Navigation – Plan du site
Rubriques
COM a lu

Christian seignobos (2017), Des mondes oubliés, carnets d’Afrique

Paris-Marseille / IRD Éditions, Parenthèses, 310 p.
François Bart
p. 249-250
Référence(s) :

Christian Seignobos (2017), Des mondes oubliés, carnets d’Afrique, Paris-Marseille / IRD Éditions, Parenthèses, 310 p.

Texte intégral

1C’est un somptueux ouvrage que nous propose ce géographe bien connu, grand spécialiste du nord Cameroun et du Tchad. Dans nombre de ses publications précédentes, il avait déjà révélé ses talents de dessinateur hors pair, dès 1982, dans son livre Montagnes et hautes terres du Cameroun, déjà édité à Parenthèses à Marseille.

2Ce gros et beau livre vaut d’abord par la symbiose entre un texte, soigné, ciselé, riche de nuances et de passion, et une iconographie aux traits d’une grande précision. Bref un ouvrage tout autant à déguster qu’à lire.

3L’auteur explique sa démarche dans les quatre pages de l’avant-propos, puis dans l’introduction « Paroles de géographe » : « l’intention première était de présenter les dessins de terrain qui ont jalonné le parcours d’un chercheur africaniste » (p. 16). L’ensemble est conçu comme « l’itinéraire du géographe qui revendique plus d’une quarantaine d’années de terrain » (p. 17) et qui se pose des questions sur la façon de faire partager sa longue expérience et sa connaissance très intime des milieux et des gens : « Est-ce le récit d’une époque révolue, celle de la post-colonie, et d’un lieu, le bassin du lac Tchad lato sensu ? » (p. 16).

4Le volume, de grand format (29 x 23 cm), comprend 410 dessins et relevés, dispersés tout au long des 300 pages. C’est dire que tout le texte est fortement imprégné des messages graphiques : « le dessin conduit à rendre plus sensible aux autres un paysage que le chercheur perçoit autrement » (p. 11). C’est là toute l’originalité de l’entreprise, dans un livre sans photos, mais riche de dessins avec « un graphisme le plus naturaliste possible » (p. 12).

5L’ensemble se déroule dans un plan en huit chapitres. Le premier présente « des paysages humanisés » ; une part notable est consacrée à des espaces emblématiques de la géographie rurale tropicale. Ce sont d’abord les paysages de parcs arborés (« dans le sillage de Paul Pélissier », p. 20) dont l’acteur fétiche est le fameux Faidherbia albida ; et les terrasses des monts Mandara du nord Cameroun, où les dessins des pages 29-31 sont particulièrement impressionnants par leur précision. Le chapitre 2 s’intéresse aux architectures soudaniennes, avec des paragraphes particuliers qui posent la question de « la fin de la civilisation des greniers » (p. 54), et celle de « reconstruire ce qui n’est plus : l’exemple de case-obus » (p. 66 sqq) ; il aborde enfin les fameuses « murailles » végétales défensives des piémonts des Mandara et des reliefs isolés en plaine. (remarquable dessin de la page 79). Tout ce qui concerne agriculture et élevage est dans les chapitres 3 et 4, au sein desquels on remarque la juxtaposition d’outils traditionnels et de poids lourds chargés de coton (p. 95) ; beaucoup d’éléments sur « les mille et un sorghos du bassin du lac Tchad » (p. 100), y compris les fameux muskuwaari (p. 104) ; la bière de mil et ses marchés (admirable croquis de celui de Siri, p. 125) ; « les Mbororo ou la chute du paradis pastoral » (p. 142 sqq) ; une originale « chronique canine » (p. 154 sqq), illustrée d’un dessin particulièrement étonnant, p. 157, « Serment de réconciliation avec un chien coupé en deux sur une limite ». Suivent les « peuples et métiers de l’eau » (p. 159), le long des fleuves et près du lac Tchad (cf. village de Kolobo p. 167, pêche kal Koso p. 17, pêche aux zemi p. 175). Le chapitre 6 (« Les mondes oubliés », p. 185) nous oriente vers des dimensions plus anthropologiques. La faune sauvage (chapitre 7) est représentée avec une précision graphique et zoologique impressionnante (criquets et sauterelles, batraciens, oiseaux, panthère) et se termine dans un face-à-face étonnant entre rhino noir et camionnette (p. 245). Le chapitre suivant tranche sur ce qui précède en s’attaquant à l’histoire immédiate. Sont mis en scène en particulier les problèmes d’insécurité (coupeurs de route, Boko Haram) et même certains agents du développement avec, y compris et non sans humour, le « coopérant de base » (p. 286), les forestiers (p. 289), les pédologues (p. 290), les ONG (p. 291), le « courtier en développement » (p. 292 !).

6C’est donc près d’un demi-siècle de carnets et croquis de terrain que nous offre Christian Seignobos. Je conseille vivement à tous de se régaler de ce très beau livre, qui a reçu en 2017 le prix Edouard Foa de la Société de Géographie et le prix Robert Cornevin de l’Académie des Sciences d’Outre-Mer. La conclusion de ce chercheur est d’une nostalgie poignante, celle d’un passionné, qui fait le bilan de « ces mondes oubliés » : « l’Afrique ne commence-t-elle pas après qu’on l’a quittée, out of Africa ? » (p. 299).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Bart, « Christian seignobos (2017), Des mondes oubliés, carnets d’Afrique », Les Cahiers d’Outre-Mer, 275 | 2017, 249-250.

Référence électronique

François Bart, « Christian seignobos (2017), Des mondes oubliés, carnets d’Afrique », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 275 | Janvier-Juin, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 19 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/com/8230

Haut de page

Auteur

François Bart

Professeur émérite à l’Université Bordeaux Montaigne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • OpenEdition Journals