Navigation – Plan du site
Dossier

Le monachisme féminin AU SPITI (H.P. Inde) : un phénomène nouveau

Nicola Schneider
p. 51-76

Résumés

Dans la région du Spiti, on suit le bouddhisme tibétain tout comme dans le reste de l’aire culturelle tibétaine. Mais tandis qu’il existe plusieurs monastères d’hommes, pour certains très anciens (Xe et XIe siècles), les monastères pour femmes faisaient défaut jusqu’à la fin des années 1980 ; seuls quelques ermitages étaient habités par des nonnes, et ce de façon temporaire. Cet article retracera le développement récent des couvents au Spiti et ses implications culturelles et religieuses. Quatre nouveaux couvents ont été fondés et un cinquième est en projet actuellement. Ils couvrent le territoire entier. Certains sont des annexes de monastères d’hommes existants, mais d’autres sont des fondations indépendantes à l’initiative de quelques nonnes autochtones, soutenues par la population locale, le gouvernement indien et des donateurs étrangers. Depuis l’installation de la diaspora tibétaine en Inde et le renouveau religieux qui s’en est suivi, de nombreux moines du Spiti et, plus récemment, des nonnes ont rejoint les monastères bâtis par les Tibétains exilés. Ces dernières ont par la suite voulu établir leurs propres établissements chez elles, contribuant ainsi à un véritable essor du monachisme féminin au Spiti.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Introduction : Le monachisme au Spiti jadis et de nos jours
En quête d’un meilleur avenir : l’arrivée des nonnes du Spiti au milieu de la communauté monastique tibétaine en exil
La fondation des monastères de femmes au Spiti
L’éducation au centre de la vie conventuelle
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction : Le monachisme au Spiti jadis et de nos jours

La vallée du Spiti est une région himalayenne située dans l’État de l’Himachal Pradesh, au nord-ouest de l’Inde, dans le district appelé « Lahaul-Spiti ». Dans le passé, le Spiti était tantôt sous le contrôle du Tibet occidental (le royaume de Guge-Purang), tantôt sous celui du Ladakh ; des incursions de la part des royaumes hindous de Kullu et de Bashar-Kinnaur étaient également fréquentes. En 1846, le Spiti a été rattaché formellement à l’Empire britannique. Puis, avec l’indépendance de l’Inde (1947), cette région enclavée a été définitivement annexée à l’Inde. Le Spiti fait donc partie de ces pays « entre deux » et il partage aussi bien des traits culturels avec le monde indien (hindou et, dans une moindre mesure, musulman) qu’avec celui des Tibétains. Cependant, si l’on considère les éléments linguistique et religieux, ses habitants sont plus proches de ces derniers puisqu’ils parlent un dialecte tibétain et pratiquent l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicola Schneider, « Le monachisme féminin AU SPITI (H.P. Inde) : un phénomène nouveau », Les Cahiers d’Outre-Mer, 276 | 2017, 51-76.

Référence électronique

Nicola Schneider, « Le monachisme féminin AU SPITI (H.P. Inde) : un phénomène nouveau », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 276 | Juillet-Décembre, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/com/8352 ; DOI : 10.4000/com.8352

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • OpenEdition Journals