Navigation – Plan du site
Rubriques
COM a lu

Angleviel Frédéric (2018). Comprendre les referendums de 2018-2022 en Nouvelle-Calédonie, La France ou l’indépendance : décryptages historiques, socio-économiques et communautaristes

Paris, Edilivre, 462 p.
Jean-Pierre Doumenge
p. 231-238
Référence(s) :

Angleviel Frédéric (2018). Comprendre les referendums de 2018-2022 en Nouvelle-Calédonie, La France ou l’indépendance : décryptages historiques, socio-économiques et communautaristes, Paris, Edilivre, 462 p.

Texte intégral

1Le livre de Frédéric Angleviel (460 p.) paru en janvier 2018 chez Edilivre a pour ambition de décortiquer minutieusement les conditions de mise en place et la portée du (ou des) referendum(s) d’autodétermination prévu(s) à partir de 2018 pour construire l’avenir de la Nouvelle-Calédonie. Du fait de la dualité de cette collectivité ultramarine associant un peuple océanien d’enracinement millénaire (dit « mélanésien » puis « kanak ») et une communauté créole aux origines diverses, mise en place depuis 1853 dans le cadre de la souveraineté française (dite « calédonienne » puis « caldoche »), l’auteur cherche à comprendre comment concilier les revendications émises par les mandataires du peuple kanak et les intérêts légitimes de la communauté caldoche pour envisager l’accès à l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie sans mutilation majeure. Pendant longtemps, on a considéré que l’unité à la Nouvelle-Calédonie provenait de la communauté créole (largement métissée) issue de la colonisation française, le peuplement kanak étant métissé, notamment sur le plan de son expression politico-culturelle.

2Vivant depuis son adolescence en « pays calédonien », historien de profession spécialisé dans l’étude des sociétés contemporaines du Pacifique depuis près de trente ans, F. Angleviel peut faire valoir une double expertise pour décortiquer une situation socio-politique complexe d’un espace ayant connu de nombreuses réformes statutaires au cours des soixante dernières années. L’accès à la souveraineté internationale se veut être le thème central des revendications exprimées par les partisans de « l’indépendantiste kanak socialiste » (le concept de l’IKS a été conceptualisé à partir de 1977). Pour les « non-indépendantistes » dits « loyalistes », la question de l’indépendance posée par les tenants de l’IKS édulcore celle de l’organisation d’une société globale dont tous les membres pourraient équitablement faire valoir leurs droits d’« enfants du pays calédonien », quelles que soient leurs origines ethniques ou leur forme de métissage, dès lors qu’ils y sont domiciliés de manière stable, dans la durée.

3Évidemment, ce livre (très documenté) s’adresse en priorité aux acteurs politiques et médiatiques néo-calédoniens et métropolitains afin de préparer avec le moins de tension possible l’échéance référendaire prévue en novembre 2018. Il devrait aussi grandement intéresser les étudiants en sciences humaines ou sociales (histoire, géographie, sociologie, anthropologie, politologie) menant des recherches sur le devenir de l’archipel néo-calédonien et, au-delà, sur celui de l’outre-mer français. Il a le mérite d’exposer les éléments idéologiques et factuels essentiels pour comprendre la situation actuellement en débat (l’accès ou non à la pleine souveraineté). Pour tous ceux qui auront à prendre part en Nouvelle-Calédonie au vote d’autodétermination, F. Angleviel a produit tout récemment une version condensée et simplifiée de l’ouvrage ici présenté : Pour comprendre les referendums de 2018-2022 en Nouvelle-Calédonie : un éventail de futurs possibles (2018, Éditions du GRHOC).

4Dans un contexte d’âpre compétition entre indépendantistes et loyalistes, F. Angleviel résume les éléments qui ont conduit le gouvernement français (dans le cadre des accords de Matignon-Oudinot, en 1988), à découper l’archipel néo-calédonien en trois provinces, afin que chaque grande tendance puisse exercer le pouvoir à cette échelle territoriale (les loyalistes dans le Sud de la Grande Terre ; les indépendantistes dans le Nord et dans les Îles Loyauté). Pour la première fois dans l’histoire du pays, les leaders kanaks ont ainsi la possibilité d’influencer durablement le développement minier et industriel de la province Nord, zone stratégique de leur sphère d’influence traditionnelle. Pour F. Angleviel, la Nouvelle-Calédonie est de ce fait « décolonisée ».

5Pourtant, la pression des indépendantistes kanaks se maintient. Cette situation découle du fait que les tenants de l’IKS considèrent avoir aussi à assumer la direction des affaires publiques dans l’ensemble de l’archipel puisqu’au regard de l’histoire « ils descendent des premiers occupants ». Cette vision politique s’exprime avec force dans les petits pays insulaires océaniens chaque fois que leur population y possède, pour l’essentiel, un ancrage millénaire. Par contre, lorsque les autochtones ne représentent pas la majorité des citoyens (Nouvelle-Zélande, Hawaii, Guam, Fidji, Polynésie française, Nouvelle-Calédonie), la prééminence politique des descendants des plus anciens occupants se trouve contestée au nom de la stricte application des principes démocratiques, même si on y fait largement référence à la culture du « peuple premier ».

6En conséquence, et pour ne pas s’isoler du reste de la population néo-calédonienne, certains mandataires de « l’Indépendance kanak socialiste » ont fini par reconnaître la légitimité des populations issues de la période coloniale à participer au processus d’autodétermination par referendum(s) populaire(s). F. Mitterand, à sa façon, va jusqu’à rappeler en 1988 :

Je ne crois pas que l’antériorité historique des Canaques sur cette terre (de Nouvelle-Calédonie) suffise à fonder le droit. Les Calédoniens d’origine européenne ont aussi, par leur labeur, modelé ce sol, se sont nourris de sa substance, y ont enfoncé leurs racines. Les deux communautés face à face n’ont aucune chance d’imposer durablement leur loi, sinon par la violence… (cf. page 59).

7Dès lors, le combat pour l’IKS va porter sur le « gel » progressif du corps électoral pour faire évoluer en faveur de ses mandataires le rapport de force de « deux contre un » existant depuis 1979 pour le « maintien de la Nouvelle-Calédonie dans la République française ». Les tractations qui ont conduit indépendantistes, loyalistes et représentants du gouvernement français à signer les accords de Matignon-Oudinot (1988) puis de ceux de Nouméa (1998) vont ainsi conduire à une réduction significative du corps électoral. Pour le referendum de 1998, puis pour les élections provinciales de 2014, il fallait se prévaloir d’une domiciliation continue de vingt ans dans l’archipel néo-calédonien pour pouvoir être considéré comme « citoyen », donc apte à voter. Pour le referendum d’autodétermination de 2018, comme pour toute consultation ultérieure, seuls les gens domiciliés en Nouvelle-Calédonie avant 1994 et leurs descendants (une fois leur majorité acquise) pourront à nouveau voter. Le gel du corps électoral est désormais total.

8En mettant politiquement hors-jeu les métropolitains établis après 1994 et leurs familles, les tenants de l’IKS tentent d’affaiblir la position dominante des loyalistes et de fait la prépondérance économique, sociale et politique de la « société calédonienne ». Même si les Kanaks apportent toujours un quart de leurs suffrages au camp loyaliste, la grande majorité des suffrages en faveur du camp anti-indépendantiste provient en effet des Caldoches (Européens de vieille souche et métis divers), des Wallisiens-Futuniens, ainsi que des petits groupes (Tahitiens, Antillais, Vietnamiens et Indonésiens).

9Depuis plus d’un siècle, les Européens de vieil enracinement local et diverses formes de métissage (associant divers apports européens, indonésiens, vietnamiens, polynésiens et kanaks) ont sécrété une société de type créole, même si le terme n’est pas localement utilisé. Avec la limitation de la « citoyenneté calédonienne » aux gens établis avant 1994, les métropolitains ne peuvent plus, au fil du temps, s’y fondre et renouveler ses fondements sociaux et culturels. Mais, s’il est vrai qu’aux élections provinciales de 2014, le rapport de force loyalistes versus indépendantistes n’est plus de « deux contre un » (comme c’était le cas depuis 1979) mais de « trois contre deux », les tenants de l’IKS ne semblent toujours pas en mesure d’obtenir une majorité en faveur de leurs thèses au referendum d’autodétermination prévu en 2018. Dès lors, quelle alternative peut-on envisager pour un avenir consensuel pour la collectivité néo-calédonienne, au-delà de 2018 ?

10Après avoir traité avec beaucoup de lucidité des relations complexes, nouées dans l’histoire, par les peuples premiers et les sociétés coloniales, et du besoin d’« apurer le contentieux colonial » (l’accord de Nouméa constituant une « pédagogie de la décolonisation » pour la Nouvelle-Calédonie), F. Angleviel propose des éléments de réponse à la question cruciale du comment faire émerger une « communauté de destin », c’est-à-dire une « nation », des diverses populations cohabitant actuellement dans l’archipel néo-calédonien ?

11Comme préliminaire à sa démonstration, l’auteur propose que les tenants de l’IKS fassent en sorte de prendre en compte désormais la réalité néo-calédonienne dans sa globalité, celle d’une société pluri-ethnique assumée par la grande majorité de ses membres. Au passage, il détecte fort bien les limites de l’assimilation que font certains observateurs de l’IKS à la démarche indépendantiste prévalant en Corse ; cette assimilation lui paraît simplement liée au comportement insulariste de ses promoteurs. De même, il note que privilégier juridiquement l’emploi pour les locaux revient à tomber, par facilité, dans « l’hyper-localisme » et le « clientélisme », comme ce fut récemment le cas dans une localité de Grande Terre où une partie de la population mélanésienne refusa que le commandant des pompiers puisse être un « Kanak originaire des îles »…

12Une longue démonstration est consacrée au fonctionnement du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, recruté parmi les membres du Congrès, proportionnellement à la représentation élue des différents partis. Ce gouvernement a, semble-t-il, correctement fonctionné en système bipartite (RPCR loyaliste versus FLNKS indépendantiste), mais il connaît une grande instabilité depuis que le pouvoir de la collectivité néo-calédonienne se trouve partagé entre cinq partis par éclatement des deux grandes coalitions. Il note surtout que le rééquilibrage entre les provinces, voulu par le gouvernement français et les indépendantistes, coûte cher tout en profitant essentiellement à Nouméa (la ville capitale) et à son secteur commercial, non à l’émergence d’un tissu urbain et d’une économie diversifiée dans le Nord. Tout se passe en fait pour que « la province Sud s’affirme comme un condensé de la Nouvelle-Calédonie… lieu de la mixité et des rencontres, là où doit se construire la communauté de destin à laquelle les Calédoniens aspirent » (cf. page 151) puisque s’y concentrent les trois quarts de la population et de l’activité économique.

13Malgré l’importance de la culture de l’igname pour les dons coutumiers, la richesse tirée de l’agriculture et de l’élevage des bovins menés de manière extensive par les tribus kanakes est infime (0,5 % du PIB) alors même que l’État a rétrocédé aux chefferies mélanésiennes la plus grande partie des terres mises en valeur par des colons (agriculteurs ou éleveurs) entre 1860 et 1970. Faute d’activités agricoles ou artisanales rémunératrices et par suite d’une déscolarisation précoce de beaucoup de jeunes, une grande oisiveté s’est installée dans les tribus (s’accompagnant d’une forte consommation d’alcool et de cannabis) ; en périphérie de Nouméa, émerge même une délinquance violente, en particulier dans le secteur de Saint-Louis. Au vu de ce constat économique et social désastreux, les indépendantistes kanaks ont obtenu de l’État, en 1988, la possibilité de contrôler un domaine minier (massif de Koniambo) via une société minière (la SMSP, rachetée à J. Lafleur, le leader des loyalistes) et une société d’investissement (Sofinor) dépendant de la province Nord où les tenants de l’IKS sont en position dominante. Par la suite, ils investirent dans une unité moderne de fonte du nickel (en association avec Falconbridge), le but à atteindre consistant à dégager des revenus miniers et métallurgiques pour financer des politiques publiques en faveur des tribus.

14« La mine fait la richesse de la Nouvelle-Calédonie et structure son économie en raison du nombre important de sous-traitants et d’activités induites » (cf. page 181). Quatrième producteur mondial de nickel, la Grande Terre comporte actuellement trois unités de production de ce métal mais, faute de productions diversifiées, l’économie locale reste trop soumise aux fluctuations du cours mondial du nickel, les périodes de crise étant historiquement plus étendues que celles de prospérité. Le recours massif à l’importation (des biens de consommation courante comme des biens d’équipement) pour répondre aux besoins des populations locales provoque mécaniquement le renchérissement du coût de la vie des Néo-Calédoniens ; voilà pourquoi celui-ci est compensé dans la fonction publique (comptant beaucoup d’expatriés) par un « index de correction des rémunérations » entraînant une bonification de salaire de 73 à 94 %.

15Pour cette indexation, comme pour la réalisation d’équipements structurants dans l’archipel et pour le paiement de la majeure partie des effectifs de fonctionnaires (haut-commissariat, éducation, santé, justice, défense, sécurité), pour l’instant, « c’est la France qui paye » (cf. page 194)… En cas d’indépendance, ces apports financiers de l’État (à hauteur de 30 % du PIB) disparaîtraient, entraînant à coup sûr une dévaluation importante de la monnaie et/ou le recours à un alourdissement sensible des impôts, taxes et droits de douane.

16Comme le rappelle F. Angleviel, lorsqu’un problème grave survient au plan politique, économique ou social, les acteurs caldoches comme kanaks ont pris l’habitude de se tourner vers l’État pour obtenir les moyens financiers nécessaires à sa résolution. Il en déduit qu’une « politique de grands travaux » devrait être lancée pour mobiliser la population dans son ensemble. Mais comme l’individualisme consumériste prend régulièrement le pas sur la prise de conscience d’un intérêt collectif, « créer une conscience commune » lui semble devoir être la tâche prioritaire à laquelle les politiques, toutes tendances confondues, devraient se consacrer. Cela donnerait sens à la citoyenneté calédonienne et, peut-être demain, à une nouvelle nationalité. À ce point de la démonstration, on se rend compte des déficits des jeunes générations en termes de savoirs et savoir-faire, tant au plan de la science, de la technologie que de la sociabilité. Ces déficits touchent l’ensemble des communautés et groupes ethnoculturels.

17Comme bien d’autres observateurs attentifs au devenir de la Nouvelle-Calédonie (les historiens R. Bertram et J.M. Regnault, les juristes J.Y. Faberon et F. Garde, l’anthropologue E. Kasarhérou ou les géographes J.P. Doumenge et J.C. Gay), F. Angleviel constate que les accords de Matignon-Oudinot et de Nouméa ont acclimaté utilement dans l’archipel une méthode de coopération entre forces politiques antagonistes, sans pour autant être parvenus à réduire de manière significative l’écart existant entre les positions des loyalistes et des indépendantistes. Dès lors, l’idée émise par certains politiques indépendantistes et loyalistes de prévoir un « pays » associé à la France associant trois provinces dans un système de fédéralisme à deux niveaux, lui paraît être des plus pertinentes. Pour F. Angleviel, ce double fédéralisme semble être une proposition équitable de partage des pouvoirs entre Kanaks et Caldoches dans la longue durée.

18Pour concrétiser un tel projet politique encore faut-il (comme l’a écrit J.Y. Faberon, cité par F. Angleviel en page 370 du présent ouvrage) que « les loyalistes acceptent l’idée que la Calédonie devienne un État et que les indépendantistes acceptent que cet État soit fédéré à la France ». Pour Ph. Gomes (leader de Calédonie Ensemble), la Nouvelle-Calédonie doit devenir « une petite nation au sein de la France, de la même manière que l’Écosse est une nation au sein du Royaume-Uni, ou que le Québec est une nation au sein du Canada » (cf. page 370). Voilà une perspective constructive qui effectivement vaudrait mieux qu’un referendum couperet laissant un camp sur deux dans la frustration, sans permettre à l’autre un exercice du pouvoir dans la sérénité. Reste à convaincre les antagonistes que s’ils veulent accéder au pouvoir, ce ne peut être que dans un schéma de partage paritaire : ce que les accords de Matignon-Oudinot ont contribué à mettre en place ne peut donc être défait, sauf à enclencher un cycle de violence.

19Le risque de violence est réel car il s’inscrit dans une socio-démographie contrastée (Doumenge, 2018). Sans jamais oser l’exprimer de manière explicite (du fait de la force encore trop polémique de l’argument), F. Angleviel suggère que le blocage actuel décelable dans le processus de construction d’un avenir pacifique pour la Nouvelle-Calédonie découle du fait que les partisans de « l’Indépendance kanak socialiste » considèrent toujours (dans leur grande majorité) que c’est aux représentants du « peuple kanak » de conduire toute action politique à l’échelle de l’archipel, du fait de l’antériorité d’implantation de ce peuple même s’il ne représente que 39 % de la population du pays.

20Dans le monde contemporain, une telle vision ethno-centrée semble être trop restrictive pour être véritablement compatible avec le fonctionnement stable d’un système démocratique pluraliste : la vie tumultueuse de l’État de Fidji, dans les années 1985-2015 est là pour nous le rappeler (Doumenge, 2009 ; De Dekker, 2009). Cela explique d’ailleurs pourquoi le législateur français a produit pour Nouvelle-Calédonie, en 1999, une loi (Loi organique n° 99-209 du 19 mars 1999 relative à la Nouvelle-Calédonie) définissant un partage équilibré des pouvoirs entre forces antagonistes (conformément aux accords politiques pris en 1988, renouvelés en 1998, entre les représentants de l’État et les mandataires locaux des forces indépendantistes et loyalistes).

21Le « double fédéralisme » évoqué par F. Angleviel, sans dire son nom, fonctionne donc déjà dans le cadre du régime de large autonomie dont bénéficie actuellement la Nouvelle-Calédonie au sein de la République française, incluant une grande marge de manœuvre laissée aux exécutifs provinciaux vis-à-vis du gouvernement néo-calédonien. Au-delà de ce « double fédéralisme », il s’agirait de maintenir en place, dans les institutions devenues « nationales », le « Sénat » actuel (dont les membres sont tous des personnalités coutumières) pour représenter les intérêts particuliers du « peuple kanak » au cœur de la société globale pluriethnique néo-calédonienne. Depuis 1988, cette instance est en effet consultée pour les questions afférentes aux régimes fonciers, au statut des personnes (du fait de règles coutumières dérogeant au droit commun) et aux productions culturelles (inhérentes aux chefferies traditionnelles) avant que ces questions ne soient débattues par l’Assemblée du Pays dénommée « Congrès ». Celle-ci seule à pouvoir légiférer, pourvoir à la composition du gouvernement et définir l’orientation de son action puisque représentant l’ensemble des « citoyens » de la Nouvelle-Calédonie.

Haut de page

Bibliographie

De Deckker, P., 2009 - « Les coups d’États de 1987 à Fidji : une rupture irrémédiable dans la géopolitique du Pacifique ». Conflits actuels, revue d’études politiques, n° 23-24, n° spécial Une géopolitique du Pacifique et de ses îles : Hommage au professeur François Doumenge, p. 5-342.

Doumenge, J.-P., 2009 - « Fidji depuis 1987, un État prétorien en Océanie ». Conflits actuels, revue d’études politiques, n° 23-24, n° spécial Une géopolitique du Pacifique et de ses îles : Hommage au professeur François Doumenge, p. 31-71.

Doumenge, J.-P., 2018 - « Nouvelle-Calédonie : quelle géopolitique des populations ? ». Population & Avenir, n° 737, p. 14-16.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Doumenge, « Angleviel Frédéric (2018). Comprendre les referendums de 2018-2022 en Nouvelle-Calédonie, La France ou l’indépendance : décryptages historiques, socio-économiques et communautaristes », Les Cahiers d’Outre-Mer, 275 | 2017, 231-238.

Référence électronique

Jean-Pierre Doumenge, « Angleviel Frédéric (2018). Comprendre les referendums de 2018-2022 en Nouvelle-Calédonie, La France ou l’indépendance : décryptages historiques, socio-économiques et communautaristes », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 275 | Janvier-Juin, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 16 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/com/8197

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Doumenge

Professeur émérite à l’Université Paul-Valéry, Montpellier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • OpenEdition Journals