra (...)
  • 4 En effet, depuis cet entretien, Eugénie nous a fait part que le virus vient d’être identifié au Sud (...)

Pour nos expérimentations de terrain, nous disposons d’un ensemble de partenariats assez diversifiés et à long terme avec des partenaires du Sud, souvent des pathologistes qui travaillent déjà dans des universités ou dans des instituts de recherche nationaux. Dans la mesure du possible, on fait venir ces chercheurs à Montpellier pour que nous puissions ensemble discuter de l’épidémiologie de la maladie et des pratiques culturales nationales et en échange, ils se forment à la caractérisation moléculaire à laquelle ils n’ont pas forcément accès dans leur laboratoire. Du coup, c’est un partenariat co-construit du projet. On est plutôt en accueil et en formation de partenaires. Il y a aussi des cas où nous nous déplaçons pour effectuer des collectes et des échantillonnages, toujours avec un partenaire sur place. En fonction des demandes de nos partenaires, on se déplace pour aller voir des plantes malades, pour récolter des échantillons (dans notre cas, des feuilles qui jaunissent avec des panachures spécifiques à la maladie) qui sont collés dans un herbier. Ces feuilles sont ensuite analysées en labo pour détecter le virus puis effectuer la caractérisation moléculaire (séquençage) et procéder à des inoculations en laboratoire. En effet, dans le cas de ce virus, « on a la chance » à partir d’une feuille séchée de pouvoir le ré-inoculer. C’est un virus très résistant à la dessiccation qu’on peut donc ré-inoculer à partir de feuilles séchées. Par contre, si la feuille moisie, le virus ne va pas résister. Par ailleurs c’est un virus facile à travailler parce que robuste et qui se multiplie beaucoup. Ce virus, appelé le RYMV pour Rice yellow mottle virus, est présent dans tout le continent africain mais pas ailleurs. La plupart des pays rizicoles africains sont donc touchés. En 2015, un collègue l’a découvert au Malawi où c’était la première fois qu’il était décrit3 ensemble nous l’avons caractérisé, il s’agit d’une toute nouvelle souche très différente de ce qui était connu. Par exemple au Sénégal on ne l’a pas encore trouvé mais il est difficile de certifier à 100 % qu’il n’est pas présent4.

N’y a-t-il pas des risques à manipuler ces virus, à les ré-inoculer ?

D’abord, jusqu’à présent on n’a pas trouvé de virus de plantes nocifs pour l’homme. Bien qu’il y ait énormément de virus extrêmement différents, les familles de virus qui infectent les hommes et les animaux n’ont pas les mêmes caractéristiques génétiques et pathogéniques que les virus qui infectent les plantes. Par contre, il y a des virus qui infectent les plantes et qui infectent les insectes. Ils sont capables de se multiplier à l’intérieur de l’insecte et de la plante et de causer des torts à la fois à l’un et à l’autre mais on n’a pas connaissance de virus qui soient capables d’infecter et de se multiplier à la fois à l’intérieur de l’homme et des plantes.

Ensuite, en ce qui concerne les risques d’échappement, en tant que laboratoire de recherche, on est soumis à des normes et à des contrôles en fonction de la capacité des virus à infecter telles ou telles plantes, en fonction de la présence des virus sur tels ou tels continents et aussi en fonction de la biologie du virus. Dans le cas du RYMV, il n’a qu’une gamme d’hôtes assez étroites (le riz et quelques graminées sauvages). Les insectes vecteurs présents en Afrique sont différents des insectes français et puis on réalise les manipulations dans des conditions strictes. On est dans des serres de confinement S2, seules les personnes habilitées peuvent y accéder, il y a des sas d’accès où on met un équipement spécifique (blouse et sur-chaussures), etc. Les effluents – eaux d’irrigation – sont traités dans des bassins spécifiques, ils ne sont pas rejetés directement. Après manipulation, toutes les plantes sont autoclavées, donc les virus sont inactivés à la chaleur. Il y a des protocoles très stricts qui font que les risques d’échappement sont quasi nuls.

Pourquoi travailler sur le riz et pourquoi à l’IRD ?

Le riz est la première céréale pour l’alimentation humaine dans le monde, c’est donc un sujet important. En Afrique, c’est aussi une céréale importante pour la sécurité alimentaire. Les pays africains cherchent à diminuer leurs importations alors que leur consommation de riz augmente à cause de la croissance démographique, de l’urbanisation, des changements de régime alimentaire. La consommation augmente aussi parce que le riz est facile à préparer.

L’IRD est un acteur de la recherche publique, un EPST (Établissement Public Scientifique et Technique) dont la particularité est qu’il est d’être dédié aux problématiques des pays de la zone intertropicale. L’une des spécificités de l’IRD est d’avoir une double tutelle (Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et Ministère des Affaires Étrangères). C’est pourquoi on travaille pour et avec les pays concernés. C’est de la co-construction de projet ce qui inclut bien sûr la co-publication. Coopération et échanges scientifiques équitables et équilibrés sont pour nous une priorité.

Ensuite, personnellement, j’ai fait une thèse sur un virus du chou-fleur à l’INRA. Cela n’a donc rien à voir a priori avec le riz. C’était une recherche fondamentale, un travail sur les mécanismes moléculaires de transmission de ce virus particulier. La phytovirologie m’intéressait donc beaucoup. Par ailleurs, j’étais de Montpellier où j’avais fait plusieurs stages au CIRAD et à l’IRD notamment, l’agronomie tropicale est bien implantée ici. J’ai fait un tour du paysage de la virologie à Montpellier et il se trouvait qu’il y avait un concours à l’IRD. Cette thématique de la panachure jaune du riz existait déjà dans l’équipe, on en a discuté. J’ai proposé un projet de recherche intégré dans cette thématique et puis j’ai obtenu le poste.

Est-ce que les différents contextes impactent les recherches menées ?

  • 5 Hébrard E., Pinel-Galzi A., Oludare A., Poulicard N., Aribi J., Fabre S., Issaka S., Mariac C., Der (...)

Le virus de la panachure jaune du riz est un virus endémique à l’Afrique et à Madagascar. C’est important de travailler sur plusieurs pays différents pour saisir l’ampleur de la maladie, en fonction des années et des régions et de tenter de comprendre les facteurs de ces variations temporelles et spatiales. Cela permet aussi de suivre la dispersion de ces différentes souches pour essayer de les caractériser. Pour cela il faut aller sur différents terrains et collaborer avec différents partenaires nationaux. Par exemple, récemment on a découvert – un papier5 vient de sortir à ce propos – une souche hyper-virulente, c’est-à-dire capable de contourner l’ensemble des résistances cumulant différents gènes de résistance, cette souche-là pourrait être capable de toutes les infecter ! Cette menace fait donc peur. En travaillant sur cette souche restreinte à l’Afrique ouest-centrale, on s’est aperçu qu’elle semblait se propager vers l’Afrique de l’Ouest. Pour les sélectionneurs, il est donc aussi important d’avoir un suivi dans différents pays et un suivi longitudinal (ce n’est pas évident à faire à cause des contraintes budgétaires). Évidemment, chaque pays a ses spécificités au niveau des virus mais aussi des variétés de riz (conditions et préférences alimentaires différentes), des pratiques culturales différentes qui impactent le maintien et la propagation du virus. Ces facteurs impactent par conséquent la recherche.

Photo 3 - Transplantation à partir de plantules de riz mises en botte

Photo 3 - Transplantation à partir de plantules de riz mises en botte

Cliché : N. Poulicard

Par ailleurs, travaillant en coopération, on s’adapte beaucoup à la demande des chercheurs sur place. Ils peuvent nous demander d’apporter un soutien technique comme de faire de la formation ou encore d’avoir des échanges scientifiques d’étudiants, de doctorants ou de chercheurs. On s’adapte aux financements. Il y a une grande diversité de cas.

On peut donner deux exemples pour illustrer cette diversité. Au Burkina Faso, le Laboratoire Mixte International Observatoire des Agents Phytopathogènes en Afrique de l’Ouest (LMI Patho-Bios) bénéficie d’un cofinancement entre l’IRD et l’Institut de l’Environnement et Recherche Agronomique du Burkina-Faso (INERA) pour monter une plateforme commune accueillant des chercheurs burkinabé et des chercheurs expatriés pour effectuer une surveillance phytopathogène large, c’est-à-dire pas seulement sur le riz et ni seulement sur des virus. Ils travaillent aussi sur le manioc, le niébé et les champignons ou les bactéries. Un autre exemple est celui du Sierra Leone, un ingénieur du Sierra Leone Agricultural Research Institute (SLARI) va être accueilli pendant deux mois dans notre labo pour se former à la caractérisation du virus. La façon dont on travaille s’adapte donc aux différents contextes.

J’ai travaillé sur d’autres virus du riz au Viet Nam, j’ai aussi travaillé un peu avec l’Amérique latine et là c’est tout qui diffère puisque la biologie des virus est différente (le patrimoine génétique, les vecteurs, la transmission, la vitesse d’évolution des gènes diffèrent ; les questions scientifiques ou les attentes des partenaires différents). Néanmoins, les compétences, les approches et les méthodes mobilisées sont sensiblement les mêmes.

Sur le terrain, quand on a du matériel à prélever, comment se passe la relation avec les producteurs ?

On va là où on a des partenaires qui eux-mêmes ont déjà des relations avec les systèmes institutionnels, les coopératives et les fermiers. Ils disposent aussi de champs expérimentaux et d’un réseau de collaborateurs. Sur place ils savent avec qui travailler, comment travailler, etc. Cela permet d’être bien accueilli et de gagner du temps. Ce qui est intéressant c’est que les chercheurs nationaux ont plutôt une formation généraliste de pathologiste voire d’agronome que nous n’avons pas forcément, et ils sont capables de reconnaître toutes les maladies et ont les connaissances indispensables de l’épidémiologie de terrain. Ces chercheurs nationaux ont la connaissance des pratiques culturales, des saisons culturales, de l’importance de la maladie à tel ou tel endroit, cela permet de co-construire des échantillonnages plus pertinents. Enfin, il peut y avoir des problèmes de langue et il est alors important d’avoir des gens qui peuvent traduire nos questions.

Photo 4 - Détection du virus sur broyats de plante par immuno-détection

Photo 4 - Détection du virus sur broyats de plante par immuno-détection

Cliché : E. Hébrard

  • 6 Le Protocole de Nagoya sur l’accès et le partage des avantages (APA), est un accord international s (...)

Au niveau des prélèvements, je n’ai jamais eu trop de souci ; il est vrai que je ne vais pas trop sur le terrain car ça, c’est plutôt le travail des chercheurs nationaux. Mais quand on va sur le terrain, on les accompagne et on va dans des endroits où on est plutôt les bienvenus. On n’a pas de souci pour faire des prélèvements d’autant qu’on est dans un cadre de collaboration formel. C’est-à-dire que tout ce qui est protocole de Nagoya6 est respecté : les agriculteurs sont d’accord pour les prélèvements ; il y a des accords de collaboration avec les instituts de recherche nationaux et tout ce qui est production de connaissance est encadré par des accords de partenariat.

Photo 5 - Collecte d’échantillons sur le terrain

Photo 5 - Collecte d’échantillons sur le terrain

Cliché : N. Poulicard

On est plutôt bien accueillis par les paysans car on s’intéresse à leurs problèmes, à leurs maladies. Ce qui est un peu gênant, c’est qu’ils nous demandent des solutions rapides, efficaces, immédiates. Et ça c’est un peu difficile quand on est chercheur de labo. D’abord, le conseil sur le choix des variétés est compliqué parce qu’un agriculteur est attaché à ses variétés locales et que nous ne connaissons pas toujours leur niveau de résistance au virus. Comme on ne peut pas soigner la plante alors l’idée est d’éviter la propagation de la maladie autour des zones infestées. L’arrachage des plantes sauvages et des plants infectés, l’incinération de ces plantes plutôt que de les laisser sécher sur place ou sur le bord du chemin, parce que le virus va résister au séchage, il vaut mieux brûler les résidus de récolte. On a ainsi un rôle de conseil.

Que nous apprend la biogéographie du virus de la panachure jaune du riz sur les interactions entre sociétés et environnements ?

Pour les maladies de plantes, le principal facteur de l’émergence de nouveaux pathogènes c’est l’homme. En modifiant le milieu, l’homme introduit de nouvelles plantes, de nouvelles espèces, de nouveaux pathogènes. Ainsi les échanges, les mobilités internationales multiplient les mises en contact entre les hôtes et les pathogènes. Combinés à l’augmentation des surfaces et des densités de plantes cultivées souvent sensibles – également due à l’homme - et à la vitesse d’évolution des virus, ces facteurs favorisent l’apparition et la dispersion de maladies. Par exemple, le manioc –originaire d’Amérique, introduit en Afrique au xvie – a été rapidement touché par une maladie virale. Le manioc n’ayant jamais rencontré ce virus auparavant, il n’avait pas développé de résistance à cette maladie. Mais c’est dans les années 1990, du fait de la rencontre, de la synergie et de la recombinaison de deux virus sur manioc, de très graves épidémies ont touché les cultures en Afrique de l’Est ce qui a provoqué des situations de famines sévères.

Photo 6 - Expérimentation en laboratoire

Photo 6 - Expérimentation en laboratoire

Cliché : E. Hébrard

Dans le cas du virus de la panachure jaune du riz, on pense que le virus a émergé d’une graminée sauvage en Afrique de l’Est. Il s’est adapté au riz pour ensuite se propager sur le continent. Ce virus comporte différentes souches qui ont des effets variables en fonction des différentes variétés de riz. Cette diffusion s’est faite par contact ou grâce à des coléoptères peu mobiles ; la dispersion du virus est très localisée. Chaque souche possède un territoire bien délimité. Cependant, maintenant avec l’intensification rizicole, des zones de chevauchement entre les différentes souches apparaissent. On s’aperçoit qu’elles sont propices à des recombinaisons génétiques qui créent de nouvelles souches par contact de souches existantes. On l’observe aujourd’hui ; c’est certainement dû à l’intensification rizicole, à l’extension des surfaces cultivées, à l’homogénéisation du paysage rizicole qui font que la mobilité du virus d’une zone à l’autre est facilitée.

Photo 7 - Herbier de terrain avec feuilles symptomatiques

Photo 7 - Herbier de terrain avec feuilles symptomatiques

Cliché : E. Hébrard

NB Les échanges de semences entre région n’ont aucun effet sur le virus en lui-même parce que le virus n’est pas transmis par la graine. Cependant, le virus a un effet important sur le rendement parce qu’il diminue la croissance de la plante, sa fertilité (dans ce cas il n’y a pas du tout de panicule et de semences) et parfois la tue.

Le rôle de l’homme intervient au niveau du changement des pratiques culturales. Dans les années 1965-1985, avec la mise en place de schémas d’irrigation, de nouvelles variétés à haut rendement d’origine asiatique, cultivées en mode irrigué, ont été massivement introduites. Ces variétés n’ont pas de gènes de résistance contre le virus de la panachure jaune, puisqu’il n’existe pas en Asie. Ces changements sont probablement impliqués dans les graves épidémies des années 1975-1985 en Afrique de l’Ouest. L’augmentation du nombre de cycles de cultures et l’absence de rotation avec d’autres cultures sont également impliquées dans la diffusion du virus et les épidémies, notamment en Tanzanie. À une autre échelle, on soupçonne que les conflits armés peuvent jouer un rôle sur les épidémies puisque les paysans sont moins impliqués ou présents sur leurs cultures. Les mauvaises herbes sont moins enlevées, les pépinières sont moins surveillées, etc. ce qui constitue des facteurs favorisant pour les épidémies. Une piste de réflexion supplémentaire est le rôle des changements climatiques. À Madagascar, le virus n’est généralement pas présent sur les plateaux à cause de l’altitude et l’absence d’insectes vecteurs mais il y a parfois été détecté lors d’hivers chauds. Cela veut dire que s’il y avait augmentation de la température à cause du changement climatique global, il est possible que les plateaux malgaches deviennent infectés par cette maladie.

Photo 8 - Botte de plantes sauvages arrachées et laissées dans le champ

Photo 8 - Botte de plantes sauvages arrachées et laissées dans le champ

Cliché : N. Poulicard

Les modèles de production rizicole et les investissements dans le secteur du riz répondent-ils aux défis de la sécurité alimentaire ?

Globalement, il y a des régions et des pays où il faut qu’il y ait irrigation parce que le climat est trop sec ou les pluies sont trop irrégulières pour que la production de riz soit suffisamment stable. Cependant il faut se rendre compte que quand on fait de l’irrigation (quand on fait de l’agriculture de toute façon) on modifie le système. Ce à quoi il faut faire attention, c’est donc comment l’équilibre va être retrouvé et comment ça va se passer entre les différents acteurs du système, plantes et pathogènes. Comment les pathogènes vont-ils interagir avec les plantes, comment les plantes vont-elles réagir ? Le rôle des autres organismes – et notamment microorganismes bénéfiques – est aussi à prendre en compte. En conséquence faut-il introduire de nouvelles variétés ? D’autre part, l’intensification passe actuellement par la monoculture et dès qu’il y a des conditions favorables à la maladie, celle-ci se répand facilement. Il est donc difficile d’associer à la fois la productivité, la diminution des coûts et la durabilité dans notre modèle actuel d’agriculture.

Pour finir quelles pistes de recherche vous semblent pertinentes ?

La première piste de recherche est de réfléchir aux facteurs environnementaux favorables ou défavorables à la dispersion de la maladie et tenter de comprendre son épidémiologie. C’est une piste banale mais absolument nécessaire. Pour comprendre les épidémies, il faut travailler à différentes échelles, en interdisciplinaire. On ne peut arriver à comprendre les maladies que par l’interdisciplinarité. En effet, il faut d’abord comprendre les questions des producteurs. Cette maladie est-elle une menace ou pas ? Est-ce quelque chose d’important ou pas pour eux ? Nous – les virologues et les généticiens du riz – on a déjà l’habitude de travailler en interdisciplinarité mais on essaye de plus en plus d’intégrer les agronomes, on a besoin des entomologistes. Mais pour comprendre les facteurs environnementaux, il faut aussi intégrer les climatologues, les géographes pour comprendre où sont les rizières et quels ont été les facteurs environnementaux favorables à la mise en culture et enfin les sociologues et les économistes pour comprendre les facteurs anthropiques associés à la production rizicole et aux maladies. On a donc besoin de l’interdisciplinarité pour comprendre ce qui s’est passé avant, pour tenter d’anticiper ce qui va se passer après. En épidémiologie – que ce soit des plantes, des hommes ou des animaux – en général, il est important d’être interdisciplinaire.

Ensuite, dans le cadre de projets d’extension rizicole, procéder à des transferts techniques seulement ne suffira pas. Il faut quand même se poser des questions. D’abord parce qu’implanter une nouvelle variété résistante à un endroit peut être inutile et coûteux si le virus n’est pas installé et si cette variété n’est pas adaptée aux conditions environnementales et tout comme aux préférences des producteurs. Les nouvelles variétés résistantes vont-elles être acceptées par les producteurs ? Cette question de l’acceptabilité de nos variétés est vraiment importante. Il y a des variétés améliorées qui ont de bons rendements mais qui ne sont pas adoptées par les agriculteurs parce qu’elles ne leur plaisent pas. Il faut être plus à l’écoute des agriculteurs. Si ces variétés ne sont pas adaptées au marché local, si elles ne sont pas vendues à un prix intéressant, ce n’est pas bon non plus. Tout cela est interconnecté.

Aussi il faut travailler tous ensemble pour essayer de comprendre ce qui se passe, quels sont les problèmes et quelles sont les solutions. Ce qui importe est le travail en coopération, le travail intégré avec les partenaires, attentif aux questionnements du terrain, au-delà des murs de notre petit bureau.

Haut de page

Notes

1 Chargée de recherche IRD, UMR IPME (IRD, Cirad, U. Montpellier).

2 NB Une contrainte biotique majeure c’est une contrainte à l’augmentation des rendements. Elle se différencie d’une contrainte abiotique, due à des facteurs autres que biologiques comme par exemple la quantité d’eau, la salinité dans le sol, la température. Les contraintes biotiques comprennent les maladies dues aux virus, aux bactéries, aux champignons, les pertes causées par les nématodes, les insectes ou les animaux.

3 Ndikumana I., Pinel-Galzi A., Fargette D., Hébrard E. (2017) Complete Genome Sequence of a New Strain of Rice yellow mottle virus from Malawi, Characterized by a Recombinant VPg Protein. Genome Announcements 5(44). pii: e01198-17. DOI: 10.1128/genomeA.01198-17.

4 En effet, depuis cet entretien, Eugénie nous a fait part que le virus vient d’être identifié au Sud du Sénégal et que sa caractérisation vient de démarrer.

5 Hébrard E., Pinel-Galzi A., Oludare A., Poulicard N., Aribi J., Fabre S., Issaka S., Mariac C., Dereeper A., Albar L., Silué D., Fargette D. (2018) Identification of a Hypervirulent Pathotype of Rice yellow mottle virus: A Threat to Genetic Resistance Deployment in West-Central Africa. Phytopathology 108(2):299-307. Doi : 10.1094/PHYTO-05-17-0190-R.

6 Le Protocole de Nagoya sur l’accès et le partage des avantages (APA), est un accord international sur la biodiversité. Il a été signé à la Convention sur la diversité biologique des Nations unies, à Nagoya, au Japon, et est entré en vigueur en 2014. Il vise un partage juste et équitable des avantages découlant de l’utilisation des ressources génétiques de plantes, animaux, bactéries ou d’autres organismes, dans un but commercial, de recherche ou pour d’autres objectifs.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 - Symptômes provoqués par le virus de la panachure jaune
Crédits Cliché : E. Hébrard
URL http://journals.openedition.org/com/docannexe/image/8190/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre Photo 2 - Coléoptères sur riz
Crédits Cliché : N. Poulicard
URL http://journals.openedition.org/com/docannexe/image/8190/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
Titre Photo 3 - Transplantation à partir de plantules de riz mises en botte
Crédits Cliché : N. Poulicard
URL http://journals.openedition.org/com/docannexe/image/8190/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Photo 4 - Détection du virus sur broyats de plante par immuno-détection
Crédits Cliché : E. Hébrard
URL http://journals.openedition.org/com/docannexe/image/8190/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Photo 5 - Collecte d’échantillons sur le terrain
Crédits Cliché : N. Poulicard
URL http://journals.openedition.org/com/docannexe/image/8190/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Titre Photo 6 - Expérimentation en laboratoire
Crédits Cliché : E. Hébrard
URL http://journals.openedition.org/com/docannexe/image/8190/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Photo 7 - Herbier de terrain avec feuilles symptomatiques
Crédits Cliché : E. Hébrard
URL http://journals.openedition.org/com/docannexe/image/8190/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Photo 8 - Botte de plantes sauvages arrachées et laissées dans le champ
Crédits Cliché : N. Poulicard
URL http://journals.openedition.org/com/docannexe/image/8190/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Racaud et Bernard Calas, « Entretien avec Eugénie Hébrard »Les Cahiers d’Outre-Mer, 275 | 2017, 217-230.

Référence électronique

Sylvain Racaud et Bernard Calas, « Entretien avec Eugénie Hébrard »Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 275 | Janvier-Juin, mis en ligne le 01 janvier 2020, consulté le 17 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/com/8190 ; DOI : https://doi.org/10.4000/com.8190

Haut de page

Auteurs

Sylvain Racaud

Articles du même auteur

Bernard Calas

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • Logo Université Bordeaux Montaigne
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search