Navigation – Plan du site
Rubriques
Chronique nécrologique

René Battistini est décédé (1927-2017)

Jean-Noël Salomon
p. 257-258

René BATTISTINI est décédé (1927-2017). C’est une figure exceptionnelle qui disparaît et, à cette triste occasion, nous adressons à son épouse Rozenn, à ses enfants, Anne, Patrick et Christine, et à toute sa famille toutes nos condoléances et notre profonde sympathie. Et ce d’autant que René Battistini était pour nous plus qu’un guide : un ami.

René Battistini m’avait confié qu’il avait été marqué par trois hommes : Charles Robequain, professeur à Rennes, puis à la Sorbonne (chaire de Géographie tropicale) et à l’École de la France d’outre-mer et auteur d’un « Madagascar et les bases dispersées de l’Union française » (PUF - 1958). Puis Robert Mallet (cf. infra). Enfin André Guilcher, son maître disait-il, et qui fut aussi son beau-père.

De fait, c’est à Madagascar où il fut recruté comme chercheur à l’Institut de recherche scientifique de Madagascar (ORSTOM) que René Battistini a accompli l’essentiel de son œuvre. En 1960, il oblique vers l’enseignement supérieur et crée le Département de Géographie de l’Université de Madagascar. Par ailleurs il occupe le poste de Doyen de la Faculté des lettres de Tananarive. Il côtoie alors Robert Mallet, universitaire-écrivain, (puis recteur) qui enseigna à Madagascar de 1959 à 1964, où il fonda la faculté des lettres de l’Université de Tananarive et dont il fut le premier doyen. Devenus amis, Robert Mallet ne cessa de le soutenir dans ses recherches, notamment en lui affectant des moyens matériels pour son travail de terrain, qui furent également soutenus par le Recteur Paulian par la suite.

Cela commença par une étude remarquable de « Géographie humaine de la plaine côtière Mahafaly » présentée et soutenue comme : thèse complémentaire de doctorat (1964, 195 p., Cujas, Paris). Mais René Battistini a plutôt un penchant naturaliste et se tourne vers la géomorphologie. À l’époque tout reste à faire à Madagascar. Seuls quelques précurseurs ont dégrossi les problèmes : géologues du début du xxe siècle (Riquier, Lemaire, Decary) ou des années 1930-1950 (Besairie, Boulanger, et hydrogéologues : Archambault, Aurouze) ou botanistes du début du xxe siècle (Perrier de la Bathie, Grandidier). Seul l’océanologue et spécialiste d’hydrologie marine et fluviale André Guilcher avait publié des articles de géomorphologie littorale sur la Grande-Île.

Après un premier contact en 1955 avec le grand Sud, René Battistini est séduit par celui-ci (un coup de foudre, dit-il) et décide d’en faire son terrain de thèse de doctorat. Il commence donc un fantastique travail de terrain (13 mois en tout !) et découvre quantité d’éléments dont pour nous l’essentiel reste la première mise au point de la chronologie du Quaternaire de Madagascar à partir de ses recherches sur les dépôts littoraux et notamment des systèmes dunaires. Sa thèse (« L’extrême-Sud de Madagascar : étude géomorphologique », publiée en 1964 [621 p., Cujas, Paris]) est un monument et une référence incontournable.

Mais l’œuvre de René Battistini ne s’arrête pas là. Affecté à la Direction de l’Atlas de Madagascar, de la revue « Madagascar, revue de géographie », il intègre l’ERA 345 du CNRS (océan Indien du SW). Celui-ci paraît en 1972 (BDPA, Tananarive).

Et ses domaines d’intervention concernent également d’autres régions du monde comme l’attestent ses principales publications : « L’Afrique australe et Madagascar » (1967, P.U.F), « Géographie des Comores » (avec P. Vérin) (1984, Agence de coopération culturelle et technique, Nathan, Paris). Il s’intéresse à Afrique orientale et australe, les Antilles, le Costa-Rica, etc.

J’ai eu la chance et l’honneur de bien connaître René Battistini. Connaissant son prestige au début il m’intimidait, mais j’ai tenu à ce qu’il soit présent à mon jury de thèse. Puis progressivement nous sommes devenus amis.

Il m’a souvent invité chez lui à Orléans où il a terminé sa carrière comme professeur de classe exceptionnelle. Et j’ai découvert progressivement ses autres talents. C’était un excellent musicien (piano) capable de jouer du jazz en improvisation. Je l’ai vu jouer avec Memphis Slim venu en tournée à Tuléar. Avec Rozenn, ils constituaient un duo exceptionnel. Par ailleurs c’était un expert en papillons tropicaux (il est vrai que pour un collectionneur Madagascar représente un petit paradis). Par ailleurs, il peignait de façon remarquable, axé vers la peinture naïve (influencé par les peintures haïtiennes) ; ses nuages étaient particulièrement réussis. Il faisait cela simplement pour son simple plaisir. Enfin, il s’est beaucoup intéressé à la planétologie et notamment à la géomorphologie de Mars (il appartenait à l’A.T.P. Planétologie du CNRS et collaborait avec la NASA). Il avait notamment publié plusieurs articles dont « Formes de relief pseudokarstique sur Mars » dans la revue « Karsologia » (1985, n° 6, p. 53-59).

Personnellement je me souviendrais toujours de son chaleureux accueil dans sa maison de Plouguerneau en Bretagne suivi d’une interminable partie de pêche à la crevette (dans une eau froide) où il fallait soulever le goémon pour récolter, puis d’une soupe réconfortante… Ta vie a été bien remplie René ; et tu resteras toujours dans ma mémoire.

  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • OpenEdition Journals